Navigation – Plan du site

Accompagner les « jeunes en errance » ou adapter les normes de l’insertion

Young homeless people and social accompaniment in France : how to deal with youth professional integration norms ?
„Instabile“ Jugendliche begleiten oder Eingliederungsstandards anpassen
Acompañar a los “jóvenes errantes” o adaptar las normas de inserción
Céline Rothé
p. 161-182

Résumés

En France, la politique d’accompagnement à la formation et à l’emploi est essentiellement formalisée autour des compétences à acquérir pour s’insérer sur le marché de l’emploi. Elle met ainsi à l’écart les jeunes qui ne peuvent ou ne veulent pas recourir aux dispositifs d’aide à l’insertion. Au travers de l’analyse du fonctionnement des structures dites « à bas seuil d’exigence », nous verrons comment une politique d’aide à l’insertion des jeunes les plus marginalisés est malgré tout mise en œuvre dans le secteur de l’aide sociale d’urgence.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1 La structure des aides publiques fragilise les plus vulnérables
1.1 Une sécurisation des parcours juvéniles assise sur la famille et sur l’emploi
1.2 Le spectre de l’assistance
1.3 Des dispositifs qui n’atteignent pas leur cible
2 L’infra-assistance adaptée aux jeunes marginaux
2.1 L’insertion en ligne de mire ?
2.2 Le bas seuil, un format ad hoc
2.2.1 L’inconditionnalité de l’accueil conditionne le maintien du lien social
2.2.2 La confiance comme condition nécessaire de la prise en charge
2.2.3 La constance des professionnels pour garder le lien
3 Adapter l’insertion
3.1 Réduire les risques liés à la marginalité
3.2 Réguler les démarches d’insertion
3.3 Préparer malgré tout aux exigences de l’insertion professionnelle
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

En France, la situation des jeunes à l’égard de l’insertion sociale se structure largement autour de l’accès à l’autonomie. Celle-ci s’entend comme la capacité à vivre sans l’aide des parents ou de l’état. Avec l’apparition du chômage de masse, en 1975, et les préoccupations grandissantes autour des jeunes en difficulté, depuis les années 1980, les choix politiques se structurent autour de l’accès à l’emploi via la formation. L’emploi, en tant que pourvoyeur de ressources économiques stables, est perçu comme le principal vecteur d’autonomisation pour les jeunes.

Ainsi, ceux qui s’en éloignent, car ils ne rassemblent pas les qualités nécessaires, préoccupent les pouvoirs publics. S’ils ne parviennent pas à compléter leur formation, ils diminuent leurs chances d’accéder à l’autonomie et devront être aidés par l’état ou par leurs proches. Les évolutions actuelles du marché de l’emploi rendent les conditions de leur insertion de plus en plus défavorables, et clivées par le di...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Rothé, « Accompagner les « jeunes en errance » ou adapter les normes de l’insertion  », Formation emploi, 143 | 2018, 161-182.

Référence électronique

Céline Rothé, « Accompagner les « jeunes en errance » ou adapter les normes de l’insertion  », Formation emploi [En ligne], 143 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 20 novembre 2020, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/6302

Haut de page

Auteur

Céline Rothé

Université de Rennes, école des Hautes études en Santé Publique, CNRS, Arènes Unité Mixte de Recherche 6051, F-35000 Rennes, France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page