Navigation – Plan du site

(In)fortunes professionnelles des femmes à la sortie d’une filière universitaire masculine, les STAPS

Professional (mis)fortunes for women after Sports studies (STAPS), a university field dominated by men
Berufliches Glück/Missgeschick der Frauen nach einem typisch männlichen Studiengang im Bereich Sportwissenschaften
(In) fortunios profesionales de las mujeres al salir de una especialidad universitaria masculina, las STAPS
Carine Érard et Christine Guégnard
p. 79-98

Résumés

À l’issue d’une formation en STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives), les femmes valorisent-elles de la même manière que leurs homologues masculins leurs diplômes sur le marché du travail sportif ? Les parcours de formation et d’insertion professionnelle des étudiantes de cette filière apparaissent à première vue « à la hauteur » de ceux des étudiants, mais au prix d’une sur-dotation scolaire, sociale (par les mères) et d’un « travail anticipé et invisible ». Toutefois, sans être pénalisées, ces jeunes femmes qui ont investi une filière universitaire liée aux métiers du sport, un espace historiquement masculin, ne semblent pas vraiment profiter de cette « inversion du genre ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1 Des jeunes femmes qui semblent « tirer leur épingle du jeu » ?
2 Des étudiantes sur-dotées
3 Des parcours d’insertion faussement à l’avantage des jeunes femmes…
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Depuis plusieurs années, le secteur de l’emploi sportif est en expansion, en lien notamment avec une extension du salariat dans le monde associatif sportif, même si celui-ci est à relativiser (Loirand, 2003 ; Falcoz, Walter, 2009). En France, le nombre de personnes travaillant dans le champ des activités physiques et sportives est estimé à 300 000, dont 129 500 moniteurs éducateurs sportifs (Juillet, Buisine, Gouju, 2013). Les femmes y restent minoritaires et les emplois très sexuellement clivés (Chimot, 2004 ; Louveau, 1996, 2013). En 2013, les femmes représentent 26 % des conseillers techniques sportifs, 11 % des postes d’entraîneur national et 11 % des postes de directeur technique national. Au total, sur 1 613 emplois de cadres techniques auprès des fédérations sportives, 274 sont occupés par des femmes (17 %). Cette même année, la représentation des femmes au sein des instances dirigeantes des fédérations demeure peu visible, avec seulement 14 fédérations (sur 115) ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Érard et Christine Guégnard, « (In)fortunes professionnelles des femmes à la sortie d’une filière universitaire masculine, les STAPS », Formation emploi, 142 | 2018, 79-98.

Référence électronique

Carine Érard et Christine Guégnard, « (In)fortunes professionnelles des femmes à la sortie d’une filière universitaire masculine, les STAPS », Formation emploi [En ligne], 142 | Avril-Juin 2018, mis en ligne le 23 août 2020, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/5879

Haut de page

Auteurs

Carine Érard

Enseignante-chercheure (Sciences et techniques des activités physiques et sportives, STAPS), Institut de recherche sur l’éducation (IREDU), Centre associé Céreq de Dijon, Université Bourgogne Franche-Comté

Christine Guégnard

Chargée d’études (sciences de l’éducation), Institut de recherche sur l’éducation (IREDU), Centre associé Céreq de Dijon, Université Bourgogne Franche-Comté

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page