Navigation – Plan du site

AccueilDossiers28Notices

Texte intégral

Alfred-Auguste Cuvillier-Fleury et Armand de PontmartinAfficher l’image
Crédits : Domaine public

Alfred-Auguste Cuvillier-Fleury (1802-1887)

1Parisien, issu d’une famille modeste, fils de militaire, Cuvillier-Fleury fit ses études au lycée Louis-le-Grand comme boursier impérial. Il devient sous la Restauration secrétaire de Louis Bonaparte, ex-roi de Hollande et père du futur Napoléon III. Il ne sera cependant pas un bonapartiste. En 1827, le duc d’Orléans (bientôt Louis-Philippe) l’engage comme précepteur du duc d’Aumale auquel il restera attaché en tant que secrétaire jusqu’en 1839. En 1834, il entre à la rédaction du Journal des Débats. Il y rédige des chroniques littéraires, en tenant du goût classique et de la morale en littérature. À cette aune, le réalisme, expression d’une société matérialiste, ne trouvera pas grâce à ses yeux. C’est dans ce journal d’obédience orléaniste et opposé au Second Empire que Cuvillier-Fleury publiera tous ses articles sur Flaubert. Il écrit aussi des chroniques politiques, défendant l’enseignement libre contre les Jésuites (ce sera toujours un point de friction entre lui et Pontmartin, qui l’estimait).

21848 marque un tournant dans la vie de Cuvillier-Fleury qui restera fidèle à l’orléanisme toute sa vie, lors même qu’il le sait sans avenir désormais. De Claremont en Angleterre où il a rejoint la famille royale exilée, il écrit à sa femme le 21 juillet 1848 : « Le roi m’a longtemps entretenu du passé ; l’avenir n’est plus à lui, hélas ! et sa résignation aux décrets d’en haut est complète. » Comme la famille royale, il tient alors pour Cavaignac comme un pis-aller au nom de « la cause de l’ordre ». Dès lors, opposant au Second Empire, tiède soutien d’une fusion avec les légitimistes dont il sent qu’elle sonnera définitivement le glas de l’orléanisme, Cuvillier-Fleury se drapera dans une fidélité quand même à la famille d’Orléans. Présent à l’enterrement d’un fidèle serviteur de Louis-Philippe, il exprime son sentiment d’appartenir déjà au passé dans une lettre du 12 septembre 1848 : « Suis-je donc si vieux, me demandai-je, que toute cette assistance me fasse l’effet d’une génération finie ? Ce n’est pas la génération qui est finie, c’est son influence et sa grandeur. » Devenu académicien en 1866, grâce à son œuvre de critique, il recevra sous la Coupole en 1873 son ancien élève, le duc d’Aumale. Il est atteint de cécité et meurt en 1887.

3Ses articles sont réunis en plusieurs volumes :

Portraits politiques et révolutionnaires (1851, 2 volumes), son best-seller.
Études historiques et littéraires (1854, 2 volumes)
Nouvelles études historiques et littéraires (1855)
Dernières études historiques et littéraires (1859, 2 volumes)
Historiens, poètes et romanciers (1863, 2 volumes)
Études et portraits (1865-1868)
Posthumes et revenants (1879)

  • 1 À Louise Colet, 1er-2 octobre 1852.
  • 2 À Jules Duplan, fin mai 1857.
  • 3 Lettre de Michel Lévy à Flaubert, 16 décembre 1869.
  • 4 À Edma Roger des Genettes, 1er mars 1878.

4Cuvillier-Fleury fait une entrée fracassante dans la Correspondance de Flaubert, avant même d’avoir écrit sur ses romans, mais il paraît que l’ermite de Croisset savait à quoi s’attendre : « J’avais oublié de te parler de Cuvillier-Fleury. Quel crétin ! Quelle école que celle des Cuvillier, Saint-Marc Girardin, Nisard ! les prétendus gens de goût, les prétendus classiques, braves gens qui sont peu braves gens et étaient destinés par nature à être des professeurs de sixième ! Voilà pourtant ce qui nous juge1 ! » Vient le compte rendu sur Madame Bovary et son parallèle avec Alexandre Dumas fils : « J’ai reçu le Cuvillier. C’est d’une insigne mauvaise foi. Remarquez-vous qu’on affecte de me confondre avec le jeune Alex. ? Ma Bovary est une Dame aux camélias, maintenant ! Boûnn2 ! » Suivent les deux articles sur Salammbô. Flaubert réagit lapidairement au premier, réclame le second, mais n’en dit rien. Pour le service de presse de L’Éducation sentimentale, il envoie une liste à Michel Lévy sur laquelle figure le nom de Cuvillier-Fleury. Sans doute lut-il son article que lui envoya Michel Lévy, lequel, éditeur aussi des œuvres critiques de Cuvillier-Fleury, essaie d’orienter la lecture de Flaubert pour prévenir sa colère : « Vous me ferez plaisir si vous voulez bien me dire ce que vous pensez de l’article de Cuvillier-Fleury, qui, bien que peu partisan du réalisme, a voulu vous être aussi agréable que possible3. » Nous ne savons pas ce que Flaubert répondit à son éditeur, mais nous connaissons son dernier mot sur Cuvillier-Fleury : « un joli coco »4.

Armand de Pontmartin (1811-1890)

  • 5 Pontmartin, « Les fétiches littéraires », Le Correspondant, 25 novembre 1856.
  • 6 Pontmartin, Journal de Bruxelles, 15 juillet 1857.

5Né à Avignon, Armand de Pontmartin se forme au collège Saint-Louis de Paris, commence des études de droit, mais s’en va bouder dans sa province natale quand éclate la Révolution de Juillet. Il restera toute sa vie un légitimiste animé par le ressentiment contre le libéralisme, contre la démocratie. Il écrit des romans et des nouvelles. Les Jeudis de madame Charbonneau (1862), roman à clefs sur les milieux littéraires et journalistiques, lui valent le succès chahuté d’une plaisante satire. Mais c’est surtout comme critique littéraire qu’il s’illustre. Son idéologie royaliste et catholique commande ses jugements de goût. Pierre Larousse écrit dans son Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle : « Une de ses prétentions fut d’être l’organe de la société polie, de ses dégoûts et de ses révoltes contre les œuvres du temps, où tout ce qu’elle aime et ce qu’elle honore est sacrifié et insulté. » Le réalisme en particulier sera sa cible. Il s’en prend ainsi au culte voué à Balzac après sa mort (il ne reconnaissait pas dans l’auteur de La Comédie humaine un monarchiste catholique) : « Cette réaction violente qui déifie aujourd’hui M. de Balzac n’est que le triomphe de tous les instincts sensuels, de toutes les mauvaises tendances de la littérature, se reconnaissant et se glorifiant dans un homme qui leur prête l’autorité de son talent et de son nom5. » Voilà qui prépare l’article sur Madame Bovary. Et celui sur Baudelaire, rattaché lui aussi à l’esthétique réaliste : « Ce hideux roman de Madame Bovary est une lecture de piété en comparaison d’un volume de poésies, qui vient de paraître, ces jours-ci, sous le titre de Fleurs du mal6. » Il préférait Octave Feuillet. Éreintant aussi bien Victor Hugo, Lamartine, Musset et Sand, il finira par avoir la réputation d’un critique qui se trompe continuellement sur la valeur des écrivains contemporains. Dans Une campagne (1882), Zola écrit : « Depuis dix-huit ans, il écrit à la Gazette de France ; depuis dix-huit ans, il se mêle d’y prophétiser sur les destinées de notre littérature, et il suffit qu’il annonce une chute pour qu’un succès immense se déclare »…

  • 7 Pontmartin, « M. Cuvillier-Fleury », article recueilli dans la 2e série des Nouveaux samedis.
  • 8 Pontmartin, « M. Guizot », Causeries littéraires, 2e série.

6La révolution de février 1848 redonne un élan à son engagement légitimiste. Au nom du parti de l’ordre, il se prend à rêver de la fusion avec les orléanistes, persuadé des lendemains qui chantent « Vive le roi ! ». Le 30 avril 1865, rendant compte des Études et portraits de Cuvillier-Fleury, Armand de Pontmartin souligne comment, après 1848 et le Coup d’État du 2 décembre, l’adversaire d’hier est devenu un ami, « les anciens antagonistes deux soldats d’une même armée »7. Peu auparavant, Pontmartin, plus réservé sur les Mémoires de Guizot, n’en avait pas moins fait l’éloge de ce ministre déchu désormais historien de l’Angleterre, qu’il plaçait au-dessus de Michelet et dont il citait avec délectation la diatribe contre la République8. L’heure était aux accommodements, mais ces appels du pied devaient faire long feu avec l’intransigeance du comte de Chambord. Pas plus qu’il n’allait dans le sens de l’histoire littéraire, Pontmartin ne comprit l’évolution de la société française.

  • 9 À Louis Bouilhet, 8 octobre 1857.

7Dans ses lettres, Flaubert évoque seulement l’article sur Madame Bovary. Il l’aura jugé une fois pour toutes : « Tout cela est tellement bête que ça m’est fort indifférent9. »

8L’œuvre critique de Pontmartin a été réunie en de nombreux volumes au fil des ans chez Michel Lévy, l’éditeur de Flaubert et de Cuvillier-Fleury : Causeries littéraires (1854), Nouvelles causeries littéraires (1855), Dernières causeries littéraires (1856), Causeries du samedi (1857), Nouvelles causeries du samedi (1859), Dernières causeries du samedi (1860), Semaines littéraires (1861), Nouvelles semaines littéraires (1863), Nouveaux samedis (1865-1881), et après sa mort Derniers samedis (1891-1892). « […] une fois réunis en volumes, ses feuilletons montrent une faiblesse qui fait paraître un peu osée l’ambition de prendre place dans une bibliothèque », jugeait Pierre Larousse.

Haut de page

Notes

1 À Louise Colet, 1er-2 octobre 1852.

2 À Jules Duplan, fin mai 1857.

3 Lettre de Michel Lévy à Flaubert, 16 décembre 1869.

4 À Edma Roger des Genettes, 1er mars 1878.

5 Pontmartin, « Les fétiches littéraires », Le Correspondant, 25 novembre 1856.

6 Pontmartin, Journal de Bruxelles, 15 juillet 1857.

7 Pontmartin, « M. Cuvillier-Fleury », article recueilli dans la 2e série des Nouveaux samedis.

8 Pontmartin, « M. Guizot », Causeries littéraires, 2e série.

9 À Louis Bouilhet, 8 octobre 1857.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Dufour, « Notices  »Flaubert [En ligne], 28 | 2022, mis en ligne le 12 décembre 2022, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/flaubert/4562 ; DOI : https://doi.org/10.4000/flaubert.4562

Haut de page

Auteur

Philippe Dufour

Université de Tours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search