Navigation – Plan du site

L’entreprenance à l’école primaire en France : reconfiguration des politiques éducatives et de leur évaluation

Emerging « entreprenance » in french primary education: the reconfiguration of educational policies and their assessment
„Entreprenance“ (in etwa: unternehmerische Tatkraft) in der Grundschule in Frankreich: Neukonfiguration von Bildungspolitik und deren Beurteilung
El emprendedorismo en la escuela primaria en Francia: reconfiguración de las políticas educativas y de su evaluación
Stéphanie Morel et Sarah Maire
p. 27-46

Résumés

Compétences entrepreneuriales, compétences psychosociales, soft skills… différentes terminologies se superposent aujourd’hui et ont en commun une conception de l’individu entreprenant et créatif qu’il s’agit de former pour l’avenir. Prenant pour objet l’éducation primaire, cet article montre de quelle manière, en France, le renouvellement des instruments d’action publique, ainsi que des nouvelles actions issues de la société civile favorisent le développement de l’« entreprenance » chez les élèves, combinant agilité face à l’apprentissage et esprit d’entreprendre. Il souligne l’évolution des outils d’évaluation de ces interventions, notamment sous l’angle de l’entreprenance, qui reconfigurent progressivement l’action éducative.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Une nouvelle manière de penser l’éducation dans la société « apprenante »
1.1. Les compétences « soft » au cœur des parcours individuels
1.2. Vers une nouvelle figure de l’élève apprenant-entreprenant ?
2 Le système éducatif français à l’épreuve de l’entreprenance
2.1 De nouveaux instruments d’action publique pour promouvoir l’entreprenance
2.2 Promouvoir l’égalité des chances par la culture scientifique et la prévention du décrochage scolaire
3 Evaluer l’entreprenance : un enjeu de méthode et de légitimation
3.1 Le débat évaluatif en France : l’exemple du dispositif « Coup de Pouce »
3.2 L’émergence de nouvelles méthodes d’évaluation des dispositifs éducatifs
Conclusion

Aperçu du début du texte

Alors que notre société prône de nouvelles valeurs, mêlant promotion de l’individu et modes collaboratifs, capacité à entreprendre et apprentissage tout au long de la vie, les cadres institutionnels internationaux incitent les états à accompagner l’émergence de cet individu capable et entreprenant, dès le plus jeune âge, à travers des politiques éducatives renouvelées. Parallèlement, des dispositifs scolaires et périscolaires innovants se développent à l’international et, plus récemment, en France. Prenant des formes variées, ils proposent de miser sur le développement de compétences transversales et sociales (soft skills), telles que l’autonomie, la créativité, la confiance en soi, la coopération et l’esprit d’entreprendre. Il s’agit de « mettre l’élève en projet » et de favoriser chez lui la capacité à devenir acteur de son parcours, bien au-delà des frontières spatiales et temporelles de l’école.

Cependant, les liens entre entrepreneuriat et éducation ne s’imposent pas si aisémen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Morel et Sarah Maire, « L’entreprenance à l’école primaire en France : reconfiguration des politiques éducatives et de leur évaluation », Formation emploi, 140 | 2017, 27-46.

Référence électronique

Stéphanie Morel et Sarah Maire, « L’entreprenance à l’école primaire en France : reconfiguration des politiques éducatives et de leur évaluation », Formation emploi [En ligne], 140 | octobre-décembre 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5194

Haut de page

Auteurs

Stéphanie Morel

Docteure en science politique, chercheuse-consultante auprès d’acteurs publics (ministères, collectivités territoriales, agences) et privés (associations, fondations). Elle dirige le cabinet d’études Le SociaLab, qui réalise des missions d’analyse scientifique, de conseil et d’évaluation dans les champs éducatifs et sociaux

Sarah Maire

Doctorante en sociologie, sous la direction de Romuald Normand (université de Strasbourg, Laboratoire Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe). Sa thèse porte sur l’émergence de nouvelles connaissances et politiques qui promeuvent un ensemble de compétences sociales et transversales, les soft skills

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page