Navigation – Plan du site

AccueilDossiers25Le journal dans le roman : objet ...Le journal comme palimpseste ? Un...

Le journal dans le roman : objet et esthétique

Le journal comme palimpseste ? Une hypothèse sur l’hétérogénéité de la poétique flaubertienne dans Bouvard et Pécuchet

Laure Demougin

Résumés

Dans sa conception de Bouvard et Pécuchet, Flaubert a utilisé le livre bien plus que le journal, lequel est davantage un objet repoussoir qu’une source d’inspiration. Pourtant, le fonctionnement même du roman laisse entrevoir une polyphonie qui, outre l’encyclopédie revendiquée, peut mettre sur la piste d’une influence journalistique, par exemple sous les traits d’une incursion des rubriques du journal dans le roman. Faire l’hypothèse d’une présence du journal dans Bouvard et Pécuchet et relire le texte dans cette perspective conduit à s’intéresser en particulier au personnage de Gorgu, que l’on étudiera ici sous l’angle d’une poétique médiatique incorporée à la diégèse initiale.

Haut de page

Texte intégral

Le RireAfficher l’image
Crédits : Bibliothèque nationale de France, Gallica

Introduction : Flaubert, Bouvard, Pécuchet et le journal

  • 1 Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet, Trouville, 26 août 1853, dans Gustave Flaubert, Correspo (...)

Nous avons eu les jambarts, les mocassins et les souliers à la poulaine. J’entends dans les lourdes phrases de MM. Pitre-Chevalier et Émile Souvestre, Bretons, l’assommant bruit des galoches celtiques. Béranger a usé jusqu’au lacet la bottine de la grisette, et Eugène Sue montre outre mesure les ignobles bottes éculées du chourineur. L’un sent le graillon et l’autre l’égout. Il y a des taches de suif sur les phrases de l’un, des traînées de merde tout le long du style de l’autre1.

  • 2 Lettre de Gustave Flaubert à Louis Bouilhet, Constantinople, 14 novembre 1850, dans Gustave Flauber (...)

1Ce jugement de Flaubert sur Eugène Sue montre assez ce qu’il peut penser de l’auteur des Mystères de Paris et des trois écrivains et journalistes cités avec lui ; dans une autre lettre, il commente la lecture qu’il a faite du Arthur d’Eugène Sue pendant un voyage : « Il y a de quoi en vomir, ça n’a pas de nom2 ». L’on pourrait multiplier les extraits de sa correspondance abondant en ce sens, qui brocardent l’écriture des romans-feuilletons. D’ailleurs le journal tout entier est l’objet de son mépris ; plus tôt, en 1846, il écrivait :

  • 3 Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet, Croisset, 26 août 1846, ibid., p. 313.

Qu’est-ce que m’apprendraient ces fameux journaux que tu désires tant me voir prendre le matin avec une tartine de beurre et une tasse de café au lait ? Qu’est-ce que tout ce qu’ils disent m’importe ? Je suis peu curieux des nouvelles, la politique m’assomme, le feuilleton m’empeste. Tout cela m’abrutit ou m’irrite3.

  • 4 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, Lemerre, 1881, p. 25.

2Le journal, on le sait et on le vérifie, n’est pas du goût de l’auteur de Bouvard et Pécuchet. Presque absent de ce roman construit sur des livres, peu cité, il est surtout utilisé comme objet, trace d’une civilisation dans laquelle il sert à tout. C’est à l’aide d’un journal que les deux amis visitent nuitamment le jardin à leur arrivée : « Ils prirent la chandelle et, l’abritant avec un vieux journal, se promenèrent le long des plates-bandes4 ». Plus tard, lors de leurs expériences portant sur le magnétisme, Le Constitutionnel leur sert de preuve : Bouvard affirme que le père Lemoine peut voir à travers « les corps opaques ». Après avoir décrit le sujet de l’expérience apparaît la scène du résultat :

  • 5 Gustave Flaubert, op. cit., p. 260.

Le médecin attacha sur ses paupières une double cravate, et Bouvard, lui présentant un journal, dit impérieusement :
— Lisez !
Il baissa le front, remua les muscles de sa face, puis se renversa la tête et finit par épeler :
— Cons-ti-tu-tion-nel5

  • 6 Ibid., p. 209.
  • 7 Ibid., p. 227.
  • 8  Corinne Trichet, « Homais et le journal », Flaubert, 2017, n° 17. URL : http://journals.openeditio (...)
  • 9 Gustave Flaubert, op. cit., p. 388.

3Le journal est aussi l’apanage d’une certaine classe sociale : citons entre autres le fait que le notaire en tient un le matin quand ils vont le trouver chez lui6 ou que Mme Bordin l’apporte quand il s’agit de faire connaître le coup d’État7. Ces utilisations du journal par les personnages ne sont pas sans rappeler ce que le personnage d’Homais dans Madame Bovary doit au journal8. En outre, dans ce même esprit mais dans un autre rapport à cet objet fondamental du xixe siècle, les deux copistes s’essaient à la rédaction d’un article pour le journal de Bayeux, article qui ne sera finalement pas accepté : le journal vaut alors comme un équivalent du préfet, un moyen de reconnaissance sociale extérieur au petit monde de Chavignolles9. Ils ne rechignent pas non plus à lire le journal, et Flaubert glisse quelques remarques sur son contenu, de l’agriculture à la critique littéraire en passant par la géologie :

  • 10 Gustave Flaubert, op. cit., p. 115.

Le lendemain soir, au Havre, en attendant le paquebot, ils virent au bas d’un journal, un feuilleton intitulé : De l’enseignement de la géologie.
Cet article, plein de faits, exposait la question comme elle était comprise à l’époque10.

  • 11 Ibid., p. 35.

4La mention « à l’époque », neutre, précise l’actualité définitoire du journal que les deux flâneurs découvrent inopinément – contrairement aux livres qu’ils font venir. L’article a d’ailleurs une certaine incidence sur leur vie intellectuelle : « plein de faits », ce qui correspond à ce que les deux amis demandent à la science, et résumé au style indirect libre, il aboutit à une crise, puisque Bouvard et Pécuchet y perdent le respect qu’ils avaient pour Cuvier. Auparavant, et dans un autre domaine, un journal d’agriculture avait été l’une de leurs découvertes initiales, en plus de livres et de cours11 ; ils s’essaient également à la lecture de critique littéraire dans les journaux :

  • 12 Ibid., p. 182.

La vieille critique les dégoûtant, ils voulurent connaître la nouvelle, et firent venir les comptes rendus de pièces dans les journaux.
Quel aplomb ! Quel entêtement ! Quelle improbité ! Des outrages à des chefs-d’œuvre, des révérences faites à des platitudes ; et les âneries de ceux qui passent pour savants, et la bêtise des autres que l’on proclame spirituels !
C’est peut-être au public qu’il faut s’en rapporter12 ?

  • 13 Nous aimerions reprendre ici le mot dans son sens premier.
  • 14 Marie-Ève Thérenty, « Quand le roman [se] fait l’article : palimpseste du journal dans Illusions pe (...)

5Le journal affleure donc dans l’œuvre en tant qu’objet social et vecteur de connaissances mobilisé de temps à autre dans la diégèse. Il y aurait cependant une autre trace de sa présence profonde dans la polyphonie des expériences des deux personnages : ce livre finit par ressembler au journal par sa variété poétique, par sa polyphonie fondamentale qui ne ressortit peut-être pas uniquement à l’encyclopédie. Le journal pourrait donc être un arrière-plan tenace, révélé par moments. Où se cache-t-il alors précisément ? Le personnage de Gorgu, original au sein de la galerie de personnages qui peuplent le roman, peut se révéler comme la trace prégnante d’un palimpseste médiatique13. Non pas à la manière dont Illusions perdues reposait entièrement sur le journal14, mais principalement par la silhouette de Gorgu, qui fait entrer une certaine hétérogénéité au sein de la poétique que Flaubert développe dans son roman.

6Posons d’emblée la question du nom du personnage : Gorgu ou Gorju ? Les deux orthographes coexistent dans les manuscrits, mais nous choisirons Gorgu. Que sait-on de lui ? Flaubert a retravaillé son personnage dans ses brouillons ; on l’y trouve défini en tant que « mauvais sujet »15, selon la même expression que celle des images d’Épinal dans la chambre de Victor et Victorine16, plus tard dans le roman. Qualifié à deux reprises de « gouailleur », mais toujours avec un adjectif qui contrebalance cette idée (« mélancolique »17 à sa première apparition, « pâle »18 ensuite), Gorgu incarne certaines contradictions d’un personnage qu’on peut dire romanesque – au sens que le mot prend dans cette première moitié du xixe siècle qui a mis en place les règles du roman moderne : « Chez Balzac comme chez Hugo, le roman à faire se définit par une étrange mise à distance de ce terme – “romanesque” – qui devrait exprimer l’essence du genre, mais qui devient sous leur plume un repoussoir19 ». Le romanesque est problématique ; l’on pourrait considérer ici qu’il y en a une forme propre au roman-feuilleton, saisi ainsi par ses contemporains. Gorgu est bien un personnage « romanesque » dans cette acception particulière du terme, en contradiction justement avec Bouvard et Pécuchet – dans les manuscrits, seule Mme Bordin est qualifiée de « romanesque », et Flaubert précise : « malgré son embonpoint20 », ironie qui fait la preuve des connotations attachées au mot. Le romanesque de Gorgu constituera donc notre point de départ ; à partir de la conclusion que Stéphanie Dord-Crouslé donne à son article qui étudie le personnage, l’on en entrevoit la richesse :

  • 21 Stéphanie Dord-Crouslé, « Les métamorphoses de Gorgu dans Bouvard et Pécuchet - Une critique flaube (...)

Flaubert a choisi de mettre en scène un personnage qui, loin de contribuer à la construction de l’Histoire et de prendre part à sa marche, rejoue une grotesque et parodique Phèdre au village, un mélodrame qui substitue au sérieux et aux drames de l'action politique la sphère étriquée du sentiment privé21.

7En prenant acte de ces différents éléments qui construisent le rapport de Flaubert au journal dans Bouvard et Pécuchet, c’est dans cette perspective que nous envisagerons Gorgu comme la possible incarnation d’une esthétique du roman-feuilleton.

Gorgu et le roman-feuilleton

  • 22 Ibid., p. 265.
  • 23 Gustave Flaubert, op. cit., p. 209.
  • 24 Ibid., p. 231.
  • 25 Lise Queffelec-Dumasy, Le Roman-feuilleton français au xixe siècle, Paris, Presses Universitaires d (...)

8Gorgu est, comme l’a montré Stéphanie Dord-Crouslé, la figure du républicain qu’abhorre Flaubert, et sa grande scène de révolution à Chavignolles, où il marche au milieu de la foule, a déjà été longuement et brillamment analysée22 ; mais il pourrait aussi révéler, stylistiquement, la trace du feuilleton romanesque dans le roman flaubertien. Ce serait dans l’écriture même de ce personnage que le feuilleton se niche : les études critiques insistent sur le caractère mystérieux d’un personnage que l’on découvre ébéniste, menuisier, ancien d'Algérie, vagabond, meneur d’hommes, spectateur de théâtre pour Bouvard, amant de Mélie et de Mme Castillon, espionné par Pécuchet… Gorgu serait alors une véritable silhouette de presse se retrouvant dans l’écriture de cette œuvre qui semble refuser le journal mais en copie le contenu. Par ses actions, il fait entrer le Paris des feuilletons dans la bonne société de Chavignolles. Par sa réputation, Gorgu s’oppose aux notables provinciaux et à leur quotidien : le notaire signale ainsi à Bouvard et Pécuchet que leur « protégé [est] un homme dangereux »23 et en souligne la portée politique. C’est que le propre de Gorgu est de faire de la politique différemment des notables, mais avec un certain succès. La manière dont Mme Castillon en parle constitue un autre indice de ce décrochement, cette fois dans le domaine amoureux : « beau comme un prince »24 à ses yeux, le personnage devient alors l’élément d’une scène de mélodrame à laquelle assiste Pécuchet. Les liens entre le roman-feuilleton et le mélodrame ont été étudiés, ne serait-ce que parce que les romans-feuilletons ont souvent été adaptés en mélodrames25 ; l’on peut noter également la ressemblance qui lie cette comparaison de Mme Castillon à la description que fait Flaubert des personnages de Dumas, qui,

  • 26 Gustave Flaubert, op. cit., p. 167.

alertes comme des singes, forts comme des bœufs, gais comme des pinsons, entrent et parlent brusquement, sautent des toits sur le pavé, reçoivent d’affreuses blessures dont ils guérissent, sont crus morts et reparaissent26.

  • 27 Lise Queffelec-Dumasy, op. cit. ; Laetitia Gonon, « Stylistique du vengeur dans Les Mystères de Par (...)

9Aux yeux de Mme Castillon (et à ceux de Pécuchet qui observe la scène), Gorgu appartient bien à une série de personnages différents des habitants de Chavignolles, par son apparence physique en premier lieu : l’utilisation de la comparaison stéréotypée « beau comme un prince » témoigne certes de la construction du personnage de Mme Castillon, mais aussi de la manière dont Flaubert veut faire percevoir Gorgu. Il apparaît en effet comme un personnage au romanesque marqué parce qu’il sort de ce que ce roman en particulier, Bouvard et Pécuchet, présente comme l’ordinaire, le quotidien, et ce à travers les jugements de différents personnages. Est-il pour autant un personnage de roman-feuilleton ? Le personnage type de roman-feuilleton n’est pas si aisé à définir, même si l’on peut soupçonner son caractère stéréotypé et sa psychologie ébauchée. Il ne se résume pas qu’à l’utilisation de clichés par la narration, y compris linguistiques : dans les études consacrées au genre, l’on retrouve l’intérêt pour une parlure stéréotypée, certes, mais plus largement pour des personnages soumis aux métamorphoses diverses et propres aux intrigues politiques et amoureuses27. C’est par touches et selon ces indices que l’on va continuer à interroger le portrait de Gorgu.

Les métamorphoses (physiques) de Gorgu

  • 28 Gustave Flaubert, op. cit., p. 64.
  • 29 Ibid.

10« Il était maigre et hâlé, avec un pantalon rouge en lambeaux, une veste bleue, sans chemise, la barbe noire taillée en brosse28 » : la première apparition de Gorgu a lieu aux limites de la propriété de Bouvard et Pécuchet. Il est introduit par la périphrase « un homme qui les regardait29 », décrit en trois couleurs (rouge, bleu, noir) et par des adjectifs qui connotent l’aventure (maigre, hâlé). Cette irruption d’un mendiant dans le monde calme des notables de Chavignolles entraîne le roman de Flaubert sur une intrigue en contrepoint : à l’inverse de la vie alors paisible des deux bonshommes, Gorgu va faire entrer dans la diégèse des questions parisiennes, l’amour, la politique – questions que Bouvard et Pécuchet vont traiter, mais sur un autre mode, dégradé. L’« ancien menuisier » est ensuite décrit plus longuement, et ce passage vaut par son intensité :

  • 30 Ibid.

Sa colère d’elle-même tomba, et, les deux poings sur les hanches, il considérait les bourgeois d’un air mélancolique et gouailleur. La fatigue des bivouacs, l’absinthe et les fièvres, toute une existence de misère et de crapule se révélait dans ses yeux troubles. Ses lèvres pâles tremblaient en lui découvrant les gencives. Le grand ciel empourpré l’enveloppait d’une lueur sanglante, et son obstination à rester là causait une sorte d’effroi30.

  • 31 On peut noter que la « lanterne magique » est utilisée par Flaubert lui-même quand ses deux personn (...)

11Cette apparition est loin d’être parodique ou mise à distance par la narration. Au contraire, il y a quelque chose de l’ordre de la lanterne magique dans cette apparition sur fond rouge (« le grand ciel empourpré »). La « lueur sanglante » programme le caractère inquiétant que les bourgeois signaleront à Bouvard et Pécuchet, et qui est ici redoublé par la mention de « l’effroi » que la phrase n’attribue à personne – partant à tous31.

  • 32 Gustave Flaubert, op. cit., p. 122.
  • 33 Ibid., p. 234.
  • 34 Ibid., p. 318.

12Plusieurs indices ancrent ainsi Gorgu dans un imaginaire extérieur au projet du roman initial, dans une perspective presque romantique qui incarne en lui un stéréotype du peuple : la veste bleue du travailleur en ce qui concerne son apparence physique ; le rythme ascendant ensuite pour « la fatigue des bivouacs, l’absinthe et les fièvres, toute une existence de misère et de crapule », esquissant ainsi une biographie-type de personnage misérable – de personnage des bas-fonds ? – marquée par l’alcool, la maladie et, comme ce sera mentionné plusieurs fois, un passé militaire. Plus tard, à sa deuxième apparition – car, et le fait a souvent été noté, c’est un personnage qui apparaît et disparaît, pour de courtes ou de longues périodes, et le mot « apparition » lui est réellement adapté – Gorgu retrouve cette appartenance à un monde extérieur, marquant davantage encore son inscription dans le monde des romans-feuilletons : « Et ils reconnurent ce vagabond, à qui Bouvard autrefois avait donné un verre de vin. Il semblait de dix ans plus jeune, portait les cheveux en accroche-cœur, la moustache bien cirée, et dandinait sa taille d’une façon parisienne32 ». L’accroche-cœur est une coiffure ambiguë qui évoque une mode de souteneur : on aurait bien affaire ici à un « mauvais garçon » de retour de Paris, à l’ébauche d’un personnage des bas-fonds malgré les (ou à cause des) efforts de sa toilette. Il gardera d’ailleurs cette particularité : plus tard, Flaubert écrit ainsi que « [l’]amant de Mme Castillon [humiliait Pécuchet] par sa taille mince, ses accroche-cœurs égaux, sa barbe floconneuse, un air de conquérant33 ». La coiffure en accroche-cœurs et la barbe vont de pair avec cet « air de conquérant » qui construit au personnage cet arrière-plan charismatique si différent des deux amis. Et quand Gorgu revient encore pour faire pénitence, c’est par le détail physique de la barbe que la transformation du personnage s’accomplira : « Les deux derniers furent Placquevent et Petit, l’instituteur, – quand tout à coup on vit paraître Gorgu. Il n’avait plus de barbiche ; et il regagna sa place, les bras en croix sur la poitrine, d'une manière fort édifiante34 ».

13Plus largement, les détails de son vêtement signalent quelques traits récurrents proprement flaubertiens : ainsi du paletot de lasting, symbole de misère, porté aussi dans L’Éducation sentimentale par Deslauriers.

  • 35 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Charpentier, [1869], 1891, p. 20.

L’économie sociale et la Révolution française le préoccupaient. C’était, à présent, un grand diable de vingt-deux ans, maigre, avec une large bouche, l’air résolu. Il portait, ce soir-là, un mauvais paletot de lasting ; et ses souliers étaient blancs de poussière, car il avait fait la route de Villenauxe à pied, exprès pour voir Frédéric35.

14Le paletot de lasting usé habille Gorgu quand il revient de Paris et se fait arrêter : il conserve le témoignage des errances du personnage, de son vagabondage en-dehors de l’espace du roman. À ces deux personnages dépeints dans une longue marche après avoir eu des aspirations politiques, Flaubert attribue le même vêtement ; mais chez Gorgu, le paletot est encore plus révélateur de la misère :

  • 36 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 208.

Un méchant paletot de lasting craquait à ses épaules. Ses orteils se montraient par les trous de ses bottes. Des éraflures et des contusions faisaient saigner son visage. Il était amaigri prodigieusement, et roulait des yeux, comme un loup36.

15La comparaison finale, ce « comme un loup » qui apparaît en hyperbate, fait de Gorgu un misérable inquiétant mais qui rentre dans un cadre stylistique reconnu, balisé. Loin d’être une comparaison inattendue, elle ancre au contraire le personnage dans un réseau de stéréotypes sur les personnages errants : l’on pourrait citer à nouveau ici la description que Flaubert fait des œuvres de Dumas et la mention des comparaisons qu’il lui attribue, car cette comparaison animale y ressemble assez exactement.

  • 37 Ibid., p. 226.
  • 38 Ibid., p. 197.
  • 39 Ibid., p. 203.
  • 40 URL : https://cnrtl.fr/definition/bourgeron. Consulté le 8 juillet 2021.
  • 41 Dominique Jullien, « Travestissement et contre-pouvoir dans le roman-feuilleton », Littérature, 200 (...)
  • 42 Christine Marcandier, « Vautrin, silhouette transfuge et cheval de retour », dans Éric Bordas et Ag (...)
  • 43 Stéphanie Dord-Crouslé, art. cit., p. 258.

16Ce personnage vagabond à la misère reconnue va pourtant changer de vêtement : c’est au contraire « nippé comme un bourgeois37 » que Pécuchet le retrouve. Jusque dans ses vêtements, Gorgu va donc incarner l’instabilité d’un personnage qui se déguise, subit des revers de fortune, modifie son apparence au retour de ses disparitions. Dans cette perspective, l’on peut remarquer que Gorgu est vêtu d’un « bourgeron bleu » d’ouvrier quand il entraîne militairement ses camarades38 ; qu’il change encore, si ce n’est exactement de costume, en tout cas de rôle, jusqu’à porter sa veste sur l’épaule « comme un hussard » en entrant dans la mairie, rappel de son air de « conquérant » que nous avons vu plus tôt39. L’on peut s’arrêter un instant sur le « bourgeron » : le TLF signale une apparition du terme en 1842, dans Les Mystères de Paris précisément – c’est le Chourineur qui l’emploie ; par ce détail vestimentaire, Gorgu serait bien représentatif, lexicalement, du personnage de roman-feuilleton40. Et plus largement, cette succession de costumes et cette instabilité biographique ressortissent à certains fonctionnements du roman-feuilleton41. Par ce biais, Gorgu pourrait presque ressembler à Vautrin, toutes proportions gardées et en suivant notre hypothèse de départ42 : c’est bien une « énigme Gorgu » que le roman développe en contrepoint à la paradoxale stabilité de Bouvard et Pécuchet ; même s’il n’atteint pas à la vie feuilletonnesque de Vautrin, dans le petit monde de Chavignolles, Gorgu remplit un rôle intriguant au sens premier du terme43. Les deux amis effleurent superficiellement les différentes rubriques de leur curiosité, tandis que Gorgu, à côté d’eux, remplit les pages du roman d’une esthétique qui en appelle au roman-feuilleton.

« Faut-il que j’assassine ? » : discours d’un personnage de roman-feuilleton

  • 44 Gustave Flaubert, op. cit., p. 64.
  • 45 Ibid., p. 198.
  • 46 Ibid., p. 64.
  • 47 Claudine Gothot-Mersch, « De Madame Bovary à Bouvard et Pécuchet : la parole des personnages dans l (...)
  • 48 Gustave Flaubert, op. cit., p. 64.
  • 49 Ibid., p. 197.
  • 50 Stéphanie Dord-Crouslé, art. cit., p. 255.

17Du sublime de « je vous ai défendu » jusqu’à « arrière, la vieille » en passant par son « faut-il que j’assassine » initial, Gorgu est défini par une parlure qui correspond à son air à la fois « mélancolique et gouailleur44 », à son « bagout45 » qui subjugue les paysans et lui fait rêver à une place à l’Assemblée. Son « faut-il que j’assassine ?46 » fait entrer dans le monde bourgeois de Chavignolles une inquiétude qui est celle des intrigues romanesques : le verbe « assassiner » confirme l’atmosphère sanglante qui entoure Gorgu quand il entre dans le roman. Quant à l’utilisation du verbe falloir, elle connote à la fois la misère sociale, mais aussi une forme de destin dégradé. Plus largement, les paroles de Gorgu valent une étude : comparée aux paroles bourgeoises autant qu’aux discussions de Bouvard et Pécuchet, sa parlure se signale par la même capacité à se transformer que son apparence physique – et on sait que les paroles des personnages flaubertiens sont particulièrement signifiantes. Ainsi Claudine Gothot-Mersch remarque-t-elle qu’il y a deux phases dans la réflexion de Flaubert sur le discours direct : vers 1858 d’abord, vers 1870 ensuite. La première phase concerne la parole et le personnage : « En 1858, au lendemain de Madame Bovary, il déclare n’accepter le dialogue en style direct que lorsqu’il est “important de fond” (IV, 292, 309), c’est-à-dire lorsqu’il caractérise bien les personnages (toujours l’idée du “pittoresque”)47 ». Plus tard, le dialogue est défini par son utilité dans les scènes principales. Et justement, dans Bouvard et Pécuchet, les paroles de Gorgu sont à part. Elles sont souvent rendues au discours direct, preuve de la teneur dramatique du personnage et de ses enjeux esthétiques. Sa première prise de parole, la demande d’un verre de vin, est rapidement suivie d’une imprécation : « Moi ! l’aumône ! s’écria l’homme exaspéré. J’ai fait sept ans la guerre en Afrique. Je relève de l’hôpital. Pas d’ouvrage ! Faut-il que j’assassine ? nom de nom !48 » Cette première intervention sera suivie d’autres paroles : on entend la voix de Gorgu dans les moments d’émeute, quand il réclame le droit au travail ou quand il défend Pécuchet ; sa voix est « brutale49 » quand il s’essaie au commandement, mais sans discours direct, ne gardant que la caractéristique sans le contenu, dans une sorte de discours narrativisé par métonymie ; on l’entend également lors de sa discussion avec Mme Castillon ou dans quelques échanges avec ses deux patrons. On l’entend surtout demander de l’ouvrage et se faire le porte-voix des idées socialistes, particulièrement des idées de Pierre Leroux dans un premier temps, comme le note Stéphanie Dord-Crouslé50 ; mais pas seulement. Il est également un moment pendant lequel la parole de Gorgu change de tonalité : emmené par les gendarmes, il se retrouve face à Pécuchet :

  • 51 Gustave Flaubert, op. cit., p. 209.

— Et vous, patron, vous ne dites rien ?
Pécuchet baissa la tête, comme s’il eût douté de son innocence.
Le pauvre diable eut un sourire d’amertume.
— Je vous ai défendu pourtant !
Au petit jour, deux gendarmes l’emmenèrent à Falaise51.

  • 52 Élise Schürgers, « Énonciation de la marginalité : le pauvre dans Salammbô de Flaubert », Romantism (...)
  • 53 Alain Vaillant, « Écrire pour raconter », dans Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Théren (...)

18Gorgu est donc un personnage de la parole, et plus précisément de la gouaille, mais pas seulement et pas toujours. Sa parole ressortit aux stéréotypes de l’ouvrier républicain mais aussi du « pauvre diable », du pauvre qui intéresse Flaubert comme personnage marginal dans plusieurs de ses œuvres52. L’amertume du personnage, que l’on sait violent à l’occasion, ne se manifeste que par un sourire : dans cette scène assez originale au sein du roman, qui ne joue pas de la parodie, c’est par le sourire, les quelques mots de Gorgu et l’ellipse finale que le récit rejoint une forme de sérieux. Cette tonalité sérieuse dans un récit qui privilégie l’ironie renvoie à un mélange que l’on pourrait retrouver dans les journaux au sens large : une « ironie distanciée et moqueuse qui caractérise alors l’écriture journalistique à la française bien plus que le sensationnalisme médiatique53 » se mêle à un style plus sérieux, voire pathétique.

  • 54 Gustave Flaubert, op. cit., p. 122.

19La parlure efficace de Gorgu, qui sait à l’occasion se faire beau parleur, s’illustre également quand il parle d’amour à Mélie sous les yeux de Bouvard et Pécuchet – autre scène où le menuisier a un public quand il s’agit d’amour : « Si on ne jurerait pas une demoiselle, costumée en paysanne ! et rude à l’ouvrage, pourtant ! – Pauvre petit cœur, va ! quand je serai riche, je t’épouserai !54 ». La succession d’exclamations, l’ébauche d’un schéma narratif qui tient du conte de fée ou du roman-feuilleton (la demoiselle déguisée, le prétendant devenant riche comme par magie) : tout cela concourt à ancrer la parole de Gorgu dans une autre dimension que celle des personnages raisonnables de Chavignolles. Sa gouaille le projette dans un univers où il parle à tous, et selon des modèles différents : en cela encore, il se rapproche de l’esthétique du journal qui mêle politique, fiction, science, etc. Il n’est pas question ici d’un idiolecte de Gorgu, et c’est cela même qui le rend propre à endosser les rôles labiles du personnage de roman-feuilleton : l’on est davantage admis à écouter une succession de discours adaptés aux situations stéréotypées dans lesquelles le personnage se retrouve.

Le temps de Gorgu

  • 55 Ibid., p. 64.

20Plus largement, les métamorphoses de Gorgu correspondent à une hétérogénéité qu’on peut rapprocher des esthétiques fictionnelles présentes dans la case feuilleton de la presse : à un seul personnage il arrive davantage de péripéties qu’à tous les autres du roman. De fait, son rapport à la temporalité est bien différent de celui des deux héros : arrivé dans le roman à l’extrémité de sa vie (« toute une vie de misère et de crapule55 »), il rajeunit ensuite de dix ans selon les mots de Flaubert, puis s’offre plusieurs destins, sans que son âge soit bien défini. Son inscription dans le temps de la diégèse offre une dissonance importante avec celle des deux personnages éponymes : Gorgu se déplace sur la ligne temporelle du récit avec une aisance remarquable.

  • 56 Véronique Samson, op. cit.

21Sa description initiale semblait le placer du côté des personnages déjà « morts »56, si l’on peut le dire ainsi, avec une vie déjà bien remplie en amont et que Flaubert résume par la « misère » et la « crapule », termes abstraits qui connotent suffisamment d’événements pour ne pas être développés ; il va connaître encore plusieurs états qui sont autant d’ébauches d’histoires. Plus qu’une dissonance, il y a donc une forme de discordance temporelle entre les péripéties qui arrivent à Gorgu et le calme de la vie de Bouvard et Pécuchet : cette discordance rappelle les épisodes bien remplis des romans-feuilletons. Gorgu est d’ailleurs le déclencheur de l’action pour les personnages secondaires, si l’on en croit le plan de Flaubert :

Au soleil couchant à travers la clairvoie, un vagabond considère la Société. C’est un ouvrier menuisier du pays, un mauvais sujet qui de temps à autre va à Paris, puis revient. Bouvard lui fait l’aumone & est blâmé par les bourgeois ; – & surtout par le Maire, ami de l’ordre. Ce dîner est doit être un commencement d’action pr les personnages secondaires. on y parle jardinage, curiosités, religion, médecine, politique, littérature, et socialisme à propos du vagabond57.

  • 58 Gustave Flaubert, op. cit., p. 208.
  • 59 Ibid., p. 226.
  • 60 Ibid., p. 231.
  • 61 Ibid., p. 346.

22On peut aussi noter que, d’un point de vue strictement stylistique, Gorgu est souvent caractérisé par une présentation dilatoire : « on reconnut enfin Gorgu58 » ; « Que vit-il dans l’arrière-boutique, à côté de Placquevent, parmi les buveurs ? Gorgu !59 » ; « Un homme qui marchait devant elle se retourna. C’était Gorgu60 » ; « L’homme qui les commandait se rapprocha, c’était Gorgu61 ». Dans ces quelques exemples, l’intrigue repose sur l’identification même du personnage, et cela vaut comme une preuve que Gorgu est bien un élément important pour la curiosité du lecteur : cette manière d’entretenir une focalisation restreinte fait partie des mécanismes que l’on retrouve dans les romans-feuilletons pour entretenir la tension. Gorgu apparaît dans le texte après une attente : c’est un personnage à effets.

  • 62 Ibid., p. 127.
  • 63 Ibid., p. 123.

23En outre, et contrairement à Bouvard et Pécuchet dont les péripéties sont limitées au cadre expérimental de Chavignolles, Gorgu est un personnage marqué par ses allers-retours parisiens, par des disparitions inexpliquées62, en somme par une géographie qui dépasse Chavignolles. Il refuse d’ailleurs de n’être qu’un habitant de Chavignolles : il se définit face à cette société quand il « s’[emporte] contre la lourdeur de tous “ces gars de la campagne”63 ». Gorgu apparaît et disparaît sans que ce soit toujours expliqué, pour des disparitions brèves, dans la journée, ou pour des départs plus longs. Et le Paris de Gorgu n’a rien à voir avec le cadre initial dans lequel évoluaient Bouvard et Pécuchet : au Paris réaliste des deux bonshommes décrit dans les premières pages s’ajoute ce Paris non décrit et fantasmé que représente Gorgu, un Paris hors-livre qui est celui des révolutions (en juin 1848, les habitants de Chavignolles ne « montent » pas à la capitale), des coups de feu et de l’élégance suspecte qui le caractérise quand il est de retour à Chavignolles : une même géographie parisienne se retrouve donc investie de plusieurs nuances.

  • 64 Ibid., p. 147.
  • 65 Jennifer Yee, The Colonial Comedy. Imperialism in the French realist novel, Oxford University Press (...)
  • 66 Ibid., p. 31 pour les objets exotiques.

24Le rappel de son expérience africaine confirme également son appartenance aux personnages vagabonds dont le récit de vie mêle différents espaces et différents temps ; à une occasion, la mention de ses sept années passées en Afrique ressurgit même à la manière d’un fait divers colonial. Il est alors question d’un voyage en Bretagne pour étudier des menhirs et des tumulus, et Gorgu explique à Bouvard et Pécuchet que « en Algérie, dans le Sud, près des sources de Bou-Mursoug, on en rencontre des quantités ». Le narrateur poursuit : « Il fit même la description d’un tombeau, ouvert devant lui, par hasard, et qui contenait un squelette, accroupi comme un singe, les deux bras autour des jambes64 ». Dans ce discours partiellement narrativisé, la parole de Gorgu reste à imaginer, mais l’on en retient les détails : le hasard et la comparaison « comme un singe ». La péripétie coloniale que constitue cet épisode n’est pas sans poser question : détail de l’histoire, elle ne sera pas réutilisée. Pourquoi l’Afrique ? Dans les romans après 1830, l’Algérie – et plus tard l’Afrique – apparaît comme un véritable point de fuite des intrigues romanesques, à la fois perspective lointaine et littéralement endroit où fuir. Ce micro-récit colonial, enchâssé dans le roman, correspond à l’esthétique réaliste telle qu’on peut aussi la lire dans la presse65 ; on trouve plusieurs mentions de l’Algérie dans des œuvres très différentes, des manœuvres du baron Hulot dans La Cousine Bette au départ (positif) de la Louve et de Martial dans Les Mystères de Paris. Flaubert reprend ici ce motif de l’ailleurs algérien donné gratuitement comme un point de repère au lecteur plutôt que comme un effet de réel, comme un « effet d’exotisme » qui ne s’incarne pas que dans les objets66. Rappelant les histoires qui circulent autour des vestiges algériens (l’on peut penser à des monuments comme le tombeau de la chrétienne, ou au corps de Géronimo découvert dans les murailles d’Alger, devenu le « martyr du fort des Vingt-Quatre heures »), cette scène ancre définitivement Gorgu dans un temps et des lieux qui excèdent la paisible retraite de Bouvard et Pécuchet : il ouvre le roman vers un arrière-plan habituel alors aux personnages des fictions qui paraissent dans la presse. Par ce détail même, Gorgu entre pleinement dans une esthétique différente de celle des personnages principaux.

Conclusion : « un vagabond considère la Société »

  • 67 Gustave Flaubert, op. cit., p. 64.
  • 68 Ibid., p. 175.

25On se rappelle qu’à sa première apparition, Gorgu est décrit comme « un homme qui les regardait67 », mention renforcée par le brouillon : Flaubert inclut son personnage dans un tableau allégorique en précisant qu’il regarde la Société. En effet Gorgu regarde les bourgeois ; Pécuchet le regarde quand il est avec Mme Castillon ; il est le spectateur supplémentaire du théâtre de Bouvard : « Mme Bordin, immobile, écarquillait les yeux, comme devant les faiseurs de tours ; Mélie écoutait derrière la porte. Gorgu, en manches de chemises, les regardait par la fenêtre68 ». Ce regard qu’il porte sur le théâtre, le personnage de Gorgu le fait habillé du vêtement par excellence du travailleur ; le regard qu’il portait sur la Société se faisait depuis son vêtement de vagabond ; sa scène avec Mme Castillon le montre en voyageur révolutionnaire. Ce jeu de regards pourrait le placer davantage du côté du théâtre, et donc du mélodrame, que du roman-feuilleton ; mais l’on connaît l’affinité entre les deux genres, et Gorgu appartient bien à la narration, trouvant dans ses liens avec le narrateur une part non négligeable de son identité. Il y a donc autour de ce personnage toute une organisation des regards que l’on peut interpréter à l’aune de ses différentes apparitions et qui indique à quel point il peut constituer un point de fuite de Bouvard et Pécuchet.

  • 69 Lise Queffelec-Dumasy, Le Roman-feuilleton français au xixe siècle, op. cit.
  • 70 Laetitia Gonon, art. cit.

26Ce point de fuite, esthétiquement, serait marqué par l’atmosphère de roman-feuilleton qui entoure Gorgu. Concernant Le Comte de Monte-Cristo, Lise Dumasy écrit que c’est à la fois un roman de formation, un roman de critique sociale et politique et un roman d’histoire contemporaine69 : ces trois niveaux peuvent se retrouver, même déclinés et abaissés, dans le roman que Gorgu esquisse au sein des aventures des deux bonshommes de Flaubert, sorte de parodie du roman-feuilleton à plusieurs niveaux. On peut même remarquer que, dans les notes concernant la fin du roman, Gorgu arrive à obtenir de Pécuchet une pension pour Mélie : outre la ruse et l’habileté du personnage à obtenir ce qu’il veut, l’on peut également voir dans cet aspect du personnage un discret détournement de la fonction de vengeur que les personnages charismatiques de roman-feuilleton adoptent70. Dans ces notes finales, l’on voit également que Gorgu finit cependant par proposer à Bouvard et Pécuchet, en tant que menuisier, de leur construire le bureau à double pupitre sur lequel ils pourront faire leurs copies : cette association du menuisier opportuniste aux deux amis peut valoir comme la preuve de son rôle de contrepoint aux deux personnages principaux. De toutes ces remarques enfin il ressort que Flaubert n’est certes pas Balzac et qu’il n’est pas aussi évident de trouver chez lui les traces d’une poétique du roman-feuilleton. Poser l’hypothèse de cette influence lointaine, de cette contamination possible, permet pourtant de relire un personnage comme Gorgu, si différent des deux héros de Bouvard et Pécuchet, et de s’interroger sur la manière dont il propose un temps et un espace autres dans la diégèse initiale.

Haut de page

Notes

1 Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet, Trouville, 26 août 1853, dans Gustave Flaubert, Correspondance, t. II, édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, p. 420. Pour Émile Souvestre, voir sa notice sur http://www.medias19.org/index.php?id=19320 ; pour Pitre-Chevalier, http://www.medias19.org/index.php?id=19855. Consultées le 22 janvier 2021.

2 Lettre de Gustave Flaubert à Louis Bouilhet, Constantinople, 14 novembre 1850, dans Gustave Flaubert, Correspondance, t. I, édition établie, présentée et annotée par Jean Bruneau, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1973, p. 709.

3 Lettre de Gustave Flaubert à Louise Colet, Croisset, 26 août 1846, ibid., p. 313.

4 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, Lemerre, 1881, p. 25.

5 Gustave Flaubert, op. cit., p. 260.

6 Ibid., p. 209.

7 Ibid., p. 227.

8  Corinne Trichet, « Homais et le journal », Flaubert, 2017, n° 17. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/2743. Consulté le 14 juillet 2021.

9 Gustave Flaubert, op. cit., p. 388.

10 Gustave Flaubert, op. cit., p. 115.

11 Ibid., p. 35.

12 Ibid., p. 182.

13 Nous aimerions reprendre ici le mot dans son sens premier.

14 Marie-Ève Thérenty, « Quand le roman [se] fait l’article : palimpseste du journal dans Illusions perdues », dans José-Luis Diaz et André Guyaux (dir.), « Illusions perdues », actes du colloque de la Sorbonne des 1er et 2 décembre 2003, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, p. 233-244.

15 URL : https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/tmp/r1613617525.html. Consulté le 25 juin 2021.

16 Gustave Flaubert, op. cit., p. 371.

17 Ibid., p. 64.

18 Ibid., p. 164.

19 Véronique Samson, Après la fin. Gustave Flaubert et le temps du roman, Vincennes, Presses universitaires de Vincennes, 2021, p. 162.

20 URL : https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/trans.php?corpus=pecuchet&id=7832. Consulté le 25 juin 2021.

21 Stéphanie Dord-Crouslé, « Les métamorphoses de Gorgu dans Bouvard et Pécuchet - Une critique flaubertienne rusée de 1848 » dans 1848, une révolution du discours, Corinne Saminadayar-Perrin et Hélène Millot (dir.), Saint-Étienne, Éditions des Cahiers intempestifs, 2001, p. 267. Version disponible en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00102665. Consulté le 18 mars 2021.

22 Ibid., p. 265.

23 Gustave Flaubert, op. cit., p. 209.

24 Ibid., p. 231.

25 Lise Queffelec-Dumasy, Le Roman-feuilleton français au xixe siècle, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Que sais-je », 1989.

26 Gustave Flaubert, op. cit., p. 167.

27 Lise Queffelec-Dumasy, op. cit. ; Laetitia Gonon, « Stylistique du vengeur dans Les Mystères de Paris et quelques-uns de ses avatars, 1842-1847 », dans Dominique Kalifa et Marie-Ève Thérenty (dir.), Les Mystères urbains au xixe siècle : Circulations, transferts, appropriations. URL : http://www.medias19.org/index.php?id=17807. Consulté le 8 juillet 2021 ; Dominique Jullien, « Travestissement et contre-pouvoir dans le roman-feuilleton », Littérature, 2009, n° 153, p. 50-60. URL : https://www.cairn.info/revue-litterature-2009-1-page-50.htm. Consulté le 8 juillet 2021.

28 Gustave Flaubert, op. cit., p. 64.

29 Ibid.

30 Ibid.

31 On peut noter que la « lanterne magique » est utilisée par Flaubert lui-même quand ses deux personnages abordent les romans historiques : « Après Walter Scott, Alexandre Dumas les divertit à la manière d’une lanterne magique » (p. 167).

32 Gustave Flaubert, op. cit., p. 122.

33 Ibid., p. 234.

34 Ibid., p. 318.

35 Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, Paris, Charpentier, [1869], 1891, p. 20.

36 Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, op. cit., p. 208.

37 Ibid., p. 226.

38 Ibid., p. 197.

39 Ibid., p. 203.

40 URL : https://cnrtl.fr/definition/bourgeron. Consulté le 8 juillet 2021.

41 Dominique Jullien, « Travestissement et contre-pouvoir dans le roman-feuilleton », Littérature, 2009, n° 153, p. 50-60. URL : https://www.cairn.info/revue-litterature-2009-1-page-50.htm. Consulté le 8 juillet 2021.

42 Christine Marcandier, « Vautrin, silhouette transfuge et cheval de retour », dans Éric Bordas et Agathe Novak-Lechevalier (dir.), Le Théâtre de Balzac. Splendeurs et misères d’un parent pauvre, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 284-300. URL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01719165/document. Consulté le 6 juillet 2021.

43 Stéphanie Dord-Crouslé, art. cit., p. 258.

44 Gustave Flaubert, op. cit., p. 64.

45 Ibid., p. 198.

46 Ibid., p. 64.

47 Claudine Gothot-Mersch, « De Madame Bovary à Bouvard et Pécuchet : la parole des personnages dans les romans de Flaubert », Revue d'Histoire littéraire de la France, juillet-octobre 1981, n°4/5, p. 544. URL : https://www.jstor.org/stable/40526944. Consulté le 18 mars 2021.

48 Gustave Flaubert, op. cit., p. 64.

49 Ibid., p. 197.

50 Stéphanie Dord-Crouslé, art. cit., p. 255.

51 Gustave Flaubert, op. cit., p. 209.

52 Élise Schürgers, « Énonciation de la marginalité : le pauvre dans Salammbô de Flaubert », Romantisme, 2018, n° 181, p. 125-138. URL : https://www.cairn.info/revue-romantisme-2018-3-page-125.htm. Consulté le 7 avril 2021.

53 Alain Vaillant, « Écrire pour raconter », dans Dominique Kalifa, Philippe Régnier, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal : Histoire culturelle et littéraire de la presse française au xixe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2011, p. 786.

54 Gustave Flaubert, op. cit., p. 122.

55 Ibid., p. 64.

56 Véronique Samson, op. cit.

57 https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/trans.php?corpus=pecuchet&id=6775. Consulté le 24 juin 2021.

58 Gustave Flaubert, op. cit., p. 208.

59 Ibid., p. 226.

60 Ibid., p. 231.

61 Ibid., p. 346.

62 Ibid., p. 127.

63 Ibid., p. 123.

64 Ibid., p. 147.

65 Jennifer Yee, The Colonial Comedy. Imperialism in the French realist novel, Oxford University Press, 2016, p. 14.

66 Ibid., p. 31 pour les objets exotiques.

67 Gustave Flaubert, op. cit., p. 64.

68 Ibid., p. 175.

69 Lise Queffelec-Dumasy, Le Roman-feuilleton français au xixe siècle, op. cit.

70 Laetitia Gonon, art. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Demougin, « Le journal comme palimpseste ? Une hypothèse sur l’hétérogénéité de la poétique flaubertienne dans Bouvard et Pécuchet »Flaubert [En ligne], 25 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2021, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4330

Haut de page

Auteur

Laure Demougin

Institut franco-chinois de l’Université Renmin (Chine)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • Logo Institut des textes et manuscrits modernes
  • Logo ENS
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
    CNRS - Institut national des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search