Navigation – Plan du site

Introduction

Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : des attendus institutionnels à leur mise en œuvre
Cécile Crespy et Philippe Lemistre
p. 7-17

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Professionnalisation dans l’enseignement supérieur : une notion polysémique
2 Les différentes voies de la professionnalisation, en France et dans une perspective comparée

Aperçu du début du texte

La professionnalisation constitue l’un des marqueurs des réformes entreprises ces dernières années à l’université et dans les établissements d’enseignement supérieur (Stavrou, 2011), soit pour en regretter la faiblesse, soit pour en constater la trop grande importance.

Une abondante littérature tente précisément d’en rendre compte (Agulhon et al., 2012 ; Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 2011 ; Quenson et Coursaget, 2012 ; Soulié, 2015). La professionnalisation n’est pas en soi nouvelle. Par exemple, en France, dès la fin du XIXème siècle, des instituts techniques voient le jour dans les facultés de sciences et forment techniciens et ingénieurs dans un cadre universitaire. Certaines facultés sont orientées vers la formation de futurs praticiens, comme en droit et médecine (Charle, Verger, 2012 ; Grossetti, 1995).

La question de la professionnalisation connaît néanmoins un élargissement qui accompagne une évolution des publics, sans commune mesure avec la situatio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Crespy et Philippe Lemistre, « Introduction », Formation emploi, 138 | 2017, 7-17.

Référence électronique

Cécile Crespy et Philippe Lemistre, « Introduction », Formation emploi [En ligne], 138 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 10 juillet 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5057

Haut de page

Auteurs

Cécile Crespy

Professeure de science politique, Sciences Po Toulouse, LaSSP (Laboratoire des sciences sociales du politique), université de Toulouse

Philippe Lemistre

Sociologue-économiste, ingénieur de recherche HDR Céreq, au Certop (Centre d’étude et de recherche Travail, Organisation, Pouvoir - UMR CNRS et université Jean-Jaurès) - Centre associé Céreq de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page