Navigation – Plan du site

AccueilNuméros158La sélection à l’entrée à l’unive...

La sélection à l’entrée à l’université, gage de poursuite d’études en Humanités ?

Comparaison entre licences sélectives et non sélectives
Is selection at university entrance a guarantee of further study ? Comparison between selective and non-selective degrees in the Humanities
Geisteswissenschaften ? Vergleich zwischen selektiven und nicht selektiven Bachelorstudiengängen
La selección en el acceso a la universidad, ¿garantía de continuidad en los estudios de Humanidades ? Comparación entre licenciaturas selectivas y no selectivas
Mathieu Rossignol-Brunet
p. 187-209

Résumés

Les « taux d’échecs » observés en licence font de la sélection à l’entrée à l’université un instrument tentant pour essayer d’y remédier. À travers l’exemple des licences sélectives en humanités (en arts, lettres, langues, sciences humaines), on montre que la sélection engendre une diversification des publics admis du point de vue de l’origine sociale, mais également en termes de profil scolaire. Davantage qu’un effet « sélection », c’est surtout cette différence de recrutement sur le plan scolaire qui explique que les étudiants admis en licences sélectives persévèrent plus dans leur discipline d’admission et atteignent plus fréquemment le niveau L3 que ceux admis dans une licence non sélective.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1 Des « niches sociales » au sein de l’université
1.1 L’offre de formation des licences sélectives, stratégie de différenciation des universités
1.2 Des formations investies par les élèves des classes supérieures et d’un bon niveau scolaire
1.3 Une sélectivité scolaire inégale
2 Un léger effet « sélection » sur les parcours, moins discriminant que les caractéristiques scolaires
2.1 Une persévérance plus importante dans la discipline, dûe principalement au profil scolaire des admis
2.2 Un effet sélection propre aux recalés du supérieur
2.3 Un meilleur profil scolaire pour des trajectoires davantage linéaires
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les sorties sans diplôme de l’enseignement supérieur, malgré leur relative stabilité dans le temps (Ménard, 2018), sont devenues, au cours des dernières décennies, un problème de société. Ceci est à mettre en lien, d’une part, avec les normes sociales qui font de l’inoccupation un statut peu valorisé, d’autre part, avec les coûts économiques et sociaux supposés de ces jeunes au chômage, la figure du décrocheur étant devenue analogue à celle du chômeur (Zaffran et Aigle, 2020). Ainsi, l’indicateur alarmiste qu’est le taux de « 60 % d’échec en première année à l’université » est régulièrement avancé par les partisans de l’idée de crise de l’université.

Ce taux « d’échec » de 60 % recouvre pourtant des réalités diverses (Bodin et Millet, 2011 ; Millet, 2012). De même, le terme de « réussite étudiante » reste difficilement objectivable, et se résume bien souvent à une opposition entre diplomation ou non. Or, seuls 39 % des étudiants obtiennent leur licence en trois ou quatre ans (Paivand...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Rossignol-Brunet, « La sélection à l’entrée à l’université, gage de poursuite d’études en Humanités ? », Formation emploi, 158 | 2022, 187-209.

Référence électronique

Mathieu Rossignol-Brunet, « La sélection à l’entrée à l’université, gage de poursuite d’études en Humanités ? », Formation emploi [En ligne], 158 | avril-juin, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 14 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/10729 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.10729

Haut de page

Auteur

Mathieu Rossignol-Brunet

Doctorant en sociologie au sein du laboratoire Centre d’Étude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP) à l’université Toulouse II Jean-Jaurès. Attaché temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Paris Dauphine, il est membre du Groupe de Travail sur l’Enseignement Supérieur (GTES)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search