Navigation – Plan du site

AccueilDossiers25Flaubert (tout) contre la presseLes échos de la presse dans le si...

Flaubert (tout) contre la presse

Les échos de la presse dans le silence du cabinet. La posture médiatique flaubertienne à la lumière de la correspondance

Nejma Omari

Résumés

Cet article, qui s’appuie sur l’étude de la correspondance de Flaubert, vise à examiner la place de l’auteur au sein de l’écosystème médiatique du XIXe siècle. Si la sécurité financière dont bénéficie Flaubert le dispense des besognes quotidiennes qui sont le lot des écrivains-journalistes de son temps, elle n’est pas pour autant gage de détachement. En effet, au fil des lettres, l’auteur – qui prétend se désintéresser de la presse et affiche un dégoût prononcé pour ses mécanismes – conseille à ses amis (Bouilhet, Colet...) de soumettre leurs articles aux revues et journaux. Mieux, il use de son influence pour insérer de la réclame ou placer ses protégés dans les rédactions. L’hypothèse de cet article est donc que cette posture du hors champ médiatique revendiquée par l’auteur lui permet de s'arroger le droit de commenter et d'expertiser un système auquel il n'appartient pas et dans lequel il n'a aucun intérêt. Toutefois, cette indifférence semble avoir certaines limites, comme le démontre la pratique de colligeur de Flaubert qui ne recueille pas seulement le matériau documentaire qui lui servira à créer ses romans, mais constitue aussi une archive de presse répertoriant tout ce qui se dit sur son compte.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, texte établi, présenté et annoté par Anne Herschbe (...)

JOURNAUX : « Ne pouvoir s’en passer mais tonner contre »1

1Cette entrée du Dictionnaire des idées reçues de Flaubert synthétise le rapport complexe et paradoxal qu’entretiennent les écrivains du XIXe siècle avec la presse. S’ils sont effectivement nombreux à professer leur mépris pour le journalisme – activité alimentaire aliénante s’il en est, prostitution ou encore pis-aller nuisant à la création littéraire – tous, ou presque, livrent leur copie et alimentent quotidiennement la machine médiatique. Cet écart entre discours et pratique, faisant l’objet de perpétuelles tentatives de justification dans les discours préfaciels et la correspondance, s’explique par la position sociale et financière de l’écrivain-journaliste qui, sans autres ressources que son travail, trouve dans le journal un moyen de s’assurer des revenus réguliers et un espoir de faire connaître ses œuvres :

  • 2 Émile Zola, « Lettre à Anthony Valabrègue (Paris, 4 avril 1867) », Correspondance. 1858-1867, dirig (...)

J'obéis, vous le savez, à des nécessités et à des volontés. […] J'ai besoin de la foule. Je vais à elle comme je peux, je tente tous les moyens pour la dompter. En ce moment, j'ai surtout besoin de deux choses : de publicité et d'argent2.

2Flaubert est l’une des rares exceptions qui confirme cette règle : issu d’un milieu bourgeois, fils d’un chirurgien réputé appartenant à la haute société rouennaise, il n’a guère besoin de se soucier de sa subsistance déjà assurée par une confortable rente, comme le note Michel Winock dans la biographie qu’il consacre à l’auteur :

  • 3 Michel Winock, Flaubert, Paris, Gallimard, coll. « NRF biographies », 2013, livre au format numériq (...)

Achille-Cléophas laissait alors une succession d’environ 800 000 francs, composée surtout, outre Croisset, de terres dans l’Aube (Nogent-sur-Seine) et dans le Calvados (Pont-l’Évêque). Ce sera pour Gustave la source d’une assurance-vie confortable, quand il aura renoncé à poursuivre ses études3.

  • 4 « Je perds ma virginité d’homme inédit de jeudi en huit le 1er octobre. Que la Fortune-Virile (cell (...)
  • 5 En réalité, Flaubert publie quelques articles de réclame et deux textes de jeunesse dans la revue r (...)

3Mais si Flaubert fait partie des chanceux qui peuvent se passer des revenus engendrés par la publication au jour le jour de bluettes littéraires, échappe-t-il pour autant au paradoxe qu’il souligne dans son Catalogue des opinions chics ? Lorsqu’il s’agit de « tonner contre », Flaubert n’est pas en reste. Au contraire, il fait partie des écrivains ayant le plus vigoureusement fustigé le monde de la presse. Cette exécration se manifeste très tôt dans la correspondance et peut s’expliquer par l’indépendance matérielle dont jouit l’auteur, en mesure de juger sans complaisance ni accortise un monde auquel il n’appartient pas. Mais si Flaubert peut financièrement « se passer » de la presse, il n’en demeure pas moins lié à ce journalisme contre lequel il vitupère. En effet, malgré un détachement affecté et une « virginité » périodique – selon la métaphore chère à l’auteur4 – qu’il revendique préserver jusqu’à la publication en feuilleton de Madame Bovary5, Flaubert est éminemment médiatique. Mais alors, si ce n’est par le publicisme, comment se manifeste la fascination de l’auteur pour la presse ? Quel rôle joue-t-il dans l’écosystème médiatique ? Enfin quelles posture et stratégie Flaubert adopte-t-il dans sa correspondance ?

  • 6 Marie-Astrid Charlier souligne la permanence du motif médiatique dans l’œuvre flaubertienne : « Mêm (...)
  • 7 Nous nous intéresserons ainsi à l’ensemble de la correspondance, des lettres de jeunesse à celles d (...)
  • 8 Gustave Flaubert, « À Georges Charpentier », Kaltbad-Righi, 10 juillet 1874, Correspondance, t. IV, (...)

4Pour bien comprendre la poétique « contre la culture médiatique » élaborée par Flaubert6 ainsi que la caution que lui offre sa posture surplombante, il est intéressant d’examiner l’évolution de son discours sur la presse à travers ses échanges épistolaires7. Car malgré la véhémence de ses réprobations et la condamnation des pratiques journalistiques, l’auteur déroge à ses principes lorsqu’il s’agit de ses amis qu’il place, conseille et initie, justifiant ses manœuvres par l’amour de l’art qu’il veut voir triompher sur la place publique. Mais l’intérêt de Flaubert pour la presse ne se limite pas à ces « utiles compromissions » au service de la gloire des autres. Les stratégies d’influence mises en place par l’auteur – qui se prête finalement plus volontiers qu’il ne veut l’admettre au « manège du monde » – ainsi que sa pratique de colligeur, visant à conserver tout ce qui paraît sur ses œuvres dans une sorte de recueil personnel qu’il nomme « amas de bêtise »8, démontrent une volonté de maîtrise du médiatique, liée à un goût de la réussite.

Flaubert contre le médiatique : construction d’une posture

  • 9 Thierry Poyet, « Flaubert et sa “posture” littéraire », La Gens Flaubert. La fabrique de l’écrivain (...)

La posture de Flaubert, même si elle s’exprime à travers des modalités diverses et complexes, peut apparaître assez simple à synthétiser. Elle tient dans la position de l’ermite qui se retire du monde pour mieux l’examiner et réfléchir sur sa vraie nature, animé cependant d’un dédain sans fond9.

  • 10 Nous nous appuierons sur les travaux de Jérôme Meizoz et de Dominique Maingueneau. Voir Jérôme Meiz (...)
  • 11 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 26 août 1846, Correspondance, t. I, édition présent (...)
  • 12 Dès son adolescence, Flaubert se découvre une parenté spirituelle avec saint Polycarpe. La phrase q (...)

5Cette synthèse, proposée par Thierry Poyet, met au jour deux caractéristiques majeures de la posture flaubertienne10 qui structurent et justifient le discours sur la presse que tient l’auteur dans sa correspondance. D’une part, la position de l’écart ou du retrait, largement commentée par la critique littéraire et qui vaut à Flaubert le surnom d’ermite de Croisset, implique un désintérêt total, voire une aversion, pour la presse passant par le refus de la lecture et de la publication périodique – « Oui j’ai un dégoût profond du journal, c’est-à-dire de l’éphémère, du passager, de ce qui est important aujourd’hui et de ce qui ne le sera pas demain »11. D’autre part, « le dédain sans fond » qui anime l’auteur atteint son acmé lorsqu’il s’agit du monde de la presse et des journalistes. Ce mépris, qui s’accompagne de violentes attaques, consolide la posture de saint Polycarpe fulminant contre ses contemporains12, elle aussi à l’origine d’un surnom, tout en contribuant à développer les considérations théoriques au fondement de l’esthétique et de la poétique flaubertiennes. Car comme le souligne Jérôme Meizoz :

  • 13 Jérôme Meizoz, Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur, op. cit. p. 32.

Loin d’être un épiphénomène qui relèverait de la médiatisation récente et outrée de la littérature, l’adoption (consciente ou non) d’une posture […] semble constitutive de l’acte créateur. Une posture s’élabore solidairement à une poétique : elle est une façon de donner le ton13.

« Je ne lis aucun journal »

6Ce ton, Flaubert le donne dès ses lettres de jeunesse. Après l’obtention de son baccalauréat et alors qu’il s’apprête à rejoindre la capitale, le jeune homme, âgé de vingt ans à peine, confie son ennui et son pessimisme quant à l’avenir à son ami Ernest Chevalier. À l’occasion de l’un de leurs échanges, Flaubert évoque également son désintérêt pour le monde, dont le journal est l’allégorie, et oppose la lecture de la presse à celle des auteurs classiques :

  • 14 Gustave Flaubert, « Lettre à Ernest Chevalier », Trouville, 22 août 1841, Correspondance, édition é (...)

Je ne lis aucun journal, ainsi la France peut changer de gouvernement, comme je change de souliers, quand je les trouve sales ou faisant eau, sans que je m’en aperçoive. Je n’ai emporté avec moi que Virgile, Shakespeare et Homère, trois maîtres qui valent seuls toutes les bibliothèques du monde, trois Océans, trois mondes de poésies et d’idées, la Grèce, l’Italie et le Nord14.

  • 15 Dans un article consacré aux jugements littéraires de Flaubert dans sa correspondance, Thierry Poye (...)
  • 16 La possibilité de passer à côté d’une information politique de premier plan finit d’ailleurs par ad (...)

7Cette indifférence vis-à-vis de l’actualité politique française vient compléter un passage descriptif dans lequel Flaubert, en vacances à Trouville comme l’exigent les rituels familiaux, se portraiture en sultan turc « vautré à plat dos sur le sable du rivage », une pipe à la bouche et des babouches aux pieds avant de conclure : « c’est là une vie tant soit peu orientale et contemplative ». Certes, ce refus de lire le journal est lié à la villégiature de Flaubert qui entend bien « passer comme cela un mois à ne rien faire », mais il est aussi annonciateur des rebuffades à venir. Cette première abstention participe activement de la construction de plusieurs poses et systèmes qui seront des topoï de la correspondance. Ainsi, nous pouvons relever dans cette lettre à la fois les fondements d’une axiologie de la lecture15, au sein de laquelle la lecture du journal n’a pas sa place, et les prémices de l’érémitisme flaubertien, guidé par un désir de s’abstraire du monde et de l’événement16.

8Deux ans plus tard, dans une réponse à la lettre de sa sœur Caroline, Flaubert réaffirme son incuriosité pour la presse :

  • 17 Gustave Flaubert, « À sa sœur Caroline », Paris, 25 mars 1843, Correspondance, t. I, op. cit., p. 1 (...)

Quant aux éloges dont l’ami Maurice bourre la gazette, comme je ne lis aucun journal à plus forte raison La Gazette musicale, je ne les connais pas mais je me les imagine, ils doivent être copieux. Du reste ce n’est pas Maurice qui écrit dans son journal. Tu peux voir qui, les articles sont signés17.

  • 18 « Caroline Flaubert à son frère Gusrave », Paris, 23 mars 1843, ibid., p. 149.
  • 19 Il s’agit d’un article paru le 19 mars 1843 dans la Gazette musicale de Paris, Journal des artistes (...)

9La circonstancielle de cause, subtilement glissée entre deux virgules comme s’il s’agissait d’une évidence, vise ici le rappel : au cas où sa sœur l’aurait oublié, Flaubert ne lit pas la presse ! Cette insertion, qui laisse imaginer le décrochement intonatif de l’auteur, est aussi une réaction à la remarque liminaire que fait Caroline à son frère dans sa lettre précédente : « Je te remercie, cher ami, de tous les compliments que tu me prodigues. On voit déjà que tu fréquentes des journalistes »18. L’enjeu du commentaire de Flaubert est donc de dénier son lien avec le monde du journalisme, tout en renforçant sa posture de l’écart, et ce malgré sa nouvelle vie parisienne. Toutefois, les lignes qui suivent montrent bien que l’auteur ne se contente pas d’imaginer les éloges de « l’ami Maurice ». Il connaît le journal et son personnel puisqu’il est non seulement en mesure d’affirmer que Maurice Schlesinger n’écrit pas dans la Gazette musicale qu’il détient, mais aussi de signaler que les articles y sont signés. La pose est donc bien perceptible dans le jeu de l’écrivain, qui aurait tout aussi bien fait d’indiquer directement la signature d’Henri Blanchard au bas de l’article évoqué par Caroline19.

  • 20 La correspondance entre Flaubert et Louise Colet débute le 4 août 1846, quelques jours après leur r (...)
  • 21 C’est en tout cas ce que nous laisse supposer la réponse de Flaubert car nous n’avons pas la lettre (...)

10Malgré ces discordances, Flaubert maintient et renforce son statut de non-lecteur du journal. Dans sa correspondance avec Louise Colet20, cette affirmation lui permet d’asseoir sa posture du retrait qui éclaire également sa conception de l’amour. En effet, alors qu’ils s’écrivent chaque jour ou presque pendant le mois d’août 1846 qui suit leur rencontre dans l’atelier du sculpteur James Pradier, la muse, engagée pour les droits des femmes et inspirée par l’histoire de la Révolution, tente de susciter chez Flaubert quelque intérêt pour la politique en lui recommandant la lecture du journal21. La réponse de l’auteur ne se fait pas attendre :

  • 22 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », 26 août 1846, Correspondance, t. I, op. cit., p. 313.

Je ne reçois aucune visite je n’ai à Rouen aucun ami. Rien du dehors ne pénètre jusqu’à moi. Il n’y a pas d’ours blanc sur son glaçon du Pôle qui vive dans un plus profond oubli de la terre. Ma nature m’y porte démesurément et en second lieu pour arriver là j’y ai mis de l’Art. Je me suis creusé mon trou et j’y reste ayant soin qu’il y fasse toujours la même température. Qu’est-ce que m’apprendraient ces fameux journaux que tu désires tant me voir prendre le matin avec une tartine de beurre et une tasse de café au lait ? Qu’est-ce que tout ce qu’ils disent m’importe ? Je suis peu curieux des nouvelles, la politique m’assomme, le feuilleton m’empeste. Tout cela m’abrutit ou m’irrite22

  • 23 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », 30 avril 1847, ibid., p. 452.

11Dans la suite de cette lettre bien connue, Flaubert proclame son dégoût pour le journal et explique son insensibilité aux causes pour lesquelles se passionne Louise Colet. Pour l’auteur, qui défend une fraternité universelle, les injustices d’aujourd’hui ne méritent pas plus l’intérêt que celles d’hier : « Je suis le frère en Dieu de tout ce qui vit, de la giraffe [sic] et du crocodile comme de l’homme, et le concitoyen de tout ce qui habite le grand hôtel garni de l’univers ». Ce positionnement va de pair avec la vision de l’amour flaubertienne et justifie la relation qu’il propose à son amante : isolé dans sa thébaïde, l’auteur n’accepte de voir Louise Colet que cinq fois entre 1846 et 1848. En effet, dans la hiérarchie esquissée par l’auteur dans sa correspondance, l’amour qui « n’est pas et ne doit pas être au premier plan de la vie »23, passe après la grande œuvre à réaliser. Ainsi, le refus de lire le journal, qui symbolise le refus de prendre part au monde, fonde sa théorie d’une presse opposée à l’Art, qui doit être le seul but de son existence.

12C’est d’ailleurs lorsqu’il s’agit de l’œuvre en cours de création que l’écrivain affiche le plus nettement sa pose de non-lecteur de la presse. Ainsi, en juillet 1876, alors qu’il achève l’écriture d’Un cœur simple, Flaubert réactive la formule qui scande la correspondance :

  • 24 Gustave Flaubert, « À Léonie Brainne », Croisset, 8 juillet 1876, Correspondance, t. V, op. cit., p (...)

Je travaille beaucoup, je me baigne tous les jours. Je ne reçois aucune visite, je ne lis aucun journal – et je vois assez régulièrement se lever l'aurore (comme présentement) […]24.

  • 25 Gustave Flaubert, « À Guy de Maupassant », Croisset, 19 Juillet 1876, ibid., p. 76.

Tous les jours je vois se lever le soleil. Je ne reçois personne, ne lis aucun journal, ignore absolument ce qui se passe dans le monde, – et gueule, dans le silence du cabinet, comme un énergumène25.

  • 26 Gustave Flaubert, « À Émile Zola », Croisset, 26 Juillet 1876, ibid., p. 80.

Et j'ignore tout ce qui se passe dans le monde, ne vois personne, ne lis aucun journal, – excepté La République des Lettres dont le numéro du 16 m'a exaspéré, à cause de l'article sur Renan26.

  • 27 Gustave Flaubert, « À la Princesse Mathilde », Croisset 26 Juillet 1876, ibid., p. 82.

Je ne vois aucun mortel, ne lis aucun journal et je travaille, comme un enragé27

  • 28 Gustave Flaubert, « Au Docteur Jules Cloquet », Croisset, 17 juin 1855, Correspondance, t. II, op. (...)
  • 29 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 12 juillet 1856, ibid., p. 619.
  • 30 Gustave Flaubert, « À Jules Duplan », Croisset, 10 mai 1857, ibid., p. 713.
  • 31 Goulemot, Jean M. et Oster, Daniel, Gens de lettres, écrivains et bohèmes : l’imaginaire littéraire (...)

13Ces variations du même motif montrent bien que le refus de la lecture est un élément consolidant la posture de l’ermite livré aux affres de la création. La lettre adressée à Zola fait toutefois mention d’une exception qui lézarde une fois de plus cette description anachorétique. En effet, pour évoquer avec l’auteur des Rougon-Macquart l’article sur Renan, Flaubert est bien contraint d’avouer qu’il lit la presse, tout du moins un titre. Les références aux nouvelles glanées dans les journaux ainsi que les anecdotes que Flaubert mentionne au fil des lettres montrent que La République des Lettres est loin d’être une exception : « La Presse, seul journal que je feuillette […]28» ; « Je viens d’apprendre, dans le Journal de Rouen29 […] » ; « J’ai reçu un numéro du Journal du Loiret où il y a un article de Cormenin très bienveillant30 ». Ainsi, l’érémitisme flaubertien apparaît comme « un spectacle entre hommes de lettres, une scène de bordel cérébral31 ». Mais si le statut de non-lecteur du journal semble surtout relever d’une théâtralisation, qu’en est-il de la publication périodique ?

« Publier en volume, c’est plus crâne32 »

  • 32 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 31 mars 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p. 2 (...)

14Dans une lettre adressée à Louise Colet le 23 janvier 1854, Flaubert répond aux reproches que la muse semble lui adresser suite à son conseil à Bouilhet. En effet, l’auteur aurait recommandé à son ami de refuser d’écrire dans le journal Les Modes Parisiennes illustrées. Journal de la bonne compagnie, récemment fondé par Louise Colet. Cette justification est l’occasion pour Flaubert d’expliquer son positionnement quant à la publication dans la presse et de dresser un parallèle avec sa propre pratique :

  • 33 Avant cette lettre, Flaubert se félicitait déjà, en employant le même champ lexical, d’avoir résist (...)

S'il faut (quand je serai à Paris) t'expédier des articles pour t'obliger, de grand cœur. Mais quant à signer, non. Voilà vingt ans que je garde mon pucelage. — Le public l'aura tout entier et d'un seul coup, ou pas. D'ici là, je le soigne. Je suis bien décidé d'ailleurs à n'écrire par la suite dans aucun journal, fût-ce même la [Revue des Deux Mondes] si on me le proposait33.

15L’auteur file ensuite la métaphore en septembre 1856, lorsqu’il annonce à son ami Ernest Chevalier la perte de sa « virginité » prochaine avec la parution de Madame Bovary dans la Revue de Paris. Même s’il déroge au principe qu’il s’était fixé – ce n’est pas « tout entier et d’un seul coup » que le public découvrira Madame Bovary mais par livraisons hebdomadaires – c’est tout de même en un seul bloc que l’auteur donne son roman à Maxime du Camp et Laurent Pichat, bien avant le tirage du premier feuilleton. En effet, Flaubert, qui se refuse à l’ingrate tâche de la création au jour le jour, souhaite que son écriture s’élève au-dessus de toutes les contingences :

  • 34 Thierry Poyet, « Flaubert et sa “posture” littéraire », La Gens Flaubert, op. cit., p. 473.

Il s’agit de n’écrire ni en fonction des désirs de ses contemporains, ni pour satisfaire le moindre de leurs besoins. Penser le monde demande une autre relation à la temporalité. Il en découle, aussi, le refus d’écrire dans les journaux : ni articles critiques, ni comptes rendus esthétiques, ni publications feuilletonnesques. Tout ce qui a trait au quotidien et s’inscrit dans une relation d’immédiateté avec le réel reste à bannir aux yeux d’un Flaubert tout à fait intransigeant sur ces questions34.

  • 35 Il s’agit des deux textes cités supra (note 5). Pour en savoir plus à ce sujet, voir Y. Leclerc, «  (...)
  • 36 Nous ne développerons pas sur cet article déjà magistralement examiné par Anne Herschberg-Pierrot d (...)
  • 37 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 24 avril 1852, Correspondance, op. cit.
  • 38 Nous ne reviendrons pas non plus en détail sur les violentes sorties de Flaubert saint-Polycarpe co (...)

16Mais il faut dire que la publication de Madame Bovary n’est pas la véritable première fois de Flaubert qui, dans ses jeunes années, a publié dans Le Colibri35. Par ailleurs, une causerie publiée en mai 1854 dans les Modes parisiennes, sous le pseudonyme d’Arthur, a été identifiée comme le seul article de critique littéraire rédigé par l’auteur36. Ces rares publications mises à part, la sécurité financière dont bénéficie Flaubert exempte l’auteur de collaborations régulières, ce qui lui permet de tonner en toute légitimité et avec une violence inouïe à la fois contre le « putinage d’esprit »37 que constitue le journalisme et contre les publicistes dont il déplore les manœuvres38.

  • 39 Il faut aussi noter la publication des Trois Contes dans Le Moniteur Universel et Le Bien Public, a (...)

17Ainsi, les contemporains de Flaubert et la postérité retiennent l’image d’un auteur qui ne s’est jamais compromis en ne sacrifiant pas à cette écriture quotidienne monnayée et avilissante, symbole de la perdition de l’artiste39. Mais Flaubert est-il pour autant étranger au monde de la presse ? Ne cède-t-il pas à quelques accommodements ? En somme, n’existe-t-il pas d’autres moyens « d’être médiatique » que la publication périodique ?

La presse pour les autres : le cabinet d’influence de Croisset

18Dans son ouvrage Flaubert ou une conscience en formation. Éthique et esthétique de la correspondance, Thierry Poyet place les lettres de l’auteur sous le signe de la contradiction :

  • 40 Thierry Poyet, Flaubert ou une conscience en formation. Éthique et esthétique de la correspondance (...)

La lettre flaubertienne ne semble pas pouvoir s’étudier en dehors du concept de contradiction, qui reste à classer parmi les plus féconds. En effet, lieu d’une communication interdite dans l’œuvre, elle permet de tout dire et le dilemme flaubertien s’inscrit dans un double emploi des mots : entre art et communication, entre épanchement du moi et recherche de l’impersonnalité pour Flaubert, entre école romantique et école réaliste selon les historiens de la littérature. Tout devient affaire de dilemmes, nombreux et permanents40.

Si l’on a déjà décelé plusieurs de ces dissonances, notamment entre théorie et pratique de lecture et de publication périodique, d’autres dilemmes se présentent à Flaubert lorsqu’il s’agit de ses proches. En effet, s’il refuse pour lui-même la publicité que confèrent les collaborations journalistiques régulières, il intervient à plusieurs niveaux dans l’élaboration de la stratégie médiatique de ses protégés. Dans « le silence du cabinet » – l’expression apparaît à soixante reprises dans la correspondance – Flaubert, qui se fait tour à tour conseiller, agent, ou encore régie publicitaire, œuvre pour le succès de ses amis en employant des méthodes similaires à celles qu’il déplore chez les journalistes. Après tout, l’Art mérite bien d’utiles compromissions !

Flaubert conseiller

  • 41 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », 23 septembre 1847, Correspondance, t. I, op. cit., p. 474.

Si je ne veux pas de bruit pour moi (faisant un peu peut-être comme le renard ?), si de jour en jour j’en deviens plus reculé, plus insoucieux et plus insensible, toute ma vanité s’est reportée sur les autres. Oh, pauvre amie, si l’on t’applaudit bien, crois-tu que les bravos ne retentiront pas encore plus fort dans mon cœur que dans la salle41 ?

  • 42 Le verbe « conseiller » et ses flexions morphologiques sont omniprésents dans la correspondance.
  • 43 Nous empruntons cette expression à Nicole Frénois. « Publication et vie sociale », Les Amis de Flau (...)

19C’est donc cette « vanité pour les autres » qui motive Flaubert à abandonner partiellement sa posture d’ermite ignorant tout du monde et de l’actualité. Au rebours de cette image d’anachorète, l’auteur se pose effectivement en expert de la presse et de ses mécanismes lorsqu’il s’agit de prodiguer les meilleurs conseils42 et encouragements à ses proches. Cette attitude pourrait paraître paradoxale à plusieurs titres. D’abord parce que Flaubert enjoint ses amis à faire une chose qu’il se refuse à faire lui-même et à employer des méthodes qu’il honnit chez les autres. Mais l’auteur justifie cette apparente antinomie par l’amour de l’Art – pour Flaubert la fin justifie les moyens – et par un goût de la réussite dirigé vers les autres, véritable tour de force qui lui permet de transformer l’écœurante ambition en philanthropie. Aussi, parce qu’il ne collabore avec aucune rédaction, l’auteur paraît mal indiqué pour diriger ses correspondants vers tel ou tel titre de presse. Là encore, Flaubert parvient à neutraliser cette objection en faisant de ce hors-champ un atout : c’est justement la position surplombante de l’auteur, appartenant à l’« élite désintéressée »43, qui lui confère sa grande expertise.

  • 44 L’attirance de Flaubert pour la Revue de Paris fluctue en fonction de ses relations avec Du Camp. E (...)

20Parmi les conseils qu’il dispense, Flaubert tente d’aiguiller ses amis – en particulier Louise Colet et Louis Bouilhet – dans le choix des titres auxquels confier leurs œuvres et articles. Comme nous le percevions déjà supra – lorsque Flaubert explique son refus de publier « fût-ce même [dans] la [Revue des Deux Mondes] si on [le lui] proposait » –, il existe bien une hiérarchie dans la conception flaubertienne de l’écosystème médiatique. Logiquement, la publication en revue, avec en tête de liste la Revue des Deux Mondes, apparaît plus désirable que la parution dans les feuilles quotidiennes, mais les brouilles de l’auteur avec les directeurs de ces « boutiques » le poussent à réviser son jugement et à composer – non sans un certain esprit de vengeance – sans les Buloz, Pichat ou encore Du Camp44. Aussi Flaubert constate-t-il que la presse quotidienne est un meilleur investissement, dans la mesure où celle-ci atteint une plus large audience. En plus du lieu de publication, le conseiller Flaubert n’hésite pas à faire des recommandations relevant de la dimension scriptuaire de l’œuvre : selon le contexte, il suggère la pseudonymie ou la publication en nom propre :

  • 45 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 23 janvier 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p (...)

Publie donc cela franchement et avec ton nom puisque c’est de beaucoup ta meilleure œuvre. Quant à la R[evue] des D[eux] Mondes, à part l’avantage immédiat d’être lu, je n’en vois pas d’autre []45.

  • 46 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 27 juin 1852, ibid., p. 118.

Voilà enfin la pièce sur Pradier. Si tu trouves le moyen de la faire paraître dans Les Débats, La Presse, ou Le Pays, jamais on ne se doutera que la publication vient de toi46.

  • 47 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 8 décembre 1853, ibid., p. 474.

Tu serais un fameux couillon de leur donner Les Fossiles pour rien. Dans ce cas-là, il vaudrait mieux les donner à n’importe quel journal, Le Pays ( ?), La Presse ( ?), qui te les prendrait comme variétés. Mais pousse le père Babinet pour la Revue des Deux Mondes47.

21D’autres conseils, prodigués notamment à Bouilhet – Louise Colet étant déjà une experte en la matière – relèvent davantage de stratégies de réseaux, ce qui démontre que Flaubert a conscience de l’importance des relations pour arriver :

  • 48 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 5 juillet 1854, ibid., p. 561.

Cette année-ci, tu peux ! et tu dois t’employer à te faire des connaissances. Si j’étais de toi, je me lancerais dans le monde plus que tu ne fais48.

  • 49 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 5 octobre 1855, ibid., p. 602.

Tu as un talent que je ne reconnais qu’à toi. Il te manque ce qu’ont tous les autres, à savoir : l’aplomb, le petit manège du monde, l’art de donner des poignées de main, et d’appeler « mon cher ami » des gens dont on ne voudrait pas pour domestiques. Cela ne me paraît pas monstrueux à acquérir, quand surtout, il le faut49.

  • 50 Gustave Flaubert, « À Amélie Bosquet », Croisset, 2 janvier 1868, Correspondance, t. III, op. cit., (...)

22Mais ces conseils, embarrassants pour la posture de Flaubert, ne sont pas dispensés à n’importe qui : l’auteur les réserve à ses amis intimes. Ainsi les demandes extérieures de confrères et autres arrivistes sont rejetées au motif que l’auteur ne dispose pas des connaissances ou de l’influence suffisantes pour leur faire les meilleures recommandations – « Je ne connais pas un journal, où j’aie quelque autorité50 ». Mais la posture de l’auteur peut s’assouplir en fonction des correspondants et des relations nouées. Les lettres que l’auteur échange avec René de Maricourt fournissent un bel exemple des potentielles évolutions du discours flaubertien. Suite à une première prise de contact du comte, assortie d’une demande de recommandation quant au journal où publier son prochain roman, Flaubert botte en touche :

  • 51 Gustave Flaubert, « À René de Maricourt », Paris, 7 mai 1865, ibid., p. 437.

Cher Monsieur ou plutôt cher Confrère, […] Comme je n'ai jamais écrit dans aucun journal et qu'aucun n'a besoin de moi, toutes les recommandations que je pourrai vous donner pour ces sortes d'endroits seraient complètement inutiles. Mais quand vous en serez à mettre votre roman en volume, je pourrai faire qu'on le lise chez Lévy51.

  • 52 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 23 janvier 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p (...)

23S’il feint l’incompétence concernant les titres de presse, Flaubert offre à son correspondant de le recommander pour une publication en volume, plus convenable et conforme aux discours et à la posture élaborés par l’auteur. Du reste, même lorsqu’il envisage la presse comme tremplin dans l’intimité, Flaubert ne perd jamais de vue l’objectif de publication en livre – « peu importe, publie-le séparément, après qu’il sera paru dans un journal, et je serais fort étonné si ce conte n’avait un grand succès52 ». Mais suite aux interminables dithyrambes de René de Maricourt à celui qu’il nomme déjà son maître, Flaubert, flatté, baisse quelque peu sa garde :

  • 53 Gustave Flaubert, « À René de Maricourt », Croisset, 4 janvier 1867, Correspondance, t. III, op. ci (...)

Je ferai tout ce que je pourrai pour vous être agréable. Quant à vous faire avoir des articles, je ne demande pas mieux que d'en demander pour vous ; mais entre les promesses et l'exécution d'icelles il y a loin, comme vous savez. Enfin nous verrons53.

24Par cette manœuvre dilatoire, l’auteur se laisse certainement le temps d’éprouver sa nouvelle relation. Il ne promet rien, mais n’exclut pas l’idée d’essayer. Dans une lettre à sa nièce, à qui il envoie le manuscrit du roman de Maricourt, il confie son impression sur le jeune homme qu’il semble avoir quelque peu pris en pitié :

  • 54 Gustave Flaubert, « À sa nièce Caroline », Paris, 13 mars 1867, ibid., p. 614.

Mr René de Maricourt n'a rien d’attrayant à première vue. Mais je le crois un excellent garçon, et très malheureux, très à plaindre. Il m'a dit que son frère était un fou fieffé. Le gaillard aimait beaucoup les cocottes et le vin […]54.

  • 55 Pierre-Jean Dufief (dir.), Les écritures de l'intime, La correspondance et le journal, Actes du col (...)

Ces différences de tons et de postures montrent bien que « les grandes correspondances, comme celle de Flaubert, sont des kaléidoscopes où l'auteur a autant de visages, de facettes, qu'il a de correspondants55 ».

Flaubert régisseur publicitaire

  • 56 S’il montre des marques d’agacement à la lecture de comptes rendus négatifs, Flaubert comprend avan (...)

Une fois les œuvres de ses obligés insérées dans la presse, Flaubert intervient de nouveau pour commenter leur réception. L’auteur reconnaît ainsi le potentiel de certaines critiques, même mauvaises, ce qui témoigne encore d’une véritable prise en compte du public56 :

  • 57 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 1er octobre 1852, Correspondance, t. II, op. cit., (...)

Quoi qu’il en soit, Cuvillier t’admire beaucoup. Cela perce et c’est un bon article au sens profitable du mot57.

  • 58 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 2 juillet 1853, ibid., p. 371.

Continue, bonne, chère et grande Muse, sans t’inquiéter des Énault ni des Pelletan. Si cet article fait du bien à la vente, tant mieux58.

  • 59 Au fil des années, ce sont les articles de réclame qui viennent à Flaubert qui n’a plus qu’à les pr (...)

Malgré tout, les articles favorables sont nécessaires, c’est pourquoi l’auteur s’affaire pour obtenir à ses amis de la réclame. Après la publication du poème Melaenis de Bouilhet, Flaubert tente plusieurs approches pour obtenir des critiques complaisantes59 :

  • 60 Gustave Flaubert, « À Amédée Méreaux », Croisset, 19 octobre 1851, Correspondance, t. II, op. cit., (...)

Mon cher ami, Vous allez recevoir de Bouilhet son poème de Melaenis. Vous chargez-vous de faire un petit article ? il n’y a encore rien eu dans le Journal de Rouen sur la Revue de Paris. Le moment serait opportun60.

  • 61 Gustave Flaubert, « À Maxime Du Camp », Croisset, 21 octobre 1851 ibid., p. 9.

25Ces requêtes sont également l’occasion de négociations plus importantes, comme celles visant à pérenniser les échanges publicitaires entre titres journalistiques. Les enjeux de ces manœuvres dépassent le simple cas individuel et relèvent d’un véritable travail de régie publicitaire. Quand ce n’est pas pour les particuliers, Flaubert se met au service de la Revue de Paris pour récupérer le plus d’adhésions possible. Ainsi dans une lettre à Du Camp, Flaubert explique qu’il a non seulement acté un échange avec le Journal et la Revue de Rouen, mais aussi que Bouilhet est en charge de nouvelles tractations avec deux autres titres de presse : « Tu vois que nous ne nous endormons pas sur la grosse caisse. Si tout cela ne vous donne pas des abonnés, au moins ça vous fera des lecteurs, ce qui est le principal61 ». Ces entreprises de grande ampleur permettent ensuite à Flaubert de consolider ses alliances pour les publications futures de ses amis, ou encore de placer certains de ses protégés dans les rédactions.

Flaubert agent de journaliste

26Les interventions de Flaubert ne se limitent pas à des placements ponctuels, l’auteur est également sollicité pour des demandes de collaborations régulières, plus sûres lorsqu’il s’agit de s’assurer un revenu. Si ce travail contrevient encore davantage aux principes de l’auteur, ce dernier accepte de placer ses protégés ou certains débutants qui frappent à sa porte :  

  • 62 Gustave Flaubert, « À Charles-Edmond Chojecki », Paris, 20 février 1872, Correspondance, t. IV, op. (...)

Pouvez-vous placer dans votre journal un brave garçon qui s'appelle dans les petits journaux Jules Dementhe et de son vrai nom Jules Rohaut ? Je vous le recommande comme un homme très intelligent, probe et pouvant tout faire, depuis les échos jusqu'à la satire en vers ; il est très au courant de la trituration des feuilles. En lui donnant actuellement de quoi vivre vous m'obligeriez62.

  • 63 Lorsqu’il s’agit des refus d’articles ou d’œuvres composés par ses amis, Flaubert réagit avec une g (...)

27Mais lorsque Flaubert trouve que les choses ne vont pas assez vite ou qu’il reçoit une réponse défavorable63, le saint Polycarpe, vexé, se répand en insultes. Dans ces sursauts de révolte ressurgit la haine viscérale que l’auteur porte à la presse :

  • 64 Gustave Flaubert, « À Guy de Maupassant », Croisset, 10 août 1876, Correspondance, t. V, op. cit., (...)

Conclusion : s'écarter des journaux ! La haine de ces Boutiques-là est le commencement de l'amour du Beau. […] Je me suis fâché avec la Revue de Paris, et je me fâche avec La R[épublique] des Lettres. Afin de continuer mes relations avec Lapierre je ne lis pas Le Nouvelliste. Jamais de la vie, aucun journal ne m'a rendu le plus petit service. On n'a pas reçu les romans que j'y recommandais, ni inséré la moindre des réclames sollicitées pour des amis ; et les articles qui m'étaient favorables ont passé malgré la direction desdites feuilles. – Entre ces messieurs et moi, il y a une antipathie de race, profonde. Ils ne le savent pas, mais je le sens bien. – En voilà assez sur ces misérables64 !

28La colère de Flaubert dans cette lettre adressée à son disciple Maupassant semble le dépourvoir de lucidité (ou de bonne foi). Car son influence est majeure et incontestable. Quelques mois après cette incartade, les faits démentent encore les propos de l’auteur lorsqu’il recommande Maupassant pour un travail de critique littéraire et qu’il est immédiatement exaucé :

  • 65 Guy de Maupassant, « À Gustave Flaubert », Croisset, 10 novembre 1876, Correspondance, édition élec (...)

Dans tous les cas M. Raoul Duval paraît bien décidé à m’attacher à la rédaction de son journal. Je l’en ai vivement remercié, mais c’est à vous surtout, mon bien cher Maître, que doivent aller tous mes remerciements65.

  • 66 Gustave Flaubert, « Marie Régnier », 1874 [ ?], Correspondance, t V, op. cit., p. 1090.

Les emportements de Flaubert sont donc bien fréquents, et le volcan de sa haine pour la presse n’est jamais vraiment éteint. Mais en réalité, Flaubert se complaît dans sa position de mentor. Il aime tirer les ficelles et être à la manœuvre : « Charpentier lira votre roman, que je lui ai véhémentement recommandé et, s’il n’en veut pas, il s’arrangera pour le placer dans un journal quelconque. Donc, retirez-le de L’Opinion nationale. “Les concessions ont conduit Louis XVI à l’échafaud.”66 » Ces jeux d’influence semblent flatter son égo au moins autant qu’ils servent ses intérêts et ceux de ses proches. Aussi, l’auteur se vexe-t-il lorsque ses correspondants intègrent des rédactions sans l’avoir préalablement consulté :

  • 67 Gustave Flaubert, « À Amélie Bosquet », Croisset, 19 juillet 1864, Correspondance, t. III, op. cit.(...)

Vous voilà donc placée au Temps ? Mais il faut prendre de la patience, à ce qu'il paraît. En prendrez-vous ? […] On m'a conté que vous aviez écrit dans le Journal de Rouen le compte rendu de La Religieuse. Vous êtes donc rentrée dans ce papier dont j'exècre le ton bourgeois et les tendances rétrogrades. – Tant pis pour vous. C'est perdre votre temps67.

L’obsession médiatique : entre peur de l’échec et auto-archivomanie

29En contrepoint des poses déjà évoquées, une autre caractéristique complexifie la posture flaubertienne :

  • 68 Thierry Poyet, « Flaubert et sa “posture” littéraire », La Gens Flaubert. op. cit., p. 474.

Il est une autre posture, celle qui se caractérise a contrario par des relations littéraires et mondaines, des cénacles et des clans, sinon des bandes, des réseaux amicaux, voire des groupes d’influence. […] À côté du Flaubert retiré à Croisset, ours enfermé dans sa tanière, il existe un mondain qui aime à briller dans les salons, qui occupe toute la place que les autres sont bientôt obligés de lui laisser. C’est un Flaubert qui parle haut, et qui risque de devenir parfois encombrant pour ses amis les plus fidèles et bienveillants68.

30Il semble ainsi que les stratégies que Flaubert élabore pour la gloire des autres servent aussi à l’auteur qui utilise son réseau pour garantir le succès de ses œuvres. Ces années de négociations éditoriales et de tractations au service de ses protégés ont ainsi permis à Flaubert de fourbir ses armes et de tisser sa toile pour préparer la publication de son grand œuvre. Aussi est-il particulièrement embêté quand la Revue de Paris écorche son nom en annonçant la publication de Madame Bovary :

  • 69 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 3 août 1856, Correspondance, t. II, op. cit., p.  (...)

La Revue de Paris du 1er août m’a annoncé. Mais incomplètement, en écrivant mon nom sans L (je te laisse à faire le calembour) : « Madame Bovary (mœurs de province) par Gustave Faubert ». C’est le nom d’un épicier de la rue Richelieu, en face le Théâtre-Français. Ce début ne me paraît pas heureux ! Quid dicis ? Je ne suis pas encore paru que l’on m’écorche69.

  • 70 Au sujet de l’amitié entre Flaubert et les frères Baudry, voir Max Brière, « Des amitiés rouennaise (...)

31La réaction de l’auteur, très embêté face à cette coquille anecdotique, est particulièrement révélatrice du désir de Flaubert de maîtriser son image. Cette volonté de contrôle se manifeste par des demandes d’articles en faveur de ses œuvres, qu’il charge ensuite ses proches amis d’insérer, en particulier lorsqu’il est éreinté par la presse. Alfred Baudry, ami de Flaubert depuis leur enfance partagée en terre rouennaise70, joue souvent ce rôle d’intermédiaire :

  • 71 Gustave Flaubert, « À Alfred Baudry », Paris, 14 décembre 1862, Correspondance, t. III, op. cit., p (...)

Mon cher Ami, Il a paru ce soir dans La Presse un article de Saint-Victor splendide. Un peu plus et il m'appellerait le Père éternel. Vous devriez vous arranger pour qu'on le reproduisît dans Le Fanal – cela vaudra bien Brescy comme forme, fond, intention (et agrément pour l'auteur). À défaut du Journal de Rouen, faites-le mettre dans Le Nouvelliste. Je suis pas mal trépigné par les ânes, quelques roses ne nuiront pas. Vous êtes bien paresseux, mon brave ! J'aurai encore, en fait d’articles favorables dans Le MoniteurLe Nord et Le Pays, les critiques de Théo, Ph. Boyer et Baudelaire71.

  • 72 Gustave Flaubert, « À Alfred Baudry », Paris, 22 décembre 1869, Correspondance,t. V, op. cit., p. 1 (...)

Mon petit Père, Comme je suis violemment trépigné par les Feuilles, – il ne serait pas désagréable à votre ami que l’article de Me Sand inséré dans La Liberté de mardi fût reproduit par le Journal de Rouen ou par Le Nouvelliste. […] Quant au succès matériel dudit bouquin, il est excessif, ça se vend énormément72.

  • 73 Ces dossiers, pour la plupart rédigés de la main de Duplan, sont disponibles en ligne dans le dossi (...)
  • 74 Flaubert n’hésite pas à relancer son éditeur lorsqu’il met trop de temps à lui fournir les articles (...)

32Outre ces nécessaires stratégies de publication, une pratique est particulièrement caractéristique de l’obsession de l’auteur pour le médiatique : Flaubert fait collection des comptes rendus qui paraissent sur ses œuvres73. Toujours avec l’aide d’Alfred Baudry, de son ami Jules Duplan et de son éditeur Michel Lévy74, l’auteur tient une impressionnante revue de presse dont il déplore l’incomplétude, notamment après la mort de Duplan :

  • 75 Gustave Flaubert, « À sa nièce Caroline », Croisset, 23 décembre 1879, ibid., p. 771.

Je serais bien contrarié si le titre de mon roman, et même mon roman était annoncé maintenant ! – Mon petit Duplan m'envoyait toutes les feuilles où se trouvait mon nom, à présent je ne sais même plus ce qui me concerne75 !

  • 76 Gustave Flaubert, « À Émile Bergerat », Croisset, fin de janvier-début de février 1880, ibid., p. 8 (...)

Qui est donc celui qui m'a fait une si belle réclame dans le Voltaire ? Et cet oiseau de Charpentier qui ne m'a pas envoyé un pareil article ! Quel être ! Rappelez-lui que j'en attends toujours deux exemplaires76.

  • 77 Stéphanie Dord-Crouslé, « Les archives de Flaubert : conserver pour prouver », dans Les archives au (...)

33C’est en effet Charpentier qui est chargé de reprendre la « collection des articles sur St Antoine » à propos de laquelle Flaubert confie : « je tiens beaucoup à cet amas de bêtises ». La question des motivations de l’auteur à constituer une telle archive se pose. Dans un article éclairant77, Stéphanie Dord-Crouslé fait l’hypothèse que cette pratique pathogène a partie liée avec un désir de justification. En effet, elle postule que Flaubert, échaudé par le procès Bovary, « profondément marqué par le fait d’avoir été incriminé et d’avoir eu à se justifier sans avoir à sa disposition toutes les preuves », souhaite se protéger. Elle ajoute que ces coupures de presse recopiées de la main de Duplan auraient aussi vocation à trouver leur place dans l’encyclopédie de la bêtise humaine flaubertienne. L’auteur demande d’ailleurs à Zola de lui mettre de côté « toutes les bêtises » qui paraîtront au sujet de La Conquête de Plassans avant de préciser : « ce genre de documents m’intéresse ».

34Mais outre le désir d’alimenter le sottisier de Bouvard et Pécuchet ou de se justifier en cas d’attaque, ce recueil personnel semble révéler une obsession profonde pour le médiatique qui semble aller de pair avec une peur panique de l’échec. Le substantif « échec » est d’ailleurs largement absent de la correspondance – lieu finalement peu propice à l’épanchement – comme s’il était tabou. Finalement, Flaubert n’évoque ses faillites que lorsqu’elles sont advenues, sous la forme d’un douloureux constat :

  • 78 Gustave Flaubert, « À Ivan Tourgueneff », Kaltbad, Righi, Suisse, 2 juillet 1874, Correspondance, t (...)

Le grand succès m'a quitté depuis Salammbô. Ce qui me reste sur le cœur c'est l'échec de L'Éducation sentimentale. Qu'on n'ait pas compris ce livre-là, voilà ce qui m'étonne78.

  • 79 Gustave Flaubert, « À sa nièce Caroline », Croisset, 30 octobre 1873, ibid., p. 726.

35En définitive, malgré son absence remarquée des colonnes du journal et sa posture contre le médiatique, largement commentée par la critique, Flaubert entretient une véritable fascination pour la presse qu’il laisse quelquefois entrevoir au détour d’une conversation : « il y a des jours où je brûle d'être journaliste, pour épancher ma bile, ou plutôt pour dire ce qui me semble la justice79 ». Si la presse intéresse l’auteur, c’est qu’elle agit comme un porte-voix qui lui permettrait de « gueuler », cette fois hors du cabinet, sa haine des mécanismes et des individus qui pervertissent l’Art :

  • 80 Gustave Flaubert, « À Guy de Maupassant », Croisset, 13 février 1880, Correspondance, t. V, op. cit (...)

Redis à Zola que je suis enthousiasmé par l’idée de son journal (un autre titre : Le Justicier ?). Il y aurait toute une série d’articles à faire sur les Tyrans du dix-neuvième siècle. On commencerait par la littérature et le journalisme : Buloz, Marc Fournier, Halanzier, Granier de Cassagnac, Girardin etc […] Le tout pour prouver que les misérables susnommmés ont fait verser plus de larmes que Waterloo et Sedan. Un livre pareil, bien fait, se vendrait à un million d’exemplaires80.

36C’est donc pour mieux tonner contre la presse que Flaubert justicier se projette dans l’exercice du journalisme, sans jamais concrétiser cette collaboration. Mais plus qu’une tribune, la presse est surtout envisagée comme un expédient, un levier puissant permettant de faire connaître ses œuvres et celles de ceux dont il juge la réussite légitime, comme le démontrent les nombreuses réflexions que Flaubert mène sur la rentabilité des articles de réclame ou de critique ainsi que la conscience aiguë du public dont il fait preuve :

  • 81 Thierry Poyet, « Flaubert et sa “posture” littéraire », La Gens Flaubert, op. cit. p. 467.

La génération née en 1820, celle des Baudelaire et des Flaubert justement, ne peut plus faire abstraction d’une situation de médiatisation toute neuve. Il n’est plus possible de devenir écrivain par hasard. Peut-être même ne devient-on plus que l’écrivain qu’on a choisi d’être en fonction d’un épanouissement extérieur – médiatique – qui définit ou transcende les réalités intérieures de sa propre conscience esthétique81.

37Enfin, la presse, et en particulier la réception des œuvres publiées par Flaubert, est un moyen pour l’auteur d’apprécier la réussite de ses ouvrages et de satisfaire son goût du succès – lorsque celui-ci est au rendez-vous. Le soin apporté à la constitution et à la conservation des transcriptions d’articles parus à son propos – notons d’ailleurs que ces fragments sont recopiés à la main et non découpés dans l’imprimé – révèle l’obsession d’un Flaubert bien plus médiatique que ce que l’histoire littéraire a retenu.

Haut de page

Notes

1 Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues, texte établi, présenté et annoté par Anne Herschberg Pierrot, Paris, Le Livre de Poche, 1997, p. 97.

2 Émile Zola, « Lettre à Anthony Valabrègue (Paris, 4 avril 1867) », Correspondance. 1858-1867, dirigée par Barend Hendrik Bakker, Montréal - Paris, Éditions du CNRS, t. I, 1978, p. 485.

3 Michel Winock, Flaubert, Paris, Gallimard, coll. « NRF biographies », 2013, livre au format numérique, p. 23.

4 « Je perds ma virginité d’homme inédit de jeudi en huit le 1er octobre. Que la Fortune-Virile (celle qui dissimulait à leurs maris les défauts de leur femme) me soit favorable ! et que le bon public n’aperçoive en moi aucun vice, tel que gibbosité trop forte ou infection d’haleine ! Je vais pendant trois mois consécutifs emplir une bonne partie de la Revue de Paris », Gustave Flaubert, à l’occasion de la publication de Madame Bovary, « À Ernest Chevalier », Croisset, 22 septembre 1856, Correspondance, t. II, édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, p. 634.

5 En réalité, Flaubert publie quelques articles de réclame et deux textes de jeunesse dans la revue rouennaise Le Colibri avant la parution en feuilleton de Madame Bovary : « Bibliomanie », publié le 12 février 1837 et « Une leçon d’histoire naturelle : genre commis », publié le 30 mars 1837.

6 Marie-Astrid Charlier souligne la permanence du motif médiatique dans l’œuvre flaubertienne : « Même chez un Flaubert qui tonne contre son époque – la presse en constitue presque une allégorie dans son œuvre et sa correspondance – et invente une poétique contre la culture médiatique, au double sens de la préposition, la quotidienneté médiatique constitue un référent essentiel, sinon une matrice », Marie-Astrid Charlier, Le Roman et les jours. Poétique de la quotidienneté au XIXe siècle, thèse de doctorat soutenue en 2014, parue chez Classiques Garnier en 2018.

7 Nous nous intéresserons ainsi à l’ensemble de la correspondance, des lettres de jeunesse à celles de la maturité (1829-1880).

8 Gustave Flaubert, « À Georges Charpentier », Kaltbad-Righi, 10 juillet 1874, Correspondance, t. IV, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1998, p. 829 : « En tout cas reprenez la collection des articles sur Saint Antoine ; je tiens beaucoup à cet amas de bêtises ».

9 Thierry Poyet, « Flaubert et sa “posture” littéraire », La Gens Flaubert. La fabrique de l’écrivain entre postures, amitiés et théories littéraires, Paris, Classiques Garnier, 2017, p. 473.

10 Nous nous appuierons sur les travaux de Jérôme Meizoz et de Dominique Maingueneau. Voir Jérôme Meizoz, Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine Érudition, 2007 et La Fabrique des singularités : postures littéraires II, Genève, Slatkine Érudition, 2011 ; Dominique Maingueneau, Trouver sa place dans le champ littéraire. Paratopie et création, Louvain-la-Neuve, Éditions Academia, coll. « Au coeur des textes », 2016.

11 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 26 août 1846, Correspondance, t. I, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 314.

12 Dès son adolescence, Flaubert se découvre une parenté spirituelle avec saint Polycarpe. La phrase qui vaut à l’évêque de Smyrne l’admiration de Flaubert est la suivante : « “Dans quel siècle, mon Dieu ! m’avez-vous fait naître !”», « À Louise Colet », 21 août 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p. 407. L’auteur utilisera ce pseudonyme comme signature. Il s’agit d’un véritable topos de la correspondance avec plus de 130 mentions du nom Polycarpe.

13 Jérôme Meizoz, Postures littéraires : mises en scène modernes de l’auteur, op. cit. p. 32.

14 Gustave Flaubert, « Lettre à Ernest Chevalier », Trouville, 22 août 1841, Correspondance, édition électronique établie par Yvan Leclerc et Danielle Girard, disponible en ligne sur le site du Centre Flaubert de l’Université de Rouen : https://flaubert-v1.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=9567.

15 Dans un article consacré aux jugements littéraires de Flaubert dans sa correspondance, Thierry Poyet explique que « les livres présentent aux yeux de Flaubert des natures différentes » et distingue quatre types de lecture (lectures érudites, lecture-plaisir, lecture de l’écrivain professionnel et lectures amicales). Si la lecture du journal peut entrer dans la catégorie des lectures de l’écrivain professionnel lorsqu’il s’agit de chercher dans la presse de la documentation pour ses œuvres, seul le support livre semble trouver grâce aux yeux de Flaubert qui se fait « maître à lire », prodiguant ses conseils et s’adonnant à la censure. Voir Thierry Poyet, « L’écriture épistolaire et les jugements littéraires chez Flaubert », La Bibliothèque de Flaubert : Inventaires et critiques, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001.  

16 La possibilité de passer à côté d’une information politique de premier plan finit d’ailleurs par advenir plusieurs années plus tard lorsque Flaubert affirme avoir été informé « par hasard » des remaniements gouvernementaux : « Du reste, je ne lis aucun journal. C'est dimanche dernier que j'ai appris, par hasard, le changement de ministère, – ce dont, je me fous absolument, d'ailleurs. », Gustave Flaubert, « À Ivan Tourgueneff », Croisset, 14 décembre 1876, Correspondance, t. V, édition présentée, établie et annotée par Jean Bruneau et Yvan Leclerc, avec la collaboration de Jean-François Delesalle, Jean-Benoît Guinot et Joëlle Robert, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2007, p. 143.

17 Gustave Flaubert, « À sa sœur Caroline », Paris, 25 mars 1843, Correspondance, t. I, op. cit., p. 150.

18 « Caroline Flaubert à son frère Gusrave », Paris, 23 mars 1843, ibid., p. 149.

19 Il s’agit d’un article paru le 19 mars 1843 dans la Gazette musicale de Paris, Journal des artistes, des amateurs et des Théâtres : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k119289p/f113.item

20 La correspondance entre Flaubert et Louise Colet débute le 4 août 1846, quelques jours après leur rencontre dans l’atelier du sculpteur James Pradier (le 28 juillet) et s’achève le 6 mars 1855 avec une longue interruption d’août 1848 à juillet 1851 durant le voyage en Orient. Malheureusement, seules les lettres de Flaubert ont été conservées (281 au total).

21 C’est en tout cas ce que nous laisse supposer la réponse de Flaubert car nous n’avons pas la lettre en question.

22 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », 26 août 1846, Correspondance, t. I, op. cit., p. 313.

23 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », 30 avril 1847, ibid., p. 452.

24 Gustave Flaubert, « À Léonie Brainne », Croisset, 8 juillet 1876, Correspondance, t. V, op. cit., p. 69.

25 Gustave Flaubert, « À Guy de Maupassant », Croisset, 19 Juillet 1876, ibid., p. 76.

26 Gustave Flaubert, « À Émile Zola », Croisset, 26 Juillet 1876, ibid., p. 80.

27 Gustave Flaubert, « À la Princesse Mathilde », Croisset 26 Juillet 1876, ibid., p. 82.

28 Gustave Flaubert, « Au Docteur Jules Cloquet », Croisset, 17 juin 1855, Correspondance, t. II, op. cit., p. 582.

29 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 12 juillet 1856, ibid., p. 619.

30 Gustave Flaubert, « À Jules Duplan », Croisset, 10 mai 1857, ibid., p. 713.

31 Goulemot, Jean M. et Oster, Daniel, Gens de lettres, écrivains et bohèmes : l’imaginaire littéraire 1630-1900, Minerve, 1992, p. 128.

32 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 31 mars 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p. 291.

33 Avant cette lettre, Flaubert se félicitait déjà, en employant le même champ lexical, d’avoir résisté à la tentation de publier dans un journal : « À l’avenir, et je t’en supplie, ne me parle plus de ce que l’on fait dans le monde, ne m’envoie aucune nouvelle, dispense-moi de tout article, journal, etc. Je peux fort bien me passer de Paris et de tout ce qui s’y brasse […] Que je me remercie de la bonne idée que j’ai eue de ne pas publier ! Je n’ai encore trempé dans rien ! Ma muse ([quelque] déhanchée qu’elle puisse être) ne s’est point encore prostituée, et j’ai bien envie de la laisser crever vierge, à voir toutes ces véroles qui courent le monde. », Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 29 mai 1852, Correspondance, t. II, op. cit., p. 94.

34 Thierry Poyet, « Flaubert et sa “posture” littéraire », La Gens Flaubert, op. cit., p. 473.

35 Il s’agit des deux textes cités supra (note 5). Pour en savoir plus à ce sujet, voir Y. Leclerc, « Les œuvres de jeunesse de Flaubert. », Études normandes, 41e année, n°1, 1992, p. 34-41 ; B. Marquer (dir.). Savants et écrivains : portraits croisés dans la France du XIXe siècle, Arras, Artois Presses Université, 2015 ou encore M. Soulatges, « Et hic est finis : Bibliomanie, ou le livre-arbitre », Flaubert, 17 | 2017.

36 Nous ne développerons pas sur cet article déjà magistralement examiné par Anne Herschberg-Pierrot dans son étude « Flaubert journaliste : présentation », Littérature, n°88, 1992, Formes et mouvement – Proust éditions et lectures, p. 115-126 : https://www.persee.fr/doc/litt_0047-4800_1992_num_88_4_1568.

37 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 24 avril 1852, Correspondance, op. cit.

38 Nous ne reviendrons pas non plus en détail sur les violentes sorties de Flaubert saint-Polycarpe contre la presse, déjà bien étudiées par la critique flaubertienne. Les articles de Nicole Frénois, répartis sur cinq numéros de la revue Les Amis de Flaubert (n°36, 37, 38, 41, 43) et regroupés sur le site des Amis de Flaubert et de Maupassant, offrent une bonne synthèse des haines de Flaubert pour la presse et le journalisme. En particulier « La haine de Flaubert pour les journaux », Les Amis de Flaubert, Bulletin n°36, 1970, p.6 (https://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/036_006) et « Flaubert et les journalistes », ibid, p. 8 (https://www.amis-flaubert-maupassant.fr/article-bulletins/036_008)

39 Il faut aussi noter la publication des Trois Contes dans Le Moniteur Universel et Le Bien Public, ainsi que quelques rares interventions de Flaubert pour défendre ses amis : la lettre que lui demande Maupassant alors sous la menace d’un procès, publiée dans Le Gaulois en est un exemple : « Le procès de mon disciple Maupassant (voir Le Gaulois d’hier 21). J'ai écrit une lettre qu'on ne m'a pas donné le temps de corriger et qui est écrite en style de cheval de fiacre. N'importe ! elle est publiée. Et je rougis de mes fautes de français. », Gustave Flaubert, « À Edma Roger des Genettes », Croisset, 22 février 1880, Correspondance, t. V, op.cit., p. 845.

40 Thierry Poyet, Flaubert ou une conscience en formation. Éthique et esthétique de la correspondance 1830-1857, Paris, L’Harmattan, 2007, p.14.

41 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », 23 septembre 1847, Correspondance, t. I, op. cit., p. 474.

42 Le verbe « conseiller » et ses flexions morphologiques sont omniprésents dans la correspondance.

43 Nous empruntons cette expression à Nicole Frénois. « Publication et vie sociale », Les Amis de Flaubert, Bulletin n°41, année 1972, p. 31.

44 L’attirance de Flaubert pour la Revue de Paris fluctue en fonction de ses relations avec Du Camp. En ce qui concerne la Revue des Deux Mondes, Nathalie Petibon relève également des changements de perception au fil des lettres. Voir Nathalie Petibon, « Flaubert critique de ses critiques : La Revue des Deux Mondes dans la Correspondance », Flaubert, 9 | 2013. URL: http://journals.openedition.org/flaubert/2075

45 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 23 janvier 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p. 240.

46 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 27 juin 1852, ibid., p. 118.

47 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 8 décembre 1853, ibid., p. 474.

48 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 5 juillet 1854, ibid., p. 561.

49 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 5 octobre 1855, ibid., p. 602.

50 Gustave Flaubert, « À Amélie Bosquet », Croisset, 2 janvier 1868, Correspondance, t. III, op. cit., p. 721.

51 Gustave Flaubert, « À René de Maricourt », Paris, 7 mai 1865, ibid., p. 437.

52 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 23 janvier 1853, Correspondance, t. II, op. cit., p. 240.

53 Gustave Flaubert, « À René de Maricourt », Croisset, 4 janvier 1867, Correspondance, t. III, op. cit., p. 585.

54 Gustave Flaubert, « À sa nièce Caroline », Paris, 13 mars 1867, ibid., p. 614.

55 Pierre-Jean Dufief (dir.), Les écritures de l'intime, La correspondance et le journal, Actes du colloque de Brest 23-24-25 octobre 1997, Paris, Champion, 2000, p. 11.

56 S’il montre des marques d’agacement à la lecture de comptes rendus négatifs, Flaubert comprend avant l’heure à quel point ils sont utiles d’un point de vue promotionnel.

57 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 1er octobre 1852, Correspondance, t. II, op. cit., p. 165.

58 Gustave Flaubert, « À Louise Colet », Croisset, 2 juillet 1853, ibid., p. 371.

59 Au fil des années, ce sont les articles de réclame qui viennent à Flaubert qui n’a plus qu’à les proposer à ses confrères et amis. Par ailleurs, ces articles présentent le double intérêt de fournir de la publicité aux écrivains et un travail au journaliste : « Mes Bichons, Mademoiselle Bosquet m'écrit pour me demander s'il vous est agréable qu'elle vous fasse un article dans le Journal de Rouen. Elle admire grandement votre livre. », Gustave Flaubert, « À Edmond et Jules de Goncourt », Paris, 29 février 1864, Correspondance, t. III, op. cit., p. 381.

60 Gustave Flaubert, « À Amédée Méreaux », Croisset, 19 octobre 1851, Correspondance, t. II, op. cit., p. 7-8.

61 Gustave Flaubert, « À Maxime Du Camp », Croisset, 21 octobre 1851 ibid., p. 9.

62 Gustave Flaubert, « À Charles-Edmond Chojecki », Paris, 20 février 1872, Correspondance, t. IV, op. cit., p. 485.

63 Lorsqu’il s’agit des refus d’articles ou d’œuvres composés par ses amis, Flaubert réagit avec une grande violence, recherchant la confrontation voire la vengeance (même s’il ne va jamais vraiment au bout de ses actes) : « Ne te prive pas de conter cela partout & de dire qu’on te refuse à la Revue de Paris. Tu peux être sûr, quant à moi, que je leur ferai un compliment en face. Tâche de mettre Le Cœur à droite dans La Revue (de Crépet) et le plus vite possible, quand même ce serait pour rien. Il faut en finir avec eux, et n’avoir plus de relation littéraire avec cette boutique. », Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 13 septembre 1855, Correspondance, t. II, op. cit., p. 592.

64 Gustave Flaubert, « À Guy de Maupassant », Croisset, 10 août 1876, Correspondance, t. V, op. cit., p. 98.

65 Guy de Maupassant, « À Gustave Flaubert », Croisset, 10 novembre 1876, Correspondance, édition électronique déjà citée : https://flaubert-v1.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=14611&mot=duval+raoul+&action=MC.

66 Gustave Flaubert, « Marie Régnier », 1874 [ ?], Correspondance, t V, op. cit., p. 1090.

67 Gustave Flaubert, « À Amélie Bosquet », Croisset, 19 juillet 1864, Correspondance, t. III, op. cit., p. 400.

68 Thierry Poyet, « Flaubert et sa “posture” littéraire », La Gens Flaubert. op. cit., p. 474.

69 Gustave Flaubert, « À Louis Bouilhet », Croisset, 3 août 1856, Correspondance, t. II, op. cit., p. 622.

70 Au sujet de l’amitié entre Flaubert et les frères Baudry, voir Max Brière, « Des amitiés rouennaises de Flaubert : les frères Baudry », Études normandes, 30e année, n°1, 1981. Écrivains normands et leur terroir. Numéro Spécial du XXXe Anniversaire, p. 41-48. www.persee.fr/doc/etnor_0014-2158_1981_num_30_1_2483.

71 Gustave Flaubert, « À Alfred Baudry », Paris, 14 décembre 1862, Correspondance, t. III, op. cit., p. 272.

72 Gustave Flaubert, « À Alfred Baudry », Paris, 22 décembre 1869, Correspondance,t. V, op. cit., p. 1037.

73 Ces dossiers, pour la plupart rédigés de la main de Duplan, sont disponibles en ligne dans le dossier « Journaux » de Bouvard et Pécuchet : http://www.dossiers-flaubert.fr/.

74 Flaubert n’hésite pas à relancer son éditeur lorsqu’il met trop de temps à lui fournir les articles à son sujet : « Je vous remercie de m'envoyer comme vous le faites les journaux où il en est question. Mais donnez-moi le second article de Cuvillier-Fleury que j'attends depuis samedi. Si vous ne l'avez pas, indiquez s.v.p. à mon domestique le numéro exact de la feuille et l'adresse du journal – J'irai demain voir son auteur et je voudrais le lire auparavant. », Gustave Flaubert, « À Michel Lévy », Paris, 16 décembre 1862, ibid., p. 991.

75 Gustave Flaubert, « À sa nièce Caroline », Croisset, 23 décembre 1879, ibid., p. 771.

76 Gustave Flaubert, « À Émile Bergerat », Croisset, fin de janvier-début de février 1880, ibid., p. 802.

77 Stéphanie Dord-Crouslé, « Les archives de Flaubert : conserver pour prouver », dans Les archives au XIXe siècle. Nouveaux partages, nouveaux usages, Claude Millet (dir.), Centre de ressources Jacques-Seebacher, 2017, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01651230/document.

78 Gustave Flaubert, « À Ivan Tourgueneff », Kaltbad, Righi, Suisse, 2 juillet 1874, Correspondance, t. IV, op. cit., p. 821.

79 Gustave Flaubert, « À sa nièce Caroline », Croisset, 30 octobre 1873, ibid., p. 726.

80 Gustave Flaubert, « À Guy de Maupassant », Croisset, 13 février 1880, Correspondance, t. V, op. cit., p. 825-826.

81 Thierry Poyet, « Flaubert et sa “posture” littéraire », La Gens Flaubert, op. cit. p. 467.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nejma Omari, « Les échos de la presse dans le silence du cabinet. La posture médiatique flaubertienne à la lumière de la correspondance »Flaubert [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 18 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4318 ; DOI : https://doi.org/10.4000/flaubert.4318

Haut de page

Auteur

Nejma Omari

Université Paul-Valéry, Montpellier 3

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search