Navigation – Plan du site

Travailler sur la socialisation des jeunes non qualifiés dans un dispositif de seconde chance : le sens de leurs réticences

Working on the socialization of non-qualified youth in a high school program : the sense of heckling
Zweiten Chance : der Grund ihrer Zurückhaltung
Trabajar sobre la socialización de los jóvenes sin calificación en un dispositivo de segunda oportunidad : el sentido de sus reticencias
Florian Asséré
p. 99-118

Résumés

Comment les jeunes non qualifiés réagissent-ils au travail de socialisation opéré par les dispositifs de seconde chance à destination des décrocheurs ? Le dispositif étudié cherche à favoriser un travail sur soi de la part des jeunes accompagnés qui voient dans cette rupture avec l’enseignement traditionnel une preuve supplémentaire de leur stigmate. Ces derniers mettent notamment en place un chahut loin d’être anomique. La mise en perspective de ces dispositifs avec les changements intervenus dans les politiques sociales nous éclairera sur le sens de ces réactions.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

1 Des réactions hostiles au travail de socialisation
1.1 Un travail assumé de socialisation
1.2 Un chahut orienté vers les enseignements les moins scolaires
2 Le sens des réticences
2.1 Une volonté de normalité ?
2.2 Un refus d’obtempérer aux nouvelles formes d’accompagnement social ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

« Ça sert à rien cette classe. C’est quoi ça MLDS ? Vous croyez que je vais me lever le matin pour aller à la truc de décrochage scolaire je sais pas quoi ? Moi je veux des vrais cours avec du vrai français, des vrais maths, du vrai anglais ! » (Jonathan, élève dans une classe du dispositif MLDS - Mission de lutte contre le décrochage scolaire).

Dans une interview récente, l’ancienne ministre de l’éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, se félicitait des résultats de la politique menée contre le décrochage scolaire. La multiplication des structures d’aide au retour à la formation aurait notamment permis d’abaisser le taux de décrocheurs, chez les 18-25, ans en dessous du seuil des 10 % préconisé par l’Union européenne.

La notion de décrochage scolaire obtient un succès assez tardif, en France, et doit beaucoup aux préoccupations européennes sur le sujet. En 2000, le sommet de Lisbonne dresse un plan décennal dont trois des cinq objectifs principaux en matière d’éducation concerne...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Florian Asséré, « Travailler sur la socialisation des jeunes non qualifiés dans un dispositif de seconde chance : le sens de leurs réticences », Formation emploi, 143 | 2018, 99-118.

Référence électronique

Florian Asséré, « Travailler sur la socialisation des jeunes non qualifiés dans un dispositif de seconde chance : le sens de leurs réticences », Formation emploi [En ligne], 143 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 19 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/6214

Haut de page

Auteur

Florian Asséré

Doctorant et chargé de cours à l’université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis, au laboratoire CIRCEFT (Centre interdisciplinaire de recherche : culture, éducation, formation, travail) au sein de l’équipe ESCOL (éducation-scolarisation)

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page