Navigation – Plan du site

AccueilNuméros139Bibliographie

Plan

Haut de page

Notes de la rédaction

Bibliographie réalisée par Béatrice Reggio

Texte intégral

Sélection bibliographique d’ouvrages sur la thématique « Parcours et autonomie ». Cette sélection a été élaborée à partir de la base de données bibliographiques « Formation-Emploi » du Céreq

Jeunesse(s) : les voies de l’autonomie. Dossier

Collombet Catherine, dir.
in Informations sociales n° 195 (mai-juin 2017). - pp. 3-153

Accessibilité et handicap

Zaffran Joël, dir
Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 2015. - 321 p. - (Handicap Vieillissement Société).

1Où en sommes-nous de l’accès à l’emploi, aux biens et aux services, aux ressources culturelles, à une scolarité ordinaire et une formation professionnelle des personnes handicapées ? Quels bilans tirer et quels défis se dessinent pour les années à venir ? Ce livre aborde trois thèmes : l’accessibilité aux savoirs et à la formation ; l’accessibilité à l’emploi ; l’accessibilité à la culture.

L’autonomie, clé du changement

Hermann Frank
Lyon : Chronique sociale, 2015. - 295 p. - (Comprendre la société. L’essentiel).

2Comment définir la notion d’autonomie si souvent utilisée notamment dans l’éducation, la formation ? Comment est-elle un chemin d’humanisation pour chacun de nous ? Comment peut-elle être une clé pour construire notre vivre ensemble ? Cet ouvrage s’appuie sur les travaux de Jean Vassileff (1943-1996), pédagogue, économiste,... et initiateur de la Pédagogie du projet en formation, en articulation avec les Histoires de vie. De multiples situations sont à vivre pour construire notre autonomie dans la vie de tous les jours, au-delà de la soumission et des concessions arbitraires. La Pédagogie du projet peut nous aider à les percevoir, les analyser et les faire fructifier pour bâtir un projet de vie personnalisé. Cette potentialité d’une autonomie existentielle est stimulante pour tout être humain en quête du sens de son existence. Cet ouvrage fournit les repères théoriques et pratiques pour, à partir de sa propre histoire de vie, se positionner, pour passer de la question « Qu’est-ce que l’on a fait de moi ? » à la question « Qu’est-ce que je fais de ma vie ? ». Il approfondit notamment les notions d’angoisse, de névrose individuelle, de névrose collective, de confiance, d’amour,…

L’autonomie, pour quoi faire ? : dossier

Klucik Lydie, dir. ; Martin-Van der Haegen Françoise, dir.
in Administration et éducation n° 147 (septembre 2015/3). - pp. 5-170

3Le thème de l’autonomie en éducation est une question fondamentale qui touche au politique et à l’organisationnel. Il se pose de façon sous-jacente et transversale dans de très nombreux domaines et, si l’AFAE ne l’avait pas encore traité en tant que tel, nos articles ou nos colloques se confrontent sans cesse à cette question, quelle que soit l’entrée choisie.

à l’école de l’autonomie : Epreuves et enjeux des dispositifs de deuxième chance

Denecheau Benjamin, dir. ; Houdeville Gérald, dir. ; Mazaud Caroline, dir. ; Frétigné Cédric, préf.
Paris : L’Harmattan, 2015. - 274 p. - (Education et formation).

4Voici étudiées les différentes formations s’adressant aux « jeunes sans qualification » : école de la deuxième chance, centre dépendant de l’Établissement public d’insertion de la Défense, plateformes d’insertion. Ces formations visent un engagement, une mobilisation, en vue de faciliter les conditions d’accès à un emploi ou une formation qualifiante. Ce livre s’emploie à rendre compte de cette prise en charge et de ce que les jeunes en retirent effectivement.

Des restructurations du travail à l’accompagnement vers l’emploi : individualisation et responsabilisation

Bouchareb Rachid, dir. ; Thibault Martin, dir.
Villeneuve d’Ascq : Presses Universitaires du Septentrion, 2015. - 150 p. - (Le Regard sociologique ; 1552).

5En montrant les dynamiques sociales qui façonnent le travail, compris en tant que rapport social qui dépasse la seule sphère de production qu’est l’entreprise, cet ouvrage collectif a choisi de croiser l’étude des changements dans les milieux de travail et les institutions publiques qui « accompagnent » le retour à l’emploi. Il met en discussion ces deux domaines de recherche : les rapports sociaux dans le travail et en dehors, afin d’appréhender les similitudes et de définir les statuts et identités sociales des individus. Les injonctions à la responsabilisation comme les processus d’individualisation et la casse des collectifs de travail sont suivis à partir de différentes enquêtes qui entrent en résonance : dans le secteur public comme dans le privé, dans l’industrie comme dans le tertiaire, auprès d’ouvriers comme d’employés, dans les agences pour l’emploi et les cellules de reclassement, en appréhendant les fermetures de sites comme les restructurations internes aux entreprises.

L’empowerment, une pratique émancipatrice ?

Bacqué Marie-Hélène ; Biewener Carole
Paris : La Découverte, 2015. - 176 p. - (Poche).

6Attention, livre important pour celles et ceux qui questionnent l’incapacité des politiques et des experts à répondre aux défis de notre époque troublée. Et qui s’interrogent sur la façon dont les citoyen(ne)s peuvent construire des alternatives. Ce questionnement est en effet à l’origine, dans les États-Unis d’après6guerre, du concept d’empowerment, désignant le « pouvoir d’agir » des individus et des collectifs. Ce concept a connu depuis un succès planétaire dans le monde anglophone. Mais il n’a percé que plus récemment dans les autres espaces culturels, dans les milieux du travail social comme dans la littérature du management. D’où l’utilité de ce livre qui synthétise la foisonnante littérature anglophone sur la notion d’empowerment. Il retrace sa genèse, l’histoire de ses multiples variantes et celle des pratiques sociales qu’elles ont nourries. Des mouvements féministes du Nord et du Sud jusqu’aux programmes de la Banque mondiale et de l’ONU, la notion est utilisée aussi bien dans une perspective radicale d’émancipation que pour conforter les visions néolibérales ou social-libérales. Défendant résolument sa version émancipatrice, les auteures en expliquent les limites, mais aussi son importance pour éclairer les débats contemporains sur la démocratie.

Ce qu’entreprendre permet d’apprendre : L’entrepreneuriat des jeunes : insertion professionnelle pour certains, levier d’apprentissage pour tous

Bapteste Isabelle, dir. ; Trindade-Chadeau Angelica, dir.
Paris : Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP), 2014. - 99 p. - (Cahiers de l’action. Jeunesses, pratiques et territoires ; n° 41).

7Quel cheminement conduit un jeune, un jour à prendre la décision de créer sa propre activité ? Existe-t-il des prédispositions ? A-t-il suivi un cursus spécifique pour en arriver là ? Bien que la littérature sur l’entrepreneuriat en général soit considérable et que certains documents s’intéressent plus particulièrement aux jeunes, leur contenu relève le plus souvent de l’analyse statistique et porte principalement sur les obstacles rencontrés durant la création d’activité. De nombreuses questions demeurent donc : l’environnement familial joue-t-il un rôle ? Les jeunes qui vont jusqu’au bout du processus – la création à proprement parler –, se font-ils aider, accompagner ? Quelle est la part de quête d’un « idéal » dans la démarche entrepreneuriale, celle de l’innovation ou encore celle du désir de transformation de la société ? C’est pour répondre à toutes ces questions que l’INJEP a mené, en 2012-2013, une étude qualitative auprès des jeunes désireux de créer leur activité. Les résultats livrés dans cet ouvrage montrent les compétences que chaque jeune apprend à mobiliser, quels que soient son âge, son niveau de qualification, son environnement socio-économique, grâce au développement de « l’esprit d’entreprendre ». L’acquisition de ces savoir-être et savoir-faire concerne en particulier l’aptitude à concrétiser des idées, à innover, à prendre des initiatives et des risques, à organiser et gérer des projets en vue de réaliser des objectifs, tous cadres et contextes confondus... Cette étude permet ainsi, au-delà des enjeux d’insertion professionnelle des jeunes, d’appréhender et d’analyser dans quelles conditions entreprendre permet d’apprendre et forge un état d’esprit utile dans de multiples expériences de vie.

Les dispositifs publics en action : vers une sécurisation des parcours professionnels et personnels ?

Bernard Sophie, dir. ; Boussard Valérie, dir. ; Paola Vanessa di, dir. ; Garda Julie, dir. ; Lima Léa, dir. ; Méda Dominique, dir. ; Meilland Christèle, dir. ; Pélisse Jérôme, dir. ; Tallard Michèle, dir. ; Sarfati François, dir.
Rueil-Malmaison : Liaisons sociales ; Noisy-le-Grand : CEE, 2014. - 254 p.

8Entre les mesures concernant les aides à l’emploi marchand et non marchand, la formation des demandeurs d’emploi, l’accompagnement des jeunes, celui des licenciements économiques, ou encore l’incitation au retrait d’activité, plus de 70 dispositifs publics d’emploi coexistent actuellement. À cela s’ajoute une myriade de textes juridiques, d’énoncés normatifs, de décisions réglementaires, de mesures administratives, qui ont des effets directs ou indirects, volontaires ou involontaires, sur les trajectoires sociales et professionnelles des individus. Parmi les objectifs recherchés, il en est un qui a particulièrement été propulsé sur le devant de la scène politique : la sécurisation des parcours professionnels. Le collectif de chercheurs de 7 laboratoires à l’origine de cet ouvrage croise l’analyse des dispositifs publics et celle des parcours professionnels, en ouvrant une série de questions plus complexes que la seule mesure de l’effet des uns sur les autres. Il interroge ainsi les usages des dispositifs qui échappent bien souvent aux intentions initiales de leurs concepteurs. Cette démarche propose un éclairage inédit sur les manières dont les dispositifs publics influencent et transforment les trajectoires professionnelles et personnelles et sont eux-mêmes transformés par ces dernières.

De l’éducation à l’insertion : Dix résultats du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse

Bérard Jean, dir. ; Valdenaire, Mathieu dir.
Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire. Paris : La Documentation française, 2014. - 215 p.

9Un soutien apporté aux jeunes dans le financement de leur permis de conduire améliore-t-il leurs chances de réussir l’examen et de trouver un emploi ? Mieux informer les parents sur le système d’orientation modifie-t-il les choix de leurs enfants ? Dans quelle mesure un revenu minimum garanti favorise-t-il leur autonomie ainsi que leur insertion sociale et professionnelle ? Autant de questions que se posent les acteurs publics, sans avoir des preuves tangibles de l’impact de leur intervention. Pour tenter d’y répondre, les auteurs, ont dirigé l’ouvrage collectif De l’éducation à l’insertion : dix résultats du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, avec le soutien de l’INJEP. Le rapport publié à la Documentation française présente ainsi les résultats de dix évaluations menées sur des projets soutenus par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse.

Ce que travailler veut dire : une sociologie des capacités et des parcours professionnels

Zimmermann Bénédicte
2e éd. - Paris : Economica, 2014. - 249 p. - (Etudes sociologiques).

10Et si les entreprises étaient prêtes à faire droit aux attentes de développement professionnel des salariés ? Et si elles considéraient l’être humain non seulement comme un moyen de l’activité économique, mais encore comme sa finalité, réconciliant ainsi développement économique et développement humain ? En plaçant l’entreprise et le travailleur au cœur de l’analyse, Bénédicte Zimmermann articule intimement capacité d’agir des salariés et responsabilité de l’entreprise. Elle rappelle que la compétitivité de l’une et la sécurité de l’autre ne sont pas vouées à s’opposer, mais se construisent ensemble dans le travail et les possibilités de développements économique et professionnel qu’il autorise. Enquête à l’appui, elle signifie en quoi l’expérience du travail, vécu subjectif et forme sociale, est une co-construction entre le travailleur et son environnement. La capacité, ou à l’inverse l’incapacité, d’agir qui en résultent mettent au premier plan la dimension collective et politique du travail et posent à nouveaux frais la décisive question de la gouvernance de l’entreprise.

Evaluation du service public régional de l’orientation tout au long de la vie en Picardie dans le cadre du contrat de plan régional de développement des formations professionnelles (CPRDFP)

Berthet Thierry ; Cart Benoît ; Costenoble, Ophélie ; Plessard Cécile ; Simon Véronique ; Toutin Marie-Hélène
Marseille : Céreq, 2014. - 294 p. - (Net.Doc ; 128).

11Fruit d’un travail de terrain particulièrement riche, cette évaluation, financée par le conseil régional de Picardie, s’intéresse à l’action publique régionale en matière d’orientation tout au long de la vie. Le fil conducteur est donné par une question évaluative centrale : dans quelle mesure la politique régionale d’orientation permet d’augmenter, d’une part l’autonomie des opérateurs pour adapter les dispositifs aux besoins des individus et des territoires, et d’autre part l’autonomie des individus eux-mêmes pour choisir leur orientation tout au long de la vie ? Les traits saillants des compétences régionales en matière d’orientation et leurs évolutions récentes, ainsi que les différences qui apparaissent entre régions dans la mise en œuvre de ces politiques, font également partie des aspects traités dans ce document.

Les identités professionnelles à l’épreuve des transitions

in Sociologies pratiques n° 28 (2014/1). - pp. 3-97

12Les transitions professionnelles, c’est-à-dire les périodes « d’entre-deux », sont de plus en plus fréquentes dans les parcours professionnels. Les analyses de ce numéro portent à la fois sur les transitions subies (licenciements, restructurations, etc.) et sur les transitions choisies (reconversions volontaires) par les salariés et les demandeurs d’emploi. Elles mettent l’accent sur les dynamiques identitaires à l’œuvre au cours de ces processus, afin d’apporter un éclairage sur les supports et sur les ressources qui permettent aux individus de vivre ces épreuves.

Mieux accompagner et inclure les personnes en situation de handicap : un défi, une nécessité

Prado Christel
France. CESE - Conseil économique, social et environnemental. Paris : Éditions des Journaux officiels, 2014. - 106 p. - (Avis et rapports du Conseil économique, social et environnemental)

13En novembre 2013, le Premier Ministre a saisi le Conseil économique social et environnemental (CESE) d’une demande d’avis sur la façon dont la société civile pourrait mieux accompagner les personnes handicapées et favoriser leur accès à l’autonomie (« société inclusive »). Après avoir rappelé le contexte (notion et représentation du handicap dans la société française, comparaison avec d’autres pays) ainsi que la politique actuelle en faveur des personnes en situation de handicap, le CESE présente ses préconisations. Celles-ci sont organisées en quatre thématiques : un soutien au développement de la conception universelle ; une gouvernance plus lisible et le développement d’une recherche prospective, un enrichissement de l’éducation et de la formation tout au long de la vie ; une valorisation de la singularité des compétences.

L’autonomie des jeunes : questions politiques et sociologiques sur les mondes étudiants

Cicchelli Vincenzo, Galland, Olivier, préf.
OVE - Observatoire de la vie étudiante. Paris : La Documentation française, 2013. - 215 p. - (Panorama des savoirs)

14Accéder à l’indépendance reste souvent trop souvent encore problématique pour les jeunes. Face aux difficultés rencontrées, les politiques publiques ont été diverses. Certaines aides comme celles au logement sont assez largement accessibles, aux étudiants, notamment. Dans le même temps, certains autres jeunes, dès lors qu’ils n’ont pas eu accès aux systèmes de formation restent davantage défavorisés sur les plans sociaux, économiques et culturels, ou risquent même de basculer dans la grande précarité. Le cas type relevé du jeune est issu de classes moyennes, poursuit des études supérieures (cela concerne désormais près de la moitié d’entre eux) tout en travaillant et habitant hors de chez ses parents ; il continue de recevoir d’eux une aide matérielle et psychologique qui le conduiront progressivement vers l’autonomie. Cet ouvrage aborde tous les aspects de l’autonomie plurielle et constitue une synthèse précieuse des connaissances en ce domaine.

Parcours sociaux et nouveaux desseins temporels [texte imprimé]

Burnay Nathalie, dir. ; Ertul Servet, dir. ; Melchior Jean-Philippe, dir.
Louvain-la-Neuve (Belgique) : Academia/L’Harmattan, 2013. - 335 p.. - (Investigations d’anthropologie prospective ; 5)

15Ces dernières décennies, les parcours sociaux des individus se sont transformés, diversifiés et complexifiés, mais subissent plus que jamais les inégalités issues du monde globalisé. De nouveaux desseins temporels structurent et orientent ces parcours, dans un contexte marqué par l’allongement inégal de la durée de vie, la despécialisation des âges, la désinstitutionnalisation des parcours de vie et l’injonction à l’autonomie. Un éclairage original sur ce qui rythme désormais l’existence humaine.

Normes sociales et bifurcations dans les parcours de vie des jeunes. Dossier

Valérie Becquet, Claire Bidart (dir.)
Agora débats/jeunesses, n° 65, 2013, pp. 51-137

L’État-Providence et les jeunes

Chevalier Tom ; Palier Bruno, préf.
Paris : L’Harmattan, 2012. - 188 p. - (Inter-National. Série Premières synthèses)

16Que fait l’Etat-providence pour sa jeunesse ? Celle-ci est de plus en plus présente au cœur des préoccupations publiques. En témoignent l’insistance du nouveau président de la République François Hollande à se présenter comme le « président de la jeunesse » et sa proposition d’une allocation d’autonomie « sous conditions de ressources ». Ce n’est pourtant pas la première fois qu’une telle proposition est faite. Portée originellement par l’UNEF, elle est sur le devant de la scène politique depuis la Seconde Guerre mondiale sous de multiples appellations : rémunération étudiante, présalaire ou encore allocation d’autonomie. Pourquoi n’a-t-elle donc jamais été adoptée ? Très clair et bien documenté, l’ouvrage de Toni Chevalier compare les deux périodes où la question de la mise en place de cette allocation a été discutée (l’après-guerre et les années 1990-2000), et explique comment la politique familiale a été progressivement privilégiée, aux dépens de ce type de prestation favorisant l’indépendance des jeunes.

Les parcours d’orientation des jeunes : dynamiques institutionnelles et identitaires

Picard France, dir. ; Masdonati Jonas, dir.
Laval (Canada) : Presses de l’Université de Laval - PUL, 2012. - 298 p. - (Trajectoires professionnelles et marché du travail contemporain).

17Le présent ouvrage analyse les parcours d’orientation des jeunes à partir de perspectives disciplinaires et conceptuelles, à la fois diversifiées et complémentaires, aux échelles canadienne et internationale. Les écrits rassemblés étudient la question dans une dimension structurelle, c’est-à-dire en lien avec les particularités des systèmes d’éducation en Europe, en Amérique du Nord et au Québec, mais aussi dans une dimension sociale, réflexive et identitaire.

La nouvelle école capitaliste

Laval Christian ; Vergne Francis ; Clément Pierre ; Dreux Guy
Paris : La Découverte, 2011. - 274 p.

18Ce qui ressemble aujourd’hui à un sabotage de l’école, suppressions de classes, réduction des effectifs enseignants et appauvrissement de la condition enseignante ne suffit pas à caractériser la mutation historique de l’école. Celle-ci ne joue plus seulement une fonction dans le capitalisme, comme l’ont montré les analyses critiques des années 1970 : elle se plie de l’intérieur à la norme sociale du capitalisme. L’« employabilité » est le principe et l’objectif de la normalisation de l’école, de son organisation et de sa pédagogie. L’école devient peu à peu un système hiérarchisé d’entreprises productrices de « capital humain » au service de l’« économie de la connaissance ». Elle cherche moins à transmettre une culture et des savoirs qui valent pour eux-mêmes qu’elle ne tente de fabriquer des individus aptes à s’incorporer dans la machine économique. Les effets inégalitaires de la concurrence, la mutilation culturelle introduite par la logique des « compétences » ou la prolétarisation croissante du monde enseignant révèlent la perte d’autonomie de l’école par rapport au nouveau capitalisme et aux luttes des classes sociales autour de l’enjeu scolaire.

Lutter contre la pauvreté, II. La politique de l’autonomie

Duflo Esther
Paris : Seuil, 2010. - 103 p. - (La République des idées).

19« Rendre aux pauvres la lutte contre la pauvreté ». Telle est aujourd’hui la devise de nombreux acteurs nationaux et internationaux, soucieux de responsabiliser les pauvres en leur donnant les moyens de l’autonomie. Mais, avant d’opter pour tel ou tel programme, il faut en mesurer l’efficacité. Le microcrédit est-il cette solution miracle grâce à laquelle le paysan misérable du Bangladesh pourra s’enrichir ? Les conseils de village, en Inde ou en Afrique, permettent-ils vraiment aux communautés de prendre leur destin en mains ? En étudiant la situation sur le terrain, Esther Duflo démontre les naïvetés et les approximations d’un discours qui entend tout miser sur l’initiative des pauvres. Car ni la microfinance ni la gouvernance locale ne peuvent remplacer des politiques publiques visant à créer des services de santé, à garantir l’offre éducative, à construire des infrastructures, à lutter contre la corruption. Expérimenter sans relâche pour améliorer concrètement la vie des pauvres : c’est ainsi que la vie civique pourra s’épanouir dans les pays en voie de développement.

Sociologie du social et de l’intervention sociale : Domaines et approches

Astier Isabelle
Paris : Armand Colin, 2010. - 128 p. - (128).

20Le social renvoie à un univers protecteur qui nous concerne tous, par l’affiliation de chaque individu à un système de solidarité. Une sociologie du social et de l’intervention sociale permet de suivre l’affirmation de cet idéal où s’impose la dette de chacun envers tous ceux qui chutent. Cet ouvrage revient sur l’État et ses politiques sociales depuis la fin du XIXe siècle, dessine les lignes forces des interventions sociales depuis 1960, et présente les professionnels, de plus en plus nombreux, spécialisés, technicisés. Chaque intervention sociale crée ses publics, ses cibles, ses conceptions de l’action suivant une ancienne ligne de partage entre les populations relevant du secours et les autres du travail. Or, les « usagers » montent au front, bousculent ces habitudes établies et retravaillent le social en somme, usant désormais d’un droit de réplique.

L’autonomie des assistés. Sociologie des politiques d’insertion

Duvoux Nicolas
Paris : Presses universitaires de France, 2009. - 269 p. - (Le lien social).

21Le titre de cet ouvrage a une apparence paradoxale, voire provocatrice. Il accole en effet une condition stigmatisée, celle d’« assisté », et une valeur reconnue et centrale dans les sociétés modernes avancées : « l’autonomie ». Le paradoxe n’est cependant qu’apparent. S’interroger sur l’autonomie des assistés revient simplement à se défaire de la prénotion selon laquelle les assistés sont passifs et dépendants, pour se demander comment des individus qui reçoivent une assistance de la part de la collectivité parviennent à faire face au stigmate et à la pauvreté. Ce livre se présente tout d’abord comme la restitution des résultats d’une enquête de terrain menée auprès d’allocataires du RMI interrogés en Île-de-France dans les années 2000. L’auteur restitue le sens que ces individus donnent à la norme institutionnelle d’autonomie à laquelle ils sont soumis via la signature d’un « contrat d’insertion ». Comment les individus font-ils face à l’injonction à se raconter jusque dans leur intimité et à se réaliser dans leur « projet » personnel alors qu’ils sont souvent dépourvus de ressource s ? Pourquoi et comment certains individus, mieux dotés que d’autres en capitaux économiques et culturels, peuvent-ils résister à l’incitation forte à rentrer dans les rangs du « précariat » ? Quelles marges de liberté les individus les plus vulnérables peuvent-ils conquérir ? En apportant des éléments de réponse à ces questions, cet ouvrage contribue à approfondir les logiques et les paradoxes de l’insertion des populations qui dépendent des services sociaux pour leur survie. Il constitue en cela une référence incontournable aussi bien pour la réflexion que l’action dans ce domaine.

Dossier autonomie des jeunes

Bendit René ; Hein Kerstin ; Biggart Andy ; Gasparini Rachel ; Joly-Rissoan Odile ; Dalud-Vincent Monique ; Maillochon Florence ; Selz Marion
in Politiques sociales et familiales n° 97 (septembre 2009). - pp. 5-39

Comment penser l’autonomie ? : Entre compétences et dépendances

Jouan Marlène, dir. ; Laugier Sandra, dir. Paris : Presses universitaires de France, 2009. - 472 p.

22Penser l’autonomie aujourd’hui consiste avant tout en une tâche critique : faire la synthèse des arguments qui, depuis les années 1970, contestent la priorité de l’autonomie et suggèrent de la reléguer au rang des idéalisations politiques et morales du siècle des Lumières. Mais c’est aussi une tentative positive pour réhabiliter une vision différente, tenant compte de son importance pour les individus. Cette double démarche est au cœur de ce volume collectif rassemblant des auteurs de disciplines variées (philosophie, sociologie, psychanalyse), structuré autour des axes suivants : l’articulation entre l’autonomie et la subjectivité, la confrontation de l’autonomie et des diverses formes d’individualisme, l’étude des vulnérabilités de l’autonomie au carrefour des compétences et dépendances dans nos expériences et nos relations sociales. Ce volume entend présenter les enjeux d’une conception « décentrée » de l’autonomie qui, en faisant de la relation à autrui le pivot de la relation à soi, éviterait et renverserait à la fois l’aliénation et le conformisme.

Action publique et subjectivité

Cantelli Fabrizio, dir. ; Genard Jean-Louis, dir.
Paris : LGDJ, 2007. - 259 p. - (Droit et société. Série Politique ; 46).

23On ne compte plus aujourd’hui, au sein de l’action publique, les dispositifs qui entendent prendre en charge des questions que le mot « subjectivité » traduit avec le plus de netteté. Activation des politiques sociales et réorientation du travail social vers des objectifs de motivation, de reprise en main de soi ; recours accru aux lectures en termes d’autonomie ; responsabilisation des acteurs et notamment des bénéficiaires de l’aide sociale ; prise en compte des souffrances, des fragilités et des vulnérabilités ; projet d’éducation des parents de jeunes en difficulté en vue de les « responsabiliser » ; transformation de la gestion administrative au travers, notamment, d’une plus grande personnalisation des interventions, etc. Comment analyser cette « mise en politique » de la subjectivité aujourd’hui ? Comment étudier ces discours, ces gestes, ces dispositifs mais aussi ces instruments et ces objets au travers de laquelle elle se construit ? Par quels concepts en rendre compte ? Dans son parcours, le lecteur rencontrera des dispositifs qui bouleversent les anciens partages entre droit et morale. Il se rapprochera de la culture politique américaine et de ses spécificités. Il sentira à quel point le droit pénal lui-même n’est pas épargné par ce tournant. Il croisera des travailleurs sociaux qui parlent le langage de l’autonomie et verra des militants associatifs plutôt adopter celui de la confiance ou du projet. Il fera plus ample connaissance avec l’argumentaire qui plaide en faveur d’une responsabilisation des patients. Il comprendra l’histoire du discours qui insiste sur la capacité des usagers. Il côtoiera un fonctionnaire en déroute face à un agriculteur. Un des apports majeurs de ce travail collectif est de proposer au lecteur des clefs précieuses, s’appuyant sur des études de cas, pour comprendre, à partir de domaines variés, les reconfigurations conjointes du politique et du soi. Cet ouvrage offre un panorama original des recherches explorant aujourd’hui cette action publique qui désormais agit directement sur la subjectivité.

Reconversion professionnelle volontaire. Changer d’emploi, changer de vie. Un regard sociologique sur les bifurcations

Negroni Catherine ; Singly François de, éd.
Paris : Armand Colin, 2007. - 261 p. - (Sociétales).

24Dans une « société d’individus » qui met en avant l’affirmation des identités individuelles tout autant que l’appartenance collective, la démarche de reconversion professionnelle volontaire résulte à la fois d’un rapport à soi et d’un rapport à autrui. Quels que soient le statut professionnel occupé ou le secteur d’activité, les personnes engagées dans une reconversion volontaire passent par un travail de subjectivation en relation avec autrui. La réalisation de soi, la quête de l’identité personnelle et l’épanouissement de soi au travail demeurent des préoccupations prioritaires. L’auteur en s’appuyant sur les récits de vie de personnes en reconversion présente cette démarche comme un processus séquentiel en cinq étapes dont chacune fait l’objet d’un chapitre et d’une analyse dans cette étude : la vocation contrée, le désengagement, la latence, la bifurcation et le réengagement.

Les 16-25 ans et la vie active. Le rôle des missions locales

Gagnebet Philippe
Paris : Autrement, 2006. - 199 p. - (Acteurs de la société)

25Au travers de témoignages recueillis en région, l’auteur fait le point sur la structure d’accueil destinée à répondre à la demande des jeunes dans leur démarche vers l’emploi, les missions locales. Cinq cents structures dans les villes et les campagnes se sont créées depuis 25 ans pour permettre l’intégration des jeunes dans le monde du travail.

Auto-orientation tout au long de la vie : le portfolio réflexif

Layec Josette ; Aubret, Jacques préf.
Paris : L’Harmattan, 2006. - 132 p. - (Histoire de vie et formation)

26Présentation des différents systèmes d’évaluation et de validation des compétences et des acquis professionnels : portfolio, portefeuille de compétences, etc. Propose pour une auto-orientation tout au long de la vie, l’usage du portfolio, afin de prendre en compte les acquis de la formation initiale ou continue, et l’expérience professionnelle.

Les clés du destin. Ecole, amour, carrière

Amadieu Jean-François
Paris : Odile Jacob, 2006. - 327 p.

27Quelle est l’ampleur exacte de l’inégalité des chances en France ? Tel est l’objectif de cet ouvrage qui cherche à établir un état des lieux le plus exhaustif possible de l’ensemble des discriminations et des déterminismes socio-économiques à l’œuvre chez les individus tout au long de leur vie. Qu’en est-il vraiment de la lutte contre les discriminations notamment en termes d’impact de l’origine sociale ou ethnique et du sexe sur les choix que nous sommes amenés à faire aux différentes étapes de la vie ? La chronologie adoptée est celle de la vie humaine avec ses moments-clés en partant de la chance d’être né en France, le choix de l’école, des études. Comment trouver un travail lorsque l’on est handicapé, les enjeux du premier emploi. Plus particulièrement, lorsque l’on est une femme, comment peut-on faire carrière ? Existe-t-il un ascenseur social ? Quelles stratégies en termes de salaire ? Enfin, comment utilise-t-on ses réseaux (amicaux, familiaux, professionnels ou sociaux) ? L’auteur observe un processus croissant de pression des normes sociales stigmatisant un nombre important d’individus les excluant de ce fait d’une réussite scolaire ou professionnelle. Une meilleure justice sociale passe par la diffusion d’une information de qualité et la connaissance des mécanismes de l’inégalité des chances. Promouvoir l’égalité des chances forme le socle de l’équilibre social et du dynamisme économique.

Développer les capacités des hommes et des territoires en Europe

Salais Robert, éd. ; Villeneuve Robert, éd. ; Quintin Odile ; Didry Claude ; Zimmermann Bénédicte ; Heidenreich Martin ; Negrelli Serafino ; Zalio Pierre-Paul ; Raveau Gilles ; Fayolle Jacky ; Lecuyer Anne ; Julien Emmanuel ; Lapeyre Jean ; Pochet Philippe ; Browne Jude ; Deaki Simon ; Wilkinson Franck ; Munck Jean de ; Ferreras Isabelle ; Lewis Jane ; Whiteside Noël ; Bachman Pierre
Lyon : ANACT, 2006. - 455 p. - (Compétences).

28L’Europe sociale apparaît comme le « parent pauvre » de la construction européenne. Une politique fondée sur les capacités doterait les personnes et les acteurs de ressources équitables permettant la mise en place de prestations sociales et de services collectifs fondés sur le développement personnel et les capacités collectives. La pertinence de cette approche est illustrée par trois exemples : le développement territorial, le problème de l’emploi et la responsabilité. Cette traduction en français par l’Anact de l’ouvrage « Europe and policies of capabilities » (publié en 2005 par les Presses de l’Université de Cambridge), présente une approche globale des caractéristiques des individus, des entreprises et des territoires à travers ce « concept de capacité ». Que recouvre cette notion au niveau européen ? Il s’agit dans le cadre des politiques publiques de mettre en œuvre une approche par les capacités appliquée au travail et à la qualité de la vie en analysant ce qu’une personne peut faire avec les ressources à sa disposition. L’enjeu en termes de politiques sociales européennes est de combattre l’inégalité des différences de capacités d’un individu à l’autre en lui donnant la possibilité de choisir aussi bien dans son travail que dans sa vie.

L’Etat social actif : vers un changement de paradigme ?

Pochet Philippe, éd. ; Cassiers Isabelle, éd. ; Vielle Pascale, éd. ; Boyer Robert ; Bonvin Jean-Michel ; Moachon Eric ; Lebeau Etienne ; Reman Pierre ; Palsterman Paul ; Orianne Jean-François ; Burnay Nathalie ; Gilson Steve ; Glorieux Mikaël ; Conter Bernard ; Arnsperger Christian ; Perilleux Thomas ; Nanteuil-Miribel Matthieu de ; Pourtois Hervé
2 ème tirage. - Bruxelles : P.I.E. Peter Lang, 2006. - 355 p. - (Travail et société ; 44).

29Les contributions des auteurs ont été regroupées en trois parties, précédées d’un chapitre liminaire sur la diversité persistante des systèmes de protection sociale. La première partie concerne la mise en perspective de l’Etat social actif (ESA) : l’activation et son potentiel de subversion ; De l’Etat providence à l’Etat social actif, quels changements de régulation et les transformations du système belge de sécurité sociale. La deuxième partie porte sur l’ESA, pratiques belges de l’activation. Elle s’intéresse à l’évolution de la notion de chômage involontaire dans l’assurance chômage belge (1945-2004) ; aux troubles de l’employabilité et au traitement clinique du chômage ; aux travailleurs âgés : d’une politique de réduction du chômage à une politique de vieillissement actif ; au droit à l’intégration sociale (accompagné de commentaires sur la loi du 26 mai 2002) et enfin aux agences locales pour l’emploi et titres-services. Quant à la troisième partie, elle est consacrée à l’interrogation suivante : l’ESA porteur d’un nouveau paradigme. Elle inclut l’avènement du solidarisme responsabiliste ; l’employabilité dans l’Etat social actif et l’idéologie managériale et une réponse au défi de l’intégration par le travail ?

La dictature du succès : Le paradoxe de l’autonomie contrôlée et de la précarisation

Appay Béatrice
Paris : L’Harmattan, 2005. - 262 p. - (Logiques sociales).

30Avec les évolutions récentes de l’organisation du travail et la course à la compétitivité, on assiste à une recherche de plus en plus effrénée de la performance et de la flexibilité au sein de l’entreprise. L’idéologie du succès qui accompagne cette évolution s’appuie sur l’initiative des acteurs et sur une plus grande autonomie des salariés mais c’est au prix d’une forte dégradation de leurs conditions de travail et d’une régression sociale de grande ampleur. En s’appuyant sur des travaux et enquêtes menés dans différents secteurs de production et de services, l’auteur effectue ainsi une analyse critique des conséquences de la concentration économique sur le travail et la société.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Bibliographie », Formation emploi, 139 | 2017, 105-118.

Référence électronique

« Bibliographie », Formation emploi [En ligne], 139 | Juillet-Septembre 2017, mis en ligne le 15 octobre 2017, consulté le 04 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5188 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.5188

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search