Navigation – Plan du site

Edito : Réinventer la chance ?

Jean-Frédéric Vergnies
p. 1-2

Texte intégral

  • 1 Cf. Sept ans de vie professionnelle des jeunes : entre opportunités et contraintes, A. Dupray, E. Q (...)
  • 2 Cf. La société des diplômes de M. Millet et G. Moreau, Paris, La Dispute, 2011.
  • 3 Le terme deuxième chance est d’ailleurs peu répandu hors de France, et s’il existe des écoles de la (...)

1Ce dossier interroge : le retour en formation, une vraie chance ? Poser la question amène à souligner certaines spécificités de la société française et de la situation des jeunes les moins qualifiés. Les jeunes ont plus de difficulté que leurs ainés à trouver un emploi, particulièrement les moins qualifiés1. Cela est lié au rôle important de l’École dans la distribution des places2, non seulement dans l’emploi, mais aussi dans la formation continue. La question du retour en formation pour accéder plus facilement à une place sociale se pose donc, en France, avec plus d’acuité qu’ailleurs3.

2Qu’en est-il alors des dispositifs dits de la « deuxième chance », pour ces jeunes qui ont éprouvé des difficultés aussi bien à l’école que dans l’accès à l’emploi ?

  • 4 Cf. la revue Savoirs, « Les écoles de la deuxième chance, une formation au lien et à la différence  (...)

3Ce qui frappe en premier lieu, c’est la diversité des propositions institutionnelles, comme le souligne François Sarfati dans la postface du dossier : E2C (École de la deuxième chance)4, EPIDE (Établissement public d’insertion dans l’emploi), Dispositifs relais, Micro-lycées, classes de la Mission de lutte contre le décrochage scolaire (MLDS)…

  • 5 Cette diversité sera développée dans le n° 144 de notre revue, dédié aux décrochages scolaires et a (...)

4Cette diversité renvoie à la grande hétérogénéité de ces jeunes et de leur rapport à la formation. Pour certains jeunes, dits « en errance » par Céline Rothé, l’accès même à de tels dispositifs est déjà une épreuve. De manière plus large, en explorant les inégalités d’accès à la deuxième chance, Pierre-Yves Bernard souligne la diversité territoriale5 et la difficulté d’autant plus grande à recourir à ces dispositifs que la formation initiale a été problématique. Ainsi est questionné, comme le fait Vincent Lorius dans un texte à orientation plus philosophique, ce que signifie « laisser » ou « donner » une chance. Dans un cas, on favorise un projet éducatif qui promeut la « conversion » du sujet (à des principes, des valeurs, des façons d’être…) ; dans l’autre, on vise une « métamorphose » de l’individu. L’objectif est alors de créer les conditions d’une intégration personnelle de ces mêmes éléments.

5L’engagement de ces jeunes dans ces dispositifs ne va pas toujours de soi, comme l’indiquent Maël Loquais & Isabelle Houot. Certaines réticences sont parfois bien visibles (Florian Asséré), alors même que l’évaluation de ces dispositifs conduit à sélectionner à l’entrée les jeunes sur la base de critères qui anticipent leurs parcours à la sortie (Joël Zaffran & Juliette Vollet).

6Les innovations ou les spécificités pédagogiques mises en place dans ces dispositifs, analysées par Emmanuelle Leclercq & Laurent Béjot, sont parfois rejetées comme enseignement de « seconde zone ». D’autant plus que, selon Pascale Moulévrier & Gérald Houdeville, l’accompagnement des personnes « vulnérables » est souvent critiqué par ceux-là mêmes qui doivent l’assurer. Les institutions concernées sont donc appelées à des ajustements et à évoluer.

7Cependant, comme le montre la comparaison avec l’Argentine, proposée par Filippo Pirone, si les systèmes scolaires intègrent les logiques contemporaines de l’inclusion scolaire, celles-ci sont confinées à leurs marges. Les dispositifs ne peuvent pas suffire à renverser les mécanismes traditionnels d’« indifférence aux différences », d’exclusion et de sélection scolaires et sociales. Au total, comme le soulignent dans l’introduction au dossier, Benjamin Denecheau & Gérald Houdeville, « étudier des dispositifs dits de deuxième chance revient aussi à interroger l’encadrement des manières de vivre, de se présenter des individus visés et, finalement, à porter l’attention sur ce qui est implicitement transmis et évalué à l’école ».

8Bonne lecture.

Haut de page

Notes

1 Cf. Sept ans de vie professionnelle des jeunes : entre opportunités et contraintes, A. Dupray, E. Quenson (coordonnateurs), Octarès, juillet 2018, 204 p. ; « 20 ans d’insertion professionnelle des jeunes : entre permanences et évolutions », T. Couppié, A. Dupray, D. Épiphane, V. Mora (coordonnateurs), Céreq Essentiels n° 1, avril 2018, 196 p. http://www.cereq.fr/content/download/20988/181585/file/ESSENTIELS %201_WEB.pdf.

2 Cf. La société des diplômes de M. Millet et G. Moreau, Paris, La Dispute, 2011.

3 Le terme deuxième chance est d’ailleurs peu répandu hors de France, et s’il existe des écoles de la deuxième chance au Luxembourg, elles sont d’abord orientées vers des formations diplômantes (Cf. Rapport de synthèse sur l’École de la deuxième chance du Luxembourg, S. Blanchard, J.-C Sontag et C. Welfring, novembre 2014, Rapport non publié).

4 Cf. la revue Savoirs, « Les écoles de la deuxième chance, une formation au lien et à la différence », 2018/1, n° 46, Paris, L’Harmattan.

5 Cette diversité sera développée dans le n° 144 de notre revue, dédié aux décrochages scolaires et aux territoires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Frédéric Vergnies, « Edito : Réinventer la chance ? », Formation emploi, 143 | 2018, 1-2.

Référence électronique

Jean-Frédéric Vergnies, « Edito : Réinventer la chance ? », Formation emploi [En ligne], 143 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/6019

Haut de page

Auteur

Jean-Frédéric Vergnies

Rédacteur en chef

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page