Navigation – Plan du site

AccueilDossiers26D’une sociabilité désabusée

D’une sociabilité désabusée

Florence Pellegrini et Juliette Azoulai

Texte intégral

  • 1 Le présent numéro est issu des travaux de cette journée d’études.

1À l’origine de la journée qui a ressemblé, le 10 décembre 2021 à l’Institut des Textes et Manuscrits modernes1, spécialistes de Flaubert et de Zola était la tentative d’affronter le lieu commun qui fait de Flaubert un ermite reclus dans sa campagne normande, replié dans sa tour d’ivoire de Croisset et exclusivement voué à l’écriture et de Zola un écrivain engagé, tout entier tendu vers le collectif et les préoccupations sociétales. Les diverses contributions ont montré que, indépendamment des idées reçues, les deux écrivains partagent un scepticisme manifeste et un regard critique sur une société dont leurs œuvres pointent les dysfonctionnements.

2Les sociabilités flaubertienne et zolienne ont été appréhendées sous l’angle biographique mais également dans les œuvres des deux auteurs dont on a questionné la compétence relationnelle et le positionnement en regard du groupe social. Les présentations ont abordé un ensemble de pratiques rituelles et ritualisées où se jouent des questions de convivialité et d’hospitalité, d’accueil de l’autre et de mise en scène de soi.

3Pratiques privées et restreintes à un petit nombre d’individus choisis dans le cas de la correspondance entre Feydeau et Flaubert qui articule affection et rivalité dans l’analyse qu’en propose Catherine Thomas-Ripaultou encore dans le cas des « jeudis de Zola » présentés par Alain Pagès comme le lieu où se renouvelle le lien affectif avec les disciples, dans des réunions qui oscillent entre dîners intimes et soirées de lecture et qui seront le creuset de ce que l’on nommera les « soirées de Médan ».

4Pratiques représentées et mises en scènes dans les romans de Flaubert comme de Zola, qu’il s’agisse de la sociabilité bourgeoise ou des habitus de la sociabilité populaire. Bourgeoise au travers de l’expérimentation sociale que constitue le huis clos de Chavignolles dans Bouvard et Pécuchet : l’étude d’Anne Herschberg Pierrot, concentrée sur le motif de la clôture et de la claire-voie ainsi que sur le rituel des repas, montre que la logique du roman est bien de « saper [toutes] les bases ». L’enjeu est de ne pas faire société, ou plutôt de ne pas faire ce type de société dont Chavignolles serait l’archétype.

5Pratique bourgeoise également que la sociabilité ordinaire du salon, que Jean-Michel Pottier appréhende dans sa fonctionnalité romanesque — à la fois « lieu » programmatique, « espace » relationnel et « territoire » à représenter, le salon est au centre de l’exercice romanesque — et qui devient, tant chez Flaubert que chez Zola, le lieu du politique au travers de la circulation de la rumeur. L’analyse de Bertrand Marquer montre comment la rumeur, rabattant les enjeux du débat public sur le bavardage privé, peut être envisagée comme la dénaturation de la parole politique. Symptôme du détraquement du politique (Zola) ou, dans une vision pessimiste et désabusée, fonctionnement habituel de toute société (Flaubert).

6Béatrice Laville explore quant à elle les lieux de la sociabilité populaire : le café ou l’estaminet où peut se déployer une amicale fraternité entre ouvriers. Dans le rite de la tournée du jour de paie, où circulent verres et paroles, peut se développer un sentiment fragile d’appartenance, rapidement converti en réplication d’une hiérarchie sociale qui fait revenir dans l’espace populaire le jeu des dominations. Le lien amical est ténu et l’attention à l’autre quasi inexistante dans une sphère marquée par l’économie du manque et de la dette.

7Quel que soit le milieu investi, la représentation de la sociabilité manifeste une appréhension partagée et sceptique des rapports humains et de leurs tensions. En paraphrasant grossièrement Flaubert, on dira que les pauvres ne valent pas mieux que les riches — et l’on pensera aussi au Zola de L’Assommoir et à la scène de la fête de Gervaise où les personnages ont des « faces comme des derrières de gens riches, crevant de prospérité » — et que les pratiques sociales des uns comme des autres sont marquées par l’intérêt, la domination, effective ou recherchée, le conflit, la rivalité.

8Les lieux de sociabilité sont des lieux de pouvoir, réel ou symbolique, qu’il s’agit d’asseoir sur l’autre bien plus que des lieux d’échanges et de complicité.

9Une sociabilité peu engageante donc, qui ramène Bouvard et Pécuchet à leur pupitre double, Flaubert à Croisset et, dans une certaine mesure, dans la clôture des réunions entre happy few, Zola à Médan. Mais une sociabilité inévitable si l’on suit la proposition de Céline Grenaud-Tostain qui l’appréhende, au travers de l’une de ses déclinaisons que constitue la distraction, comme le divertissement indispensable à un ennui ontologique.

10La question de la sociabilité peut s’étendre à celle de la communauté politique ou se réduire à celle de l’amitié. Dans le monde moderne où l’envie, comme passion sociale fondamentale, a remplacé la vertu de la philia, est-il encore possible de se lier, de sociabiliser et, plus largement, de faire société ? Flaubert et Zola pointent constamment les ambivalences de l’amitié, celles-là même qu’Aristote aurait révélées dans une formule célèbre : « Ô mes amis, il n’y a nul ami. »

11Entre sociabilité « détraquée » et isolisme mélancolique, les relations humaines seraient, chez Zola comme chez Flaubert, marquées du sceau de la noirceur et de la défiance. Un vivre-ensemble paisible sinon totalement euphorique n’est pas encore asserté et resterait alors à construire : c’est peut-être ce que projettent, et comme en avant d’eux-mêmes, les Évangiles zoliens.

Haut de page

Notes

1 Le présent numéro est issu des travaux de cette journée d’études.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Pellegrini et Juliette Azoulai, « D’une sociabilité désabusée »Flaubert [En ligne], 26 | 2021, mis en ligne le 12 décembre 2021, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/flaubert.4448

Haut de page

Auteurs

Florence Pellegrini

Université Bordeaux Montaigne

Articles du même auteur

Juliette Azoulai

Université Gustave Eiffel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search