Navigation – Plan du site
Profession

Les gardiens d’immeubles : le présent conjugué au passé1

Building caretakers: the present viewed in terms of the past
Hausmeister: Neue Vorstellung über einen alten Beruf
Hervé Marchal
p. 95-107

Résumés

Les gardiens d’immeubles de l’habitat social disposent de peu de supports légitimes (reconnaissance institutionnelle, bonne réputation du métier) pour définir en quoi consiste leur métier. En partant de ce constat, l’article souligne combien ces agents de terrain s’appuient au quotidien sur leur vécu pour déterminer les contours et les limites de leur rôle professionnel. À partir d’une enquête quantitative d’ampleur nationale, de nombreux entretiens et d’observations participantes, le propos s’articule autour d’exemples précis où le passé personnel des gardiens décide du rapport qu’ils entretiennent avec leur fonction.

Haut de page

Texte intégral

Le métier de gardien d’immeuble rassemble de nombreuses fonctions, aussi bien techniques que relationnelles. Comment les gardiens font-ils face à cette diversitéet comment déterminent-ils les limites de leur métier ?

  • 1 L’article s’appuie sur une recherche collective menée au sein du LASTES (Laboratoire de sociologie (...)
  • 2 En France, on compte en 2006 plus de quatre millions de logements sociaux, abritant plus de douze m (...)
  • 3 Nous employons également la terminologie « agent de terrain » afin de bien spécifier la position si (...)
  • 4  Voir le décret de M.-N. Lieneman du 28 décembre 2001 qui impose la mise en place du gardiennage da (...)

1Dans quelle mesure les gardiens d’immeubles de l’habitat social2 s’appuient-ils au quotidien sur leur vécu pour donner du sens à leur fonction et en déterminer les contours et les limites ? La question est d’autant plus intéressante que comprendre la façon dont ces agents de terrain3 construisent réellement leur identité professionnelle, c’est comprendre la complexité de leurs relations sociales (avec les locataires et les personnels administratifs notamment) mais aussi les raisons pour lesquelles ils réagissent de telle ou telle manière face aux nouvelles missions qui leur sont confiées. En effet, certains décideurs politiques considèrent les gardiens comme un remède aux problèmes rencontrés dans certaines banlieues en souhaitant voir intégrer la médiation dans leurs tâches4 . Quant aux organismes gestionnaires de logements sociaux, ils considèrent cet ancien métier, non seulement comme une solution pour maintenir l’ordre social, mais aussi comme un moyen de lutter contre les impayés de loyer et de déléguer un certain nombre de tâches administratives traditionnellement réservées aux personnels des « bureaux » (gestion locative, états des lieux).

  • 5 Les gardiens sont plus de 83 % à loger dans le quartier où ils travaillent, d’où leur isolement, si (...)

2La question posée gagne encore en acuité quand on sait qu’en dépit des efforts fournis par les décideurs de l’habitat social pour valoriser le métier, les gardiens d’immeubles sont toujours peu reconnus au sein même des organismes gestionnaires de logements sociaux (Marchal, 2004). Cela tient notamment au fait que, contrairement aux agents d’organismes d’habitation à loyer modéré (HLM), responsables de la gestion locative étudiés par P. Warin, les gardiens ne sont pas intégrés physiquement et socialement au sein de leur institution d’appartenance5. Aussi ne sont-ils pas concernés par cette « pression à l’inférence » invoquée par l’auteur pour rendre compte de l’existence d’un « champ de représentations » commun à l’ensemble des personnels appartenant à tel ou tel organisme d’HLM (Warin, 1993, pp. 54-55). En d’autres termes, les gardiens sont à l’écart des logiques sociales et culturelles véhiculées par les personnels administratifs.

3Dans ce sens, il est important de souligner, comme nous l’avons déjà fait (Marchal, op. cit.) ainsi que d’autres chercheurs (Maury, 2001), à quel point les relations de ces agents de terrain avec les personnels administratifs des « bureaux » se traduisent le plus souvent au quotidien par très peu de soutien. Cette situation génère des tensions entre les gardiens et leurs supérieurs hiérarchiques, et ce d’autant plus que les diverses consignes reçues des services administratifs différents se croisent assez souvent, quand elles ne se contredisent pas. Ainsi, tout le versant formel du métier tend à être mis à distance par la plupart des gardiens. Il faut donc ici s’affranchir du présupposé d’une forte homologie entre les identités prescrites par l’institution HLM et les identités réelles des gardiens ; ces derniers, pourtant situés au bas de la hiérarchie sociale, ne sont pas « dessinés » par leur fonction (Bourdieu, 1990, p. 94).

  • 6 Une « sociologie des supports identitaires », telle que nous avons eu l’occasion de la développer ( (...)
  • 7 On pense notamment aux référentiels du métier produits et diffusés par les organismes d’HLM, mobili (...)

4En raison même de leur distance par rapport au monde des « bureaux », on s’attendrait, dans une perspective interactionniste (Strauss, 1992), à ce que les gardiens s’appuient sur d’autres supports identitaires6 que ceux d’origine institutionnelle7 pour inventer et négocier une légitimité à leur fonction et à leurs façons de travailler. L’imaginaire historique associé au métier représente-t-il un horizon de sens suffisamment légitime pour pouvoir s’en réclamer ? Certainement pas, dans la mesure où il met en scène la figure de la concierge parisienne d’antan, articulée autour de traits peu valorisants tels que la curiosité, la prédisposition au commérage ou encore le manque de pudeur pour la vie privée. L’histoire liée au métier représente donc aux yeux des gardiens une source de discrédit (Marchal, 2005a). Est-ce que les locataires peuvent jouer ce rôle de support de sens ? Parfois, les gardiens s’identifient à certains d’entre eux ; cependant, la plupart des locataires, d’origine (très) modeste, se représentent le monde HLM comme un univers lointain organisé par des logiques bureaucratiques impersonnelles. Cette situation génère des tensions auxquelles les gardiens doivent faire face (Marchal, 2005b, 2006b, 2006c). Aussi est-il difficile pour ces derniers d’inventer avec les habitants une ligne de conduite acceptable, c’est-à-dire qui ne pose pas de problèmes au quotidien.

5Les gardiens disposent donc de peu de supports identitaires légitimes pour définir exactement en quoi consiste leur métier et plus particulièrement leur rôle. En d’autres termes, les processus de négociation ou de « transaction identitaire » (Dubar, 1997) sont ici, sinon bloqués, du moins contrariés. Cela est vrai autant sur le plan biographique (ibid., pp. 121-122), dans le sens où il est difficile pour les gardiens de construire, au cours de leur trajectoire, une image positive d’eux-mêmes, que sur le plan relationnel (ibid., p. 122), dans la mesure où il est malaisé pour ces agents de terrain de faire reconnaître des identités liées aux savoirs et aux compétences. Ces derniers demeurent en outre peu formalisés : seulement 10 % des gardiens possèdent le diplôme de gardien d’immeubles homologué par l’Éducation nationale en 1994. De plus, si 75 % des gardiens suivent des formations professionnelles, celles-ci ne durent que quelques jours et ont lieu une à deux fois par an.

6 L’article postule donc que les gardiens vont déterminer en partie leur rôle professionnel à partir de leur passé personnel. Ces agents de terrain parviendraient, dans la mesure du possible, à donner un sens personnel à ce qu’ils font – « transaction biographique » (ibid.) – et à faire reconnaître leur savoir-être et leur savoir-faire – « transaction relationnelle » – en mobilisant d’une manière ou d’une autre leurs propres expériences. Pour autant, les gardiens ne sont pas toujours en mesure de négocierleur vécu pour l’adapterau présent. En effet, comme ils ne trouvent pas suffisamment de ressources identitaires dans leur quotidien, ces agents de terrain semblent parfois contraints de s’appuyer assez fidèlement sur leur passé pour se définir. Il leur arrive même de réactualiser, sans trop y réfléchir, des manières de penser, de sentir et d’agir extérieures à leur métier ; tout se passe alors comme si les fissures identitaires d’aujourd’hui étaient spontanément colmatées par les bricolages identitaires d’hier. Dans ces conditions, il convient de relativiser un regard sociologique trop enclin à voir de la négociation identitaire là où il n’y en a pas toujours : tantôt les gardiens sont engagés dans un rapport réflexifà eux-mêmes, à leur passé et à leur métier, tantôt dans un rapport davantage pratique – ce dernier terme suggérant ici, conformément à son acception bourdieusienne, un rapport de soi à soi ou de soi à son métier « sans passer par le discours et par la conscience » (Bourdieu, 1980, p. 124).

  • 8 Le métier n’est pas une vocation, loin s’en faut : 95 % des gardiens des ESH ont exercé un autre mé (...)

7Pour répondre à notre questionnement, il faut interroger à la fois les discours et les pratiques des agents de terrain. Il s’agit d’abord de montrer combien les gardiens structurent leur rapport au métier en se référant à plusieurs dimensions de leur passé : valeurs personnelles, acquis scolaires, ruptures décisives et origine sociale. Ensuite, nous avons davantage insisté sur leurs expériences professionnelles en privilégiant deux exemples caractéristiques : les gardiens issus de l’industrie et de la batellerie8. Nous rendrons compte de situations qui font intervenir tour à tour ces différentes dimensions. Enfin, nous reviendrons sur les questions que pose une telle situation, notamment s’agissant des attentes des décideurs politiques et des organismes d’HLM envers ce personnel de terrain.

Un passé plus ou moins revendiqué

8Les valeurs intériorisées, les acquis scolaires, les ruptures biographiques et l’origine sociale ont un impact sur le rapport que les gardiens entretiennent avec leur métier et leur propre image.

Encadré 1
Dispositif méthodologique

Le travail empirique sur lequel nous nous appuyons a été réalisé entre 1999 et 2003. Il a consisté d’abord en une enquête quantitative nationale, financée par la Fédération nationale des entreprises sociales pour l’habitat (ESH) (1). Celle-ci a été réalisée auprès de gardiens répartis dans 157 ESH. Au cours de cette première étape, nous avons envoyé 5 600 questionnaires, 2 106 nous ont été retournés, soit 38 % (cf. Stébé, Bronner, 2000 ; Bronner, Stébé, 2001).

Ensuite, la recherche qualitative s’est déroulée selon deux phases. Dans un premier temps, nous nous sommes centrés uniquement sur les ESH, leur fédération de rattachement étant également à l’origine du financement de cette première enquête qualitative. Nous avons réalisé 80 entretiens semi-directifs avec des gardiens choisis de manière aléatoire parmi des organismes d’habitation à loyer modéré (HLM) répartis sur cinq régions (où se trouvent le plus de gardiens) : Lorraine, Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais, Provence-Alpes-Côte d’Azur et Rhône-Alpes. Les entretiens ont duré en moyenne entre 1h30 et 2 heures (2). À quelques exceptions près, tous se sont déroulés sur le lieu de travail des enquêtés : soit à la loge, soit au logement de fonction. Les autres ont eu lieu à l’agence de quartier (pour trois enquêtés) ou au domicile situé en dehors du lieu de travail (pour deux enquêtés). Enfin, 5 observations participantes ont été également réalisées avec des gardiens exerçant dans les mêmes régions que celles retenues pour les entretiens. Les monographies ont duré en moyenne une quinzaine de jours. Nous avons mené des entretiens ethnographiques, c’est-à-dire durant les observations participantes, avec les agents de terrain qui ont accepté notre présence à leurs côtés. Ces entretiens se sont déroulés sur plusieurs heures et nous ont permis d’accéder à la profondeur de leurs histoires de vie (cf. Sudant, Stébé, 2002).

Dans un second temps, d’autres investigations, non prévues dans le cadre de la recherche financée par la fédération des ESH, ont porté sur un Office public d’aménagement et de construction (OPAC) et sur un Office public d’HLM (OP HLM). Dans chacun des deux organismes, nous avons effectué 5 entretiens semi-directifs avec des gardiens et conduit une observation participante en Lorraine et Franche-Comté.

Les entretiens ont fait l’objet d’une analyse thématique. S’ils nous ont permis d’accéder au « dire », c’est-à-dire au rapport réflexif des gardiens à leur passé et à leur métier, les observations participantes ont notamment rendu visible le « faire », c’est-à-dire les pratiques concrètes des gardiens parfois informées par des façons de se comporter peu négociées, voire incorporées – rapport pratique à soi et à son métier – et donc échappant dans une plus ou moins large mesure à leur lecture de la « réalité » (3).

(1) Nous tenons à remercier ici P. Sudant et D. Poussou, nos correspondants à la fédération nationale des ESH.

(2) Plusieurs entretiens sont retranscrits dans l’ouvrage Gardiens d’immeubles en vue (2002).

(3) Contrairement à l’approche développée par C. Dubar et D. Demazière (1997), il ne s’agira donc pas ici de faire du langage le « médium essentiel » pour comprendre comment les acteurs, en l’occurrence les gardiens d’immeubles, forgent leur identité professionnelle.

Se distinguer des « assistés » et des « personnels de bureau »

9Les gardiens d’immeubles font souvent de l’autonomie une valeur centrale de leur existence. Ceux qui insistent le plus sur cet aspect ont une trajectoire de vie marquée par le souci de préserver une certaine liberté d’action. Ils ont occupé des emplois où ils étaient leur « petit patron ». Ainsi en est-il d’un ancien chef pâtissier, de plusieurs ex-artisans, de petits commerçants ayant fait faillite, d’anciens bateliers, etc. Ces gardiens présentent leur entrée dans le métier comme une chance dans la mesure où ce dernier permet, en effet, de ne pas avoir un chef derrière soi pendant les heures de travail : « Moi j’ai des principes, c’est que j’aime pas avoir des responsables sur mon dos. J’aime bien faire mon travail, je suis consciencieux dans ce que je fais, mais j’aime pas être obligé de le faire à tel jour, à telle heure, dans tel endroit. J’aime bien faire ça à ma façon, et là le métier de gardien, c’est ce qui me plaisait. Pas de responsable, je fais mon boulot quand je veux, mais bon, il est fait quoi, c’est ça qui était le principal pour moi. » (gardien près d’Evry, 26 ans, quatre mois d’ancienneté) Cette volonté de rester autonome permet de donner du sens à son entrée dans le métier qui résulte pourtant très souvent d’un choix sous contrainte, d’ordre financier notamment.

10L’attachement à l’autonomie va conditionner les manières de se voir au travail. Les gardiens revendiquent, par exemple, un esprit pratique qui les différencie des personnels administratifs des « bureaux ». Se distinguer de ceux qui « restent assis toute la journée » (gardien à Belfort, 48 ans, huit ans d’ancienneté) et qui demeurent sous le contrôle direct des supérieurs hiérarchiques est récurrent chez les agents de terrain. Nous retrouvons là une manière typique à ces derniers d’affirmer leur spécificité par rapport aux « cravateux ». Ceux-ci seraient en outre privés de marges de manœuvre puisque « en ne bougeant pas de leur chaise » (gardien à Calais, 33 ans, un an d’ancienneté) ils seraient incapables de contourner les règles et de faire preuve d’adaptabilité. Des formules exprimeront clairement cette manière de se démarquer des personnels des agences de quartier et des sièges sociaux : « il faut être serviable », « il ne faut pas être bête et méchant », « il ne faut pas être quelqu’un qui applique automatiquement le règlement. » Les gardiens possèdent souvent un local dans lequel ils conservent à peu près tout ce qui peut encore servir. Ils disposent ainsi d’une véritable caverne d’Ali Baba qui se révèle être au quotidien une source inépuisable d’astuces et de trucs pour dépanner les locataires. Nombre d’agents de terrain ont occupé des postes manuels, si bien qu’ils possèdent les « bonnes ficelles » pour dépanner des locataires, sans toujours en avertir leurs supérieurs.

  • 9 L'objectif de telles structures décentralisées est d’assurer une partie de la gestion locative et d (...)

11Tous les gardiens ne sont pas concernés par ces observations. Ceux dont la loge est proche d’une agence de quartier9 développent parfois des complicités avec les personnels administratifs, que nous ne retrouvons pas chez des gardiens davantage isolés physiquement et, partant, socialement. Il faut donc compter ici avec des « effets de quartier » (Authier, 2001). En effet, tous les gardiens n’ont pas les mêmes possibilités de nouer des relations régulières avec les personnels administratifs. Par ailleurs, certains gardiens, devenus régisseurs, doivent assumer non plus des tâches ménagères et d’entretien technique, mais des tâches de surveillance, de gestion administrative et même de management. En effet, ils ont parfois sous leur responsabilité des employés d’immeubles chargés des tâches les moins nobles dans l’échelle du prestige social (entretien ménager notamment). Ces gardiens régisseurs, détenteurs du diplôme de gardien d’immeubles, se sentent proches des « bureaux » : ils se voient plus en « cols blancs » qu’en « cols bleus ».

12Les gardiens habitués à une certaine autonomie au travail mettent souvent en avant leurs capacités à maîtriser leur vie, à se sortir de situations délicates (chômage, divorce). Cette façon d’insister sur l’idée de ne rien devoir à personne joue un rôle dans les rapports avec les locataires. C’est plus particulièrement vrai avec les « cas sociaux » ou « les assistés ». En mettant en exergue leur aptitude à s’autogérer, les gardiens entendent en effet se démarquer de ces habitants souvent jugés incapables d’affronter seuls les difficultés. Les agents de terrain manifestent leur non-appartenance à cette catégorie de locataires, tant dans leurs pratiques quotidiennes (réticence à leur rendre service, refus d’établir des relations amicales) que dans leurs propos : « Non, je ne me sens pas comme eux [les assistés], pas du tout […]. Mais je sais très bien que je n’ai pas la même mentalité qu’eux, pas du tout, moi je n’ai pas la même mentalité qu’eux. » (gardien à Melun, 38 ans, quatre ans d’ancienneté) Les responsabilités, aussi minimes soient-elles, sont souvent présentées par les gardiens comme des traits essentiels de leur fonction. L’objectif est de faire reconnaître ses capacités d’initiative. Il s’agit aussi d’affirmer un certain prestige de position et de rappeler que « nous », les gardiens, sommes en mesure de venir en aide à « eux », les « paumés ».

Un rapport difficile à l’écriture

  • 10 En effet, les gardiens refusent de jouer le rôle de médiateur dans la mesure où, entre autres, ils (...)
  • 11 Les gardiens exerçant au sein des ESH gèrent en moyenne 120 logements.

13Nous avons recensé ailleurs les multiples raisons pour lesquelles les gardiens ne répercutent pas fidèlement sur le terrain les prescriptions relatives aux tâches de médiation sociale (Marchal ; Stébé, 2003a)10 ; il est toutefois possible d’observer comment le passé scolaire des agents de terrain participe de cette attitude de rejet qui peut apparaître, à bien des égards, comme un obstacle à leur professionnalisation et donc à leur reconnaissance au sein du monde HLM. D’abord, les gardiens refusent de jouer le rôle de médiateur – recouvrant ici de multiples facettes comme la conciliation, l’éducation et la surveillance –, dans la mesure où ils ne veulent pas se sacrifier et prendre des risques pour une société qui leur a imposé, par le biais de l’institution scolaire, des règles, des savoirs et des normes qu’ils n’ont pas intériorisés facilement. Notons que moins de 10 % des gardiens des ESH possèdent le baccalauréat. En un mot, ils ne veulent pas se sacrifier pour la société actuelle, une société qui n’a pas toujours voulu d’eux et qui maintenant leur demande indirectement d’exercer un contrôle sur un lieu de vie rassemblant plusieurs centaines de personnes11, dont certaines se situent à la marge de la société globale, notamment sur le plan financier. Ensuite, les agents de terrain ne se sentent pas assez légitimes, du fait de leur faible niveau scolaire, pour dire aux locataires comment se comporter. L’image qu’ils ont d’eux mêmes n’est pas suffisamment positive pour leur permettre de s’inscrire dans une démarche normative, voire moralisante. Enfin, ils ne s’estiment pas suffisamment qualifiés pour s’improviser médiateur. Un tel jugement se renforce lors des moments de solitude et d’isolement. Les agents de terrain sont alors gagnés par le sentiment que d’autres professionnels mieux formés qu’eux (éducateurs, îlotiers, entre autres) seraient davantage en mesure de réaliser des missions de médiation.

14Le souvenir d’un rapport difficile à l’École peut également être à l’origine des réticences, voire des réactions franchement négatives des gardiens à l’égard des tâches administratives qui leur sont de plus en plus confiées. C’est le cas de Pascal (gardien à Corbeil-Essonnes, 32 ans, un an d’ancienneté) qui se définit comme un « bricoleur », un « touche à tout ». Cet agent de terrain garde un très mauvais souvenir de sa scolarité. Rester derrière un bureau est trop proche de l’univers scolaire pour être apprécié. Et puis, il n’est pas évident de se voir en « bureaucrate » lorsque des lacunes empêchent de maîtriser les moyens de communication. En effet, de réelles difficultés en orthographe et en grammaire contrarient leur rapport aux tâches administratives. Rédiger le moindre message pour obtenir des renseignements, commander des produits ménagers ou encore répondre à diverses sollicitations émanant du siège social… autant de tâches qui supposent une familiarité à l’écriture que tous les gardiens n’entretiennent pas.

15Les états des lieux incombent de plus en plus aux gardiens. Et là, plus qu’ailleurs, une certaine maîtrise de l’écriture est nécessaire. Il faut en effet tout noter soigneusement sur des fiches prévues à cet effet. Les commentaires écrits quant à l’état de l’appartement doivent être clairs et concis : ils seront envoyés aux services gestionnaires et un exemplaire est destiné aux locataires. Le fait d’écrire en présence de ces derniers majore la difficulté de l’exercice. La rédaction a lieu en public au moment de la visite du logement afin de limiter le plus possible les litiges. Ainsi, pour les gardiens les moins à l’aise avec l’écriture, l’état des lieux est vécu comme un moment délicat et certains refusent même de se prêter à ce type d’exercice. Le « poids » du passé scolaire explique donc pourquoi des agents de terrain refusent de nouvelles tâches administratives alors que l’on pourrait s’attendre à une réaction contraire de leur part ; ces tâches sont en effet synonymes d’une plus grande reconnaissance non seulement au sein du monde des « bureaux » mais aussi parmi les locataires.

Un métier qui peut conduire à une impasse

16Si des valeurs personnelles comme l’autonomie justifient l’exercice du métier, si un passé scolaire difficile peut décider des réactions face à certaines consignes pourtant valorisantes, les ruptures biographiques interviennent également dans la façon d’appréhender sa fonction.

17Lorsque ces gardiennes ne parviennent pas à se sentir bien au sein de leur quartier, leur rapport au métier se révèle dans les difficultés à quitter un emploi qui offre un logement et permet d’éviter les déplacements journaliers. Solution de facilité d’abord, le fait de disposer d’un logement de fonction peut se transformer en véritable impasse ensuite. « J’aimerais bien partir, mais c’est pas possible. J’en parlais encore à mon fils tout à l’heure. C’est pas possible, parce que déjà ça conditionne, il y a le logement […]. Si je veux quitter la profession, je suis obligée de quitter l’appartement, donc il me faut un logement et un travail, c’est impossible […] J’ai pas de mari, je n’ai plus de mari. C’est un cercle vicieux, on n’en sort pas » (gardienne à Trappes, 42 ans, dix huit ans d’ancienneté). L’impossibilité de sortir de cette spirale peut être très mal vécue, notamment par ceux et celles qui n’ont pas toujours habité en HLM. C’est le cas de l’enquêtée citée précédemment qui a quitté son quartier pavillonnaire et son emploi de laborantine pour suivre son mari militaire. Toutefois, des problèmes conjugaux et un divorce l’obligeront à trouver rapidement un emploi. L’impossibilité de quitter son quartier compromet la distinction par rapport aux locataires, eux aussi « captifs » de la cité et qui lui rappellent sa propre incapacité à offrir de meilleures conditions de vie à son enfant. Prisonnière d’une telle situation, qui muselle cette dimension fondamentale de la vie sociale qu’est le « narcissisme petites différences » (Freud, 1979, p. 68) – plus on est proche socialement d’autrui, plus on tend à s’en distinguer en exagérant les moindres différences, – l’enquêtée voit son avenir se rétrécir. Les HLM dans leur ensemble sont méprisés. Les locataires sont écartés de la vie privée, aussi bien ceux destinés à quitter le quartier que ceux contraints d’y rester, étant donné que tous renvoient une image négative : proximité physique ne rime pas toujours avec proximité sociale, loin s’en faut, dans les quartiers d’habitat social qui se caractérisent par l’hétérogénéité des trajectoires résidentielles de ceux qui y habitent (Chamborédon, Lemaire, 1970). Le métier, comparé à un piège, source de tensions tant avec les autres qu’avec soi, devient une corvée, un labeur, une besogne, qu’il faut accepter bon gré, mal gré.

18Nous avons rencontré des gardiennes, divorcées ou veuves, pour lesquelles le métier de gardien d’immeubles, en offrant à la fois un emploi et un logement, représente une véritable bouée de sauvetage, d’autant plus lorsqu’elles ne possèdent pas le permis de conduire. Leur métier est un moyen de réinventer, sinon une famille de substitution, du moins un confort moral ébranlé suite à des ruptures affectives souvent douloureuses. Quand bien même leur quartier constitue un « grand ensemble » où les couches sociales les plus populaires se concentrent, il existe toujours des portes qui s’ouvrent pour discuter et se sentir soutenues par d’autres femmes qui ont parfois une histoire de vie semblable. Lorsque ces gardiennes reçoivent de l’affection et de l’attention de la part de certains locataires, elles tentent de rendre ce qui leur a été donné. Une enquêtée tiendra les propos suivants : « Je peux bien prendre du temps avec eux [les locataires], c’est normal. Tous les êtres humains ont besoin de parler […] Et puis, vous savez, moi aussi je sais ce que c’est d’être seule, comme j’ai perdu mon mari. » (gardienne à Lyon, 55 ans, quinze ans d’ancienneté) Elle se définira également comme une infirmière qui « soigne autant les bâtiments que les gens ». Ces propos donnent à voir, dans une logique similaire à celle développée par les aides-soignantes observées par A.-M. Arborio (Arborio, 2001), combien le savoir social acquis auprès des locataires peut devenir central dans l’approche de sa fonction et dans la description de soi. Cette connaissance empirique du monde des locataires, inaccessible aux « bureaux », permet de se sentir utile et d’agir sur un monde connu de l’intérieur. Rien d’étonnant, dès lors, à ce que cette gardienne ait été jusqu’à refuser de partir de son quartier au moment où elle s’est vue proposer un poste de chef d’atelier dans la couture, son « vrai métier » pourtant : « À vrai dire, j’ai pas eu le courage d’abandonner toutes ces années où j’ai vécu ici et de partir comme ça. Et puis les locataires étaient très déçus que je parte, alors je suis restée. » Pourquoi prendre le risque de quitter un lieu de vie apprivoisé regroupant l’essentiel de ses relations amicales ? L’idée de revivre des moments de solitude, alors qu’elle vit entourée de locataires assez proches, la dissuade de partir.

  • 12  Un peu moins de 7 % des gardiens des ESH n’ont pas la nationalité française.

19Nous retrouvons des trajectoires similaires chez les gardiens d’origine étrangère12. Le quartier apparaît d’abord comme un moyen d’être intégré dans la société d’accueil. Il permet, tout en travaillant, de nouer des liens avec les locataires. Mais confrontés au manque de soutien des supérieurs hiérarchiques, aux problèmes de drogue susceptibles de toucher leurs propres enfants, aux difficultés à trouver un autre emploi et un autre logement, les gardiens d’origine étrangère se sentent parfois pris dans une impasse. Le métier est alors l’objet d’un investissement minimal dans l’attente d’une opportunité professionnelle hasardeuse.

Qui se ressemble socialement se comprend

  • 13 Certaines ESH intéressent financièrement leurs gardiens à la baisse des impayés de loyer par le bia (...)

20De plus en plus de gardiens sont impliqués dans la lutte contre les impayés de loyer. Les organismes d’HLM veulent assurer leur équilibre financier, se considérant comme des entreprises au service du social (Marchal, 2004)13. Or, la plupart des gardiens sont réticents à l’idée de frapper aux portes et de supporter tensions et insultes. Ils refusent d’avoir à jouer le mauvais rôle pendant que les personnels administratifs se protègent des locataires en évitant de telles situations. Ce refus résulte également du type de quartier dans lequel les agents de terrain exercent : plus le quartier est « difficile », plus la lutte contre les impayés de loyer leur apparaît risquée.

  • 14 Le salaire annuel moyen des gardiens des ESH est en 2002 d’environ 12 500 euros, contre un salaire (...)

21Mais ce ne sont pas là les seules explications. Les entretiens montrent que les agents de terrain les plus en mesure de comprendre les problèmes quotidiens des locataires défavorisés sont ceux qui sont issus de milieux sociaux modestes, c’est-à-dire la grande majorité d’entre eux : 50 % des gardiens sont issus du milieu ouvrier ; seulement 4,3 % ont ou avaient des parents cadres ou profession intermédiaire. Cette proximité sociale (et spatiale) avec les locataires explique en partie le refus des gardiens de se plier à une injonction institutionnelle à lutter contre les impayés de loyer. Les plus réticents sont en effet ceux qui ont connu, et connaissent encore14, des fins de mois difficiles. De nombreux agents de terrain nous diront se mettre à la place des locataires en difficulté et essayer de les aider plutôt que de « leur mettre le couteau sous la gorge ». Le sentiment de ne pas être à l’abri d’éventuels problèmes financiers conduit les agents de terrain à insister sur les raisons pour lesquelles certains locataires sont dans l’impossibilité de payer, raisons souvent indépendantes de leur volonté : chômage, perte d’un proche, accident de voiture, maladie, etc. Les gardiens adoptent une attitude compréhensive pour mieux insister sur la contingence de la vie, celle-là même qui les a conduits dans une « loge de concierge », située le plus souvent dans un quartier périphérique à l’écart des dynamiques culturelles du centre-ville. Avec le sentiment de partager un destin social similaire et peu valorisant, les tensions vécues par ailleurs avec cette catégorie de locataires semblent s’effacer momentanément.

22Le passé personnel représente donc ici un élément de compréhension important. Il permet de mieux cerner les réactions des gardiens tant à l’égard de tâches qui leur sont de plus en plus confiées (médiation, état des lieux, impayés de loyer) qu’envers certaines catégories de locataires. Mais si nous avons mis l’accent sur de multiples dimensions relatives au passé personnel, qu’en est-il de l’impact des expériences professionnelles sur le quotidien de ces agents de terrain ? Nous allons nous centrer sur deux types d’expérience professionnelle : celle d’ouvrier d’industrie et de batelier. Ces dernières sont caractéristiques du métier de gardien d’immeubles qui a en effet accueilli bon nombre de salariés issus de ces deux secteurs en crise au cours des années 80.

Des vies professionnelles riches comme supports du présent

La fierté des « gens du Nord »

23Nous avons rencontré plus d’une dizaine de couples de gardiens originaires du Nord de la France, travaillant aujourd’hui en région parisienne. Ils ont été contraints de se reconvertir suite à des licenciements massifs dans les industries sidérurgique, minière ou textile. Vivant initialement, pour la plupart d’entre eux, dans des maisons individuelles et entretenant des relations à consonance communautaire, l’adaptation à la vie HLM se révèle difficile. Pour ceux affectés dans des cités habitées en majorité par des catégories sociales défavorisées, le changement de vie est parfois brutal. Dans ces conditions, des collègues venant également du Nord jouent un rôle de soutien et deviennent des amis. Souvent, des relations amicales se tissent durant les stages de reconversion organisés dans la région d’origine et perdurent après les déménagements en région parisienne. Certains refusent de vendre leur maison qu’ils entretiennent et paient depuis plus de quinze ans. Plusieurs ne sont pas en mesure de couper les liens affectifs qui les rattachent à leur Nord natal. Ils vivent leur venue en Ile-de-France comme une parenthèse jusqu’à la retraite. En attendant de rentrer définitivement chez eux, ces couples déracinés n’hésitent pas à faire des allers-retours entre leur région d’origine et leur cité HLM. Dans de nombreux cas, dès le vendredi soir, la loge et le logement de fonction sont désertés. Le quartier n’est pas considéré comme leur lieu de vie, mais simplement comme un espace de travail. Les week-ends passés loin de l’univers HLM sont consacrés à l’entretien de la maison familiale et à la visite des amis de longue date.

24Si le quartier est facilement délaissé le temps d’un week-end ou à l’occasion des congés annuels, ces reconvertis ne négligent pas pour autant leur travail. Au contraire, la crainte de se voir licenciés une seconde fois les incline à s’investir pleinement. Les supérieurs hiérarchiques ne font pas l’objet de critiques de la part de ce type de personnel. Ils sont plutôt perçus comme des personnes méritantes « d’avoir accepté d’embaucher d’anciens ouvriers qui n’intéressaient plus personne » (gardien à Taverny, 53 ans, douze ans d’ancienneté). Le métier de gardien d’immeubles est vécu comme une aubaine, surtout quand la scolarité a été abandonnée à quatorze ou seize ans, sans diplôme. En outre, l’autonomie dont ces anciens ouvriers peuvent jouir désormais au quotidien était bien souvent inespérée dans leur ancienne fonction.

25Ces « gens du Nord » tiennent à défendre leur réputation de « bosseurs ». « Nous, ils savent que le travail ne nous fait pas peur » (gardienne à Paris, 55 ans, vingt cinq ans d’ancienneté). Les propos de cette gardienne, dont le mari ancien mineur est lui aussi gardien, sont révélateurs d’un état d’esprit collectif. Elle commence son travail une heure avant ses horaires formellement prévus et ouvre sa loge une grande partie de la journée. Par rapport aux collègues qui ne sont pas du Nord et aux personnels des « bureaux », il y a là une manière de manifester et de revendiquer une identité spécifique. En plus de ne pas compter leurs heures, ces agents de terrain s’appuient sur leur expérience de travailleur manuel et leur tour de main pour solliciter le moins souvent possible d’aide extérieure. Cette identité fière de bricoleur s’ancre dans leur passé d’ouvrier qui représente souvent, de leur point de vue, un statut plus noble que celui de gardien d’immeubles. L’identité professionnelle actuelle se trouve alors concurrencée par celle issue d’un passé personnel davantage valorisant. Et ce d’autant plus qu’au quotidien, il s’avère souvent indispensable de pallier les insuffisances des formations professionnelles, notamment sur le plan de l’entretien technique (robinetterie, électricité, peinture…). La volonté de réhabiliter son origine sociale gagne alors en intensité et décide en partie du rapport au métier. Les « supports identitaires biographiques » (Marchal, 2006a) structurent la réalité quotidienne et permettent de s’aménager des moments de sérénité quant à ses manières de penser, d’agir et de sentir. Les expériences personnelles autorisent des moments de repos identitaire dans les cas où elles fournissent un sens compatible avec l’activité professionnelle, si bien que l’incertitude du présent est comme gommée par la certitude du passé.

26La volonté de marquer sa différence, de revendiquer et d’assumer une identité de travailleur « dur au mal » est récurrente chez ces agents de terrain. Plusieurs nous disent s’être donné pour objectif de « relever » leur quartier. Le défi qui se présente alors apparaît comme un moyen de sauver la face et de montrer, qu’en dépit des ruptures endurées, la résignation et le découragement ne l’ont pas emporté. D’une certaine manière, il ne reste plus à ces « gens du Nord » qu’à se raccrocher à cette identité de travailleur pour garder la tête haute. Ils s’investissent donc dans leur quartier en vue de rester en accord avec leur passé et avec l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. La fonction de gardien est ainsi profondément encastrée dans la singularité des histoires de vie. Sa déclinaison pratique ne se comprend qu’une fois rapportée aux dynamiques identitaires personnelles et collectives.

27Dans le même sens, les habitudes d’entretenir des relations de type communautaire ne s’oublient pas du jour au lendemain. Elles peuvent même inciter ces gardiens à se rapprocher de certains locataires. C’est ainsi qu’une gardienne, travaillant avec son mari, s’est liée d’amitié avec une locataire malgache. Même si le couple a depuis été muté dans un quartier plus calme, cela ne les empêche pas de recevoir, aujourd’hui encore, cette ancienne locataire. Un autre couple rencontré ne comprend pas, quant à lui, pourquoi l’ancien gardien n’avait pas habitué ses locataires à entrer dans la loge. Il tient ainsi à changer les habitudes des locataires afin qu’ils sonnent à la loge et n’hésitent pas à y entrer, ne serait-ce que pour venir y discuter. L’identité professionnelle actuelle s’entremêle donc de manière inextricable avec des traits culturels d’autant plus fortement intériorisés et peu négociés qu’ils sont revendiqués avec fierté.

De la péniche au quartier : un investissement similaire

28Parmi les membres d’anciens métiers obligés de se reconvertir dans celui de gardien d’immeubles, nous trouvons également des bateliers contraints de se séparer de leur péniche.

29Un couple d’enquêtés, installé depuis dix ans dans un quartier de la banlieue ouest de Paris, avoue maintenant appartenir aux « gens de la terre ». La décision de vendre le bateau a été prise après concertation avec les autres membres de la famille (sœurs, frères et beaux-frères), également devenus gardien d’immeubles. La rupture a été d’autant plus forte que leurs grands-parents étaient déjà bateliers. Toute une tradition familiale s’est brisée, faute de rentrées d’argent suffisantes pour payer les assurances et subvenir aux besoins de la famille.

30Le repli sur le métier de gardien d’immeubles relève ici de l’évidence : « Le seul métier, c’était marinier, gardien ou éclusier. De toute façon, comme diplôme, on n’a rien. Et de toute façon, ça me dérangeait d’être enfermée, ici, on est autant dedans que dehors […]. Moi je trouve que le métier de gardien, il est très bien pour nous. Moi, je serais caissière, je ne pourrais pas rester assise. » (Couple de gardiens à Rueil-Malmaison, F. 51 ans, H. 58 ans, dix ans d’ancienneté) De même que la péniche était leur unique centre d’attention, de même le quartier constitue un objet d’investissement exclusif. Les deux enquêtés précisent, tout en insistant, qu’ils ne tiennent pas à quitter leur quartier, même en fin de semaine. Surveiller, se réveiller la nuit, venir en aide à des locataires fait partie de leur quotidien. « C’est plus fort que nous » disent-ils à plusieurs reprises. Les espaces verts sont entretenus par leurs soins et des fleurs y sont plantées. Le ménage des parties communes est perçu comme important dans la mesure où il leur permet de maintenir dans un bon état leur nouveau lieu de vie. Sans aucun doute, même si la rupture a été difficile au départ, leur vie est ici, parmi les locataires auxquels ils s’attachent pour certains. Quand au quartier, il devient un repère d’anciens bateliers dans lequel les cousins et les beaux-frères occupent eux aussi des postes de gardien. La rupture avec la vie sur la péniche est compensée par une immersion dans un monde familiarisé autant que possible. Les enfants qui ne sont pas gardien sont des locataires.

  • 15 Près de 80 % des gardiens disposent d’une loge. Dans 47 % des cas, elle communique directement avec (...)

31Le fait de continuer à exercer en couple, comme avant, s’avère être un élément fondamental dans le « choix » du métier de gardien. L’essentiel est de ne pas se quitter pour aller travailler « chacun dans son coin ». L’important est de rester soudé à un moment crucial où il faut « repartir ». Ensemble, les enquêtés tiennent le gouvernail non plus de leur bateau mais de leur quartier, sur lequel ils entendent exercer une emprise, notamment en établissant des liens de confiance avec les locataires et en veillant à ce que les bâtiments restent propres. Leur vie professionnelle et leur vie maritale ont toujours été étroitement imbriquées l’une dans l’autre. De ce point de vue, la fonction de gardien permet de perpétuer un mode de vie singulier, peu conforme aux normes conjugales actuelles où la liberté de chacun prévaut, même au sein du couple (Singly de, 1996). Tous les deux sont nés dans la péniche des parents. Ils ont grandi dans l’univers professionnel familial, si bien que l’absence de coupure entre vie privée et vie professionnelle est perçue comme tout à fait normale et ne prend aucunement l’allure d’un impératif. Le fait que la loge soit directement reliée au logement de fonction ne pose aucun problème, au contraire15 : « J’aimerais pas une loge séparée. Moi j’aime mieux ça comme ça, on reçoit les gens et puis on est là, je trouve que c’est bien comme ça. » D’ailleurs, la porte de leur loge est constamment ouverte, une corbeille avec des bonbons est posée sur le bureau et des enfants passent régulièrement en prendre. De nombreux services sont rendus aux locataires, comme promener leur chien alors qu’ils sont partis en vacances. Le couple compare leur fonction commerciale à celle qu’ils assumaient sur leur bateau lorsqu’ils accueillaient des touristes pour les amener d’un endroit à un autre. De même que pour les « gens du Nord », le métier exercé actuellement est interprété en fonction des anciens cadres de référence. La loge est investie à l’image de la cabine du bateau. Lors du mariage de leur fille aînée, ils l’ont décorée et y ont invité des locataires. La loge garde encore les souvenirs de cet heureux événement : quelques photos sont accrochées au mur et une guirlande en papier rouge reste suspendue au-dessus de la porte d’entrée.


***

32Les exemples retenus ici montrent comment et pourquoi les gardiens déterminent, dans une large mesure, le sens et les limites de leur fonction à partir de leur vécu.

33Sur un plan pratique (et politique), ce constat soulève un certain nombre de questions au regard de ce qui est demandé aujourd’hui à ces agents de terrain, tant en matière de médiation sociale, de lutte contre les impayés de loyer ou encore de gestion administrative : une telle situation est-elle acceptable par les décideurs politiques et les responsables d’organismes d’HLM qui veulent s’assurer que leurs décisions sont effectivement répercutées sur le terrain ? Il est évident que non. Dans ces conditions, la détention du diplôme de gardien d’immeubles représente-t-elle une garantie pour que les agents de terrain se plient à ce que l’on attend d’eux ? D’une certaine manière oui, car il semble que les diplômés, les « nouveaux » gardiens, soient plus en mesure de revendiquer leur appartenance au monde HLM du fait de leur passage par des stages de formation. Leur socialisation professionnelle étant plus solide que celle des « empiristes », ils apparaissent davantage bureaucratisés car sensibilisés aux logiques gestionnaires. Mais là encore, il faut compter avec le fait que les « certifiés » (les diplômés) éprouvent eux aussi de réelles difficultés à ne pas se détacher des consignes formelles, dans la mesure où le quartier représente une scène locale exigeant au quotidien de faire face à d’innombrables situations. C’est pourquoi l’identité statutaire apparaît toujours concurrencée par des identités informelles indexées aux contingences du terrain. Et pourquoi ne pas chercher à valoriser les compétences informelles, et notamment relationnelles, des gardiens plutôt que de formaliser un métier qui risque alors de perdre un savoir social nécessaire à son exercice quotidien ?

34L’efficacité de formations plus longues et plus adaptées débouchant sur l’obtention d’un diplôme semble donc dépendre en grande partie des profils recrutés. Qui faut-il recruter ? Des techniciens ou des personnes susceptibles de devenir de véritables médiateurs, voire même des agents administratifs ? Le choix paraît difficile car le métier s’appuie sur des compétences techniques (entretien du cadre bâti, contrôle des réseaux électriques, des ascenseurs…) nécessaires au regard du vieillissement global du parc HLM. Mais il est tout aussi nécessaire que, dans le contexte actuel, le métier devienne de plus en plus relationnel : un métier du social.

35Les difficultés à répondre à toutes ces questions semblent tenir au fait que les gardiens voient leur fonction perdre de sa cohérence pour se dissoudre dans une diversité de tâches, synonyme de non-sens et de confusions. Pourquoi voir dans des agents de terrain faiblement qualifiés, issus pour la plupart de métiers manuels et de milieux sociaux (très) modestes, un remède à la « crise des banlieues », un moyen de lutter contre les impayés de loyer et une ressource pour la gestion administrative ? Le grand écart entre suivi technique des immeubles, gestion sociale de proximité et responsabilités administratives est tout simplement insoluble. Ici, comme ailleurs, les « moutons à cinq pattes » n’existent pas.

36Peut-on, dans ces conditions, recruter des « novices », c’est-à-dire des personnes jeunes sans expérience professionnelle et prêtes à assumer une grande diversité de tâches ? Le problème, c’est que le métier rassemble de nombreuses fonctions (hygiène, surveillance, entretien technique, médiation, gestion administrative) et exige des personnes d’expérience qui possèdent de multiples compétences. En outre, vivre et travailler dans un quartier d’habitat social se révèle être, au quotidien, un exercice délicat ; il exige des personnes suffisamment solides pour relativiser et assumer l’ensemble des aleas. Les responsables des organismes d’HLM ne s’y trompent pas en recrutant des candidats expérimentés, puisque les gardiens ont en moyenne près de 45 ans. Faut-il, dans ce cas, supprimer le principe du logement de fonction afin que les gardiens puissent « souffler » et se détendre ? Nous répondons par l’affirmative au regard de nos propres analyses et à en croire certaines revues spécialisées comme Actualités HLM ou HLM aujourd’hui. Mais alors, n’attendons plus de ces agents de terrain qu’ils connaissent parfaitement les locataires et qu’ils soient des « rouages clés » de la vie sociale (Marchal, Stébé, 2003b). Or, c’est aussi ce qui leur est demandé. Leurs supérieurs hiérarchiques attendent d’eux, entre autres, qu’ils connaissent suffisamment bien les locataires pour les convaincre de payer régulièrement leur loyer. Les décideurs politiques, quant à eux, comptent sur l’ancrage territorial et l’immersion des gardiens au sein de la vie sociale des quartiers pour désamorcer les conflits et les tensions, ainsi que pour limiter les actes de délinquance.

Haut de page

Bibliographie

Arborio A.-M. (2001), Les aides-soignantes. Un personnel invisible, Anthropos, Paris, 320 p.

Authier J.-Y. (2001), « Les rapports au quartier », in Authier J.-Y. (sous la dir.), Du domicile à la ville. Vivre en quartier ancien, Anthropos, Paris, pp. 133-169.

Bourdieu P. (1980), Le sens pratique, Éditions de Minuit, Paris, 401 p.

Bourdieu P. (1990), « Droit et passe-droit. Le champ des pouvoirs territoriaux et la mise en œuvre des règlements », in Actes de la recherche en sciences sociales, n° 81/82, pp. 86-96.

Bronner G., Stébé J.-M. (2001), « Les gardiens-concierges : d’un métier à une profession », in Espaces et sociétés, n° 105-106, pp. 211-228.

Chamborédon J.-C., Lemaire M. (1970), « Proximité spatiale, distance sociale », in Revue française de sociologie, XI, pp. 3-33,

Dubar C. (1997), La socialisation. La construction des identités sociales et professionnelles, Armand Colin, Paris, 232 p.

 Dubar C., Demazière D. (1997), Analyser les entretiens . L’exemple des récits d’insertion, Nathan, Paris, 281 p.

Freud S. (1979/1929), Malaise dans la civilisation, PUF, Paris, 107 p.

Les entreprises sociales pour l’habitat(2002), Gardiens d’immeubles en vue, Paris, 175 p.

Marchal H. (2004), La construction de l’identité sociale et professionnelle des gardiens-concierges du secteur HLM, Thèse pour le doctorat de sociologie, sous la dir. de J.-M. Stébé, université Nancy2, http://cyberdoc.univ-nancy2.fr/THESE/, 514 p.

Marchal H. (2005a), « Les gardiens HLM d’aujourd’hui face à "la" concierge d’hier », in Ethnologie française, XXXV, 3, pp. 513-519.

Marchal H. (2005b), « L’appropriation de l’espace au sein des quartiers HLM : le double jeu des gardiens-concierges », in Hossard N., Jarvin M. (sous la dir.), C’est ma ville !, L’Harmattan, Paris, pp. 225-235.

Marchal (2006a), L’identité en question, Ellipses, Paris, 145 p.

Marchal H. (2006b), « Les "jeunes des cités" vus par les gardiens-concierges », in Déviance et société, vol. 45, n° 1, pp. 161-171.

Marchal H. (2006c), Le petit monde des gardiens-concierges. Un métier au cœur de la vie HLM, L’Harmattan, Paris, 230 p.

Marchal H., Stébé J.-M. (2003a), « Les gardiens du logement social : des médiateurs ? », in Urbanisme, n° 328, pp. 17-21.

Marchal H., Stébé J.-M. (2003b), « Les gardiens-concierges dans l’habitat social. Un rouage clef de la vie quotidienne », in Les Annales de la recherche urbaine, n° 94, pp. 53-61.

Maury Y. (2001), Les HLM. L’État providence vu d’en bas, L’Harmattan, Paris, 282 p.

Singly F. (de) (1996), Le soi, le couple et la famille, Nathan, Paris, 255 p.

Stébé J.-M., Bronner G. (2000), « Figures et métamorphoses des concierges », in Les Annales de la recherche urbaine, n° 88, pp. 95-104.

Strauss A. (1992), Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Métaillié, Paris, 193 p.

Sudant P., Stébé J.-M. (2002), Les gardiens d’immeubles au cœur de la ville. Figures, métamorphoses et représentations, De Boeck Université, Bruxelles, 301 p.

Warin P. (1993), Les usagers dans l’évaluation des politiques publiques. Etudes des relations de service, L’Harmattan, Paris, 317 p.

Haut de page

Notes

1 L’article s’appuie sur une recherche collective menée au sein du LASTES (Laboratoire de sociologie du travail et de l’environnement social) sous la direction de Jean-Marc Stébé, professeur de sociologie à l’université Nancy2. Elle a été financée par la Fédération nationale des entreprises sociales pour l’habitat. L'ouvrage suivant présente un synthèses de l'ensemble de cette recherche :
Sudant P., Stébé J.-M. (2002), Les gardiens d’immeubles au cœur de la ville. Figures, métamorphoses et représentations, De Boeck université, Bruxelles, 301 pages.
Enfin, il est possible de consulter la thèse de doctorat de l’auteur sur Internet : Marchal H.(2004), la construction de l'identité sociale et professionnelle des gardiens-concièrges du secteur HLM, Thèses pour le doctorat de sociologie, sous la dir. De J.-M.Stébé, université Nancy 2, http://cyberdoc.univ-nancy2.fr/THESE/, 514 pages.

2 En France, on compte en 2006 plus de quatre millions de logements sociaux, abritant plus de douze millions de personnes.

3 Nous employons également la terminologie « agent de terrain » afin de bien spécifier la position singulière des gardiens par rapport aux personnels administratifs des « bureaux ».

4  Voir le décret de M.-N. Lieneman du 28 décembre 2001 qui impose la mise en place du gardiennage dans les immeubles ou groupes d’immeubles de plus de 100 logements situés dans des zones urbaines sensibles ou dans des communes dépassant 25 000 habitants.

5 Les gardiens sont plus de 83 % à loger dans le quartier où ils travaillent, d’où leur isolement, sinon social, du moins spatial, par rapport aux sièges sociaux des organismes d’HLM, quasiment toujours implantés en centre-ville. Mais l’intégration des gardiens reste aussi très problématique au sein même des agences de quartier (Marchal, ibid., p. 320-351).

6 Une « sociologie des supports identitaires », telle que nous avons eu l’occasion de la développer (Marchal, 2006a, chap. II), consiste à éviter à la fois le piège de l’objectivisme (croire que l’individu se réduit à des identités extérieures sans pouvoir les négocier) et celui du subjectivisme (croire que l’individu construit son identité à partir de lui-même et uniquement de lui-même).

7 On pense notamment aux référentiels du métier produits et diffusés par les organismes d’HLM, mobilisés ponctuellement par les gardiens lorsqu’il faut se justifier auprès des locataires par exemple.

8 Le métier n’est pas une vocation, loin s’en faut : 95 % des gardiens des ESH ont exercé un autre métier avant d’être au service des locataires des HLM. Un certain nombre sont d’anciens ouvriers d’industrie et d’anciens bateliers.

9 L'objectif de telles structures décentralisées est d’assurer une partie de la gestion locative et de rapprocher les personnels administratifs des agents de terrain.

10 En effet, les gardiens refusent de jouer le rôle de médiateur dans la mesure où, entre autres, ils ne tiennent pas à ressembler aux concierges du passé et à s’attirer des ennuis avec des locataires peu enclins à les écouter.

11 Les gardiens exerçant au sein des ESH gèrent en moyenne 120 logements.

12  Un peu moins de 7 % des gardiens des ESH n’ont pas la nationalité française.

13 Certaines ESH intéressent financièrement leurs gardiens à la baisse des impayés de loyer par le biais de primes distribuées en fin d’année.

14 Le salaire annuel moyen des gardiens des ESH est en 2002 d’environ 12 500 euros, contre un salaire minimum d’environ 10 500 euros.

15 Près de 80 % des gardiens disposent d’une loge. Dans 47 % des cas, elle communique directement avec le logement de fonction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Marchal, « Les gardiens d’immeubles : le présent conjugué au passé », Formation emploi, 97 | 2007, 95-107.

Référence électronique

Hervé Marchal, « Les gardiens d’immeubles : le présent conjugué au passé », Formation emploi [En ligne], 97 | janvier-mars 2007, mis en ligne le 31 mars 2009, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/1713

Haut de page

Auteur

Hervé Marchal

Hervé Marchal est maître de conférences en sociologie à l’université Nancy 2, Laboratoire de sociologie du travail et de l’environnement social (LASTES-Nancy 2). Ses domaines de recherche ont trait à la vie urbaine, les « petits » métiers de la ville et le phénomène identitaire. Il a publié récemment : Marchal H. (2006), « Les "jeunes des cités" vus par les gardiens-concierges », in Déviance et société, vol. 45, n° 1, pp. 161-171. Marchal H. (2006), Le petit monde des gardiens-concierges. Un métier au cœur de la vie HLM,L’Harmattan, Paris, 230 p. Marchal H. (2006), L’identité en question, Ellipses, Paris, 145 p.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page