Navigation – Plan du site

AccueilNuméros160Note de lecturePrésentation de l’ouvrage de Pris...

Note de lecture

Présentation de l’ouvrage de Prisca Kergoat, De l’indocilité des jeunesses populaires

Lucie Tanguy
p. 103-105
Référence(s) :

Prisca Kergoat, De l’indocilité des jeunesses populaires, (2022), Paris, La Dispute, 275 pages

Texte intégral

1Ce dernier ouvrage de P. Kergoat s’appuie sur ses travaux antérieurs (et ceux de ses collègues) qu’elle soumet à une relecture en modifiant son angle d’approche. Des analyses s’appliquant aux politiques de formation professionnelle, au fonctionnement des institutions, elle déplace la focale sur les pratiques et perceptions des élèves de lycée professionnel et des apprenti·es qui préparent un métier d’exécution. Cette jeunesse populaire, d’origine et de destinée ouvrières ou employé·es, demeure méconnue, bien que représentant 37 % des jeunes scolarisés au-delà de la classe de troisième ou de seconde générale.

2Elle est le plus souvent décrite sous l’angle de sa domination. L’ouvrage de C. Grignon, L’ordre des choses. Les fonctions sociales de l’enseignement technique (1971), qui compare cet enseignement à une entreprise de domestication, a fait date en la matière. C’est sur le même présupposé que repose l’analyse faite par C. Baudelot et R. Establet (1992) sur la meilleure réussite scolaire des filles (Allez les filles !). Celle-ci résulterait d’un habitus sexué de soumission et de docilité inculqué dès la prime enfance. Contre cette réduction de l’équation domination-soumission, P. Kergoat entend faire voir la diversité des pratiques que les jeunes, élèves et apprenti·es, mettent en œuvre pour faire face aux dominations dont ils et elles sont l’objet. C’est cet ensemble d’actions, de comportements, de colère ou compromis, qu’elle désigne par la notion d’indocilité.

3Pour ce faire, elle coordonne deux recherches collectives par questionnaire visant, l’une, les conditions de vie et d’études des filles et des garçons des lycées professionnels (soit 1073), l’autre, les discriminations d’accès à l’apprentissage en entreprise (au nombre de 1986). Les données ainsi collectées sont complétées par 43 entretiens auprès de 31 élèves et 12 apprenti·es. C’est dire que cette investigation repose sur une robuste documentation.

4La richesse des données ainsi collectées et analysées ne peut être rapportée dans un simple compte-rendu. On retiendra, en premier lieu, les changements qui sous-tendent le coeur du sujet et l’originalité de cet ouvrage : parmi eux, l’inversion de la hiérarchie d’une formation professionnelle dans l’appareil scolaire, instituée après la Seconde guerre mondiale, qui prime sur l’apprentissage en entreprise. Autre changement significatif : l’extension de l’apprentissage vers l’enseignement supérieur. Autant de transformations impulsées et financées par les politiques publiques de l’État et des régions à hauteur de quatre milliards qui s’ajoutent aux 1,8 milliards d’euros de la taxe d’apprentissage versés par les entreprises. Ces politiques ont eu pour effet de promouvoir l’apprentissage comme une chance d’accéder plus rapidement au travail : sept mois pour 66 % des apprenti·es contre 44 % pour les sortants de LP.

5Il n’existe que peu de sources disponibles sur l’accès à une formation par apprentissage, ce que Gilles Moreau appelle « le chiffre noir de l’apprentissage et de la statistique publique ». Pour calculer ce « chiffre noir », l’auteure a mené une enquête par questionnaire (auprès de 1989 élèves et apprenti·es) qui mesure la sélection opérée, fait voir les obstacles et les discriminations rencontrés dans l’accès à un contrat d’apprentissage. Cette enquête révèle combien l’apprentissage est devenu sélectif : « il ne manque pas de candidats, il manque plutôt de places ». Près d’un tiers (30 %) de la population des LP déclare avoir voulu accéder à l’apprentissage, mais n’a pu obtenir de place.

6Ces faits sont, pour partie, connus, mais le vécu de ces garçons et filles reste ignoré sous la notion d’« orientation » utilisée sous la forme active dans le langage administratif et sous la forme passive par les intéressé·es : « j’ai été orienté·e » signifiant par là qu’ils et elles l’ont subie comme une exclusion. Le récit fait par ces jeunes des situations et expériences éprouvées durant les processus d’orientation extériorise l’humiliation et l’injustice sociale ressenties. Ce jugement constitue le fil directeur que P. Kergoat déroule pour faire voir la fabrication d’une pensée indocile.

7Pour cela, elle distingue trois séquences : trouver sa place entre l’école et l’apprentissage ; trouver une place dans un univers difficile à déchiffrer ; faire sa place dans une communauté d’expériences. Au terme de ces trois premiers chapitres qui déploient les processus d’ » orientation », il apparaît que le sentiment d’injustice s’accroît au fil des expériences, s’aiguise lors de la recherche d’une place et fait naître une compréhension collective des rapports de domination dans lesquels ils sont insérés.

8La seconde partie s’applique à analyser « l’indocilité dans ses pratiques en situation de formation à l’école et au travail ». P. Kergoat le fait en s’inspirant de la perspective développée par les sociologues féministes qui, les premières, ont pensé la question du « consentement ». Cette perspective lui paraît heuristique pour examiner comment « pour les filles comme pour les garçons, les processus d’acculturation à la culture dominante traversent, bouleversent, renforcent ou déplacent les rapports de domination ». Les deux derniers chapitres rassemblent les variations des expériences accomplies et raisonnées par les filles et les garçons selon leur condition sociale, leur origine ethnique, leur lieu d’habitation, leur spécialité de formation. Les récits rapportés par ces jeunes mentionnent tous deux idées fortes : d’une part, le sentiment d’être dépossédés de leur jeunesse ; d’autre part, le rapport qu’ils et elles gardent envers leur culture familiale, lequel, ajouté à leurs expériences d’injustice, leur permet de s’écarter des modèles culturels dominants.

9« De l’indocilité des jeunesses populaires » est un ouvrage à références et de référence avec, remarquons-le, quelques répétitions. Cette notion d’indocilité interpelle le lecteur car peu utilisée dans la langue commune. Comment résumer l’originalité, la finesse de l’analyse de cet ouvrage autrement qu’en donnant la parole à ces jeunes :

« Il n’y a pas de sot métier, mais c’est les nuls qu’ils font dégager en pro »

« Je cherchais un stage du matin au soir. Toujours "non", "non", Alors que j’étais gratuite »

« Le monde des riens du tout »

« Il y a des racistes, Madame ! »

« Il faut apprendre à être un caméléon savant ».

10Et à son auteure :

« Loin d’être dupes ou de consentir, leurs pratiques d’insubordination, envers et contre tout, témoignent d’une relative autonomie de pratique et de pensée. C’est ce complexe de pratiques que j’ai théorisé en termes d’indocilité. »

11Sous cette notion, P. Kergoat met en débat une face cachée et ignorée des sociologues. Pourquoi avoir retenu ce terme plutôt que ceux de subversion, d’insubordination, d’insoumission ? Parce que, dit-elle, élèves et apprenti·es jonglent avec différents registres culturels, notamment les filles qui « savent faire semblant », tandis que les garçons s’opposent d’une manière plus frontale. Que cette notion soit adoptée ou non, elle invite à ouvrir des angles d’approche rarement mobilisés dans la littérature consacrée à ce domaine de questions sur la formation professionnelle de la jeunesse populaire. Par l’emploi de cette notion, Prisca Kergoat entend rappeler que « céder n’est pas consentir » et surtout faire connaître et reconnaître comment cette jeunesse fait face à sa domination pour conquérir une relative autonomie.

12En proposant de nouvelles perspectives d’analyses sur des questions vives du moment et en animant les controverses que celles-ci suscitent, Prisca Kergoat contribue à opposer une connaissance raisonnée à la polémique qui sévit dans ce domaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Tanguy, « Présentation de l’ouvrage de Prisca Kergoat, De l’indocilité des jeunesses populaires »Formation emploi, 160 | 2022, 103-105.

Référence électronique

Lucie Tanguy, « Présentation de l’ouvrage de Prisca Kergoat, De l’indocilité des jeunesses populaires »Formation emploi [En ligne], 160 | Octobre-Décembre, mis en ligne le 02 décembre 2022, consulté le 27 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/11227 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.11227

Haut de page

Auteur

Lucie Tanguy

Sociologue, directrice de recherche honoraire au CNRS, associée au laboratoire CRESPPA-GTM (Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris - Genre, Travail, Mobilités)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Le Céreq
  • Logo La documentation française
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search