Navigation – Plan du site

AccueilNuméros160Le recours des élus locaux à la f...

Le recours des élus locaux à la formation à l’aune des déterminants institutionnels et biographiques

The disparities in the use to training among elected locals
Die Fortbildung von Kommunalpolitikerinnen und -politikern vor dem Hintergrund institutioneller und biografischer Einflussfaktoren
El uso de la formación por parte de los representantes electos locales a la luz de los determinantes institucionales y biográficos
Pierre Camus
p. 85-101

Résumés

La formation des élus locaux est un droit paradoxal. Son importance démocratique pour faciliter l’exercice des mandats fait aujourd’hui consensus. Pourtant, son usage reste très minoritaire chez les élus en fonction. Pour comprendre ce désajustement entre rhétorique et pratique, il convient de dépasser le tropisme du « libre choix » des élus à se former et de mettre en avant les déterminants institutionnels et de parcours sociaux dans l’accès au droit. Cet article montre que l’accès des élus locaux à la formation dépend moins des intérêts individuels que de l’existence de variables institutionnelles et biographiques.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1 Les déterminants institutionnels du recours au droit
1.1 Un financement inégal de la formation des élus suivant la collectivité
1.2 Les sollicitations partisanes à se former
1.3 Le temps disponible pour se former
2. La formation des élus dans le prolongement des parcours de formation continue
2.1 La formation syndicale comme encouragement à la formation en tant qu’élu
2.2 Quand la formation professionnelle se substitue à celle de l’élu
Conclusion

Aperçu du début du texte

En France, depuis les années 1970, l’exercice des mandats locaux se complexifie. L’accroissement des responsabilités, la technicisation des dossiers ainsi que la multiplication des niveaux de gouvernance élèvent les conditions de l’engagement électif. Face à la professionnalisation des mandats locaux (Garaud, 1989 ; Fontaine, Le Bart, 1994 ; Offerlé, 1999 ; Michon, Ollion, 2018 ; Kerrouche, Lavignotte, 2020), la formation pour les élus apparaît comme une solution. Selon ses promoteurs, elle facilite l’exercice des charges locales en donnant aux élus les moyens de se mettre « au niveau » de leurs responsabilités tout en les accompagnant dans leur réinsertion professionnelle à l’issue du mandat.

C’est pour répondre à ce besoin que les élus locaux français disposent actuellement d’un double droit de formation (Camus, 2021). Le premier, issu de la Loi n° 92-108 du 3 février 1992, ouvre 18 jours par mandat, entièrement financés par les collectivités locales dans la limite de 20 % de l’env...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Camus, « Le recours des élus locaux à la formation à l’aune des déterminants institutionnels et biographiques »Formation emploi, 160 | 2022, 85-101.

Référence électronique

Pierre Camus, « Le recours des élus locaux à la formation à l’aune des déterminants institutionnels et biographiques »Formation emploi [En ligne], 160 | Octobre-Décembre, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/11024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.11024

Haut de page

Auteur

Pierre Camus

Docteur en sociologie, Université de Nantes, Centre Nantais de Sociologie (CENS – UMR 6025)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Le Céreq
  • Logo La documentation française
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search