Navigation – Plan du site

AccueilNuméros146Postface

Postface

Des modèles institutionnels comme des pop stars :
(Re)connaître le système allemand de formation cinquante ans après
Olivier Giraud
p. 169-176

Texte intégral

  • 1 « Pas moyen de rester le même ! » No moon in Paris, Negative Capability, novembre 2018.

1« There is no way to stay the same »1, Marianne Faithfull, 2018.

2Il en est des modèles institutionnels comme des stars du cinéma ou de la chanson : on ne sait pas vraiment si ce sont ces individus ou « les temps » qui changent, ou encore si c’est la façon que les premiers ont d’incarner les seconds.

  • 2 Militante d’extrême gauche, terroriste active au sein de la Fraction armée rouge qui a perpétré de (...)

3Si l’on regarde aujourd’hui les photos de Marianne Faithfull dans les magazines de mode, entre publicités de montres de haute joaillerie et de cosmétiques hors de prix, on est frappé par l’élégance d’une grande dame de la chanson anglaise, toujours vêtue de façon luxueuse. À travers ses apparitions contemporaines, on ne saurait imaginer l’artiste icône des rugissantes années 1960 et 1970 qui rendait hommage à Ulrike Meinhof2 et à un Working Class Hero ou défrayait la chronique avec les récits de ses problèmes de drogue. Par la mutation de son image, la chanteuse et actrice poursuit-elle son écriture d’un code culturel international en prise avec l’air du temps ? Ou révèle-t-elle une métamorphose personnelle ?

4Le système allemand de formation professionnelle est lui aussi, d’une certaine façon, le produit de ces années revendicatrices et de réforme, si ce n’est de révolution sociale, qu’ont été les années 1950 à 1980. Et il n’est pas toujours évident de reconnaître aujourd’hui les traits qui ont permis à ce modèle institutionnel de se relier au contexte sociopolitique de ces années, marquées par les tensions sociales, souvent extrêmes.

1 Quand équilibres socio-politiques et cohérence institutionnelle se complètent

  • 3 Un résumé de son analyse figure dans l’ouvrage tiré de la thèse de l’auteur (Giraud, 2003).

5On l’a oublié aujourd’hui, mais Claus Offe avait dressé, dans un livre de 1975, une magistrale analyse des soubassements politiques de l’impossible réforme, pendant des décennies, de la formation professionnelle de l’Allemagne de l’ouest (Offe, 19753). Le sociologue rappelait l’ampleur des fossés et des oppositions qui avaient séparé les camps patronaux et syndicaux pendant des années.

6De façon schématique, avant la grande réforme fédérale de 1969, dont on célèbre donc les cinquante ans cette année, le patronat avait quasiment seul la maîtrise non seulement de la gouvernance, mais encore de la mise en œuvre de la formation professionnelle de la jeunesse allemande. Alors que près de 80 % d’une classe d’âge de jeunes Allemands transitaient par ce système de formation professionnelle, ni les syndicats, ni l’État, sous une forme ou sous une autre, n’avaient pratiquement le moindre droit de regard sur les régulations de la formation, en dehors de règles minimales concernant les horaires de travail. Définition des profils des métiers, des niveaux et contenus concrets, détermination des conditions de formation ou encore des niveaux de rémunération des jeunes apprentis… tout était dans les mains du patronat.

7En fonction du degré de structuration organisationnelle des branches, la qualité des régulations produites par le patronat était d’ailleurs variable. Face à cette situation, les revendications du camp syndical allaient souvent jusqu’à réclamer une véritable étatisation de la formation professionnelle ou au moins de sa régulation, de manière à garantir des conditions de formation acceptables pour l’ensemble de la jeunesse. Les manifestations, parfois violentes, d’apprentis étaient monnaie courante et le slogan « Ausbildung ist Ausbeutung » (la formation est une exploitation) exprimait le ressenti de la jeunesse, notamment des milieux populaires, vis-à-vis de l’apprentissage.

8Seule la première Grande coalition de l’histoire de la République fédérale, entre 1966 et 1969, a réussi à produire une réforme, et encore, dans les derniers jours de son existence, et au prix de tensions extrêmes entre les partenaires chrétiens-démocrates et socio-démocrates de la coalition fédérale. Le résultat fut une réforme dont aucune partie prenante ne voulait et à qui tous promettaient l’échec le plus cuisant.

9Cette réforme est d’ailleurs un exemple de l’autonomie limitée des fameux « partenaires sociaux » allemands qui ont, dans certaines circonstances historiques, besoin que l’État décide en l’absence d’aboutissement de leurs capacités politiques. Aujourd’hui cependant, la Loi fédérale sur la formation professionnelle ou Bundesberufsbildungsgesetz est encore là, dans ses grandes lignes, et le compromis de 1969, honni par tous à l’époque, est unanimement célébré.

10Depuis la réforme de 1969, de façon schématique, l’essentiel de la gouvernance de la formation professionnelle est partagé par les associations patronales et syndicales qui négocient, dans le contexte fédéral, la définition des métiers, des contenus et des conditions de formation, mais aussi le montant des rémunérations accordées aux apprentis. L’ensemble de la formation en entreprise est financé par les entreprises.

11L’intervention de l’État dans la gouvernance du secteur a ainsi été évitée ; notamment, la branche scolaire du système dual de formation professionnelle, si elle n’est pas toujours le parent pauvre du modèle allemand dans son ensemble, est maintenue dans une position subalterne.

12Autre point essentiel, les syndicats n’ont pas obtenu satisfaction à propos de leur revendication d’homogénéisation intersectorielle des conditions de formation. L’ancrage dans les branches de la définition des niveaux et contenus des formations a permis le maintien de conditions de formation fortement disparates. Entre les métiers au contenu de formation peu élevé, comme dans les services à la personne par exemple, où les apprentis peuvent fournir du travail productif dès les premiers jours de leur présence en entreprise, et les métiers hautement qualifiés de l’industrie où les coûts de formation liés à la technicité des savoirs et des équipements immobilisés sont particulièrement élevés, il y a toute une gradation d’équilibres.

  • 4 De façon plus assumée qu’en France, l’apprentissage dans le contexte du système dual est organisé, (...)

13Dernier point essentiel qui a fondé la force, pour tant de commentateurs, du modèle allemand (cf. sur ces points les analyses produites par l’Ecole des variétés du capitalisme, Hall, Soskice, 2001 ; ou dans ce numéro : Pfeiffer, Schönfeld & Wenzelmann), le système de formation professionnelle allemand est organisé selon une norme de marché4, même s’il s’agit d’un marché fortement organisé. Au cœur de la logique des contraintes productives mises en avant par Wolfgang Streeck (1997), l’élévation des niveaux de formation issue des revendications syndicales facilite une croissance homogène des qualifications dans les branches, promeut souvent des formes de solidarité entre grandes et petites entreprises, alors même que la détermination des salaires dans le contexte des branches limite les risques de débauchage au sein de la même industrie (Brebion, dans ce numéro).

14Fondement de la performance économique pour les uns, la norme marchande du système allemand de formation initiale avait été saluée par l’école de l’effet sociétal, du Laboratoire d’économie et de sociologie du travail (Lest) d’Aix-en-Provence (Maurice, Sellier, Silvestre, 1982), pour sa performance démocratique. Le système scolaire allemand, organisé en filières étanches les unes aux autres, suite à une sélection précoce des enfants au sortir de l’école primaire, produit des effets de ségrégation particulièrement importants (voir Bernhard, dans ce numéro). L’équipe aixoise avait remarqué que jusque dans les années 1970 et 1980, la compétition sur le marché des places d’apprentissage, pour les meilleures places et dans les meilleures entreprises, ne se jouait pas seulement sur des compétences scolaires. En effet, à l’époque, le système dual de formation était le passage obligé de la quasi-totalité de la jeunesse du pays et la filière la plus prestigieuse du secondaire (le baccalauréat) était alors suivie par une petite minorité de jeunes destinés à une carrière dans les professions libérales ou dans la fonction publique qualifiée et qui donc ne passaient pas par le système dual. La concurrence entre les classes sociales pouvait alors échapper aux effets socialement écrasants de l’école, et le marché, s’il ne jouait pas un rôle directement émancipateur, permettait au moins d’ouvrir un espace.

15Performance économique et performance sociale sont précisément les enjeux clés qui ont permis de faire du système allemand de formation professionnelle, surtout à partir des années 1980, un standard, comme on peut le dire non seulement des normes de l’industrie, mais aussi des tubes de la chanson anglo-saxonne.

16L’Allemagne a érigé son système de formation professionnelle en pierre angulaire de ses succès économiques et en promeut de façon active l’exportation dans le cadre de ses politiques d’aide au développement par exemple, alors même qu’il est d’une grande complexité institutionnelle (Streeck, 1987).

17En revanche, à l’invitation de ces thèses qui postulent cohérences et complémentarités institutionnelles, l’analyse de la trajectoire du système allemand de formation professionnelle permet aujourd’hui, avec un recul suffisant, de bien poser la question des évolutions concomitantes d’un système institutionnel et des domaines d’action publique avec lesquels il interagit, voire qu’il est censé réguler. Bien sûr, il n’est pas possible de produire un tel travail d’analyse de façon sérieuse dans le cadre des quelques pages de cette postface ; cependant, la plupart des articles de ce numéro, particulièrement riche et bien composé, fournissent de précieux éléments de réponse permettant de poser des premiers jalons.

18Nous proposons de limiter la réflexion à deux questions assez générales, mais qui ont l’avantage à la fois d’avoir été traitées par la littérature classique sur le système allemand de formation professionnelle, mais aussi de faire l’objet de réflexions stimulantes dans ce numéro.

2 Un système dual soumis au final à la sélection scolaire

19Le premier enjeu est celui des liens entre système scolaire et apprentissage. Il pose la question, qui réémerge avec une acuité renouvelée dans le contexte européen aujourd’hui (Eigmüller, Tietze, 2019), de la reproduction des inégalités sociales. Aujourd’hui, la réalité des logiques de transition entre le système scolaire et le système de formation professionnelle, en Allemagne, est que la logique de pré-sélection par l’école a pris le pas sur la mise en concurrence des jeunes gens sur le marché de l’apprentissage, pratiquement dans tous les segments du marché du travail.

20Les bacheliers représentent aujourd’hui plus d’un tiers d’une classe d’âge, contre un dixième environ au début des années 1980 encore. Les jeunes issus de cette filière de haut niveau du système éducatif ont tendance à s’imposer sur l’ensemble des métiers les plus qualifiés et les plus attrayants ouverts dans le cadre du système dual. Les jeunes, y compris les plus agiles sur des compétences non scolaires, issus des filières scolaires moins prestigieuses, se trouvent évincés des métiers les plus qualifiés et des places d’apprentissage ouvertes par les entreprises les plus prestigieuses.

21Notamment face à ces effets de reproduction sociale, des mesures devant faciliter la » perméabilité », et en tout cas les mobilités entre systèmes de formation, sont encouragées. Par exemple, l’accès à l’université des titulaires d’un apprentissage est soutenu par des mesures détaillées dans l’article de Nadine Bernhard, de manière à augmenter la capacité de promotion sociale des jeunes issus de l’apprentissage, mais aussi de renforcer l’attractivité de celui-ci.

22Paradoxe de cette évolution : les représentants patronaux sont largement favorables à une mesure dont le contenu social est fort, alors que les représentants des milieux de la formation et de l’enseignement, notamment supérieur, manifestent des réticences à promouvoir l’accueil à l’université de non-bacheliers. Les mesures d’accompagnement de ces transitions, évoquées par N. Bernhard, semblent produire des effets positifs.

  • 5 Mona Granato & Joachim Gerd Ulrich, « L’alternance, une voie de réussite pour tous ? L’impact de l’ (...)

23En regard, on sait à quel point, en France, les trajectoires universitaires des jeunes issus des bacs professionnels sont souvent vouées à l’échec. Cette transition vers l’enseignement supérieur du système d’apprentissage allemand appelle des commentaires sur d’autres transitions délicates entre enseignement, formation et emploi. Aujourd’hui, les jeunes issus des filières les moins valorisées du système éducatif ont bien du mal à obtenir une place d’apprentissage en entreprise. Il s’agit bien des élèves issus de ces Hauptschulen, autrefois très majoritaires, aujourd’hui devenues une école de relégation concentrant les jeunes en butte à des difficultés sociales, souvent issus de l’immigration5. Ils grossissent les effectifs pléthoriques des mesures de formation hors entreprises – la plupart du temps dans des institutions de formation censées reproduire les conditions de l’entreprise.

24Sur une thématique similaire, l’article de Clément Brébion livre ici les conclusions contre-intuitives d’une comparaison franco-allemande. Lorsque les jeunes ne sont pas embauchés par leur entreprise formatrice à l’issue de leur apprentissage, alors le risque qu’ils peinent à trouver un emploi ailleurs est plus élevé en Allemagne qu’en France. Le système allemand, pourtant réputé faciliter les transitions école-entreprise s’avèrerait-il contre-productif pour certains ? C. Brébion explique bien, dans son article, que c’est l’effet signal positif envoyé par l’apprentissage, dans le cas du système français, qui permet aux jeunes de trouver rapidement une embauche. En Allemagne, en revanche, il existe des entreprises et des secteurs qui utilisent avant tout les apprentis comme une main-d’œuvre bon marché, ne les recrutent pas à la fin de l’apprentissage et les abandonnent à un sort peu enviable sur un segment du marché du travail saturé.

3 Un intérêt déclinant des entreprises pour la formation par apprentissage

25Le deuxième enjeu clé traité dans ce numéro porte sur les performances économiques du système dual et les raisons de l’intérêt déclinant des entreprises allemandes pour une forme institutionnelle pourtant célébrée.

26L’analyse, par Anke Bahl, de la fragilisation de la place des maîtres d’apprentissage dans les entreprises allemandes intervenant sur des secteurs fortement exposés à la concurrence, montre bien que la formation n’a plus le même caractère de priorité pour bon nombre d’entreprises du pays.

27L’article de Harald Pfeifer, Gudrun Schönfeld & Felix Wenzelmann, qui analyse les motivations, mais aussi les barrières, pour les entreprises, à s’investir dans la formation professionnelle, rappelle également que la complexité du système et sa bureaucratisation relative ne facilitent pas toujours les choses, notamment pour les plus petites entreprises. Comme A. Bahl, ces auteurs insistent sur les aspects politiques de l’engagement dans la formation professionnelle, qui sont importants au-delà des calculs économiques sur les coûts et les avantages de la formation.

28Qui plus est, et les articles publiés dans ce numéro le rappellent à juste titre, le système d’enseignement allemand s’est lui aussi fortement développé depuis la fin des années 1960 et les entreprises peuvent recruter des jeunes salariés qui ont suivi des formations spécialisées de haut niveau, par exemple dans l’enseignement supérieur court, les Fachhochschulen en Allemagne, et qui sont l’équivalent des Instituts universitaires de technologie (IUT) français. En s’affranchissant des contraintes multiples liées à la formation professionnelle en entreprise, les entreprises perdent alors l’opportunité de former les jeunes à une culture technique et sociale maison, ainsi que la possibilité de sélectionner et pré-recruter leurs futurs salariés.

29Surtout, en renonçant à la formation professionnelle, les entreprises se coupent également d’une démarche collective de construction d’une culture professionnelle et technologique dans la branche, comme elles s’éloignent des réseaux porteurs d’une réflexion plus large et plus stratégique sur l’évolution des métiers, des emplois, voire même qui porte sur le sens des activités économiques et socio-économiques.

30De ce point de vue, le débat sur les compétences sociales attachées à certains métiers, notamment dans le champ sanitaire et social, dans l’article d’Agnes Dietzen & Tanja Tschöpe, montre bien à nouveau à quel point le système de formation professionnelle reste un système ouvert, enjeu de mobilisations et de savoirs disciplinaires qui convergent plus qu’ils ne s’affrontent.

Conclusion

31Les articles réunis dans ce numéro mettent en lumière le renouvellement profond du contexte dans lequel se meut le système de formation professionnelle allemand d’aujourd’hui. Les structures du système éducatif allemand sont bouleversées, aussi bien en amont qu’en aval. Les transitions et médiations réalisées par le système dual n’ont ainsi plus le même sens qu’à l’époque de sa fondation, il y a cinquante ans, ou même qu’il y a une vingtaine d’années encore.

32Les articles rassemblés dans ce numéro révèlent aussi à quel point le capitalisme allemand s’est également métamorphosé. Aux prises avec une économie mondialisée, les entreprises et le patronat du pays sont aujourd’hui tiraillés entre la préservation d’un système de formation qui a tant fait pour les succès économiques et la réputation du made in Germany, depuis les années 1970, et un changement d’échelle économique qui impose de tenir compte avant tout de facteurs coût, pratiquement incompatibles avec l’objectif précédent (par exemple Sorge, Streeck, 2016).

33À la désaffection croissante des entreprises, surtout celles qui portent les qualifications les plus exigeantes, et aux effets de discrimination sociale que ne parvient plus à déjouer le système dual de formation professionnelle allemand, il faut ajouter un ultime défi d’ampleur. Il s’agit du recul démographique qui menace le renouvellement des compétences dans plusieurs branches économiques du pays. Le choix d’accueillir, il y a quelques années, plusieurs centaines de milliers de réfugiés en provenance du Moyen-Orient, tout comme les conventions d’accueil de jeunes en provenance d’Europe du Sud sont des mesures qui recèlent de nouveaux enjeux. Des moyens particulièrement importants y sont consacrés par les autorités fédérales, en lien avec des organismes de recherche de premier plan, pour s’y affronter avec succès.

34Jusqu’à présent cependant, le système a réussi à préserver son ADN : le marché comme norme de fonctionnement de base, la négociation entre associations syndicales et patronales sur le contenu des qualifications et enfin, le choix de la branche comme espace de régulation principal qui permet de préserver des équilibres socio-économiques diversifiés pour l’activité de formation en elle-même, mais aussi pour ses modes d’interaction avec les entreprises. Ces trois normes simples ont pour l’heure permis à la star des années 1970 et 1980 de poursuivre sa carrière tout en haut de l’affiche d’un modèle social qui sait muter sans se perdre. Les acteurs du système public d’éducation ou d’emploi ont pour leur part développé des stratégies de compensation des goulets d’étranglement qui se sont manifestés et ont généré des inégalités. Pour l’heure, le système dual en lui-même a été préservé dans l’autonomie de son fonctionnement de base. Ce sont plutôt ses règles fondamentales qui ont été en partie reproduites pour fonder des systèmes de compensation, comme les programmes de formation hors entreprise par exemple.

35Est-ce précisément la simplicité de ces trois règles qui permet de garantir à la fois une adaptabilité satisfaisante aux métamorphoses du capitalisme et une capacité à mobiliser le consentement des parties prenantes ?

36Et pourtant, « There is no way to stay the same » chante Marianne Faithfull dans son album publié en novembre 2018…

Haut de page

Bibliographie

Eigmüller M., Tietze N. (2019), Ungleichheitskonflikte in Europa – Jenseits von Klasse und Nation. Wiesbaden, VS-Springer.

Giraud O. (2003), Fédéralisme et relations industrielles dans l’action publique en Allemagne – La formation professionnelle entre homogénéités et concurrences, Paris, L’Harmattan.

Hall P., Soskice D. (2001), Varieties of Capitalism – The Institutional Foundation of Comparative Advantage. Oxford, Oxford University Press.

Maurice M., Sellier F. & Silvestre J.-J. (1982), Politique de l’éducation et organisation industrielle en France et en Allemagne – Essai d’analyse sociétale, Paris, PUF.

Offe C. (1975), Berufbildungsreform – Eine Fallstudie über Reformpolitik, Francfort Main, Suhrkamp.

Sorge A., Streeck W. (2016),“Diversified Quality Production Revisited : The Transformation of Production Systems and Regulatory Regimes in Germany in the Age of Quantitative Easing”, MPIfG, Discussion Paper 16/13, Cologne.

Streeck W. (1987), Die Rolle der Sozialpartner in der Berufsausbildung und in beruflichen Weiterbildung Bundesrepublik Deutschlan, Luxembourg, Cedefop.

Streeck W. (1997), “Beneficial Constraints : On the Economic Limits of Rational Voluntarism”, in Rogers J., Hollingsworth R. Boyer (eds.), Contemporary Capitalism : The Embeddedness of Institutions, Cambridge : Cambridge University Press, pp. 197-219.

Haut de page

Notes

1 « Pas moyen de rester le même ! » No moon in Paris, Negative Capability, novembre 2018.

2 Militante d’extrême gauche, terroriste active au sein de la Fraction armée rouge qui a perpétré de nombreux attentats en Allemagne.

3 Un résumé de son analyse figure dans l’ouvrage tiré de la thèse de l’auteur (Giraud, 2003).

4 De façon plus assumée qu’en France, l’apprentissage dans le contexte du système dual est organisé, en Allemagne, comme un marché où les candidats à l’apprentissage rencontrent des entreprises qui offrent des places de formation.

5 Mona Granato & Joachim Gerd Ulrich, « L’alternance, une voie de réussite pour tous ? L’impact de l’origine ethnique en Allemagne », Formation Emploi 139 | 2017, pp. 119-146, https://journals.openedition.org/formationemploi/5168

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Giraud, « Postface », Formation emploi, 146 | 2019, 169-176.

Référence électronique

Olivier Giraud, « Postface », Formation emploi [En ligne], 146 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 26 juin 2019, consulté le 18 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/7289 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.7289

Haut de page

Auteur

Olivier Giraud

Directeur de recherche en sciences politiques au Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise), CNRS-Cnam (respectivement Centre national de la recherche scientifique et Conservatoire national des arts et métiers, Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search