Navigation – Plan du site

AccueilNuméros164La médiation numérique à l’épreuv...

La médiation numérique à l’épreuve de ses référentiels

Digital mediation in regard to its referential systems
Die digitale Mediation auf dem Prüfstand ihrer Referenzsysteme
La mediación digital, a prueba de sus referenciales
Julie Denouël et Fabien Granjon
p. 43-63

Résumés

Nous souhaitons ici explorer les relations entre travail et référentiels à partir du champ professionnel de la médiation numérique et d’un type de référentiel (les référentiels emploi activités et compétences – RéAC) qui, l’un et l’autre, ont été peu étudiés jusqu’ici. Dans ce cadre, nous examinerons plus spécifiquement les rapports entre certification, métier et professionnalisation d’une communauté de travailleurs. L’analyse porte sur l’évolution des quatre RéAC de la médiation numérique et, ce faisant, sur les dynamiques professionnelles internes (from within) et externes (from above) qui concourent à l’infléchissement du contenu des référentiels de ce champ. Ces référentiels peuvent être alors considérés comme des soutiens à la professionnalisation et des vecteurs de déprofessionnalisation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Désormais RéAC. 

1Dans cet article, nous souhaitons porter l’attention sur une catégorie de référentiel et un champ professionnel qui, pour l’heure, ont été peu, voire pas documentés. Intéressés par les rapports entre certification, métier et transformation d’une communauté de travailleurs, nous proposons d’analyser l’évolution des référentiels emploi activités et compétences1 de la médiation numérique. Cette dernière décrit un champ d’activités qui, dans un contexte de numérisation de la société, de dématérialisation des démarches de service public et d’augmentation des inégalités sociales et numériques (Granjon et al., 2009 ; Denouël et Granjon, 2011 ; Granjon, 2022), a pour missions principales l’accompagnement et la formation aux usages numériques à des fins d’inclusion numérique et sociale.

  • 2 Nous renvoyons ici aux travaux portant sur les référentiels d’activités, de compétences, de diplôme (...)

2Cette contribution est organisée en trois parties. En premier lieu, il s’agira de caractériser le champ de la médiation numérique en France, en exposant les conditions sociales, économiques et politiques qui ont été au principe de son développement. Ces éclairages nous permettront de préciser la place que les RéAC occupent dans l’évolution de la médiation numérique. Nous nous intéresserons ensuite à cette catégorie précise de référentiels, rappelant qu'ils n’ont pas encore été étudiés, alors même que de nombreuses autres formes de référentiel ont fait l’objet de travaux importants2. Dans cette deuxième partie, nous décrirons les modes spécifiques de conception et de révision des RéAC, puis nous proposerons d’appréhender le rôle qu’ils sont susceptibles de jouer dans la structuration de cette communauté professionnelle, toujours considérée comme émergente après trente ans d’existence et dont les activités d’accompagnement et de formation aux usages numériques, au cœur de sa professionnalité, sont diversement reconnues (Porte, 2017).

3Prenant appui sur les apports de la sociologie française des professions (Demazière et Gadéa, 2009 ; Champy, 2012), l’analyse qui sera livrée dans la dernière partie aura pour objectif de caractériser l’évolution du contenu des quatre RéAC qui ont été élaborés depuis le début des années 2000 pour la médiation numérique. La focale sera notamment resserrée sur le dernier millésime du référentiel, afin de questionner les dynamiques professionnelles respectivement interne, endogène (from within) et externe, exogène (from above) (Evetts, 2003). Ces dynamiques sont au fondement de la révision de ce référentiel, notamment pendant les étapes de préparation et de validation en commission professionnelle consultative. In fine, cette étude sera l’occasion d’une discussion sur le rôle potentiellement ambivalent des référentiels emploi activités et compétences pour le champ de la médiation numérique, tout à la fois soutiens de la mobilité professionnelle de ses acteurs de terrain et vecteurs de déprofessionnalisation de ses métiers.

Encadré 1. Méthodologie
Cet article s’appuie sur une enquête qualitative que nous avons conduite entre 2017 et 2020. Celle-ci a conjugué des observations dans différents lieux de médiation numérique de la région Bretagne (espaces publics numériques, centres d’action sociale, bibliothèques, mairies, maisons de service au public, situés en zones urbaine, péri-urbaine et rurale), des entretiens semi-directifs avec des médiateurs numériques d’anciennetés et de statuts divers, localisés dans différentes régions de France, et un travail d’analyse documentaire.
Les entretiens ont porté sur l’évolution de leurs conditions d’emploi et de travail au regard des organismes employeurs, de leurs contrats et de leurs fiches de poste, de l’explicitation des projets, activités et tâches réalisés dans le temps et de l’évolution des référentiels de certification professionnelle. Ces données ont été complétées par un entretien avec l’ingénieur de formation de l’Agence Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA), ancien médiateur numérique, qui a été mandaté par le ministère du Travail pour préparer la révision du titre « Responsable d’espace de médiation numérique » (REMN) en 2019. Cet entretien a permis d’aborder les motifs et les modalités d’arbitrage au fondement de la conception du titre et de ses révisions ultérieures ainsi que le travail d’enquête et la posture engagée par ce professionnel dans ce processus institutionnel spécifique.
Les données documentaires sélectionnées pour l’étude rassemblent les quatre référentiels de la médiation numérique (*) et l’argumentaire de révision du dernier titre professionnel, accessibles sur le site de France compétences (*) Voir https://www.slideshare.net/​epnrhonealpes/​carnet-de-la-mdiation-numrique-septembre-2011.

1 Le champ professionnel de la médiation numérique

  • 3 Proposée par la Coopérative de la Médiation Numérique en 2015, cette définition a donné lieu à cont (...)

4Apparue dans les années 1990 dans des espaces d’éducation populaire et des clubs informatique proposant des ateliers d’accompagnement aux usages télématiques, ce que l’on appelait alors l’« animation multimédia » devient la « médiation numérique » en 2011, à l’occasion des Premières Assises de la Médiation Numérique. Aujourd’hui, la médiation numérique est généralement caractérisée à l'aune de la définition établie en 2015 par la Coopérative de la Médiation Numérique, à savoir « la mise en capacité de comprendre et de maîtriser les technologies numériques, leurs enjeux et leurs usages, [afin de] développer la culture numérique de tous, pour pouvoir agir dans la société numérique ; elle procède par un accompagnement qualifié et de proximité des individus et des groupes (habitants, associations, entreprises, élèves, étudiants, parents, professionnels...) dans des situations de formation tout au long de la vie facilitant à la fois l’appropriation des techniques d’usage des outils numériques et la dissémination des connaissances ainsi acquises ; elle est donc au service, notamment, de l’inclusion numérique »3.

5Ce champ d’activités, fondé au départ sur des engagements principalement amateurs et bénévoles, va être mobilisé par les pouvoirs publics, à partir de la fin des années 1990. Il s’agissait de contribuer à la mise en œuvre de différents plans nationaux et territoriaux visant à réduire ce qui, à l’époque, est encore désigné par le syntagme fracture numérique (Granjon, 2022) : dans le cadre des programmes de création des « espaces publics numériques » au début des années 2000 ; dans le cadre des programmes de développement des tiers-lieux et des fablabs4 dix ans plus tard ; et, suite à la crise sanitaire, dans le cadre du nouveau plan d’inclusion numérique porté par le ministère de la Cohésion et des Territoires et du Secrétariat chargé de la Transition numérique, impliquant la mobilisation de 200 millions d’euros du Plan de Relance afin de financer la formation et l’activité de 4 000 conseillers numériques sur l’ensemble du territoire français, dès 2021. Précisons également que la mise en œuvre de chacun de ces programmes a été associée à des politiques volontaristes de recrutement de jeunes dits « éloigné·e·s de l’emploi ». Ainsi, depuis leur émergence à la fin des années 1990, les dispositifs d’emploi aidé5 ont été les principaux supports de la salarisation précaire des activités de médiation numérique : le dispositif « nouveaux services – emplois jeunes en 1997 »6, puis le programme » 2 000 emplois d’avenir en espace public numérique en 2012 »7 et le dispositif « 4 000 conseillers numériques-France Services » en novembre 2020 »8.

6Dans le même mouvement, chaque nouveau programme d’inclusion numérique articulé à un dispositif d’emploi aidé s’est accompagné de nouveaux emplois-types (Turet et Oulahbib, 2017) ou d’un nouveau titre professionnel (associé à un nouveau RéAC), dont l’élaboration a été soutenue et guidée par les agences ministérielles en charge de ces programmes : par la MAPI (Mission d’Accès Public à Internet) au début des années 2000, par la DUI (Délégation aux Usages d’Internet) dans les années 2010 et, aujourd’hui, par la Banque des Territoires et le programme Société Numérique de l’ANCT (Agence Nationale de Cohésion des Territoires). C’est ainsi que le titre professionnel d’« animateur en technologie de l’information et de la communication » des années 2000 a été remplacé par celui de « conseiller et assistant en technologie de l’information et de la communication » quelques années plus tard. Lequel a été converti en « conseiller médiateur numérique » au milieu des années 2010, lui-même renommé, en 2019, « responsable d’espace de médiation numérique ». Un prochain titre et un prochain RéAC sont annoncés afin d’accompagner la mise en œuvre du dispositif « France Services-conseiller numérique » et d’enrichir l’offre de certification des métiers de la médiation numérique.

7Malgré la révision régulière des titres professionnels et la publication de plusieurs chartes et rapports précisant les missions de la médiation numérique à des fins d’inclusion numérique et sociale (Camani et Verdier, 2014 ; Vall, 2018), le mandat des médiateurs numériques demeure très hétérogène et, après presque trente ans d’existence, la communauté de la médiation numérique peine encore à faire reconnaître la spécificité de ses métiers et de son expertise professionnelle :

« J’ai démissionné parce que je n’en pouvais plus d’être traitée mal et de pas être reconnue pour ce que je faisais, de jouer les pompiers pour tout un tas de situations qui n’ont rien à voir les unes avec les autres, mais qu’il faut débloquer. Faut savoir tout faire et on était traité comme si on savait rien faire » (médiatrice, 28 ans, bac + 2, cinq ans d’ancienneté dans le métier, Rhône).

8Cette situation s’observe d’ailleurs sur le terrain où l’on constate que les personnes en charge des activités de médiation numérique présentent des statuts, des profils et des rapports à ces activités pour le moins variés. On repère ainsi des professionnels salariés avec divers intitulés de poste : « médiateur numérique », « animateur multimédia en espace public numérique », « fab manager » ou « animateur/facilitateur de tiers-lieu » ; ces professionnels pouvant être certifiés ou diplômés de formations liées à la médiation numérique, être issus d’autres secteurs professionnels comme celui du développement web ou avoir tout simplement « appris sur le tas » :

« Quand j’ai commencé en Bretagne, c’était pas vraiment mon domaine. J’étais un geek, mais j’étais pas formé du tout pour faire ça. Mon collègue, c’était pareil. On avait des parcours chaotiques ‘‘touche-à-tout’’, un peu en rapport avec nos missions, mais un peu seulement. On a dû inventer et faire nous-mêmes notre fiche de poste » (médiateur, 45 ans, bac + 5, vingt ans d’ancienneté dans le métier, Bouches-du-Rhône).

9On découvre également des personnes bénévoles, de jeunes adultes (peu ou pas formés) en mission de service civique, mais aussi d’autres professionnels de la relation à autrui, comme les travailleurs sociaux, qui voient la médiation numérique pénétrer leur périmètre fonctionnel sans que cela soit clairement objectivé, sans qu’ils le souhaitent véritablement et sans être toujours accompagnés pour ces nouvelles dimensions de leur travail :

« Pour moi, un médiateur numérique, c’est un formateur pour adultes, mais pas que, un médiateur scientifique, mais pas que, un médiateur culturel, mais pas que, un médiateur social, mais pas que, un animateur socio-culturel, mais pas que, un conseiller en insertion professionnelle, mais pas que... C’est une espèce de Frankenstein de tout ça, mais je pense que les plus gros et les plus beaux morceaux, ils se situent dans la notion de médiation, d’accompagnement. L’avenir de la médiation numérique est dans la médiation, pas dans le numérique » (ancien médiateur numérique, 46 ans, bac + 5, Paris).

10À l’instar de la médiation sociale il y a quelques années (Divay, 2005), les acteurs de terrain considèrent que la professionnalisation et la reconnaissance de leurs activités, de leur métier et de leur champ progresse à pas (trop) lents :

« La vérité, c’est que ça n’a pas trop évolué depuis que j’ai commencé, y a quasi vingt ans. J’ai une formation de niveau Master faite à Limoges, mais j’ai jamais eu la rémunération qui va avec. Faut être passionnée, sinon tu pleures. On peut dire que ça s’est amélioré, mais c’est quand même pas terrible. Les salaires sont bas, mais c’est très exigeant comme job » (médiatrice, 44 ans, bac + 3, dix-huit ans d’ancienneté dans le métier, Haute-Vienne).

11Plusieurs phénomènes, de registres assez variés, semblent également contribuer à cette situation :

  • un champ d’activités composite et fragmenté en proximité ou frottement avec de nombreux métiers (travail social, animation socio-culturelle, accompagnement socio-éducatif, etc.) dont les frontières et les missions évoluent avec le développement du numérique et la dématérialisation des services et notamment des administrations ;

  • une augmentation des offres de formation professionnelle assurées par des acteurs issus du secteur de l’économie numérique qui orientent progressivement le contenu des programmes vers des dimensions techniques et gestionnaires, au détriment des dimensions socio-éducatives d’accompagnement et de formation aux usages numériques, en lien avec les enjeux de lutte contre les inégalités sociales et numériques ;

  • une lecture plurielle des actions et des enjeux de la médiation numérique par les organismes recruteurs ;

  • des modalités de recrutement fondées sur des dispositifs d’emploi atypiques et précaires ;

  • un niveau de qualification peu élevé pour des activités potentiellement de plus en plus complexes ;

  • une intervention forte des pouvoirs publics qui mobilisent la médiation numérique selon des orientations diverses ;

  • un manque de représentativité professionnelle ou syndicale dans les commissions institutionnelles, notamment dans les commissions professionnelles consultatives ;

    • 9 Il n’existe, pour l’heure, aucune enquête, à l’échelle territoriale ou nationale, permettant d’obje (...)

    une absence de cartographie précise des dispositifs, des activités, des acteurs et des emplois de la médiation numérique sur le territoire national9 ;

  • des référentiels qui, en dépit de leurs révisions régulières, peinent à créer des correspondances entre les compétences référencées, le travail effectué sur le terrain et les conditions d’emploi réelles.

12C’est précisément ce dernier point que nous souhaitons analyser plus finement, à partir d’un examen des caractéristiques et des enjeux des RéAC ainsi que des dynamiques de professionnalisation qu’ils contribuent à formaliser pour les acteurs et le champ de la médiation numérique.

2 Caractéristiques et enjeux des référentiels emploi activités et compétences

  • 10 Cette configuration en blocs a pour objectif de permettre à une personne candidate au titre de pouv (...)

13Qu’est-ce qu’un référentiel emploi activités et compétences exactement ? Les RéAC ont pour particularité d’être rattachés à des titres professionnels, certifications d’État élaborées et délivrées par le ministère du Travail. Les titres professionnels sont vus comme un moyen, pour des personnes pas ou peu qualifiées, d’acquérir des compétences professionnelles spécifiques et de favoriser l’accès à l’emploi ou l’évolution professionnelle. Ainsi, chaque titre est associé à un niveau de qualification : de niveau 3 (correspondant au CAP ou certificat d’aptitude professionnelle) à niveau 8 (correspondant au doctorat). Chaque titre repose ainsi sur deux référentiels : un référentiel emploi activités et compétences (RéAC) – qui est organisé en blocs de compétences dénommés certificats de compétences professionnelles (CCP) pouvant être complétés par des certificats complémentaires de spécialisation (CCS)10 – et un référentiel de certification (RC) qui décrit le dispositif et les modalités d’évaluation pour l’obtention du titre.

14Si l’on s’intéresse aux processus de conception, de validation et de mise en œuvre d’un titre professionnel, force est de constater qu’ils sont d’une relative complexité en raison, notamment, de l’intervention d’une diversité d’entités et d’acteurs institutionnels qui entretiennent entre eux différents types de lien. Dans ce contexte, la Délégation Générale à l’Emploi et à la Formation Professionnelle (DGEFP) du ministère du Travail a un rôle central en tant qu’elle pilote et contrôle les processus de création, de révision ou de suppression d’un titre professionnel. Pour ce faire, elle s’appuie sur l’Agence Nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes (AFPA11), et plus particulièrement les ingénieurs de formation de ses bureaux d’étude, qu’elle mandate pour effectuer un examen régulier des titres professionnels12 à partir de « notes de synthèse de veille ». Prenant appui sur les recommandations émises dans ces notes, la DGEFP décide ou non d’engager une procédure de création, de révision ou de suppression d’un titre professionnel. Dans le cas de figure d’une création ou d’une révision, elle mandate les bureaux d’études de l’AFPA pour effectuer une enquête sur le travail existant et rédiger, à partir de l’analyse des données recueillies, une première version du RéAC accompagnée d’un argumentaire. Cet argumentaire présente les conditions et enjeux d’évolution du titre professionnel, le contexte de l’examen du titre, la liste des activités, une vue synoptique de l’emploi-type, des fiches « activités types », des fiches « compétences professionnelles », et des fiches « compétences transversales » de l’emploi. Au terme de cette enquête préalable, la DGEFP convoque les membres d’une des onze Commissions Professionnelles Consultatives (CPC) qui se réunissent alors en groupe de travail13, afin de décider de la création, de la révision ou de la suppression de titres, de formaliser le contenu du RéAC et du RC de chaque titre, puis de valider leur enregistrement dans le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP).

15Les titres professionnels ratifiés par la CPC et la DGEFP sont ensuite publiés par arrêté ministériel au Journal Officiel et rendus accessibles sur le site de France compétences, autre institution publique qui a notamment en charge le suivi et l’actualisation du RNCP. Précisons enfin que la mise en œuvre des sessions d’examen pour l’obtention d’un titre ou d’une partie d’un titre est organisée par des centres de formation qui ont été préalablement agréés pour une durée déterminée par la Direction Régionale de l’Économie, de l’Emploi, du Travail et des Solidarités (DREETS).

16À la lecture des processus qui autorisent la conception, la révision et la mise en œuvre d’un titre professionnel, il apparaît que ceux-ci reposent sur un ensemble d’interactions entre des acteurs et des entités dont les motifs, les intérêts et les objectifs sont multiples. Aussi sont-ils susceptibles d’être l’objets d’épreuves au sens pragmatique du terme, i.e. de controverses qui finissent par être tranchées par un accord-compromis fixant la norme.

  • 14 Fondés sur une pluralité d’orientations disciplinaires, théoriques et méthodologiques (sociologie, (...)

17Ces observations sont à mettre en lien avec les résultats des nombreux travaux publiés sur les référentiels ces dernières années. Si les RéAC n’y apparaissent pas, d’autres formes de référentiel ont été en revanche largement documentées : des référentiels d’activités, de compétences, de diplôme, d’emploi, d’évaluation, de formation, etc.14

18De cet ensemble, nous retenons deux voies de recherche qui offrent des appuis utiles pour structurer l’analyse des RéAC de la médiation numérique. La première invite à examiner chaque forme de référentiel à l’aune du contenu, des objectifs et des fonctions qui lui sont affectés, tout en veillant à prendre en compte son contexte d’actualisation (notamment professionnel) ainsi que les usages normatifs dont le référentiel peut être l’objet et/ou le vecteur. Cette première approche permet de considérer la conception des référentiels comme un processus potentiellement complexe, non linéaire, traversé de controverses et d’épreuves qui sont plus ou moins souhaitées, discutées et favorables à la reprise en main, par les professionnels, de l’avenir de leur domaine d’activité, voire de leur métier. Parce que les référentiels apparaissent comme des objets non neutres, une seconde voie de recherche vise à s'intéresser aux processus d’élaboration, et notamment aux guides, aux démarches, aux activités, aux profils des personnes mobilisées pour créer les référentiels, ainsi qu’aux jeux d’acteurs au travers desquels la conception des référentiels s’accomplit et leur contenu est formalisé et validé. Avec cette seconde perspective, il devient possible de questionner les correspondances qui peuvent prendre forme entre travail vécu et description instituée, activités professionnelles (projetées ou réelles) et compétences référencées, certification/qualification et emploi, formalisation d’un métier et mobilité professionnelle, perspectives des travailleurs et attendus des organismes employeurs ou formateurs.

19Ces deux approches issues de la sociologie des référentiels seront mobilisées pour aborder les modalités de conception et l’évolution du contenu des référentiels de certification professionnelle de la médiation numérique. Cependant, il nous semble nécessaire de les mettre en regard des enjeux de professionnalisation dont les RéAC sont aussi porteurs. Telle que nous l’appréhendons, la professionnalisation concerne les processus « d’émergence, de différenciation et d’autonomie [...] et, plus largement, [les] mouvements diversifiés, ambigus et contradictoires de transformation des activités professionnelles » (Demazière, 2009, p. 85). Elle renvoie aux recherches en sociologie des groupes professionnels analysant ces derniers « non comme [des] ensemble[s] fermé[s], protégé[s] et codifié[s], mais comme [des] entité[s] plus problématique[s] : rassemblant des travailleurs exerçant une activité ayant le même nom mais dont la visibilité, la reconnaissance et la légitimité sociales [ne sont pas toujours] assurées et dont la cohésion, l’organisation et la force internes [pas nécessairement] établies » (Dubar et Tripier, 1998, p. 17). Cette autre voie de recherche nous invite à saisir les multiples dynamiques professionnelles (pas nécessairement linéaires, simultanées, coordonnées ou cohésives) au travers desquelles un groupe professionnel se (re-dé-trans)forme : celles qui, from within (de l’intérieur), sont initiées et engagées par les travailleurs concernés ou leurs représentants (professionnels ou syndicaux) et celles qui, from above (de l’extérieur), sont impulsées et conduites par des acteurs externes – responsables institutionnels, instances de validation professionnelle, organismes de formation, cadres hiérarchiques, autres professionnels en proximité/en interface, clients ou destinataires de l’activité, etc. (Evetts, 2003). Partant, l’analyse de ces dynamiques permet de porter attention aux jeux d’acteurs (et potentiels rapports de force) qui s’opèrent entre les différentes entités en présence et qui participent de la (dé)construction, (re)structuration, défense, régulation, autonomisation ou reconnaissance d’une communauté professionnelle.

3 Des RéAC au service de la professionnalisation du champ de la médiation numérique ?

20C’est donc à partir de ces deux approches théoriques, relevant, d’une part, de la sociologie des référentiels et, d’autre part, de la sociologie des groupes professionnels, que nous proposons d’examiner plus avant les référentiels emploi activités et compétences de la médiation numérique. Après avoir caractérisé le contenu des quatre millésimes et identifié les évolutions et les tensions qu’ils génèrent, il s’agira de questionner les dynamiques professionnelles from whithin et from above qui les traversent, en étant notamment attentifs au travail de l’ingénieur de formation de l’AFPA (en charge de la révision du titre) et de la CPC (en charge de la validation de la révision). In fine, cette analyse nous permettra de discuter le rôle potentiellement ambivalent des RéAC dans la professionnalisation du champ de la médiation numérique.

3.1. Évolution des référentiels emploi activités et compétences de la médiation numérique

  • 15 Nous présentons les quatre référentiels de certification professionnelle tels qu’ils sont publiés s (...)

21Observons le contenu des RéAC des quatre titres professionnels de la médiation numérique, dans leur ordre de publication au RNCP, depuis le début des années 200015.

Tableau 1. Contenu des RéAC (emploi activités et compétences) des quatre professionnels de la médiation numérique

RNCP - Animateur·eur·rice en technologies de l'information et de la communication (ATIC) - 2002

Niveau de qualification 

4

Référentiel d’activités et de compétences

Animer un espace multimédia.
Accueillir le public dans un espace multimédia ; analyser les demandes et les besoins des utilisateurs, les assister et leur offrir un soutien pédagogique ; mettre en place et animer des sessions d’initiation, des ateliers thématiques ; organiser l’espace, les flux, les plannings et les horaires ; proposer des projets et identifier des événements. Identifier des événements potentiels et négocier avec des partenaires ; faire respecter les règles juridiques en vigueur et les règles de sécurité.

Assurer la gestion opérationnelle d’un espace multimédia
Maintenir un espace multimédia ; installer et mettre en service le matériel multimédia et les différentes applications ; gérer le parc informatique ; réceptionner et tester le fonctionnement du matériel ; organiser son travail seul ou avec une équipe ; assurer la veille technique et technologique.

RNCP 4537 _Conseille·r·ère et assistant·e en technologies de l’information et de la communication (CATIC) - 2005

Niveau de qualification

4







Référentiel d'activités et de compétences

Accompagner et former aux TIC à domicile ou dans des lieux collectifs.
Animer et modérer des réseaux sociaux et collaboratifs numériques ; analyser les demandes et les besoins des utilisateurs ; mettre en œuvre une assistance pédagogique auprès de particuliers ; préparer et animer des sessions d’initiation, des ateliers thématiques ; établir une relation commerciale et de service avec les utilisateurs ou dans le cadre de partenariats ; informer les publics sur les règles juridiques de l’utilisation du Web en vigueur ; organiser ses activités.

Assister les particuliers dans la gestion opérationnelle d'un équipement multimédia et l'assurer dans des lieux collectifs.
Assurer une veille technique et technologique ; installer et mettre en service les matériels et les logiciels, en conformité avec les normes d'utilisation et les règles de sécurité électrique ; prévenir, localiser et diagnostiquer les dysfonctionnements, y remédier ou préconiser des solutions alternatives ; accompagner et conseiller techniquement l'utilisateur en intégrant les données liées à sa situation ; installer et paramétrer un ensemble de matériels multimédias au sein d'un réseau domestique.

RNCP 26573- Conseiller·e médiat·eur·rice en numérique (CMN) - 2016

Niveau de qualification

5








Référentiel d'activités et de compétences

Accompagner différents publics vers l’autonomie, dans les usages des technologies, services et médias numériques.
Assurer l’accueil et l’information des différents publics dans le cadre d’une structure ou lors d’une action de médiation numérique ; établir un programme d’actions de médiation pour faciliter l’appropriation des usages et outils numériques à destination des particuliers ou d’une entreprise ou d’un territoire ; mettre en œuvre des actions de médiation individuelles ou collectives auprès d’utilisateurs dans un environnement numérique ; produire des supports pédagogiques ou de communication.

Assister les utilisateurs dans des espaces collaboratifs et/ou de fabrication numérique.
Contribuer à la définition et à l’animation de projets collaboratifs et/ou de partenariats dans un environnement numérique ; assister techniquement différents publics et entreprises dans l’utilisation de machines et outils numériques ; assurer la gestion et le premier niveau de maintenance du matériel numérique.Collaborer à la valorisation numérique d’un territoire, d’une entreprise ou d’un projet.

Mesurer la présence numérique d’un territoire, d’une entreprise ou d’un projet ; développer et valoriser la présence numérique d’un territoire, d’une entreprise ou d’un projet ; favoriser la réputation et/ou la cohésion au sein d’une communauté numérique ; produire et diffuser des savoirs et des données d’un territoire, d’une entreprise ou d’un projet.

RNCP 34137 - Responsable d’espace de médiation numérique (REMN) - 2019

Niveau de qualification

5

Référentiel d'activités et de compétences

Accompagner différents publics vers l’autonomie dans les usages des technologies, services et médias numériques.
Élaborer des programmes d’actions de médiation facilitant l’appropriation des savoirs et des usages numériques ; concevoir et produire des ressources pédagogiques et documentaires pour différents supports ; accueillir différents publics, les informer et proposer des actions de médiation numérique ; préparer et animer des actions de médiation individuelles et collectives dans différents environnements numériques.

Contribuer au développement d’un espace de médiation numérique et de ses projets.
Effectuer un diagnostic de territoire des besoins numériques ; contribuer au développement et à la pérennité financière d’un espace de médiation numérique ; développer des partenariats et des collaborations avec des acteurs du territoire ; promouvoir un espace de médiation numérique et ses projets par une communication multicanal interne et externe.

Contribuer à la gestion d’un espace de médiation numérique et animer ses projets collaboratifs.
Contribuer au suivi administratif et comptable d’un espace de médiation numérique ; assurer l’entretien et la maintenance du matériel numérique d’un espace de médiation numérique ; faciliter et accompagner des projets collaboratifs dans des communautés physiques et à distance.

Source : France compétences à l’automne 2023 : https://www.francecompetences.fr/​recherche/​rncp/​34137/​

22L’observation transversale du contenu de ces référentiels nous permet de dresser trois constats : un reformatage des intitulés des titres, une hausse du niveau de qualification et un élargissement progressif des champs d’activité.

23Partant d’« Animant·eur·rice en technologies de l’information et de la communication » (ATIC) en 2002, pour aller vers « Conseiller·e et assistant·e en technologies de l’information et de la communication » (CATIC) en 2005, puis « Conseiller·e médiat·eur·rice en numérique » (CMN) en 2016 et « Responsable d’espace de médiation numérique » (REMN) en 2019, cette évolution terminologique se couple à une hausse progressive du niveau de responsabilité. Aussi constate-t-on que les deux premiers référentiels sont positionnés sur un niveau 4 (équivalent Bac), tandis que les deux suivants ont été élevés au niveau 5 (équivalent Bac + 2) ; évolution qui se coordonne donc avec l’augmentation du niveau de responsabilité visible dans les intitulés des titres.

24Corrélativement, on identifie un élargissement des champs d’activité qui s’accorde avec une augmentation du nombre de blocs de compétences, passant de deux à trois sur les deux derniers référentiels. Ainsi, ATIC et CATIC ont en commun la gestion opérationnelle et technique d’un espace multimédia, mais ATIC met l’accent sur l’animation de cet espace quand le référentiel CATIC se positionne davantage au service des publics (individuels ou collectifs, usages ou entreprises) avec l’accompagnement et la formation aux TIC (à domicile ou dans des lieux collectifs). Apparu dans le 2ème millésime du titre, le domaine de l’accompagnement se retrouve également dans les 3ème et 4ème versions du titre, avec une orientation plus marquée vers l’accompagnement à l’autonomisation dans les usages numériques (des compétences en conception et ingénierie pédagogique sont alors évoquées). Dans CMN et REMN, on relève l’émergence du domaine de compétences lié au management de projets de développement territorial. La gestion technique de l’espace numérique disparaît dans le référentiel CMN pour mettre la focale sur les activités de fabrication numérique (qui correspondent à la période de développement des fablabs que ce 3ème millésime accompagne), mais réapparaît dans le dernier millésime. En effet, ce dernier n’intègre plus les dimensions liées à la fabrication numérique, mais conforte les activités de gestion et de développement d’un espace de médiation numérique sur le plan technique, administratif et financier, ainsi que les activités de développement territorial numérique par la mise en œuvre de partenariats et de projets collaboratifs avec d’autres acteurs des collectivités et des entreprises locales.

25De façon transversale, on constate que l’animation qui était centrale dans le 1er millésime et concentrée sur l’espace multimédia, apparaît plus diffuse dans les 2ème et 3ème millésimes, pour réapparaître pleinement dans le dernier avec, dans ce cas, un périmètre d’actualisation élargi puisqu’elle est étendue à l’échelle des territoires. Du 1er au dernier millésime, on observe donc une évolution croisée entre le champ de la médiation numérique (appréhendée en termes d’assistance et de conseil technique ou d’accompagnement et formation aux usages), le champ de la gestion opérationnelle et technique d’un lieu public et de son parc d’équipements numériques, et le champ du management de projet dans une perspective de développement territorial.

26Si l’on s'intéresse à présent aux correspondances entre référentialisation d’un côté, activités, métier et qualification de l’autre, l’analyse du contenu de ces quatre référentiels fait apparaître deux phénomènes qui, sur le terrain, sont sources de tension. Alors qu’ils ont été élaborés pour actualiser les titres professionnels dont ils sont constitutifs et, surtout, pour accompagner la mise en œuvre de plans nationaux d’inclusion numérique (visant à réduire les situations d’exclusion numérique et sociale, Granjon, 2022), on remarque que les activités initiales de la médiation numérique (qui concernent l’accompagnement et la formation aux usages numériques) sont systématiquement rassemblées dans un seul des deux ou trois blocs de compétences de chacun des référentiels ; ces derniers laissant, dès lors, une plus large place à des domaines de compétences professionnelles (gestion technique et développement territorial) qui sont diversement liés à la médiation numérique dans son acception originale. Enfin, entre le premier millésime d’assistant et le dernier millésime de responsable, on constate une hausse du niveau de certification du titre (passant de 4 à 5), laquelle manque cependant d’être pleinement conjuguée avec le niveau de qualification des blocs de compétences qui composent le dernier titre (i.e. compétences de gestion et management de projet ou de diagnostic et développement territorial, classées de niveau 7 au RNCP).

3.2. Des dynamiques externes plus importantes que les dynamiques internes

  • 16 Il est d’ailleurs intéressant de constater que, suite à la validation de ce nouveau millésime, plus (...)

27De facto, du côté des médiateurs numériques, l’accueil de ce nouveau millésime a été pour le moins mitigé : certains considérant que le maintien du titre REMN au niveau 5 a été sous-évalué au regard des compétences à justifier et des activités, en expansion, à prendre en charge ; d’autres observant que le « cœur de métier » est réduit, voire dilué, au profit d’activités qui ont un lien ténu avec les enjeux d’inclusion numérique et sociale, mais un lien fort avec les enjeux de développement territorial numérique dans le cadre du développement et de la coordination de tiers-lieux16 :

« Le métier a évolué et il y a des tâches à assurer qui sont des fonctions de cadre : gérer et coordonner des équipes, monter des dossiers de financement, implémenter des projets, faire de la veille, participer à des réunions avec différents acteurs du territoire... Tout ça, arrivé à un certain niveau, ça peut faire partie des missions de certains médiateurs » (médiatrice-coordinatrice , 50 ans, bac + 4, quinze ans d’ancienneté dans le métier, Gironde).

28Cette situation nous amène à examiner plus largement les processus, les espaces de discussion et les arbitrages qui ont contribué à la formalisation et la validation de ce quatrième millésime du RéAC de la médiation numérique.

29En effet, si la médiation numérique est l’objet d’enjeux importants pour ses professionnels, elle l’est aussi pour les collectivités locales qui en sont les principaux employeurs (Turet, 2019), pour les organismes de formation qui, par délégation de service public, sont autorisés à délivrer tout ou partie des certifications de compétences professionnelles du titre REMN, ainsi que pour les agences ministérielles en charge des plans d’inclusion numérique et qui, dans le cas qui nous occupe, ont soutenu la DGEFP pour initier la révision des quatre titres.

30Ici, les enjeux portés par ces différentes instances relèvent de dynamiques professionnelles from above qui ne sont pas nécessairement congruentes avec celles, from within, des acteurs de terrain de la médiation numérique. Dès lors, le rôle de l’ingénieur de formation de l’AFPA s’avère central : par le travail d’enquête qu’il conduit en amont, l’argumentaire de révision du titre qu’il construit à la suite, ainsi que par la première version du RéAC qu’il rédige à l’attention du groupe de travail de la CPC. C’est lui qui porte la voix et la vision des différents acteurs et instances concernés, qui les met en discussion et qui s’avère susceptible d’orienter les arbitrages opérés pour la formalisation de l’intitulé du titre et du contenu des blocs de compétences, mais pas du niveau de certification du titre :

« Là, on marche sur des œufs. Je savais pertinemment qu’on allait me le reprocher : ‘‘non mais là, le REMN, c’est pas un niveau bac + 2, c’est un niveau bac + 4 !’’. Je dis ‘‘oui, c’est vrai, il est sous-vendu’’. Mais je n’ai pas la main là-dessus. Le ministère du Travail, dans ses certifications, ne va pas au-delà du niveau 6. J’aurais aimé passer en niveau 6, mais le secteur de la médiation numérique ne paye pas » (ingénieur de formation de l’AFPA).

  • 17 Rappelons que chaque groupe de travail de la CPC rassemble un représentant de la DGEFP, l’ingénieur (...)

31Cette position s’avère d’autant plus centrale, voire stratégique, que, parmi les membres du groupe de travail de la CPC17, seul l’ingénieur de formation de l’AFPA a une très bonne connaissance du métier, des activités de terrain et des enjeux sociaux, professionnels et institutionnels qui leur sont liés. En effet, si l’on regarde les modes d’organisation de ce groupe, on constate qu’il est constitué en relative extériorité par rapport aux questions de médiation numérique sur lesquelles il doit émettre un avis étayé et éclairé :

  • il est rattaché à la troisième Commission Consultative Professionnelle « Arts, spectacles et médias », domaines qui ont peu à voir avec la médiation numérique ;

  • les représentants des organisations professionnelles d’employeurs au niveau des branches professionnelles relèvent ici du Syntec, Fédération des professions du Numérique, qui est certes concernée par la médiation numérique, mais très indirectement ;

  • les médiateurs numériques étant peu syndiqués, les représentants des organisations syndicales ici convoquées ont une connaissance limitée du champ de la médiation numérique et peu de matière pour défendre les travailleurs et les missions de ce champ.

32Dans ces conditions, l’ingénieur de formation de l’AFPA bénéficie d’une grande latitude pour orienter et faire valider les propositions issues de ses analyses de terrain :

« Dans le travail d’enquête, y a un travail de veille qui porte sur plein d’objets, des rapports, des études. Y a aussi des enquêtes qualitatives de terrain : on va repérer des professionnels qu’on juge intéressants pour nous parler de leur métier et donc là, on va mener des entretiens en face-à-face. De mémoire, j’en ai fait une trentaine pour la révision du CMN. Et puis après, y a la partie quanti où on va fabriquer un questionnaire pour récolter plus de données. On fait une grosse analyse des offres d’emploi, ça c’est un gros travail. On croise toutes ces données, on propose et on défend l’analyse ».

33Dès lors, il est intéressant d’observer les éléments et les choix qui ont été retenus pour le contenu du nouveau millésime. Par exemple, le maintien du titre REMN au niveau 5 (Bac + 2, que les professionnels de terrain considèrent comme sous-évalué) est le fruit d’un arbitrage attentif aux conditions de recrutement et de rémunération des médiateurs numériques au sein des collectivités territoriales qui, pour financer ces postes, continuent de privilégier les dispositifs d’emploi aidé destinés à des personnes peu diplômées et éloignées de l’emploi. De même, la suppression du bloc de compétences sur la fabrication numérique est quant à elle liée aux demandes des organismes de formation qui considèrent trop coûteux le dispositif attendu pour l’évaluation de ce bloc (devant inclure des machines et imprimantes 3D), alors même que, sur le terrain, les compétences en fabrication numérique sont jugées nécessaires. Parallèlement, la place plus importante accordée aux compétences en management de projet et développement territorial (pour rappel, deux des trois blocs de compétences du titre) prend sa source dans les dynamiques impulsées par les responsables de la Banque des Territoires et de l’ANCT, institutions qui, aujourd’hui, intègrent de façon plus prononcée les programmes d’inclusion numérique aux politiques de cohésion et de développement des territoires.

34Sensible aux demandes des organismes employeurs et des agences ministérielles de tutelle, l’ingénieur de formation de l’AFPA a été également attentif aux conditions de travail et d’emploi des médiateurs numériques : faisant le constat de la précarité persistante des salariés et des métiers du secteur, il a soutenu l’intégration de blocs de compétences moins directement liés au champ de la médiation numérique, mais partagés avec des titres de niveaux supérieurs ; et ce, afin de proposer des leviers de mobilité professionnelle et d’évolution salariale pour les acteurs sur le terrain. Par conséquent, on observe qu’en l’absence de représentation syndicale conséquente capable de défendre les savoir-faire, les activités et les professionnels de la médiation numérique, ce sont avant tout des dynamiques from above initiées par différentes catégories d’acteurs institutionnels qui structurent le contenu du RéAC de ce champ et qui, plus largement, orientent sa trajectoire de professionnalisation dans un sens davantage conforme à leurs intérêts.

35Aussi, cette analyse nous amène à pointer le rôle potentiellement ambivalent des référentiels emploi activités et compétences. Conformément aux desseins du ministère du Travail, les RéAC de la médiation numérique, et notamment le dernier d’entre eux, peuvent être considérés comme des soutiens à la professionnalisation de ses acteurs. Cependant, ces référentiels nous semblent pouvoir être également considérés comme des vecteurs de déprofessionnalisation des activités de ce champ. Comme cela a été maintes fois démontré (Demailly, de la Broise, 2009 ; Champy, 2012 ; Maubant et al., 2014), la déprofessionnalisation n’est pas l’envers de la professionnalisation : elle consiste davantage en des déplacements et des recompositions, étant entendu que « la déprofessionnalisation d’une activité peut cohabiter avec un processus concomitant de professionnalisation, et même lui être intrinsèquement liée » (Champy, 2014, p. 137).

36Ainsi, loin de fixer des frontières nettes au mandat professionnel, le dernier RéAC de la médiation numérique les rend poreuses. En réduisant la part des activités d’accompagnement de la médiation numérique et en augmentant celle des activités de gestion administrative et technique et de développement territorial (jugées plus objectives, rationnelles et économiquement plus porteuses), le dernier RéAC fonctionne comme un levier de normalisation qui tend à minorer les dimensions socio-éducatives d’accompagnement du métier de médiateur numérique, au profit de dimensions gestionnaires et organisationnelles notamment propres à assurer un ajustement aux objectifs de développement territorial numérique.

37Pour les médiateurs numériques plus particulièrement attachés à ces aspects proches d’une démarche d’éducation populaire, l’évolution impulsée relèverait d’une forme de déprofessionnalisation, délaissant volens nolens la mission séminale de la médiation numérique, à savoir la lutte contre les inégalités sociales-numériques :

« Le cœur de notre métier, c’est l’aide aux personnes. C’est aussi de l’animation, mais c’est pas le management, ça non, c’est très loin du métier tel que moi je veux le faire en tout cas » (médiatrice numérique, 25 ans, bac + 2, trois ans d’ancienneté dans le métier, Seine-Saint-Denis).

38Toutefois, on peut également voir dans cette modification le signe que le secteur de la médiation numérique arrive à un stade avancé de développement nécessitant des compétences nouvelles et des actes de formation leur correspondant. Prenant de l’ampleur, il appelle à la reconnaissance de nouvelles professionnalités davantage orientées vers des fonctions d’encadrement (responsable de lieu, chef de projet, coordinateur territorial, etc.), lesquelles nécessiteraient sans doute la création... d’un nouveau RéAC permettant donc la ratification d’autres aptitudes singulières ouvrant à des niveaux de certification et de rémunération supérieurs. Ceux-ci pourraient alors servir d’appui à la mobilité professionnelle des acteurs de la médiation numérique et permettraient d’envisager des évolutions de carrière à l’intérieur même du domaine, le rendant plus attractif car organisé en filières.

Conclusion

39À l’heure de la dématérialisation-plateformisation des services publics, de l'essor de l’informatique connectée dans la relation administrative ou encore du déploiement des logiques algorithmiques qui engendrent un non-recours accru aux droits et font obstacle à certaines libertés, le secteur de la médiation numérique entend répondre à l’urgence de ce qui s’avère aujourd’hui être un problème public central. Relever le défi d’un numérique inclusif – priorité de l’État et des plans de relance – implique notamment de pouvoir apporter une formation initiale robuste à celles et ceux qui souhaitent faire de la médiation numérique leur métier. Or l’analyse de l’évolution des référentiels emploi activités et compétences (RéAC) de ce secteur a permis de montrer qu’en dépit de leurs révisions régulières, ils peinent à créer des correspondances entre les compétences référencées, le travail effectué sur le terrain et les conditions d’emploi réelles. Cette difficulté récurrente fragilise les trajectoires de professionnalisation des acteurs de la médiation numérique qui, pour autant qu’ils apparaissent comme des professionnels devant jouer un rôle de plus en plus important au sein du corps social, n’en sont pas moins déconsidérés, à l’instar de la plupart des métiers relevant de la relation d’aide (Noûs, 2019).

40Les besoins de formation vont aller en s’amplifiant et il existe un risque de voir émerger des organismes de formation opportunistes qui, s’appuyant sur le contenu des blocs de compétences du dernier RéAC, risquent de certifier des professionnels qui n’auront pourtant guère appris à traiter les enjeux d’inclusion numérique et surtout sociale, auxquels la médiation numérique, en tant que groupe professionnel, doit pourtant se trouver en capacité de répondre. Les médiateurs numériques ont aujourd’hui besoin, dans leur formation initiale et « tout au long de la vie », de s’approprier des connaissances pluridisciplinaires leur permettant d’assurer un ensemble de tâches toujours plus larges et variées qui évoluent à mesure de la technologisation accrue des différentes sphères d’activité et notamment celle des services publics.

41La maîtrise technique (logicielle et matérielle) n’est qu’une faible part des compétences attendues, lesquelles relèvent aussi de l’animation, de la pédagogie, du management de projets, notamment dans une perspective de développement territorial. La médiation numérique nécessite aujourd’hui des connaissances et des aptitudes relevant de divers domaines : droit du numérique, aménagement territorial, politiques publiques, sociologie des usages et des cultures numériques, ingénierie pédagogique, connaissance des publics, gestion opérationnelle (administrative et financière) d’espaces dédiés, etc.

42Cette diversité pose, en sus de la définition des contenus des RéAC, la question des espaces les plus à même de « bien former » les médiateurs numériques. Parmi la gamme toujours plus large des organismes de formation, l’Université nous apparaît comme l’institution la mieux placée pour couvrir cette variété de besoins et pour proposer des formations diplômantes au sein d’une filière professionnelle qui, à ce jour, n’est pas encore structurée au-delà des formations de niveau bac/bac + 2. Et ce, alors que les acteurs du secteur ont publié conjointement, en avril 2023, un rapport18 soulignant notamment la nécessité de former des cadres compétents sur les enjeux techniques et sociétaux de la médiation numérique, à même de guider les collectivités et de coordonner les actions mises en place, à différentes échelles, avec les acteurs de terrain.

Haut de page

Bibliographie

Amat F., Berho F., Blachere M., Charraud A.-M., Hotyat J.-M., Labruyère C., Mamessier A., Ravary Y. (2017), Les blocs de compétences dans le système français de certification professionnelle : un état des lieux, Rapport Céreq Echanges, 4, 109 p. En ligne : https://www.cereq.fr/les-blocs-de-competences-dans-le-systeme-francais-de-certification-professionnelle-un-etat-des

Balas S. (2011), Le référentiel, un outil de formation, un instrument de développement du métier. Le métier de masseur-kinésithérapeute en référence. Thèse de doctorat en Formation des adutes, CNAM, 415 p.

Balas S. (2016), « Comment concevoir des référentiels de diplômes professionnels sans renoncer au travail réel ? », Activités, vol. 13, n° 2. En ligne : https://doi.org/10.4000/activites.2889

Bernard S., Rey, M. (2017), « Les contrats aidés : quels objectifs, quel bilan ? », DARES-Analyses, n° 17. En ligne : https://dares.travail-emploi.gouv.fr/sites/default/files/pdf/2017-021v2.pdf

Bertrand D. (2015), L’éducateur spécialisé sous tension, Rennes, Presses de l’EHESP, 192 p.

Camani P., Verdier F. (2014), Le service universel des communications électroniques au regard des nouveaux usages technologies : enjeux et perspectives d’évolution. Rapport parlementaire remis à la Secrétaire d’État au Numérique, 91 p. En ligne : https://www.vie-publique.fr/rapport/34376-le-service-universel-des-communications-electroniques-au-regard-des-nouv

Champy F. (2012), La sociologie des professions, Paris, PUF (2ème éd.), 27 p.

Champy F. (2014), « Faut-il parler de déprofessionnalisations au pluriel ? », Recherche et formation, n° 75. En ligne : https://doi.org/10.4000/rechercheformation.2191

Chauvière M. (2006), « Référentiels, vague, vogues et galères », Vie sociale, vol. 2, n° 2, pp. 21-32.

Chauvigné C. (2010), « Les référentiels en formation », Recherche & Formation, n° 64, pp. 77-89.

Cros F., Raisky C. (2010), « Référentiel », Recherche et formation, n° 64, pp. 105-116.

Demailly L., de La Broise P. (2009), « Les enjeux de la déprofessionnalisation. Études de cas et pistes de travail », Socio-logos, n° 4. En ligne : https://doi.org/10.4000/socio-logos.2305

Demazière D. (2009), « Postface : Professionnalisations problématiques et problématiques de la professionnalisation », Formation Emploi, n° 108, pp. 83-90.

Demazière D., Gadéa C. (dir.) (2009), Sociologie des groupes professionnels. Acquis récents et nouveaux défis, Paris, La Découverte, 466 p.

Divay S. (2005), Savoir, Travail, Société – tome 2. Les métiers de l’intervention sociale, Paris, L’Harmattan, 158 p.

Denouël J., Granjon F. (dir.) (2011), Communiquer à l’ère numérique. Regards croisés sur la sociologie des usages, Paris, Presses des Mines, 320 p.

Dubar C., Tripier P. (1998), Sociologie des professions, Paris, Armand Colin (1ère ed.), 384 p.

Evetts J. (2003), “The Sociological Analysis of Professionalism : Occupational Change in the Modern World”, International Sociology, vol. 18, n° 2, pp. 395-415.

Gershenfeld N. (2005), FAB : The Coming Revolution on Your Desktop. From Personal Computers to Personal Fabrication, New York (NY), Basic Book, 278 p.

Granjon F. (2022), Classes populaires et usages de l’informatique connectée. Des inégalités sociales-numériques, Paris, Presses des Mines, 360 p.

Granjon F., Lelong B., Metzger J.-L. (dir.) (2009), Inégalités numériques. Clivages sociaux et modes d’appropriation des TIC, Paris, Hermès/Lavoisier, 254 p.

Hébrard P. (2013), « Quelle “approche par les compétences” et quels référentiels pour la formation professionnelle aux métiers de la relation humaine ? », Les dossiers des sciences de l’éducation, n° 30, pp. 17-34.

Marcel J.-F., Bouillier-Oudot M.-H. (2011), « Du processus de référentialisation : analyse d’un hiatus entre valeur et technique », Les dossiers des sciences de l’éducation, n° 25, pp. 41-55.

Maillard F. (2003), « Les référentiels de diplômes professionnels confrontés à leurs critiques. Une mise en valeur de leurs enjeux sociaux », Revue française de pédagogie, n° 145, pp. 63-76.

Maillard F. (dir.) (2008), Des diplômes aux certifications professionnelles. Nouvelles normes, nouveaux enjeux, Rennes, PUR, 344 p.

Maillard F. (2012), Former, certifier, insérer. Effets et paradoxes de l’injonction à la professionnalisation des diplômes, Rennes, PUR, 342 p.

Maillard F. (2014), « Les référentiels d’activités professionnelles aux prises avec l’emploi, le travail et la formation », in Prot B. (dir.), Les référentiels contre l’activité. En formation, gestion, certification, Toulouse, Octares, pp. 17-34.

Maillard F. (2020), « La certification pour tous : une arme à double tranchant », La Pensée, vol. 404, n° 4, pp. 3-105.

Maubant P., Roger, L., Lejeune M. (2013), « Déprofessionnalisation », Recherche & Formation, n° 72 , pp. 89-102.

Mayen P., Métral J.-F., Tourmen C. (2010), « Les situations de travail. Références pour les référentiels », Recherche & Formation, n° 64, pp. 31-44.

Noûs C. (2019), « Quand la crise sanitaire interroge le travail invisible. Le cas des employé.e.s domestiques », Sociétés contemporaines, n° 116, pp. 213-216.

Oldenburg R. (1999), The great good place : Cafés, coffee shops, bookstores, bars, hair salons, and other hangouts at the heart of a community, Cambridge (Mass.), Marlowe, 336 p.

Porte E. (dir.) (2017), « Médiation numérique : mutations des pratiques, transformation des métiers », Cahiers de l’action, n° 48, 96 p.

Postiaux N., Bouillard P., Romainville M. (2010), « Référentiels de compétences à l’université », Recherche & Formation, n° 64, pp. 15-30.

Prot B. (2003), « Analyse du travail des jurys en validation des acquis : l’usage du référentiel », L’orientation scolaire et professionnelle, vol. 32, n° 2, pp. 219-243.

Prot B. (dir.) (2014a), Les référentiels contre l’activité. En formation, gestion, certification, Toulouse, Octares, 195 p.

Prot B. (2014b), « Concevoir des référentiels à partir de dilemmes génériques ? Deux essais », in Prot B. (dir.) Les référentiels contre l’activité. En formation, gestion, certification, Toulouse, Octares, pp. 133-149.

Prot B. (2014c), « Introduction », in Prot B. (dir.), Les référentiels contre l’activité. En formation, gestion, certification, Toulouse, Octares, pp. 1-13.

Turet A. (2019), L’impossible éducation critique et politique au numérique : territoires, dispositifs, métiers et acteurs. Thèse de doctorat en Sciences de l’Information et de la Communication. Université Bordeaux Montaigne, 582 p.

Turet A., Oulahbib N. (2017), « “2000 emplois d’avenir en espace public numérique” : vers des dynamiques maîtrisées de qualification et d’employabilité pour ouvrir les métiers de la médiation numérique aux enjeux des usages du numérique », Cahiers de l’action, n° 48, pp. 31-40.

Vall R. (2018), Rapport d’information fait au nom de la mission d’information sur la lutte contre l’illectronisme et pour l’inclusion numérique. En ligne : https://www.senat.fr/rap/r19-711/r19-7111.pdf

Haut de page

Notes

1 Désormais RéAC. 

2 Nous renvoyons ici aux travaux portant sur les référentiels d’activités, de compétences, de diplôme, d’emploi, d’évaluation ou de formation (Amat et al., 2017 ; Chauvière, 2006 ; Cros et Raisky, 2010 ; Maillard, 2012 ; Prot, 2014a).

3 Proposée par la Coopérative de la Médiation Numérique en 2015, cette définition a donné lieu à controverse ces dernières années au sein de cette coopérative, du fait notamment de l’arrivée plus importante d’acteurs issus du champ de l’entreprise dans un collectif regroupant initialement des professionnels rattachés aux secteurs de l’éducation populaire, de l’animation socio-culturelle et de l’économie sociale et solidaire.

4 Le vocable « tiers-lieux », créé par l’urbaniste Ray Oldenburg (1999), désigne des espaces sociaux qui ne relèvent ni de la sphère privée, ni de la sphère professionnelle et au sein desquels des individus se réunissent pour développer diverses activités. Un fablab est un type spécifique de tiers-lieux, dédié à la fabrication d’objets (prototypage et production) à l’aide de machines-outils à commande numérique, dont les imprimantes 3D sont emblématiques (Gershenfeld, 2005).

5 Les « emplois aidés » ou « contrats aidés » sont des contrats de travail à durée déterminée pour lesquels les employeurs bénéficient d’exonérations fiscales ou d’aides financières de l’État, et qui sont destinés aux personnes éloignées du marché du travail (Bernard et Rey, 2017).

6 Le programme « Nouveaux services – emplois jeunes » a été instauré par la loi n° 97-940 du 16 octobre 1997 relative au développement d’activités pour l’emploi des jeunes. Il a pris fin avec la loi n° 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale.

7 https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/CirculaireEAv-EPN-04-10-2013.pdf.

8 https://conseiller-numerique.gouv.fr/aide-structure ; https://www.labacces.fr/ ?Rapport.

9 Il n’existe, pour l’heure, aucune enquête, à l’échelle territoriale ou nationale, permettant d’objectiver précisément les caractéristiques sociologiques des professionnels de la médiation numérique, leur répartition sur le territoire, les différentes instances de formation, le nombre d’emplois et les types de contrat de travail.

10 Cette configuration en blocs a pour objectif de permettre à une personne candidate au titre de pouvoir en valider la totalité ou une partie seulement.

11 L’AFPA s’organise autour de deux principaux champs d’activité : elle est l’organisme historique d'une formation professionnelle qualifiante et elle est mandatée par le ministère du Travail pour concevoir et réviser les titres professionnels.

12 https://www.afpa.fr/groupe-afpa/notre-marque-pedagogique/dans-les-coulisses-de-l-ingenierie.

13 Chaque groupe de travail rassemble un représentant de l’État (et notamment de la DGEFP), l’ingénieur de formation de l’AFPA mandaté pour la création ou la révision d’un titre professionnel, des représentants des organisations syndicales de salariés représentatives aux niveaux national et interprofessionnel, des représentants des organisations professionnelles d’employeurs représentatives aux niveaux national et interprofessionnel et des représentants d’organisations professionnelles d’employeurs représentatives au niveau des branches professionnelles.

14 Fondés sur une pluralité d’orientations disciplinaires, théoriques et méthodologiques (sociologie, sciences politiques, sciences de gestion, sciences de l’éducation et de la formation, psychologie, didactique professionnelle, ergonomie cognitive, analyse de l’activité), ces travaux ont permis l’exploration de diverses voies de recherche. Tour à tour, l’attention a pu être portée sur l’analyse des enjeux institutionnels et politiques auxquels le développement des référentiels est associé (notamment dans le rapport entre formation, qualification/certification et emploi ; Maillard, 2003, 2008, 2020), sur la manière dont ils contribuent à la transformation des environnements de formation et/ou de l’organisation du travail (notamment dans le rapport entre compétences, activités et/ou métiers ; Balas, 2011, Bertrand, 2015, Mayen et al., 2010 ; Postiaux et al., 2010), sur leurs processus de conception et d’usage (Chauvigné, 2010 ; Hébrard, 2013 ; Marcel et Bouillet-Oudot, 2011 ; Maillard, 2014 ; Prot, 2003), mais aussi sur les modalités et moyens à mobiliser pour créer des référentiels ajustés aux fonctions, aux activités et aux tâches (Balas, 2016 ; Prot, 2014a-b-c).

15 Nous présentons les quatre référentiels de certification professionnelle tels qu’ils sont publiés sur le site France compétences à l’automne 2023 : https://www.francecompetences.fr/recherche/rncp/34137/. Ils sont publiés avec des blocs de compétences et des niveaux de qualification correspondant à la nomenclature de 2019 (allant de 3 à 8). Ceci est important car c'est à partir de 2014 que la loi n° 2014-288 relative à la formation professionnelle instaure la structuration des titres professionnels en blocs de compétences (pouvant être validés individuellement) et c’est dès 2019 (loi relative au cadre national des certifications professionnelles) que les titres sont classés selon la nouvelle nomenclature de qualification (de 3 à 8), et plus selon la nomenclature de 1969 en V niveaux. Tels que nous les présentons ici, les référentiels de 2002, 2005 et 2016 intègrent ainsi des conversions, liées à ces deux réformes, effectuées par les personnels mandatés (AFPA, ministère du Travail).

16 Il est d’ailleurs intéressant de constater que, suite à la validation de ce nouveau millésime, plusieurs organismes de formation professionnelle ont proposé des formations pour devenir non pas « responsable d’espace de médiation numérique », mais « facilitateur de tiers-lieu », avec un programme conçu sur les trois blocs d’activités et de compétences du titre REMN.

17 Rappelons que chaque groupe de travail de la CPC rassemble un représentant de la DGEFP, l’ingénieur de formation de l’AFPA mandaté pour la création ou la révision d’un titre professionnel, des représentants d’organisations syndicales interprofessionnelles et des organisations multi-professionnelles ou de branches.

18 https://anct-decidim-inclusion-numerique.s3.fr-par.scw.cloud/uploads/decidim/attachment/file/106/Concertation_nationale_CNR_Num %C3 %A9rique.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Denouël et Fabien Granjon, « La médiation numérique à l’épreuve de ses référentiels »Formation emploi, 164 | 2023, 43-63.

Référence électronique

Julie Denouël et Fabien Granjon, « La médiation numérique à l’épreuve de ses référentiels »Formation emploi [En ligne], 164 | Octobre-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/12050 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.12050

Haut de page

Auteurs

Julie Denouël

Maître de conférences HDR ; CREAD (Centre de Recherche sur l’Éducation, les Apprentissages et la Didactique) – Université Rennes 2
Mail : julie.denouel@univ-rennes2.fr

Fabien Granjon

Professeur des Universités ; EXPERICE Centre de Recherche Interuniversitaire Expérience Ressources Culturelles Éducation – Université Paris 8
Mail : fabienjg.granjon@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search