Navigation – Plan du site

Les trajectoires socialement et spatialement différenciées des étudiants franciliens

Socially and spatially distinguished academic trajectories of students in Paris urban area
Soziale und räumliche Unterschiede zwischen den Studienwegen in der Ile-de-France
Las trayectorias social y espacialmente diferenciadas de los estudiantes de Ile-de-France
Leïla Frouillou et Léonard Moulin
p. 7-28

Résumés

En croisant un suivi quantitatif (analyse de séquences) et qualitatif (entretiens répétés) d’étudiants en droit et en AES (administration économique et sociale) en région francilienne, cet article montre que les trajectoires universitaires diffèrent selon la discipline et l’établissement d’inscription. La typologie souligne la prépondérance des trajectoires stables (même université). Les trajectoires de sortie du système universitaire se différencient quant à elles selon la discipline et le lieu d’études (Paris/banlieue). Enfin, les trajectoires interuniversitaires, minoritaires, révèlent un « sens du placement » étudiant qui contribue à attirer les étudiants les mieux dotés vers les universités les plus favorisées.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

1 « Réintroduire le temps » : une approche par les trajectoires
2 Explorer les trajectoires étudiantes
2.1 Données et méthodes pour construire une typologie
2.2 Trois trajectoires-types des étudiants de droit et d’AES
3 Les trajectoires majoritaires au prisme des mécanismes de la sélection sociale et scolaire
3.1 Les trajectoires étudiantes au sein d’une même université
3.2 Des trajectoires de sortie qui varient en fonction de la hiérarchie universitaire
4 Des trajectoires interuniversitaires minoritaires, mais révélatrices de placements
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’Île-de-France compte dix-sept universités, caractérisées par des logiques concurrentielles et des complémentarités (Baron & al., 2007), selon un fonctionnement systémique. Celui-ci différencie les établissements selon plusieurs critères (orientation disciplinaire, nombre d’étudiants, poids des cycles d’étude), et notamment en fonction de l’origine sociale et des parcours scolaires.

Plusieurs facteurs expliquent ces différenciations de publics : la localisation des établissements dans une agglomération ségrégée et inégalement desservie en transports en commun, les politiques d’établissement ou encore le fonctionnement des systèmes d’affectation à l’entrée en licence 1 (L1).

Cet espace universitaire francilien et ses différenciations en termes de publics étudiants peuvent être saisis à partir des trajectoires étudiantes qui dessinent des polarités symboliques entre universités. En outre, l’approche longitudinale contribue à déconstruire une lecture normative trop linéaire des parcou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leïla Frouillou et Léonard Moulin, « Les trajectoires socialement et spatialement différenciées des étudiants franciliens », Formation emploi, 145 | 2019, 7-28.

Référence électronique

Leïla Frouillou et Léonard Moulin, « Les trajectoires socialement et spatialement différenciées des étudiants franciliens », Formation emploi [En ligne], 145 | Janvier-Mars 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/6845

Haut de page

Auteurs

Leïla Frouillou

Maîtresse de conférences en sociologie, à l’université Paris Nanterre, Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris, équipe Genre-Travail-Mobilité

Léonard Moulin

Économiste, chargé de recherche à l’INED (Institut national d’études démographiques)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page