Navigation – Plan du site

AccueilNuméros157Notes de lectureTransfuges, transclasses : des pa...

Notes de lecture

Transfuges, transclasses : des parcours singuliers

Par José Rose
p. 145-153
Référence(s) :

Bernard Fusulier, 2020, Journal de bord d’un transclasse. Récit d’une improbable traversée des classes sociales, La boîte à Pandore

Rose-Maris Lagrave, 2021, Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe, La Découverte

Adrien Naselli, 2021, Et tes parents, ils font quoi ? Enquête sur les transfuges de classe et leurs parents, JC Lattès

Texte intégral

1Les 10e Rencontres « Jeunes et Sociétés en Europe et autour de la Méditerranée », intitulées (Probable/Improbable) Transclasse, Transgenre, Transnational…, se sont terminées par une table ronde réunissant trois auteurs « autour des expériences de transclasses ». L’intérêt de leurs livres et la richesse des échanges m’ont incité à en rendre compte.

  • 1 « Les transfuges de classe, phénomène de la rentrée littéraire » titrait Le Mag du Monde, le 24 sep (...)

2De façon assez inattendue, la notion de transfuges de classe est récemment revenue sur le devant de la scène avec la parution de plusieurs livres qui ont rencontré un étonnant succès. Pourquoi les médias s’intéressent-ils au sujet aujourd’hui1 ? Pourquoi est-il de bon ton dans les milieux influents d’exhiber l’origine modeste de ses ancêtres ? Sans doute pour masquer la réalité de filiations plutôt favorisées, l’importance des héritages, la puissance de la reproduction sociale, la persistance des clivages de classe et de l’élitisme : « la reproduction sociale dans les milieux que je fréquente est massive et gêne trop souvent les principaux concernés » écrit Naselli, l’un des auteurs invités (p. 20). Comme si, pour mieux faire accepter ce monde, il importait de mettre en avant des parcours d’exception en forme d’espoir ou d’alibi.

  • 2 Nombre d’auteurs pourraient être mentionnés ici et pas seulement français, comme en atteste par exe (...)

3Reste qu’en effet nombre de personnes parcourent l’espace social et atteignent des situations professionnelles que leur origine modeste ne laissait pas envisager a priori, même si chacun sait à la fois la puissance des régularités statistiques et la singularité de chaque existence. Et l’on a envie de savoir comment se déroulent ces parcours singuliers. Cette question intéresse au premier chef les sociologues puisqu’elle met la focale sur la mobilité sociale, les processus de reproduction et la prégnance des classements sociaux. De Pierre Bourdieu, dans Esquisse pour une auto-analyse en 2004, à Chantal Jaquet, dans Les transclasses ou la non-reproduction en 2014, les sociologues ont ainsi tenté d’approcher ce phénomène en en formulant au mieux les termes tout en interrogeant leur propre parcours2. C’est également ce qu’ont entrepris des romanciers. Annie Ernaux – notamment dans Écrire la vie en 2011 et dans Les années en 2008 chez Gallimard – tient lieu à cet égard de référence et nombre d’auteurs ont tenu à souligner leur dette à son égard. Au cours des dernières années, plusieurs livres, à la fois témoignages et essais, ont ainsi rencontré un réel succès, tels ceux de Didier Eribon – Retour à Reims (Fayard, 2009) – ou d’Édouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule (Seuil, 2014).

4C’est dans ce contexte que les 10° Rencontres Jeunes et Société ont invité trois auteurs ayant tout récemment apporté leur contribution à cette thématique tout en se situant sur des registres assez différents. Bernard Fusulier propose ainsi, dans Journal de bord d’un transclasse. Récit d’une improbable traversée des classes sociales (La boîte à Pandore, 2020), une fiction inspirée de souvenirs personnels et adossée à des savoirs sociologiques ; Rose-Marie Lagrave, dans Se ressaisir. Enquête autobiographique d’une transfuge de classe féministe (La Découverte, 2021), rend compte d’une enquête autobiographique avec analyse d’archives et entretiens familiaux ; Adrien Naselli, dans Et tes parents, ils font quoi ? Enquête sur les transfuges de classe et leurs parents (JC Lattès, 2021), analyse seize entretiens conduits auprès de transfuges et de leurs parents, lui et les siens compris.

5La lecture de ces trois ouvrages nous met donc en présence d’une directrice de recherche à l’EHESS (École des hautes études en sciences sociales) issue d’une famille nombreuse vivant en milieu rural et s’interrogeant sur son parcours en l’inscrivant dans sa famille et son environnement, d’un directeur de recherche au Fonds de la recherche scientifique (FNRS) de Belgique imaginant le parcours d’un scientifique de renommée internationale dont les parents étaient respectivement ouvrier et blanchisseuse, et enfin d’un journaliste normalien d’origine modeste interrogeant des personnes médiatiques issues de familles populaires et confrontant leurs discours à ceux de leurs parents.

6Malgré ces différences d’origines et de parcours, la convergence entre eux est finalement assez grande quant à la façon de décrire et d’analyser les parcours. Les questions abordées sont voisines et trois vont être abordées ici : comment nommer ces personnes et leur expérience ? Comment rendre compte de ces parcours de mobilité sociale ? Quels ont été les facteurs, les acteurs, les instances et les contextes déterminants ?

1. Transfuges ou transclasses : une affaire de mots ou de point de vue ?

7Le terme de transfuge de classe a été longtemps utilisé pour évoquer des personnes ayant connu, au cours de leur vie, un changement majeur de milieu social généralement orienté vers le haut. L’accent était alors mis sur la notion de rupture, sur le caractère improbable et problématique de ces parcours qui peuvent engendrer malaise, honte, sentiment de trahison sociale, de culpabilité, d’imposture, d’infériorité, toutes manifestations subjectives rabattant la question vers la personne elle-même tout en se référant à une approche verticale et hiérarchique du social. Ce terme de transfuge est ainsi celui retenu par Naselli et Lagrave. « J’assume », écrit cette dernière, « le terme de transfuge sans être dupe de ses connotations ambigües » (p. 10), mais ce terme reste préférable car il exprime clairement un point de vue.

8De son côté, Fusulier parle de transclasse et de mobilité sociale ascendante en reprenant le terme forgé par Jaquet pour signifier de façon plus neutre cette traversée des classes sociales. « Afin », écrit-il en la citant, « de donner une existence objective légitime à ceux qui ne reproduisent pas le destin de leur classe d’origine, il convient de changer de langage (…) Il paraît ainsi plus judicieux de parler de transclasse pour désigner l’individu qui opère le passage d’une classe à l’autre en forgeant le mot sur le modèle du mot transsexuel » (Les transclasses ou la non-reproduction, PUF, 2016, p. 13). Il se distingue toutefois d’elle quand elle entend horizontaliser les choses au risque, dit-il, de dénier l’opposition déterminante entre dominants et dominés.

9Lors de la conférence inaugurale de ces Journées, Chantal Jaquet avait justement été invitée à présenter les grandes lignes de son approche. Rappelant que l’improbable n’est pas l’impossible et que reproduction n’est pas fatalité, elle proposait ainsi, et c’est l’objet de son livre, de « penser ensemble reproduction et non-reproduction ». On peut, disait-elle, sortir du primat théorique de la reproduction tout en utilisant ce concept bourdieusien. Ceci évite de considérer les cas de non-reproduction comme des exceptions ou des anomalies, et permet de penser les contraires sans distinguer règle et exception ni hiérarchiser, c’est-à-dire en se libérant des jugements de valeur sur les trajectoires et en évitant la valorisation/dévalorisation du transfuge. Elle en appelait également à penser l’horizontalité et à considérer les changements non comme des passages de paliers ou d’échelons, mais comme des détours, des ruptures, des pas de côté. Reste alors à étudier le passage transclasse en dénouant l’ensemble des déterminations, les étapes, l’entrelacement des aides, l’histoire familiale et tous les facteurs qui se combinent.

10Derrière ce débat sur les mots, se manifestent en fait une certaine conception de l’objet et, plus largement, de la société elle-même, le rôle attribué aux hiérarchies sociales et à l’opposition entre dominants et dominés étant plus ou moins important selon les cas.

11Mais, que l’on soit nommé transfuge ou transclasse, il s’agit toujours d’une mobilité sociale et la question est simplement de savoir à partir de quelle ampleur de mobilité on a besoin de forger un terme spécifique. C’est sans doute le cas lorsque la mobilité est une véritable rupture, un passage entre deux mondes sociaux clairement identifiables et très différents. Pour autant, tous les transfuges ou transclasses ne vivent pas nécessairement ceci comme un grand écart entre deux mondes radicalement opposés et ne perçoivent pas avec la même intensité cette rupture. Lagrave parle ainsi de « migration sociale de petite ampleur » autorisant le métissage (p. 383). « Ma trajectoire est un entre-deux participant des deux mondes, réconciliés » écrit-elle p. 387, tandis que Fusulier évoque pour son personnage une « traversée qui n’est pas tonitruante et qui m’est singulière » (p. 92), et que Naselli observe chez certains de ses interviewés des ruptures avec déchirement entre deux identités pouvant générer « une double vie », alors que d’autres s’inscrivent plutôt dans une filiation malgré le changement de monde.

12À cela s’ajoute une deuxième question concernant l’orientation de ces mobilités sociales. Sont-elles nécessairement ascendantes ? Certes, la plupart des témoignages font état d’une progression dans un monde social hiérarchisé et ils le font sans doute aussi parce qu’il est plus aisé de brosser un parcours de réussite qu’une dégringolade sociale. Mais ils l’expriment parfois avec une certaine distance, considérant que leur situation d’origine a aussi ses vertus. Plus encore, le transclasse peut très bien avoir connu un mouvement descendant ou des mobilités horizontales suffisantes pour qu’il considère avoir changé de milieu social et vécu des processus similaires de rupture et d’étrangeté. Il convient donc de mesurer à sa juste dimension l’ampleur de ces mobilités car le monde social divisé est aussi constitué d’espace sociaux restreints et eux-mêmes clivés. Lagrave résume bien cela quand elle analyse ainsi son parcours : « Le passage d’un monde dominé à un espace dominé dans un monde dominant confirme la règle de la reproduction sociale tout en prenant en compte les exceptions » (p. 381).

13Se pose enfin la question du statut même de l’exception qui confirme ou infirme la règle de la reproduction sociale et qui fait supporter sa puissance en entretenant l’idée qu’elle peut être subvertie. Aucun des trois auteurs ne souhaite se considérer comme une exception, même si Naselli évoque le fait que pour nombre de parents interrogés, « le mystère des trajectoires ascendantes de leur progéniture est si profond qu’il est plus commode de l’associer à un trait de caractère (…) On ne sait pas d’où ça vient’ avouent-ils le plus souvent » (p. 40). De son côté, Lagrave souligne certaines similitudes dans les parcours de ses sœurs et frères « socialisés dans une même famille » et qui ont tous connu un déplacement social ascendant, mais avec « des différenciations de parcours » imputables notamment à la position dans la fratrie et à des événements comme le mariage. Chaque enfant est « parvenu, par des voies différentes, à s’extraire, dessinant ainsi une mobilité générationnelle » et « nos parcours si contrastés attestent finalement qu’il existe, au-delà des convergences, de grandes différences entre les transfuges de classe, et plaident en faveur d’analyses plus nuancées, distinguant trajectoires de grande ampleur et chemins plus modestes » (p. 247).

2. Parcours de mobilité sociale : comment se déroule le processus ?

14Chaque auteur a son terme pour caractériser ces mobilités sociales. Fusulier parle de « dynamique » et de « traversée » – « j’ai seulement traversé une frontière entre classes sociales, passant d’un milieu populaire ancré dans son terroir à une petite élite académique mondialisée » déclare son personnage – tandis que Naselli parle de « parcours » et Lagrave de « processus », tous trois mettant l’accent sur le mouvement plus que sur le simple changement d’état ou de monde. Lagrave annonce ainsi nettement et d’emblée son projet : « Ce livre n’est donc ni une autobiographie, ni une auto-analyse, mais l’examen d’un processus qui, d’un village à Paris, d’une école primaire rurale à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales m’a façonnée, en tant que femme et féministe, en transfuge de classe » (p. 10).

15Et ces « traversées » font image. « Je suis parvenue, par un jeu de l’oie alambiqué, à passer de la case des ‘gens de peu’ à celle dite communément et parfois de façon fallacieuse des ‘intellectuels’ » écrit Lagrave (p. 10), tandis que Fusulier fait dire à son personnage « Je jouais à Super Mario, pas seulement au jeu vidéo, mais dans la vraie vie. Passer d’un niveau inférieur à un niveau supérieur, explorer de nouveaux environnements et défier les challenges m’excitaient » (p 47). Reste alors à comprendre comment se déroulent ces parcours, à « étudier ce qui a rendu possible ce voyage dans l’espace social, comment il se déroule et ce qu’il produit sur les individus qui l’ont entrepris » (Fusulier, p. 10).

16Tous les parcours étudiés, et le livre de Naselli en apporte de nombreuses illustrations, sont ainsi parsemés d’obstacles qu’il convient de franchir au mieux, d’opportunités à saisir, de coups de pouce inattendus, de fausses pistes, de tergiversations et d’accélérations soudaines, mais aussi de rencontres opportunes et d’ » allez-y » encourageants, d’expériences et de moments décisifs, de chances et de désillusions, de navigations à vue et de transgressions, de laborieux travail d’acclimatation et d’appropriation des codes, d’effets de contextes historiques et institutionnels qui balisent et soutiennent les histoires individuelles. Il y a du travail et un prix à payer pour accomplir de tels parcours qui restent toujours fragiles. « Je suis arrivée à ajuster, sans amertume, mes attentes aux conditions objectives qui ont façonné ma migration de classe » écrit Lagrave (p. 269). « Faire de nécessité vertu, telle est l’armature de ma pente ascensionnelle » (p. 376). « J’ai toujours su que c’était à moi de m’adapter. Une transfuge a-t-elle d’autres alternatives ? » (p. 325).

17Naselli pointe bien, dans sa description des parcours des personnes interrogées, ces multiples obstacles et ces soutiens décisifs, mais aussi ces désillusions, ces échecs, ce « plafond de verre » et ces tentations de retour au bercail. On y retrouve aussi le « perpétuel tiraillement » (Lagrave) mâtiné d’une certaine honte sociale que le personnage de Fusulier semble ne pas avoir connu puisqu’il parle même de « migration sociale heureuse » (p. 98) et de capacité à se saisir de la chance : « Il n’y a pas d’égalité face à elle ! Si je devais la saisir au passage, c’est aussi parce que je savais que je n’aurais pas beaucoup d’occasions » (p. 50).

18Et ce n’est pas seulement une affaire individuelle, comme le souligne Lagrave en insistant sur la dimension collective de cette promotion familiale qui « s’oppose en tous points à une lecture de ma trajectoire en termes de "miraculée", d’exception ou de singularité » (p. 27). En mettant l’accent sur le « comment on s’en sort », elle entend ainsi montrer que « malgré les lois d’airain de la reproduction sociale, se trouvent de petits embranchements qui dessinent des courbes sociales ascendantes, parfois frappées de plein fouet par des accidents de parcours, mais qui reprennent leur cours ; ces embranchements attestent que la fatalité sociale n’existe pas ». « En restituant les états successifs de mon parcours (boursière, oblate, universitaire) inscrits dans leurs différents contextes, j’ai ainsi pu retracer l’ensemble de ma pente ascendante » écrit-elle en conclusion. Et si « rien d’absolument exceptionnel n’apparaît, subsiste pourtant quelque chose de singulier : je ne me suis jamais sentie déchirée entre deux univers » (p. 375).

19Au-delà d’une description de cette dynamique et des divers ingrédients qui composent ces parcours, on peut se poser la question de leur logique d’ensemble. Racontés de façon chronologique, ils comparent en effet un point de départ et un point d’arrivée tout en évoquant les étapes qui ont permis de passer de l’un à l’autre. Mais n’est-ce pas une reconstitution écrite d’abord à l’aune de la position occupée en fin de parcours ? Et comment parvenir à interpréter chaque étape tout à la fois comme un moment d’éloignement de l’état initial et comme un moyen de se rapprocher de l’état final ? Comment voir les origines comme obstacle, mais aussi comme levier ? Et finalement, comment se définir tout à la fois par ses origines, par son parcours et par sa situation d’arrivée, par sa jeunesse et par sa maturité ?

3. Facteurs, acteurs et moteurs : quels sont les éléments déterminants ?

  • 3 Dans Passer les frontières sociales (La Découverte Poche, 2021).

20Ces parcours sont certes des histoires individuelles qui engagent les personnes dans leur singularité mais, dans la mesure où chacun se définit essentiellement dans ses rapports à autrui, ils sont avant tout faits de rencontres. Tous les transfuges ou transclasses évoquent des « rencontres décisives » (Naselli), des passeurs, des bouées de sauvetage, des appuis institutionnels, des réseaux, des guides, des agents de transition, des « alliés d’ascension » pour reprendre le terme de Paul Pasquali3. « J’ai été portée, agie et emportée par une lame de fond collective », le « s’en sortir est collectif », écrit ainsi Lagrave (p. 376).

21Parmi les agents déterminants, il y a d’abord les institutions. « Il a fallu pas moins de quatre institutions pour modeler mon être social », écrit-elle encore. « La famille, l’Église, l’École et l’État » (p. 25).

22La famille est constamment évoquée car elle apporte des ressources, des spécificités et des repères qui peuvent même, malgré la modestie des situations sociales, relever d’un capital culturel, relationnel, voire matériel et financier. Bien sûr, il y a d’abord les parents, comme l’illustre Naselli du fait même de son approche. Il parle ainsi de sa mère qui « veillait » ses enfants en leur lisant des histoires et en jouant avec eux, de ses parents qui ont « posé un cadre plutôt stable et strict » et développé la croyance dans le rôle décisif de l’École. « Nous sommes beaucoup à souligner le rôle de nos mères dans notre éveil » note-t-il (p. 65) : « La dette des transfuges de classe envers leurs parents est énorme » (p. 89). Pour autant, ils ne sont pas toujours des aides car ils sont inquiets de ce qu’ils ignorent, ont un « champ des possibles assez restreint quand ils pensent à nos métiers » et des ambitions à la fois très conventionnelles et très floues. Ces influences concernent la famille élargie car, outre les parents qui peuvent apporter l’amour inconditionnel, le sacrifice, le cadre structuré, l’ouverture, comme le suggèrent des personnes interviewées, il y a aussi les grands parents et les sœurs qui ouvrent le chemin (Lagrave), la femme et les beaux-parents (Fusulier), les oncles et les tantes comme « repères du possible » (Naselli).

23L’École joue bien sûr un rôle déterminant dans ces parcours car elle est le lieu de l’apprentissage, de la découverte et même de la révélation. Nombre de transfuges évoquent ainsi des rencontres décisives avec tel ou tel enseignant, instituteurs et institutrices au premier chef, qui détecte, stimule et ouvre des voies inconnues. L’école, par le travail qu’elle suppose et le plaisir qu’elle procure, accroît l’appétit d’apprendre et conforte, chez des élèves qui se révèlent bientôt très bons, leur docilité et leur appétence. Lagrave évoque ainsi une concordance entre les dispositions acquises dans la famille et les attentes des instituteurs (p. 110), ce bagage scolaire permettant d’enclencher une mobilité sociale pour toute la fratrie (p. 143). Durant ces enfances familiales et scolaires, la lecture se présente, chez nombre de transfuges, comme un atout décisif. Sa découverte précoce, et cela peut se produire avant même l’entrée à l’école sous l’influence d’un parent ou d’une sœur, avive la curiosité, apporte des connaissances et fournit des ressources imaginaires utiles pour construire son parcours. « Lire fut mon viatique », résume Lagrave (p. 163).

24La troisième institution décisive est l’État qui fournit à la fois le terreau, des aides et des opportunités. Par sa politique scolaire et sociale notamment, il apporte ou a apporté des soutiens décisifs via par exemple l’octroi des bourses. Le contexte historique s’avère déterminant à cet égard, les possibilités de franchir les frontières sociales dépendant des politiques publiques et de tout ce qui a été mis en place par « l’État-providence ». « Je suis le pur produit de la démocratisation de l’enseignement supérieur » affirme Lagrave (p. 233).

25Bien d’autres personnes et rencontres ont eu un rôle important et leur souvenir reste vivace chez tous les transfuges. On pense aux copains qui incitent, mais qui plombent aussi parfois, aux parents des copains qui peuvent servir d’adjuvants, aux relations des parents qui apportent des ressources sociales, aux éducateurs sportifs, tel le maître judoka évoqué par Fusulier, qui inculquent l’énergie, l’esprit combattant et le goût de la compétition. On pense aussi aux collègues de travail croisés au fil des petits boulots en cours d’études ou en début de vie professionnelle et qui se présentent en modèle, en devenir possible, tout en permettant d’acquérir des compétences qui permettront de franchir les étapes suivantes.

  • 4 Les transclasses ou la non-reproduction, p. 102.

26Et toutes ces influences s’entremêlent, comme l’analyse Jaquet en se référant aux concepts spinozistes d’ingenium ou de complexion qui « désignent la chaîne de déterminations qui se nouent pour former la trame d’une vie singulière (…) Ils invitent ainsi à penser le transclasse comme un être pris dans un nœud de relations et d’affects qui se combinent et se composent pour produire une nouvelle configuration »4. Chacun peut témoigner de cette conjonction de facteurs déterminants. Le personnage fictif imaginé par Fusulier résume ainsi ses influences : « L’Institut technique m’avait appris la méthode et la rigueur ; le judo, la volonté et la combativité ; mon grand-père paternel et le colonel, la droiture et la culture. Mamy Tralala et bon-papa Marcel m’avaient apporté une ouverture au monde. Ma sœur m’avait donné le goût de la lecture ; ma belle-famille, une aspiration à progresser dans la respectabilité ; ma mère, de l’amour et son abnégation. Kiki m’avait incité à ne pas lui ressembler. Et mon père avait eu la bonne idée de mourir jeune » (p. 39). Et Lagrave récapitule ainsi toutes ces influences : « L’école, la formation professionnelle, le réseau amical recruteur, les opportunités saisies, la solidarité sororale, la volonté de s’en sortir ont été les principaux éléments du processus de traversée des frontières sociales » (p. 191).

27Plusieurs points ressortent finalement de ces parcours. D’abord, la variété des formes d’influences qui se situent aussi bien dans les registres matériels, économiques, éducatifs, culturels que symboliques. Parmi ces influences, il y a bien sûr les parents et les éducateurs qui ont partagé la vie des personnes concernées, mais aussi les absents, les lointains, les grands parents décédés qui peuvent, selon les cas, servir de modèles ou de contre exemples. On note ensuite que toutes ces influences rendent assez illusoire la référence au « mérite » personnel, même si chaque transfuge a ses traits de caractère, forgés dans le rapport à autrui, qui lui sont propres et qui peuvent ou non favoriser la mobilité sociale. Souvent, dans les témoignages collectés par Naselli, on retrouve le goût du travail, la volonté, la curiosité, la rigueur, la passion, les « qualités humaines ». Enfin, il y a l’importance des valeurs inculquées qui sont plus ou moins propices à la mobilité sociale. Lagrave en témoigne en évoquant à plusieurs reprises des valeurs décisives dans le franchissement des étapes et la façon de vivre les événements. Elle évoque ainsi « la docilité à l’égard des socialisations » (p. 17), « le sens de la ténacité et du courage » (p. 60), la droiture et l’obéissance (p. 62), des dispositions à la solidarité, aux réconforts et aux entraides réciproques (p. 63) : « exigence, droiture, honnêteté, travail, telles sont les valeurs inculquées et incorporées » résume-t-elle p. 70. De son côté, Naselli cite la dignité, la motivation, la curiosité, l’indépendance et l’acceptation sans ostentation des efforts nécessaires, le sens de l’adaptation, le souci de ne pas se vanter tout en ne se laissant pas marcher sur les pieds non plus (p. 265). On pourrait aussi évoquer les petites phrases du colonel poète – « sois fidèle à ta terre profonde et dispense tes fleurs sans penser à leur miel » – qui ont transmis en douceur certaines valeurs au personnage imaginé par Fusulier. Tout ceci forge des comportements qui se révèlent à la fois moteurs et freins. Lagrave parle ainsi de la « peur de mal faire, de ne pas être à la hauteur, mêlée d’un désir de reconnaissance, signes tangibles d’un auto-procès en légitimité permanent » (p. 347). Et souvent le transfuge se distingue par son surplus d’énergie et sa forte personnalité, même s’il « en fait trop et peine à trouver la bonne distance », comme elle le signale en reprenant les termes de Ch. Jaquet (p. 256).

Pour conclure

28À l’issue de ces lectures, on voit mieux la façon dont se déroulent les parcours de transfuges ou de transclasses, ces individus tout à la fois singuliers et ancrés dans le social, mais aussi les facteurs qui les modèlent. La façon dont Lagrave insiste sur la dimension collective de son parcours, dont Naselli suggère des effets de contexte très différents selon les âges, la manière dont Ernaux tisse les liens entre une histoire particulière, une génération et une époque, en sont des illustrations.

29On voit bien aussi comment ces notions mettent au cœur les questions de formation et d’emploi. Certes, il s’agit d’abord de mobilité sociale, puisque c’est au regard de ce critère que l’on définit les transfuges ou les transclasses, mais cette mobilité est avant tout professionnelle et elle se construit dans l’expérience scolaire, l’occupation d’emplois en cours d’études – presque tous les transfuges de classe ont eu « des emplois précoces qui ont conforté leur volonté de s’accrocher aux études » écrit Naselli p. 97) – et le temps d’insertion professionnelle et sociale.

  • 5 Même si cette autoanalyse n’est pas exempte de risques car, écrit Naselli, il est « difficile, voir (...)

30Par ailleurs, ces trois ouvrages attirent l’attention sur l’importance du travail d’écriture dans la révélation et l’analyse des parcours de transfuges, celle-ci se présentant à la fois comme un outil d’exploration de soi et de son entourage, d’explicitation de son parcours5, mais aussi de transmission et même comme un viatique pour aborder un nouvel âge de sa vie (Fusulier). Le « sentiment que ce texte en train de s’écrire est le lieu exact où je m’éprouve et me constitue en transfuge, comme si seule l’écriture pouvait attester et faire exister une migrante de classe incarnée » écrit Lagrave (p. 21). Tous les romanciers cités en introduction feraient sans doute un constat similaire.

31Enfin, la réflexion sur ces notions interroge celles et ceux, et ils sont majoritaires, qui ne se perçoivent ni comme transfuge ni comme héritier, tout juste un peu transclasse sans que leur mobilité sociale ait été marquée par une véritable rupture et un changement radical de monde social. Les constats effectués ici – dynamique des parcours de mobilité, acteurs et facteurs déterminants – ne s’appliqueraient-ils pas de façon similaire à des enfants de parents des classes moyennes ou de catégories sociales comme les employés, qui ont juste connu une certaine ascension sociale sans avoir le sentiment de rompre véritablement avec la situation de leurs parents, qui ont certes vécu un sentiment de séparation et d’accès à un monde autre, mais découvert aussi, l’âge venant, qu’ils ont été plus dans la continuité que dans la singularité ? N’est-ce pas le lot, à des degrés divers certes, de tout un chacun ? N’y a-t-il pas des constantes dans les parcours de mobilité, quelle que soit leur ampleur, des effets structurants similaires, des enchevêtrements d’influences voisins ? « Tout le monde se sent un peu transfuge de classe », écrit Naselli, « (…) Tout être humain ressent une forme de décalage avec ses parents, avec son milieu d’origine » (p. 266). Celui-ci va même jusqu’à se demander si l’on peut « se construire comme un être sans classe ? Du fait de leur double identité, les transfuges devraient pouvoir prétendre à l’obtention de ce statut social imaginaire (…) délesté de toute responsabilité, de tout engagement, de toute nécessité de devoir choisir son camp » (p. 269).

Haut de page

Notes

1 « Les transfuges de classe, phénomène de la rentrée littéraire » titrait Le Mag du Monde, le 24 septembre 2021.

2 Nombre d’auteurs pourraient être mentionnés ici et pas seulement français, comme en atteste par exemple l’ouvrage souvent cité de R. Hoggart, 33 Newport street, autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, traduit en 1991 chez Gallimard/Le Seuil.

3 Dans Passer les frontières sociales (La Découverte Poche, 2021).

4 Les transclasses ou la non-reproduction, p. 102.

5 Même si cette autoanalyse n’est pas exempte de risques car, écrit Naselli, il est « difficile, voire impossible d’éviter le storytelling lorsqu’on raconte un changement de classe sociale. Même en demandant l’avis des parents » (p. 188).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Par José Rose, « Transfuges, transclasses : des parcours singuliers », Formation emploi, 157 | 2022, 145-153.

Référence électronique

Par José Rose, « Transfuges, transclasses : des parcours singuliers », Formation emploi [En ligne], 157 | Janvier-Mars, mis en ligne le 10 avril 2022, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/10560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.10560

Haut de page

Auteur

Par José Rose

Professeur émérite de sociologie, Aix-Marseille Université, LEST-CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search