Navigation – Plan du site

S’insérer dans l’emploi et s’engager dans le travail : parcours types de réussite des sortant.es de l’enseignement professionnel

Getting into employment and involved in work : typical carrier paths for graduates of vocational education
Integration in die Arbeitswelt und Engagement in der Arbeit : typische Erfolgswege der Berufsschul-Absolventen
Insertarse en el empleo y comprometerse con el trabajo : itinerarios tipo exitosos de egresado/as de la enseñanza técnica
Estelle Bonnet, Karine Pietropaoli et Elise Verley
p. 143-166

Résumés

De nombreuses analyses soulignent les formes de relégations scolaires de jeunes issus de l’enseignement professionnel, leurs difficultés à accéder au marché du travail et la moindre qualité de leurs emplois. à partir de l’enquête génération du Céreq (2013), l’article étudie les parcours scolaires et d’insertion des jeunes issus de l’enseignement secondaire professionnel, leurs rapports au travail et à l’emploi. Après avoir discuté de la notion de « réussite », l’article décrit différentes situations d’activité en fonction de ce double rapport au travail et à l’emploi. L’entrée sur le marché de l’emploi et son appréciation varient selon les spécialités de formation, les types d’emplois occupés et le genre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1 Mesurer la réussite dans les parcours d’insertion des jeunes en emploi
1.1. De la difficulté à définir la « réussite »
1.2 De l’intérêt de distinguer le rapport au travail du rapport à l’emploi
1.3. Construire une typologie articulant rapport au travail et rapport à l’emploi
2 Réussir, s’engager, se stabiliser, se déqualifier… des trajectoires diverses
3 Parcours de réussite selon les spécialités de formation et les segments professionnels
3.1. Les types d’activités exercés : entre spécificité et concentration
3.2. Des métiers « ouvriers » qualifiés pour les sécures engagé.es
3.3 Des métiers « ouvriers » non qualifiés pour les « sécures »
3.4 Les « insécures engagé.es » dans les métiers du « care » : une valorisation de l’individu au détriment des conditions d’emploi
3.5 Emplois de service, travaux « serviles » : le cas des insécures désengagé.es
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Les enquêtes du Céreq ont largement étayé les constats selon lesquels le diplôme constitue un rempart contre le chômage, et plus le niveau de diplôme augmente, meilleures sont les perspectives d’insertion. Les moins diplômé.es s’inscrivent plus fréquemment dans des trajectoires aux marges de l’emploi (Céreq, 2014), l’accès à l’emploi des sortants du secondaire, même diplômé.es, est problématique et leurs difficultés sont exacerbées en période de conjoncture difficile (Barret, Ryk & Volle, 2014 ; Couppié & al., 2018).

Les filières professionnelles courtes sont considérées comme des espaces de relégation scolaire ou des segments dominés du système d’enseignement (Jellab, 2009), accueillant majoritairement des élèves en difficultés d’apprentissage, peu attirés par les études, à la scolarité chaotique (Palheta, 2012), « orientés » et socialement triés. Dans une période de dégradation socio-économique, la fragilité de la situation de cette population s’exprime en particulier ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Estelle Bonnet, Karine Pietropaoli et Elise Verley, « S’insérer dans l’emploi et s’engager dans le travail : parcours types de réussite des sortant.es de l’enseignement professionnel », Formation emploi, 142 | 2018, 143-166.

Référence électronique

Estelle Bonnet, Karine Pietropaoli et Elise Verley, « S’insérer dans l’emploi et s’engager dans le travail : parcours types de réussite des sortant.es de l’enseignement professionnel », Formation emploi [En ligne], 142 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 23 août 2018, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5700

Haut de page

Auteurs

Estelle Bonnet

Sociologue, Centre Max Weber (CMW), université Lyon 2

Karine Pietropaoli

Ingénieure d’études, Centre Max Weber (CMW)– CNRS

Articles du même auteur

Elise Verley

Sociologue, Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (Gemass) Université Paris Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page