Navigation – Plan du site
Hors Dossier

Public, privé et éducation prioritaire : une analyse comparative de la mixité sociale à l’école

Public, Private and Priority education zones : a comparative analysis of social mixing at school
Bildung im öffentlichen, privaten und vorrangigen Sektor : eine vergleichende Analyse der sozialen Vielfalt an den Schulen
Lo público, lo privado y la educación prioritaria : un análisis comparativo de la diversidad social en la escuela
Pierre Courtioux et Tristan-Pierre Maury
p. 133-154

Résumés

Sur la base d’indices de ségrégation portant sur la période 2004-2014, nous analysons le degré de mixité sociale des collèges appartenant aux secteurs privé, public hors ZEP (zone d’éducation prioritaire) et ZEP. Le secteur privé est légèrement surreprésenté parmi les établissements les plus « mixtes », ainsi qu’au sein des plus « ségrégés ». à niveau donné de mixité sociale, le secteur privé accueille relativement moins d’élèves défavorisés. Parmi les établissements les plus « ségrégés », dans les secteurs privé et public hors ZEP, il existe une tendance à l’entre-soi des élèves « très favorisés ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 Les enjeux de la mixité sociale selon le secteur privé, public ou d’éducation prioritaire
1.1 Secteurs public, privé et de l’éducation prioritaire
1.2 Mesurer la mixité sociale à l’aide d’indicateurs statistiques de ségrégation 
2 Le privé, surreprésenté parmi les collèges les plus « mixtes » et les plus « ségrégés »
2.1. Un degré de mixité sociale plutôt stable sur la période 2004-2014
2.2. La place relative de chaque secteur tout au long de la distribution des collèges
2.3. Comment les collèges font-ils de la mixité sociale ?
Conclusion 

Aperçu du début du texte

Au sein des débats récents sur les inégalités sociales à l’école (cf. les enquêtes PISA analysées dans OCDE 2016, notamment), la mixité sociale à l’école est aujourd’hui un enjeu politique majeur. En effet, en maintenant une partie des élèves d’origine sociale défavorisée dans un environnement moins propice à la réussite scolaire, l’absence de mixité sociale semble remettre en cause le principe « d’égalité des chances » au fondement de l’école républicaine française. Le rapport d’information de Durand & Salles (2015) détaille le caractère durablement inégalitaire de l’école en France. Ainsi, les différents indicateurs de mixité sociale ne laissent apparaître aucune amélioration depuis vingt ans (Trancart, 2012 ; Thaurel-Richard & Murat, 2013). De plus, si les effets globaux de la mixité sociale sur la réussite scolaire sont difficiles à mesurer, plusieurs auteurs insistent sur le renforcement de « ghettos scolaires » et leur effet négatif sur la qualité des apprentissages (Van Zante...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Courtioux et Tristan-Pierre Maury, « Public, privé et éducation prioritaire : une analyse comparative de la mixité sociale à l’école », Formation emploi, 144 | 2018, 133-154.

Référence électronique

Pierre Courtioux et Tristan-Pierre Maury, « Public, privé et éducation prioritaire : une analyse comparative de la mixité sociale à l’école », Formation emploi [En ligne], 144 | Octobre-Décembre, mis en ligne le 31 décembre 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/6703

Haut de page

Auteurs

Pierre Courtioux

Directeur de recherche en économie à l’EDHEC (École des Hautes Études Commerciales), affilié au pôle de recherche en économie

Tristan-Pierre Maury

Professeur d’économie à l’EDHEC (École des Hautes Études Commerciales), affilié au pôle de recherche en économie

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page