Navigation – Plan du site

AccueilNuméros160LecturesLectures

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Rubrique réalisée en collaboration avec le centre de documentation du Céreq

Emploi

Emplois non pourvus : une offensive contre le salariat

Clouet, Hadrien
Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant, 2022. - 158 p

2Depuis quelques décennies, on n’échappe plus à la litanie des centaines de milliers d’emplois non pourvus, serinés dans des journaux, à la télévision, à la radio ou sur des réseaux sociaux. Ce problème prendrait même la forme d’un paradoxe, puisque les difficultés de recrutement atteindraient des sommets… En même temps que le nombre de chômeurs. Ces derniers sont donc mis en cause et accusés de fainéantise, ce qui les conduirait à baisser encore plus le salaire qu’ils espèrent toucher. En s’appuyant sur des données chiffrées, cette étude montre comment ce discours éminemment idéologique est mobilisé pour justifier un programme politique libéral. Elle recherche les responsabilités d’une telle situation, au-delà de la culpabilisation des chômeurs, bien commode pour faire oublier les modes de recrutement en vigueur. Elle analyse la manipulation politique du sujet par des élus ou des représentants du patronat, pour obtenir des réformes sans aucun rapport avec la question.

Les seniors et l'emploi

Albis, Hipollyte d'
Paris : Les Presses de Sciences Po, 2022. - 130 p. - (Sécuriser l'emploi (Les Presses de Sciences Po))

3Les fins de carrière sont rarement perçues comme des périodes d'épanouissement professionnel pour les intéressés et comme une chance pour l'économie. Beaucoup plus nombreux que les générations précédentes et comptant davantage de femmes dans leurs rangs, les travailleurs seniors sont en meilleure santé et généralement plus qualifiés. Pourtant les préjugés et les discriminations persistent à leur endroit : leurs compétences sont jugées obsolètes, leurs facultés déclinantes, leurs demandes négligées. Une manière nouvelle d'aborder leur emploi s’impose, qui prenne en compte les évolutions des métiers et dépasse les débats sur l’âge de la retraite. Une insertion professionnelle valorisante et productive des seniors ne peut s’obtenir qu’au moyen d’une politique globale qui inclut une qualification tout au long de la vie et une adaptation de l’environnement et du temps de travail à leurs besoins.

Entreprise

Coopérer : Les Scop et la fabrique de l'intérêt collectif

Wagner, Anne-Catherine
Paris : CNRS, 2022. - 326 p. - (Culture & Société (CNRS))

4À l’heure d’un capitalisme financiarisé et mondialisé, guidé par les impératifs de rentabilité maximale d’actionnaires peu soucieux de l’activité de la société, les coopératives, perçues comme une alternative concrète à l’ordre économique dominant, connaissent un regain d’intérêt aussi bien qu’un net essor. Ainsi des Scop (Sociétés coopératives et participatives) qui se distinguent par le fait que le personnel salarié détient au moins 51 % du capital et 65 % des droits de vote. De l’expérience médiatisée de reprise militante d’une entreprise mise à mal par de grands groupes – comme l’usine Fralib, près de Marseille, transformée en coopérative au terme d’une lutte de 1 336 jours –, aux petites coopératives de cadres dans le secteur des services, en passant par de grandes coopératives industrielles créées de longue date et devenues elles-mêmes des multinationales, les Scop concernent une variété de domaines et touchent des milieux sociaux différents. Mais derrière le symbole, comment devient-on propriétaire et employeur sur le tard lorsque rien, dans le parcours scolaire ou les héritages familiaux, ne nous y prédispose ? Comment apprend-on à coopérer pour gérer une entreprise, à prendre les décisions en matière de salaires, de promotions ou d’orientation économique ? De quelles façons se recomposent les rapports sociaux quand ce sont les travailleurs et les travailleuses qui endossent le rôle des actionnaires ? En mobilisant études de terrain, analyses statistiques, entretiens et questionnaires, cette enquête de interroge la manière dont se construisent au quotidien des conceptions originales de la coopération, de la propriété commune et de l’intérêt collectif.

Formation

Adultes et formation : Penser et agir autrement

Collard-Bovy, Olivier, dir. ; Jézégou, Annie, dir. ; Viron, Françoise de, dir.
Louvain-la-Neuve : Presses Universitaires de Louvain, 2022. - 291 p.

5Depuis les années 1990, la formation tout au long de la vie est toujours davantage considérée comme un levier majeur de croissance économique et d'employabilité. Parallèlement, l’accélération des rythmes de vie, les transformations du travail, l’augmentation des incertitudes dans des sociétés en fort changement tendent à porter au rang de l’évidence la nécessité de se former de façon continue. L’ouvrage propose des clés de lecture multiples (sociologiques, politiques, psychologiques, pédagogiques) pour mieux comprendre ces évolutions ainsi que la manière dont elles affectent les relations entre adultes et formation. Il invite à penser autrement les adultes apprenants dans leur diversité et leurs spécificités au travers de multiples contextes de formation. Il ouvre, en outre, des perspectives pour agir autrement en formation d’adultes, que ce soit sous la forme de propositions d’action ou par l’adoption d’un point de vue alternatif. Posant un regard à la fois critique et prospectif sur la formation des adultes, l’ouvrage incite à dépasser les certitudes aisément admises et les prénotions rarement interrogées.

Apprentis d'Auteuil face au décrochage scolaire : Chronique d'une institution pédagogue

Perrot, Cécile, dir. ; Casanova, Rémi, dir. ; Pesce, Sébastien, dir.
Nîmes : Champ social, 2022. - 200 p. - (Acteurs sociaux (Champ social))

6La lutte contre le décrochage scolaire, voilà le défi que relève «  Apprentis d’Auteuil  » depuis plus dix ans ! Créée il a plus de 150 ans, la Fondation « Apprentis d’Auteuil  » accompagne, accueille, forme et insère plus de 13 000 jeunes au sein d’établissements scolaires et de formation, de dispositifs relais et d’insertion professionnelle, de structures d’accueil de l’Aide sociale à l’enfance, de Maison d’enfants à caractère social, d’Accueil de mineurs non accompagnés mais aussi de structures d’Accueil de la petite enfance et d’accompagnement des familles. Cette toujours jeune fondation fait ici un tour d’horizon de sa mobilisation  : des acteurs engagés, un arsenal didactique, un dispositif de recherche-formation-action, des structures évolutives, une institution soutenante volontairement pédagogue. La pédagogie est au centre de ce livre. Celle du quotidien, à l’ensemble des niveaux organisationnels. Celle qui institue, c’est-à-dire qui invente, innove, s’adapte, transmet. Celle qui fait expérience des obstacles qu’elle rencontre, des erreurs qu’elle commet, des réussites qu’elle construit. Avec toujours le souci de l’apprentissage de tous.

Les ateliers de la domination scolaire

Vaquero, Stéphane
Paris : La Dispute, 2022. - 272 p. - (L'enjeu scolaire (La Dispute))

7L’auteur interroge les effets des dispositifs par ateliers interdisciplinaires qui se développent depuis une vingtaine d’années au collège et au lycée, à l’image des Travaux personnels encadrés (TPE). Le recours aux thématiques concrètes et quotidiennes permet-il de réduire les inégalités scolaires et sociales ? L’ouvrage montre que les élèves et enseignants y forgent un type spécifique de discours sur le monde quotidien, sur les références populaires et juvéniles. Il démontre comment la mise en forme scolaire de l’éclectisme culturel ou de la parole critique peut, paradoxalement, nourrir les formes contemporaines de domination scolaire, culturelle et sociale.

Les nouvelles portes des grandes écoles

8Allouch, Annabelle
Paris : PUF - Presses universitaires de France, 2022. - 342 p

9Les grandes écoles et leurs pratiques de sélection font l’objet d’un intérêt croissant de la part des médias et des citoyens : ces institutions sont critiquées pour leur fermeture sociale, en même temps qu’elles fournissent à leurs élèves, transformés en « élus », un accès à des positions privilégiées. Dans ce contexte, les politiques d’ouverture sociale lancées à partir des années 2000 visent à assurer l’accueil de tous les milieux sociaux et ainsi réparer l’idée même de méritocratie scolaire. Cette enquête au long cours menée dans trois institutions prestigieuses en France et au Royaume-Uni (Sciences-Po, l’Essec et l’université d’Oxford) offre une plongée au cœur de ces nouveaux dispositifs d’égalité des chances. Quels sont leurs effets réels sur ces établissements ? Comment les grandes écoles parviennent-elles à assurer leur rôle de sélection des élites, à l’heure où la diversité est promue au rang de valeur ? Ces programmes incarnent une nouvelle morale des concours, marquée à la fois par la mise en marché de l’éducation et l’individualisation du parcours des élèves. Leur objectif est moins d’élargir la porte que le vivier des candidats qui s’y présentent. Si les institutions d’élite renouvellent de ce fait leur propre légitimité à exercer une forme de « magie scolaire », la question des inégalités sociales demeure.

L'université qui vient : Un nouveau régime de sélection scolaire

Hugrée, Cédric ; Poullaouec, Tristan
Paris : Raisons d'agir, 2022. - 180 p

10La crise sanitaire et sa gestion au sein des universités françaises ont révélé et renforcé un nouveau régime de sélection scolaire. Jamais la France et son système scolaire n’ont autant diplômé et pourtant jamais les savoirs n’ont été aussi inégalement transmis. D’un côté, les études universitaires se sont banalisées parmi les enfants issus des classes populaires, en premier lieu les jeunes femmes. De l’autre, les dispositifs adoptés pour lutter contre l’échec en licence ont échoué, au point de laisser de nombreux étudiants seuls face à leurs difficultés scolaires. Comment conduire 50  % d’une classe d’âge au niveau de la licence quand le budget par étudiant chute depuis 15 ans à l’université  ? Le néolibéralisme scolaire n’envisage que la sélection, la hausse des frais d’inscription, la concurrence entre établissements et la professionnalisation des formations. Face à la détérioration des conditions d’enseignement, la suppression de Parcoursup ne suffit pas. Cet ouvrage replace la transmission des savoirs universitaires au cœur du débat  ; il montre l’urgence et la nécessité de lutter contre la différenciation des filières scolaires, à commencer par l’instauration d’un baccalauréat de culture commune, à la fois littéraire, scientifique et technologique.

Insertion

Des femmes qui tiennent la campagne

Orange, Sophie ; Renard, Fanny
Paris : La Dispute, 2022. - 215 p.

11Face au retrait de l’État social des campagnes, une « bande de femmes » participe à tenir les services essentiels : petite enfance (assistantes maternelles, ATSEM), enfance (auxiliaires de vie scolaire, enseignantes), grand âge (aides à domicile, aides-soignantes). Face à la disparition des cafés et des lieux de sociabilité traditionnels, une armée de réserve de bénévoles au féminin s’engage dans l’animation des associations et des institutions locales : bibliothèques municipales, associations de parents d’élèves, clubs sportifs, casernes de pompiers, etc. Face à la fermeture des commerces de proximité, quelques professions résistent malgré tout dans les communes, comme les coiffeuses et esthéticiennes. Et si elles tiennent la campagne, c’est que des institutions locales comme l’école, les missions locales, les entreprises ou encore les collectivités territoriales n’ont pas intérêt à ce qu’elles la quittent. Appuyé sur une enquête par entretiens auprès de jeunes femmes âgées de 20 à 30 ans, ce livre donne à voir leur contribution au dynamisme des villages, à la solidarité intergénérationnelle et au marché du travail en zone rurale, mais encore des ressources qu’elles déploient pour résister aux dominations sociales et masculines.

Une formation au travail pour tous ? : La loi Astier, un projet pour le XXe siècle

Bodé, Gérard, dir. ; Lembré, Stéphane, dir. ; Thivend, Marianne, dir.
Paris : Classiques Garnier, 2022. - 416 p. - (Histoire des techniques (Classiques Garnier) ; 25)

12La loi Astier du 25 juillet 1919 définit l’enseignement technique et impose une obligation de formation aux jeunes filles et garçons de moins de 18 ans employés dans le commerce et l’industrie. Son élaboration et ses effets sont parties prenantes des mondes de la formation et du travail au XXe siècle.

Profession

Claude Dubar : une sociologie pour l'intelligibilité du social

Kaddouri, Mokhtar, dir. ; Vermelle, Marie-Christine, dir. ; Zeroulou, Zaïhia, dir. ; Mardon, Aurélia, dir.
Villeneuve d'Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2022. - 375 p. - (Le regard sociologique (Presses Universitaires du Septentrion))

13En rupture avec une vision dogmatique de la sociologie, Claude Dubar a œuvré pour un regard pluriel qui prend en compte la complexité du social qu'il a analysé dans ses trois niveaux : « les structures qui encadrent la vie sociale » ; « les interactions qui réunissent des individus et des groupes » ; les « discours, attitudes, croyances personnelles constituées de significations sociales ». Ce regard pluriel, traduit dans des grilles de lecture pertinentes, constitue des repères dont s’inspirent des chercheurs dans leurs analyses, des étudiants en sciences humaines et sociales dans leurs travaux universitaires et des praticiens dans l’intelligibilité de leurs pratiques professionnelles. Ce dont témoignent les réflexions, les analyses et les postures tant théoriques qu’épistémologiques et méthodologiques des contributeurs à cet ouvrage qui lui est dédié.

Essentiel·les et invisibles ? : classes populaires au travail en temps de pandémie

Gardes, Cyrine
Bellecombe-en-Bauges : Editions du Croquant, 2022. - 150 p

14En transformant le travail, le Covid-19 a bouleversé le cours de nos existences. Ses effets ont toutefois varié suivant les situations professionnelles. Ce livre en offre une illustration, en documentant une expérience méconnue de la crise sanitaire, celle des salarié·es ayant continué à travailler à l’extérieur quelles que soient les restrictions, ouvrières, ouvriers, employé·es dans leur majorité. Objets d’un discours public de valorisation de leurs métiers, celles et ceux qu’on appelle « salarié·es essentiel·les » ont vu leurs conditions de travail et de vie se dégrader. Intensification des activités productives et domestiques, violente surexposition au virus, sentiment d’invisibilité : ces travailleuses et travailleurs subalternes vivent une expérience de domination sociale accrue. Ces vécus populaires de la crise sanitaire font néanmoins tension. Ils se formulent collectivement et font naître des colères spécifiques. S’appuyant sur un travail d’enquête mené par entretiens auprès de salarié·es de la grande distribution et de la logistique, ce livre montre comment les identifications de classe sont réactualisées par la pandémie. Il invite à analyser autrement les discours de glorification des « salarié·es essentiel·les », en les pensant comme des moyens de rendre légitimes et acceptables les nouvelles sujétions subies... avec un succès toutefois contrasté.

Pour un travail social indiscipliné : Participation des citoyens et révolution des savoirs

Laville, Jean-Louis ; Salmon, Anne
Toulouse : Erès, 2022. - 219 p. - (Intervention sociale (Erès))

15La question sur laquelle se penchent, avec un regard neuf, les auteurs, est de saisir les conditions de légitimité des savoirs expérientiels et de faire reconnaître des apports scientifiques résultant des “savoirs d’action”. Voilà ce qui donne tout son sens à cette réflexion épistémologique et constitue l’intérêt de ce livre, véritable leçon d’optimisme, au moment où tout le monde se plaint de la baisse d’attractivité du travail social. Cet ouvrage peut être un levier pour la formation des professionnels, à plus forte raison si l’on considère qu’elle n’est pas seulement affaire de transmission de savoirs établis, mais qu’elle aide à forger un esprit critique, favorise l’ouverture intellectuelle et contribue aux débats démocratiques que les étudiants, formateurs, chercheurs et personnes accompagnées sont fondés à approfondir.

Secteur d’activité

Économie sociale et crises du XXIe siècle

Lamotte, Bruno, dir.
Journées de l'Association d'économie sociale (XLIe ; septembre 2022 ; Grenoble) . - Meylan : Campus ouvert, 2022. - 274 p.

16L’économie sociale a traversé les récessions de 2009 et de 2020 avec bien des changements de statut et de perspectives de développement. Après la crise financière de 2008, la récession de 2009 et la crise de la dette des années suivantes, les financements publics se sont réduits dans ses champs d’activité : santé, éducation, protection sociale, logement, économie du secteur non marchand, pauvreté et exclusion, inégalités, culture et marché du travail. La crise sanitaire de 2020 a replacé le champ social dans d’autres perspectives : la santé est devenue une priorité, le champ du social a été mis à contribution pour contrer les effets de l’arrêt des activités économiques lié à la situation sanitaire. Quelle place et quelles préoccupations pour l’économie sociale en 2022 ? Cet ouvrage explore ces questions : système de santé, aide à domicile, organisation des établissements médico-sociaux, politiques sociales font l’objet d’analyses et d’approfondissements. Un chapitre préliminaire retrace l’évolution de l’économie sociale pendant toutes ces années. Tentée par l’hétérodoxie, attentive au développement de l’économie sociale et solidaire, l’économie sociale est à la recherche d’un point d’équilibre entre les logiques privées et publiques au cœur des problèmes du capitalisme contemporain. Une première partie porte sur l’évolution des organisations de l’économie sociale, qui est traversée par des politiques publiques cherchant une place accrue au secteur privé. Une deuxième partie questionne les évolutions sociales du capitalisme : quelles sont les nouvelles formes de mondialisation, quelle est la signification du complexe médico-industriel émergeant dans les économies capitalistes ? Les auteurs traitent avec clarté de ces nouveaux enjeux sociaux pour tous les utilisateurs intéressés, étudiants, professionnels du secteur, ou simplement curieux de l’évolution de nos sociétés.

L'usager acteur du service public ?

Bachelard, Olivier, dir. ; Espagno-Abadie, Delphine ; Gillet, Anne
Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise Pascal, 2022. - 212 p.

17Nous sommes toutes et tous, en permanence, des usagers d’un service public. Si l’attachement aux services publics est un facteur important de cohésion sociale en France, il n’en demeure pas moins qu’au fil du temps, les rapports entre les administrations publiques et les usagers ont été soumis à des changements de toute nature : juridiques, sociaux, organisationnels, technologiques, économiques et bien sûr politiques. Cet ouvrage a pour objectif d’analyser ce qui se noue dans les nouvelles modalités de mise en œuvre des prestations de service public à partir d’études de cas dans des secteurs variés de l’activité administrative et de service (collectivités territoriales, préfectures, hôpitaux, caisses d’allocations familiales, pôle emploi, enseignement supérieur), auxquels tout citoyen est amené à devenir l’usager. Il s’agit aussi de réfléchir à ce qu’être usager veut dire, à sa proximité et à sa participation vis-à-vis des services souhaités et reçus, et comment il est possible d’améliorer sa situation (communication, co-construction, digitalisation). Enfin, l’ouvrage dresse des perspectives d’avenir en France comme à l’étranger, dans des secteurs déterminés comme de manière générale, notamment au regard de l’évolution des pratiques à la fois des administrations, de leurs cadres et des usagers eux-mêmes.

Travail

Le dévoiement des "savoir-être" en entreprise : Usages sociaux et managériaux des compétences

Segal, Elodie
Paris : L'Harmattan, 2022. - 287 p. - (Dynamiques d'entreprises (L'Harmattan))

18Dans les débats sociologiques sur le modèle de la compétence, la notion de « savoir-être » fait figure de tabou. Cet ouvrage propose de saisir les enjeux sociaux et managériaux de cette notion. Au-delà de cette vision comportementale présente en entreprise, Élodie Ségal montre que la notion de « savoir-être » recouvre des dimensions concrètes, notamment techniques, dans une activité de travail de plus en plus relationnelle. Les « savoir-être » sont envisagés comme des dispositions professionnelles développées par les individus pour maîtriser les relations formelles et informelles qui traversent l'entreprise, et les modes d'évaluation et de gestion des travailleurs privilégient les qualités morales ou sociales. L'étude menée auprès d'une vingtaine de groupes industriels depuis plus de vingt ans conduit à analyser les formes d'individualisation de la relation salariale provoquées par l'intronisation du modèle de la compétence dans le système productif français.

Le droit du travail en sociologue

Chappe, Vincent-Arnaud, dir. ; Tonneau, Jean-Philippe, dir.
Paris : Presses des Mines, 2022. - 195 p. - (Sciences sociales (Presses des Mines))

19Que faire du droit quand on est sociologue du travail ? Quelle place lui laisser à côté des pratiques et normes informelles ? Longtemps négligé car considéré comme relevant des juristes, les évolutions du travail et des modes de régulation rendent l’étude sociologique du droit du travail indispensable. Que ce soit pour analyser ses évolutions, la façon dont il participe à la constitution des relations de travail, dont il est utilisé, critiqué, détourné ou évite, l’analyse sociologique du droit du travail permet d’appréhender l’évolution du travail et de ses règles. À partir d’analyses générales et d’études de cas, ce livre collectif démontre la pertinence du regard sociologique pour expliquer l’évolution et les pratiques sociales du droit du travail. Il invite à dépasser l’opposition entre normes formelles et informelles pour comprendre comment le droit, tel que les travailleurs et employeurs se l’approprient, participe à l’ordre social. Au-delà de la seule sociologie, il offre un point de vue stimulant sur les bouleversements en cours des mondes du travail et la remise en cause de son droit.

Entre management et santé au travail, un dialogue impossible ?

Durand-Moreau, Quentin, dir. ; Lasfargues, Gérard, dir.
Toulouse : Erès, 2022. - 206 p. - (Clinique du travail (Erès)).

20Les médecins du travail entendent fréquemment des salariés en situation de souffrance au travail dire « si on avait moins de directeurs, ça irait bien mieux dans la boîte », ou bien « mon patron est nul, il a besoin d’être formé ». Certes, les méthodes et les choix managériaux peuvent avoir un effet pathogène sur les salariés. Mais peut-on régler ces problèmes de santé au travail uniquement en formant mieux les directeurs, ou bien simplement en supprimant leurs postes ? Les services de santé au travail peuvent-ils constituer une réelle ressource pour les managers ? Sur la base d’enquêtes menées par des sociologues et des ergonomes, cet ouvrage explore quelques aspects du management dans une perspective d’exigence, et non uniquement pour les dénoncer. Les managers doivent pouvoir mieux faire : ils doivent porter un regard critique sur leurs propres pratiques, mais aussi questionner les systèmes dans lesquels ils déploient leur activité. Les services de santé au travail, pris entre le risque d’être perçus comme des menaces et leur volonté de non-ingérence dans la gestion d’entreprise, peuvent-ils leur venir en aide ? Un véritable dialogue entre employés, employeurs et professionnels de la santé est-il possible pour transformer le travail ?

Le futur du travail

Carbonell, Juan Sebastian
Paris : Amsterdam, 2022. - 176 p

21Le travail est un inépuisable objet de fantasmes. On annonce sa disparition sous l’effet d’un « grand remplacement technologique », on prophétise la fin du salariat, on rêve d’une existence débarrassée de cette servitude. Fait significatif, les futurologues consacrés et les apologistes du monde tel qu’il va n’ont pas le monopole de ce discours, tout aussi bien tenu par les plus féroces critiques du capitalisme. À chaque révolution technologique ses mirages. Car il y a loin, très loin, de ces anticipations à la réalité. Le travail humain conserve en effet une place centrale dans nos sociétés. Simplement, ses frontières et le périmètre des populations qu’il concerne se déplacent : ce n’est donc pas à une précarisation généralisée que l’on assiste, mais à l’émergence d’un nouveau prolétariat du numérique et de la logistique, dans des économies bouleversées par l’essor des géants de la Big tech. Dans cet essai, Juan Sebastián Carbonell montre que le discours sur la « crise du travail » fait obstacle à la compréhension de ses enjeux politiques. Et que sa mise en avant empêche, parfois à dessein, la nécessaire ouverture d’un débat sur les voies de son émancipation.

Pratiques de travail et dynamiques organisationnelles

Hussenot, Anthony ; Lanciano, Emilie ; Lorino, Philippe ; Sambugaro, Jonathan
Laval (Canada) : Presses de l'Université de Laval - PUL ; Paris : Hermann, 2022. - 294 p. - (Sciences de l’administration (Presses de l'Université de Laval - PUL))

22Le travail est en effervescence. Du management par les algorithmes aux entreprises virtuelles, en passant par les nouvelles formes d’autonomie ou de contrôle, nos vies professionnelles connaissent des évolutions importantes. Chaque personne doit aujourd’hui vivre avec ces évolutions : le télétravail pour les professionnels dans les secteurs des services, la vente sur les plateformes numériques pour les commerçants, l’usage des algorithmes pour les livreurs, etc. Les évolutions des pratiques du travail s’inscrivent de plus dans une époque caractérisée par une conscience aiguë des risques économiques, sociaux, sanitaires et environnementaux que nous devons affronter. La crise de la COVID-19 a montré, par exemple, comment une pandémie peut entraîner des évolutions rapides dans les pratiques de travail, d’engagement et de contrôle. Dans quelle mesure ces pratiques sont-elles nouvelles ? Dans quelle mesure réactivent-elles des formes anciennes de l’organisation des activités ? Cet ouvrage invite à penser l’évolution de nos pratiques, mais aussi la façon dont nous organisons nos activités professionnelles. Sans jamais présenter les évolutions du monde du travail et des entreprises sous un jour enchanteur ni, à l’inverse, les dénoncer dans leur ensemble, cet ouvrage a l’ambition de fournir des clés de compréhension des transformations en cours et de leurs effets sur les individus et les collectivités. Trente et un chercheurs spécialistes du travail, du management et des organisations ont été invités à faire part ici de leurs analyses afin de nous aider à comprendre les pratiques de travail et les dynamiques organisationnelles susceptibles d’influencer en profondeur le devenir de nos sociétés.

Le travail et la vie : Transformations actuelles du travail

François, Arnaud
Paris : Hermann, 2022. - 270 p

23Basé sur des études de psychologie et de sociologie du travail, ce livre soutient que nos démocraties ont mal, non à l’identité, mais au travail. Il inscrit les dernières mutations du travail dans une histoire des relations entre travail et vie. Non seulement notre force de travail et nos données biologiques sont utilisées comme sources de valeur, mais aussi notre existence même : données numériques, aspirations au mieux-être, émotions, relations sociales, loisirs, soins que nous recevons (domaine des professions les plus précarisées). Le travail n’est pas une valeur incontestable, il ne doit pas, seul, conditionner le revenu, et sa définition, pas plus que celle de ses fonctions, n’est exempte de choix politiques. Le mal-être au travail, dû à l’urgence, au stress ou à la réorganisation constante, ne peut être atténué que par une rupture avec le nouveau management, une réflexion sur la démocratie au travail, et surtout, une reconquête du temps de bien travailler – qui a tant manqué aux soignants pendant la pandémie. Ce qui n’implique aucun allongement du temps de travail (en fin de semaine ou avant la retraite), mais une redéfinition de la place prise dans nos vies par le triptyque travail-production-consommation, en considération de nos besoins, des inégalités de richesses, et de la préservation du vivant.

A signaler

Mots et illusions : quand la langue du management nous gouverne

24Vandevelde-Rougale, Agnès
Paris : Union générale d'éditions, 2022. - 110 p. - (10/18 (Union générale d'éditions))

Petit manuel critique des théories économiques

25Hoang-Ngoc, Liêm
Paris : La Dispute, 2022. - 270 p

Ralentir ou périr : L'économie de la décroissance

26Parrique, Timothée
Paris : Seuil, 2022. - 315 p

Sans classe ni place : L'improbable histoire d'un garçon venu de nulle part

27Alter, Norbert
Paris : PUF - Presses universitaires de France, 2022. - 301 p

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/11017/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Lectures »Formation emploi [En ligne], 160 | Octobre-Décembre, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/11017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.11017

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Le Céreq
  • Logo La documentation française
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search