Navigation – Plan du site

AccueilNuméros151La profession de vétérinaire : de...

La profession de vétérinaire : des projets distincts selon le genre, dès la formation initiale

Practising veterinary medicine : different projects determined by gender, since initial training
Der Tierarztberuf : geschlechtsspezifische Projekte ab der Grundausbildung
La profesión veterinaria : proyectos diferenciados según género, desde la formación inicial
Christine Fontanini
p. 93-115

Résumés

En France, la profession vétérinaire a atteint la parité. Toutefois, certains secteurs d’activité sont plus prisés par les femmes ou par les hommes. Notre objectif est donc d’étudier comment les étudiant·e·s perçoivent l’exercice auprès des animaux de production et s’il leur semble compatible avec leurs représentations, leurs sentiments de compétences et leurs projets de vie personnelle. Les résultats d’une enquête qualitative mettent en évidence des obstacles et des freins que rencontrent les femmes quand elles se dirigent vers la spécialité « animaux de rente » et pour travailler en tant qu’associées libérales.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1 La profession vétérinaire : des modalités d’exercice distinctes selon le genre
2 Quand les femmes doivent concilier projet professionnel et projet de vie
3 La méthodologie adoptée
4 La population enquêtée : homogène et proche de l’ensemble des étudiant·e·s vétérinaires
5 La médecine des animaux de rente : des conditions d’exercice difficiles
6 être grand et costaud pour exercer la médecine de rente
7 Des éleveurs et des vétérinaires ruraux réticents face aux femmes vétérinaires ?
8 La vie familiale : une affaire de femmes
9 Devenir libéral·e ou rester salarié·e
10 Un nouveau profil d’étudiant·e·s où prime la relation à l’animal
Conclusion

Aperçu du début du texte

À partir de 1962, deux cents ans après la création de la première école vétérinaire à Lyon, les filles commencent à pénétrer dans les trois écoles. Elles représentent 4,4 % des effectifs en 1962-63 et 8,4 % deux ans plus tard (Hubscher, 1999). Contrairement aux études de médecine et de pharmacie où les filles percent depuis la fin des années 1960, les études vétérinaires attirent peu d’étudiantes. En effet, à cette époque, l’exercice du métier de médecin des animaux est principalement focalisé sur les animaux de rente, nécessitant force et endurance, des qualités considérées comme spécifiquement masculines. Entre 1970 et 1990, la croissance du nombre de vétérinaires est forte (Rault, 1993) suite au développement du phénomène social de l’animal de compagnie. Cette explosion des vétérinaires pour la médecine canine et féline rend davantage possible, pour les femmes, l’exercice de cette profession, ce secteur d’activité étant estimé comme requérant plutôt des qualités dites féminines, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Fontanini, « La profession de vétérinaire : des projets distincts selon le genre, dès la formation initiale », Formation emploi, 151 | 2020, 93-115.

Référence électronique

Christine Fontanini, « La profession de vétérinaire : des projets distincts selon le genre, dès la formation initiale », Formation emploi [En ligne], 151 | juillet-septembre, mis en ligne le 03 janvier 2022, consulté le 05 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/8487 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.8487

Haut de page

Auteur

Christine Fontanini

Professeure des Universités en sciences de l’éducation, Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de la Communication (LISEC UR 2310), Université Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search