Navigation – Plan du site

AccueilLa revueAppels à contributionTravailler les âges en profession...

Travailler les âges en professionnel·le

Appel à̀ articles pour la revue Formation Emploi
Proposé par Veronika Kushtanina et Constance Perrin-Joly
Articles attendus (nouveau délai au 12 septembre 2023), pour une publication début 2024

La pandémie mondiale de la Covid19 a amené à désigner tantôt les enfants comme des sources de propagation du virus (Preux, 2020), tantôt les plus âgé·e·s comme des personnes plus vulnérables à ce dernier (Balard, Corvol, 2020), participant à remettre les catégories d’âge sur le devant de la scène. Or, la “police des âges” (Percheron, 1991) mise en place par les politiques publiques, repose sur des professionnel·le·s pour définir les dispositifs, les prendre en charge, les encadrer ou se les réapproprier. Ce numéro spécial de Formation Emploi invite à interroger le travail de catégorisation et d’accompagnement des âges par les professionnel·le·s.

Pour ces professionnel·le·s, les politiques publiques d’encadrement des âges ont participé à la cristallisation du critère numérique d’âge pour délimiter les catégories d’âge comme “âge adulte”, “jeunesse” (Lima, 2008) et “vieillesse” (Guillemard, 2010), mais aussi d’“adolescent” et “jeunes adultes” (Pombet, 2021) ou travailleurs/chômeurs “jeunes” ou “âgés” (Caradec et al., 2009). Chaque âge est associé à des parcours de formation spécifiques marquant les frontières professionnelles (par exemple, dans le champ de la santé : pédiatrie ou gérontologie ; dans celui de l’éducation : certificat d’aptitude professionnel petite enfance ; diplôme de formation pour adultes…). Ce faisant, l’âge est à la fois central et intégré très tôt dans les pratiques de ces professionnel·le·s, mais peu interrogé par la recherche.

L’âge en tant qu’objet de l’activité de ceux et celles qui encadrent des passages d’âge est en effet un angle peu investigué de la sociologie, en premier lieu car la sociologie est elle-même segmentée par l’âge. Les recherches sont cloisonnées par thématique, elle-même d’emblée associée à une catégorie d’âge (Van de Velde, 2015). Les recherches sur la socialisation (Lignier, Pagis, 2017), sur l’école (Delalande, 2001) se concentrent ainsi sur les plus jeunes, croisant sociologie de l’enfance (Sirota, 2006), de la pré-adolescence (Diasio, Vinel, 2017) ou de la jeunesse (Galland, 1990 ; Mauger, 2010). La sociologie du travail a également produit un champ abondant de recherche sur l’âge au travail, mais à nouveau centré sur ses bornes : l'entrée dans la carrière (Mignot, Perrin-Joly, Sarfati, Vezinat, 2014) ou les aléas de sa fin (Burnay, 2013 ; Lefrançois, 2012), la catégorie d’âge s’impose car elle repose sur une “préexistance institutionnelle” ou une “préexistance pratique” des références à des âges particuliers à la recherche (Brossard, 2017).

Cependant, de plus en plus de chercheur·se·s appellent à construire une sociologie transversale des âges de la vie (Chamahian, Lefrançois, 2012 ; Van de Velde, op. cit.). Certaines études ont braqué les projecteurs sur les passages d’âge (Diasio, Vinel, op. cit. ; Galland, 2011 ; Mauger, 2015). Tous ces travaux laissent en revanche dans l’ombre l’âge comme catégorie pratique dans le travail, alors que nombre de professionnel·le·s accompagnent les différents groupes d’âge – personnel médical, éducatif, pédagogique, de la carrière, etc. À l’entrée de la vie, les spécialistes de l’enfance, les éducateur·trices·s, les enseignant·e·s, les animateur·trice·s (Voléry, 2014) et les médecins (Cozzi, Vinel, 2015) participent à encadrer l’adolescence et la jeunesse et à les amener vers l’âge adulte (Lima, 2016) tout comme à identifier des catégories nouvelles d’intervention censées rassembler des traits spécifiques comme les “jeunes adultes”. Puis, au cours de la carrière, les expert·e·s en insertion/réinsertion, les gestionnaires des ressources humaines lisent les parcours des travailleur·se·s qu’ils reçoivent à l’aune de normes des âges et des basculements vers le “trop vieux” (Burnay, 2008) ou du cantonnement dans le “trop jeune” (Boussard, 2017). Enfin, ceux et celles qui s’attèlent à accompagner le passage à la retraite (Guillemard, op. cit.), dans le parcours de vieillissement et jusqu'à la mort, participent à définir les critères de la vieillesse (Moulaert, 2013), ses différentes étapes (Piou, 2013 ; Moulias, Moulias et Busby, 2010) et ses modes de vie (Loffeier, 2015).

L’ensemble des catégorisations d’âge sont ainsi interprétées, travaillées, co-construites, appropriées, amendées par et dans les mondes professionnels dans l’interaction entre professionnel·le·s et “accompagné·e·s”. Nous proposons dans ce numéro thématique de s’y intéresser sous deux angles : celui de la professionnalisation des travailleur·se·s en charge d'accompagner des groupes d’âge ou des passages d’âges, d’une part (1), en accordant, lorsque cela est possible, une attention spécifique à la dimension de la formation ; et celui du travail quotidien des professionnel·le·s, d’autre part (2).

1 Normalisation des âges par des professions et dans le travail

Nous proposons dans cet axe d’interroger la manière dont les catégories d’âges sont mobilisées par différents groupes professionnels pour faire reconnaître leur juridiction (en tant que professionnel·le de tel passage ou de telle catégorie d’âge) (Abbott, 1988) : ceux et celles qui se présentent ou sont désigné·e·s comme des spécialistes de la “petite enfance”, de l’“enfance”, de l’“adolescence”, de la “jeunesse”, de “la vieillesse”, etc.…

Nombre de recherches en sociologie ont montré comment les politiques publiques ont construit les catégories d’âge (Guillemard, op.cit. ; Lima, 2016) ; toutefois, les professionnel·le·s interagissent avec d’autres champs proposant des définitions des âges. On pense bien sûr aux champs disciplinaires dont les professionnel·le·s se revendiquent (médecine, psychologie…), croisant parfois différentes approches. Le développement de secteurs marchands visant un public d’un âge particulier, par exemple “adolescent” ou “senior”, laisse à penser que le marché peut aussi constituer une ressource pour revendiquer une expertise spécifique selon un âge.

  • Sur quelles bases l’expertise sur une catégorie d’âge est-elle définie par les professionnel·le·s ? Quels critères utilisent-ils/elles pour définir cette catégorie et justifier ses spécificités (âge chronologique, âges légaux, changements du corps, des repères produits par d’autres institutions comme les étapes de la formation, par exemple, ou événements familiaux et professionnels, etc. ?

  • Dans quelles conditions la mission d’accompagner les passages d’âge est-elle considérée comme un travail, une profession ou une “occupation” au sens anglo-saxon ? Au-delà d’être un spécialiste d’une catégorie d’âge, les groupes professionnels s’inscrivent aussi dans une expertise disciplinaire (santé, éducation, sociale, psychologique…). Ainsi, les rapports de pouvoir entre ces savoirs et ceux et celles qui les portent jouent dans la surdétermination de certaines caractéristiques de classes d’âge (comme la jeunesse délinquante, la vieillesse malade…).

Nombre de professionnel·le·s tentent d’amener les personnes qu’ils/elles accompagnent à atteindre une norme implicite associée à leur âge ou à la catégorie de référence : “bien vieillir”, devenir (rester) “autonome”… Sur quelle base se construit cette norme implicite ? Comment distinguent-ils/elles les attitudes à adopter, les comportements “normaux” des comportements déviants, pour une catégorie d’âge ?

L’appartenance à une catégorie d’âge étant par définition temporaire, il convient d’analyser les transitions, lorsque les individus encadrés changent de catégorie : passage de la crèche à la maternelle, prise en charge médicale ou judiciaire des enfants devenus majeurs, passage à la retraite… Ces transitions peuvent être des points d’entrée heuristiques pour examiner les relations entre différent·e·s professionnel·le·s comme pour saisir comment les catégories d’âge se définissent les unes par rapport aux autres. Les seuils d’âge sont en effet des repères inégalement répartis. Ils sont, par exemple, plus nombreux pour scander la jeunesse, elle-même encadrée par de nombreuses institutions (les services de protection maternelle et infantile (PMI), la crèche, l’école, les hôpitaux pour enfants, la justice des mineurs…), alors que pour les adultes, les seuils d’âge sont plus labiles, comme les institutions qui les encadrent sont plus dispersées. Les découpages institutionnels des âges participent à faire des passages d’âge des moments délimités, voire brutaux, plutôt qu’un processus progressif, laissant le soin aux professionnel·le·s de se coordonner, de s’ignorer ou de s’affronter.

Cette approche interactionnelle des catégories amène aussi à interroger les catégories qui ne sont pas définies en tant que telles, comme l’âge adulte, souvent considéré comme une référence implicite pour les autres âges (Blatterer, 2007). Aucun·e professionnel·le ne s’en revendique le/la spécialiste, mais tous·tes, ou presque, vont affirmer la spécificité de leur objet par rapport à cette catégorie implicite, comme par exemple cela a été le cas de la pédiatrie dès sa constitution en branche à part de la médecine (Kottek, 1997). Dans quelle mesure les professionnel·le·s définissent-ils/elles une hiérarchie des catégories d’âge ? À l’inverse, certaines catégories d’âge sont-elles moins désirables à encadrer ? Selon quels critères ? Quelle division du travail pour quelle division des âges, et quelles formes de délégation du sale boulot (Hughes, 1996) peut-on alors observer ?

Ces représentations implicites ou revendiquées par la profession sont le résultat d’un long travail de construction et de transmission, nous invitant enfin à questionner la formation et la socialisation qui accompagnent l’entrée dans le métier.

  • Comment se transmettent les normes associées aux catégories d’âge dans chaque espace professionnel ?

  • Quelles formations ou qualifications émergent (existent ou s’affirment) pour faire reconnaître une expertise liée à l’accompagnement des âges ? Quels seuils mobilisent-elles ou comment définissent-elles des groupes d’âge ? Sur quelles expertises ou sur quels savoirs reposent-elles ?

  • Comment les catégories d’âge sont abordées dans les formations des professionnel·le·s qui ont vocation à travailler avec un spectre d’âges très large (médecins généralistes, travailleurs sociaux, etc.) ?

2 Travailler les âges à l’aune du parcours des professionnel·le·s et des “accompagné·e·s”

Nous invitons ici les auteur·e·s à analyser le travail concret de ceux et celles qui participent dans leur pratique à catégoriser les âges et les passages d’âge : professionnel·le·s de santé, psychologues, travailleur·se·s sociaux et enseignant·e·s, ceux et celles qui accompagnent les carrières professionnelles (professionnel·le·s des ressources humaines, de l’insertion, coach, etc.).

Ces catégories renvoient à des définitions variables selon la classe sociale (Court, 2017 ; Hummel, Burnay, 2017), la race présumée ou le genre des personnes accompagnées comme des professionne·le·s (Vinel, 2014) : comment les professionnel·le·s puisent-ils/elles dans leur propre expérience sociale pour définir et prendre en charge les passages d’âge ?

Ces catégories peuvent aussi varier dans le temps. C’est pourquoi il peut être intéressant d’intégrer dans l’analyse les parcours des professionnel·le·s (Perrin-Joly et Kushtanina, 2018). Etudier leurs mobilités, sociales ou professionnelles peut permettre d’identifier comment les circulations entre différents espaces, notamment professionnels, façonnent les manières de concevoir les âges et les caractéristiques associées. La familiarité avec une catégorie ou au contraire son étrangeté sont fonction de ces multiples expériences et favorisent potentiellement des hybridations des représentations.

D’une part, les professionnel·le·s peuvent être amené·e·s à bifurquer au cours de leur carrière, changeant ainsi de catégorie d’âge à accompagner. Comment l’expérience de différentes catégories amène à relativiser les critères mobilisés pour les définir, à construire des ponts ou au contraire à en renforcer les frontières ?

D’autre part, les politiques publiques tout comme les normes professionnelles évoluent. Par exemple, dans le contexte de la pandémie mondiale de la Covid19, comment les professionnel·le·s ont-ils/elles été amené·e·s à repenser, déplacer, faire évoluer les catégories d’âge et les catégorisations associées aux populations accompagnées ? Ces changements influencent potentiellement les pratiques selon le moment d’entrée dans le métier (Perrin-Joly, 2013, 2017), le type de formation reçue et les différents changements dans le travail expérimenté par les professionnel·le·s. Dans quelle mesure l’expérience professionnelle vient-elle modifier la socialisation initiale ? Dans quelle mesure peut-on identifier des effets de génération dans la définition des catégories d’âge et quel type de changement au sein de la profession favorise une potentielle segmentation générationnelle entre professionnel·le·s ?

Enfin, les professionnel·le·s font l’expérience de la parentalité, de différentes formes de jeunesse (la leur, celle de leurs enfants…) et du vieillissement. Être soi-même l’objet potentiel ou réel d’un traitement par l’âge peut participer à faire évoluer la manière dont ils/elles définissent ces catégories ou dont ils/elles les prennent en charge.

Dans le cadre de ce questionnement, nous serons particulièrement sensibles à la négociation autour des catégories, notamment aux espaces de discussion, contournement de ces assignations ou résistance des usagers et ce faisant, à leur participation à la co-construction des catégories d’âge. Des recherches analysant les différences entre les représentations des professionnel·le·s et l’expérience des accompagné·e·s et l’effet de leur confrontation seront appréciées.

Pour les deux axes proposés dans cet appel, et en complément de l’approche sociologique proposée, pensée à partir de terrains européens, nous encourageons des contributions de chercheur·se·s investissant des terrains extra-occidentaux, d’une part, et des travaux historiques, d’autre part, pour mettre en perspective les différents usages des catégories/passages d’âge et leur accompagnement (selon quels critères sont-elles/ils défini·e·s, notamment lorsqu’il n’y a pas de référence à un âge numérique ?..).

Consignes aux auteurs
Articles attendus (nouveau délai au 12 septembre 2023), pour une publication début 2024
Ils sont à envoyer à l’adresse suivante : fe@cereq.fr, en précisant dans l’objet « appel articles Travailler les âges en professionnel·le ».
Les articles devront respecter les normes de la revue et notamment la taille maximale (15 pages, 45 000 signes) (cf. note aux auteurs) :
https://journals.openedition.org/formationemploi/2611
Vous pouvez contacter si besoin en amont les coordinatrices qui assureront le suivi scientifique du dossier et les liens avec le rédacteur en chef et le comité de rédaction de la revue : Constance Perrin-Joly : cperrinjoly@gmail.com et Veronika Kushtanina : veronika.kushtanina@gmail.com

Bibliographie

Abbott A. (1988), The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labor, Chicago : The University of Chicago Press.

Balard F., Corvol A (2020), « Covid et personnes âgées : liaisons dangereuses », Gérontologie et société, vol. 42, n° 162, pp. 9-16.

Blatterer H (2007), Coming of age in times of uncertainty, Oxford, New York : Berghahn Books.

Boussard V. (2017), « Les dispositifs de gestion de la mobilité des cadres : reproduction des inégalités de carrière et découplage organisationnel » in Ganem V., Lafuma E. et Perrin-Joly C., Interroger les nouvelles formes de gestion des ressources humaines : dispositifs de personnalisation, acteurs et effets : regard pluridisciplinaire, Toulouse, Octarès.

Brossard B. (2017), « Prendre l’âge en considération dans les méthodes qualitatives. Une tentative d’explicitation », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, mis en ligne le 21 février 2017, consulté le 25 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/6013

Burnay N. (2013), « Aménagement des fins de carrière : entre reconfiguration des temps sociaux et transformations normatives », SociologieS. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4440

Burnay N. (2008), « Les paradoxes de l’âge au travail », Les politiques sociales, 3 & 4. http://www.lespolitiquessociales.org/PDF/vieillirautravail3&42008_intro.pdf

Caradec V., Poli A., Lefrançois C. (2009), « Les deux visages de la lutte contre la discrimination par l'âge », Mouvements, vol. 59, n° 3, pp. 11-23.

Chamahian A., Lefrançois C. (2012), Vivre les âges de la vie. De l'adolescence au grand âge, Paris, L’Harmattan.

Court M. (2017), Sociologie des enfants, Paris, La Découverte, « Repères ».

Cozzi D., Vinel V. (2015), “Risky, early, controversial. Puberty in medical discourses”, Social Science and Medicine, vol. 143, October, pp. 287-296.

Delalande J. (2001), La cour de récréation. Pour une anthropologie de l’enfance, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Diasio N., Vinel V. (2017), Corps et préadolescence - Intime, privé, public, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Galland O. (1990), « Un nouvel âge de la vie », Revue française de sociologie, n° 31-4, pp. 529-55.

Galland O. (2011), Sociologie de jeunesse, Paris, Armand Colin.

Guillemard A-M. (2010), Les défis du vieillissement. Age, emploi, retraite, perspectives internationales, Paris, Armand Colin.

Hummel C., Burnay N. (2017), Vieillissement et classes sociales, Peter Lang.

Hughes Everett C. (1996), Le Regard sociologique. Essais sociologiques, Éditions de l’EHESS.

Kottek S. (1997), « Quelques remarques sur les prémices de la pédiatrie au XVIIIe siècle », Histoire des sciences médicales, n° 31(3-4), pp. 359-367.

Lefrançois C. (2012), « Les chômeurs « âgés » et leur âge. Réactions individuelles à la catégorisation par l’âge », dans Chamahian A., Lefrançois C., Vivre les âges de la vie. De l'adolescence au grand âge, Paris, L’Harmattan, pp. 111-134.

Lignier W., Pagis J. (2017), L’enfance de l’ordre. Comment les enfants perçoivent le monde social, Paris, Le Seuil.

Lima L. (2016), Pauvres jeunes. Enquête au cœur de la politique sociale de jeunesse, Nîmes, Editions Champ social.

Lima L. (2008), Le temps de la prime insertion professionnelle : un nouvel âge de la vie, Paris, PUF.

Loffeier I. (2015), Panser des jambes de bois ? La vieillesse, catégorie d’existence et de travail en maison de retraite, Presses universitaires de France, Paris.

Mauger G. (2010), « Jeunesse : essai de construction d’objet », Agora débats/jeunesses, 56(3), pp. 9-24.

Mauger G. (2015), Âges et générations, Paris, La Découverte.

Mignot-Gérard S., Perrin-Joly C., Sarfati F., Vezinat N. (2014), Entrer dans la banque. Parcours et ressources sociales d’étudiants « de banlieue » en alternance. http://www.cee- recherche.fr/publications/rapport-de-recherche/entrer-dans-la- banque-par-la-voie-de- l’alternance

Moulaert T. (2013), Gouverner les fins de carrière à distance. Outplacement et vieillissement actif en emploi, vol. 9, Bruxelles, Peter Lang, coll. « Action publique ».

Moulias R., Moulias S. & Busby F. (2010), « Edito. La ‘bientraitance’ : qu'est-ce que c'est ? », Gérontologie et société, vol. 3 /133(2), pp. 10-21.

Percheron A. (1991), « Police et gestion des âges », in Percheron A. et Rémond R. (Dir), Age et politique, Paris, Economica.

Perrin-Joly C. (2013), « Faire carrière dans le transport : les différentes perspectives générationnelles », in Burnay N, Ertul S, Melchior J.-P., Parcours sociaux et nouveaux desseins temporels, Louvain, Editions Academia-L’Harmattan.

Perrin-Joly C. (2017), « Exclure et protéger : Effet d’organisation et du métier sur le parcours des salariés du transport », Retraite et société, n° 77, pp. 109-128. https://doi.org/10.3917/rs1.077.0109

Perrin-Joly C., Kushtanina V. (2018), « La composition biographique. Quels effets des choix conceptuels pour saisir les temporalités ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, n° 49-2, pp. 115-134.

Piou O. (2013), « Edito », Gérontologie et société, vol. 6 / 145(2), pp. 8-11. doi :10.3917/gs.145.0008.

Preux P.-M. (2020), Coronavirus : « les enfants, vecteurs de transmissions », p. 3. hal-02507555

Pombet T. (2021), « Soutenir l’autonomisation des adolescent·e·s et des jeunes adultes atteint·e·s de cancer : savoirs « psy » et travail de normalisation », Anthropologie & Santé [En ligne], 23 | 2021, mis en ligne le 22 octobre 2021, consulté le 02 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/anthropologiesante/10015

Sirota R. (2006), Éléments pour une sociologie de l’enfance, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Van de Velde C. (2015), Sociologie des âges de la vie, Paris, Armand Colin.

Vinel V. (2014), « Controverses médicales autour de la puberté : précocité féminine et invisibilité masculine », Revue des sciences sociales n° 51 [En ligne].

Voléry I. (2014), “Gouverner la sortie de l’enfance par ses marges ?”, Revue des sciences sociales, n° 51 [En ligne].

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search