Navigation – Plan du site

AccueilNuméros6DossierLes romans-photos documentaires d...

Dossier

Les romans-photos documentaires de Vincent Jarousseau

Danièle Méaux

Résumés

L’Illusion nationale. Deux ans d’enquête dans les villes du FN et Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche sont deux albums à vocation documentaire réalisés par Vincent Jarousseau en 2017 et en 2019, à partir d’enquêtes de longue haleine. Ces productions se situent pour ainsi dire à la confluence de la création et des sciences humaines et sociales. Il s’agira ici de s’interroger sur les tenants et les aboutissants de l’exploitation par leur auteur de la forme du roman-photo.

Haut de page

Texte intégral

1L’Illusion nationale. Deux ans d’enquête dans les villes du FN (2017) et Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche (2019) sont des albums qui ont connu un franc succès. Leur auteur, Vincent Jarousseau, est photographe indépendant, membre depuis août 2015 de l’agence « Hans Lucas » ‒ qui soutient l’émergence d’écritures contemporaines et travaille à la création de synergies par-delà les frontières disciplinaires. Ses images sont régulièrement publiées dans la presse nationale ou internationale : on les trouve par exemple dans Libération, La Croix, Le Monde, L’Obs, Marianne, Harpers’s Magazine, Dissent, Das Magazin ou Focus. Le site du photographe présente des reportages portant sur un camp de migrants situé près de la Cité de la mode et du design à Paris, la vie au collège de Clayes-sous-Bois (2015) ou encore le mouvement des Gilets jaunes (2018)1

2L’Illusion nationale et Les Racines de la colère diffèrent de tels travaux relativement ponctuels ; ces deux ouvrages ont été élaborés à partir d’investigations de longue haleine et présentent une forme originale qu’il convient précisément de questionner. Après avoir analysé ces productions, nous essaierons de les situer à la confluence de la création et des sciences humaines. Puis nous nous interrogerons sur leur modalité d’insertion dans le genre du roman-photo.

L’Illusion nationale. Deux ans d’enquête dans les villes du FN (2017)

  • 2 Le FN remporte alors onze municipalités.
  • 3 Valérie Igounet, Le Front national de 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées, Paris, Seu (...)

3L’idée d’entreprendre une investigation dans des villes récemment remportées par le Front National s’est imposée à Jarousseau au lendemain des municipales de 20142 ; il lui paraît alors urgent d’essayer de comprendre ce qui se passe dans ces villes, dans la perspective de la présidentielle de 2017. Il s’adresse à l’historienne Valérie Igounet, spécialiste de l’extrême droite et du négationnisme en France, qui vient de publier au Seuil un livre sur l’histoire du Front national depuis 19723. Tous deux s’accordent sur l’idée d’une collaboration, sans toutefois être fixés sur l’envergure ou la forme à donner au projet. Ce dont ils sont sûrs, c’est qu’ils souhaitent recueillir la parole des électeurs du Front National et mettre en images ces personnes ordinairement invisibles. Ils choisissent trois villes comme terrains d’enquête : Beaucaire dans le Gard (30 000 habitants), Hayange en Moselle (16 000 habitants) et Hénin-Beaumont dans le Pas-de-Calais (26 000 habitants).

4Igounet a soif de changer de support ; sans vouloir renoncer à la rigueur des sciences humaines, elle souhaite toucher un public plus large. Au fil de ses recherches, elle a toujours privilégié la parole, interviewant les dirigeants du Front National ou le négationniste Robert Faurisson, mais le travail qu’elle entreprend avec Jarousseau les conduit à réaliser des entretiens avec des gens ordinaires, non des professionnels de la politique. Une telle entreprise suppose d’entrer dans l’intimité des gens, de les fréquenter dans la durée, en instaurant avec eux des relations de confiance. Parallèlement au travail mené sur le terrain, le photographe écume de son côté toute une documentation livresque sur la question.

5Comme le signale Jarousseau, les personnes votant Front National font souvent l’objet d’un relatif mépris de la part de ceux qui, appartenant à des catégories sociales plus favorisées, se pensent « de gauche ». Le photographe considère qu’il est essentiel de ne pas regarder de haut ces « individus qui votent mal », quand ils appartiennent à des milieux défavorisés, nettement plus exposés que les autres aux inconvénients du multiculturalisme et que l’offre politique susceptible de répondre à leurs difficultés s’avère quasi inexistante. Il s’agit donc, pour Igounet et Jarousseau, d’aborder leurs interlocuteurs avec humilité et dans le respect de leur altérité.

  • 4 Voir Revue XXI, no 33, janvier-février-mars 2016, p. 42-53.
  • 5 Il s’agit de Laurent Muller qui a créé le département BD aux Éditions Les Arènes.

6Au début de l’investigation, les deux auteurs songent à élaborer un petit book fait de photographies et de paroles rapportées. C’est le rédacteur de la revue XXI, Patrick de Saint-Exupéry, qui leur suggère l’idée d’un roman-photo. Grand lecteur de BD, ce dernier voit dans cette forme la possibilité d’une association de la figuration des personnes et de la restitution de leur propos. Les deux enquêteurs commencent par publier onze pages de « bandes photographiques » concernant Hayange dans la revue XXI (dont Patrick de Saint-Exupéry est un des fondateurs)4. À ce moment-là, ils travaillent de manière très rudimentaire, dessinant au feutre des bulles sur les images photocopiées. C’est dans un second temps qu’ils entrent en contact avec les Éditions « Les Arènes », avec lesquelles ils signent un contrat pour une publication qui aura lieu deux ans plus tard ; ils sont alors secondés par un graphiste et un éditeur de BD5.

Couverture de L’Illusion nationale.
Deux ans d’enquête dans les villes du FN
, 2017

Couverture de L’Illusion nationale. Deux ans d’enquête dans les villes du FN, 2017

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

7Sur le terrain, leur manière de procéder se précise également peu à peu. Les deux enquêteurs trouvent le plus souvent leurs interlocuteurs dans la rue, sans recourir à des intermédiaires. Au cours des entretiens, les échanges verbaux précèdent toujours les prises de vues. Les propos sont enregistrés, puis retranscrits ; ne sont ensuite conservées que les phrases qu’ils jugent essentielles. Pour les images, il n’y a jamais de mise en scène. Au début, Jarousseau utilise un Réflex volumineux ; il passe ensuite à des appareils légers et silencieux, pour son propre confort et pour celui des personnes interviewées. Le nombre des images et des enregistrements sonores collectés est énorme ; quand ils veulent réaliser l’editing, Jarousseau et Igounet se trouvent face à une masse de données difficile à gérer.

L’Illusion nationale. Deux ans d’enquête dans les villes du FN,
2017, p. 20-21

L’Illusion nationale. Deux ans d’enquête dans les villes du FN, 2017, p. 20-21

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

8L’Illusion nationale a été présenté à Beaucaire, Hayange et Hénin-Beaumont où l’accueil a été très favorable ‒ les personnes représentées manifestant alors une relative fierté d’avoir pour ainsi dire accédé au statut de « personnage » de ce livre. L’ouvrage montre que le Front national progresse là où les partis majoritaires ont abdiqué. Il comble le vide, engageant une gestion de proximité qui se caractérise par des mesurettes (un souci de la propreté, des animations pour Noël, une police municipale renforcée…) parallèlement à un discours anxiogène sur l’immigration ou sur l’Europe. Il apparaît bien que le Front National dispense « une illusion ».

Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche (2019)

  • 6 Sébastien Chenu, rallié à Marine Le Pen en 2014, y sera élu député du FN, lors des législatives de (...)

9Jarousseau confie que c’est à Hénin-Beaumont ‒ où il enquêtait pour son premier ouvrage ‒ qu’il a entendu parler de Denain, ville noire de 20 000 habitants, terre du charbon et de l’acier, où le Front National cherchait alors à s’implanter6. La ville, située dans le bassin minier, a vécu une catastrophe économique avec la fermeture, au début des années 1980, de l’entreprise Usinor dont l’activité faisait vivre toute la région : la municipalité a vu sa population diminuer d’un tiers entre 1970 et 1980 ; le chômage et le taux de pauvreté y sont très importants, la mortalité bien supérieure à la moyenne nationale.

  • 7 Emmanuel Macron a d’ailleurs fait à Denain un de ses plus mauvais scores.

10Quand a émergé la candidature d’Emmanuel Macron pour la présidentielle de 2017, la distorsion entre la population de Denain et les injonctions au dynamisme du mouvement « En marche » s’est imposée à Jarousseau avec tant d’évidence qu’il a décidé d’en faire son nouveau terrain d’investigation. Un des thèmes principaux de la campagne était qu’il fallait bouger pour s’en sortir, dans un monde régi par la compétition7. Jarousseau choisit alors de s’intéresser à la question de la mobilité des catégories sociales les plus pauvres et s’associe avec les chercheurs du « Forum Vies Mobiles – Préparer la transition mobilitaire » (institut de recherche sur la mobilité, créé par la SNCF en 2011, qui croise des recherches pluridisciplinaires).

11Le photographe, qui souhaite prendre en compte des formes de mobilité variées, retient un panel de huit personnes (ou couples de personnes). Certains d’entre eux font d’importants trajets dans le cadre de leur activité professionnelle : c’est le cas de Tanguy qui est livreur et passe six nuits par semaine dans son véhicule. D’autres prennent le train, le bus et poursuivent leur trajet à pieds afin de chercher du travail, d’accomplir des démarches ou encore de suivre une formation. Il s’avère en tout cas que ceux dont on dénonce le statisme déploient une mobilité quotidienne importante, des déplacements chronophages pesant lourdement sur leur budget contraint comme sur leur vie familiale. Cette mobilité ne leur permet toutefois pas de « s’en sortir » : l’étude de terrain invite à se départir d’une vision préfabriquée de la mobilité géographique.

  • 8 Au départ, davantage de personnes avaient été prises en compte, puis l’éventail s’est resserré.
  • 9 Entretien avec Vincent Jarousseau, le 4 mars 2021. Dans la suite de ce texte, toutes les citations (...)

12Dans Les Racines de la colère, les personnes représentées sont moins nombreuses que dans L’Illusion nationale ‒ de sorte que l’histoire de chacun est plus détaillée8. Jarousseau explique avoir pris soin d’expliquer sa démarche à ses interlocuteurs, passant beaucoup de temps avec eux9. Nombreux sont d’ailleurs ceux avec lesquels il a conservé des liens. Les conversations retranscrites portent sur la vie quotidienne : elles font ressortir l’importance de la famille dans le milieu ouvrier, les difficultés pécuniaires, les obstacles rencontrés face à l’injonction à la mobilité ainsi que certains paradoxes (la mobilité masculine entraînant souvent par exemple une hyper-immobilité féminine).

  • 10 Au fil des deux années passées sur place, Jarousseau a constitué un dossier conséquent par famille, (...)

13Les Racines de la colère commence par neuf pages de bande dessinée relatant l’histoire récente de Denain. Suit une brève présentation de la ville d’aujourd’hui. Puis l’ouvrage prend la forme d’un roman-photo constitué de huit chapitres, dont chacun est centré sur un couple ou un individu. Chacun de ces chapitres s’ouvre sur une photographie (présentée pleine page) du (ou des) protagoniste(s) principal(aux), accompagnée d’un bref itinéraire de vie. Sa longueur oscille entre sept et dix-neuf pages, selon les cas10. À l’intérieur de chaque planche, le format des images varie, dans un souci de dynamisme et de diversité. La mise en page est vivante et aérée. L’ouvrage se clôt sur les considérations de chercheurs en sciences humaines et sociales portant sur la question de la mobilité.

Couverture de Les Racines de la colère.
Deux ans d’enquête dans une France
qui n’est pas en marche
, 2019

Couverture de Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

  • 11 Le livre est sorti en librairie le 13 mars 2019, quelques mois après le départ du mouvement.

14Le choix de la couleur et le type de plans utilisés contribuent à conférer aux personnes représentées une certaine humanité. Jarousseau précise que c’est avec l’émergence du mouvement des « gilets jaunes » qu’il s’est rendu compte ‒ a posteriori donc ‒ qu’il avait documenté la France qui avait donné naissance à ce processus social11. À la fin de la réalisation du travail, certains des protagonistes (un routier, un ouvrier du BTP…) endossent d’ailleurs le « gilet jaune », prenant pour la première fois part à une revendication collective. Le documentaire permet peu ou prou de comprendre ce qui a conduit à ce mouvement : misère économique, mais aussi profond sentiment d’humiliation face à la teneur du discours présidentiel.

15L’ouvrage a été bien reçu par les personnes qui y ont collaboré. À plus large échelle, et pour partie en raison de sa forme inédite, le livre a suscité l’intérêt. L’Illusion nationale a été tiré à 10 000 exemplaires, puis il y a eu un second tirage de 5 000 exemplaires. Pour Les Racines de la colère, à un premier tirage à 10 000 exemplaires, ont succédé deux tirages à 3 000. L’album a été traduit en allemand. La couverture médiatique a en tout cas été bien plus importante qu’elle ne l’est habituellement pour un « livre de photographe » (alors que Jarousseau ne bénéficiait pas jusqu’alors d’une grande notoriété). Des expositions (incluant des planches, des tirages et des archives sonores) ont été organisées à la bibliothèque universitaire du Havre, aux archives nationales, à la Maison de la photographie à Lille.

  • 12 Cet ouvrage s’intitulera Les Femmes du lien. Il paraîtra en septembre 2022.
  • 13 Le revenu moyen d’une aide à domicile est de 800 euros.

16Jarousseau travaille actuellement à un nouveau projet portant sur les travailleuses du care12 : aides à domicile, sages-femmes, infirmières… L’étude concernera dix femmes (cinq en Île-de-France, cinq en milieu rural) et le livre constituera une sorte de récit choral. Le secteur du service à la personne représente en France un emploi salarié féminin sur quatre, soit trois millions d’emplois en tout, dont 92 % sont occupés par des femmes qui sont sous-payées13. Le roman-photo comportera une ouverture en bande dessinée et dix mini-récits photographiques dont chacun relatera un itinéraire de vie (avec une focalisation sur la tranche d’âge invisibilisée des quarante-soixante ans). Le photographe travaille pour ce projet en relation avec des chercheurs, comme lors de ses précédents travaux.

Entre création et sciences humaines et sociales

  • 14 Aline Caillet, L’Art de l’enquête. Savoirs pratiques et sciences sociales, Paris, Mimésis, « Art, e (...)

17Les albums de Jarousseau participent, à leur façon, d’une propension contemporaine à la confluence entre pratiques de création et recherches en sciences humaines et sociales. De ce rapprochement, on peut dire qu’il s’effectue dans les deux sens. Des artistes ‒ photographes, vidéastes, écrivains, etc. ‒ réalisent des enquêtes tournées vers la compréhension de phénomènes sociétaux, tout en problématisant et questionnant leur démarche d’investigation. Un certain nombre de théoriciens ont récemment mis en évidence cette tendance14. À rebours, des chercheurs en sciences humaines et sociales se montrent curieux d’inventer des modalités alternatives d’investigation (ou de diffusion de leur travail). Les courants de la visual sociology ou de la visual anthropology cherchent à exploiter les ressources heuristiques du regard ou des images. C’est dans le contexte de ce double mouvement, répondant à une logique chiasmatique, qu’il convient d’aborder les enquêtes de Jarousseau. Le photographe s’associe de manière récurrente avec des chercheurs de diverses disciplines. En janvier 2020, Les Racines de la colère a été présenté au salon des écritures alternatives en sciences sociales.

  • 15 Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, Paris, Éditions de l’Olivier, 2010 ; L’Inconnu de la poste(...)
  • 16 Cécile Cuny dir., On n’est pas des robots. Ouvrières et ouvriers de la logistique, Paris, Créaphis (...)

18Cette convergence se manifeste également aujourd’hui à travers la production de travaux qu’il est difficile de classifier. On pense par exemple aux récits de Florence Aubenas ‒ Le Quai de Ouistreham (2010) ou L’Inconnu de la poste (2021) ‒ qui semblent tout à la fois relever de la littérature et du journalisme d’investigation15. Un livre collectif récent, On n’est pas des robots (2020)16, se présente comme le fruit d’une enquête sur les ouvriers de la logistique, menée par un collectif de photographes et de chercheurs : entre art et sociologie, cet ouvrage résiste à un enfermement dans des catégories simples. Si ce phénomène prend actuellement de l’ampleur, il n’est pas nouveau puisqu’en son temps Let Us Now Praise Famous Men de James Agee et Walker Evans (1941) ne s’avérait pas non plus aisé à catégoriser.

19Les enquêtes conduites par Jarousseau reposent, l’une et l’autre, sur une immersion de plus de deux années. Cette façon de travailler tient des méthodes du journalisme d’investigation, comme de la sociologie ou de l’anthropologie. Il faut du temps pour se familiariser avec des personnes au sujet desquelles une recherche approfondie est conduite. Seule, la durée permet une observation fiable, ainsi que la mise en confiance qui lui est indispensable. Avec une certaine imprégnation, se développe une compréhension des modes de vie envisagés dans leur complexité. Comme dans le champ des sciences humaines et sociales, chaque investigation est engagée par Jarousseau à partir d’une problématique définie au préalable et les protocoles adoptés se trouvent explicités au sein des ouvrages. Il est ainsi loisible de comprendre comment les enquêtes ont été menées.

20Les sociologues de l’École de Chicago ont mis en évidence qu’un des matériaux permettant de faire émerger, de manière privilégiée, une intelligibilité des phénomènes humains était le « récit de vie ». Or Jarousseau accorde, dans Les Racines de la colère, une place importante à l’itinéraire biographique puisque la première page de chacune des huit séquences du livre contient un résumé succinct de l’histoire de la personne qui en est le protagoniste principal, avant que son quotidien ne se trouve détaillé sous une forme photo-romanesque. Ainsi le parcours de Loïc vient-il éclairer ses actuelles difficultés présentées dans les dix-neuf pages qui suivent. Chaque chapitre, consacré à une personne différente, est construit sur ce schéma.

Les Racines de la colère.
Deux ans d’enquête dans une France
qui n’est pas en marche
, 2019, p. 24

Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 24

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

21Mais surtout, à l’instar des sociologues, Jarousseau accorde une valeur informative, voire heuristique aux entretiens. Il enregistre des heures et des heures d’échanges, dont il extrait les passages qui lui paraissent significatifs. Si l’enregistrement renvoie à une idée d’automaticité qui semble tenir à distance la déformation des propos, les paroles sont conditionnées par des relations interpersonnelles, puis soumises à sélection. Toute subjectivité n’en est donc pas exclue. De cela, les sociologues sont également conscients. Reste que les chercheurs en sciences humaines et sociales, lorsqu’ils présentent les résultats de leurs enquêtes, modifient habituellement les noms des personnes interrogées afin que ces dernières ne soient pas reconnues, tandis que la forme adoptée par Jarousseau interdit l’anonymat. En contrepartie, celui-ci fait valider la teneur des propos retranscrits par les locuteurs, qui peuvent ainsi s’approprier cette version finale.

22La photographie se présente également comme un enregistrement, concernant cette fois-ci le visible. Elle retient les postures, les vêtements, les physionomies et les corps ‒ qui témoignent de situations sociales, croisant des déterminations économiques à des traits liés à la tranche d’âge ou au genre. La prise de vue évite la schématisation, la généralisation pour toujours rapporter les notations à des cas particuliers. La rétivité du médium à l’abstraction sert une transcription de la complexité des phénomènes. Les images montrent aussi le décor : des maisons de brique et des routes de campagne plate, des usines en activité ou des autoroutes délavées par la pluie. Les vues d’intérieurs donnent à voir les espaces privés. Tous les détails visibles renseignent, comme ne pourraient le faire les mots, sur les modes de vie ; ils participent de l’évocation d’un milieu, d’une manière qui n’est pas analytique, mais synthétique. De fait, la moindre photographie contient une abondance d’informations qui restent partiellement hiérarchisées, et donc offertes à une libre prise en charge par le spectateur, la disponibilité des éléments présents dans les images rappelant celle qu’ils manifestent dans le réel. Ce n’est pourtant pas tout à fait le cas, puisque la prise de vue coupe et instaure certaines focalisations ou certains infléchissements des apparences. Les photographies de Jarousseau sont par exemple réalisées avec des focales proches du 50 mm qui rapprochent la perception de celle qu’on peut avoir à l’œil nu, mais la profondeur de champ n’y est jamais très importante de sorte que les cadres de vie ne s’y trouvent pas livrés avec une crudité inquisitrice ; cette douceur relative de l’approche a son importance.

Les Racines de la colère.
Deux ans d’enquête dans une France
qui n’est pas en marche
, 2019, p. 34

Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 34

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

23L’enregistrement (des images et des paroles) instaure ainsi une dialectique entre transcription de la vérité (liée à la relative automaticité des médiums utilisés) et inévitable partialité de la restitution. Exemplifiée par la procédure concrète des prises de vues et des prises de sons, cette tension ne se réduit pourtant pas à des questions techniques : elle est de nature essentielle. Elle hante plus largement toutes les sciences humaines et sociales, qui se présentent tendues vers la saisie du réel, dans une forme d’arrachement à l’intériorité du sujet, mais restent acculées au fait que l’enquête ne peut se jouer qu’à partir du positionnement d’un témoin qui, lui-même, appartient au monde et le perçoit à partir de sa propre situation. Une telle tension interne anime toutes les représentations qui ont la factualité pour horizon. C’est peu ou prou ce qu’exprime, avec subtilité, James Agee, dans Let Us Now Praise Famous Men, démarquant son entreprise de celle de l’auteur de fictions :

  • 17 James Agee, Walker Evans, Let Us Now Praise Famous Men, traduction française : Louons maintenant le (...)

Dans un roman, une maison ou une personne tient entièrement sa signification, son existence même, de l’écrivain. Ici, une maison ou une personne ne tient de moi que sa signification la plus restreinte : sa vraie signification est bien plus grande, gigantesque. Elle est d’exister ici et maintenant, comme vous et moi, et comme aucun personnage d’imagination ne peut exister. Son immense poids, son mystère et sa dignité tiennent en ce fait. Quant à moi, je peux vous en dire seulement ce que j’en ai vu, seulement selon les moyens de la seule exactitude dont me voici capable : et ceci à son tour tient sa valeur cardinale, non de mes aptitudes, mais du fait que j’existe moi aussi, non à la façon d’un ouvrage de fiction, mais comme un être humain17.

24Au sein de ses albums, Jarousseau présente les personnes à l’orée des chapitres qui leur sont consacrés, mais il s’efface des dialogues comme des photographies. Le dispositif qu’il met en place travaille à placer le lecteur au plus près de situations humaines dont il s’absente, mais qu’il ne cesse pas tout à fait d’habiter en creux. Il n’en reste que L’Illusion nationale ou Les Racines de la colère manifestent l’aspiration de leur auteur à la transcription de la réalité ; des différences de classe, des inégalités géographiques, des fractures liées à des origines culturelles diverses et à l’immigration y sont données à ressentir dans toute leur acuité.

25« La représentativité des classes populaires dans les espaces médiatiques est complètement minorée par rapport à leur place réelle dans la société » constate Jarousseau. L’Illusion nationale ou Les Racines de la colère possèdent une dimension performative en ce qu’ils contribuent à rendre ces catégories sociales plus visibles et audibles, réparant ainsi le déficit de représentation dont elles souffrent. Pour le dire autrement, il ne s’agit pas seulement pour leur auteur de revendiquer pour les classes populaires un droit à l’image et à la parole, mais de le leur octroyer de manière effective. Jarousseau remarque également que ses ouvrages ont pu participer à l’évolution de la vie de certaines des personnes qu’il a rencontrées ‒ qui ont par exemple réussi à trouver un emploi au moment de leur parution.

La forme du roman-photo

  • 18 « Les Arènes » est une maison d’édition qui publie des BD portant sur des sujets sociétaux.

26La période contemporaine s’est avérée inventive en ce qui concerne le développement d’enquêtes, de natures diverses, sises entre arts et sciences humaines et sociales (exploitant les supports du livre, de l’installation ou encore du web). Mais l’adoption en ce domaine de la forme du roman-photo n’a rien d’attendu. Le plus souvent, les libraires ne savent d’ailleurs pas où disposer L’Illusion nationale et Les Racines de la colère : au rayon « BD », « livres de photographie », « sciences humaines » ? Lors des présentations publiques des albums, certains assistants s’étonnent du choix de cette forme, le roman-photo se présentant à leurs yeux comme un genre kitsch et populaire. Les Racines de la colère a reçu une distinction, mais il s’agit du « prix France Info de la BD d’actualité et de reportage » ‒ ce qui ne contribue pas à faciliter son éventuelle catégorisation générique18. On peut dès lors s’interroger sur les tenants et les aboutissants du choix de cette forme ‒ qui implique de facto un positionnement de l’auteur ainsi que des lecteurs.

  • 19 Jean Teulé, Gens de France, Paris, Casterman, 1988.

27S’il y a eu des usages politiques du roman-photo (on pense aux détournements du genre pratiqués par les situationnistes dans les années 1960 ou encore aux réalisations du collectif d’urbanistes italiens « Strum Group » dans les années 1970), il y a peu d’antécédents de romans-photos de nature véritablement documentaire. En 1988, paraît Gens de France de Jean Teulé19 : assemblant des textes et des photographies, cet album enchaîne une suite d’historiettes véridiques qui naviguent entre l’horrible et le loufoque ; il y est par exemple question de Jean-Claude qui se consacre à la construction d’une soucoupe volante (pour emmener sa mère mourir sur une planète lointaine) ou d’une jeune fille de seize ans, Zora, qui est arrêtée pour le vol d’un soutien-gorge et qui se suicide par crainte de la réaction paternelle. Certaines des images reproduites dans cet album sont tirées de l’émission télévisée belge Strip-Tease ; c’est par exemple le cas de celles qui relatent l’histoire de Jean-Claude et de sa soucoupe volante. Jarousseau affirme que cet ouvrage a été pour lui source d’inspiration.

  • 20 Anouck Durand, Amitié éternelle, Paris, Xavier Barral, 2014.
  • 21 Benoît Vidal, Pauline à Paris, Paris, Éditions FLBLB, 2015.
  • 22 L’Effet schizomètre. Quand l’art brut dégivre la psychopathologie (Paris, Epel, 2019) du même auteu (...)
  • 23 Carlos Spottorno, Guillermo April, La Grieta, Bilbao, Astiberi, 2016. Les deux espagnols ont été la (...)

28En 2014, paraît Amitié éternelle20 d’Anouck Durand qui retrace l’évolution des relations entre la Chine et l’Albanie au cours du xxe siècle, à partir du remploi d’images d’archives. En 2015, sort Pauline à Paris21 où Benoît Vidal relate la vie d’une amie de sa grand-mère, en exploitant une iconographie tirée de la presse de l’époque22. En 2016, le photographe Carlos Spottorno et le grand reporter Guillermo Abril publient La Grieta23. Mêlant notes et photographies, l’album se présente comme un reportage aux frontières de l’Europe ‒ dont il s’attelle à faire ressortir les failles. Le sort catastrophique des migrants s’y trouve mis en évidence, l’attention se concentrant moins sur des individus particuliers que sur les situations humanitaires et politiques. Les photographies, passées et repassées au travers de filtres couleur, donnent presque l’impression d’avoir été dessinées. L’enquête menée par les deux espagnols rend compte de faits réels, mais s’apparente davantage au photojournalisme qu’au documentaire, tel que le pratique Jarousseau.

  • 24 Frédéric Pouillaude, Représentations factuelles, Paris, Le Cerf, 2020.
  • 25 Voir à cet égard La Revue dessinée (enquêtes, reportages et documentaires en bande dessinée) créée (...)
  • 26 Joe Sacco, Palestine, Paris, Rackham, 2015 [1993].

29Si l’on peut relever des tentatives relativement récentes d’exploitation du genre à des fins de témoignage et de représentation factuelle24, l’association de la planche à la transcription du réel reste bien plus développée dans le domaine de la bande dessinée25. La figure du reporter est centrale dans l’histoire du neuvième art : de Tintin reporter au Petit Vingtième à Fantasio, le journaliste est une des figures fictionnelles récurrentes du genre. Longtemps publiée dans la presse, la bande dessinée puise dans le journalisme un ressort narratif, mais parfois aussi un modèle. Ainsi, aujourd’hui, la bande dessinée du réel a-t-elle explosé. On pense à Palestine de Joe Sacco26 (1993) ou, en France, aux travaux récents d’Étienne Davodeau. En lien sans doute avec la fortune de ce courant, Jarousseau hésite d’ailleurs sur le terme à utiliser pour caractériser ses propres ouvrages : « Docu photo » ? « Roman-photo » ? « Roman-photo documentaire » ? « Bande dessinée photographique » ? « Roman-photo(graphique) » ? Pour des raisons promotionnelles, mais aussi par conscience d’une filiation diffuse, l’affichage d’une parenté avec la bande dessinée n’est pas sans séduire l’auteur.

30C’est cependant la nature sociologique et politique de son projet qui a conduit le photographe à combiner prises de vues et paroles transcrites au sein de phylactères. Il confie que cette forme lui permet « d’emmener le lecteur au plus près des familles, de ces personnages qui ne sont pas fictifs. » Les planches faites de photographies et de mots donnent un accès immédiat aux paroles et aux personnes qui les profèrent ‒ à l’image de ce que peut faire le cinéma direct. La démarche de Jarousseau n’est d’ailleurs pas sans parentés avec ce type de pratique : le photographe travaille souvent en accrochant un micro à son appareil photographique et cette manière de faire rappelle l’usage de la caméra légère qui permet de filmer les personnes, tout en participant soi-même à la situation. Le roman-photo s’avère susceptible de restituer cette démarche, mais place aussi ‒ comme tout livre ‒ le lecteur dans une relation de proximité avec les personnes qui y sont représentées par la photographie.

Les Racines de la colère.
Deux ans d’enquête dans une France
qui n’est pas en marche
, 2019, p. 90

Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 90

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

31Sur la quatrième de couverture de chacun des ouvrages, revient la même formule : « Le résultat est inédit : un reportage en forme de roman-photo. Sauf que rien n’est inventé. Chaque propos a été enregistré à la virgule près. » Cette assertion doit être relativisée puisqu’il y a eu sélection des vues et des paroles, puis insertion des phylactères dans les images, ce travail s’apparentant au montage. Toute représentation suppose une part de construction et d’artificialité, même quand il s’agit pour l’auteur de mettre cette dernière au service de la restitution de la vérité.

  • 27 François Bon, Daewoo, Paris, Fayard, 2004.
  • 28 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’enclave, Paris, Mazarine, 2006.
  • 29 Raymond Depardon, Les Habitants, 84’, 2015.
  • 30 Frédéric Delangle et Ambroise Tézenas, Des Sneakers comme Jay-Zhttps://www.ambroisetezenas.com/s (...)

32Il n’en reste qu’il arrive à Jarousseau de parler d’une sorte de « co-production » des ouvrages avec les personnes qu’il a interviewées. La question du recueil de la parole d’autrui intéresse les sociologues, mais également nombre d’artistes contemporains ‒ qu’ils emploient l’image mobile, le texte ou encore la photographie. Au sein de Daewoo27, François Bon intègre la transcription d’entretiens ; il en va de même de Jean-Paul Goux dans Mémoires de l’enclave28. Pour la réalisation de Les Habitants29, le cinéaste Raymond Depardon utilise une caravane comme studio d’enregistrement des dialogues qu’il recueille en différentes villes françaises. La série Des Sneakers comme Jay-Z, des photographes Frédéric Delangle et Ambroise Tézenas, réunit des vues de migrants, auxquels des organisations humanitaires viennent de donner des vêtements, et les commentaires que formulent ces derniers concernant leur nouvelle tenue30. Toutes ces œuvres, dans leur diversité, témoignent de l’objectif (qui n’est jamais qu’imparfaitement atteint) de faire entendre des points de vue ordinairement inaudibles et de capter des témoignages authentiques dans l’altérité même de leur expression. Différents dispositifs artistiques ont été imaginés, ces dernières années, pour servir le recueil de la parole d’autrui ‒ dont les enjeux sont tout à la fois esthétiques et politiques. Jarousseau démontre que la forme du roman-photo en est un.

Les Racines de la colère.
Deux ans d’enquête dans une France
qui n’est pas en marche
, 2019, p. 76

Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 76

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

33Des théoriciens de l’art et de la littérature de différentes époques ont énoncé le principe d’une convenance entre la forme choisie et le sujet traité. Certains thèmes populaires (ou bas) concernaient la comédie, tandis que d’autres, élevés et tristes, relevaient de la tragédie. La naissance du poème en prose s’est accompagnée de l’élection de nouvelles thématiques. Sans doute, est-il possible d’aborder par ce biais le choix par Jarousseau du dispositif photo-romanesque. À la peinture de catégories sociales défavorisées, il confère en tout cas une forme considérée comme « populaire ». Le photographe confie que le genre « correspondait au côté suranné de certaines grand-mères qu’ils allaient visiter ». Sans doute l’adoption de cette forme a-t-elle d’ailleurs favorisé la réception favorable des albums par les personnes qui y étaient représentées et qui n’auraient pas lu un ouvrage d’allure plus rébarbative traitant de leur ville ou de leurs modes de vie. À Denain ou Hénin-Beaumont, il n’y a pas de librairie et l’achat d’un livre reste chose rare. Être en mesure de faire partager l’objet réalisé aux personnes qui y ont contribué est d’une grande importance pour Jarousseau : l’efficacité du roman-photo tient au fait qu’il permet à l’auteur de toucher tout à la fois le public habituel, plutôt cultivé, des éditions des Arènes et un milieu plus populaire qui n’accède ordinairement pas au livre.

Les Racines de la colère.
Deux ans d’enquête dans une France
qui n’est pas en marche
, 2019, p. 113

Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 113

Avec l’aimable autorisation de l’auteur.

  • 31 Elieba Levine et Edward Lachman, Chausse-Trappes, Paris, Minuit, 1981.
  • 32 Entre autres albums, on peut citer : Marie-Françoise Plissart et Benoît Peeters, Fugue, Paris, Minu (...)

34Il n’en reste que le recours à cette forme n’est pas sans engendrer des dissonances ‒ elles-mêmes susceptibles de constituer un potentiel de séduction. Les itinéraires de vie présentés dans L’Illusion nationale ou Les Racines de la colère sont aux antipodes du glamour du roman-photo sentimental. Dans le roman-photo traditionnel, les postures des personnages sont très compassées et stéréotypées, tandis qu’elles confinent au naturel chez Jarousseau. Il en va de même des vêtements et des corps qui s’écartent de la relative aseptisation caractérisant habituellement l’apparence des personnages dans ce type de productions. Il y a certes eu des romans-photos déviants, tels que ceux réalisés par Elieba Levine et Edward Lachman31, par Marie-Françoise Plissart et Benoît Peeters dans les années 198032, mais ces derniers se caractérisaient par leur sophistication narrative, dans le sillage des réflexions qui se développaient à l’époque dans le champ littéraire ; ces tentatives de renouvellement du genre n’ont eu que peu de lendemains ; elles se situaient en tout cas délibérément du côté de la fiction, à l’instar finalement du roman-photo traditionnel et populaire.

  • 33 Jan Baetens, Pour le roman-photo, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2010.
  • 34 Didier Éribon, Retour à Reims, Paris, Flammarion, « Champs Essais », 2018 [2009], p. 20.
  • 35 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999.

35Or tout éloigne les albums de Jarousseau de la fiction. Le photographe martèle que, par déontologie, il refuse la mise en scène, alors que, dans le roman-photo populaire, la scénographie affiche son statisme33 et son artificialité. Les situations proposées par Jarousseau sont attristantes, les visages marqués par la vie, les décors pauvres, quand l’univers ordinaire du roman-photo est édulcoré, tendu vers une happy end. Les corps photographiés dans L’Illusion nationale ou Les Racines de la colère sont « des corps sociaux, des corps de classe34 ». Enfin l’intrigue du roman-photo populaire, centrée sur quelques protagonistes principaux, ressortit toujours à une « feintise ludique partagée » pour reprendre les termes de Jean-Marie Schaeffer35. Chez Jarousseau, c’est le contraire : tout travaille à convaincre de la factualité des scènes et des paroles transcrites. Une telle conviction se dégage des contenus langagiers, mais aussi du style « naturaliste » des prises de vue. Le paratexte asserte encore la véracité des choses : l’avant-propos, la quatrième de couverture certifient qu’aucune entorse n’a été faite à la réalité.

  • 36 Frédéric Pouillaude, Représentations factuelles, op. cit., p. 90.

36Dans un ouvrage récent consacré aux représentations factuelles et à leur regain de vigueur dans les arts contemporains, Frédéric Pouillaude distingue : « factualité du contenu » et « factualité des modes de présentation36 ». Certaines réalisations conjuguent, à ses yeux, les deux traits : c’est par exemple le cas du « cinéma direct », du « cinéma vérité » ou de nombreux reportages photo-journalistiques. D’autres conjuguent à la relation de faits réels des mises en forme habituellement employées pour la fiction. C’est par exemple le cas du « docu-fiction », du « biopic » ou de la « reconstitution historique » destinée à commémorer certains événements. Une telle grille d’analyse invite à penser que les albums de Jarousseau appliquent également à des contenus factuels (et obtenus par le biais de techniques d’enregistrement : photographie, prise de son ‒ ce qui, selon Pouillaude, tend à accréditer leur véracité, car ces techniques paraissent détachées de l’intentionnalité humaine comme de ses capacités de modélisation ou d’abstraction) une forme traditionnellement impartie à la fiction. La factualité des situations dépeintes se trouve ainsi modalisée par une forme connotée de fictionnalité, de romanesque ou encore de facticité, puisque généralement employée pour « faire semblant » et non pour « faire preuve ».

  • 37 Victor Chklovski, L’Art comme procédé, Paris, Allia, 2008 [1917], p. 23.

37Cet écart, teinté d’ironie, travaille à éveiller chez le lecteur le sentiment de se trouver confronté à un objet particulier, déjouant habitudes prises et plis établis. Il pousse au développement d’une attention inédite, en raison de leur capacité de désorientation, de leur puissance d’« étrangéisation » pour reprendre l’expression de Victor Chklovski37. Pour le dire autrement, le caractère dissonant et relativement inclassable de ces productions travaille à extraire le lecteur des automatismes de perception ou des identifications préalablement établies pour favoriser l’exercice d’une réception à la fois personnelle et critique, qui ait force d’événement.

Haut de page

Notes

1 Voir à cet égard < https://vincentjarousseau.com/ > (consulté le 1er mai 2021).

2 Le FN remporte alors onze municipalités.

3 Valérie Igounet, Le Front national de 1972 à nos jours. Le parti, les hommes, les idées, Paris, Seuil, 2014.

4 Voir Revue XXI, no 33, janvier-février-mars 2016, p. 42-53.

5 Il s’agit de Laurent Muller qui a créé le département BD aux Éditions Les Arènes.

6 Sébastien Chenu, rallié à Marine Le Pen en 2014, y sera élu député du FN, lors des législatives de 2017.

7 Emmanuel Macron a d’ailleurs fait à Denain un de ses plus mauvais scores.

8 Au départ, davantage de personnes avaient été prises en compte, puis l’éventail s’est resserré.

9 Entretien avec Vincent Jarousseau, le 4 mars 2021. Dans la suite de ce texte, toutes les citations non référencées sont tirées de ce même entretien.

10 Au fil des deux années passées sur place, Jarousseau a constitué un dossier conséquent par famille, ce qui aboutissait à 25 000 images en tout. Il en a ensuite gardé 3 000, pour n’en retenir que 400 pour l’editing. Pour la prise de son, l’ordre de grandeur est le même.

11 Le livre est sorti en librairie le 13 mars 2019, quelques mois après le départ du mouvement.

12 Cet ouvrage s’intitulera Les Femmes du lien. Il paraîtra en septembre 2022.

13 Le revenu moyen d’une aide à domicile est de 800 euros.

14 Aline Caillet, L’Art de l’enquête. Savoirs pratiques et sciences sociales, Paris, Mimésis, « Art, esthétique, philosophie », 2019 ; Laurent Demanze, Un nouvel âge de l’enquête. Portrait de l’écrivain contemporain en enquêteur, Paris, José Corti, 2019 ; Danièle Méaux, Enquêtes. Nouvelles formes de photographie documentaire, Trézélan, Filigranes Éditions, 2019.

15 Florence Aubenas, Le Quai de Ouistreham, Paris, Éditions de l’Olivier, 2010 ; L’Inconnu de la poste, Paris, Éditions de l’Olivier, 2021.

16 Cécile Cuny dir., On n’est pas des robots. Ouvrières et ouvriers de la logistique, Paris, Créaphis Éditions, 2020.

17 James Agee, Walker Evans, Let Us Now Praise Famous Men, traduction française : Louons maintenant les grands hommes, Paris, Plon, [1941], p. 31.

18 « Les Arènes » est une maison d’édition qui publie des BD portant sur des sujets sociétaux.

19 Jean Teulé, Gens de France, Paris, Casterman, 1988.

20 Anouck Durand, Amitié éternelle, Paris, Xavier Barral, 2014.

21 Benoît Vidal, Pauline à Paris, Paris, Éditions FLBLB, 2015.

22 L’Effet schizomètre. Quand l’art brut dégivre la psychopathologie (Paris, Epel, 2019) du même auteur réunit des entretiens autour de l’œuvre désopilante d’un artiste imaginaire.

23 Carlos Spottorno, Guillermo April, La Grieta, Bilbao, Astiberi, 2016. Les deux espagnols ont été lauréats du « World Press Photo » en 2015. L’ouvrage paraît en français, sous le titre La Fissure, en 2017.

24 Frédéric Pouillaude, Représentations factuelles, Paris, Le Cerf, 2020.

25 Voir à cet égard La Revue dessinée (enquêtes, reportages et documentaires en bande dessinée) créée en 2013.

26 Joe Sacco, Palestine, Paris, Rackham, 2015 [1993].

27 François Bon, Daewoo, Paris, Fayard, 2004.

28 Jean-Paul Goux, Mémoires de l’enclave, Paris, Mazarine, 2006.

29 Raymond Depardon, Les Habitants, 84’, 2015.

30 Frédéric Delangle et Ambroise Tézenas, Des Sneakers comme Jay-Zhttps://www.ambroisetezenas.com/serie/des-sneakers-comme-jay-z > (consulté le 1er mai 2021).

31 Elieba Levine et Edward Lachman, Chausse-Trappes, Paris, Minuit, 1981.

32 Entre autres albums, on peut citer : Marie-Françoise Plissart et Benoît Peeters, Fugue, Paris, Minuit, 1983 ou Droit de regard. Récit photographique, Paris, Minuit, 1985.

33 Jan Baetens, Pour le roman-photo, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, 2010.

34 Didier Éribon, Retour à Reims, Paris, Flammarion, « Champs Essais », 2018 [2009], p. 20.

35 Jean-Marie Schaeffer, Pourquoi la fiction ?, Paris, Seuil, 1999.

36 Frédéric Pouillaude, Représentations factuelles, op. cit., p. 90.

37 Victor Chklovski, L’Art comme procédé, Paris, Allia, 2008 [1917], p. 23.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de L’Illusion nationale. Deux ans d’enquête dans les villes du FN, 2017
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/focales/docannexe/image/1002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre L’Illusion nationale. Deux ans d’enquête dans les villes du FN, 2017, p. 20-21
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/focales/docannexe/image/1002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k
Titre Couverture de Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/focales/docannexe/image/1002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 24
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/focales/docannexe/image/1002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 34
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/focales/docannexe/image/1002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 90
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/focales/docannexe/image/1002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 76
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/focales/docannexe/image/1002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Titre Les Racines de la colère. Deux ans d’enquête dans une France qui n’est pas en marche, 2019, p. 113
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’auteur.
URL http://journals.openedition.org/focales/docannexe/image/1002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Danièle Méaux, « Les romans-photos documentaires de Vincent Jarousseau »Focales [En ligne], 6 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/focales/1002 ; DOI : https://doi.org/10.4000/focales.1002

Haut de page

Auteur

Danièle Méaux

Spécialiste de la photographie contemporaine, Danièle Méaux est professeur en esthétique et sciences de l’art à Saint-Étienne. Elle a écrit La Photographie et le Temps (PUP, 1997), Voyages de photographes (Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2009), Géo-photographies (Filigranes, 2015) et Enquêtes. Nouvelles formes de photographie documentaire (Filigranes, 2019). Elle a également publié Anatomie d’une ville avec Guillaume Bonnel (2020) et Saint-Étienne : grammaire de formes avec Éric Tabuchi, Guillaume Bonnel et Jordi Ballesta (2021).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search