Navigation – Plan du site

L’usage des business games dans le cursus doctoral : « esprit d’entreprendre » et « esprit d’entreprise » dans la formation à la recherche

The use of business games in the doctoral curriculum : “enterprise education” and “entrepreneurship education” in research training
Einsatz von Business Games im Promotionsstudium: „Unternehmergeist“ und „Unternehmertum“ in der Ausbildung zur Forschung
El uso de los business games en la currícula doctoral: “espíritu emprendedor” y “espíritu empresarial” en la formación para la investigación
Jean Frances et Stéphane Le Lay
p. 67-86

Résumés

Dans le champ de la formation, les business games sont souvent considérés comme aptes à faire acquérir des savoirs et des savoir-faire liés au monde de l’entreprise. Ainsi, dans les années 1990, ils ont été intégrés dans le cursus des futurs chercheurs français, par le biais des Doctoriales®. Cet article analyse le flou que ce dispositif contribue à entretenir entre « esprit d’entreprendre » et « esprit d’entreprise ». En particulier, il montre comment le « projet innovant » des doctorants est progressivement pensé et mené à l’aune de principes néolibéraux rompant avec les positions éthiques affirmées au début du jeu.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Une configuration sociohistorique inédite favorable aux business games
1.1 Retour sur quelques jalons historiques
1.2 Les Doctoriales® : un dispositif tourné vers un au-delà académique
2 Les Doctoriales® : espace et temps d’une conversion
2.1 Le début du business game
2.2 Quand la division sociale et sexuelle du travail se révèle dans la sélection du projet
2.3 La cristallisation progressive des principes d’organisation entrepreneuriale
2.4 Apothéose : le rire de conversion
Conclusion

Aperçu du début du texte

Lorsque l’on s’intéresse aux outils pédagogiques visant à développer l’« esprit d’entreprise » chez l’individu en formation, et que l’on tente de saisir si et en quoi de tels instruments peuvent soutenir ou accompagner des réformes néolibérales du système d’enseignement, il est difficile de ne pas porter attention aux business games. Ces jeux d’entreprise mettent en concurrence et immergent des équipes d’apprenants dans un univers économique simulé (généralement informatisé). L’enjeu consiste à leur faire acquérir savoirs et savoir-faire gestionnaires et commerciaux (Kaufmann, Faure et Le Garff, 1960).

Si ces dispositifs sont ancrés dans des pratiques anciennes (Wolfe, 1993), leur prégnance s’est accrue, sans discontinuer, depuis les années 1950. En effet, les principes et les bénéfices de ces jeux n’ont cessé d’être promus par de nombreux acteurs académiques (sciences de gestion, de l’éducation, etc.) ou praticiens (pédagogues, psychologues), à toutes les étapes des cursus scolaire ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Frances et Stéphane Le Lay, « L’usage des business games dans le cursus doctoral : « esprit d’entreprendre » et « esprit d’entreprise » dans la formation à la recherche », Formation emploi, 140 | 2017, 67-86.

Référence électronique

Jean Frances et Stéphane Le Lay, « L’usage des business games dans le cursus doctoral : « esprit d’entreprendre » et « esprit d’entreprise » dans la formation à la recherche », Formation emploi [En ligne], 140 | octobre-décembre 2017, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5217

Haut de page

Auteurs

Jean Frances

Sociologue, associé au Groupe de sociologie pragmatique et réflexive de l’EHESS (école des hautes études en sciences sociales). Il étudie notamment les reconfigurations du cursus doctoral

Articles du même auteur

Stéphane Le Lay

Sociologue, associé à l’équipe psychodynamique du travail et de l’action (CNAM – Conservatoire national des arts et métiers - Paris 5). Spécialisé sur les questions de travail et de santé, il mène depuis plusieurs années une réflexion sur les processus de « gamification » en œuvre dans les espaces professionnels

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page