Navigation – Plan du site

AccueilNuméros133Edito : Apprendre de l’apprentiss...

Edito : Apprendre de l’apprentissage en Suisse

Jean-Frédéric Vergnies
p. 1-2

Texte intégral

1La situation de la Suisse semble parée de toutes les vertus : faible taux de chômage, primauté de l’enseignement professionnel et de l’apprentissage, liens étroits entre formations et marché du travail… Au-delà, ce dossier invite à découvrir les mécanismes à l’œuvre, et leurs défis.

2En Suisse, la primauté de la formation professionnelle remonte au XIXe siècle, selon Lorenzo Bonoli. Julie Falcon précise alors les limites de ce culte de la formation professionnelle en soulignant son rôle dans la persistance des inégalités sociales. Plus loin dans le dossier, Barbara Duc montre comment les interactions en formation peuvent même renforcer les inégalités.

3L’entrée des apprenti(e)s sur le marché de l’emploi est ensuite étudiée par Helen Buchs et Barbara Müller, puis par François Rastoldo et Rami Mouad. Les premières montrent, de manière inédite, l’influence de la composition de l’offre d’emplois sur l’insertion selon la spécialité de formation ; tandis que les seconds soulignent la diversité des devenirs selon les parcours scolaires.

4Pour Nadia Lamamra et Gilles Moreau, l’apprentissage en Suisse est en pleine évolution. Le Certificat fédéral de capacité (CFC) est devenu minoritaire, tandis que l’élévation des niveaux de formation soulève de nouveaux défis. Les articles suivants formulent certains de ces défis.

5Selon Guillaume Ruiz et Gaële Goastellec, la formation, fût-elle en apprentissage, ne fait pas tout, l’entourage et la maîtrise d’un certain savoir-être restent prépondérants. D’autant plus que formation et recrutement des apprentis restent difficiles pour de nombreuses entreprises, notamment les plus petites. S’organiser en réseau semblerait alors prometteur. Pourtant, les réseaux d’entreprises formatrices peinent à se développer, comme nous l’expliquent Regula Julia Leemann, Sandra Da Rin et Christian Imdorf.

6Ainsi, les formations en apprentissage sont aussi, comme l’indique Mathias Millet dans sa postface, des modes de socialisation, voire influencent les consciences. Deux exemples développés, l’un par Najate Zouggari pour l’ébénisterie, l’autre par Isabelle V. Zinn pour les métiers de la viande, montrent à l’envi que la formation à un métier ne se réduit pas à l’acquisition de compétences ou de savoir-faire.

7Bonne lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Frédéric Vergnies, « Edito : Apprendre de l’apprentissage en Suisse », Formation emploi, 133 | 2016, 1-2.

Référence électronique

Jean-Frédéric Vergnies, « Edito : Apprendre de l’apprentissage en Suisse », Formation emploi [En ligne], 133 | Janvier-Mars 2016, mis en ligne le 20 avril 2016, consulté le 20 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/4635 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.4635

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search