Navigation – Plan du site

AccueilDossiers28Présentation : le style Second Em...

Présentation : le style Second Empire de Gustave Flaubert

Philippe Dufour

Texte intégral

Style Second EmpireAfficher l’image
Crédits : Domaine public

1Un être immoral, un indifférent, un décadent : la critique royaliste n’épargna pas Flaubert, surtout pas les légitimistes, que ce fût Charles de Mazade qui éreinta la Bovary, ou Georges de Cadoudal qui ironisait sur le talent de Flaubert à photographier le vide dans Salammbô, ou encore Barbey d’Aurevilly qui formula la loi du mal en pis pour caractériser la production de Flaubert depuis Madame Bovary jusqu’à Bouvard et Pécuchet. On a choisi de republier les articles d’un orléaniste, Alfred Cuvillier-Fleury, et d’un légitimiste, Armand de Pontmartin, tous deux édités (la chose ne manque pas de piquant) comme Flaubert chez Michel Lévy ; tous deux des vaincus de l’Histoire : Pontmartin depuis la Révolution française, Cuvillier-Fleury depuis février 1848 ; tous deux s’étant rapprochés dans le parti de l’ordre après les journées de juin ; tous deux devenus opposants au Second Empire après le coup d’État du 2 décembre 1851. Ce contexte historique est capital pour comprendre leur critique littéraire.

  • 1 Cuvillier-Fleury, Études historiques et littéraires, Michel Lévy, 1854, t. I, p. 292.
  • 2 Journal des Débats, 17 janvier 1858.
  • 3 Pontmartin, Souvenirs d’un vieux critique, huitième série, Calmann-Lévy, 1887, p. 225.
  • 4 Pontmartin, « Les fétiches littéraires. I. M. de Balzac », Le Correspondant, 25 novembre 1856.

2Ces deux hommes, de goût classique, rencontrent l’œuvre de Flaubert avec Madame Bovary. Ils avaient déjà marqué leurs distances vis-à-vis des représentants du réalisme romantique, Balzac et Stendhal. Cuvillier-Fleury témoignait tout au plus une indulgence condescendante à l’égard de Balzac, prédisant que de La Comédie humaine il ne resterait que deux ou trois volumes1. Relisant Stendhal à l’occasion de la parution de sa Correspondance sous le Second Empire, il écrit lapidairement : « Quant à ses romans proprement dits, je n’en souhaiterais la lecture qu’à mes ennemis si j’en avais2. » Il ne s’en prenait pas tant au roman de mœurs de Stendhal qu’à l’immoralité de sa psychologie amoureuse. Pontmartin, plus virulent de tempérament, ne pouvait supporter l’image de la Restauration donnée dans Le Rouge et le Noir, l’irreligion de ce précurseur du réalisme : « Un professeur d’impiété, d’athéisme, de cynisme », juge-t-il encore au soir de sa vie3. Et il ne voyait pas en Balzac, en dépit des professions de foi de celui-ci, un monarchiste catholique, surtout pas depuis que l’auteur de La Comédie humaine était devenu l’objet d’un culte, un fétiche littéraire, depuis sa mort : « Cette réaction violente qui déifie aujourd’hui M. de Balzac n’est que le triomphe de tous les instincts sensuels, de toutes les mauvaises tendances de la littérature, se reconnaissant et se glorifiant dans un homme qui leur prête l’autorité de son talent et de son nom4. » C’est dans cette disposition d’esprit que Pontmartin allait quelques mois plus tard rendre compte de Madame Bovary.

3Cuvillier-Fleury est d’abord un moraliste, Pontmartin a la tête politique et l’esprit religieux, mais tous deux, le monarchiste libéral et le monarchiste contrerévolutionnaire, vont se rencontrer en une lecture idéologique à la parution de L’Éducation sentimentale. Pour bien comprendre cette interprétation, il est nécessaire de faire un détour par la théorie royaliste de la littérature telle que l’initia après la Révolution le vicomte de Bonald.

Les sociétés ont la littérature qu’elles méritent

  • 5 Voir dans la présente revue la réédition procurée par Bernard Gendrel des principaux textes de Paul (...)
  • 6 Louis de Bonald, « Du style et de la littérature », Mercure de France, 30 août-13 décembre-20 décem (...)
  • 7 Bonald, « Des Anciens et des Modernes », Mercure de France, 25 février 1802.
  • 8 « Du style et de la littérature », p. 148.
  • 9 Ibid., p. 162.
  • 10 Ibid., p. 148.
  • 11 Ibid., p. 161.

4Louis de Bonald, Charles de Mazade, Alfred Nettement, Armand de Pontmartin, Paul Bourget5 : l’interprétation politique de la littérature est un trait de la pensée contrerévolutionnaire. Le vicomte de Bonald en donne une formulation incisive au début du XIXe siècle : « […] on pourrait définir la littérature chez chaque peuple, le style de la société. Ainsi chaque société a son style comme chaque peuple a son langage6. » Habitant les styles individuels, il y a un style collectif qui fait que Virgile et Horace sont du siècle d’Auguste, Corneille et La Fontaine du siècle de Louis XIV, par-delà la différence patente de leurs œuvres. Ce n’est pas simplement affaire de contenu (Bonald avait dit auparavant, plus vaguement : « la littérature est l’expression de la société »7). Il ne s’agit pas davantage d’une ethno-stylistique, à la manière dont Wilhelm von Humboldt pourra postuler un génie de la langue qui infuse les productions individuelles, une grammaire qui détermine ou délimite une vision du monde (des catégories a priori du visible et du pensable). Non, Bonald esquisse une socio-stylistique : le style d’une société se modifie à mesure qu’elle évolue. À changements sociaux, à transformation des hégémonies discursives, nouvelle littérature. L’œuvre d’Ennius et de Lucilius, qui écrivaient quand des tribuns du peuple dirigeaient la société, porte l’empreinte de ce temps démocratique8, par opposition à Virgile et à Horace, tout comme Voltaire et Laclos n’ont plus le style Louis XIV de Corneille et de La Fontaine, parce qu’ils appartiennent à un temps (le siècle des Lumières) où à l’autorité du roi dans la monarchie de droit divin s’est substitué « l’esprit de discussion »9. Et ici se projette l’idéologie du vicomte. Sur la théorie évolutionniste du style des sociétés se greffent des jugements de goût qui sont des jugements de valeur. Dans une littérature se reconnaît la qualité du modèle social : l’œuvre d’Ennius ou de Lucilius respire le « désordre démocratique »10 ; la littérature du Grand siècle fut « sous le règne de Louis XIV, l’expression fidèle de cette société, où tout tendait au grand et à l’ordre »11. L’évolution stylistique se traduit donc en termes de progrès (d’Ennius à Virgile) ou de décadence (de Corneille à Voltaire).

  • 12 Ibid., p. 149.
  • 13 Ibid., p. 146.

5Il existe un rapport d’homologie entre le style d’une société et ses valeurs morales. Le style à l’époque de Louis XIV était grave, noble, élevé, orienté par des poétiques qui traduisaient l’esprit d’ordre régentant la société. Au contraire, l’évolution littéraire dans le siècle de Voltaire manifeste « l’extinction du pouvoir monarchique et la dissolution de tous les liens publics »12. La poésie descriptive, tournée vers les sens et non « les sentiments du cœur ou l’héroïsme des vertus publiques » ; le drame bourgeois refermé sur la vie privée, remplaçant la tragédie ouverte sur le destin collectif ; mais aussi, en dehors de la littérature, les arts décoratifs dédiés aux boudoirs succédant à l’architecture de Mansart édifiant de grandioses bâtiments, ou enfin le désordre des jardins à l’anglaise supplantant dans le goût la régularité des jardins de Le Nôtre : autant de symptômes d’une société en train de glisser du principe monarchique au principe démocratique, de la foi religieuse au scepticisme : « Au temps de Louis XIV, on croyait des vérités ; dans le siècle suivant, on les cherchait13. » La coupure esthétique au sein de l’âge classique anticipe ainsi la bascule de la société d’Ancien Régime dans la société bourgeoise postrévolutionnaire. La littérature pressent l’Histoire.

  • 14 Charles de Mazade, « De la démocratie en littérature », Revue des Deux Mondes, 15 mars 1850.
  • 15 Ibid., p. 905.
  • 16 Ibid., p. 903.
  • 17 Ibid., p. 906.
  • 18 Victor Hugo, William Shakespeare (1864), Laffont, coll. « Bouquins », 1985, p. 433.
  • 19 Parue chez Jacques Lecoffre en 1855.
  • 20 Dans trois articles parus dans le Journal des Débats : « La littérature sous le gouvernement de Jui (...)

6Charles de Mazade, même s’il ne cite pas Bonald, reprend sa théorie de la littérature expression des sociétés (cependant plus dans le sens d’un reflet dans le contenu que d’un reflet dans le style), comme une évidence désormais indiscutable : « Je n’énoncerai point une vérité nouvelle en rappelant quelle intime connexité existe entre le développement de la pensée littéraire et le développement social, de telle sorte que tout ce qui se produit dans la littérature, - progrès, stagnation, excès hideux ou décadence, - est l’infaillible indice de ce qui fermente au cœur même de la société14. » La littérature ne fait sans doute pas l’Histoire, mais elle accompagne « le présent qui marche », pour parler comme Balzac. Aussi Mazade lance-t-il son cri d’alerte en cette année 1850, moins de deux ans après les journées de juin 48, quand l’anarchie continue de menacer. La démocratie sociale a été délogée des barricades, mais elle couve dans la littérature. Face à cette littérature de décadence, qui flatte démagogiquement un nouveau lectorat mû par le ressentiment, l’envie sociale, Charles de Mazade en appelle à une littérature d’ordre moral à l’appui du parti de l’ordre. La littérature actuelle est informée par « l’esprit de démocratie »15. Elle est l’aboutissement logique de la vision du monde qui anime la société bourgeoise (après le roman bourgeois, inévitablement, comme dans une gradation du désastre historique, le roman démocrate, va dire Armand de Pontmartin dans son compte rendu de Madame Bovary) : une « interprétation matérialiste de la vie humaine, enseignant à l’homme qu’il n’a que des droits, préconisant la divinité du bien-être et la légitimité du succès16. » Une littérature du scepticisme s’est instaurée, au détriment de l’idéal, de l’âme, de la conscience morale. La figure d’Emma Bovary apparaîtra à Pontmartin comme le condensé allégorique de ces thèses de Mazade. Ce dernier les illustre avec le nouveau roman d’Eugène Sue, Les Mystères du peuple, qui sera bientôt poursuivi en justice (le procès eut lieu après la mort de l’auteur, en 1857, la même année que celui de Madame Bovary) : la littérature désormais, au lieu « d’éclairer les hommes et de les élever en les charmant »17, flatte et encourage leurs bas instincts, leurs désirs de jouissances. Cela avait commencé sourdement avec les deux apostats de la monarchie catholique, Lamartine et Hugo : le premier qui en était venu à écrire Raphaël et La Chute d’un ange, remplaçant la foi chrétienne par un panthéisme sensuel et exaltant l’individualisme en fait de morale ; le second avec sa défense de la liberté de conscience et avec son théâtre où un gueux comme Ruy Blas vaut mieux que les grands de ce monde. Hugo ne tardera pas à en donner acte aux « lettrés du passé » : « La démocratie est dans cette littérature. […] 89 et 93 ; les hommes du dix-neuvième siècle sortent de là. C’est là leur père et leur mère. Ne leur cherchez pas d’autre filiation, d’autre inspiration, d’autre insufflation, d’autre origine. Ils sont les démocrates de l’idée, successeurs des démocrates de l’action18. » Bien sûr, Cuvillier-Fleury était moins à l’aise que Pontmartin avec ces thèses légitimistes qui incluaient la société bourgeoise de Louis-Philippe dans le mouvement de décadence. Un autre tenant de la monarchie de droit divin, Alfred Nettement, ne se priva pas de le souligner dans son Histoire de la littérature française sous le gouvernement de Juillet19, en dénonçant l’esprit rationaliste de cette époque, avec le matérialisme et le scepticisme qui s’y assortissent. Cuvillier-Fleury, en tenant de la pensée rationaliste, de la liberté de conscience, attaché à la séparation de la sphère religieuse et de la sphère politique, protesta en défendant l’esprit de liberté comme la marque séculaire du génie français, y compris sous la monarchie absolue20. Sa lecture de Madame Bovary ne sera pas politique, cependant il rejoindra Pontmartin sur ce terrain, lorsqu’il s’agira de reconnaître dans L’Éducation sentimentale non le style de la démocratie, mais un style Second Empire.

7Voyons donc à présent quel style collectif (l’écriture réaliste) se reflète, s’hyperbolise dans la prose flaubertienne, avant de voir en quoi il fut l’expression de la société impériale.

Style descriptif…

  • 21 Cuvillier-Fleury, « Madame Bovary, par M. Gustave Flaubert », Journal des Débats, 26 mai 1857.
  • 22 Ouvrant la bataille des classiques et des romantiques, Quatremère de Quincy s’en était pris à « la (...)
  • 23 Cuvillier-Fleury, « Madame Bovary, par M. Gustave Flaubert ».
  • 24 Pontmartin, compte rendu de L’Éducation sentimentale, Gazette de France, 12 décembre 1869.
  • 25 Voir Gérard Genette, « Frontières du récit », dans Figures II, Seuil, coll. « Points », 1979, p. 57 (...)
  • 26 Dans le compte rendu de Salammbô.
  • 27 Dans son compte rendu de L’Éducation sentimentale.

8D’emblée, Cuvillier-Fleury englobe le style individuel de Flaubert dans un style collectif. Madame Bovary porte la marque de l’école réaliste : la manière de décrire les paysages ou les personnages traduit un style matérialiste. Cuvillier-Fleury utilise d’ailleurs l’expression roman matérialiste comme synonyme de roman réaliste21. Les descriptions sont des « copies du monde physique », sans présence d’un regard, d’un émoi (c’était une des conditions pour que dans l’esthétique classique la description ne passât pas pour une digression22). L’impersonnalité flaubertienne transforme les êtres et les choses en purs objets, jetés sur la page (la métaphore de la photographie signifie cette représentation brute, chez Cuvillier-Fleury à propos de Madame Bovary comme chez Pontmartin au sujet du même roman et de L’Éducation sentimentale) : « le monde matériel se reproduit comme il est, ni plus ni moins, mais sans poésie et sans idéal »23. Ce n’est pas le paysage-état d’âme romantique motivé par les sentiments qu’y projette un regard mélancolique. Il existe pourtant de tels paysages dans Madame Bovary, quand Emma se met à sa fenêtre et voit la campagne normande alourdie de son ennui. Mais Cuvillier-Fleury les passe sous silence et choisit pour exemples des paysages non focalisés : la campagne normande au petit matin traversée par Charles ensommeillé sur son cheval, le panorama Baedeker des environs de Yonville au début de la deuxième partie, avant l’arrivée des Bovary. Aussi bien, remarque Pontmartin à la lecture de L’Éducation sentimentale, même quand il y a un personnage, son regard ne colore pas d’affects un monde qui reste de l’ordre de la chose vue, et non sentie. Frédéric Moreau sert simplement à motiver les descriptions par sa survenue, mais une fois introduites, elles se déroulent sans lui. Il est une paire d’yeux sans regard, un réflecteur sans être-là : « Si Frédéric Moreau descend dans la rue, description de la rue, des réverbères, de la devanture des magasins, du sergent de ville qui passe, du fiacre qui s’arrête, de l’ivrogne titubant sur le trottoir, du chat qui miaule sur les gouttières, de la Seine qui coule, du bateau qui fume, le tout sans qu’il soit possible de saisir un rapport entre ces objets matériels et une action ou une idée […]24. » Le roman ne s’organise plus autour de la vision du monde du héros, il recense simplement le réel. Flaubert bouleverse les frontières du récit : la description n’est plus ancilla narrationis25 ; « il raconte pour décrire », dit fortement Cuvillier-Fleury26 ; « la narration n’est plus qu’un prétexte à prodigalité descriptive », fait écho Pontmartin27. Une esthétique du tableau remplace le schéma du roman dramatique.

  • 28 Georges de Cadoudal, compte rendu de Salammbô, L’Union, 8 janvier 1863.

9Ainsi s’opère un décentrement : autant le roman classique avait en son cœur la psychologie des personnages (leurs sentiments et leurs passions qui nouaient l’action et en scandaient les péripéties), autant l’esthétique matérialiste du réalisme les relègue au second plan (tout au plus sont-ils des corps et des vêtements). Salammbô hyperbolise cet aspect avec des personnages fantoches, sans vérité psychologique, juge Armand de Pontmartin, rejoint par le pseudo-Cadoudal qui y voit un signe d’impuissance et un style de décadence : « […] l’artiste ne cherche à frapper les yeux ou les oreilles qu’après avoir reconnu son impuissance à pénétrer dans les profondeurs de l’âme humaine et à remuer les fibres intimes du cœur28. »

  • 29 Dans son compte rendu de L’Éducation sentimentale.

10L’écrivain décrit parce qu’il ne sait pas analyser. Dans Salammbô, la description se fait même au détriment du récit d’historien : Cuvillier-Fleury comme Pontmartin opposent le récit sans fioriture de Polybe, principale source de Flaubert pour la guerre des mercenaires, et le roman historique qui en est une amplification descriptive. Il suffit de comparer les deux épisodes communs à l’historien et au romancier, la bataille du Macar et le défilé de la Hache : à l’écriture économique de Polybe se substitue le style descriptif de Flaubert. Ce dernier s’est livré à des recherches érudites, non par scrupule historiographique, mais, Cuvillier-Fleury et Pontmartin l’en soupçonnent, pour assouvir son goût de la description. Dans Salammbô, ce n’est pas l’exactitude de l’érudition qui pose problème (les deux critiques sont prêts à concéder à Flaubert sa science archéologique : à cette date, Guillaume Froehner, savant allemand particulièrement tatillon, n’est pas encore venu contester au romancier sa légitimité), c’est sa présence même. Au lieu d’authentifier le récit historique, elle le transforme en poème descriptif, dit Cuvillier-Fleury : l’abbé Delille remplace Polybe. Pontmartin, lui, y voit un pittoresque romantique à la manière de Victor Hugo, retrouvant un argument contre le roman historique qu’avait développé en son temps Gustave Planche à la lecture de Notre-Dame de Paris. Tel est donc le style descriptif de Flaubert, au détriment de toute composition du récit, de toute hiérarchie des plans, de toute vérité morale. Il est le représentant d’« une école qui a depuis longtemps absorbé l’art d’écrire dans l’art de peindre », conclut Pontmartin29. À ce style de l’école réaliste, Pontmartin puis Cuvillier-Fleury vont trouver une signification politique : le style est l’expression de la société, disait le vicomte de Bonald. Style de décadence, avait jugé Georges de Cadoudal.

…style impérial

  • 30 Sainte-Beuve, « De la littérature industrielle », Revue des Deux Mondes, septembre 1839.
  • 31 Dans sa Lettre sur Paris du 9 janvier 1831 publiée dans Le Voleur.

11Dans son compte rendu de Madame Bovary, Cuvillier-Fleury évite la question politique. Il se contente de pointer d’entrée un déclin des genres romanesque et poétique sous le Second Empire, avec des auteurs sans style individuel, s’adaptant à un nouveau public peu cultivé. Cette littérature de consommation qui renonce au style pour être à la portée de tous était certes apparue sous la monarchie de Juillet (Sainte-Beuve avait alors dénoncé la littérature industrielle30), mais les écrivains, tels Balzac, Sand ou Dumas, gardaient leur marque propre. Le diagnostic a quelque chose d’expéditif : Cuvillier-Fleury ne cite pas de nom pour exemplifier la littérature industrielle du Second Empire ; il la laisse à son anonymat. Il distingue en tout cas Madame Bovary, qui a trouvé un double lectorat : bien sûr les nouveaux consommateurs des cabinets de lecture, mais aussi les traditionnelles lectrices des boudoirs. Cuvillier-Fleury lit avant tout l’ouvrage de Flaubert comme un roman intime, en concentrant son analyse sur la psychologie de l’héroïne. Il en dénonce l’esthétique réaliste, mais sans entendre dans ce style d’école une signification idéologique. C’est au contraire un apolitisme, un désengagement de l’artiste, symptomatique de toute une génération d’écrivains, que Cuvillier-Fleury reconnaît dans la prose de Flaubert, à travers son impersonnalité (le mot lancé par Sainte-Beuve a fait mouche et tous les critiques le reprennent pour caractériser l’écriture flaubertienne) : « son rire est impersonnel » (Pontmartin dans son compte rendu de L’Éducation sentimentale parlera d’un « rire silencieux et atone »), et c’est le signe d’un scepticisme profond, que les réalistes ont en partage : leurs satires sont « sans un cri du cœur, sans une émotion, sans une leçon ». Cuvillier-Fleury paraît se souvenir de Balzac parlant après 1830 d’une école du désenchantement31, en relevant cette étrangeté scandaleuse d’une absence de message, d’une raillerie qui finalement s’abstient. C’est aussi qu’il évite de trop s’interroger sur les cibles éventuelles de la satire : du roman de mœurs, il ne retient que la scène des Comices pour en louer la verve, sans l’analyser sur le fond (rien, sous la plume de cet orléaniste, sur le discours de Lieuvain : on n’apprendrait pas, à la lecture du compte rendu, que l’action se passe sous la monarchie de Juillet !).

  • 32 Charles de Mazade, « Chronique de la quinzaine », Revue des Deux Mondes, 1er mai 1857. Nathalie Pet (...)

12Autre, la lecture de Pontmartin qui postule un rapport d’homologie entre les transformations sociales et l’évolution littéraire, dans la lignée de Louis de Bonald et de Charles de Mazade, lequel venait d’ailleurs de rendre compte de Madame Bovary, en rattachant le roman de Flaubert à une tendance de la littérature moderne à faire des personnages « des prédictions vivantes de démocratie humanitaire »32. L’affirmation était péremptoire. Pontmartin allait en faire la démonstration. Sa recension prend la forme d’un diptyque : il parle successivement de Germaine d’Edmond About et de Madame Bovary. Les deux romans sont parus simultanément, mais Pontmartin fait de cette contingence l’emblème de l’évolution littéraire en cours. Au roman aristocratique d’Ancien Régime a succédé le roman démocratique du XIXe siècle qui prend d’abord la forme du roman bourgeois (à cette catégorie appartient Germaine), pendant que désormais pointe un roman démocrate (et il faut entendre l’adjectif dans toute la virulence de sa signification politique : par différence avec le terme non marqué démocratique, démocrate renvoie aux démo-soc, aux vaincus de juin 1848). C’est de cette dernière idéologie que relève aux yeux de Pontmartin le roman de Flaubert.

  • 33 Pontmartin, « Le roman bourgeois et le roman démocrate », Le Correspondant, 25 juin 1857.
  • 34 Gaschon de Molènes écrit ainsi à propos d’Illusions perdues : « l’auteur dispense, à travers les ch (...)
  • 35 Cet article de Pontmartin, éloigné de l’image de Flaubert artiste rêvant le livre sur rien, a reten (...)

13Le roman de mœurs d’Edmond About est la parfaite expression de la société bourgeoise, de son esprit positif dépourvu d’idéal : « une honnête morale et une religion facile, en harmonie avec l’existence régulière et bien ordonnée de pères et de mères de famille, achetant à la gare de quoi s’amuser sans scandale »33. Sous le Second Empire, Louis Hachette a initié la présence de librairies dans les gares et Edmond About est un produit de cette littérature industrielle pour voyageurs désireux de tuer le temps avec une littérature de confirmation. Dans les termes de Bonald, le style de son livre répond au style de la société bourgeoise : « des pages entières renfermant la nomenclature de fabricants, de tapissiers, d’ébénistes, de carrossiers, de bijoutiers : partout un je ne sais quoi qui sent le chiffre, la boutique, le livre en partie double, la géométrie ou le dessin linéaire. » About déploie une écriture bourgeoise de l’inventaire. On reconnaît là un reproche adressé au style descriptif de Balzac, soupçonné de farcir ses romans de fragments tout droit sortis de manuels encyclopédiques34. Le roman démocrate accentue encore ce style matérialiste où la description remplace les fines analyses psychologiques du roman aristocratique qui disséquait la vie intérieure des âmes d’élite. Pontmartin ne lit pas Madame Bovary comme un roman intime35.

  • 36 Madame Bovary, Honoré Champion, 2021, p. 194.

14En quoi le roman de Flaubert est-il un roman démocrate ? Pontmartin fournit trois réponses. Les deux premières relèvent du système des personnages. C’est tout d’abord l’héroïne qui donne au roman sa portée politique. Son caractère s’explique non par un travers individuel, mais par une psychologie sociale. Emma possède les aspirations frustrées d’une déclassée. Son ressentiment confère ainsi au roman une valeur allégorique : « Madame Bovary, c’est l’exaltation maladive des sens et de l’imagination dans la démocratie mécontente. » Pontmartin y voit une caractéristique du roman démocrate après juin 48 : les vaincus des barricades exhalent leur rancœur contre l’ordre social, à la différence des romans démocrates d’avant 1848 qui étaient portés par l’espoir et l’utopie, tels les romans socialisants de Sand (grande voix de l’illusion lyrique). Emma n’est que l’avant-garde consciente de la protestation : Pontmartin, sans s’occuper des protagonistes principaux (les acteurs d’un roman bourgeois, ou plutôt bourgeoisophobe contrairement à Edmond About), est stupéfait devant le grand nombre de comparses de modeste condition qu’offre le livre : sans rôle dans l’intrigue, ils sont pourtant bien là, saisis dans leur cadre de vie, avec leurs vêtements (pensons au bouge de la mère Rolet ou aux galoches ferrées du valet de Rodolphe : Madame Bovary est aussi une « scène de la vie de campagne », avec des mœurs paysannes). Ils sont muets, mais font nombre. Emma est leur porte-parole, en attendant leur prise de conscience. Il est étonnant qu’évoquant ce prolétariat des champs, Pontmartin ne mentionne pas la figure passive et aliénée de Catherine Leroux qui provoque une intrusion de narrateur sortant de son impersonnalité pour proférer l’énoncé démocrate du roman : « Ainsi se tenait, devant ces bourgeois épanouis, ce demi-siècle de servitude36. »

15Ces deux justifications au qualificatif de démocrate, tirées du contenu du roman, sont complétées par un troisième argument qui porte sur le style même du récit, à la façon du vicomte de Bonald. L’écriture réaliste (car il s’agit bien d’un style collectif) est la forme symbolique de l’égalité de tout et de tous, d’une anarchie qui conteste toute hiérarchie. Cette écriture revêt deux traits majeurs chez Flaubert : une composition sans subordination (l’abolition de la différence entre personnages principaux et comparses en était déjà un signe), l’impersonnalité (la disparition de l’autorité d’un narrateur organisant le discours des valeurs). Chaque point de vue vaut autant qu’un autre. Homais et Bournisien sont traités d’égale façon : « Ce système tout impersonnel […] lui interdisait de prendre parti pour ce qui aurait pu protéger et sauver son héroïne contre ce qui la déprave et la perd, comme il lui interdit de se prononcer pour l’abbé Bournisien contre le voltairien Homais. Cet égalitarisme sans bornes s’oppose à toute manifestation, à toute préférence religieuse ou morale de la conscience ou du cœur […]. » Le silence de Flaubert est une profession de foi démocratique. Inventant un dialogisme pur, un relativisme des points de vue, il laisse résonner le pluralisme. Pontmartin repère cet égalitarisme aussi bien dans la composition qui place sur le même plan personnages, objets, paysages. Plus de subordination entre les frontières du récit. Les analyses de Pontmartin sur le style descriptif prennent alors une signification politique : le style descriptif est comme la métaphore d’une société démocratique du nivellement – et de l’abaissement : les choses matérielles importent autant que la vie spirituelle des personnages (à la différence du roman psychologique d’Ancien Régime). Le style descriptif murmure la haine de l’ordre.

  • 37 Cadoudal, compte rendu de Salammbô, L’Union, 8 janvier 1863.

16Georges de Cadoudal rejoindra Pontmartin dans cette analyse. Rendant compte de Salammbô, il établira une homologie entre la composition du roman et la société démocratique. Ce roman hybride et décousu (mêlant continuellement roman d’amour, récit historique, description archéologique) exprime le désordre d’une société décadente (et ici autant qu’un roman d’obédience démocratique, Cadoudal vise à travers Salammbô la société du Second Empire). Sous le style démocratique, le style impérial : « C’est, en effet, le propre des ouvrages et des époques de décadence de tout confondre ainsi, de mêler les genres, d’altérer leurs caractères et leurs traits, de méconnaître la hiérarchie qui doit nécessairement exister dans les œuvres de l’esprit comme dans les institutions sociales37. » Salammbô est l’œuvre du désordre dont l’orgie impériale est comme la consécration. Cadoudal anticipe les analyses de Pontmartin sur le style impérial de L’Éducation sentimentale, et sur ce terrain Cuvillier-Fleury allait rejoindre la lecture du légitimiste.

  • 38 Cuvillier-Fleury, « La Révolution et la Société en 1848 », article repris dans Études historiques e (...)

17La parution de L’Éducation sentimentale constitue en effet un tournant (après Salammbô, Cuvillier-Fleury était sur le point d’aimer quand même Flaubert). Cuvillier-Fleury va s’accorder avec les interprétations politiques des légitimistes, une fois admis que le nouveau roman de Flaubert (en dépit de son action qui commence en 1840) peint en réalité la société décadente du Second Empire, nullement la société de Louis-Philippe. En 1869, l’heure est à la fusion des points de vue monarchistes, dans l’espoir d’une Restauration après la chute imminente de Napoléon III. C’est la dernière fois que Cuvillier-Fleury parlera de Flaubert. L’orléaniste est d’abord blessé par l’image de la Monarchie de Juillet procurée par le roman : n’était-ce donc qu’une société décadente et corrompue ? Dans son indignation, il prend aussi la défense de la Seconde République, celle bien sûr des « honnêtes gens », la république modérée de février qui même si elle a chassé Louis-Philippe a perpétué l’esprit libéral sous l’égide de l’ordre et dans le respect de la propriété. Ce n’était pas un reniement de Cuvillier-Fleury, mais une analyse couramment répandue dans l’entourage proche de Louis-Philippe : puisque la monarchie a été emportée et que l’orléanisme n’a plus d’avenir comme régime politique, il convient désormais de défendre au sein d’un parti de l’ordre le modèle de société lié à la bourgeoisie libérale. Cuvillier-Fleury avait défendu publiquement cette thèse dans un article intitulé « La Révolution et la Société en 1848 » : « Ce pays sauvé par un général dont le premier coup d’éclat était cette victoire, sauvé par ces enfants de Paris en haillons pour la plupart, sauvé par ces boutiquiers intrépides, par ces soldats ramenés en toute hâte des garnisons voisines ; - ce pays qui se relevait ainsi de lui-même par sa propre force, qui se redressait avec cette élasticité merveilleuse et qui gagnait du même coup la bataille des rues et celles des idées ; car juin, c’était la victoire du bon sens français contre les utopies socialistes38. » Cette ligne explique d’ailleurs l’enthousiasme très modéré de Cuvillier-Fleury lors des pourparlers pour une fusion avec les légitimistes, contrairement à Pontmartin. L’un, sous la bannière en forme de drapeau blanc du comte de Chambord qui se rêvait en Henri V, avait plus à y gagner que l’autre, qui sentait que son libéralisme serait bafoué.

  • 39 Cuvillier-Fleury, compte rendu de L’Éducation sentimentale.
  • 40 Voir à ce propos mon étude de tout le dossier de presse de L’Éducation sentimentale, républicains, (...)

18Cuvillier-Fleury infléchit tout de go sa lecture de L’Éducation sentimentale. Ce roman est un piètre livre, une satire de mauvaise foi avec des types uniment caricaturaux si on s’en tient au sens littéral (une figuration des années 1840), c’est une satire remarquablement juste si on en détecte le sens allégorique : Flaubert a fait un tableau du Second Empire. Le temps de l’écriture interfère avec le temps de l’histoire racontée. Le roman compte nombre de « descriptions antidatées », comme celle du Champ-de-Mars – et Cuvillier-Fleury nous fait songer tout à coup à la réécriture qu’en fera Zola dans Nana en 1880, au cours d’une scène qui se passe effectivement sous le Second Empire. « Changez la date », écrit Cuvillier-Fleury, « le tableau est exact et le détail en est vrai. Cette insolence des mauvaises mœurs attendait, pour faire explosion, que la liberté politique, inséparable d’une certaine décence publique, lui eût décidément abandonné le terrain39. » La décadence des mœurs date d’un régime qui a aboli les libertés : reste la licence. Telle serait donc la vraie cible de la satire, à l’insu sans doute de Flaubert que Cuvillier-Fleury appelle assez ironiquement à s’en prendre directement la prochaine fois aux mœurs du Second Empire. En 1869, la critique littéraire se fait engagée40.

  • 41 Pontmartin, compte rendu de L’Éducation sentimentale.
  • 42 Pontmartin, compte rendu de L’Éducation sentimentale.

19Pontmartin (qui publie son article deux jours avant Cuvillier-Fleury) déploie une démonstration analogue, non sans une certaine sophistique : après avoir taxé Flaubert de démocrate à l’époque de Madame Bovary, il va en faire un suppôt du Second Empire. Au vrai, le pas est aisé à franchir à ses yeux. La démocratie appelle le césarisme et Pontmartin précise ainsi la formule naguère appliquée à Madame Bovary : « œuvre inspirée par la démocratie sous la dictée du césarisme ». Le démo-soc Sénécal termine, après tout, logiquement argousin de l’Empire, comme Flaubert après le procès de Madame Bovary en 1857 reçoit la légion d’honneur en 1866… Nul doute que pour Pontmartin le Second Empire, avatar de la démocratie, n’emblématisât la tyrannie de la médiocrité. Sur le fond, Pontmartin en tombe d’accord avec Cuvillier-Fleury, L’Éducation sentimentale, nonobstant l’époque de l’intrigue, est une allégorie involontaire de l’actuelle société, la condamnation d’un régime sans vitalité et sans avenir. Mais c’est de nouveau dans le style que Pontmartin entend la solidarité du roman et de l’époque : le style descriptif est par son matérialisme l’expression d’une société sans âme ; la pauvreté des analyses psychologiques, les comportements saisis de l’extérieur révèlent des personnages sans libre-arbitre, menant une vie de hasard, qui incarnent une société despotique sans esprit de liberté. « À un pays dépossédé de toute prérogative intellectuelle, de toute initiative libérale, de tout horizon politique, il fallait une littérature à part, coloriste, pittoresque, plastique, sensuelle, qui commençât par supprimer l’âme et dont la plus douce étude fût de quintessencier la matière et d’enjoliver le néant41. » Le réalisme, littérature de la sensation, est l’expression de la société impériale. Et Pontmartin prend soin sur ce point d’absoudre la Monarchie de Juillet : rien à voir avec le régime de Napoléon III (il avait déjà dans son article sur Germaine et Madame Bovary tenu à distinguer le monde énergique de Balzac du style de boutiquier d’Edmond About) : « Le roman ne devait plus être, comme aux beaux jours de 1830, une lutte de la passion contre le devoir, lutte où la faute elle-même ressemblait à une ivresse d’idéal, mais un entassement puéril de formes et de figures déshabillées par le vice et gouvernées par la fatalité42. » « Beaux jours de 1830 » : j’imagine qu’il dut quand même en coûter à Pontmartin de tracer ces signes !

  • 43 Barbey d’Aurevilly, « Madame Bovary, par M. Gustave Flaubert », Le Pays, 6 octobre 1857.
  • 44 Ibid.
  • 45 Barbey, Le Constitutionnel, 29 novembre 1869.
  • 46 Barbey d’Aurevilly, « Bouvard et Pécuchet par Gustave Flaubert », Le Constitutionnel, 10 mai 1881.

20Pontmartin le légitimiste et Cuvillier-Fleury l’orléaniste sont deux voix qui n’épuisent pas la variété des lectures royalistes. Il faudrait bien sûr faire une place à part à Barbey d’Aurevilly qui semble ne pas lire politiquement l’œuvre de Flaubert (même dans son article sur L’Éducation sentimentale, il n’analyse guère la représentation politique et on y chercherait en vain les noms de Dambreuse, Sénécal, Dussardier, Regimbart, Cisy, Martinon, Hussonnet…). Mais c’est aussi que Barbey cadre plus large la notion de politique. Cet ultra a fait son deuil de la monarchie et il donne acte à Flaubert de sa représentation des débris de l’aristocratie dans la scène de la Vaubyessard, en un présent de vérité générale (de vérité historique) qui rend ce château typique : « le château voisin de toute bourgade, où expirent présentement les vieilles races dans le dernier lambeau de fortune qu’elles ont sauvé des révolutions »43. Simplement Barbey se plaît à lire dans l’œuvre de Flaubert une satire de la société démocratique bourgeoise, des travers qu’elle produit : Emma est ainsi le type de la femme médiocre dans « les sociétés sans croyances »44, L’Éducation sentimentale est le roman de la médiocrité sans héroïsme45. Ce bourgeoisosphobe qu’est Flaubert trouverait grâce aux yeux de Barbey, n’était que suivant un double bind il ne représentait aussi un parfait fils de Voltaire au matérialisme athée, tout entier contenu dans son style descriptif (et ici Barbey rejoint Cuvillier-Fleury et Pontmartin) qui suscite l’engouement du Bourgeois, de « ce gros de démocrates de lettres qui ne croient pas plus dans les lettres qu’en politique au privilège de la naissance »46. Ultra sans illusion sur l’avenir politique ici-bas, Barbey regardait au-delà et en voulait à Flaubert de son univers d’incroyant en phase avec une société sans âme. Chez Barbey, la lecture religieuse prime la lecture politique.

21Délaissons nous aussi le terrain politique pour un dernier regard sur cette critique royaliste, en forme d’hommage à Armand de Pontmartin qui mérite d’être relu pour ses articles sur Madame Bovary et sur L’Éducation sentimentale, si suggestifs dès l’instant où l’on fait abstraction de ses jugements de goût et de valeur (il faut toujours en user ainsi avec la critique du premier public conservateur : elle perçoit admirablement la nouveauté, qu’elle déteste d’instinct). Pontmartin, dans ses analyses du style descriptif, assimilé à un style Second Empire du réalisme, par opposition au style de l’analyse psychologique dans le roman classique, écrit un chapitre de l’histoire des écritures initiée par Bonald qui distinguait le style Louis XIV et le style des Lumières. Il y a là invention d’un nouveau regard de lecteur, défrichage d’un champ pour les recherches futures d’une socio-stylistique.

Haut de page

Notes

1 Cuvillier-Fleury, Études historiques et littéraires, Michel Lévy, 1854, t. I, p. 292.

2 Journal des Débats, 17 janvier 1858.

3 Pontmartin, Souvenirs d’un vieux critique, huitième série, Calmann-Lévy, 1887, p. 225.

4 Pontmartin, « Les fétiches littéraires. I. M. de Balzac », Le Correspondant, 25 novembre 1856.

5 Voir dans la présente revue la réédition procurée par Bernard Gendrel des principaux textes de Paul Bourget sur Flaubert (dossier n° 23, 2020), ainsi que la définition par Bourget du style de la décadence dans le chapitre sur Baudelaire des Essais de psychologie contemporaine.

6 Louis de Bonald, « Du style et de la littérature », Mercure de France, 30 août-13 décembre-20 décembre 1806. Republié dans Écrits sur la littérature, Classiques Garnier, 2010, p. 133.

7 Bonald, « Des Anciens et des Modernes », Mercure de France, 25 février 1802.

8 « Du style et de la littérature », p. 148.

9 Ibid., p. 162.

10 Ibid., p. 148.

11 Ibid., p. 161.

12 Ibid., p. 149.

13 Ibid., p. 146.

14 Charles de Mazade, « De la démocratie en littérature », Revue des Deux Mondes, 15 mars 1850.

15 Ibid., p. 905.

16 Ibid., p. 903.

17 Ibid., p. 906.

18 Victor Hugo, William Shakespeare (1864), Laffont, coll. « Bouquins », 1985, p. 433.

19 Parue chez Jacques Lecoffre en 1855.

20 Dans trois articles parus dans le Journal des Débats : « La littérature sous le gouvernement de Juillet », 27 janvier, 17 février et 2 mars 1856.

21 Cuvillier-Fleury, « Madame Bovary, par M. Gustave Flaubert », Journal des Débats, 26 mai 1857.

22 Ouvrant la bataille des classiques et des romantiques, Quatremère de Quincy s’en était pris à « la manie pittoresque » de ces derniers en ne tolérant le style descriptif que s’il associait les sensations physiques à leur effet sur l’âme du spectateur (Essai sur la nature, le but et les moyens de l’imitation dans les beaux-arts, Treuttel et Würtz, 1823, p. 82).

23 Cuvillier-Fleury, « Madame Bovary, par M. Gustave Flaubert ».

24 Pontmartin, compte rendu de L’Éducation sentimentale, Gazette de France, 12 décembre 1869.

25 Voir Gérard Genette, « Frontières du récit », dans Figures II, Seuil, coll. « Points », 1979, p. 57 : « La description est tout naturellement ancilla narrationis, esclave toujours nécessaire, mais toujours soumise, jamais émancipée. »

26 Dans le compte rendu de Salammbô.

27 Dans son compte rendu de L’Éducation sentimentale.

28 Georges de Cadoudal, compte rendu de Salammbô, L’Union, 8 janvier 1863.

29 Dans son compte rendu de L’Éducation sentimentale.

30 Sainte-Beuve, « De la littérature industrielle », Revue des Deux Mondes, septembre 1839.

31 Dans sa Lettre sur Paris du 9 janvier 1831 publiée dans Le Voleur.

32 Charles de Mazade, « Chronique de la quinzaine », Revue des Deux Mondes, 1er mai 1857. Nathalie Petibon et moi avons réédité cet article dans le dossier n° 9 (« Flaubert face à la Revue des Deux Mondes ») de Flaubert. Revue critique et génétique (2013).

33 Pontmartin, « Le roman bourgeois et le roman démocrate », Le Correspondant, 25 juin 1857.

34 Gaschon de Molènes écrit ainsi à propos d’Illusions perdues : « l’auteur dispense, à travers les chapitres de son roman, de longs fragments qui seraient mieux à leur place dans la collection des manuels Roret » (Revue des Deux Mondes, 1er décembre 1843). Les manuels Roret sont l’équivalent de notre collection « Que sais-je ? ».

35 Cet article de Pontmartin, éloigné de l’image de Flaubert artiste rêvant le livre sur rien, a retenu l’attention de la critique contemporaine qui y découvre un Flaubert politique : ainsi Kazuhiro Matsuzawa, « Une lecture politique de Madame Bovary : le bovarysme et l’envie démocratique postromantique », revue en ligne de l’université de Rouen Flaubert, n°5, 2005 ; Jacques Rancière, Politique de la littérature, Galilée, 2007 ; Norioki Sugaya, « Flaubert et le roman démocratique », dans Kazuhiro Matsuzawa (éd.), Balzac, Flaubert. La genèse de l’œuvre et la question de l’interprétation, Presses universitaires de Nagoya, 2009.

36 Madame Bovary, Honoré Champion, 2021, p. 194.

37 Cadoudal, compte rendu de Salammbô, L’Union, 8 janvier 1863.

38 Cuvillier-Fleury, « La Révolution et la Société en 1848 », article repris dans Études historiques et littéraires, Michel Lévy, 1854, t. II, p. 384 pour la citation.

39 Cuvillier-Fleury, compte rendu de L’Éducation sentimentale.

40 Voir à ce propos mon étude de tout le dossier de presse de L’Éducation sentimentale, républicains, libéraux et royalistes confondus : « Un roman fin de règne », à paraître dans les actes du colloque Flaubert politique, Palais du Luxembourg, 15 et 16 octobre 2021.

41 Pontmartin, compte rendu de L’Éducation sentimentale.

42 Pontmartin, compte rendu de L’Éducation sentimentale.

43 Barbey d’Aurevilly, « Madame Bovary, par M. Gustave Flaubert », Le Pays, 6 octobre 1857.

44 Ibid.

45 Barbey, Le Constitutionnel, 29 novembre 1869.

46 Barbey d’Aurevilly, « Bouvard et Pécuchet par Gustave Flaubert », Le Constitutionnel, 10 mai 1881.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dufour, « Présentation : le style Second Empire de Gustave Flaubert »Flaubert [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 12 décembre 2022, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4553 ; DOI : https://doi.org/10.4000/flaubert.4553

Haut de page

Auteur

Philippe Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search