Navigation – Plan du site

L’accès aux formations sociales, entre choix d’orientation professionnelle et stratégies

Access to social formations between career choices and strategies
Der Zugang zur Ausbildung in Sozialberufen, zwischen Berufswahl und Strategien
El acceso a las formaciones sociales, entre opciones de orientación profesional y estrategias
Yvette Molina
p. 117-137

Résumés

Cette contribution présente les résultats d’une enquête quantitative et qualitative auprès de candidats souhaitant intégrer les écoles de travail social. L’accès aux écoles spécialisées pour entreprendre des études dans les filières de formation sociale apparait comme sélectif. Nous analysons ici comment se construisent le projet d’orientation professionnelle et les stratégies d’orientation et d’accès à ces formations professionnalisantes du secteur social.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les statistiques nationales disponibles au moment de l’enquête, concernant l’entrée en formation, é (...)
  • 2 Il existe environ 460 établissements de formation spécialisés en France (source : site du ministère (...)

1Malgré un foisonnement de statistiques éparses portant sur les professionnels de l’intervention sociale, il n’existe pas, ou à la marge, de chiffres présentant la population qui souhaite s’orienter vers ces professions du social1. Sont ici présentés les résultats d’une enquête (Molina, 2011) relative aux candidats souhaitant intégrer les écoles supérieures professionnelles du secteur social (Vasconcellos 2006) en vue de préparer un diplôme d’Etat2.

2Cette enquête permet de mettre au jour les profils sociaux des individus souhaitant intégrer les formations en travail social. Ce champ d’investigation est quasiment inexploré.

3Au-delà d’apporter un éclairage sur les profils sociaux des candidats, il s’agit d’analyser la construction du choix d’orientation professionnelle et les stratégies développées pour l’entrée en formation.

  • 3 Voir le rapport de l’Union nationale des associations de formation et de recherche en intervention (...)

4Cette approche semble pertinente à plus d’un titre. Elle permet d’éclairer, d’une part, la question du déclin de la vocation pour ces professions sociales dites d’engagement3 ; d’autre part, les phénomènes sociaux relatifs à l’orientation vers l’enseignement supérieur professionnalisant du secteur social. Il s’agit de mieux appréhender le champ du travail social dans un continuum de la socialisation professionnelle en amont et en aval de la formation.

  • 4 Ces quatorze diplômes couvrent le niveau 5 au niveau 1, selon la classification française du Répert (...)
  • 5 Principalement le ministère des Affaires sociales et le ministère de l’Education nationale pour cer (...)

5En France, les formations au travail social et à l’intervention sociale sont construites selon deux modes d’accès à la professionnalisation. Le premier, pour certaines professions sociales dites « historiques », concerne les quatorze diplômes reconnus en travail social par le Code de l’action sociale et des familles (CASF)4. Ils se caractérisent par une forte institutionnalisation liée à la tutelle de l’Etat qui en est le certificateur5.

6Plus récent dans l’histoire des formations sociales, le second mode d’accès est rendu possible grâce à la mise en place des formations au sein de l’Université. Des départements carrières sociales au sein des Instituts universitaires de technologies (IUT) sont ainsi créés dès la fin des années 1960, puis les licences professionnelles en 1999 (Felouzis, 2008).

7Ces deux systèmes de formation dans le champ social coexistent et ne produisent pas les mêmes diplômes. La première catégorie débouche sur un diplôme d’Etat, adossé à un référentiel national. Pour la deuxième catégorie, il s’agit de diplômes universitaires, répertoriés au sein des certifications professionnelles.

8La contribution s’intéresse à la première catégorie des formations pour trois groupes professionnels de même niveau de qualification : assistant de service social (ASS), éducateur spécialisé (ES), conseiller en économie sociale et familiale (CESF).

9Le choix de ces trois groupes s’explique pour deux raisons majeures : ce sont les premiers à se professionnaliser sur un plan socio-historique (surtout pour les assistants de service social, puis les éducateurs spécialisés) ; ils relèvent d’une même catégorie statutaire et administrative avec la création d’un grade unique d’«  assistant socio-éducatif » dans la fonction publique territoriale en 1992, suivie peu après dans les statuts des conventions collectives du milieu associatif.

  • 6 Le terme « concours » est emprunté au vocabulaire indigène des acteurs. Les textes officiels évoque (...)

10Dans une première partie, nous verrons comment se construit le choix d’orientation professionnelle pour l’entrée en formation sociale dans ces trois catégories professionnelles du travail social, puis, dans une seconde partie, nous présenterons les stratégies mises en œuvre par les candidats afin de surmonter les épreuves de sélection par les concours6.

Encadré 1 : Formation assistant de service social, éducateur et conseiller en économie sociale et familiale
La formation d’assistant de service social et d’éducateur spécialisé se déroule après l’obtention du baccalauréat, dans des établissements de formation en travail social (EFTS).
Les études en trois ans s’inscrivent dans l’alternance (environ 12 mois de stage sur les trois ans) et sont sanctionnées par un diplôme d’Etat. Les études de conseiller en économie sociale et familiale présentent un cursus différent : passage par un BTS (brevet de technicien supérieur) en économie sociale et familiale après le baccalauréat et une troisième année préparant à un diplôme d’Etat.
Une autre voie d’accès aux diplômes d’assistant de service social et d’éducateur est possible : préparation d’un DUT (diplôme universitaire de technologie) en carrières sanitaires et sociales en deux ans, puis une troisième année de spécialisation dans l’une ou l’autre filière.

Encadre 2 : Méthodologie de l’enquête quantitative et qualitative
L’enquête quantitative vise les candidats à l’entrée en formation (éducateur spécialisé – ES, assistant de service social – ASS, conseiller en économie sociale et familiale – CESF) lors de l’épreuve écrite d’admissibilité (1).
Proposer le questionnaire à l’épreuve d’admissibilité (2) plutôt qu’au moment des épreuves orales poursuivait plusieurs objectifs. Le premier consistait à toucher un public large. On évite ainsi de s’intéresser à une population déjà filtrée par l’écrit et d’écarter ainsi certains profils. Ensuite, la passation était plus aisée car le questionnaire pouvait être remis de façon anonyme au moment de l’épreuve.
Cette enquête quantitative visait à étudier et identifier le profil des candidats aux professions sociales : ES, ASS, CESF (3) (4).
L’échantillon a été circonscrit à l’Ile-de-France. Cela correspondait à une configuration raisonnable et pertinente, cette région représentant un peu plus de 20 % des effectifs nationaux. Par ailleurs, la multiplicité des organismes de formation mono ou pluri filières permettait de diversifier les catégories.
Le questionnaire a été testé dans un établissement, en septembre 2010. Puis, il a été proposé à 21 établissements (5) pour la période allant de janvier à mai 2011, et 15 ont répondu à l’enquête (6).
Par ailleurs, il est difficile de connaitre le taux moyen de retour car tous les établissements ne l’ont pas communiqué. Lorsque l’information a été transmise, le taux avoisine les 98 %.
1269 questionnaires ont été analysés avec des tris croisés selon les trois filières.
En amont, une enquête qualitative par entretiens, de type biographique, (Demazière, Dubar 2009) a été menée, de février à mai 2010, auprès de treize candidats recouvrant les trois groupes (ES, ASS, CESF). Ces discours ont été croisés avec celui de deux conseillères d’orientation psychologue de deux centres d’information et d’orientation. Au-delà d’un exploratoire pour les besoins de l’enquête quantitative, l’enquête qualitative constitue un matériau d’analyse pour l’ensemble de l’investigation de terrain, dans le cadre plus large de notre recherche sur les transformations des groupes professionnels du travail social (7).
(1) La sélection s’organise en deux temps : un écrit d’admissibilité pour tous les candidats et après admission à l’écrit, une épreuve orale lors d’un entretien et/ou d’un échange en groupe. Les contenus des épreuves peuvent varier selon les établissements et les filières. L’écrit repose généralement sur une compréhension d’un texte d’actualité, un sujet de rédaction, etc.. L’entretien vise à évaluer les motivations des candidats, leurs expériences dans leur parcours de vie (scolaire, universitaire, personnel)
(2) Le pourcentage des admissions moyen est estimé à 22 % ; voir Grenat Pascale, Marquier Remy, Masson Luc, (2007).
(3) En les comparant aux études de la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) sur les statistiques des « admis en formation sociale » sur l’année 2011 : Nahon S. (2013), La formation aux professions sociales (DREES), document de travail, série statistiques n° 175, janvier.
(4) Les variables comparables sont limitées. En effet, l’enquête de la DREES s’intéressant aux profils des étudiants en formation porte sur les points suivants : l’âge, le sexe, l’origine sociale à travers la Profession/Catégorie socioprofessionnelle (PCS) du père, les sources de financement de la formation, le niveau d’étude/formation/emploi avant l’entrée en formation, le type de baccalauréat obtenu. Les résultats présentés concernent une partie seulement de notre enquête. Le questionnaire proposait 53 questions portant sur les mêmes items que la DREES complétés par les types d’engagement (association, syndicat, parti politique), les opinions, les pratiques culturelles et de loisirs.
(5) Avec l’appui du Groupement de recherche Ile-de-France (GRIF), qui est un réseau d’établissements de formation en travail social adossé au secteur associatif. Il s’est construit autour d’un objectif « de mutualisation et de coopération pour la production de connaissances dans le champ social et médicosocial et sa diffusion auprès des professionnels et des institutions ». L’enquête a donné lieu à une convention de recherche entre le GRIF et l’EHESS/CMH (CNRS-ENS-EHESS) en 2011.
(6) Certains établissements avaient omis de passer le questionnaire, notamment les établissements de grande taille, contrairement aux établissements de petite taille beaucoup plus réactifs.
(7) Ces entretiens sont intégrés dans un corpus de 42 entretiens pour l’ensemble de l’enquête qualitative, voir Molina Y. (2015).

1 Comment se construit le choix d’orientation professionnelle ?

11Cette première partie explore la construction du choix d’orientation professionnelle. Celle-ci est appréhendée selon une approche de « l’éducation à l’orientation », telle qu’elle se développe depuis les années 1970, avec la visée d’objectifs spécifiques : transmettre de l’information sur les études et les professions, permettre à l’individu de mieux se connaitre, développer des compétences et attitudes pour l’avenir, impliquer la personne dans le processus d’orientation (Tralongo, 2012).

12Nous verrons que le choix du métier se présente comme une réflexion solitaire dans un processus d’individualisation pour les candidats, puis dans un second temps, que le choix du métier représente un dilemme au moment du choix d’orientation professionnelle ; enfin, nous expliciterons le rôle prépondérant de l’entourage proche des candidats dans leur démarche d’orientation.

1.1 Le choix du métier, une réflexion solitaire dans un processus d’individualisation

13Lors de l’enquête qualitative, les candidats indiquent que leur projet d’orientation professionnelle est souvent réfléchi de façon solitaire. Ils le déplorent et expriment le sentiment d’un manque d’accompagnement dans la réflexion face à leurs hésitations.

14Mélissa, candidate CESF, explique que les éléments transmis sur la profession d’éducateur, pour laquelle elle souhaitait se renseigner, n’étaient pas suffisamment informatifs. Ce qu’elle en comprend se résume à la difficulté du métier :

Chercheuse : « Il y a quelqu’un qui vous a aidée dans cette orientation ? »

Mélissa : « Non, pas trop en première, car c’était un choix de base en me disant que j’irais voir quelqu’un en terminale… Ce que j’ai fait, mais cette personne-là ne m’a pas vraiment aidée dans mon choix… elle n’a pas su m’expliquer en quoi consistait le métier d’éducateur … tout ce qu’elle a pu me dire, c’est que c’était un métier très difficile… qu’il fallait avoir du caractère et qu’il fallait s’accrocher… en gros, j’ai retenu que c’était difficile et qu’il fallait avoir du vécu et qu’avec le bac, ce serait difficile d’y accéder… et je lui avais posé des questions pour les écoles prépa… mais elle n’a pas vraiment su me répondre … »

Chercheuse : « C’était une déception pour vous ? »

Mélissa : « Oui, car on attend que ces personnes nous orientent, nous conseillent, nous rassurent… et là c’était tout le contraire… je pense qu’en France, il y a un gros problème d’orientation et j’ai été très déçue. »

15Selon l’enquête quantitative, la première source d’information sur la profession demeure internet. Viennent ensuite les connaissances personnelles (tableau 1). De même, relatant leur parcours, les personnes interviewées, font état d’une rencontre déterminante avec un professionnel du secteur social dans leur choix d’orientation. Les acteurs les plus aidants dans la réflexion sont en premier lieu un membre de la famille ou un travailleur social rencontré (tableau 2).

Tableau 1 : Sources d’information sur les professions du social en %

Internet

Connaissances personnelles

Ouvrages spécialisés

Conseiller d'orientation CIO

Salon

BIJ ou mission locale

Ensemble

31

30

19

12

6

2

100

Tableau 2 : Aide à la réflexion pour l’orientation en %

Membre de la famille

25

Travailleur social

25

Ami(e)

14

Professionnel du CIO

11

Enseignant

11

Autres

8

Bilan compétence

5

Pôle emploi

1

Ensemble

100

CIO : Centre d’Information et d’Orientation.

BIJ : Bureau d’Information Jeunesse.

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

16Cette absence d’information, telle qu’elle est vécue et relatée par les interviewés, renforce, d’une part, le caractère d’individualisation dans la construction du choix d’orientation professionnelle et la responsabilité individuelle à laquelle il renvoie et, d’autre part, les risques d’inégalité en fonction du milieu social d’origine. « Sous l’égide de la puissance publique, l’individu-client est appelé à être le vecteur privilégié de sa propre orientation tout au long de la vie » (Verdier, 2010, p. 117).

17Les dispositifs publics semblent privilégier l’idée d’un élève de plus en plus acteur de son orientation et responsable de son propre parcours (Dhume et al., 2011). Cette individualisation renforce les risques d’inégalité sociale ; en effet, « l’aide à l’orientation apparaît comme étant distribuée de manière très inégale, selon de nombreux critères de positions scolaires des jeunes et de leur milieu social d’origine » (Boudesseul, 2010, p. 60).

18Notre population de « candidats » aux formations sociales est constituée d’une part importante de milieux modestes (37 %, employé et ouvrier) contre 45 % de milieux bénéficiant d’un capital social plus favorisé (cadre/profession intellectuelle supérieure/profession libérale et profession intermédiaire).

1.2 Choisir un métier dans le social : un dilemme

19Les candidats vivent leur choix d’orientation comme une réflexion individuelle qui n’est pas toujours très soutenue institutionnellement ; cependant, ils expriment, lors de l’enquête, une difficulté à opérer un choix entre plusieurs professions du social, voire avec des professions d’autres champs proches, comme l’enseignement ou la santé.

20S’agissant de la connaissance des professions et des formations sociales, les informations transmises sont estimées « suffisantes » pour seulement 17 % des canditats. 35 % d’entre eux manifestent leur insatisfaction quant à l’information transmise pour la profession et 44 % s’agissant de l’information sur la formation.

Tableau 3 : Informations transmises sur les professions et les formations sociales en %

Information transmise…

Suffisante

Assez suffisante

Insuffisante

Ensemble

sur les professions sociales

17

48

35

100

sur les formations sociales

17

39

44

100

Note : La question du degré d’information sur la formation portait sur le choix des écoles, les concours, le contenu des études.

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011

21Le secteur est vaste, les métiers sont diversifiés et pas toujours bien connus sous leurs différentes facettes.

22Antoine, étudiant ASS, évoque comment il a dû clarifier sa connaissance de la profession au moment des épreuves :

  • 7 IRTS : Institut régional de travail social.

Antoine : « Je me suis renseigné sur la formation car on m’a reproché, à l’IRTS,7 de ne pas m’être renseigné... je suis tombé sur une psy qui m’a posé des questions déstabilisantes et je ne savais plus quoi dire… c’était “quelles sont les vertus d’un assistant social ?”… toutes les questions autour de la formation et ce qu’on veut faire après, je ne savais pas quoi répondre… dans une autre école, on m’a demandé pourquoi je voulais faire ça plutôt qu’éducateur. »

23Clémentine, candidate ASS, hésite entre assistante sociale et éducatrice car, au départ, elle souhaitait se diriger vers l’enseignement :

Clémentine : « … Je tendais plus vers l’enseignement… »

Chercheuse : « Qu’est-ce qui vous a fait bifurquer ? »

Clémentine : « Des stages… ce qui m’attirait dans l’enseignement n’était pas applicable pour un professeur… j’étais en ZEP (zone d’éducation prioritaire) et les enfants étaient en difficulté… la maitresse n’avait pas toutes les cartes en main pour aider ces élèves-là… cet aspect du métier m’avait dérangée… j’avais envie d’aller vers ceux qui n’y arrivaient pas plutôt que vers ceux qui arrivaient. »

24Selon l’une des COP interviewées, deux catégories semblent se dessiner : les élèves aux idées bien arrêtées sur les métiers du social et ceux qui ne savent pas et recherchent une orientation professionnelle. Pour ces derniers, un test est proposé afin de dégager un profil-type parmi les métiers du secteur. Le niveau scolaire est alors examiné afin d’étudier les compatibilités entre celui-ci et les exigences supposées des concours.

COP : « On a des élèves avec des idées très arrêtées mais ils ne connaissent pas les modalités d’accès ou d’examen ou le contenu même du métier…On se base aussi sur les capacités des élèves, leur niveau scolaire… et on essaye d’élargir notre objectif aussi, c’est de ne pas rester sur une idée puisque la plupart de ces formations sont sur concours et on n’est pas garanti que les élèves réussissent les concours… il faut dérouler le fil et voir dans le social ce qu’il y a d’autre. »

25Ainsi, le conseiller applique une logique d’assignation, indexée à la fois sur le niveau de performance scolaire des jeunes orientés et sur l’appréciation subjective des motivations des jeunes. Il s’agit que le candidat à l’entrée en formation sociale, non seulement corresponde au bon niveau scolaire pour passer les épreuves des concours mais également qu’il montre ses motivations pour le choix du métier selon l’information dont il dispose. La performance scolaire requise n’est pas uniquement celle qui est supposée attendue lors des épreuves de sélection, mais aussi celle qui est attendue dans l’exercice futur de la profession avec les pré-requis ou les savoir-faire anticipés ex ante formation (l’écriture chez les ASS, par exemple) tels que les professionnels de l’orientation l’envisagent selon leur propre conception du métier.

1.3 Le rôle prépondérant de l’entourage

26Comme pour d’autres secteurs que le social, l’entourage proche joue un rôle déterminant dans le choix de l’orientation professionnelle (Coinaud et Vivent 2010) ; il en en va de même du rôle des professeurs (Brasselet et Guerrien, 2010 ; Landrier et Nakhili, 2010). L’entourage est soutenant par rapport au choix du métier dans le social (voir supra tableau 2 : 25 % un membre de la famille, 14 % un(e) ami(e), 11 % un enseignant).

27Par ailleurs, le regard que l’entourage porte sur les professions choisies constitue un analyseur du rôle joué par cet environnement ; cela est vrai tant du point de vue de l’héritage des valeurs familiales, que des rôles sociaux véhiculés par cet entourage dans le soutien au projet d’orientation professionnelle, qu’il soit d’ordre symbolique ou matériel. Pour 83 % des candidats, la profession choisie est plutôt perçue positivement par l’entourage.

Tableau 4 : Image de l’entourage sur la profession sociale choisie en %

Plutôt positive

Plutôt négative

Sans opinion

Ensemble

83

5

12

100

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

28Pour autant, si les professions sociales paraissent mobiliser des représentations positives, au regard de l’entourage, le sens du métier peut diverger selon l’histoire, les valeurs et l’engagement de chacun. Ainsi, pour le père de Marion, candidate ES, « aider les autres », être éducateur, n’est pas un vrai métier. Cela relèverait du bénévolat (les deux parents sont syndicalistes à La Poste) :

Marion : « Ma mère me soutient beaucoup… mes parents ne sont pas dans le social… ils sont à la poste mais dans leur travail, eux-mêmes étaient en association pour aider les autres… c’est peut-être pour ça que je suis là-dedans… mais mon père pense que… pour lui, ce n’est pas un vrai métier… il a 60 ans… vu que lui il s’en sort, pourquoi les autres ne s’en sortent pas ?… il aurait voulu que je sois journaliste… c’est dans le sens où ce n’est pas un vrai métier… c’est quelque chose qu’on peut faire dans une association comme bénévole, sans formation spécifique. »

29La question du soutien familial est aussi importante du point de vue symbolique. Pour Miriam, candidate ASS, d’origine sénégalaise, l’entourage encourage beaucoup, car les études d’assistante sociale représentent une ascension sociale. Cette formation est valorisée au regard des parents qui n’ont pas fait d’études, voire qui n’ont pas fréquenté l’école.

Miriam : « Ils sont ravis de mon choix… on a grandi dans des quartiers modestes et quand quelqu’un veut aller loin, on l’encourage… j’ai une sœur infirmière et une autre qui a fait un master commercial […] ils sont contents… ils m’encouragent… ils savent que je suis quelqu’un de motivé et ambitieux […] Je suis de nationalité française, d’origine sénégalaise par mes parents qui sont sénégalais… ils sont venus en France il y a 30 ans… mon père a 60 ans et ma mère 52 ans… eux n’ont pas eu les moyens de faire des études car c’était la première génération à venir en France… j’ai une mère qui me dit ça tous les jours… “faites des études… vous avez la chance d’être nés en France…” ».

30Par ailleurs, le projet d’orientation est fortement encouragé quand il correspond de façon identifiée aux valeurs familiales. C’est le cas de Mélissa, candidate CESF.

Mélissa : « Mes parents soutiennent mes choix si je me donne au maximum… si c’était le commerce, ça aurait été pareil, et là, pour le social, c’est d’autant mieux car c’est valorisant de se dire que sa fille ou son fils veut s’engager dans une branche comme celle-ci pour venir en aide aux autres… mes parents sont fiers de moi de ce point de vue-là..., ma mère m’en parle souvent, elle me dit “oui, c’est bien que tu travailles là-dedans”… Ils me valorisent souvent. »

31Le soutien des familles adhérant au choix d’orientation professionnelle des candidats est primordial. Se jouent non seulement l’engagement dans un soutien matériel à venir mais, au-delà, une forme de validation du projet congruent avec l’héritage des valeurs familiales. Celles-ci donnent non seulement sens à une forme vocationnelle du métier choisi, mais aussi à une forme de fidélité à son milieu d’appartenance. « L’engagement […] s’impose en effet comme un moyen de concilier mandat parental d’ascension sociale et mandat de fidélité aux classes populaires, autrement dit comme une possibilité d’une promotion de soi compatible avec le désir de rester fidèle à la souffrance des siens » (Leclercq et Pagis, 2011, p. 14).

32Si le choix d’orientation professionnelle se révèle difficile, notamment dans le secteur social qui propose des métiers très diversifiés, l’enquête met au jour le caractère d’individualisation dans la démarche de construction du projet de formation. Les relations sociales et le rôle de la famille sont fondamentaux pour nourrir le projet d’orientation professionnelle. L’implication de la famille n’est pas seulement économique pour la faisabilité matérielle du projet, mais passe aussi par sa reconnaissance, sa validation symbolique.

2 Une pluralité de stratégies face à la sélection

33Le choix d’orientation professionnelle se construit parallèlement à l’élaboration d’un certain nombre de stratégies qui sont mises en œuvre par les candidats afin d’entrer en formation malgré la barrière de la sélection.

34Sont présentées, dans cette seconde partie, les stratégies déployées par les candidats pour accéder aux formations sociales, malgré une relative opacité des attendus de la sélection au moment de l’orientation professionnelle.

35Nous verrons que les attendus de la sélection sont peu visibles pour les candidats, puis nous aborderons les différentes stratégies développées pour aborder les concours, et enfin nous nous focaliserons sur la préparation des épreuves de sélection entre les classes préparatoire et le passage à l’université.

2.1 Une Invisibilité des attendus de la sélection ?

  • 8 Eric Verdier aborde le « vocationnalisme intégré » comme un compromis entre monde académique et mon (...)

36La sélection n’apparait pas élitiste, comme pour les grandes écoles prestigieuses, du point de vue de la performance scolaire ; cependant, une certaine exigence d’un bagage culturel, expérientiel et scolaire semble requise. La dimension sélective se présente comme un « mixage entre la méritocratie scolaire et le modèle de la vocation professionnelle » comme « vocationnalisme intégré »8 (Verdier, 2010).

37Ainsi, l’accès aux écoles professionnelles de travail social est vécu comme difficile par les candidats interviewés. Au-delà de l’admissibilité, dont le filtre s’opère par l’écrit, les épreuves paraissent également sensibles au moment de l’oral. Les candidats se disent démunis et incertains quant aux attendus des épreuves. Tiffany, candidate ES, persévère dans son projet, malgré un échec à l’oral un an auparavant :

Tiffany : « J’ai déjà passé un concours l’an passé et je me suis rétamée à l’oral… on avait une partie en groupe et une partie avec la psychologue… et ça c’est difficile, car à chaque fois qu’on dit un truc, on nous casse… on nous dit “oui mais ceci …” ; on garde le sourire mais à l’intérieur … on se dit “quand même”, mais ça ne m’a pas démotivée car dans ce métier on risque de voir des choses difficiles, donc, au contraire, ça m’a encore plus motivée. »

38Les possibles hiatus entre les représentations communes au moment de l’orientation et les exigences réelles des écoles au moment de la sélection peuvent être interrogés au vu des résultats de l’enquête « candidats ». En effet, l’enquête quantitative met en lumière un décalage assez prononcé entre « candidats » et « admis » en formation, selon les parcours des individus qui tentent les concours d’entrée en formation sociale. Que ces candidats soient, au moment des épreuves de sélection, étudiants de l’enseignement supérieur, lycéens ou en emploi, les profils tendent à se modifier lorsqu’ils sont « admis » en formation (voir tableau 5).

Tableau 5 : Comparaison des profils des candidats et des admis en formations sociales en %

Profil

Candidats à l’entrée en formation

Admis en formation

Issus de l’enseignement supérieur

38

30

Issus du Lycée

28

16

Demandeur d’emploi

18

8

Candidats autres (dont en emploi)

16

46
(dont 37 en emploi*)

Note : * leur niveau de formation est inconnu.

Seules les filières de formation ASS (Assistant de service social) et ES (Educateur spécialisé) sont reprises dans ce tableau car les CESF (conseillers en économie sociale et familiale) se déclarent issus de l’enseignement supérieur pour 90 % en raison de leur statut d’étudiants en BTS (brevet de technicien supérieur) au moment de l’enquête.

Source : Comparaison statut « candidats » Ile-de-France, enquête Molina Yvette (2011). EHESS-GRIF et « étudiants admis en première année » pour l’ensemble de la France, selon Nahon Sandra (2013), La formation aux professions sociales en 2011, DREES

39Les individus issus de l’emploi sont surreprésentés au moment où ils sont admis par rapport aux profils des candidats. En revanche, les individus provenant de l’enseignement supérieur et du lycée sont inversement plus nombreux lorsqu’ils sont candidats que lorsqu’ils sont admis en formation. Tout se passe comme si l’expérience professionnelle était valorisée afin d’optimiser l’accès à la formation professionnelle du secteur social. Les secteurs d’emploi sont présentés par les enquêtés comme proches des métiers de la relation (voir tableau 6).

Tableau 6 : Secteur d’activité professionnelle antérieure au concours en %

Tableau 6 : Secteur d’activité professionnelle antérieure au concours en %

Autres : agriculture, industrie, bâtiment, assurance, activité financière, sécurité scolaire, immobilier, culture/patrimoine, transports, recherche, enseignement, télécommunication/poste, activités d’études/conseil, services domestiques.

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

40Si l’expérience professionnelle apparait comme une donnée déterminante pour l’entrée en formation sociale, d’après l’enquête « candidats », nous observons comment elle s’inscrit dans l’ensemble des stratégies des candidats pour aborder les concours de la sélection.

2.2 Sept types de stratégie pour aborder les concours

41Face à la difficulté d’accès aux écoles, récurrente dans les discours des différents protagonistes interrogés, qu’il s’agisse des épreuves d’admissibilité à l’écrit ou des épreuves orales d’admission, les candidats déploient un certain nombre de stratégies qu’ils pensent adaptées au regard de leur compréhension des contenus des concours.

  • 9 Une analyse thématique à partir des entretiens a permis de déterminer des catégories type. Ces dern (...)

42L’analyse des données de l’enquête quantitative (voir tableau 7), croisée avec celle du corpus des discours des candidats interviewés lors de l’enquête qualitative9, nous permet de proposer une typologie recouvrant au moins sept types de stratégie pour surmonter l’obstacle des concours chez les candidats : une inscription multiple en région et/ou hors région ; une mobilité géographique interrégionale ; un cursus scolaire adapté et continue pour les filières de formation sociale des années collège au lycée ; une recherche d’informations diversifiées sur la profession (lectures d’ouvrages spécialisés, consultation internet, rencontres de professionnels, stages, etc.) ; une activité salariée ou bénévole préalable pour acquérir expérience et connaissance de milieux proches de la profession choisie ; une préparation en classe préparatoire ; une préparation à l’université (voir tableau 7).

Tableau 7 : Typologie des stratégies des candidats pour accéder aux concours des métiers du social

Stratégies type

 %

1- Inscription multiple au sein des écoles de travail social en région et/ou hors région

1 fois : 37 %
2 fois : 22 %
3 fois : 21 %
4 fois : 18 %

2- Mobilité géographique interrégionale (hors Ile-de-France)

27 % des candidats

3- Cursus scolaire adapté et continu pour les filières de formation sociale du collège au lycée

32 % bac ES
31 % bac SMS ou ST2S

4- Recherche d’informations diversifiées sur la profession (lectures d’ouvrages spécialisés, consultation internet, rencontres de professionnels, rencontres services d’orientation, etc.) 

Internet : 31 %

Connaissances personnelles : 30 %
Ouvrages spécialisé : 19 %
CIO : 12 %

Salon : 6 %

5- Activité salariée ou bénévole, stage préalable pour acquérir expérience et connaissance de milieux proches de la profession choisie

En emploi au moment des concours (emplois étudiants compris) : 47 %
Durée de l’emploi de quelques mois : 49 %
En emploi antérieurement aux concours (emplois étudiants compris) : 89 %

6- Préparation en classe préparatoire

23 % des candidats (*)

7- Passage par l’université

37 % des candidats (**)

(*) : Pour les ASS (Assistant de service social) et les ES (Educateur spécialisé) uniquement, car les CESF (Conseiller en économie sociale et familiale) rentrant en BTS (brevet de technicien supérieur) directement après le baccalauréat ne se dirigent pas vers les classes préparatoires aux concours.
(**) : Pour les ASS uniquement car les CESF sont déjà en BTS (brevet de technicien supérieur) au moment de l’enquête.
SMS : Sciences médico-sociales.
ST2S : Sciences et technologies de la santé et du social.
CIO : Centre d’Information et d’Orientation.
Note de lecture : pour la stratégie 1, 37 % des candidats s’inscrivent une seule fois au concours dans une école de travail social en 2011, contre 22 % qui s’inscrivent à deux concours dans deux écoles différentes, etc.

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

43Comme toute typologie, les catégories se révèlent plus ou moins prégnantes pour les personnes concernées. Elles sont rarement univoques et s’entrelacent selon les parcours, les ressources économiques et sociales des individus.

44La première stratégie consiste, lorsque le budget le permet, à multiplier les chances en s’inscrivant dans plusieurs écoles, malgré les coûts engendrés (voir tableau 8). Les candidats ont l’opportunité de s’inscrire à plusieurs concours à la fois la même année.

45Ils développent une seconde stratégie qui consiste à diversifier leurs inscriptions dans les régions de leur choix. Ces inscriptions ont un coût qui varie selon le statut de l’école (privée ou publique) et leur démultiplication représente un budget non négligeable pour l’accès aux écoles de formation sociale.

Tableau 8 : Fréquence des inscriptions aux concours des métiers du social en Ile-de-France en %

1 fois

2 fois

3 fois

4 fois et plus

Ensemble

45

24

17

14

100

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

46La troisième stratégie consiste à suivre la bonne filière et à passer le baccalauréat qui est jugé adéquat. Ainsi les candidats lycéens sont majoritairement issus de la série « sciences et technologies de la santé et du social (ST2S) » ou « économique et sociale » (ES). Sont ainsi activées des stratégies d’adaptation au cursus scolaire assurant une continuité, comme on le constate pour d’autres orientations d’études à filières professionnelles (Coinaud et Vivent, 2010 ; Convert, 2010).

Tableau 9 : Candidats lycéens au moment des épreuves de sélection aux formations sociales, série en %

ST2S

ES

Bac pro

L

S

Autre

Ensemble

28

25

10

8

4

25

100

ST2S : sciences et technologies de la santé et du social.
ES : Economique et sociale.
: Littéraire.
: Scientifique.
Autre : diverses séries. Les enquêtés ont pu noter aussi dans cette rubrique des séries déjà listées.

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011

Tableau 10 : Candidats bacheliers au moment des épreuves de sélection aux formations sociales : série en %

ES

SMS ou ST2S

L

Bac pro

S

Ensemble

29

27

24

11

9

100

ES : Economique et sociale.
SMS : Sciences médico- sociales
ST2S : Sciences et technologies de la santé et du social
L : Littéraire.
S : scientifique
Note : Les candidats déjà bacheliers présentent des séries de baccalauréat diversement représentées, avec une tendance plus marquée pour les séries ES, SMS ou ST2S et L.

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

47La quatrième stratégie relève de la recherche d’informations auprès des proches, comme nous l’avons abordé précédemment au moment du choix d’orientation professionnelle, avec les limites rencontrées pour certains dans leur quête d’informations, notamment au regard du réseau de relations sociales.

48La cinquième stratégie prend la forme d’un investissement dans des activités hors scolaire ou hors études afin d’optimiser la réussite aux concours. Les candidats déclarent exercer une activité rémunérée ou un stage en rapport avec le social ou l’éducatif. Cela est considéré comme un plus dans le curriculum au moment des épreuves de sélection. Il s’agit d’une forme de « socialisation anticipatrice » (Duru Bellat et Van Zanten, 2012).

49Ainsi, Tiffany, candidate ES, déclare :

Tiffany : « Je cherchais un job d’été avec des personnes handicapées pour me plonger dans le milieu et j’ai vu une petit annonce qui proposait de partir avec une personne handicapée pendant 15 jours et je me suis dit, c’est super pour me former… et après, je me suis dit que ça allait être difficile pendant 15 jours, loin de tout le monde… comment cela va se passer avec les collègues…est-ce je pourrai exorciser les choses qui se sont passées dans la journée… et si un adulte handicapé fait preuve de force, … sans formation ni rien… ça ne va pas le faire. »

5089 % des candidats déclarent une activité antérieure au moment des concours d’entrée en formation sociale (voir tableau 11).

Tableau 11 : Activité professionnelle antérieure au moment des concours des métiers du social, en %

Oui

Non

Ensemble

89

11

100

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

51Les secteurs d’intervention sont tournés vers les emplois de la relation (Demailly, 2008) : éducation, animation enfance jeunesse, aide à la personne, etc.

52Les sixième et septième stratégies, enfin, sont celles de la préparation aux concours selon deux choix possibles. L’un est relatif aux classes préparatoires publiques ou privées. La préparation se déroule pendant quelques mois après le baccalauréat et avant le passage des épreuves de sélection. L’autre choix concerne l’orientation vers l’université comme lieu de préparation ou d’attente avant de passer les concours pour l’entrée en école professionnelle. Nous leur consacrons un développement spécifique ci-après.

2.3 Les concours, ça se prépare : prépa ou université ?

53Si les concours apparaissent comme sélectifs et difficiles d’accès pour les candidats, on note néanmoins une obstination dans le choix de l’orientation professionnelle.

54La stratégie d’une préparation aux concours par le passage dans une classe préparatoire ou à l’université s’observe après l’obtention du baccalauréat ou après un premier échec au concours d’entrée en formation sociale.

55Ainsi, après un échec, 87 % des candidats déclarent vouloir tenter à nouveau les concours l’année suivante.

56Après un premier échec à la sélection, voire plusieurs échecs, les candidats adopteront des stratégies différentes. Soit ils s’orientent vers des classes préparatoires lorsqu’ils en ont les moyens, soit ils s’inscrivent à l’université (DUT – diplôme universitaire de technologie, licence, licence professionnelle), soit ils s’orientent vers des BTS et tenteront à nouveau le concours.

57Par ailleurs, en cas d’échec au concours, le projet se situe le plus souvent entre l’emploi et le passage à l’université (voir tableau 12).

Tableau 12 : Projet en cas d’échec au concours en %

M'inscrire à l'université

Trouver un emploi

Reprendre mon emploi précédent

Autres

Ensemble

28

27

13

32

100

Autres : classe préparatoires, retenter les concours, autre BTS, réorientation professionnelle, licence, licence professionnelle, CNED (Centre national d’enseignement à distance), DUT (diplôme universitaire de technologie) carrières sociales, humanitaire, etc.

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

58Comme le révèle l’enquête quantitative, les classes préparatoires ne concernent que 23 % des candidats. L’enquête qualitative nous renseigne sur des explications possibles. D’abord, ces classes sont considérées comme coûteuses. Par ailleurs, elles n’offriraient pas une garantie suffisante pour réussir les concours. Les candidats s’orientent alors, pour beaucoup, vers l’université afin d’acquérir une base adaptée, selon eux, à la réussite aux épreuves. Laetitia, candidate ES, l’explique ainsi :

Chercheuse : « Pourquoi avoir fait une année d’université plutôt qu’une prépa ? »

Laetitia : « C’est une question de prix… les prépas sont chères… des fois on va en prépa et on n’a pas plus le concours… je voulais aller à la fac “Action sociale” pour me donner des bases, et ça m’a bien servie… on a vu le handicap, le travail de l’éducation spécialisée, les travailleurs sociaux. »

Chercheuse : « Ça coûtait combien la prépa ? »

Laetitia : « Entre 1000 € et 1200 €… et en plus, ce n’était pas près de chez moi… il fallait que je trouve un logement… on est six à la maison … en plus, il y a les concours… j’en ai eu pour 1000 € de concours en tout… avec les déplacements, l’hébergement… certains coutent 80 € pour l’écrit, d’autres 140 € pour l’oral... il y avait Caen, Paris,… plus l’hôtel, plus le trajet en train… »

59Les COP interviewées abordent également la difficulté des concours et la nécessité de les préparer. Jusqu’où va cette préparation : écoles privées considérées comme coûteuses, université ? Les professionnels de l’orientation assurent orienter les jeunes en fonction des moyens économiques de la famille. Pour les élèves moins dotés sur le plan économique, l’orientation se fera vers l’université. Certains auteurs considèrent que l’on assiste à un renversement de la hiérarchie des filières des premières années du supérieur (Duru-Bellat et Van Zanten, 2012). Pour les jeunes en demande d’encadrement, notamment issus des milieux populaires, « les premiers cycles universitaires peuvent être un repoussoir, un choix par défaut, a contrario des filières professionnelles courtes » (Erlich et Verley, 2010, p. 77). Les cycles professionnels courts répondraient à « une demande d’encadrement des jeunes et sembleraient, par leur caractère sélectif, garantir des débouchés » (Duru-Bellat et Van Zanten, 2012, p. 57).

60Le discours général qui se dégage de l’enquête qualitative révèle que si les candidats ne réussissent pas aux concours, il y aura alors orientation vers la licence professionnelle ou vers l’université sur une discipline générale.

61Miriam, candidate ASS, mise tout sur les concours. Si elle n’est pas retenue cette année, elle envisage une inscription à l’université en attendant de repasser les concours l’année suivante :

Chercheuse : « Si vous n’êtes pas prise, vous envisagez quoi ? »

Miriam : « Je préfère travailler et tenter… sinon, je m’inscris à la Fac … en attendant les concours de l’année prochaine. »

Chercheuse : « Sur quelle discipline ? »

Miriam : « Je ne me suis pas renseignée car c’est vraiment ma dernière option… mais je pense qu’il y a des fac qui préparent au social. »

Chercheuse : « Comme une licence professionnelle ? »

Miriam : « Oui, j’en ai entendu parler mais sans savoir vraiment, car je mets le paquet sur le concours. »

62Les disciplines universitaires choisies se présentent comme suffisamment « polysémiques » pour offrir une préparation aux étudiants en attente d’entrée en filière professionnalisée (Convert, 2010). Cette stratégie s’inscrit dans une fonction de socialisation anticipatrice à l’entrée en formation sociale. Elle se situe ainsi à la fois en amont des épreuves de sélection et en aval comme stratégie d’ajustement en cas d’échec au concours.

Tableau 13 : Discipline des études supérieures poursuivies par les candidats aux formations sociales, en %

Disciplines études supérieures

 %

Carrières sociales

21

Psychologie

12

Droit

11

Sociologie

10

Communication

5

Commerce

5

AES

3

Autre

33

Ensemble

100

AES : Administration économique et sociale.
« Autres » représente diverses disciplines et formations comme : histoire, langues étrangères, cinéma, sciences de l’éducation, sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS), art plastique, pharmacie, médecine, tourisme, sciences politiques, économie, etc.

Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.

63Ces disciplines polysémiques utilisées comme préparation aux écoles professionnalisantes apparaissent ainsi, pour cette frange de la population, comme des filières qui conduisent à un fort taux d’abandon. Ce constat peut être analysé sous l’angle de leur fonction « propédeutique » ou de « substitution » (Convert 2010, p. 31)..

Conclusion

64Si les concours d’entrée dans les formations du social sont présentés comme de véritables obstacles par les protagonistes concernés que sont les candidats mais aussi les conseillères d’orientation interviewées et les étudiants admis en formation, les prérequis pour l’admission ne sont pas toujours bien identifiés.

65Les candidats rendent compte, à travers l’enquête, d’un certain isolement dans la construction de leur choix d’orientation professionnelle dans le secteur social. Ce choix est d’autant plus délicat qu’il est marqué par des hésitations entre les métiers très diversifiés de ce champ professionnel, pour les plus déterminés, et d’autres métiers de secteurs proches, pour les plus indécis.

66La recherche met au jour le rôle de l’entourage proche dans l’aide au choix d’orientation, notamment dans une forme de validation du projet de formation et du projet professionnel à plus long terme.

67Deux espaces de préparation à l’entrée dans la formation sociale apparaissent de façon prégnante dans une fonction de socialisation anticipatrice. Il s’agit plus particulièrement de l’entrée à l’université et du marché du travail, y compris pour des emplois de courte durée. Ces deux espaces sont vécus comme offrant une garantie de préparation aux attendus supposés des écoles professionnelles qui préparent aux métiers du social. Expériences professionnelles et bagage culturel semblent constituer des atouts nécessaires pour les concours.

68La recherche met aussi en lumière une autre dimension, développée ailleurs. Il s’agit de formes d’engagement à partir de la transmission des valeurs familiales lors de la socialisation initiale. Celle-ci constitue une autre facette déterminante pour l’accès aux formations sociales du point de vue du sens conféré aux études et donc des motivations de type vocationnel exprimées par les candidats (Molina, 2013).

  • 10 Voir Union nationale des associations de formation et de recherche en intervention sociale (UNAFORI (...)

69Au moment où les écoles de travail social accusent une baisse de candidatures ces dernières années10, les institutions concernées par l’orientation scolaire et professionnelle et le secteur de la formation en travail social gagneraient à se rapprocher. Cette dynamique permettrait de mieux accompagner les jeunes générations. Il s’agit de clarifier leurs aspirations en termes de choix d’orientation professionnelle, face aux attentes des écoles de travail social qui nécessiteraient une mise en visibilité. Actuellement, ces deux mondes sociaux, celui de la formation des professions sociales et celui de l’orientation scolaire, apparaissent comme disjoints.

Haut de page

Bibliographie

Boudesseul G. (2010), « La segmentation par l’orientation ? Comment l’orientation préfigure les inégalités d’emploi », Formation Emploi, n° 109, janvier-mars, pp 53-70.

Brasselet C., Guerrien A. (2010), « Sentiment de liberté et influence dans la décision d’orientation scolaire : effets sur la motivation scolaire des élèves en classe de première », L’orientation scolaire et professionnelle, n° 39/4, pp. 1-16.

Coinaud C., Vivent C. (2010), « Les orientations scolaires, entre tâtonnement et réappropriation », Formation Emploi, n° 109, janvier-mars, pp. 71-84.

Convert B. (2010), « Espace de l’enseignement supérieur et stratégies étudiantes », Actes de la recherche en sciences sociales, 2010/3, n° 183, pp. 14-31.

CREAI/IRFFE (2008) (2007) « Aux portes de l’IRFFE, qui sont les étudiants en travail social de demain ? », enquêtes « sélection » 2007 et 2008, Département d’Etudes, de Recherches et d’CREAI/IRFFE, http://www.apradis.eu/pub/dero/Etude_SELECTION _2008.pdf.
http://wwwparadis.eu/pub/dero/Etude_SELECTION_2007.pdf

Erlich V., Verley E. (2010), « Une relecture sociologique des parcours des étudiants français : entre segmentation et professionnalisation », Education et Sociétés, 2010/2 n° 26, pp. 71-88.

Demailly L. (2008), Politiques de la relation. Sociologie des métiers et du travail de relation, Presses Universitaires du Septentrion, 373 p.

Demazière D., Dubar C. (2009), Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion, Québec, Les Presses de l’Université Laval, 350 p.

Dhume F., Dukic S., Chauvel S., Perrot P. (2011), Orientation scolaire et discrimination. De l’inégalité de traitement selon l’origine, Paris, La Documentation française, coll. « Etudes et recherches », 281 p.

Duru-Bellat M., Van Zanten A. (2012), Sociologie de l’école, Paris, 4ème édition, Armand Colin, coll. « U », 311 p.

Felouzis G. (2008), « Des mondes incertains : les universités, les diplômés et l’emploi », Formation Emploi, n° 101, pp. 135-147.

Grenat P., Marquier R., Masson L. (2007), La formation aux professions sociales en 2005, DREES, n 117-octobre.

Grenat P., Marquier R., Masson L. (2007), La formation aux professions sociales en 2005, DREES, n° 117-octobre.

Landrier S., Nakhili N. (2010), « Comment l’orientation contribue aux inégalités de parcours scolaires en France », Formation Emploi, n° 109, janvier-mars, pp. 23-36.

Leclercq C., Pagis J. (dir.) (2011), « Les incidences biographiques de l’engagement. Socialisations militantes et mobilité sociale », Sociétés contemporaines, 2011/4, n° 84.

Molina Y. (2015), Les travailleurs sociaux : des groupes professionnels en transformation, thèse de sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS), dir. de thèse Grelon A., juillet ; voir http://www.cmh.ens.fr/Yvette-Molina

Molina Y. (2013), « Quels engagements pour les professions sociales ? », Les Politiques Sociales, n° 3 et 4 /2013, Bruxelles, Belgique.

Molina Y. (2011), Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, non publiée.

Nahon S. (2013), La formation aux professions sociales, Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), document de travail, série statistiques, 175, janvier.

Tralongo S. (2012), « Le Projet Professionnel de l’étudiant : histoire et champ de pertinence », in Quenson Emmanuel, Coursaget Solène (dir.), La professionnalisation de l’enseignement supérieur. De la volonté politique aux formes concrètes, Toulouse, Octares Editions, coll « Le travail en débat », pp. 107-117.

Vasconcellos M. (2006), L’enseignement supérieur en France, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 121 p.

Verdier E. (2010), « L’orientation scolaire et professionnelle : entre assignation et idées floues, l’anarchie organisée », Postface, Formation Emploi, n° 109, janvier-mars, pp. 113-126

Haut de page

Notes

1 Les statistiques nationales disponibles au moment de l’enquête, concernant l’entrée en formation, étaient celles de la DREES, La formation aux professions sociales en 2005, Grenat Pascale, Marquier Remy, Masson Luc, n° 117-octobre 2007. Après une interruption, la DREES (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) a repris le dénombrement des candidats à partir de l’année 2012. Soulignons, par ailleurs, une enquête réalisée par le Centre interrégional d’études, d’actions et d’informations de Picardie et le Centre universitaire de recherche sur l’action publique et le politique, épistémologie et sciences sociales – CNRS de l’université de Picardie Jules Verne. L’étude porte sur trois groupes (éducateur spécialisé, assistant de service social et éducateur des jeunes enfants) avec une comparaison candidat/admis reprenant les effectifs de 2007, puis de 2008 : « Aux portes de l’IRFFE, qui sont les étudiants en travail social de demain ? », enquêtes « sélection » 2007 et 2008.

2 Il existe environ 460 établissements de formation spécialisés en France (source : site du ministère des Affaires sociales, et de la Santé : « Panorama des diplômes et des formations », 27/02/2014. La grande majorité est gérée par des associations. Selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), 15 % des établissements sont publics contre plus de 82 % d’associations. L’effectif des étudiants en travail social est de 65 966, dont plus de 83 % de femmes. Source : Nahon S. (2013).

3 Voir le rapport de l’Union nationale des associations de formation et de recherche en intervention sociale (UNAFORIS) (2015), « L’attractivité des formations de niveau III. Etat des lieux et perspectives », rapport du groupe de travail UNAFORIS, commission permanente niveau III, non publié, (remis à la demande) : http://www.unaforis.eu/

4 Ces quatorze diplômes couvrent le niveau 5 au niveau 1, selon la classification française du Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) : Assistant de service social, éducateur spécialisé et conseiller en économie sociale et familiale relèvent du niveau III.

5 Principalement le ministère des Affaires sociales et le ministère de l’Education nationale pour certains diplômes.

6 Le terme « concours » est emprunté au vocabulaire indigène des acteurs. Les textes officiels évoquent des « épreuves d’admission ». Chaque établissement agréé par l’Etat dispose d’un quota d’étudiants de type numerus clausus par promotion et par filière.

7 IRTS : Institut régional de travail social.

8 Eric Verdier aborde le « vocationnalisme intégré » comme un compromis entre monde académique et monde professionnel dans la formation des jeunes à tous les niveaux de qualification.

9 Une analyse thématique à partir des entretiens a permis de déterminer des catégories type. Ces dernières ont été soumises à un questionnaire pour l’enquête quantitative (voir encadré 2). Le traitement statistique des questionnaires a été réalisé sur le logiciel « WysuForms Survey Manager ». Il a été effectué en deux temps : un premier tri à plat des données pour chacun des groupes étudiés, puis un tri croisé simple entre les trois groupes cibles afin de permettre la comparaison des similitudes et variations entre eux. L’analyse des données a été réalisée à partir du traitement statistique, selon le tri croisé entre les trois groupes.

10 Voir Union nationale des associations de formation et de recherche en intervention sociale (UNAFORIS), op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 6 : Secteur d’activité professionnelle antérieure au concours en %
Légende Autres : agriculture, industrie, bâtiment, assurance, activité financière, sécurité scolaire, immobilier, culture/patrimoine, transports, recherche, enseignement, télécommunication/poste, activités d’études/conseil, services domestiques.
Crédits Source : Molina Yvette, EHESS/Centre Maurice Halbwachs, GRIF, Enquête candidats admission en formation professions sociales (ASS, ES, CESF), 2011.
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/4595/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yvette Molina, « L’accès aux formations sociales, entre choix d’orientation professionnelle et stratégies  », Formation emploi, 132 | 2015, 117-137.

Référence électronique

Yvette Molina, « L’accès aux formations sociales, entre choix d’orientation professionnelle et stratégies  », Formation emploi [En ligne], 132 | octobre-décembre 2015, mis en ligne le 30 décembre 2017, consulté le 20 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/4595

Haut de page

Auteur

Yvette Molina

Sociologue, Institut de Formation sociale des Yvelines, chercheuse associée au Centre Maurice Halbwachs CNRS – Ecole normale supérieure – Ecole des hautes études en sciences sociales

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page