Navigation – Plan du site

Le décrochage dans l’enseignement supérieur à l’aune de l’approche par les capabilités

Higher education dropout in the light of the capability approach
Abbruch der Hochschulausbildung, auf der Basis des Capability-Ansatzes
La deserción en la enseñanza superior bajo la perspectiva del enfoque de las capacidades
Boris Ménard
p. 119-141

Résumés

à partir de l’enquête Génération 2010, cet article cherche à expliquer la persistance du décrochage dans l’enseignement supérieur, malgré les politiques actives qui s’y opposent. Au prisme de l’approche par les capabilités, l’analyse des déterminants et de la temporalité du décrochage permet de montrer que ce phénomène ne résulte pas des seuls problèmes d’orientation et d’échec. Le décrochage apparaît également comme la manifestation de stratégies et de motivations très diverses à l’égard du parcours d’études, influencées par l’origine sociale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1 Le décrochage : des définitions divergentes
1.1 La vision binaire et prescriptive des politiques de lutte contre le décrochage
1.2 Changer de paradigme : le décrochage à l’aune des capabilités
2 Les déterminants et la temporalité du décrochage en termes de capabilités
2.1 L’impact des capabilités pour l’éducation sur le décrochage
2.1.1 Le rôle de la capabilité à s’orienter dans le décrochage
2.1.2 Le libre choix : une condition nécessaire de la capabilité pour l’éducation
2.1.3 Les déterminants du décrochage : un entremêlement des facteurs d’obstruction
2.2 Le décrochage, un déficit de capabilités pour l’éducation ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

87 000 jeunes sont sortis de l’enseignement supérieur en 2010, sans y avoir obtenu de diplôme, soit environ 23 % de l’ensemble des sortants (Calmand, Ménard & Mora, 2015). Malgré les politiques proactives en faveur de la réussite en licence et contre le décrochage à l’université, cette proportion est stable par rapport à la Génération 2004 (Ménard, 2014).

Depuis plus d’une décennie, le décrochage à l’université est au centre des préoccupations des politiques éducatives, comme en témoigne le rapport « Réduire de moitié le décrochage étudiant » (Demuynck, 2011). Outre la loi LRU, et dès 2009, plusieurs expérimentations sociales, financées par le Fonds d’Expérimentation pour la Jeunesse (FEJ), visaient déjà à lutter contre le décrochage. Pourtant, en France, le décrochage dans l’enseignement supérieur serait moins important que dans l’ensemble des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) (Bodin & Orange, 2013).

Cette insistance pour réduir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Ménard, « Le décrochage dans l’enseignement supérieur à l’aune de l’approche par les capabilités », Formation emploi, 142 | 2018, 119-141.

Référence électronique

Boris Ménard, « Le décrochage dans l’enseignement supérieur à l’aune de l’approche par les capabilités », Formation emploi [En ligne], 142 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 23 août 2020, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5684

Haut de page

Auteur

Boris Ménard

Chargé d’études à la Sous-direction des Systèmes d’Information et des Etudes Statistiques (SIES)/ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, chercheur associé au Centre d’études et de recherche Travail Organisation Pouvoir (CERTOP)/Université Toulouse Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page