Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Les ingénieurs en apprentissage :...

Les ingénieurs en apprentissage : entre dissimulation et survalorisation lors de la sélection sur le marché du travail

Engineers trained through apprenticeship : between hiding and overestimation when selecting in the labour market
Ingenieure in der Berufsausbildung : zwischen Verschleierung und Überbewertung bei der Auswahl auf dem Arbeitsmarkt
Los ingenieros en aprendizaje : entre disimulación y sobrevaloración en el proceso de selección en el mercado de trabajo
Delphine Debuchy
p. 141-160

Résumés

L’ouverture dans les années 1990 des formations d’ingénieurs à l’apprentissage, voie de formation longtemps réservée au public en difficulté (Moreau, 2008), a suscité beaucoup de curiosité dans le monde académique et professionnel. La progression de cette voie dans le système élitiste et hiérarchisé des grandes écoles soulève des enjeux en termes de reconnaissance et de jugement de compétences de ces « nouveaux » ingénieurs. Dans une approche compréhensive, nous nous appuyons sur des entretiens menés auprès d’ingénieurs formés par la voie de l’apprentissage, récemment insérés sur le marché du travail, pour analyser leurs perceptions du processus de sélection à l’œuvre sur le marché du travail. Nous identifions plusieurs stratégies adoptées par ces ingénieurs pour s’accommoder de cette « différence » par rapport à leurs homologues formés par la voie classique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Le système hiérarchisé des grandes écoles, un héritage des ingénieurs français
2. Les formations d’ingénieurs par la voie de l’apprentissage : un contre-modèle risqué ?
2.1 Le rapport Decomps et les Nouvelles Formations d’Ingénieurs (NFI) des années 1990
2.2 Une autre formation pour un autre public : des risques de reconnaissance mesurés par le monde professionnel et académique
2.2.1 Un déficit d’image de la voie de l’apprentissage persistant et préjudiciable pour les ingénieurs
2.2.2 Une finalité professionnelle affichée : technique et métier versus théorie et élite
2.2.3 Un public de techniciens qui contournent la voie royale
3. Terrain de recherche et méthodologie
3.1 Le BTP, un « cas exemplaire » (Yin, 2014)
3.2 Données recueillies et méthodes d’analyse
4. Diplôme par la voie de l’apprentissage, un stigmate pour l’ingénieur ?
4.1 Des spécificités sur les plans scolaire et professionnel différemment assumées
4.2 Des stratégies différentes pour des ingénieurs stigmatisés : le discréditable et le discrédité
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Cet article s’intéresse aux ingénieurs formés par la voie de l’apprentissage. Les premières formations d’ingénieurs par la voie de l’apprentissage ont été accréditées par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI) en 1990 et ont connu ensuite un véritable engouement, avec une accélération à partir de 2005 grâce au plan de relance de l’apprentissage du gouvernement. En 1996, seulement 4 % des ingénieurs diplômés l’étaient par la voie de l’apprentissage. Vingt ans plus tard, cette voie d’accès au diplôme représente environ 15 % de l’ensemble des ingénieurs diplômés (MEN-DEPP, 2019).

Dès les années 1990, cette nouvelle voie d’accès au titre d’ingénieur a suscité des travaux visant notamment à comprendre les motivations des acteurs et à mesurer les conséquences de cette association inédite entre une main-d’œuvre qualifiée d’élite et une voie de formation traditionnellement empruntée, en France, par les élèves en échec scolaire préparant un métier manuel.

L’apprentissage, cons...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Debuchy, « Les ingénieurs en apprentissage : entre dissimulation et survalorisation lors de la sélection sur le marché du travail »Formation emploi, 159 | 2022, 141-160.

Référence électronique

Delphine Debuchy, « Les ingénieurs en apprentissage : entre dissimulation et survalorisation lors de la sélection sur le marché du travail »Formation emploi [En ligne], 159 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 06 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/10845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.10845

Haut de page

Auteur

Delphine Debuchy

Maître de conférences section 05 économie du travail. École Polytechnique Universitaire de Lille / Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques Clersé (UMR 8019)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Le Céreq
  • Logo La documentation française
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search