Navigation – Plan du site

Entre universitarisation et « professionnalisation » : la formation des assistant-e-s de service social, en France et en Italie

Between academization and “professionalization” : the vocational training of social worker in France and Italy
Zwischen ‚Universitarisierung‘ und Professionalisierung : die Ausbildung von Sozialarbeitern in Frankreich und Italien
Entre universitarización y “profesionalización” : la formación de los/las asistentes sociales en Francia e Italia
Ruggero Iori
p. 39-58

Résumés

Cet article interroge les transformations de l’enseignement supérieur sous l’effet des récentes réformes européennes, à la faveur notamment de l’introduction de la formation professionnelle dans l’espace universitaire. Partant du cas de la formation d’assistant-e de service social, il s’agit, d’une part, de questionner son rapport à l’université (en tant qu’espace et dispositif de formation spécifique) dans une perspective comparative historique et géographique (la France et l’Italie) et, d’autre part, de mettre en perspective les débats dans l’espace de l’enseignement supérieur des deux pays.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 De la « formation » à l’ « enseignement »
2 Revendiquer l’écart pédagogique et institutionnel ?
Conclusion : entre formation professionnelle et enseignement professionnalisé

Aperçu du début du texte

La réforme dite « LMD » (licence-master-doctorat) en France, ou « 3 + 2 », en Italie, a été introduite au début des années 2000 dans la plupart des pays européens, suite à la déclaration de Bologne. Elle a inscrit formellement la formation professionnelle au sein de l’enseignement supérieur et a conduit, dans le même temps, à une standardisation des cursus, à l’image de la » formation permanente ». Au principe de cette réforme se trouve une conception renouvelée de l’individu comme acteur rationnel qui construit son parcours professionnel individualisé en choisissant des « modules » (Tanguy, 2005). L’idée de « formation tout au long de la vie », introduite par les traités européens (protocole de Lisbonne), témoigne aussi de ce mouvement d’ensemble. Au sein des formations de « travail social », espace à la frontière entre enseignement supérieur et formation professionnelle pour adultes, entre formation initiale et continue, donnant accès à des titres « protégés », le processus de Bol...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruggero Iori, « Entre universitarisation et « professionnalisation » : la formation des assistant-e-s de service social, en France et en Italie », Formation emploi, 138 | 2017, 39-58.

Référence électronique

Ruggero Iori, « Entre universitarisation et « professionnalisation » : la formation des assistant-e-s de service social, en France et en Italie », Formation emploi [En ligne], 138 | Avril-Juin 2017, mis en ligne le 10 juillet 2019, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5071

Haut de page

Auteur

Ruggero Iori

Doctorant en sociologie et ATER (Attaché temporaire d’enseignement et de recherche) à l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, membre du laboratoire PRINTEMPS (Professions, institutions, temporalités) UMR 8085 CNRS/UVSQ.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page