Navigation – Plan du site

AccueilNuméros157Notes de lecturePrésentation de l’ouvrage de Chri...

Notes de lecture

Présentation de l’ouvrage de Christian Chevandier, Le comité d’entente des écoles d’infirmières (1949-2019). Un corps intermédiaire dans la formation professionnelle

Par Sophie Divay
p. 155-162
Référence(s) :

Christian Chevandier (2021), Le comité d’entente des écoles d’infirmières (1949-2019). Un corps intermédiaire dans la formation professionnelle, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre.

Texte intégral

1. Ouverture de la boîte noire d’un corps intermédiaire

1Christian Chevandier poursuit son exploration du groupe professionnel infirmier français qui a déjà donné lieu, en 2011, à un ouvrage intitulé « Infirmières parisiennes. 1900-1950. Émergence d’une profession ». Il entre ici par une petite porte dans cet univers en s’attelant à l’étude du Comité d’entente des écoles d’infirmières, créé en 1949, qui porte aujourd’hui, après différentes modifications, le nom de CEFIEC (Comité d’entente des formations infirmières et cadres).

2Bien connu dans le milieu infirmier, ce corps intermédiaire septuagénaire, l’est beaucoup moins du grand public et même des spécialistes de la formation professionnelle. Pourtant, son étude dévoile les rouages passionnants de la vie des écoles qui forment en l’occurrence toutes les futures infirmières et cadres de santé. Le comité a non seulement comme mission d’assurer une « entente » ou « harmonisation » entre ces écoles, dont le nombre dépasse 360 aujourd’hui en France, mais aussi de les représenter notamment auprès du ministère de la Santé.

3Si le sujet peut a priori sembler technique, l’architecture de cet ouvrage de 180 pages facilite son appréhension. Classiquement encadré par une introduction et une conclusion, le texte est divisé en cinq chapitres bien équilibrés d’une trentaine de pages chacun, respectivement subdivisés en quatre ou cinq paragraphes. Les titres sont courts et annoncent précisément le contenu des parties. Ils affichent ainsi explicitement un déroulement chronologique, qui se décline en cinq périodes allant des « prémisses » de l’avènement du Comité d’entente à nos jours (avant 1949/1949-1960/1960-1975/1975-1992/1992-2019). Cette invitation à un voyage dans le temps fournit d’innombrables informations dont on ne peut livrer ici qu’un petit aperçu.

2. Activité fourmillante de porte-parole engagées

  • 1 Association créée en 1923, rebaptisée aujourd’hui Association Nationale Française des Infirmières e (...)

4L’auteur donne par exemple à voir les fluctuations du foisonnant environnement dans lequel le Comité d’entente s’est inséré, et laisse imaginer l’ampleur du travail relationnel et de négociation incombant à chaque présidente et à ses bras-droits : en premier lieu, bien sûr, à travers les liens avec les écoles ; puis, latéralement, avec les nombreux représentants de la profession : syndicats catégoriels ou interprofessionnels, et autres associations ; on citera plus particulièrement celle dont le Comité est « l’enfant » (p. 38), c’est-à-dire l’Association nationale des infirmières françaises diplômées d’État (ANIFDE)1, sans oublier les associations internationales auxquelles le Comité est affilié et les grandes institutions telles que l’Organisation mondiale de la santé ; s’ajoutent encore les échanges avec les pouvoirs publics, les ministères, leurs directions, et l’originel « Conseil de perfectionnement des écoles », aujourd’hui appelé « Haut Conseil des Professions Paramédicales », où sont entre autres élaborées les réformes des diplômes. Mais la liste des interlocuteurs ne s’arrête pas là : il faut également prendre en compte les autres groupes professionnels voisins et leurs propres instances de représentation, les plus proches étant ceux des médecins et des aides-soignantes. Et sans prétendre à l’exhaustivité, on peut aussi évoquer les maisons d’édition, sièges de la publication de collections et revues infirmières, outils de communication indispensables pour la promotion et la défense du monde infirmier.

5Le lecteur découvre progressivement l’étendue des activités du Comité, toutefois au prix d’un effort de collecte de ces missions et actions au gré de leur apparition dans les différents chapitres puisqu’elles ne sont pas clairement répertoriées et rassemblées, ce qui rend difficile l’appréciation de leurs inévitables évolutions depuis 1949. On parvient ainsi à en déduire que les membres du Comité d’entente ont à brasser un large éventail de tâches d’ordre pédagogique, menées tant avec les écoles qu’auprès des instances du ministère de la Santé. Proche du terrain, le Comité d’entente dispose d’un vivier d’informatrice.eurs.s rapidement mobilisable pour la réalisation d’enquêtes, remontée de données qui renforce ses arguments dans le cadre d’échanges avec les pouvoirs publics.

  • 2 Qui exercent aujourd’hui dans des « écoles » respectivement nommées « Instituts de formation en soi (...)

6Les représentantes de l’association participent activement à de nombreux rassemblements d’envergure variable (de la commission de travail composée de quelques membres au congrès international) et initient de nombreuses actions visant la défense des intérêts du groupe professionnel, et plus précisément de l’un de ses segments, celui des formatrices et formateurs des infirmières et cadres2. L’auteur signale aussi l’existence d’archives qui attestent d’une activité relevant du syndicalisme, le Comité ayant soutenu certaines salariées confrontées à des conflits avec leur employeur.

3. Une complexité davantage d’ordre relationnel que technique

7Les données livrées par l’auteur sur l’environnement du Comité d’entente permettent de reconstituer ce que Andrew Abbott (2003) définit comme une « écologie liée » propre à un milieu, en l’occurrence celui des soins infirmiers, et notamment de mettre au jour les interactions et interdépendances instaurées entre segments professionnels, qui, ce faisant, forment un entrelacs de subdivisions internes, par exemple entre infirmières et aides-soignantes, mais aussi, d’une part, entre cadres-infirmières en service et cadres-infirmières enseignantes et, d’autre part, entre ces enseignantes et les directrices d’écoles/instituts. À ce propos, on apprend qu’à l’origine, la participation au Comité d’entente était réservée à ces dernières. Christian Chevandier souligne, par ailleurs, que le Comité d’entente, défenseur des « infirmières chargées d’enseignement » et de leurs directrices (via ces mêmes directrices, élues présidentes) est confronté de façon récurrente à une question centrale et commune à toutes les formations professionnelles : leur éloignement du terrain qui affaiblit leur légitimité.

8Autre sujet de lutte, celui de la valorisation des études et de leur diplôme, que les infirmières ne cessent de réclamer depuis la création des premiers brevets en 1922. L’implication du Comité dans la réforme du diplôme de 1972 a ainsi été forte, et les avancées ont été notables, même si l’allongement de la durée des études s’est avéré inférieur à celui attendu (p. 89). D’autres batailles seront encore menées jusqu’à l’obtention d’un grade licence, sur fond d’un début d’ » universitarisation » en 2009.

4. Pièces manquantes dans un trop plein contextuel

9Ces quelques lignes ne constituent qu’un aperçu du contenu de l’ouvrage qui abonde de données inédites issues de l’analyse des archives du Comité d’entente et qui s’appuie sur les nombreux travaux antérieurs de l’auteur en partie consacrés au monde hospitalier et ses métiers, dont les douze plus récents (de 1997 à 2012) sont référencés en bibliographie. À ce propos, un récapitulatif méthodologique aurait été fort utile en annexe où la présentation des sources utilisées et des entretiens menés ainsi que leurs grilles de questions aurait donné une idée précise des matériaux d’analyse sur lesquels cette enquête est fondée.

10Toute médaille ayant son revers, le lecteur peut en outre être surpris par l’angle d’approche de l’auteur. Ce dernier explique certes clairement son objectif dans l’introduction et prévient qu’il ne se limite pas à établir un « historique » du Comité d’entente infirmier ; en tant qu’historien, c’est bien une histoire, fondée sur des sources institutionnelles, qu’il compte élaborer. Mais la logique de présentation des résultats pose question et gêne la compréhension du propos. Le souci de contextualisation, c’est-à-dire l’insertion des évolutions du Comité dans de plus larges événements ou processus socio-économiques, politiques nationaux ou internationaux, finit par faire perdre de vue l’objet de recherche qui tend à disparaître derrière certains développements. Par exemple, nous égarent les considérations sur les violences subies par les infirmières pendant la seconde Guerre mondiale (notamment centrées sur la situation caennaise sans explication du choix de ce cas particulier avant la postface), les actions et revendications des élèves infirmières en mai 1968, le poids de la religion chez les infirmières, les adresses successives des locaux de l’association, etc. In fine, on voit bien les rapports que ces thématiques entretiennent avec le Comité d’entente, mais le liant, les transitions entre les parties font défaut et font perdre le fil de la pensée de l’auteur.

11Des annexes comprenant une liste chronologique des présidentes successives à partir de 1949, complétée par des informations sur la durée de leur mandat, leur rattachement institutionnel, des renseignements sur leurs caractéristiques sociodémographiques, auraient constitué un point de repère utile pour le lecteur. Les rapides biographies (pp. 125-126) des deux dernières présidentes (Joëlle Kozlowski et Martine Sommelette, élues pour l’une en 2010 et pour l’autre en 2014) sont intéressantes, mais aiguisent sans la satisfaire la curiosité du lecteur : on aurait en effet aimé en savoir plus sur le pourquoi et le comment on arrive à la tête du Comité, c’est-à-dire sur les propriétés sociales, les pratiques, actions et stratégies qui favorisent l’accès à ces fonctions.

12Par ailleurs, si de nombreuses données quantitatives sont livrées de façon éparse dans les différents paragraphes, des tableaux synthétiques présentant des séries de chiffres depuis la création du Comité auraient permis d’avoir une meilleure vue d’ensemble par exemple sur les évolutions du nombre des écoles d’infirmières et de cadres, de leurs élèves et personnels, sur le nombre d’adhésions au cours du temps, etc.

5. Le chercheur face aux dilemmes de la recherche sur commande

  • 3 Cf. dernier texte en vigueur : Loi n° 2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherch (...)

13Cette recension s’achèvera sur un point inattendu de cet ouvrage qui, au-delà des résultats de recherche apportés, contribue à une réflexion cruciale sur les conditions de réalisation d’une recherche et les relations entre commanditaires-financeurs et chercheurs. Cette question est essentielle aujourd’hui alors que les politiques publiques ministérielles incitent de plus en plus les universitaires et leurs collègues du CNRS à développer « une recherche sur contrat », à travers des réponses à appels d’offres émanant notamment de l’Agence nationale de la recherche (ANR) ou de programmes européens3.

14En l’occurrence, le cadre contractuel est de plus petite envergure puisqu’il implique une association nationale qui n’a certainement pas les moyens de l’ANR. Toutefois, les difficultés que relate le chercheur sont instructives et susceptibles de se poser pour toutes recherches « contractuelles ».

15Sur ce point, les explications de Christian Chevandier sont placées en introduction et en clôture de son ouvrage, dans une postface où il livre le texte intégral de l’intervention qu’il a faite le 4 juin 2019, lors de l’Assemblée générale du CEFIEC. On apprend qu’en juin 2017, le Comité a fait appel à un historien pour produire un écrit qui ferait date à l’occasion du 70ème anniversaire de l’association. Le chercheur dresse un bilan du déroulement de ses investigations et de la réception de son travail :

  • il regrette, entre autres, de ne pas avoir été autorisé, contrairement à ce qui avait été prévu, à consulter l’ensemble des archives disponibles et notamment les pièces financières (p. 10) ;

  • il exprime également sa surprise face aux réactions du CEFIEC qui a estimé, en mars 2018, que la version corrigée, transmise après demande de modifications, ne correspondait pas à ses attentes, n’étant que partiellement consacrée à son histoire (p. 164) ;

  • enfin, il s’insurge contre la décision du CEFIEC de ne pas publier comme convenu son manuscrit, mais d’en faire une partie d’un document finalement uniquement diffusé en interne, en outre « non remis pour dépôt légal à la Bibliothèque nationale de France » (p. 164).

16Les protestations de l’historien universitaire sont légitimes : la liberté académique du chercheur a été bafouée, puisque ses écrits ont été abusivement utilisés par le commanditaire, et ce, en dépit des engagements de départ. Et la question que Christian Chevandier pose mérite une réponse : « Ce que je ne comprends toujours pas, c’est pourquoi on a fait appel à un chercheur, montrant ainsi la capacité de l’association à susciter une approche critique, pour ne publier son manuscrit que sous une forme pour laquelle son consentement n’a pas été demandé et en en limitant la diffusion. » (p. 165)

En conclusion

17On retiendra que les 180 pages de cet ouvrage réservent de nombreuses surprises au lecteur, tant il est riche d’enseignements, d’une part, scientifiques, au travers des connaissances apportées sur l’objet étudié et, d’autre part, politiques, sur les conditions matérielles d’une recherche répondant aux attentes d’un commanditaire, dans une période où l’université et ses laboratoires sont de plus en plus incités à produire « sur ressources propres » du fait du désengagement financier de l’État vis-à-vis de ses services publics, tout en conservant un fort contrôle sur ces organismes. (Bezes, 2009). De nombreuses et fortes mobilisations, mais invisibilisées par les médias (Roux, Perrenot, 2021), ont récemment rassemblé des chercheurs de toutes disciplines autour de la défense le « leur potentiel émancipateur et critique » (Charles, Soulié, 2015). Il serait ainsi intéressant d’avoir le point de vue du CEFIEC sur sa commande passée à un historien et ce qu’il attendait d’un travail de recherche, sachant que cette association prend fait et cause depuis son origine pour une « universitarisation » de la formation des infirmières.

18Pour finir, on ne peut que remercier Christian Chevandier d’avoir de nouveau contribuer à alimenter une « banque de données » consacrée aux infirmières et plus précisément au domaine de leur formation professionnelle. Sans prétendre à l’exhaustivité, on citera deux belles thèses soutenues en 2018, faisant partie de ce corpus, celle de Michel Poisson (qu’il a dirigée) sur l’École internationale d’enseignement infirmier supérieur, et celle de Lucile Girard sur la « fabrication des infirmières ». On ajoutera l’ouvrage de Christian Rollet sur l’histoire de l’École nationale supérieure de santé devenue « EHESP »4, toujours lieu de formation des directeurs d’hôpitaux ainsi que des directrices et directeurs de soins (notamment ex-infirmières et infirmiers de métier).

  • 4 Arrêté du 10 juin 2021, paru au JO du 21 juin 2021, portant dispositions relatives aux autorisation (...)

19Toutes ces publications démontrent le rôle crucial que le corps des monitrices-formatrices-enseignantes a joué et joue encore dans la construction et la défense de son groupe professionnel (Feroni, 1994). Cette piste de recherche est indéniablement à creuser, notamment à l’heure où, comme on l’a déjà évoqué, l’ « universitarisation » s’est concrétisée et institutionnalisée, à travers, d’une part, l’association de grades de licence et de master au diplôme professionnel d’exercice, ouvrant la voie à une possible création de diplômes de master et doctorat à part entière, et, d’autre part, la mise en place d’une section « sciences infirmières » au Conseil national des universités. Cette nouvelle section permet l’ouverture de postes d’enseignant·e·s-chercheur·e·s qui seront susceptibles d’intervenir aux côtés de « formatrices-formateurs » en « Institut de formation en soins infirmiers » (IFSI) et « Institut de formation des cadres de santé » (IFCS) en tant qu’universitaires rattaché·e·s, par exemple, à une faculté de médecine.Leur « reprofilage » peut encore être accéléré par les récentes dispositions de l’arrêté du 10 juin 20214 qui élargit les critères de recrutement de ces personnels : au diplôme de cadre de santé, habituellement exigé, s’ajoute la détention « d’un diplôme ou titre universitaire à finalité professionnelle dans les domaines de la santé, des sciences de l’éducation ou des sciences humaines d’un niveau au moins égal ou supérieur à celui de la certification visée par la formation autorisée » (Art. 11, alinéa 2). Les IFCS, délivrant le diplôme de cadre de santé, sont-ils voués à disparaître ? Et quels seront les effets de leur disparition sur le CEFIEC (Comité d’entente des formations infirmières et cadres) qui perdra ainsi une part de ses écoles adhérentes ? Sociologues et historien·ne·s ont là un beau chantier sur lequel poursuivre leurs investigations.

Haut de page

Bibliographie

Abbott Andrew (2003), « Écologies liées : à propos du système des professions », in Menger Pierre-Michel, Les professions et leurs sociologies, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, pp. 29-50.

Bezes Philippe (2009), Réinventer l’État. Les réformes de l’administration française (1962-2008), Paris, Presses universitaires de France.

Charles Christophe, Soulié Charles (sous la direction) (2015), La dérégulation universitaire : la construction étatisée des « marchés » des études supérieures dans le monde, Paris, Syllepse, Québec, M éditeur, « la politique du scalpel », septembre.

Chevandier Christian (2011), Infirmières parisiennes. 1900-1950. Émergence d’une profession, Paris, Publications de la Sorbonne.

Divay Sophie (2019), « Présentation de la thèse de Michel Poisson, L’École internationale d’enseignement infirmier supérieur Lyon (1965-1995). Fabrique d’une élite et creuset pour l’émancipation des infirmières françaises du XXè siècle », Formation Emploi [En ligne], 146 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 26 juin.

Feroni Isabelle (1994), Les infirmières hospitalières : la construction d’un groupe professionnel, Thèse de doctorat en sociologie, Nice-Sophia Antipolis, Université UFR Lettres, Arts et Sciences humaines.

Girard Lucile (2018), Des femmes en blanc : La « fabrication » des infirmières, Thèse de doctorat en sociologie, Université Bourgogne Franche-Comté.

Poisson Michel (2018), L’école Internationale d’Enseignement Infirmier Supérieur (Lyon, 1965-1995) : fabrique d’une élite et creuset pour l’émancipation des infirmières françaises du XXe siècle, Thèse de doctorat en sociologie, Université du Havre.

Rollet Christian (2015), La santé publique en France. Un cas d’école (1945-2015), Rennes, Presses de l’EHESP.

Roux Nicolas, Perrenot Pauline (2021), « L’université menacée par “l’islamo-gauchisme” ? Une cabale médiatique bien rodée », Acrimed, mardi 2 mars 2021, https://www.acrimed.org/L-universite-menacee-par-l-islamo-gauchisme-Une

Haut de page

Notes

1 Association créée en 1923, rebaptisée aujourd’hui Association Nationale Française des Infirmières et Infirmiers Diplômés et des Étudiants (ANFIIDE).

2 Qui exercent aujourd’hui dans des « écoles » respectivement nommées « Instituts de formation en soins infirmiers » (IFSI) et « Instituts de formation des cadres de santé ».

3 Cf. dernier texte en vigueur : Loi n° 2020-1674 du 24 décembre 2020 de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030 et portant diverses dispositions relatives à la recherche et à l’enseignement supérieur.

4 Arrêté du 10 juin 2021, paru au JO du 21 juin 2021, portant dispositions relatives aux autorisations des instituts et écoles de formation paramédicale et à l’agrément de leur directeur en application des articles R. 4383-2 et R. 4383-4 du code de la santé publique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Par Sophie Divay, « Présentation de l’ouvrage de Christian Chevandier, Le comité d’entente des écoles d’infirmières (1949-2019). Un corps intermédiaire dans la formation professionnelle », Formation emploi, 157 | 2022, 155-162.

Référence électronique

Par Sophie Divay, « Présentation de l’ouvrage de Christian Chevandier, Le comité d’entente des écoles d’infirmières (1949-2019). Un corps intermédiaire dans la formation professionnelle », Formation emploi [En ligne], 157 | Janvier-Mars, mis en ligne le 10 avril 2022, consulté le 02 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/10583 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.10583

Haut de page

Auteur

Par Sophie Divay

Université de Reims Champagne-Ardenne

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search