Navigation – Plan du site

L’apprentissage transfrontalier France/Allemagne, à l’aune de l’action publique locale alsacienne

Cross-border apprenticeship between France and Germany in the light of local public action in Alsace
Grenzüberschreitende Ausbildung zwischen Frankreich und Deutschland im Lichte elsässischer Lokalpolitik
Aprendizaje transfronterizo Francia/Alemania, a la luz de la acción pública local alsaciana
Sophie Iffrig
p. 149-168

Résumés

L’article aborde les systèmes d’apprentissage français et allemand, à l’aune des politiques publiques alsaciennes, et plus particulièrement « l’apprentissage transfrontalier ». Sont analysées les représentations et les pratiques des acteurs locaux, français et allemands, impliqués dans le dispositif. À l’intersection de débats nationaux et européens autour de l’apprentissage, la politique transfrontalière de formation professionnelle révèle ainsi comment la comparaison est mobilisée par l’action publique. In fine, il ressort que, malgré la mobilisation des pouvoirs publics, l’apprentissage transfrontalier demeure un parcours d’exception.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1 Mobilité des apprentis vers l’Allemagne : construction d’un problème public local
1.1 Le territoire frontalier : un outil pour internationaliser la formation professionnelle
1.2 Insérer les apprentis sur le marché du travail frontalier
1.3 Une « filière d’excellence » valorisant l’apprentissage ?
2 L’apprentissage transfrontalier révèle des différences nationales
2.1 La rencontre entre des jeunes Français et des entreprises allemandes
2.2 L’entretien d’embauche, pour se confronter au marché du travail allemand
2.3 Garantir le bon déroulement de la formation
Conclusion 

Aperçu du début du texte

Introduction

La formation par apprentissage se distingue par sa double dimension : elle constitue conjointement la préparation à un diplôme et une première insertion sur le marché du travail. Ces deux aspects s’inscrivent dans des échelles différentes. Le diplôme constitue un « fait national » (Brucy, Maillard & Moreau, 2013), défini à l’échelle d’un pays donné et pour lequel l’état se porte garant, en France comme en Allemagne (Goulet & Seidendorf, 2017). L’insertion sur le marché du travail se joue à une échelle locale (Moreau, 2003), grâce au capital d’autochtonie des apprentis, lié à l’interconnaissance développée dans leur lieu d’origine (Retière, 2003). A priori, l’ouverture à l’international a peu de place dans ce type de trajectoire. Quand bien même le discours de valorisation – voire d’injonction – à la mobilité peut être repris dans certains secteurs, celle-ci reste peu réalisable en pratique (Orange, 2010).

Face à cette double dimension, on a assisté à une prise en compte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Iffrig, « L’apprentissage transfrontalier France/Allemagne, à l’aune de l’action publique locale alsacienne », Formation emploi, 146 | 2019, 149-168.

Référence électronique

Sophie Iffrig, « L’apprentissage transfrontalier France/Allemagne, à l’aune de l’action publique locale alsacienne », Formation emploi [En ligne], 146 | Avril-Juin 2019, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/7419

Haut de page

Auteur

Sophie Iffrig

Doctorante contractuelle en sociologie. Université de Strasbourg, CNRS, SAGE (Sociétés, Acteurs, Gouvernement en Europe) UMR 7363, F-67000 Strasbourg

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page