Navigation – Plan du site

Les organismes de formation comme relais des savoirs officiels et scientifiques liés à la transition écologique

Une approche par la cartographie des controverses
Training Institutions as places of reproduction of official and scientific knowledges on ecological transition. An analysis with mapping controversies tools
Ausbildungsträger als Vermittler offizieller und wissenschaftlicher Kenntnisse bei ökologischen Transaktionen. Eine Untersuchung mithilfe der Kartographie der Kontroversen
Los organismos de formación como relevos de los saberes oficiales y científicos vinculados con la transición ecológica. Una aproximación desde la cartografía de las controversias
Emilie Bargues et Diego Landivar
p. 29-51

Résumés

A travers une démarche exploratoire mobilisant la cartographie des controverses, cet article analyse le rôle des organismes de formation professionnelle et continue dans la production, la diffusion mais aussi dans la critique des savoirs liés à la transition écologique, en étudiant le cas de la biomasse. L’analyse de données textuelles sur 3 900 sites web permet de mettre en évidence les sujets de controverse et leurs acteurs, les points de convergence ou de désaccord, et le positionnement des organismes de formation. Ceux-ci relaient plus les savoirs officiels et scientifiques que les discours critiques et les savoirs marginaux des médias ou de la société civile.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment le projet de loi pour la transition énergétique et pour la croissance verte, adopté (...)

1La transition écologique constitue un défi majeur pour nos sociétés, dont les politiques nationales et internationales prennent de plus en plus la mesure1. Cette transition renvoie directement à l’idée de mutation des rapports qu’entretiennent nos sociétés avec la nature. Elle est définie comme un cheminement progressif d’un modèle vers un autre, un changement profond de mode de développement qui permet de transformer et de rendre les modes de vie compatibles avec la préservation des ressources de la planète et avec une société plus juste (Levaux et Genty, 2015).

2La transition écologique constitue également un enjeu scientifique majeur, plaçant les savoirs experts et issus de la recherche comme éléments de justification et d’orientation de cette mutation, souvent décrite comme inéluctable ou nécessaire. Le défi est d’autant plus grand qu’il n’existe pas de recul suffisant ni de données stabilisées permettant d’en faire un bilan objectif. L’enjeu est donc d’analyser une transition écologique « en train de se faire ».

3La filière biomasse figure parmi les grands axes de cette transition écologique. La biomasse est une source d’énergie renouvelable issue de la forêt, des déchets organiques et de l’agriculture. Parmi les projets qui se développent, en France, autour de la biomasse, deux logiques se distinguent : d’un côté, des projets de grande envergure (production d’électricité, biocarburants industriels) et, de l’autre, des initiatives plus modestes, menées à l’échelle locale et souvent en milieu rural. La construction de projets d’envergure n’est pas récente et relève, historiquement, de l’initiative du monde agricole (Cayre, 2015) où, dès les années 1970, des groupes d’agriculteurs et des firmes agro-industrielles initient les premières réflexions sur les agro-ressources non alimentaires pour répondre au problème structurel des excédents agricoles (Nieddu et al., 2010). A côté de ces initiatives à caractère « industriel », figurent des initiatives de « développement local », plus nombreuses, diffuses et plus récentes. Ces initiatives se distinguent des précédentes par leurs choix technologiques davantage orientés vers la production de gaz et la méthanisation et par le degré d’implication des collectivités locales.

  • 2 En France, les lois votées à l’issue du Grenelle de l’environnement fixent un objectif de 23 % des (...)

4Le développement de cette filière biomasse constitue l’un des objectifs prioritaires du Grenelle de l’environnement2. Comme le note le Conseil économique, social et environnemental (CESE) dans son rapport dédié à l’emploi dans la transition écologique, la valorisation des déchets et autres résidus de matières organiques appelle des innovations et le développement de nouvelles compétences pour parvenir à des solutions techniques et organisationnelles alternatives (Levaux et Genty, 2015). Le développement de la filière biomasse renvoie donc à l’enjeu majeur de constitution de filières technologiques et industrielles cohérentes.

5Pour favoriser les créations d’emplois et les transitions professionnelles liées au développement de cette filière, l’appareil de formation initiale et continue est considéré comme un rouage clé (CNEFOP, 2015 ; Levaux et Genty, 2015). Les travaux du Plan national de mobilisation pour les emplois et les métiers dans l’économie verte concluaient, dès 2010, au besoin d’un effort de rénovation de ces formations, pour y introduire les gestes techniques, connaissances et compétences qu’impose la transition écologique.

6Cependant, si la réorientation de la formation professionnelle (initiale et continue) est considérée comme nécessaire (CNEFOP, 2015), son opérationnalisation est complexe. La transition écologique génère un environnement incertain où il est difficile de quantifier de manière prospective les emplois, mais également les besoins de renouvellement des offres de formation, ainsi que l’intégration des compétences environnementales dans les formations existantes (Levaux et Genty, 2015).

7A ce stade, où les connaissances peinent à se construire et à se stabiliser, le rôle des organismes de formation professionnelle dans la stimulation de la transition reste mal identifié (Beaupère, Labruyère et Wendling, 2014 ; Cayre, 2015). Rares sont les connaissances sur le rôle de ces organismes dans le processus de captation, de diffusion de savoirs émanant de différents types d’acteurs (profanes, scientifiques ou experts).

8Cette méconnaissance est d’autant plus paradoxale que les études et politiques gouvernementales assignent a priori un rôle et une responsabilité forts aux organismes de formation dans le succès de la transition écologique. Il semble donc essentiel de mieux comprendre comment les organismes de formation se positionnent pour relayer les savoirs en cours de construction et contribuer à leur structuration.

9En quoi ces organismes intègrent-ils ou pas les savoirs officiels et scientifiques, c’est-à-dire les savoirs émis par les instances publiques, gouvernementales ou provenant des communautés scientifiques ? Dans quelle mesure ces organismes intègrent-ils les savoirs marginaux, c’est-à-dire les savoirs issus d’acteurs minoritaires en désaccord avec les versions « officielles » ou « scientifiques » (Venturini, 2012) ? Dans quelle mesure ces organismes de formation constituent-ils des boîtes de résonance plus ou moins ouvertes aux controverses que soulève la biomasse comme technologie de la transition écologique ?

  • 3 La méthanisation est un processus naturel de dégradation biologique de la matière organique dans un (...)

10Cet article contribue à répondre à ces questions en étudiant le rôle des organismes de formation professionnelle initiale et continue dans l’architecture des savoirs liés à la transition écologique en train de se faire. Nous mobilisons la méthode de la cartographie des controverses appliquée au cas de la biomasse/méthanisation3. Dans la lignée de la sociologie pragmatique (Boltanski et Thévenot, 1991 ; Latour, 2010 ; Chateauraynaud, 2011), nous entendons par controverse un état caractérisé par de fortes divergences argumentatives, voire des irréductibilités dans les positions, et où différents savoirs (scientifiques, médiatiques, situés) vont coexister. Une controverse ici diffère donc d’un simple débat public sociétal dans la mesure où les enjeux du débat sont aussi bien techniques, scientifiques, que sociaux. La cartographie des controverses est une méthode d’analyse de ce type de débats publics, à partir des données du web et faisant appel à différents outils numériques (analyse statistique de corpus sémantiques, visualisation de données, outils d’indexation,…). Cette méthodologie permet en effet d’enquêter sur les mutations contemporaines en cours, où se mêlent savoirs scientifiques, techniques et enjeux sociétaux (Latour, 2010).

11Nous mobilisons le web comme terrain de recherche pour étudier la structuration des savoirs liés à la biomasse. Espace d’expression des controverses qui agitent la société, le web constitue en effet un terrain d’enquête propice pour sonder la morphologie et la diversité des savoirs (Rogers, 2013). Nous appliquons ainsi plusieurs techniques et outils de la cartographie des controverses sur un échantillon de 3 900 sites web.

12La démarche de cette recherche est exploratoire. Elle vise à combler un vide et à développer des connaissances préalables qui permettent de définir des pistes de recherches futures (Van der Maren, 2006 ; Trudel, Simard et Vonarx, 2007). Autrement dit, elle contribue à baliser l’étude d’un phénomène émergent et pour lequel on dispose de peu de recul et de connaissances. Nous identifions ainsi les acteurs de l’architecture des savoirs liés à la biomasse, les grands sujets de controverses et les points de convergences ou de désaccord entre ces acteurs.

13Cette première approche permet également d’appréhender la place des organismes de formation dans cette structuration des savoirs en train de se faire. Nos résultats montrent que ces organismes ne sont pas encore entrés dans une phase de domestication ou de synthèse des controverses liées à la biomasse, mais qu’ils sont essentiellement le relais de savoirs officiels et scientifiques.

14Dans une première partie, l’article revient sur la mission assignée a priori aux organismes de formation dans le processus de transition écologique et sur les raisons de cette représentation de leur rôle dans ce processus.

15Dans une deuxième partie, nous expliquons la pertinence du cadre théorique et méthodologique de la cartographie des controverses pour étudier la structuration des savoirs liés à la transition écologique en cours. Enfin, une dernière partie est consacrée à la présentation de nos résultats.

1 Réussir la transition écologique : une mission théorique de production des savoirs assignée aux organismes de formation

16Les études et les politiques mises en œuvre pour la transition écologique assignent un rôle a priori « théorique » aux organismes de formation professionnelle initiale et continue dans la production et la diffusion des savoirs nécessaires pour permettre la transition écologique.

17Ces savoirs et connaissances sont présentés dans les rapports d’étude sur la transition écologique comme des déterminants majeurs du succès de cette transition, tant sur le plan technique (mise en place des dispositifs, accompagnement des acteurs) que sur le plan économique (innovation, création d’emplois, croissance). Dans ce paragraphe, nous revenons sur les justifications mobilisées pour expliquer la capacité d’action des organismes de formation dans la transition écologique.

18Ces organismes apparaissent comme investis d’une mission essentielle de mise en production, de structuration, de mise en cohérence, et de diffusion du champ des connaissances relatifs à la transition écologique. Le verbe investir est ici pris dans son sens étymologique qui renvoie à une notion de puissance, d’autorité et de rituel (CNRTL, 2015). L’organisme de formation est ainsi investi d’une capacité d’action que l’on pourrait décliner en trois types, selon les différents discours issus des institutions gouvernementales.

19D’abord, il s’agit d’une puissance d’action au sens où les organismes de formation sont censés bénéficier d’une proximité avec les acteurs de terrain de la transition écologique qui leur permet d’agir sur les pratiques. Ce contact avec les praticiens est censé justifier leur rôle dans l’efficacité de la transition écologique.

20Ils sont ensuite dotés d’une puissance de transformation, dans la mesure où ces organismes sont investis d’une mission de transmission/explicitation de connaissances techniques entre les systèmes techno-scientifiques et les systèmes productifs.

  • 4 Nous devons comprendre ici « autoritaire » au sens d’autorités publiques, institutionnelles, social (...)

21Enfin, ils sont dotés d’une puissance symbolique car ils sont aussi investis d’une mission « intentionnelle ». Celle-ci est directement liée au fait que la transition écologique est associée à une grammaire de l’inéluctable, du nécessaire et de l’urgence. Les discours sur les acteurs de la transition écologique se présentent ainsi comme autant de déclarations d’intention qui confèrent à ces acteurs des fonctions centrales, responsabilisantes et autoritaires4 (voir l’encadré 1 pour une illustration).

Encadré 1. Un exemple de formulation intentionnelle

à titre illustratif, nous reproduisons ici un extrait du site web présentant le projet Gaya, projet de développement de la biomasse, en France, à travers notamment des programmes de formation professionnelle. Le champ lexical intentionnel figure en italique
« Des objectifs ambitieux pour un projet novateur. Coordonné par un grand groupe du secteur énergétique, le projet GAYA rassemble l’expertise de 11 partenaires industriels, institutionnels, universitaires et techniques autour d’une ambition : développer le biométhane 2G à échelle industrielle. En expérimentant une filière énergétique innovante de production de biométhane à très haut rendement, GAYA vise à optimiser et à pérenniser l’usage de la ressource biomasse comme énergie renouvelable. Son objectif à terme : valoriser localement et durablement la biomasse via un vecteur à haute efficacité énergétique et environnementale »(http://www.pruletgaya.com).

22Les organismes de formation pourront, dès lors, asseoir leur légitimité sur différents arguments d’autorité : un argument d’autorité rationnelle, conférée par les savoirs scientifiques et les dispositifs techniques. Un argument d’autorité morale, puisque les organismes de formation ont le devoir de réussir la transformation sociale pour répondre à un impératif de bien commun. Et un argument d’autorité naturelle propre aux dispositifs éducatifs dans les sociétés modernes (Foucault, 1971 ; 1975).

23En raison de ces représentations sur la capacité d’action des organismes de formation, les politiques gouvernementales leurs assignent, a priori, une responsabilité importante dans le succès de la transition écologique. Fort de ce constat, il semble pertinent d’examiner leur rôle dans la structuration en cours des savoirs liés à la transition écologique.

2 La cartographie des controverses pour enquêter sur des réseaux socio-techniques en mutation

24Chargés d’intentionnalités, investis de missions techniques, dotés de responsabilités sur le plan des valeurs, les organismes de formation apparaissent alors comme des acteurs centraux dans la réussite des projets de biomasse.

25Ces différents projets, ainsi que les artefacts techniques qui les sous-tendent, sont des entités « débordantes » (Callon, 1999) dans la mesure où elles vont provoquer des déplacements tout autant techniques que normatifs et anthropologiques. Les déplacements techniques apparaissent comme évidents car la biomasse se présente avant tout comme innovation technologique. Ils s’accompagnent de risques et d’effets externes souvent difficiles à anticiper (risques sanitaires, pollution, risques sécuritaires,…).

26Ainsi, les cadres normatifs et juridiques censés délimiter l’action des projets de biomasse/méthanisation ne peuvent contenir tous les effets ou impacts externes générés par ces derniers, rendant leur actualisation nécessaire. Enfin, les artefacts techniques sont porteurs de mutations culturelles et anthropologiques (Akrich, 1989) affectant durablement le mode de vie des acteurs (dans le cas de la biomasse, l’installation d’un méthaniseur va par exemple bouleverser les habitudes de travail ou encore la relation de l’agriculteur vis-à-vis de son environnement).

  • 5 Nous reprenons ici la définition du réseau socio-technique que fournit la sociologie de l’acteur-ré (...)

27La filière biomasse est un exemple particulièrement éclairant de ces types de déplacements. En effet, contrairement à des énergies classiques, de type nucléaire par exemple, où les dispositifs techniques sont très bien circonscrits et délimités à un certain type d’acteurs légitimés (scientifiques, ingénieurs, militaires,...), la biomasse se caractérise par un décloisonnement et une décentralisation du réseau socio-technique5 vers les acteurs de terrain. Elle exige donc une participation directe des savoirs profanes dans le réseau technique et scientifique mis en place. Cette décentralisation passe avant tout par une localisation de l’unité de production énergétique (comme par exemple dans le cas d’un méthaniseur), au plus près des acteurs agricoles. En effet, l’installation d’un méthaniseur se réalise souvent à proximité des producteurs agricoles afin d’optimiser la fourniture de déchets agricoles et organiques et maximiser le rendement énergétique. Cette territorialisation de l’artefact technique exige également une décentralisation des connaissances techniques correspondantes et une domestication anthropologique des dispositifs mis en pratique (Akrich, 1989). Cette domestication est loin d’être anodine et passe par l’apprentissage non seulement d’un langage technique et ingénieurial mais aussi d’un ensemble de pratiques informelles et symboliques (gestes, rituels de mise en production, nouvelles relations homme-machine, reconfiguration des relations traditionnelles avec les animaux et les espèces végétales,…).

  • 6 Ce champ critique pourra prendre la forme de dénonciations médiatiques, de mobilisations citoyennes (...)

28Ainsi, les acteurs de terrain (agriculteurs, riverains, voisinage, …) vont être sujets à des injonctions techniques (quoi faire, quoi mettre en œuvre ?) et normatives (pourquoi mettre en œuvre ?) en même temps qu’ils seront témoins des premiers effets externes des programmes de biomasse (risques sécuritaires, sanitaires, écologiques, économiques,…). Face à l’installation de ces artefacts techniques, les acteurs vont réagir de manière hétérogène en fonction des déplacements et impacts (économiques, écologiques, anthropologiques) générés. On doit donc s’attendre à des mises à l’épreuve et autres dénonciations des projets de biomasse (Boltanski et Thévenot, 1991), c’est-à-dire des controverses (Callon, 2006 ; Chateauraynaud, 2011) qui tendent spontanément à encastrer des sujets a priori scientifiques et experts dans un champ critique6.

29L’analyse des controverses soulevées par le vaste mouvement de mise en action, d’installation et d’assimilation de la biomasse constitue donc une opportunité intéressante pour le dévoilement de l’architecture des connaissances que la transition écologique engendre.

30Depuis les années 2000, la sociologie et cartographie des controverses (Callon, 2006 ; Latour, 2010 ; Chateauraynaud, 2011) apparaît comme une méthodologie d’enquête propice à l’analyse de phénomènes hybrides, c’est-à-dire mêlant savoirs scientifiques et enjeux sociaux.

31La cartographie des controverses s’inspire de divers courants de pensée qui vont de la philosophie pragmatique (travaux de Pierce, Dewey, James, Lippman) à la sociologie de l’acteur-réseau (notamment à travers les écrits de Callon, Law, Latour, Arkich) et la sociologie pragmatique (Chateauraynaud, 2011). Cette méthode permet à la fois d’identifier les sujets de discorde et, autour de ces nœuds de controverses, les positions relatives des acteurs autour d’une controverse. Une des originalités de cette méthode réside dans le fait que l’enquête se réalise à partir de données du web.

  • 7 Wikipédia en est l’exemple le plus significatif.

32Le web, en tant qu’espace d’expression des controverses qui agitent la société (Rogers, 2013), s’avère être un lieu adapté pour enquêter sur les processus de connaissances engendrées par la transition écologique. Le web tend en effet à renouveler les méthodes d’enquête sociologique (Latour, 2012, Rogers, 2013). Il se présente ainsi comme territoire de contenus permettant de sonder la morphologie et la diversité des savoirs (qu’ils soient contradictoires ou complémentaires), ainsi que leur mutation. Ces savoirs tendent non seulement à être disponibles, mais aussi à être indexés, classifiés, organisés, renforçant ainsi leur lisibilité et leur accessibilité. Le web se présente également comme un système ouvert et collaboratif, permettant de reconfigurer la manière dont les contenus sont agrégés, superposés, modifiés, supprimés7.

33Il représente aussi un territoire d’expression des subjectivités (Venturini, 2012). Or, cette subjectivité n’est pas forcément contradictoire avec une analyse objective et scientifique des réseaux socio-techniques (Venturini, 2010 ; Landivar, 2015). Le web permet de retracer justement les perceptions, sensibilités, systèmes de valeurs et de croyances autour de problématiques mêlant science et technique, et souvent à la source de controverses (Akrich, Barthe, Rémy, 2010). Il permet ainsi l’existence de savoirs marginaux, c’est-à-dire de savoirs provenant des « disagreeing minorities » (Venturini, 2012), acteurs minoritaires en désaccord avec les versions « officielles » ou « scientifiques », qu’ils soient experts, profanes ou situés. Ces savoirs marginaux cohabitent, sur le web, avec des savoirs institués, structurés ou « officiels » c’est-à-dire émis par des instances publiques ou gouvernementales (sous forme de rapports, d’enquêtes, de lois, de règlements), mais également avec des savoirs scientifiques provenant des communautés scientifiques, académiques ou universitaires.

Encadré 2 : Méthodologie

Notre enquête s’appuie sur une extraction de données du web (aspiration de 3 900 sites web parlant de Biomasse), réalisée entre le 3 juillet et le 12 novembre 2014. L’ensemble de ces données textuelles nous a permis de constituer un corpus sémantique global à partir duquel nous avons identifié les principaux sujets de controverse. Puis, nous avons partitionné ce corpus global en sept sous-corpus, par type d’acteur de la controverse : acteurs et institutions publiques, associations ou fédérations d’acteurs de la biomasse (fédération d’entreprises ou d’initiatives), entreprises, bureaux d’études, organismes de formation, médias et associations de la société civile (associations écologiques, de voisinage, de victimes,…). Cette partition nous a permis ensuite d’analyser les distances sémantiques entre ces différents acteurs afin de pouvoir cerner les convergences ou divergences en termes de discours sur la biomasse. Enfin, cette partition nous a également permis d’identifier la résonnance des différents sujets de controverse dans chacun des discours.
Nous détaillons cette méthodologie (origines, outils techniques utilisés et domaine de validité) en annexe électronique.

3 Les organismes de formation, lieux de reproduction et non de production des savoirs liés à la transition écologique

34Dans cette partie, nous présentons les principaux résultats issus de notre analyse des controverses autour de la biomasse. Nous mettons en évidence les principaux sujets de controverse (santé, pollution, maladie, sécurité, difficulté technique), les acteurs impliqués (organismes de formation, Etat, associations de la société civile, médias, bureaux d’études, associations/fédérations de producteurs de la Biomasse) et leur manière de se positionner dans le champ des controverses. Nous nous focalisons ensuite sur la position des organismes de formation dans cette cartographie. Il apparaît que les univers sémantiques des organismes de formation renvoient de manière privilégiée aux savoirs techniques et scientifiques émis par les instances publiques, gouvernementales ou provenant des communautés scientifiques. Leurs univers sont en revanche éloignés des savoirs marginaux provenant d’acteurs minoritaires et profanes qui sont portés par les associations de la société civile et les médias.

3.1. Les principaux sujets de controverse

35Un premier traitement des données issues des 3 900 sites web liés à la biomasse nous a permis d’identifier trois classes lexicales homogènes associées à des grammaires particulières (voir figure 1). A partir d’une classification hiérarchique descendante (Reinert, 1983) sur l’ensemble du corpus, nous avons dégagé, parmi ces classes, celles faisant référence à la controverse sur la biomasse.

Figure 1 - Les principales classes lexicales du web : une classification hiérarchique descendante avec le logiciel Iramuteq

Figure 1 - Les principales classes lexicales du web : une classification hiérarchique descendante avec le logiciel Iramuteq

Note : Les résultats mettent en évidence trois classes lexicales (T, P et C) distribuées autour de deux axes classificatoires relatifs.
Lecture : Chaque axe du graphique représente un facteur de classification. A chaque itération de l’algorithme utilisé par Iramuteq, nous faisons ressortir les deux classes les plus différentes entre elles. Autrement dit, nous déterminons une partition des formes actives de notre corpus maximisant « l’inertie interclasse » et minimisant « l’inertie intraclasse » (Ratinaud et Marchand, 2012). Ces facteurs permettent donc d’identifier et de positionner chaque famille de termes de manière relative aux autres (leur valeur précise n’apporte pas de signification absolue en termes purement linguistiques). Chaque classe représente ainsi un territoire sémantique particulier.

Source : Iramuteq, Road Crawler et auteurs.

  • 8 Classe T représentée en couleur rouge dans la version électronique de l’article. Classe P en vert e (...)

36Sur la figure 1, la classe T8, à gauche, regroupe une catégorie de termes liés aux caractéristiques techniques des projets de biomasse. C’est d’ailleurs une grande partie du corpus lexical qui correspond à cette grammaire technique et scientifique (« dioxyde », « mètre cube », « captage »…), ce qui constitue un résultat classique dans les projets de transition écologique et/ou énergétique (Akrich, Barthe, Rémy, 2010). 

  • 9 La cité par projet implique une nouvelle organisation de la société autour du réseau. Le projet n’e (...)

37Dans la classe P, en bas à droite, nous identifions une catégorie homogène qui renvoie à la grammaire du projet, notamment à travers les verbes d’intention (« proposer », « donner », « développer », « apporter », « investir », « devenir »,...), mais qui renvoie aussi à une grammaire de l’enthousiasme et de la connexion aux autres, valeurs de référence de la cité par projets décrite par Boltanski et Chiapello (1999)9 : « réunion », « équipe », « commun »

38Enfin, nous avons nommé la classe C, en haut, la classe « Controverses », car elle renvoie ici à une grammaire du risque où sont regroupés les termes liés à la santé, la pollution, la maladie, ainsi qu’aux acteurs impliqués dans les controverses (« population », « riverains »,...). Cette catégorie recouvre, en abscisses, les deux champs précédents, mais elle occupe une position différente dans sa classification en ordonnées. Cette position particulière nous permet d’identifier la santé, la pollution, la maladie comme sujets de controverse car ils renvoient à des problèmes qui s’intercalent entre l’imaginaire intentionnel des projets de biomasse et leurs caractéristiques techniques concrètes et réelles.

39Ces résultats confirment que la biomasse est un véritable hybride, au sens de Bruno Latour (1991), c’est-à-dire un objet qui n’appartient pas exclusivement au domaine technique ou scientifique, mais qui tend à participer pleinement à la vie sociale et politique.

40Une analyse plus précise des thématiques présentes dans la catégorie « controverses » (classe C) permet d’identifier les controverses classées dans le graphique 1, selon le nombre d’occurrences.

Graphique 1. Les controverses liées à la biomasse et leur occurrence

Graphique 1. Les controverses liées à la biomasse et leur occurrence

Note : Les controverses sont classées selon le nombre d’occurrences en quatre catégories de thématique : les controverses sanitaires ( santé, grossesse, cancer,...), environnementales ( pollution, problèmes de gestion de déchets, pollution olfactive,...), sécuritaires (incendies, explosion, toxique, feu, riverains), techniques (complexité, pénibilité ou encore green-washing (controverses liées au verdissement de certaines pratiques économiques ou industrielles dans le but de se donner une image écologique).
Exemple de lecture : La controverse sur l’incendie se retrouve 1 791 fois dans le corpus sémantique global.

Source : Iramuteq et auteurs.

41A partir de ces résultats, nous identifions quatre catégories de thématique : les controverses sanitaires (santé, grossesse, cancer,...), environnementales (pollution, problèmes de gestion de déchets, pollution olfactive,...), sécuritaires (incendies, explosion, toxique, feu, riverains), techniques (complexité, pénibilité ou encore green-washing (c’est-à-dire les controverses liées au verdissement de certaines pratiques économiques ou industrielles dans le but de se donner une image écologique).

42Il est intéressant de noter que les débordements (liés à la notion d’objet débordant que nous avons spécifiée en amont (Callon, 1999), se retrouvent dans certains termes de la controverse comme « riverains » ou « proximité ». En effet, ce qui est problématique ici, c’est la proximité de projets de biomasse ou méthanisation avec des lieux publics (des écoles surtout) ou des quartiers d’habitation, ainsi que les externalités non anticipées qui les impactent (risques d’incendie, risque de pollution, risques sanitaires à long terme,…). Ces débordements permettent d’identifier les parties prenantes de la controverse autour de la biomasse.

3.2. Les organismes de formation distants des médias et de la société civile

  • 10 Dans Tropes, « les univers de référence regroupent les mots contenus dans les classes d’équivalents (...)
  • 11 Sur la version électronique, les nœuds en gris clair situés au milieu de la figure 2 apparaissent e (...)

43Nous avons également procédé à l’analyse des différentes distances sémantiques entre acteurs de la biomasse. La figure 2 présente, pour chaque type d’acteur considéré, les dix premiers univers de référence identifiés grâce au logiciel Tropes10. Les univers de référence sont représentés par des nœuds gris clair situés au milieu de la figure. Les organismes de formation par des nœuds gris foncé sur l’extérieur de la figure11. La figure 2 permet d’identifier la proximité des discours entre acteurs de la controverse. Les champs lexicaux mobilisés par les organismes de formation sont « Technologie », « Science », « Energie », « Ecologie », « Ingénierie », « Pollution », « Valeur », « Education », « Innovation », « Biologie », c’est-à-dire des champs relativement proches de ceux qui sont mobilisés par les acteurs promoteurs de la biomasse.

44Cette grammaire associée aux organismes de formation renvoie de manière privilégiée aux connaissances techniques et scientifiques (« éducation », « biologie » et « écologie » sont des disciplines scientifiques) issues de savoirs émis par les instances publiques, gouvernementales ou provenant des communautés scientifiques.

45Ces univers contrastent avec les univers de référence que ne soutiennent pas les organismes de formation : « le territoire », « l’alternative », « le monde », « le changement », « la transition », « le risque », « la population », « la santé », « la vie », qui relèveraient davantage de savoirs marginaux, c’est-à-dire provenant d’acteurs minoritaires et profanes.

Figure 2. Types d’acteurs et univers de référence

Figure 2. Types d’acteurs et univers de référence

Exemple de Lecture : L’univers de référence de la Science est partagé par les Organismes de formation, les Fédérations, les Bureaux d’étude et les Entreprises.

Source : Visualisation de données sous D3.JS et auteurs.

46Le tableau 1 permet de compléter cette première analyse des univers de référence des acteurs en précisant le degré de proximité entre les acteurs de la controverse sur la biomasse. Nous y avons calculé, pour chaque binôme d’acteurs, le pourcentage d’univers de référence en commun.

Tableau 1. Analyse de similitude de références entre acteurs de la controverse sur la biomasse

Tableau 1. Analyse de similitude de références entre acteurs de la controverse sur la biomasse

Note : Pourcentage d’univers de référence partagé par binôme d’acteurs.
Exemple de lecture : Les organismes de formation et les acteurs publics (Etat) partagent 77 % d’univers de référence.

Source : Logiciel Tropes et auteurs.

  • 12 Il est important de bien distinguer, d’une part, les associations/fédérations de producteurs de la (...)

47La lecture du tableau 1 révèle que l’ensemble des acteurs de la biomasse, à l’exception des acteurs médiatiques et des associations de la société civile12, partagent un grand nombre d’univers de référence.

48Ainsi, le corpus sémantique issu des organismes de formation est étroitement corrélé avec la grammaire véhiculée par les institutions publiques (77 %), les associations / fédérations (69 %), les entreprises (66 %) et les bureaux d’études (64 %).

49Par ailleurs, la corrélation des univers de références des médias et des associations de la société civile s’élève, quant à elle, à 59 %.

50On note ici une distance sémantique significative entre les corpus médiatiques et de la société civile d’un côté, et les savoirs issus de l’Etat, des entreprises, des fédérations/associations de producteurs et des bureaux d’étude, de l’autre. Dans cette opposition, les organismes de formation se trouvent à une distance relativement importante des savoirs médiatiques et de la société civile (16 % et 19 % respectivement).

51Ces résultats indiquent que les organismes de formation, dans leur rôle d’interface, de mise en perspective critique et de circulation des savoirs, restent relativement éloignés des savoirs profanes liés à la biomasse. Nous pouvons interpréter ce résultat en accord avec la charge intentionnelle qui est mise sur les organismes de formation, et dont la grammaire est essentiellement construite à partir des grandes directions de la politique publique en termes de transition écologique, et en lien direct avec les savoirs scientifiques.

3.3. Qui parle, de quelle controverse ?

52Nous avons affiné encore l’étude des relations entre types d’acteurs et controverses en étudiant qui sont les acteurs qui prennent une part active dans la controverse.

Figure 3. Correspondance entre acteurs de la controverse et sujets de controverses

Figure 3. Correspondance entre acteurs de la controverse et sujets de controverses

Note : Diagramme de type Alluvial (Rosvall et Bergstrom, 2010). La figure 3 présente, à gauche, les acteurs, et à droite, les controverses détectées. Les barres noires représentent le nombre d’occurrences des controverses trouvées dans chacun des acteurs. Plus cette barre est grande, plus le nombre d’occurrences est important. Les résultats sont pondérés par la taille des sous-corpus.

Source : Visualisation de données sous D3.JS et Raw.

53Ainsi, les associations de la société civile évoquent le plus les controverses détectées sur la biomasse. C’est un résultat attendu dans la mesure où ces collectifs se sont constitués souvent en réaction aux impacts induits par l’installation de projets de biomasse en général, de projets de méthanisation en particulier. Leur existence est étroitement corrélée avec l’apparition de ces disputes. Ce sont les controverses liées à la santé, à l’environnement (pollution olfactive) et à la sécurité (risques d’explosion, incendies) qui préoccupent le plus ces types d’acteurs. Nous retrouvons des résultats similaires pour les acteurs médiatiques.

54Dans le classement des acteurs qui évoquent le plus les controverses liées à la biomasse, les acteurs médiatiques apparaissent en deuxième place avec des thèmes de controverses similaires à ceux repris par les associations de la société civile.

  • 13 Un bais polysémique prend place, par exemple, lorsque certains promoteurs de projets de biomasse év (...)

55Les acteurs les moins concernés par les controverses sur la biomasse sont les associations-fédérations, les entreprises et les bureaux d’études, ainsi que les acteurs publics. Nous notons cependant que pour les acteurs publics, de nombreuses références sont faites aux thématiques « feu », « pollution », « contamination ». Une vérification de ce résultat auprès de nos corpus révèle un biais polysémique13 dû au fait qu’il est difficile de discerner correctement si les allusions à ces trois termes évoquent la grammaire de justification relative aux projets de biomasse / méthanisation ou les externalités négatives de ces derniers.

56Dans ces résultats, les organismes de formation se trouvent dans une position intermédiaire. Les controverses sont détectées, dans leurs sous-corpus, de manière plus importante que chez les acteurs précédents. Cependant, à la différence des acteurs médiatiques ou issus de la société civile, on note que ce sont les enjeux liés à la sécurité (risques d’explosion, d’incendie, ...) qui les concernent le plus. Dans de nombreux sites web des organismes de formation, nous avons en effet retrouvé des catalogues de formation incluant des modules pédagogiques liés à la sécurité et à la prévention des risques. Quant aux risques environnementaux et, surtout, les controverses sanitaires, ils ne sont pas retrouvés de manière significative dans leur échantillon.

57Une lecture de ces résultats à la lumière d’une exploration complémentaire manuelle nous permet de dire que les organismes de formation ont su domestiquer les champs lexicaux du risque industriel plutôt que les controverses sur la biomasse au sens large. Ce résultat semble à la fois en cohérence avec les missions pédagogiques, éducatives, préventives inhérentes aux organismes de formation et avec les missions de mise en œuvre de politiques publiques auprès des acteurs de terrain.

3.4. Les organismes de formation, relais des savoirs officiels ?

58Cette recherche exploratoire nous a permis de mettre en évidence un certain nombre de résultats qui permettent d’approcher l’architecture des savoirs liés à la mise en œuvre de projets de biomasse. Les organismes de formation occupent une place sémantique intermédiaire entre, d’un côté, les acteurs publics, les association-fédérations de producteurs de la biomasse, les bureaux d’études et, de l’autre, les acteurs véhiculant des messages critiques, médias et associations de société civile en tête. Ils peuvent donc apparaître comme des relais de savoirs, ce qui va dans le sens de la mission centrale que les pouvoirs publics leur ont assignée.

59Cependant, malgré cette position intermédiaire, leurs champs sémantiques sont plus éloignés des acteurs critiques que des acteurs producteurs/promoteurs de la biomasse, et des acteurs publics. Ces organismes semblent ne pas s’approprier les discours critiques et les savoirs marginaux émanant des acteurs médiatiques ou situés.

60Afin de valider l’argument d’autorité rationnelle dont ils sont porteurs, et pour répondre aux attributs et missions conférés par les institutions gouvernementales, les organismes de formation s’appuient principalement sur des savoirs officiels et scientifiques. Ils répondent ainsi aux intentionnalités débordantes dont ils ont la charge dans la transition écologique. Ils ne cherchent pas à veiller aux savoirs marginaux et à intégrer le débat critique sur les controverses environnementales, sanitaires et techniques. Ce résultat fait écho à l’article de Métral et al. dans ce même numéro, qui indique que c’est seulement après que l’Etat a adopté une position claire dans la controverse environnementale et sanitaire, et qu’il a légiféré pour freiner l’usage agricole des pesticides, que les organismes de formation sont parvenus véritablement à intégrer, dans leur enseignement, des savoirs minoritaires et des débats polémiques liés aux controverses sanitaires sur l’usage des pesticides. Concernant la biomasse, l’intégration des controverses sanitaires et environnementales par l’Etat n’est pas encore opérée, expliquant en partie les difficultés de leur intégration par les organismes de formation.

61En revanche, l’incursion des organismes de formation dans le domaine des controverses sur la gestion des risques industriels peut être interprétée de deux manières non exclusives. D’abord, elle indique une certaine ouverture à la prise en compte des savoirs contradictoires quand le risque est porté par les acteurs de l’industrie, c’est-à-dire par la sphère économique. Ensuite, elle révèle une prise en compte des controverses quand le risque relève d’accidents ou implique la sécurité des praticiens en situation de travail. Autrement dit, les risques encourus par la société civile au sens large (riverains, environnement, écoles,…) sont moins relayés par ces organismes de formation professionnelle et continue.

62Ce résultat suggère l’existence de deux niveaux d’externalités négatives générées par ce type de projets de biomasse. Un premier niveau concerne la sécurité et les difficultés techniques et touche les acteurs directement impliqués dans le processus de production (ou de création de valeur) de la biomasse, c’est-à-dire les industriels, les producteurs agricoles, les financeurs et assureurs, etc. Ce premier niveau d’externalités négatives est bien pris en compte par les organismes de formation : la sécurité industrielle est une thématique bien représentée dans les programmes de ces organismes. Un second niveau d’externalités (pollution, santé) concerne la société dans son ensemble et reste peu intégré par ces organismes.

63Ainsi, il apparaît que les organismes de formation contribuent à la structuration des savoirs liés à la biomasse en diffusant essentiellement les connaissances émanant d’acteurs disposant d’une autorité rationnelle ou officielle. En effet, leurs explorations de voies critiques sont difficiles à réaliser dans la mesure où elles peuvent remettre en cause les valeurs de référence sur lesquelles repose la transition écologique comme projet politique majeur.

64Toutefois, dans un contexte de transition écologique, le temps nécessaire à la validation statistique ou scientifique est limité et les savoirs émanant de ces acteurs n’ont qu’une rationalité partielle. Une prise en compte plus variée des savoirs aurait un impact nouveau sur la transition avec une intégration plus forte du discours de la société civile. Les organismes de formation pourraient ainsi devenir non plus les lieux de transmission des savoirs scientifiques et officiels, mais de véritables arènes où éclosent et se discutent les controverses socio-techniques. Ils deviendraient ainsi des lieux de production et non plus de reproduction des savoirs. à ce titre, soulignons certaines initiatives expérimentales, comme celles qui sont conduites au lycée agricole de Périgueux, à travers des « modules d’initiatives locales », et qui visent à faire éclore des controverses en prenant au sérieux les savoirs marginaux et situés sur la biomasse (Dell’Omodarme, 2014 ; Landivar et Ramillien, 2015 ; Métral et al, 2016).

Conclusion

65Dans cette recherche exploratoire, nous avons tenté de mieux comprendre le rôle des organismes de formation professionnelle dans la structuration des savoirs liés à la transition écologique, et plus particulièrement des savoirs liés à la biomasse.

66Ce travail tire son originalité de la méthode utilisée, particulièrement pertinente pour répondre aux défis consistant à analyser un phénomène pour lequel il n’existe pas de recul suffisant ni de données stabilisées permettant d’en faire un bilan objectif. La cartographie des controverses s’avère utile dans l’exploration de mutations en cours, où se mêlent savoirs scientifiques, techniques et enjeux sociétaux. Cette approche nous permet de formuler des propositions sur la place des organismes de formation dans la structuration des connaissances liées à la biomasse.

67Nos résultats révèlent que ces organismes ne relaient qu’une partie des controverses, notamment celles liées à la gestion des risques industriels. En revanche, ils ne relaient pas de manière significative les controverses environnementales et sanitaires.

68Si nos résultats étaient confirmés, des outils et des dispositifs permettant aux organismes de formation d’appréhender de manière plus large les controverses sur la biomasse pourraient faire l’objet de réflexions et de préconisations. L’idée d’une prise en compte de témoignages sur les effets externes générés par les projets de production de biomasse serait, par exemple, novatrice. Inviter non seulement des acteurs officiels mais aussi des associations de la société civile (riverains, voisinage, …) à témoigner de leur vécu permettrait d’offrir un panorama plus complet des enjeux liés à la biomasse. Les organismes de formation fonctionneraient ainsi comme des lieux de dialogue entre types de savoirs, plutôt que comme des simples lieux de reproduction d’un savoir technique. La domestication des controverses permettrait enfin la mise à l’épreuve constante des projets de biomasse, et fournirait un cadre intéressant pour anticiper les risques potentiels liés à leurs extension/développement.

69Ces premiers résultats ont vocation à être testés en dehors du champ du web et ouvrent donc sur des perspectives de recherche pour mieux comprendre la transition écologique. Il serait en effet opportun de vérifier, à travers des enquêtes qualitatives de terrain comme celle proposée par Métral et al. dans ce même numéro, si, comme nous l’observons, les organismes de formation ne sont pas encore entrés dans une phase de synthèse des controverses liées à la biomasse, et s’ils véhiculent, de manière privilégiée ou non, des savoirs officiels et scientifiques.

70Le domaine de validité de cette recherche invite également à prolonger notre travail à plusieurs niveaux. D’abord, une approche diachronique ou longitudinale serait intéressante pour compléter notre éclairage « à un instant t » d’une transition écologique en train de se faire. Elle permettrait de mieux prendre en compte la dimension dynamique des controverses. Il serait d’ailleurs pertinent de déployer à nouveau ce même type de protocole de recherche à moyen terme, une fois que les programmes de transition (industriels et locaux) auront porté leurs fruits. Cette nouvelle investigation permettrait alors d’analyser en quoi ces programmes ont contribué à clore ou, au contraire, à décupler certaines controverses.

71Enfin, il serait opportun de compléter cette première investigation du web par une enquête de terrain permettant de préciser les caractéristiques des organismes de formation que nous avons identifiés (taille, périmètre de leur territoire, acteurs auprès desquels ils opèrent, etc.). Cette investigation complémentaire permettrait de tenir compte de l’hétérogénéité des organismes de formation. Il est en effet probable que, dans nos résultats, les organismes de formation de taille réduite (mais qui peuvent se révéler des lieux d’expérimentation et d’innovation importants) aient une position moins visible dans les controverses étudiées, noyés qu’ils sont dans le flot du corpus issu des sites web des grands organismes. Il serait donc pertinent de prolonger cette analyse par sous-corpus (sous-corpus distincts en fonction de la taille ou de la localisation par exemple), afin de savoir si ces organismes de taille réduite font preuve d’une capacité supérieure de domestication des controverses.

Haut de page

Bibliographie

Akrich M. (1989), « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et sociétés, 13, 2, pp. 31-51

Akrich M., Callon M., Latour B. (éd.) (2006), Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Mines ParisTech, les Presses, « Sciences sociales ».

Akrich M., Barthes Y. Rémy C. (2010), Sur la piste environnementale. Menaces sanitaires et mobilisations profanes, Paris, Presses des Mines.

Beaupère N., Labruyère C., Wendling J. (2014), « La prise en compte des mutations induites par la transition écologique dans les formations professionnelles initiales », Céreq, Rapport pour le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, 185 p.

Boltanski L., Thévenot L. (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boltanski L., Chiapello E. (1999), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 843 p.

Callon M. (1990), “Techno-economic networks and irreversibility”, The Sociological Review 38, pp. 132–161.

Callon M. (1999), « La sociologie peut-elle enrichir l’analyse économique des externalités ? Essai sur la notion de cadrage-débordement », in Foray D. et Mairesse J. (dir.), Innovations et performances, Paris, Editions de l’EHESS, pp. 399-431

Callon M. (2006), « Pour une sociologie des controverses technologiques », in Akrich M., Callon M. & Latour B. (dir.) Sociologie de la traduction : textes fondateurs, Paris, Mines Paris Tech, les Presses, pp. 135-157.

Chateauraynaud F. et Torny D. (1999), Les Sombres précurseurs : Une Sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

Chateauraynaud F. (2011), « Sociologie argumentative et dynamique des controverses : l’exemple de l’argument climatique dans la relance de l’énergie nucléaire en Europe », A contrario, n° 16, pp. 131-150. 

Cayre P. (2015), « Le secteur agricole, production de biomasse » in Brochier D. (dir.), Accompagnement la mise en place d’une stratégie de diffusion et de transfert des nouvelles pratiques professionnelles et compétences liées au développement durable sur des domaines et filières cibles, rapport intermédiaire du Céreq pour le Commissariat général au développement durable, pp. 27-51.

CNEFOP (2015), Propositions de priorités nationales de formation liées à la transition écologique. Rapport remis aux ministres en charge de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie, de l’Agriculture, de l’Agro-alimentaire et de la Forêt, février, 148 p.

CNRTL (2015), Dictionnaire étymologique, Centre National des Ressources Textuelles et Linguistiques. http://www.cnrtl.fr/etymologie/

Conseil national du débat (2013), Synthèse des travaux du débat national sur la transition énergétique de la France, 44 p.

Dell’Omodarme M. (2014), Pour une épistémologie des savoirs situés : de l’épistémologie génétique de Jean Piaget aux savoirs critiques, thèse de philosophie, université Panthéon-Sorbonne - Paris I.

Foucault M. (1971), L’Ordre du discours, Paris, Gallimard, 88 p.

Foucault M. (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 328 p.

Landivar D. (2015), « Retour aux Cosmographies ! Une critique de la cartographie des controverses », 4th Annual conference on Mapping Controversies. Forrcast. Sciences Po Paris. Disponible sur Origens Media Lab.

Landivar D. et Ramillien E. (2015), « Reconfigurations ontologiques dans les nouvelles constitutions politiques andines. Une analyse anthropologique », Tsantsa, Revue de la Société Suisse d’Ethnologie.

Latour B. (1991). Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, Paris, La Découverte, « Poche / Sciences humaines et sociales ».

Latour B. (2010), Cogitamus : Six lettres sur les humanités scientifiques, Paris, La Découverte.

Latour B. (2012), Enquête sur les modes d’existence. Une anthropologie des modernes, Paris, La Découverte, 480 p.

Levaux M.-B., Genty B. (2015), « L’emploi dans la transition écologique », Les avis du Conseil Economique et Social (CESE), juin, 127 p.

Lippmann W. (1925), Le public fantôme, présentation par Bruno Latour, Paris, Démopolis, Version Traduite en français, 2008.

Métral et al. (2016), « Ruptures ou ajustements provoqués entre pratiques agricoles et enseignement de ces pratiques. Implantation et gouvernance de la réforme « Produire autrement », Formation Emploi, n° 135, pp. 53-74.

Ratinaud P. et Marchand P. (2012), « Application de la méthode ALCESTE à de “gros” corpus et stabilité des “mondes lexicaux”  : analyse du “CableGate” avec IRaMuTeQ », in Actes des 11eme Journées internationales d’Analyse statistique des Données Textuelles, JADT 2012, Liège, pp. 835-844.

Reinert M. (1983), « Une méthode de classification descendante hiérarchique : application à l’analyse lexicale par contexte », Les cahiers de l’analyse des données, vol. 8, n° 2, pp. 187-198.

Rogers R. (2013), Digital Methods. MIT Press.

Rosvall M., Bergstrom C. (2010), “Mapping Change in Large Networks”, PLoS ONE 5(1).

Tritz Y. (2012), « Le Système énergétique agri-territorial : les bioénergies comme outil de développement local », Géographie, Economie et Société, vol. 14, pp. 31-52.

Trudel L., Simard C. & Vonarx N. (2007), « La recherche qualitative est-elle nécessairement exploratoire ? », Recherches qualitatives, pp. 38-45.

Van Der Maren J.-M. (2006), « Chapitre 3. Les recherches qualitatives : des critères variés de qualité en fonction des types de recherche », Pédagogies en développement, pp. 65-80.

Venturini T. (2010), “Diving in Magma : How To Explore Controversies with Actor-Network Theory,” Public Understanding of Science, vol. 19, n° 3, pp. 258-273.

Venturini T. (2012), “Building on Faults”, Public Understanding of Science, vol. 21, n° 7, pp. 796-812.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment le projet de loi pour la transition énergétique et pour la croissance verte, adopté par l’Assemblée nationale le 14 octobre 2014, ou les rapports des groupes de travail du débat national sur la transition énergétique (Conseil national du débat, juillet 2013).

2 En France, les lois votées à l’issue du Grenelle de l’environnement fixent un objectif de 23 % des énergies renouvelables dans la consommation totale d’énergie, à l’horizon 2020. Cet objectif se traduit notamment par une augmentation de la production d’énergie d’origine renouvelable de vingt tonnes équivalent pétrole (Mtep). La biomasse représente à elle seule plus du tiers de cet objectif (7,5 Metp) (Tritz, 2012).

3 La méthanisation est un processus naturel de dégradation biologique de la matière organique dans un milieu sans oxygène, due à l’action de multiples micro-organismes (bactéries). Elle peut avoir lieu naturellement dans certains milieux tels que les marais ou peut être mise en œuvre volontairement dans des unités dédiées grâce à un équipement industriel (ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, www.developpement-durable.gouv.fr).

4 Nous devons comprendre ici « autoritaire » au sens d’autorités publiques, institutionnelles, sociales ou morales.

5 Nous reprenons ici la définition du réseau socio-technique que fournit la sociologie de l’acteur-réseau (Akrich, Callon, Latour, 2006), comme réseau où se mêlent tout à la fois acteurs humains et non-humains (procédures, expérimentations, protocoles et objets techniques). Le réseau socio-technique permet de faire « tenir » l’artefact technique et d’être viable. Ces réseaux sont ainsi les « modes d’existence » caractéristiques des objets hybrides (c’est-à-dire mêlant science, technique et société) (Akrich, Callon, Latour, 2006).

6 Ce champ critique pourra prendre la forme de dénonciations médiatiques, de mobilisations citoyennes, de lancement d’alertes (Chateauraynaud et Torny, 1999) ou encore de résistances sociales plus ou moins coordonnées.

7 Wikipédia en est l’exemple le plus significatif.

8 Classe T représentée en couleur rouge dans la version électronique de l’article. Classe P en vert et Classe C en Bleu.

9 La cité par projet implique une nouvelle organisation de la société autour du réseau. Le projet n’est que l’occasion et le prétexte de la connexion et du développement du réseau. Les valeurs de la cité par projet sont l’engagement volontaire, l’enthousiasme, la réactivité, la disponibilité, la connexion et l’autonomie.

10 Dans Tropes, « les univers de référence regroupent les mots contenus dans les classes d’équivalents afin de permettre au logiciel d’élaborer une représentation du contexte. Ainsi, le dictionnaire des équivalents est construit selon 3 niveaux de hiérarchie. Au niveau le plus bas se situent les références utilisées, elles-mêmes regroupées de façon plus large dans les univers de référence 2, qui à leur tour sont regroupés dans les univers de référence 1. » (Logiciel Tropes, disponible à http://www.tropes.fr/)

11 Sur la version électronique, les nœuds en gris clair situés au milieu de la figure 2 apparaissent en vert et les nœuds en gris foncé sur le pourtour de la figure, en rose.

12 Il est important de bien distinguer, d’une part, les associations/fédérations de producteurs de la biomasse (associations d’agriculteurs, coopératives formées autour de méthaniseurs, fédérations de type « filière », etc..) et, d’autre part, les associations de la société civile qui représentent plutôt les intérêts de ceux qui subissent les externalités négatives des projets de biomasse.

13 Un bais polysémique prend place, par exemple, lorsque certains promoteurs de projets de biomasse évoquant les détails des projets menés, vont mobiliser des champs lexicaux relatifs au feu, à la chaleur, etc. Or, on retrouvera ces champs lexicaux chez des opposants à la biomasse lorsqu’ils dénonceront des incidents de type incendies. Nous obtenons donc un résultat signalant une convergence discursive et linguistique, mais ne reflétant pas la (réelle) divergence d’opinions. Sur la question du traitement des biais polysémiques, voir l’annexe méthodologique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Les principales classes lexicales du web : une classification hiérarchique descendante avec le logiciel Iramuteq
Légende Note : Les résultats mettent en évidence trois classes lexicales (T, P et C) distribuées autour de deux axes classificatoires relatifs.Lecture : Chaque axe du graphique représente un facteur de classification. A chaque itération de l’algorithme utilisé par Iramuteq, nous faisons ressortir les deux classes les plus différentes entre elles. Autrement dit, nous déterminons une partition des formes actives de notre corpus maximisant « l’inertie interclasse » et minimisant « l’inertie intraclasse » (Ratinaud et Marchand, 2012). Ces facteurs permettent donc d’identifier et de positionner chaque famille de termes de manière relative aux autres (leur valeur précise n’apporte pas de signification absolue en termes purement linguistiques). Chaque classe représente ainsi un territoire sémantique particulier.
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/4782/img-1.png
Fichier image/png, 458k
Titre Graphique 1. Les controverses liées à la biomasse et leur occurrence
Légende Note : Les controverses sont classées selon le nombre d’occurrences en quatre catégories de thématique : les controverses sanitaires ( santé, grossesse, cancer,...), environnementales ( pollution, problèmes de gestion de déchets, pollution olfactive,...), sécuritaires (incendies, explosion, toxique, feu, riverains), techniques (complexité, pénibilité ou encore green-washing (controverses liées au verdissement de certaines pratiques économiques ou industrielles dans le but de se donner une image écologique).Exemple de lecture : La controverse sur l’incendie se retrouve 1 791 fois dans le corpus sémantique global.
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/4782/img-2.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 2. Types d’acteurs et univers de référence
Légende Exemple de Lecture : L’univers de référence de la Science est partagé par les Organismes de formation, les Fédérations, les Bureaux d’étude et les Entreprises.
Crédits Source : Visualisation de données sous D3.JS et auteurs.
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/4782/img-3.png
Fichier image/png, 418k
Titre Tableau 1. Analyse de similitude de références entre acteurs de la controverse sur la biomasse
Légende Note : Pourcentage d’univers de référence partagé par binôme d’acteurs.Exemple de lecture : Les organismes de formation et les acteurs publics (Etat) partagent 77 % d’univers de référence.
Crédits Source : Logiciel Tropes et auteurs.
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/4782/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3. Correspondance entre acteurs de la controverse et sujets de controverses
Légende Note : Diagramme de type Alluvial (Rosvall et Bergstrom, 2010). La figure 3 présente, à gauche, les acteurs, et à droite, les controverses détectées. Les barres noires représentent le nombre d’occurrences des controverses trouvées dans chacun des acteurs. Plus cette barre est grande, plus le nombre d’occurrences est important. Les résultats sont pondérés par la taille des sous-corpus.
Crédits Source : Visualisation de données sous D3.JS et Raw.
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/4782/img-5.png
Fichier image/png, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emilie Bargues et Diego Landivar, « Les organismes de formation comme relais des savoirs officiels et scientifiques liés à la transition écologique », Formation emploi, 135 | 2016, 29-51.

Référence électronique

Emilie Bargues et Diego Landivar, « Les organismes de formation comme relais des savoirs officiels et scientifiques liés à la transition écologique », Formation emploi [En ligne], 135 | Juillet-Septembre 2016, mis en ligne le 12 octobre 2018, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/4782

Haut de page

Auteurs

Emilie Bargues

Professeur de management au Groupe ESC Clermont, directrice du Centre régional associé au Céreq, chercheur au CRCGM (Centre de recherche clermontois en gestion et management)

Diego Landivar

Professeur d’économie et humanités numériques au Groupe ESC Clermont, directeur d’Origens Media Lab, chercheur associé au CERDI (Centre d’études et de recherches en développement international)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page