Navigation – Plan du site
Hors Dossier

Le travail salarié a-t-il un impact sur la réussite en première année de licence ?

Does student employment have an impact on first year degree success ?
Hat die bezahlte Arbeit einen Einfluss auf den Erfolg im ersten Jahr des Bachelor-Studiums ?
El trabajo asalariado ¿tiene impacto sobre el éxito en el primer año de licenciatura ?
Sorho-Body Kady Marie-Danielle
p. 211-230

Résumés

Cette étude vise à mesurer l’impact du travail salarié des étudiants sur leur réussite universitaire, en se focalisant sur les étudiants inscrits en première année de licence. L’emploi salarié et sa fréquence vont de pair avec une plus forte probabilité d’abandon des études et une plus faible probabilité de réussite. Toutefois, cet abandon n’est pas dû exclusivement à l’exercice d’une activité salarié hors cursus.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1 L’échec en L1 : le rôle des déterminants sociaux, scolaires ou cognitifs
2 Mobiliser le panel 1995 d’élèves de 6ème
3 Modéliser l’interaction entre emploi et résultats de la première année
4 Les effets d’un emploi salarié exercé en cours de formation
4.1 L’emploi salarié, ses déterminants et son effet sur l’abandon
4.1.1 Les déterminants de l’emploi salarié
4.1.2 Exercer un emploi salarié : quel impact sur l’abandon des études ?
4.2 L’emploi salarié, un effet négatif et significatif sur la réussite universitaire
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

En France, comme dans la plupart des pays de l’Union européenne, l’accès à l’université s’effectue sans aucune barrière. Il suffit en effet de posséder le diplôme de fin d’études secondaires et que les possibilités d’accueil ne soient pas dépassées (Lafontaine & Terwagne, 1993 ; Romainville, 1997 ; Michaut & Romainville, 2012). Par conséquent, l’université accueille à la fois les étudiants ayant choisi leur filière de formation et ceux qui n’ont pas été retenus dans les filières sélectives.

L’absence de barrière à l’entrée est associée à un taux d’échec observé relativement important à l’issue de la première année (cf. Encadré 1) En France, le faible rendement en termes de taux de réussite, de la première année universitaire, a également été dénoncé à maintes reprises. Malgré les différentes politiques de lutte contre l’échec et les inégalités de réussite (réorientation en cours d’année, tutorat, Plan Réussite en Licence, etc.), la baisse de ce taux d’échec ne semble pas ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sorho-Body Kady Marie-Danielle, « Le travail salarié a-t-il un impact sur la réussite en première année de licence ?  », Formation emploi, 142 | 2018, 211-230.

Référence électronique

Sorho-Body Kady Marie-Danielle, « Le travail salarié a-t-il un impact sur la réussite en première année de licence ?  », Formation emploi [En ligne], 142 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 23 août 2020, consulté le 20 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5819

Haut de page

Auteur

Sorho-Body Kady Marie-Danielle

économiste, assistante à l’université Felix Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire, et chercheur associé au Centre de recherche sur l’intégration économique et financière (CRIEF), université de Poitiers – France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page