Navigation – Plan du site

AccueilNuméros164Nouveaux métiers et certification...

Nouveaux métiers et certification : l’impossible équation ?

New occupations and certification : an impossible equation ?
Neue Berufe und Berufsabschlüsse : eine unmögliche Gleichung ?
Nuevas profesiones y certificación: ¿la ecuación imposible?
Cécile Jolly, Nathalie Moncel et Anne-Lise Ulmann
p. 111-127

Résumés

La réforme de la formation professionnelle de 2018 s’est accompagnée d’une refonte des procédures d’enregistrement des certifications inscrites au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP), qui ouvre une démarche dérogatoire pour un enregistrement plus rapide de certifications liées à des « métiers en émergence ou en forte évolution ». À partir d’une analyse des dossiers de candidature à cette procédure dérogatoire, cet article questionne la pertinence d’une telle initiative au regard de la difficulté à stabiliser la notion qui la fonde. En effet, les métiers sont par nature sans cesse en évolution, par recomposition et réagencement permanent des activités et des contextes professionnels. Par ailleurs, l’article discute la conception de la formation comme remède aux tensions sur le marché du travail. C’est finalement l’ambiguïté du rôle dévolu à la certification par cette procédure dérogatoire qui est soulevée : ne sert-elle pas aussi une régulation de l’offre de formation et de son financement ?

Haut de page

Texte intégral

1La loi de 2018 pour la liberté de choisir son avenir professionnel met au centre des réformes le développement et la régulation de la certification. Si ce choix n’est pas fondamentalement nouveau au regard des précédentes lois sur la Formation Professionnelle Continue (FPC), il est cette fois fortement affirmé comme un élément central permettant non seulement de faire face plus rapidement aux mutations des métiers et des systèmes du travail, mais également d’assurer une meilleure protection contre le chômage et la précarité. Considérée comme protectrice pour les personnes et leurs parcours et comme signal pour informer les entreprises sur les compétences des individus lors de leurs recrutements, la certification se trouve au cœur d’une approche de l’éducation et des savoirs, mise au service du fonctionnement du marché du travail, qui structure désormais l’ensemble du système de la FPC (Maillard, 2020).

  • 1 Désignées en tant que « titres à finalité professionnelle » pour les distinguer des diplômes profes (...)

2Dans ce contexte, une refonte des processus d’enregistrement des formations continues diplômantes conduisant à l’exercice d’un métier a été établie. Depuis 2002, en effet, la Commission nationale de la certification professionnelle (CNCP), composée de l’État, des représentants des employeurs et des salariés, valide l’inscription au Répertoire National des Certifications professionnelles (RNCP) des certifications professionnelles non délivrées par l’État1 (voir annexe 1 en version électronique de l’article). Cette inscription requiert un certain nombre d’exigences, notamment l’évaluation de l’insertion professionnelle des personnes ayant suivi et validé leur cursus. Ainsi, sans une ou deux cohortes de sortants de formation, soit environ trois ans à partir de la création du titre professionnel, aucune certification enregistrable sur demande ne peut être inscrite au RNCP. L’usage des financements afférents au compte personnel de formation étant aujourd’hui conditionné à l’inscription sur ce répertoire, celle-ci fait valeur d’obligation pour les organismes portant ces certifications.

  • 2 La Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP) avait été créée par la Loi de mo (...)

3Pour desserrer cette contrainte temporelle, les branches professionnelles ont argué de la rapidité des changements des activités et des risques de tension sur les métiers si les formations adéquates n’étaient pas mises en place immédiatement pour répondre à de nouveaux besoins non anticipés. Dans le cadre de la Loi de septembre 2018 et de la création de la Commission de la Certification Professionnelle (CCP) au sein de France compétences, (en lieu et place de la CNCP2), une procédure dérogatoire a été instaurée pour déterminer une liste de métiers émergents ou en forte évolution, dont les certifications pourraient être exonérées de l’obligation d’évaluation de l’insertion professionnelle des sortants de formation. L’inscription au RNCP des certifications associées à ces métiers peut dès lors intervenir plus rapidement, sous réserve des autres critères, pédagogiques notamment.

  • 3 Selon les termes du décret n° 2018-1172 du 18 décembre 2018 qui prévoit, dans son Art. R. 6113-10 : (...)
  • 4 Après avoir exprimé notre désaccord sur l’examen des dossiers, le comité scientifique a été renouve (...)
  • 5 Comme le rappellent les ethnographes, « l’engagement est également une construction scientifique qu (...)

4C’est en tant que premiers et anciens membres du comité scientifique chargé d’établir cette liste de métiers3, proposée puis validée ou non par la Commission de la certification professionnelle (CCP), sous la houlette de France compétences, que nous fondons les analyses proposées dans cette contribution. Les réflexions présentées s’appuient sur notre expérience de deux ans au sein de ce comité4. Du fait de notre implication dans le processus de travail, nous ne répondons pas aux critères d’un certain positivisme scientifique qui requiert notamment distance et neutralité. Notre expérience et les demandes que nous avons examinées n’en constituent pas moins une source intéressante d’étude quasi ethnographique5 à la fois d’un processus en train de se faire et des présupposés qu’il emporte.

5Menant « une entreprise raisonnée d’analyse » (Bloch, 1997 [1949], p. 43) conjuguant implication et rigueur dans la démarche d’analyse de ce cadre d’action publique, nous souhaitons, en mobilisant comme matériau empirique les dossiers que nous avons étudiés, interroger, dans un premier temps, la notion de « métiers en émergence ou en forte évolution » qui motive cette procédure dérogatoire et la manière dont nous avons tenté de répondre à la tâche qui nous incombait. Plutôt que de décider a priori d’une liste, nous avons préféré faire un appel à propositions auprès des professionnels. À cet effet, nous leur avons fourni une grille d’analyse nous permettant d’évaluer la transformation intrinsèque des métiers pour lesquels une formation nouvelle serait proposée. Par rapport aux notions de « métiers en émergence » ou « en forte transformation », à l’origine de cet appel à propositions et de la procédure dérogatoire, l’examen des dossiers reçus révèle l’assimilation fréquente entre des difficultés de recrutement, d’une part, et des besoins en formation, d’autre part ; ce qui nous a conduit, dans un second temps, à questionner le rôle de la formation et des offres certificatives pour résoudre ces tensions. Enfin, cette expérience d’évaluation de candidatures à une procédure dérogatoire nous amène à interroger la pertinence même de cette dérogation, au regard des usages de la formation dans l’accompagnement de la transformation des métiers, et des liens entre certification et accès aux financements de la formation professionnelle.

1 Métiers en émergence ou en forte évolution : évolutions habituelles ou transformations profondes ?

6Notre expertise des métiers a motivé notre nomination au Comité scientifique chargé d’établir la liste des nouveaux métiers ou en forte évolution. Or la notion de métier est en elle-même complexe, et appréhender le caractère novateur ou constitutif d’une évolution profonde d’une profession ne va pas de soi. C’est à partir de ces interrogations que nous avons établi une grille d’analyse à remplir par les candidats à cette procédure dérogatoire.

7Toutefois, des difficultés ont surgi à l’examen des dossiers au regard de la conception de l’évolution des métiers rappelée ci-dessus, et des motivations apportées par les branches professionnelles et organismes de formations candidats pour justifier d’un besoin d’adaptation urgent des formations.

1.1 Qu’entend-on par nouveau métier ou métier en forte évolution ?

8Si la notion de métier se maintient comme un « attracteur de sens », après un temps d’éclipse avec l’avènement de la compétence, il est aussi devenu un « objet fuyant à force d’indifférenciation sémantique » (Frétigné, 2008, p. 137).

9Rappelons que les nombreuses définitions du métier (Naville, 1961 ; Dubar, 1998 ; Descolonges, 1996) identifient assez systématiquement quatre caractéristiques à cette notion : la spécification de savoir-faire requérant du temps pour en permettre l’acquisition, une identité professionnelle revendiquée pour soi et pour autrui, des formes d’organisation sociales, et l’accès à un marché du travail permettant l’emploi. Ces spécificités signalent que la structuration d’un métier est donc progressive ; de ce fait, la « naissance » d’une profession ne s’évalue qu’a posteriori, en intégrant notamment l’institutionnalisation des savoirs propres à l’ensemble des gestes professionnels d’un métier.

10Les métiers sont en effet sans cesse en évolution, par recomposition et réagencement permanents des activités et des contextes professionnels. D’une manière générale, peu de métiers disparaissent totalement. Les mineurs, grande figure de la révolution industrielle, ont effectivement quasiment disparu en France, avec la fermeture des bassins houillers, mais de tels cas sont rares. Le plus souvent, les métiers s’adaptent, mais ne se perdent pas, même si leur nombre s’amenuise. C’est le cas des secrétaires, qui, en dépit d’une « valorisation improbable » (Liaroutzos, 1998) dans un contexte de développement intense de la bureautique et de transformation des organisations, se sont maintenus sur le marché du travail en intégrant progressivement des activités nouvelles. De même, les métiers entièrement nouveaux ne sont pas non plus très nombreux. Les ingénieurs informatiques, domaine très peu développé avant les années 1980, ont pu être considérés comme des métiers nouveaux. L’irruption de nouvelles activités n’implique pas nécessairement que les professions qui y sont exercées soient totalement originales. Comme le montre G. Podevin (2015), si l’émergence de la filière des énergies marines renouvelables réactive le fantasme « des métiers nouveaux », en réalité le véritable intérêt de cette phase d’émergence réside dans la possibilité d’un nouveau point de vue sur les métiers considérés, dont le geste professionnel reste globalement le même. Les besoins nouveaux auxquels tentent de répondre les professionnels, dans l’exercice de leurs fonctions, ne créent donc pas ou très rarement de nouveaux métiers, ainsi que le constate déjà un rapport de l’IGAS de 2015 (A. Rouzier-Deroubaix & C. Ville, 2015).

11Et effectivement, la plupart des dossiers que nous avons examinés, quel que soit leur domaine (intelligence artificielle, informatique, biodiversité, soin, maintenance, services à la personne...), se caractérisaient davantage par l’adjonction de compétences additionnelles à leur cœur de métier que par une transformation profonde de ce dernier. Il est donc vite apparu que la procédure dérogatoire portant sur les métiers en émergence ou en forte transformation s’appliquerait moins à de nouveaux métiers qu’à des métiers exigeant une adaptation des gestes professionnels à l’évolution des techniques et des organisations du travail. Cette conception de « métier en forte évolution » a guidé notre analyse des dossiers présentés.

1.2 Comment appréhender l’ampleur des transformations de métiers ?

12Partant de ce constat, il restait à identifier ces transformations et à en évaluer l’ampleur et l’urgence. Chaque corps de métier, chaque organisation peut en effet avoir le sentiment que son activité est en profonde et rapide transformation. De ce fait, plutôt que de décider a priori d’une liste de métiers, établie en fonction de nos connaissances des métiers, forcément trop générales pour effectuer cette analyse, nous avons préféré élaborer une grille d’analyse destinée aux acteurs sollicitant cette procédure dérogatoire, pour les aider à évaluer par eux-mêmes la profondeur des mutations et à déterminer le caractère récent de ces évolutions.

13Cette grille avait pour objectif d’identifier les grandes transformations systémiques en mesure d’influer sur l’exercice professionnel (voir annexe 2 en version électronique de l’article). Ces mutations technologiques, environnementales, sociodémographiques ou réglementaires n’affectent pas toutes les activités et tous les métiers et n’emportent pas toujours une modification significative des compétences requises et des organisations du travail, nécessitant une refonte profonde des modalités de formation. Enfin, l’existence de certifications proches incline à penser que l’adaptation du métier est déjà en cours et ne justifie pas une procédure dérogatoire.

14L’analyse des dossiers reçus dès la première année de cette démarche (plus de 300), outre l’ampleur de la demande, a révélé la difficulté, pour les acteurs qui ont sollicité cette procédure dérogatoire, d’objectiver les critères de la grille proposée. Sans une observation fine du travail ou la confrontation d’avis pluriels de professionnels sur l’exercice de ces métiers, différencier des changements liés aux évolutions habituelles de toute activité de travail, de transformations plus profondes et récentes consécutives à des changements réglementaires, technologiques ou environnementaux s’est avéré délicat à expliciter. Cette difficulté a suscité de nombreuses équivoques, la forme des dossiers déposés l’emportant sur le fond ou occasionnant parfois certaines formes d’instrumentalisation de la Commission par des porteurs de certifications, se saisissant de cette procédure pour développer leur offre.

Tableau 1. Appels à contributions « Métiers émergents ou en particulière évolution » 2019/2020

Appel à contributions /liste

Nombre de contributions

Nombre de métiers examinés

Nombre de métiers retenus

Sept 2019 /liste 2020

107

227

23

Sept 2020 / liste 2021

21

36

20

Note de lecture : pour établir la liste des métiers « en émergence ou en forte évolution » de 2020, 107 contributions ont été reçues, représentant 227 métiers, parmi lesquels 23 ont été considérés comme relevant de cette procédure dérogatoire

Source : France compétences.

15Les descriptions des transformations éprouvées dans les métiers présentés ont servi de socle au premier critère de « métier en forte évolution » nécessitant une adaptation des gestes professionnels. Nous avons également eu à apprécier, à partir des justificatifs apportés, si celles-ci étaient suffisamment profondes, nouvelles ou urgentes pour relever de cette procédure dérogatoire créant à terme une offre de certifications supplémentaire. Ainsi, à la complexité de l’identification d’un métier en émergence ou en forte évolution, déjà délicate, s’ajoutent non seulement l’urgence et l’ampleur des transformations justifiant cette procédure dérogatoire, mais également la pertinence de cette urgence au regard des enjeux économiques qui en découleront. En effet, au-delà du caractère évolutif des gestes professionnels, il s’agit aussi de sélectionner les métiers indispensables au bon fonctionnement de l’économie et de la société, répondant à un besoin en croissance, et pour lesquels le manque de candidats au recrutement entraverait les capacités productives. De là surgissent deux types de questionnement, portant l’un sur l’usage de la formation comme remède aux pénuries de main-d’œuvre, l’autre sur l’assimilation entre métiers porteurs d’enjeux sociaux importants et métiers en émergence ou en profonde évolution.

2 La formation : levier et remède pour accompagner la transformation des métiers ?

16L’hypothèse sous-jacente à la mise en place en urgence de certifications par une procédure dérogatoire est que la formation est considérée comme un levier majeur pour répondre aux besoins et aux difficultés de recrutement, soit de métiers peu attractifs, soit de métiers à l’inverse très porteurs. Or le lien entre la formation et l’emploi fait débat depuis bien longtemps en France, au point d’avoir été caractérisé comme introuvable au début des années 80 (Tanguy, 1986). Il est loin d’être mécanique et la nécessité de modifier les contenus de la formation n’est pas nécessairement liée à la conjoncture, mais bien aux gestes professionnels.

17Comme le montrent les études récentes de la Dares et Pôle emploi (Niang et alii, 2021), un tiers seulement des difficultés de recrutement relève d’un trop faible nombre de candidats formés. L’intensité des embauches, les conditions d’emploi difficiles (salaires, statuts, conditions de travail), l’inadéquation géographique entre postes à pourvoir et main-d’œuvre disponible, ont davantage leur part dans les difficultés de recrutement que la seule inadéquation des compétences.

2.1 La formation : un remède pour atténuer les tensions sur le recrutement ?

  • 6 La fabrication additive, plus communément désignée par impression 3D, se définit par la génération (...)

18La première difficulté dans l’instruction des dossiers a été de dénouer l’origine du besoin dans les arguments présentés. Les difficultés de recrutement ont été souvent mises en avant dans les dossiers, une nouvelle certification étant considérée comme un remède au manque de main-d’œuvre. Cette analyse conduit, dès lors, à présenter des dossiers pour des métiers existants, voire très anciens, mais peu prisés. Le métier d’usineur-régleur-fraiseur (réglage des machines pour réaliser des pièces industrielles), présent de longue date dans l’industrie, est ainsi présenté d’emblée comme peu attractif, peinant à remplacer les départs en retraite, en particulier dans les petites et moyennes entreprises. La diversité des procédés de fabrication dans les entreprises (allant de procédés anciens à la fabrication additive6) n’est invoquée que dans un second temps pour justifier la transformation du métier, sans réussir à convaincre que les gestes professionnels, a fortiori les organisations du travail, ont profondément évolué. Autre exemple, le métier de désinsectiseur/dératiseur, désormais appelé « technicien applicateur spécialisé dans la maîtrise des nuisibles », est présenté au motif qu’il se verrait radicalement transformé, d’une part, par l’usage de produits plus respectueux de l’environnement dont la traçabilité doit être assurée, d’autre part, par la propagation de nuisibles nouveaux liés au développement du tourisme ; ces deux changements nécessiteraient, selon les requérants, la maîtrise de nouveaux savoirs via la conception de nouvelles formations, justifiant cette demande de procédure dérogatoire. Des arguments de même nature sont mis en avant pour des métiers tels que plombier-chauffagiste, serrurier métallier, couvreur, qui tous sont confrontés à des extensions de compétences indéniables nécessitant des compléments de formation. Mais ces compétences nouvelles ne modifient pas nécessairement le cœur de métier. Par ailleurs, pour nombre de ces métiers (serrurier-métallier, plombier-chauffagiste), plusieurs CQP, parfois très peu mobilisés, existent déjà. On peut dès lors s’interroger sur la plus-value de la procédure dérogatoire d’enregistrement pour développer et adapter la formation, quand l’offre ne fait pas défaut. L’attractivité même des formations et, partant, des métiers eux-mêmes, est sans doute davantage en cause.

2.2 Les métiers porteurs sont-ils nécessairement en forte évolution ?

19Une deuxième source de difficultés dans l’examen des dossiers, symétrique de la première, tient cette fois à l’assimilation trop rapide entre métiers porteurs d’enjeux sociaux importants et métiers en forte évolution. Ces métiers sont considérés comme porteurs, car ils permettent de répondre à des besoins en croissance et diversifiés. Mais leurs activités, même si elles s’ajustent aux évolutions sociales, sont-elles vraiment nouvelles ? Il en est ainsi pour les dossiers présentés relevant des métiers du care, qui, du fait de l’augmentation massive des besoins en raison du vieillissement de la population, tendent à assimiler ampleur de la demande et profondeur de la transformation.

20Sur ce point, le dossier déposé pour le métier d’assistant médical constitue un exemple significatif des confusions susceptibles d’interférer dans les raisons qui motivent cette procédure dérogatoire (voir annexe 3 de la version électronique de l’article).

  • 7 Le niveau de qualification indique le type de formation nécessaire pour occuper un poste. Le niveau (...)

21La présentation de ce dossier permet de comprendre comment une opportunité de création d’emplois, portée par le gouvernement et la branche, suscite aussitôt une demande de création d’une nouvelle certification. Cependant, malgré cette injonction politique dont on perçoit bien les fondements, notamment pour résoudre le problème des déserts médicaux, les contours de l’activité visée par cette certification restent flous. D’un côté, il est fait référence à l’annonce, dans le cadre de la stratégie nationale de santé « ma santé 2022 », de la création de « l’assistant médical » présenté comme une nouvelle fonction, mais de l’autre, le dossier stipule un nouveau métier. Par ailleurs, le dossier suggère que le poste d'assistant médical soit accessible à des professionnels de santé (infirmiers, aide-soignant, auxiliaire de puériculture), mais aussi à des secrétaires médicaux qui ne sont pas au même niveau de qualification. Les auxiliaires de puériculture et les aides-soignants sont au niveau 3, les secrétaires médicaux au niveau 4 et les infirmiers au niveau 67. Ces écarts interrogent sur les missions dévolues à l’assistant médical.

22Outre ces clarifications, reste ambiguë, dans cette demande de création rapide d’une nouvelle certification, l’absence d’activités liées aux soins alors que cet assistant est présenté comme venant suppléer le médecin dans certaines de ses tâches. Il est uniquement fait mention de la prise des constantes (pouls, température, poids, etc.). On peut dès lors se demander si ce nouveau professionnel a vocation à assumer des tâches médicales. Un nouveau professionnel dans ce champ est sans doute attendu en raison de l’émergence des maisons médicales regroupant différents professionnels de santé ou plusieurs médecins avec un secrétariat mutualisé. Pour autant, les contours exacts de son rôle sont trop imprécis pour concevoir, dès à présent, une formation conduisant à une nouvelle certification. Si l’affirmation d’un besoin pour répondre à une problématique sociale ou professionnelle dans ce champ est nécessaire, elle n’est pas suffisante pour créer ou réajuster une certification pertinente au regard du travail et de l’emploi. Les activités proposées dans le référentiel sont trop génériques pour comprendre les situations auxquelles seront confrontés ces futurs assistants médicaux.

23Dans un autre domaine, celui du numérique, les transformations technologiques et les nouveaux besoins qui les accompagnent sont également assimilés à des mutations des métiers. Ces professions sont en pleine expansion, depuis de nombreuses années, dans tous les secteurs, ce qui ne manque pas d’aviver les tensions sur le recrutement. De nombreux dossiers ont été déposés sur des métiers du numérique et de la donnée. Pour autant, les professions exercées sont-elles en forte transformation ou sont-elles émergentes du simple fait d’appartenir à une vague technologique qui remonte à l’invention du micro-ordinateur et de l’Internet ? Les technologies de l’information et de la communication se raffinent et soulèvent de nouvelles problématiques (cybersécurité), mais deux questions se sont posées d’emblée au Comité scientifique. D’une part, les innovations technologiques sont-elles suffisamment récentes pour justifier une procédure dérogatoire ? D’autre part, le contenu de l’exercice professionnel en est-il profondément transformé, en particulier dans des métiers qui sont, par nature, au cœur de l’innovation technologique ?

  • 8 G. Bastin et P. Tubaro écrivent à ce sujet que le « big data n’est pas séparable de l’intérêt crois (...)
  • 9 Dès la rentrée 2013, Telecom Paris Tech et HEC inauguraient leur master en big data ou data science(...)

24Répondre à ces questions n’a rien d’évident. Prenons l’exemple du data scientist, pour lequel de multiples dossiers ont été déposés. Ce métier se fonde sur le développement des données massives ou big data du fait de la numérisation croissante des activités sociales qui permettent de traiter un nombre considérable de données hétérogènes, y compris à l’aide du machine learning, des algorithmes dits d’ « apprentissages profonds » (Bastin et Tubaro 2018)8. Si l’analyse des données à travers les statistiques remonte au XVIIIe siècle, la révolution informatique va lui donner une capacité de traitement exponentielle et une mine de données à exploiter. La « science des données », au croisement de la statistique et de l’informatique, trouve son origine dans l’Amérique des années 1960 (Dagiral et Parasie 2017), mais ce sont les usages sociaux du numérique, à partir des années 2000 (Internet et surtout smartphones et réseaux sociaux), qui vont en accroître la portée. Le terme même de data scientist (ou data analyst) apparaît dans les recherches sur le web (google trends) dès 2010, aux États-Unis, et à partir de 2013 en France, alors que les offres d’emploi pour ce métier se multiplient et que les formations initiales et continues leur emboîtent le pas9. On peut dès lors s’interroger sur le caractère réellement émergent de ce métier en 2019-2020, date de dépôt des dossiers.

25Le caractère novateur d’une technique mobilisée par un métier n’emporte pas nécessairement une modification radicale de ses savoir-faire, de ses outils et de ses environnements de travail. Renommer un métier peut parfois sembler un effet de mode avec son lot d’anglicismes, comme le DRH devenu « chief happiness officer » dans les start-ups. De fait, le terme de statisticien, en dehors de la fonction publique qui reste le gardien du temple, a peu ou prou disparu des annonces d’emploi. Pourtant, c’est bien le métier de statisticien-mathématicien qui s’est mué en data scientist pour tenir compte de l’évolution des techniques et de leurs usages (Besse et al., 2014), une évolution sensible dès le virage d’Internet et la multiplication des capacités de calcul des ordinateurs. Dans le même temps, les informaticiens ont dû eux-mêmes davantage se soucier des méthodes statistiques pour collecter, redresser, exploiter et visualiser les masses de données disponibles. De fait, les data scientist appartiennent aujourd’hui aux deux disciplines. Si leurs métiers ont été certes transformés, il reste difficile de dater précisément cette évolution ni même d’apprécier son intensité.

26Cette hybridation entre deux métiers s’est opérée progressivement et, avant les années 2010, elle s’est construite autant dans la pratique qu’au travers de formations spécifiques. Car les métiers de la donnée ou du numérique, exercés par des personnels très qualifiés, ne passent pas nécessairement par des apprentissages formels, a fortiori par des certifications. Ils sont, en particulier dans les entreprises numériques, soumis à une évolution constante des techniques et des organisations et donc à une adaptation permanente de leurs compétences. Pour y parvenir, les entreprises numériques, en particulier, mobilisent autant la transmission entre pairs (tutorat), l’auto-formation, les conférences ou les cours en lignes et l’apprentissage en situation de travail que des formations « classiques », a fortiori des certifications (Dubois et Rousset, 2017). Dans les métiers de l’informatique et de la donnée, la technicité est certes valorisée par les recruteurs, mais elle « relève autant de l’expérience et de la compétence que du diplôme » (Lhommeau et Rémy, 2021). Cette insertion professionnelle par le faire relativise l’urgence à créer des formations certifiantes pour accompagner un processus d’adaptation des compétences déjà largement mis en œuvre.

2.3 Des métiers traditionnels en profonde transformation

27Si le caractère porteur d’un métier n’implique pas mécaniquement la mutation profonde de ses gestes professionnels, à l’inverse, certains métiers encore faiblement créateurs d’emploi, voire en déclin, peuvent révéler des changements d’organisation importants avec une hybridation de savoirs ou des évolutions de « normes » professionnelles qui impliquent l’élaboration d’une nouvelle certification. Ces cas de figure concernent certains métiers devant répondre à des enjeux sociétaux qui, s’ils ne sont pas nouveaux, prennent de l’importance.

28Ainsi, par exemple, les dossiers présentant des métiers relevant de la végétalisation urbaine mettent en évidence d’importantes transformations des savoir-faire, induites par des exigences énergétiques, écologiques et économiques. Ces professionnels œuvrant jusqu’à présent dans les parcs et jardins vont devoir intervenir dans des espaces complétement nouveaux (immeubles, murs…), impliquant une transformation de leurs savoir-faire et des connaissances nouvelles sur les végétaux et les conditions d’environnement leur permettant de se développer. Dans un autre domaine, les huissiers de justice, les commissaires-priseurs, voire les agents de sécurité, à qui la législation autorise désormais le port d’arme, vont à court terme devoir effectuer des adaptations substantielles de l’exercice de leurs fonctions engendrant, cette fois, des ajustements conséquents et relativement urgents des formations.

29Cependant, même en se gardant de ces deux écueils, celui de se laisser aveugler par les enjeux sociaux sans regarder les conséquences sur le travail et celui de sous-estimer les transformations du travail parce que les enjeux sociaux sont moindres, il se révèle très délicat d’évaluer les besoins réels de recrutement pour des métiers relevant partiellement de nouvelles pratiques. Du fait de leur caractère récent, inférer a priori leur succès s’avère périlleux ; celui-ci va dépendre de nombreux paramètres : la marche des affaires, la réalité des transformations organisationnelles (beaucoup de métiers d’intégrateurs ne verront pas le jour…), l’adoption des techniques dans la pratique professionnelle (qui conduit à des segmentations de métiers ou au contraire des hybridations de métiers)... Là encore, comme pour les « nouveaux » métiers, qu’ils soient porteurs ou non de fortes attentes sociales, le constat se fait en général a posteriori.

2.4 La certification comme gage d’accès et d’adaptation à l’emploi

30Les dossiers présentés présupposent également que la formation et la certification ont le double pouvoir d’être, d’une part, des gages d’accès à l’emploi pour les individus et, d’autre part, des réponses adéquates aux besoins émergents en compétences pour les entreprises. Promouvoir la certification comme vecteur d’employabilité est en effet le leitmotiv des politiques d’emploi et de formation depuis le début des années 2000 (Maillard, 2017). Le modèle de la certification, bâti en référence à celui du diplôme de formation initiale, acquiert une place grandissante dans le système de formation continue, et est identifié comme un nouvel instrument de la relation formation-emploi (Tessier et Rose, 2006). Pour autant, comme le souligne J.-F. Giret (2015) dans sa revue des mesures de la relation formation-emploi, les démarches adéquationnistes à la base de ces orientations politiques sont loin d’être validées à partir des enquêtes sur le marché du travail. Ainsi le rôle du diplôme initial dans l’accès à l’emploi des jeunes débutants sur le marché du travail est avéré par tous les travaux issus des enquêtes Génération du Céreq.Toutefois, son emprise diminue progressivement au profit de l’expérience accumulée qui est ensuite privilégiée comme critère de recrutement par les employeurs (Chamki, Lainé, 2022). Concernant la formation continue, les processus de certification sont diversifiés (CQP, VAE…) et leurs usages reflètent des espaces de reconnaissance réduits en lien avec les modalités de production desdites certifications (Borras, 2006). Ces questionnements sur les fonctions de la certification sur le marché du travail ne sont pas nouveaux, comme en témoigne l’analyse classique des liens entre le titre et le poste (Bourdieu, Boltanski, 1975). Ainsi, en dehors de professions réglementées dont l’accès est strictement déterminé par la détention d’un titre professionnel, le diplôme ou la certification ont d’abord un rôle de signal et de critère de classement pour les employeurs, en diminuant l’incertitude sur les compétences des candidats à l’embauche (Marchal, 2015). Les processus de sélection sur le marché du travail font par ailleurs usage d’autres critères plus implicites que ceux du diplôme et de la formation, comme par exemple les compétences comportementales (Depoilly, 2022).

31D’une manière générale, l’acquisition d’un diplôme ou d’une certification ne suffit pas en elle-même à assurer l’adaptation des compétences et peut être coûteuse pour les individus avec un « retour sur investissement » qui n’est pas toujours au rendez-vous, en particulier pour les moins qualifiés qui ne retrouvent pas nécessairement un emploi à l’issue de leur formation (Stephanus et Vero, 2022). Finalement, l’existence de formations ne résout pas la question de leur accès qui nécessite de lever des freins autrement plus structurels : dans certains métiers indépendants, le temps de formation est une perte de revenu ; certains actifs souffrent de difficultés matérielles, physiques ou psychiques, voire d’éloignement de l’emploi et de l’école qui rendent l’accès à la formation problématique (France Stratégie, 2017).

2.5 Quelle formation pour accompagner la transformation des métiers ?

32L’ensemble de ces constats conduit à interroger la pertinence de la démarche retenue pour ouvrir une procédure dérogatoire à l’inscription de formations au RNCP. Ainsi, la constitution de listes qui peut a priori sembler efficace pour établir des repères partagés, s’avère illusoire : bien souvent, la liste une fois établie est fréquemment obsolète car les contextes socio-professionnels ou les enjeux n’étant pas stables, elle n’est jamais à jour. Elle peut également induire des rigidités dans les liens formation/certification/emploi, là où justement une plus grande fluidité est à rechercher. De plus, les choix opérés en la matière ne sont pas anodins : créer des formations certifiantes n’est pas sans incidence sur la carrière des personnes qui vont se tourner vers elles et qui peuvent se retrouver dans des « métiers sans avenir ». Ces difficultés amènent à interroger la manière dont la formation est mobilisée pour contribuer au développement de compétences pour des métiers nouveaux ou en transformation.

33En effet, les manières d’apprendre et de se former ne relèvent pas seulement de pratiques d’enseignement et de stages effectués à distance de l’activité productive ; d’autres formes d’apprentissage, plus intégrées au travail, contribuent aussi au développement de nouvelles compétences. Alors que les dossiers examinés visent la reconnaissance des compétences pour des métiers en émergence ou en profonde transformation, peu d’entre eux évoquent les expériences de travail comme moyen d’acquérir ou de développer des compétences. Quels que soient les domaines, industrie, informatique, services, les rédacteurs ne signalent quasiment jamais ni que ces apprentissages peuvent s’acquérir par d’autres voies que la formation traditionnelle, ni que les pratiques de travail actuelles préfigurent déjà ces nouvelles manières de travailler, qu’il faut essayer de mieux reconnaître.

34Cette manière d’envisager la formation, conforme à une certaine tradition « séparatiste » dissociant système de formation et système de production au fondement de la legislation de 1971 sur la formation (Luttringer, 2015) et focalisée ici sur l’acquisition d’une certification, fait donc peu de place à l’expérience pour développer de nouvelles compétences. Si l’expérience n’est pas naturellement apprenante (Mayen et Lainé 2014 ; Pastré, 2011), l’histoire des métiers montre souvent que des modalités d’organisation soutenantes, avec des tutorats ou des espaces de partage de pratiques, permettent d’expérimenter, de sécuriser et de capitaliser des compétences jusqu’alors inédites, mais requises par les situations de travail. Des approches de la formation plus intégrées aux systèmes de production pourraient engendrer de nouvelles « dynamiques de travail » (Fournier et alii, 2020), propices à la professionnalisation des personnes et au développement des organisations dans un contexte de mutation des métiers.

Conclusion

35Au cours de cette contribution, nous avons cherché, à partir de notre place comme membres du Comité scientifique de la Commission Certification de France compétences, à comprendre et à analyser les impasses et les difficultés suscitées par la procédure dérogatoire permettant l’inscription plus rapide sur le RNCP de certifications concernant des métiers nouveaux ou en profonde évolution. L’ensemble des questions suscitées à la lecture des dossiers révèle de multiples porosités entre les transformations des métiers et les adaptations continues des professionnels pour faire face aux exigences de leur travail.

36Pourtant, l’analyse des différents dossiers conduit à constater que les demandeurs de cette procédure dérogatoire prennent peu en compte cet « environnement agissant » (Mayen et alii, op. cit.) c’est-à-dire ce qui est en jeu dans un métier et qui dépasse largement le périmètre des tâches à maîtriser. L’usage de cette procédure dérogatoire manifeste ainsi une conception de la formation postulant un monde ordonné où la personne, la formation et l’emploi sont en correspondance (Gasquet, 2020). Cette approche conduit à contourner la réflexion sur les organisations et les dimensions collectives du travail. En considérant l’organisation comme un simple assemblage de compétences préconstituées sur le marché, notamment par la formation et la certification, on risque d’omettre que la mission d’une organisation « consiste à susciter des apprentissages individuels, coordonnés, donc à construire une compétence collective originale, véritable fondement durable de la compétitivité » (Hatchuel, 2013).

37Il existe une contradiction intrinsèque dans la présentation de ces dossiers entre la construction des certifications qui institutionnalisent des normes professionnelles (constitution d’un ensemble de savoir-faire, de modes de validation, etc.) nécessairement figées et l’exigence de fluidité de la formation pour s’adapter aux évolutions permanentes des configurations professionnelles et des organisations du travail.

38La réponse à cette tension est complexe, mais elle n’a pas toujours pour réponse immédiate la construction de nouvelles certifications, supposées mieux adaptées. La prise en compte de la richesse des expériences des différents acteurs concernés est une autre alternative ; elle nécessite de porter davantage d’attention au travail en train de se faire et aux organisations au sein desquelles il s’effectue.

39Enfin, ce processus de labellisation des certifications s’intègre dans une visée plus globale de contrôle des fonds de la formation professionnelle et de réduction de l’offre de formation, devenue pléthorique et peu lisible. La régulation de la formation continue devient dès lors une prérogative étatique, comme l’est celle de la formation initiale. Néanmoins, les modalités de ce contrôle des fonds mutualisés de la formation continue, effectué par le haut, l’exposent à deux risques majeurs : celui d’être en dehors des réalités du travail et celui d’être instrumentalisé par des groupes de pression.

Haut de page

Bibliographie

Bastin G. et Tubaro P. (2018), « Le moment big data des sciences sociales », Revue française de sociologie, n° 2018/3, vol. 59.

Besse P., Garivier A., Loubes J-M (2014), Big Data – Retour vers le Futur - 3 - De Statisticien à Data Scientist, publié sur la plateforme arXiv.

Bloch M. (1997) [1949]), Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Armand Colin.

Borras I. (2006), « La certification dans les théories économiques : quelle place ? quelle pertinence pour la formation continue ? », in Tessier J. et Rose J., La certification, nouvel instrument de la relation formation-emploi : un enjeu français et européen, Céreq Relief, n° 16, pp. 33-47.

Bourdieu P., Boltanski L. (1975), « Le titre et le poste : rapports entre le système de production et le système de reproduction », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1-2, pp. 95-107.

Buscatto M. (2010), La fabrique de l’ethnographie. Dans les rouages du travail organisé, Toulouse, Octarès.

Chamkhi A., Lainé F. (2022), « La place du diplôme et de l’expérience pour les employeurs : entre représentations, compétences attendues et spécificités du poste », Formation Emploi, n° 159, pp. 185-212.

Dagiral É., Parasie S. (2017), « La ‘science des données’ à la conquête des mondes sociaux : ce que le ‘Big Data’ doit aux épistémologies locales », in Big data et traçabilité numérique : Les sciences sociales face à la quantification massive des individus [en ligne]. Paris, Collège de France.

Descolonges M. (1996), Qu’est-ce qu’un métier ?, Paris, PUF.

Depoilly S. (2022), « Postface. Des effets de sélection du système éducatif au marché du travail : mythe de l’adéquation et reproduction des inégalités dans l’enseignement professionnel secondaire », Formation Emploi, vol. 159, n° 3, pp. 213-222.

Dubar C. & Tripier P. (1998), Sociologie des professions, Paris, Armand Colin.

Dubois J.-M, Rousset P. (2017), « L’adaptation des compétences, un défi à relever pour les entreprises du numérique », Céreq Bref, n° 358, Septembre.

France Stratégie (2017), l’insertion professionnelle des jeunes, rapport à la ministre du Travail, janvier.

Fournier C., Lambert M. & Marion-Vernoux I. (2020), « Le travail au coeur de la montée en compétences des jeunes salariés », dans Dupray A., Gasquet C. & Lefresne F., L’entreprise rend-elle compétent.e ?, Marseille, Céreq, pp. 62-70.

Frétigné C. (2008), « Le métier. Un analyseur des transformations des mondes du travail », Recherche et formation 2008/1, n° 57, pp. 129-139.

Gasquet C. (2020), « L’entreprise rend-elle compétent.e ? Pourquoi et comment traiter cette question ? », dans Dupray A., Gasquet C. & Lefresne F., L’entreprise rend-elle compétent.e ? Marseille, Céreq, pp. 7-13.

Giret J.-F. (2015), « Les mesures de la relation formation-emploi », Revue française de pédagogie, vol. 192, n° 23-36.

Hatchuel A. (2013), « Organiser le travail avant de former », Le Monde, 12 novembre.

Lhommeau B. et Rémy V. (2021), « Les critères de sélection du candidat : un résumé du processus de recrutement selon le métier », Dares, Document d’études n° 253, septembre.

Liaroutzos O. (1998), « La secrétaire et les autres. Une identité professionnelle en question », Formation Emploi, 61, pp. 73-89.

Luttringer J. (2015), « L’entreprise formatrice et le droit après la loi de 2014 », Chroniques, 95, Février.

Maillard F (2017), « La politique de certification tout au long de la vie : vers la labellisation des actifs ? », Sociologies pratiques, n° 35, pp. 37-47.

Maillard F. (2020/4), « La certification pour tous : une arme à double tranchant », La pensée, 404, pp. 93-105.

Marchal E. (2015), Les Embarras des recruteurs. Enquête sur le marché du travail, Paris, Éditions de l’EHESS.

Mayen P. & Lainé A. (2014), Apprendre à travailler avec le vivant. Développement durable et didactique professionnelle, Dijon, Raison et Passions.

Mayen P., Lainé A. & Spinec F. (2020), « Démarches et méthodes pour l’analyse d’une filière et d’un métier, de ses savoirs et de ses compétences : le cas de l’algoculture marine en Bretagne », dans Charlier E., Roussel J.-F., Giglio M. & Mayen P., Penser le métier par la formation, Bejune, Haute École Pédagogique, pp. 97-120.

Naville P. (1961), « L’emploi, le métier, la profession », Dans Friedmann G. E., Traité de sociologie du travail (Vol. Tome 1), Paris, Armand Colin.

Niang M., Lainé F. & Chartier F. (2021), Les tensions sur le marché du travail en 2020. Dares Résultats n° 69, Dares-Pôle emploi, novembre.

Niang M., Vroylandt T. (2020), « Les tensions sur le marché du travail en 2019 », Dares Résultats n° 032, Dares-Pôle emploi, novembre.

Pastré P. (2011), La didactique professionnelle. Approche anthropologique du développement chez les adultes, Paris, PUF.

Podevin G. (2015), « Quand l’éolien prend la mer : un vent nouveau sur les métiers existants », Céreq Bref, n° 336, juin.

Rouzier-Deroubaix A., Ville C. & Alazaïs R. (2015), Les besoins de formation non satisfaits au regard des besoins de l’économie. La problématique des formations émergentes ou rare, (Plan d’action), Inspection générale des affaires sociales.

Stephanus C. et Vero J. (2022), « Se reconvertir, c’est du boulot ! », Céreq Bref, n° 418, février.

Tanguy L. (1986) (dir.), L’introuvable relation formation emploi. Un état des recherches en France, Paris, La Documentation française.

Tessier J., Rose J. (2006), « La certification, nouvel instrument de la relation formation-emploi : un enjeu français et européen », Céreq Relief, n° 16, 130 p.

Haut de page

Annexe

Annexe 1. Les répertoires de certification et les procédures d’enregistrement

Il existe deux répertoires des diplômes et titres professionnels reconnus par l’État.
Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) liste les certifications professionnelles qui attestent des compétences nécessaires à l’exercice d’un métier. Le Répertoire Spécifique (RS) liste les certifications qui attestent de compétences complémentaires aux certifications professionnelles (habilitations ou certifications découlant d’une obligation légale et réglementaire, certifications de compétences transversales certifications de compétences complémentaires à un métier). Pour ces deux répertoires, les certifications sont enregistrables de droit si elles sont délivrées au nom de l’État, toutes les autres certifications et les CQP sont enregistrables sur demande et après avis conforme de la Commission de la Certification Professionnelle de France compétences, instituée par la loi de septembre 2018.
La décision d’enregistrement est prise par le directeur général de France compétences, après avis conforme de la Commission de la Certification Professionnelle (Décret n° 2018-1172 , Art. R. 6113-12. : « Le directeur général de France compétences prononce, par décision publiée au Journal officiel de la République française et mise en ligne sur le site internet de France compétences, l'enregistrement des certifications professionnelles dans le répertoire national des certifications professionnelles au titre de la procédure prévue au II de l'article L. 6113-5 et l'enregistrement des certifications et habilitations dans le répertoire spécifique au titre de la procédure prévue à l'article L. 6113-6 ».
En octobre 2021, parmi les certifications sur demande dites « actives » car encore utilisées, on dénombrait 1 972 compétences enregistrées au RNCP et 2 602 enregistrées au RS.

Annexe 2. Appel à contribution 2020 relatif à l'établissement d'une liste de métiers en particulière évolution ou en émergence - Grille d'analyse

Annexe 3. L’exemple du dossier de l’assistant médical présenté pour la procédure dérogatoire

Porté par la branche, le contributeur de ce dossier sollicite cette procédure dérogatoire pour plusieurs raisons exposées dans les termes suivants :
1 L’évolution du système de santé et son impact sur les activités des cabinets médicaux

Les politiques de santé s’orientent fortement en faveur des prises en charge ambulatoires amenant la médecine libérale à réaliser des prises en charge complexes et / ou de longue durée liées aux pathologies du vieillissement et aux maladies chroniques. Par ailleurs, les politiques de santé tendent à favoriser un exercice de la médecine regroupé et/ou coordonné entre différents professionnels de santé.
Dans ce contexte, les cabinets médicaux doivent réorienter leurs pratiques et développer de nouvelles activités : prévention, télémédecine, coordination, petite chirurgie … Le recours à une assistance médicale est nécessaire pour seconder les praticiens dans ces activités.
2 Les besoins exprimés par les Médecins libéraux
Dès 2011, les représentants de différentes spécialités médicales (ophtalmologistes, ORL, dermatologues, …) constatent de manière convergente un besoin de qualification en assistance médicale. Les médecins spécialistes souhaitent disposer d’assistant·e·s qualifié·e·s qui puissent les seconder dans des actions en contact avec les patients liées à la préparation et au déroulement de la consultation : installation des patients, préparation des salles d’examens, préparation à la réalisation d’actes techniques,…
Pour ces médecins, cette possibilité permettrait de libérer du temps médical afin qu’ils se recentrent sur l’expertise clinique et puissent répondre à la croissance des besoins de soins.
Les représentants des spécialités médicales sollicitent la Commission paritaire nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (CPNEFP) des cabinets médicaux afin qu’une réflexion soit menée sur le contenu et le périmètre des tâches à confier aux assistants médicaux. Parallèlement, une étude commandée par les partenaires sociaux de la branche à l’Observatoire des Métiers des Professions Libérales (OMPL) montre que les évolutions de la médecine libérale ont des impacts sur les métiers. Cette étude préconise de soutenir l’émergence de nouveaux métiers tels que l’assistante médical·e.
3 La création d’une nouvelle fonction d’assistants médicaux dans le plan de transformation du système de santé du gouvernement
En septembre 2018, le gouvernement, dans son plan de transformation du système de santé, annonce la création d’un nouveau métier d’assistant(e) médical(e). L’objectif est de 4 000 recrutements d’ici 2022. Le Plan santé fait écho aux demandes récurrentes de la profession, puisque la création de ce métier vise à redonner du temps médical aux médecins et améliorer l’accès aux soins.
La branche des personnels des cabinets médicaux a acté la reconnaissance de ce nouveau métier dans sa nouvelle grille de classification. Pour la branche, cette reconnaissance permettrait également de donner des perspectives d’évolution aux secrétaires médicales en poste. Ce métier représente la moitié des effectifs salariés de la branche, mais les perspectives d’évolution pour les secrétaires dans un cabinet médical sont très limitées, voire inexistantes.
Le métier d’assistant·e médical·e est également ouvert à des soignants (infirmiers, aides-soignants, auxiliaires de puériculture, …) qui souhaitent se reconvertir.
Il est à noter que ce nouveau métier ne constitue pas une nouvelle profession de santé.
Le dossier propose également une liste d’activités, considérées comme nouvelles, qui constitueront le référentiel d’activités :
Le suivi du parcours patient : recueil des informations nécessaires aux soins et au parcours de soins, programmation des parcours de soins, information des patients sur les campagnes nationales de santé.
Hygiène et qualité : mise en oeuvre des protocoles liés à la gestion du risque contaminant, prise de constantes, mise en oeuvre des procédures liées à l’identitovigilance et à la pharmacovigilance.
Assistance opérationnelle du praticien : installation des patients pour les soins, organisation des conditions matérielles permettant la réalisation des soins (salles d’examens, plateaux techniques), aide logistique à la réalisation des gestes techniques.
Accueil et prise en charge administrative : constitution des dossiers médicaux des patients, accueil des patients dans les salles de consultation et d’examen, accompagnement à la mise en place de la télémédecine.
Les facteurs explicatifs de ces changements sont exposés ainsi :
Un des facteurs d’émergence de ce métier est lié aux évolutions sociétales. Le profil de la patientèle évolue depuis une dizaine d’années avec des patients affirmant un rôle d’acteurs de leur santé. Ils demandent plus d’informations et davantage d’examens et sont mieux informés sur les pathologies du fait d’un accès à l’information médicale facilitée par Internet. Les patients deviennent également plus exigeants sur les temps d’attente en consultation et la disponibilité des médecins. Par ailleurs, les nouvelles générations de médecins souhaitent mieux réguler leurs charges de travail afin de concilier vie professionnelle et vie privée. Elles se démarquent des générations précédentes en travaillant différemment de leurs aînés afin de garder une qualité de vie personnelle.

Annexe 4. Tableau 1 : Appel à contributions « métiers émergents ou en particulière évolution », 2019-2020

Appel à contributions /liste

Nombre de contributions

Nombre de métiers examinés

Nombre de métiers retenus

Sept 2019 /liste 2020

107

227

23

Sept 2020 / liste 2021

21

36

20

Source : France compétences

Note de lecture : pour établir la liste des métiers « en émergence ou en forte évolution » de 2020, 107 contributions ont été reçues, représentant 227 métiers, parmi lesquels 23 ont été considérés comme relevant de cette procédure dérogatoire.

Sur les 23 métiers retenus dans la liste 2020, dix figurant en italique ont fait l’objet d’une demande d’enregistrement de certification l’année suivante.

Ouvrier / technicien en aquaponie (aquaculture et production maraîchère)

Opérateur en fabrication additive

Eco-concepteur de produits plastiques et composites

Opérateur en régénération des matières plastiques

Technicien valoriste des Ressources du Bâtiment

Collecteur de biodéchets

Chef de projet intelligence artificielle

Ingénieur intelligence artificielle

Développeur intelligence artificielle

Data Protection Officer (DPO) - trois certifications déposées

Gestionnaire de la sécurité des données, des réseaux et des systèmes

Développeur sécurité

Acheteur-Vendeur Marée

Documentariste sonore / podcaster

Agent de protection physique des personnes privée, armé catégorie B

Agent de surveillance privée, armé catégorie D

Agent de surveillance renforcée privée, armé catégorie B

Concepteur et intégrateur de réalité virtuelle

Eco-agriculteur

Entraîneur de breaking

Entrepreneur de la coiffure

Expert technique en création numérique

Végétaliseur urbain

Suite à la première liste des métiers, quinze certifications ont été déposées auprès du RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles), dont trois portent sur les métiers de la surveillance qui évoluent suite à une loi sur l’autorisation de port d’arme ; cinq métiers relèvent des activités du numérique ; trois métiers sont reliés à des enjeux d’environnement et d’économie circulaire. Un métier s’inscrit dans la filière traditionnelle de la coiffure (cette certification permet à l’école de formation de l’Oréal de devenir un CFA (centre de formation d’apprentis) d’entreprise proposant des bachelors en trois ans).

Les listes sont annuellement mises à jour et consultables sur le site de France compétences (https://www.francecompetences.fr/​fiche/​publication-de-la-liste-2022-des-metiers-en-particuliere-evolution/​). Toutefois, au-delà de 2020, les certifications déposées pour ces sélections de métiers ne sont, à notre connaissance, pas répertoriées clairement dans le flux des certifications annuellement validées par la commission.

20 métiers ont été sélectionnés sur la liste 2021, cinq métiers ajoutés en 2022 et sept métiers ajoutés en 2023.

Liste 2021 : 20 métiers

Assistant médical

Technicien applicateur spécialisé dans la maîtrise des nuisibles

Clerc assistant

Architecte Internet des objets

Clerc gestionnaire

Data Engineer

Commissaire de justice

Architecte des systèmes d’information dans les processus industriels

Plombier chauffagiste

Ingénieur/Expert en numérisation des systèmes et processus de production

Couvreur

Technicien en conception d’études et développement électronique

Serrurier métallier

Technicien en électronique

Diagnostiqueur de produits, matériaux et déchets issus des bâtiments

Préparateur en déconstruction

Technicien d’installation et de maintenance de systèmes énergétiques

Technicien / chef de projet en rénovation énergétique

Chargé de recyclage en production plasturgie

Chargé de process numériques de production en plasturgie

Ajouts 2022 : cinq métiers

Animateur formateur en technologies agricoles

Animateur esport(s)

Paysan-herboriste

Electrobobinier

Agent valoriste des biens de consommation courante

Ajouts 2023 : sept métiers

Responsable de développement industriel en bioproduction

Expert en digitalisation et exploitation des bâtiments

Contrôleur technique qualité des installations et équipements des énergies décarbonées

Ouvrier de la construction modulaire hors site

Intervenant médico-technique à domicile pour les prestataires de santé à domicile

Technicien valoriste du réemploi

Technicien en bioproduction

Haut de page

Notes

1 Désignées en tant que « titres à finalité professionnelle » pour les distinguer des diplômes professionnels qui ne relèvent pas d’une inscription de droit.

2 La Commission Nationale de la Certification Professionnelle (CNCP) avait été créée par la Loi de modernisation sociale n° 2002-73 du 17 janvier 2002 pour administrer le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RCNP) et le rendre plus lisible. Elle était composée de représentants ministériels, représentants des Régions, partenaires sociaux, représentants des chambres consulaires et personnes qualifiées.

3 Selon les termes du décret n° 2018-1172 du 18 décembre 2018 qui prévoit, dans son Art. R. 6113-10 : « En application du II de l’article L. 6113-5, la commission de la certification professionnelle établit, selon une périodicité annuelle et sur proposition d’un comité scientifique composé du président de la commission et de trois personnalités qualifiées nommées par arrêté du ministre chargé de la formation professionnelle, une liste des métiers considérés comme particulièrement en évolution ou en émergence. Les demandes d’enregistrement portant sur un projet de certification professionnelle relatif à un métier figurant sur la liste mentionnée au précédent alinéa ne sont pas soumises aux critères d’examen prévus aux 1° et 2° de l’article R. 6113-9. L’enregistrement effectué au titre de la procédure du présent article est d’une durée maximale de trois ans. » Cet article sera modifié par décret n° 2021-389 du 2 avril 2021 pour remplacer « sur proposition » par « après avis » d’un comité scientifique.

4 Après avoir exprimé notre désaccord sur l’examen des dossiers, le comité scientifique a été renouvelé en 2021 et la procédure modifiée, en limitant le rôle du comité scientifique à un avis.

5 Comme le rappellent les ethnographes, « l’engagement est également une construction scientifique que le chercheur doit analyser et négocier de manière réfléchie avec les acteurs au regard des règles structurant le système social dans lequel ils et elles évoluent » (Buscatto, 2010, p. 26).

6 La fabrication additive, plus communément désignée par impression 3D, se définit par la génération d’un objet par dépôt de couches successives de matière (sous forme de fils ou de liquide), à partir d’un modèle numérique (sans moule).

7 Le niveau de qualification indique le type de formation nécessaire pour occuper un poste. Le niveau 3 correspond au BEP et CAP, le niveau 4 au baccalauréat et le niveau 6 à la licence ou BUT.

8 G. Bastin et P. Tubaro écrivent à ce sujet que le « big data n’est pas séparable de l’intérêt croissant pour les algorithmes relevant du machine learning » car il est « au croisement de l’informatique et des statistiques ».

9 Dès la rentrée 2013, Telecom Paris Tech et HEC inauguraient leur master en big data ou data science.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Jolly, Nathalie Moncel et Anne-Lise Ulmann, « Nouveaux métiers et certification : l’impossible équation ? »Formation emploi, 164 | 2023, 111-127.

Référence électronique

Cécile Jolly, Nathalie Moncel et Anne-Lise Ulmann, « Nouveaux métiers et certification : l’impossible équation ? »Formation emploi [En ligne], 164 | Octobre-Décembre, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/12069 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.12069

Haut de page

Auteurs

Cécile Jolly

Cheffe de projet prospective des métiers et des qualifications, France Stratégie 

Nathalie Moncel

Ingénieure de recherche, Céreq

Articles du même auteur

Anne-Lise Ulmann

Maîtresse de Conférences-HDR, CNAM, métiers de la formation

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search