Navigation – Plan du site

AccueilNuméros159Les débuts de carrière contrariés...

Les débuts de carrière contrariés des « recalés » de l’enseignement supérieur

Unfavorable career starts for young people rejected from higher education
Der erschwerte Berufseinstieg junger Menschen, die von der Hochschule umgelenkt werden
Los inicios de carrera frustrados de los "rechazados" de la enseñanza superior
Fanette Merlin
p. 115-139

Résumés

Les principes et les modalités de la sélection des jeunes à l’entrée de l’enseignement supérieur animent le débat public et scientifique depuis plus d’une décennie. Mais connaît-on les conséquences de cette sélection ? A partir des données de l’enquête Génération 2013, cette étude explore les débuts de carrière d’une catégorie de sélectionnés en particulier : ceux qui ont mis un terme à leurs études après avoir été recalés. S’ils ne constituent qu’un échantillon de l’ensemble des jeunes refusés dans une formation de l’enseignement supérieur, leur situation porte à la fois les stigmates de la sélection formelle – ils ont formulé une candidature – et de la sélection informelle – ils ont fait le choix d’abandonner plutôt que de s’orienter ailleurs. Les résultats montrent que ces jeunes connaissent des débuts de carrière dégradés, en comparaison des autres bacheliers présentant des caractéristiques observées comparables.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1 Les recalés moins dotés que les non-diplômés de l’enseignement supérieur
2 Des débuts de carrière contrariés par la sélection
3 Une pénalité imputable, pour partie seulement, à la sélection 
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 2018, les « recalés » de l’application Parcoursup ont représenté 6 % des candidats ayant obtenu le baccalauréat. Qui sont ces jeunes que la sélection prive d’accès aux études supérieures ? On sait qu’ils constituent 3 % des bacheliers généraux, 8 % des bacheliers technologiques et 14 % des bacheliers professionnels. Néanmoins, les barrières formellement instituées à l’entrée de l’enseignement supérieur ne constituent pas les seuls obstacles à la poursuite d’études après le bac. L’étude de la sélection formelle (Parcoursup et plus avant Admission post-bac) oublie notamment les jeunes qui se sont auto-censurés, ou ceux dont la sélection est restée invisible (par l’influence de leur environnement notamment) : on peut parler dans ces cas d’autosélection ou de sélection informelle.

En effet, Maroy et Van Campenhoudt (2010) notamment ont montré que les compétences académiques et le niveau scolaire des élèves ne constituaient pas le seul critère déterminant le choix d’orientation dans l’...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fanette Merlin, « Les débuts de carrière contrariés des « recalés » de l’enseignement supérieur »Formation emploi, 159 | 2022, 115-139.

Référence électronique

Fanette Merlin, « Les débuts de carrière contrariés des « recalés » de l’enseignement supérieur »Formation emploi [En ligne], 159 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 04 janvier 2024, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/10910 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.10910

Haut de page

Auteur

Fanette Merlin

Chargée d’études au Département entrées et évolutions dans la vie active (Deeva) du Céreq, Iredu (Institut de recherche sur l’éducation : sociologie et économie de l’éducation)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Le Céreq
  • Logo La documentation française
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search