Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Edito : Qui sélectionne pour qui ...

Texte intégral

1Ce numéro de Formation Emploi propose une analyse longitudinale des processus de sélection. Au sens où il s’agit de démêler les effets pratiques de la sélection à l’œuvre dans la formation de ceux liés à la sélection opérée dans les entreprises.

2Les questions d’inégalités et de différences viennent alors rapidement sur le devant de la scène. Ainsi, Marie-Pierre Bès, Guillaume Favre, Benjamin Saccomanno, Benoît Tudoux examinent les perceptions des professions chez les jeunes de l’enseignement secondaire et supérieur. Les espaces professionnels sont plus larges avec l’élévation du niveau social ou d’études. De plus, il apparaît que les garçons se focalisent davantage sur les positions hiérarchiques, tandis que les filles privilégient le contenu de l’activité. La formation par apprentissage, souvent présentée comme une possibilité de rattrapage pour les moins bien dotés, s’avère, selon Prisca Kergoat, plutôt relever d’un sas de sélection supplémentaire à l’entrée de la formation. Dans le contexte suisse, Barbara Duc & Nadia Lamamra montrent que le recrutement en apprentissage dépend de la motivation, des résultats scolaires et du savoir-être, mais elles soulignent le rôle et les risques des réseaux de voisinage, notamment en termes de discriminations possibles.

3Trois articles soulignent la valeur incertaine des formations sur le marché du travail. À cet égard, Perrine Agnoux s’intéresse à deux baccalauréats professionnels sanitaires et sociaux. La promotion, dans la formation, de savoir-être issus de la sphère professionnelle, résumés dans la notion de care, est inégalement appropriée par les élèves, notamment selon leurs origines. Pour Fanette Merlin, ceux qui ont mis un terme à leurs études après avoir été recalés dans l’enseignement supérieur, connaissent des débuts de carrière dégradés, comparés aux autres bacheliers. Concernant les ingénieurs en apprentissage, Delphine Debuchy identifie les stratégies qu’ils adoptent en début de carrière pour s’accommoder de la spécificité de leur formation par rapport à leurs homologues formés par la voie classique.

  • 1 Pour reprendre la formulation de Marc-Antoine Estrade dans « Les emplois non pourvus : mythes et ré (...)

4Les deux derniers articles analysent les processus de recrutement. Caroline Bertron & Hélène Buisson-Fenet questionnent la gestion des enseignants contractuels dans les premier et second degrés. Elles soulignent alors l’enchevêtrement de différentes logiques de sélection, qu’elles soient administratives, pédagogiques ou disciplinaires. Enfin, Amine Chamkhi & Frédéric Lainé éclairent les pratiques de recrutement, notamment en termes d’attentes vis-à-vis du diplôme et de l’expérience professionnelle. Si l’expérience professionnelle et les compétences comportementales sont privilégiées, au détriment du diplôme, la sélection dépend aussi des attentes initiales des recruteurs et des « emplois non pourvus »1.

  • 2 Cf. Pierre-Yves Gomez (2013), Le travail invisible : enquête sur une disparition, Paris, Editions F (...)
  • 3 Dupray Arnaud (Coord.), Gasquet Céline (Coord.), Lefresne Florence (Coord.), L’entreprise rend-elle (...)
  • 4 Thomas Coutrot & Coralie Perez (2022), Redonner du sens au travail : Une aspiration révolutionnaire(...)
  • 5 Coutrot & Perez, op. cit., page 112.

5Comme le soulignent, chacun à leur manière, Philippe Lemistre & Prisca Kergoat dans l’introduction au dossier, et Séverine Depoilly dans la postface, l’analyse des sélections du système éducatif au marché du travail est complexe, d’autant plus que les frontières se sont brouillées, comme en témoigne le rôle désormais prépondérant des compétences. Si les prismes de l’adéquation formation-emploi et des inégalités restent prégnants en la matière, les questions de rapports au travail et à l’emploi sont souvent plus sous-jacentes. En effet, le travail réel, comme le sens au travail sont souvent invisibilisés dans les analyses comme dans les pratiques2. Si les questions de l’employabilité des jeunes et de la professionnalisation des formations sont souvent mises en exergue, la montée des tensions sur le marché de l’emploi rappelle, en parallèle, l’importance de s’interroger sur l’employeurabilité des entreprises et sur les conditions de travail et d’emploi3. Ainsi, on peut méditer sur les deux résultats suivants. Les entreprises les plus confrontées à des « difficultés de recrutement » sont celles où les salariés sont davantage exposés à des horaires décalés ou imprévisibles4. Le facteur principal de changement d’emploi pour les salariés est le faible sens du travail5. Cela invite à interroger comment les jeunes sélectionnent leur formation, puis leur emploi et l’entreprise qui le porte, en s’intéressant davantage aux questions de sens.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre la formulation de Marc-Antoine Estrade dans « Les emplois non pourvus : mythes et réalités », Regards croisés sur l’économie, 2013/1, n° 13, pp. 151-167. https://doi.org/10.3917/rce.013.0151

2 Cf. Pierre-Yves Gomez (2013), Le travail invisible : enquête sur une disparition, Paris, Editions François Bourin, 253 p. 

3 Dupray Arnaud (Coord.), Gasquet Céline (Coord.), Lefresne Florence (Coord.), L’entreprise rend-elle compétent.e ? (2020), Céreq Essentiels, n° 2, décembre, 138 p. ; Gazier B. (1990), « L’employabilité : brève radiographie d’un concept en mutation », Sociologie du travail, 32 (4), pp. 575-584.

4 Thomas Coutrot & Coralie Perez (2022), Redonner du sens au travail : Une aspiration révolutionnaire, Seuil, La République des idées, page 110.

5 Coutrot & Perez, op. cit., page 112.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Frédéric Vergnies, « Edito : Qui sélectionne pour qui ? Et pour quoi ? »Formation emploi, 159 | 2022, 1-2.

Référence électronique

Jean Frédéric Vergnies, « Edito : Qui sélectionne pour qui ? Et pour quoi ? »Formation emploi [En ligne], 159 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 15 octobre 2022, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/10840 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.10840

Haut de page

Auteur

Jean Frédéric Vergnies

Rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Le Céreq
  • Logo La documentation française
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search