Navigation – Plan du site

AccueilNuméros155Mobilité des élèves et hiérarchie...

Mobilité des élèves et hiérarchie des établissements scolaires. L’académie de Paris sous la IIIe République

Pupil mobility and school hierarchy. The Paris Schools District during the French Third Republic
Schülermobilität und Schulhierarchie. Die Akademie Paris in der Dritten Republik
Movilidad de los estudiantes y jerarquía de los establecimientos escolares. La academia de París durante la III° República
Pierre Porcher-Ancelle 
p. 25-52

Résumés

Dans les neuf départements qui composent l’académie de Paris sous la Troisième République, les mobilités d’élèves révèlent la place des établissements scolaires, en particulier des lycées, dans la hiérarchie conditionnée par le déploiement de l’offre de formation et les demandes des familles. Les mobilités scolaires donnent un aperçu sur les modalités de la concurrence ou de la complémentarité entre établissements primaires, secondaires et privés, mais aussi entre lycées et collèges de garçons et de jeunes filles qui, malgré leur position privilégiée dans la hiérarchie scolaire, sont eux-mêmes en concurrence les uns avec les autres. 

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les mobilités entre les différents établissements scolaires témoignent de hiérarchies dont certaines causes sont structurelles – liées à organisation de l’enseignement public en ordres parallèles et concurrents – mais aussi géographiques – corrélées avec la taille de la ville-siège et à sa situation dans l’académie – ou encore conjoncturelles – relatives au déploiement de l’offre de formation et aux aspirations des familles susceptibles d’y inscrire leurs enfants. Au-delà de ces caractéristiques, l’observation des mobilités lycéennes à plusieurs échelles permet d’identifier les usages institutionnels et, dans une moindre mesure, des usages sociaux, des hiérarchies scolaires.

2Cet article aborde principalement les mobilités organisées par l’institution scolaire sous la Troisième République : celles des boursiers témoignent d’un parcours scolaire ascendant, tandis que celles des élèves exclus par les conseils de discipline nous permettent d’observer des parcours de relégation. Ponctuellement, lorsque les sources le permettent, ces mobilités sont mises en regard de la capacité d’action des élèves et de leurs familles, déterminée par une multitude de causes qu’il n’est pas possible d’objectiver systématiquement, ce qu’un recours aux représentations compense en partie.

  • 1 Cher, Eure-et-Loir, Loiret, Loir-et-Cher, Marne, Oise, Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne.

3Cadre de cette étude, l’académie de Paris1 présente une réelle diversité de situations entre les lycées à rayonnement local des départements et le centre parisien, où se concentrent des établissements à rayonnement national et international, « modèles des modèles » (Savoie, 2000). Le déploiement de l’offre de formation n’est pas toujours en relation avec la démographie (Condette, 2005) et, comme le note le vice-recteur Octave Gréard en 1889, la superficie des établissements n’est pas corrélée avec leur population, notamment à Paris (Gréard, 1889).

4En province, le recrutement des élèves se fait essentiellement au sein du département siège du lycée, parfois dans des départements voisins bien desservis par les chemins de fer. Les internats accueillent les élèves dont les parents résident trop loin du lycée pour que des allers et retours quotidiens soient possibles.

5En région parisienne, la logique de proximité prévaut – dans les classes enfantines et élémentaires plus que dans les classes secondaire – mais les exceptions à cet usage sont nombreuses, facilitées par les transports en commun. Jusqu’à la gratuité (1930-1934), la clientèle d’un lycée n’est emblématique que de la fraction de population en capacité de payer les frais de scolarité et d’envisager des études longues pour ses enfants sur le territoire siège de l’établissement.

6Dans cette situation concurrentielle, où l’offre publique et privée abonde, la superficie du bassin de recrutement témoigne du rayonnement et de la réputation d’un lycée, en particulier s’il recrute à proximité d’un autre proposant les mêmes formations. Les capacités d’accueil ne sont pas objectivées par l’administration (Obin et Van Zanten, 2010). La superficie du bassin de recrutement est donc aussi sensible à l’effet de proximité et au degré de saturation des locaux qu’à la réputation. Ces trois facteurs déterminent la capacité effective des lycées à sélectionner leurs élèves.

Les sources des mobilités lycéennes

7En dépit de la masse d’archives disponible (Porcher, 2017), il n’est pas possible de reconstituer l’ensemble des mobilités lycéennes. Les familles ne préviennent pas toujours du départ des élèves et n’en indiquent pas le motif ou la destination. L’exhaustivité n’est toutefois pas nécessaire et en prenant quelques établissements comme observatoire des mobilités lycéennes, on peut étudier les traits essentiels de la hiérarchie entre les établissements et des lois qui la déterminent.

  • 2 L’exeat ou certificat de radiation est un document administratif indispensable pour pouvoir s’inscr (...)

8La correspondance administrative et les rapports périodiques donnent parfois à lire, par allusions, l’analyse des proviseurs et des directrices sur les causes de la prospérité ou de la décadence d’un lycée. Les archives des établissements renferment souvent l’origine géographique et le milieu social des élèves, indiqués dans des livres-journaux d’entrée et de sortie, dans les registres d’inscription, ou dans des fichiers nominatifs. Les registres du courrier arrivée et départ de la correspondance administrative enregistrent les notifications de transfert des boursiers qui mentionnent l’établissement d’origine (transferts arrivée) ou de destination (transfert départ). Plus rares, les dossiers des élèves renferment parfois les certificats de sortie émis par l’établissement précédemment fréquenté. Ce document à valeur d’exeat2 comporte jusqu’à quatre informations : la classe et la section, une appréciation de la qualité du travail et de la conduite et une attestation du règlement des frais de scolarité. L’inégale conservation des archives des établissements, tant pour la nature des documents que pour les périodes chronologiques disponibles, est une contrainte réelle.

9Nous faisons l’hypothèse que les mobilités d’élèves permettent de caractériser les poids respectifs de l’appartenance au primaire ou au secondaire et de la situation sociale et géographique des familles dans la place occupée par les établissements au sein des hiérarchies scolaires.

10Tout d’abord, partant de représentations littéraires des mobilités scolaires, nous expliciterons les lois organisant la hiérarchie entre les filières de l’enseignement public, à l’origine d’une « équité ségréguée » (Garnier, 2015) de plus en plus discutée par les idéaux démocratiques. Ensuite, nous verrons en quoi les mobilités entre public et privé, entre primaire et secondaire, révèlent des hiérarchies institutionnelles et la domination des centres urbains sur les périphéries. Enfin, nous verrons que le secondaire, loin d’être homogène, est lui-même parcouru de mobilités qui révèlent une hiérarchie plus informelle entre lycées.

1 Les hiérarchies scolaires sous la Troisième République

11L’opposition entre Paris et la province ou la banlieue, sensible dans les représentations, renvoie à la dimension géographique des hiérarchies scolaires. Toutefois, l’organisation institutionnelle de l’enseignement public est le résultat d’un processus historique au cours duquel le secondaire et le primaire se sont construits séparément.

1.1 Le règne de Paris dans les représentations des mobilités scolaires

12La préséance de Paris sur la France est fréquemment représentée comme un fait admis, comme si les caractéristiques réelles ou imaginées prêtées au statut de capitale lui conféraient une essence particulière. Les quatre œuvres choisies, qui eurent chacune à leur époque du succès, donc une certaine portée, montrent la permanence de cette hiérarchie dans les représentations collectives dont elles témoignent et qu’elles contribuent à façonner.

1.1.1 Médiocrité de province et mondanité parisienne

  • 3 Nom du lycée Condorcet (Paris 9e) entre 1848 et 1870.
  • 4 Émile Zola, La curée, Paris, G. Charpentier, 1879, pp. 112-114.

13Le roman naturaliste, La Curée, est le deuxième tome des Rougon-Macquart, « Histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire », publié par Émile Zola entre 1871 et 1893. Maxime Saccard va dans un établissement où « il recevait autant de coups que de caresses. Le collège de Plassans, un repaire de petits bandits, comme la plupart des collèges de province, fut ainsi un milieu de souillure ». En 1855, il rejoint Paris : « À la rentrée des classes, Maxime alla au lycée Bonaparte3. C’était le lycée du beau monde, celui que Saccard devait choisir pour son fils […] il fut cependant un élève correct, qui ne descendit jamais dans la bohême des cancres, et qui demeura parmi les petits messieurs convenables et bien mis dont on ne dit rien »4. La mobilité d’un collège de province vers un lycée parisien est décrite comme un progrès, qui ne corrige toutefois ni les vices ni la médiocrité du héros. Cette figure correspond à ce que les partisans de la gratuité des études secondaires assimilent à « des médiocrités et des non-valeurs à qui la limitation de la concurrence permet d’arriver » (Lanson, 1905), au détriment d’élèves brillants et moins fortunés pour qui les frais de scolarité représentent une barrière infranchissable.

1.1.2 La méritocratie républicaine, une méritocratie parisienne ?

14P.-J. Stahl, alias l’éditeur Pierre-Jules Hetzel, publie de nombreux récits pour enfants. Dans l’un d’entre eux, publié en 1884, un général en campagne quelque part en Algérie raconte sa jeunesse : » Ma petite renommée locale d’écolier, qui pourrait un jour être brillant, était parvenue, je ne sais comment, jusqu’aux oreilles du proviseur d’un grand collège de Paris. Cet administrateur prévoyant recrutait dans tous les départements les élèves qui promettaient beaucoup […]. On offrit une bourse à ma mère » (Stahl, 1884). La possibilité d’une mobilité scolaire vers Paris intervient sur un mode quasi-providentiel, annonciatrice d’une mobilité sociale ascendante : l’écolier modeste devient général. La mention des pleurs de la mère et de la tante sœur Marie souligne le coût humain de la séparation, tout en mettant en valeur le fait que la patrie remplace le père absent en prenant en charge le coût des études. Dans ce récit édifiant, l’auteur fait l’apologie de la méritocratie républicaine, dont la mobilité scolaire est un des moyens. On sait toutefois que les boursiers ne représentent qu’un petit nombre des élèves du secondaire (Prost, 1968).

1.1.3 Authenticité des racines provinciales contre corruption de la modernité parisienne

15Publié en 1897, Les Déracinés est le premier des trois ouvrages de la trilogie dite du Roman de l’énergie nationale, de Maurice Barrès. Cette œuvre est une critique virulente du gouvernement et de la République, inspirée par le nationalisme de son auteur, écrivain engagé et antisémite. Pour lui, la mobilité vers Paris est un reniement grave et entraîne un déracinement corrupteur : à travers les destins de sept lycéens lorrains, il file la métaphore d’une jeunesse française soumise à des maîtres corrompus. Le Bouteiller, brillant professeur de philosophie au lycée de garçons de Nancy, est promu dans un lycée de Paris et entraîne avec lui sept de ses élèves, sur lesquels il exerce une influence considérable. Dans Leurs figures (1902), troisième volet de la trilogie, un des anciens lycéens, député boulangiste, affronte son ancien professeur, compromis dans le scandale de Panama. Barrès décrit la fortune de certains élèves et la perte d’autres, dénonçant dans les deux cas une dissolution d’identité, révélant la soumission de la jeunesse aux errements de la vie moderne.

1.1.4 Banlieue et déchéance sociale

  • 5 BnF, IFN-10501804. Recueil de coupures de presse relatives au lycée Papillon, pièce en trois actes (...)
  • 6 Georgius, Le lycée papillon, illustrations d’André Didier, Paris, s.e., 1945, 168 p.

16Le lycée-papillon, chanson de Georges Guibourg, dit Georgius, connaît un grand succès en 1936 ; une pièce de théâtre éponyme, montée par Jean Guitton, est donnée au théâtre Déjazet en 19375. Interdit de scène pour collaboration, Georgius sort un livre pour enfant vers 19456. Dans le Paris des années 1930, le père du jeune Georges Loyal, dit « Jojo », perd son emploi et, avec sa femme, doit prendre un emploi au métropolitain. Jojo quitte le lycée Boileau, établissement parisien fictif, pour le lycée Papillon, internat tout aussi fictif situé à Montlhéry (Seine-et-Oise). Après diverses péripéties qui soulignent la valeur morale du jeune héros, son père retrouve le poste qu’il avait perdu au profit d’un étranger, père d’un lycéen mauvais et brutal. Sur fond de crise économique et de clichés xénophobes, la mobilité de Paris vers la banlieue, du centre vers la périphérie, est associée à la déchéance sociale temporaire de la famille de Jojo.

17La jeunesse est un thème privilégié d’adultes qui veulent décrire l’influence de l’état présent sur le futur collectif qu’elle incarne. Ces trois représentations associent implicitement des caractéristiques à la province et à Paris : authenticité, naïveté et relégation pour la première ; supériorité, mondanité et sociabilité corruptrice pour la seconde. Pour les besoins de la fiction, ces caractéristiques sont associées à des lieux quasiment jusqu’à l’essentialisation. Le caractère de ce qui est parisien relève donc autant d’une indication géographique que d’une valeur intrinsèque dont la signification varie au gré des usages qui en sont faits.

18Porteuse d’un jugement mélioratif ou dépréciatif, la description d’une mobilité scolaire, voulue ou forcée, semble l’occasion d’inscrire les espaces et les territoires dans une hiérarchie de valeurs, dont les mobilités qui les relient et les parcourent sont un révélateur.

1.2 L’enseignement secondaire, un « tout puissant empire du Milieu »

19Lucien Febvre (1939) qualifiait avec nostalgie l’enseignement secondaire de sa jeunesse de « tout puissant empire du Milieu », en référence à son importance institutionnelle. La prépondérance des lycées et des collèges s’étend d’abord sur l’enseignement public ; elle est liée à la hiérarchie urbaine et au déploiement de son offre de formation.

1.2.1 La primauté du secondaire dans l’enseignement public

20La position dominante du secondaire au sein de l’enseignement public résulte en partie de l’antériorité de son existence institutionnelle, vis-à-vis du primaire comme du supérieur. Les lycées sont créés dès 1802 par la loi du 11 floréal an X, tandis que la corporation laïque chargée de l’enseignement public est créée sous le nom d’Université impériale par la loi du 10 mai 1806 et organisée par celle du 17 mars 1808. La loi Duruy (10 avril 1867) donne naissance au secondaire féminin, ensuite institutionnalisé par la loi Sée (21 décembre 1880), puis assimilé à l’enseignement secondaire masculin (décret Bérard du 25 mars 1924).

21Les lycées et collèges ont dans le public le monopole des études secondaires et du baccalauréat, qui seul ouvre les portes des facultés et des carrières libérales.

22Le primaire public n’est créé qu’en 1833, par la loi Guizot ; il connaît un développement considérable sous la Monarchie de Juillet et le Second Empire (Diebolt, Jaoul et San Martino, 2005), tandis que les lois républicaines le systématisent, le renforcent et achèvent de l’étatiser, notamment la loi Bert sur les écoles normales (1879), les lois Ferry sur la gratuité de l’enseignement public et l’obligation d’instruction (16 juin 1881) et la laïcisation du primaire public (28 mars 1882), la loi Goblet, laïcisant le personnel du primaire public (30 octobre 1886) et la loi sur la fonctionnarisation des instituteurs et institutrices (19 juillet 1889).

23Le supérieur ne renaît comme ordre d’enseignement que plus d’un siècle après la suppression des universités (1793), lorsque les facultés sont regroupées dans les nouvelles universités (loi du 10 juillet 1896) ; il impose progressivement sa légitimité scientifique au secondaire, vis-à-vis duquel il prend son autonomie (Picard, 2020).

24Trois caractéristiques principales distinguent le primaire du secondaire. Le contenu de l’enseignement et sa sanction déterminent l’accès à des formations ou à des professions qui occupent une place située dans la hiérarchie sociale. À cet égard, les formations secondaires et le baccalauréat ouvrent seuls les portes des facultés et des grandes écoles. Les études secondaires sont fondées sur les humanités classiques – et modernes, à partir de la réforme de 1902 – et leur durée excède celle de la scolarité obligatoire. Les enseignants du primaire et du secondaire appartiennent à des corps différents : à la polyvalence des instituteurs s’oppose la spécialisation disciplinaire des professeurs, moins nombreux et mieux payés.

25Les écoles primaires offrent un enseignement primaire supérieur sans latin ni grec, qui ne prépare pas au baccalauréat, mais au brevet supérieur. Au contraire, les lycées et collèges proposent une formation élémentaire, équivalente à celle du primaire, en plus de la formation secondaire, qu’ils sont les seuls à dispenser.

26Certains établissements ont des formations supérieures, avec leurs classes préparatoires aux grandes écoles et d’autres, des formations techniques : les lycées de garçons des départements de l’académie de Paris offrent presque tous un cours agricole adapté aux attentes des propriétaires de la contrée, tandis que d’autres préparent aux Arts et Métiers. Peu étudiée, cette polyvalence semble pourtant un des fondements de la prépondérance institutionnelle du secondaire.

1.2.2 Statuts des établissements secondaires et hiérarchie urbaine

27Le secondaire des garçons regroupe des établissements de statuts différents : les lycées et les collèges. Ces deux types d’établissement dispensent en théorie les mêmes formations. Les lycées dépendent de l’État, qui finance leur fonctionnement et rémunère leur personnel. Les collèges sont à la charge des municipalités et contrôlés par l’État dans le cadre d’un contrat décennal (Savoie, 2013). Les plus prospères sont transformés en lycées, ce qui témoigne de l’intervention croissante de l’État dans la formation des élites (Huitric, 2016). Dans le secondaire des jeunes filles s’ajoutent les cours secondaires, qu’on ouvre là où la demande est trop incertaine pour justifier la création d’un établissement pérenne.

28En règle générale, les préfectures accueillent les lycées, les sous-préfectures les collèges. La distribution géographique des types d’établissement se calque sur l’organisation administrative de l’État.

29Les lycées sont créés dans les villes susceptibles de leur fournir une clientèle nombreuse et assez aisée pour s’acquitter des frais de scolarité, indispensables à l’autosuffisance financière alors exigée d’eux (Savoie, 2000). Cette règle générale connaît trois exceptions dans l’académie de Paris : le lycée de garçons de Loir-et-Cher est à Vendôme et non à Blois ; les lycées de la Marne sont à Reims et non à Châlons-sur-Marne ; enfin, dans l’agglomération parisienne, plusieurs lycées sont installés dans des communes qui ne sont pas des chefs-lieux.

  • 7 Décret du 25 septembre 1872 relatif aux traitements des fonctionnaires des lycées, n° 290, Bulletin (...)
  • 8 Voir, par exemple, l’arrêté du 31 juillet 1915 établissant la liste d’aptitude aux fonctions de pro (...)

30Les lycées sont longtemps répartis dans des catégories déterminant une partie des traitements, les lycées de la Seine et de la Seine-et-Oise étant « hors classe »7. La suppression de ce classement, en 1887, ne remet pas en cause la distinction formelle opérée entre les lycées parisiens et ceux des départements, puisque les professeurs doivent être inscrits sur une liste d’aptitude dressée annuellement s’ils demandent leur nomination à Paris ou Versailles8.

31Entre 1880 et 1940, dans l’académie de Paris, le nombre de lycées passe de 11 à 40 – on passe de 7 à 30 en région parisienne. Sur la même période, le nombre de lycées de jeunes filles passe de 0 à 17, dont 13 en région parisienne. En 1896, il y a pour la Seine, Seine-et-Oise et Seine-et-Marne un lycée de garçons pour 51 879 jeunes gens de moins de 24 ans et un lycée féminin pour 115 370 jeunes filles de la même tranche d’âge. Dans les départements, le ratio s’élève respectivement à 1 pour 32 297 et à 1 pour 384 706. L’écart considérable entre l’enseignement masculin et l’enseignement féminin s’explique par la jeunesse du second, fondé en 1880 : l’existence de collèges et de cours secondaires, non pris en compte dans les calculs, doit tempérer la portée du sous-équipement des départements en lycées.

32Il existe de fortes disparités entre la région parisienne et les départements : ces derniers sont mieux dotés que la capitale, mais les établissements y sont plus sensibles à la concurrence du privé, car il y a moins d’élèves. Paris est mieux équipée que sa banlieue, et la moitié Sud-Ouest de la ville l’est mieux que la moitié Nord-Est.

1.2.3 La situation géographique des lycées et collèges conditionne la variété de leur offre de formation et le coût des études

33Outre la démographie et les règlements d’administration, le déploiement de l’offre de formation et les frais de scolarité doivent être pris en considération. Si l’offre de formation secondaire est a priori la même dans tous les lycées et les collèges, les sections classiques sont souvent moins peuplées dans les départements qu’à Paris. Cela traduit moins une improbable désaffection massive du latin et du grec en province que l’attraction des formations parisiennes.

34Dans les formations supérieures, les classes préparatoires sont concentrées à Paris : tous les lycées de la capitale en disposent, sauf Voltaire. Cet établissement est toutefois le seul à préparer aux Arts et Métiers et se voit doté, en 1938, de la seule préparation parisienne à l’École normale supérieure de l’enseignement technique. Dans les départements, hors des périodes de guerre, seuls les lycées de Reims et d’Orléans proposent une préparation à l’École spéciale militaire.

  • 9 AN, F17 7538. Prospectus des lycées (1861-1891).

35À l’échelle nationale, il y a une corrélation entre l’importance de la ville et la rétribution scolaire. À la fin des années 1880, les frais de scolarité d’un externe libre de 2nde ou 1re sont de 210 frs au lycée de garçons d’Albi, 225 frs à celui de Reims et de 350 frs à Janson-de-Sailly (Paris), soit plus d’une fois et demi qu’à Albi ; pour un interne pensionnaire, les disparités sont plus considérables encore, les frais s’élevant à 700, 900 et 1 400 frs9.

36Le niveau variable et géographiquement différencié de la barrière économique associée au capital culturel nécessaire pour suivre des études secondaires, prédispose les lycées parisiens à recevoir une clientèle plus aisée qu’ailleurs et dans un espace géographique plus restreint. Une mobilité scolaire vers Paris implique donc des dépenses supplémentaires substantielles.

2 Les mobilités lycéennes, témoin et instrument des hiérarchies scolaires

37L’organisation de l’enseignement public décrite plus haut entraîne une forte corrélation entre place dans la hiérarchie scolaire et situation sociale. Les mobilités lycéennes reflètent les hiérarchies établies, qu’on peut aborder à travers l’exemple de deux lycées parisiens, implantés dans les 16e et 11e arrondissements de Paris, dont le profil social est différent. On tentera ensuite d’élargir la réflexion aux relations entre le secondaire masculin et le secondaire féminin.

2.1 Le lycée Molière à la conquête de l’Ouest parisien (1888-1889)

38La création d’un lycée génère une recomposition du marché scolaire dans le territoire où il est implanté ; elle est l’occasion de mobilités scolaires qui révèlent le rapport de force entre le secondaire, le primaire et le privé. Si des incidents relatifs aux questions religieuses peuvent mettre en lumière une concurrence féroce entre public et privé, la complémentarité est tout aussi réelle : de nombreux élèves inscrits comme externes dans les lycées sont en réalité internes dans une pension privée (Savoie, 2013).

  • 10 Lycées Charlemagne, Louis-le-Grand, Henri IV, Saint-Louis, Condorcet et Janson-de-Sailly. AN, AJ16  (...)

39Dans le secondaire des garçons, cette complémentarité est institutionnelle, comme en témoigne le comptage à part des « élèves des institutions et pensions » dans les statistiques officielles. En 1908, cela concerne 8 % des lycéens, inscrits dans les plus anciens lycées de Paris, où cette pratique se concentre10, héritage du XIXe siècle.

  • 11 Les lycées Fénelon, Molière et Jules Ferry ont leur internat privé annexé ; les lycées de jeunes fi (...)

40Dans le secondaire des jeunes filles, la complémentarité existe de façon extra-institutionnelle, grâce à des internats privés rattachés aux lycées11. Les chefs d’établissement élargissent leur clientèle et contournent la loi Camille-Sée (1880), qui ne prévoyait pas d’ouvrir des internats nationaux de jeunes filles. La concurrence est plus vive pour la scolarisation sous le régime de l’externat libre ou surveillé, qui concerne le plus grand nombre d’élèves.

  • 12 AN, AJ16 2678. Pièces annexes aux procès-verbaux du Conseil académique de Paris (1897).

41Ouvert en 1888 dans le 16e arrondissement, le lycée Molière dessert l’Ouest d’une rive droite sous-équipée : le lycée Racine (1886) est saturé, tout comme Fénelon (1883), rive gauche. Molière est implanté dans une terre de mission pour l’enseignement public : depuis le Second Empire, les pensionnats féminins y pullulent, attirés par un important vivier de recrutement bourgeois et la qualité de l’air (Rogers, 2007). Ce constat est aussi vrai pour Janson-de-Sailly : en 1897, plus d’un cinquième des institutions secondaires privées de garçons (22 %) déclarées à Paris sont domiciliées dans l’arrondissement12.

42L’origine scolaire des premières élèves du lycée Molière est éloquente : 49 % des inscrites de 1888 étaient scolarisées dans des cours, institutions ou pensions privés ; ce chiffre atteint 62 % en 1889. Il n’est pas possible de distinguer les établissements confessionnels des autres, car ces chiffres sont établis à partir de déclarations souvent imprécises faites par les parents à l’inscription. Les élèves originaires du secondaire public proviennent surtout du lycée Racine et du lycée Fénelon, mais aussi du collège de Chartres et des lycées d’Amiens et de Reims. Les élèves originaires du primaire sont très peu nombreuses et proviennent d’écoles primaires élémentaires du 16e arrondissement. L’ouverture du lycée Molière génère une recomposition du marché scolaire local, principalement au détriment de l’enseignement privé : les autres lycées parisiens ne sont quasiment pas désengorgés.

43Les statistiques de la localisation des établissements précédemment fréquentés sont peu robustes, puisqu’on en ignore 54 % pour la cohorte 1888 et 63 % pour la cohorte 1889. En effet, les informations relatives aux établissements privés sont lacunaires dans les archives ; or les élèves qui en proviennent sont majoritaires. Il est probable que l’essentiel du recrutement de l’établissement se fasse en Seine et Seine-et-Oise, voire directement dans le 16e arrondissement : plus de sept familles d’élèves sur dix y résident d’ailleurs dans les deux cohortes étudiées. Le recrutement du lycée Molière est essentiellement parisien ; la mobilité s’opère dans un périmètre infra-urbain restreint.

Figure 1. Origine scolaire des nouvelles élèves inscrites au lycée Molière en 1888 et 1889

Figure 1. Origine scolaire des nouvelles élèves inscrites au lycée Molière en 1888 et 1889

Exemple de lecture : 62 % des élèves de la cohorte 1889, qui compte 93 élèves, étaient scolarisés dans un établissement privé avant de rejoindre le lycée Molière.

Source : AD75, 39W 1. Registre d’entrée des élèves du lycée Molière (1888-1912).

Encadré 1. Origine et codage des données

Les informations contenues dans les archives produites par les établissements scolaires cités ont été mises en bases de données. Les cohortes comprennent l’ensemble des élèves inscrits entre la rentrée et le 5 novembre de l’année considérée, date de remontée des statistiques à l’académie et au ministère, pour faciliter d’éventuelles comparaisons futures.
L’année-témoin est établie en fonction de la disponibilité des informations dans les archives, un même type de document pouvant ne pas comprendre les mêmes chaque année scolaire. Lorsque les archives ont une bonne densité qualitative, des années-témoins ont été définies pour tous les établissements de nos recherches : ouvertures et fermetures d’établissements (pour analyser la recomposition du marché scolaire local), 1880 et 1890 (pour évaluer le ralliement des élites à l’enseignement secondaire public), 1900 et 1913 (pour évaluer les effets de la réforme du lycée de 1902), 1929 et 1938 (pour évaluer les effets de la gratuité des études secondaires).
es données concernant les origines scolaires ont été codées. Le libellé « enseignement primaire » regroupe les élèves provenant d’écoles maternelles, primaires élémentaires, et primaires supérieures ; « enseignement secondaire » regroupe les élèves provenant des lycées, collèges et cours secondaires ; ces deux premiers libellés regroupent tous les élèves de l’enseignement public.
Le libellé « enseignement privé » regroupe les élèves provenant des établissements privés confessionnels et laïques. Le libellé « autre » regroupe les élèves issus de l’enseignement technique privé, d’établissements étrangers, de la famille, qui sont différenciés s’ils représentent indépendamment un nombre d’élèves significatif.
Les données concernant les origines sociales des élèves ont été codées. Toutes les données ont été recueillies sur la base de registres administratifs collectant les informations fournies par les parents sur la feuille d’inscription ; la variété des appellations rend invraisemblable l’utilisation d’un codage par l’administration. La plupart du temps, seule la profession du père est connue ; si seule la profession de la mère est connue, elle est codée ; si la profession est déclarée au pluriel, elle est étendue au père et à la mère ; si les professions des deux parents sont connues, est retenue celle qui est jugée la plus élevée des deux, sans cumul, de façon à ne pas créer un biais vis-à-vis des élèves dont on ne connaît la profession que d’un parent. Représentant une proportion généralement résiduelle dans la cohorte, les informations relatives aux parents décédés, sans emploi, retraités ou veuves sans plus d’indication sont codées en « non renseigné », avec les parents dont la profession n’a pas été déclarée.
Le codage part des déclarations des parents d’élèves, qui sont inégalement fiables ; si certaines catégories de fonctionnaires ont tout intérêt à être précis, car leur statut leur donne parfois droit à des remises sur les frais scolaires, les parents travaillant dans le secteur privé peuvent être plus vagues (un père dont plusieurs élèves sont scolarisés dans le même établissement peut tantôt se déclarer « banquier », qui serait rattaché aux classes supérieures et tantôt « employé de banque », qui serait rattaché aux classes intermédiaires).
Pour cette raison, on a choisi un codage en trois groupes sociaux, afin que la largeur des catégories ainsi construites réduise le biais d’interprétation. Les « classes modestes », « classes intermédiaires » et « classes supérieures » sont définies en fonction des études nécessaires pour parvenir à la profession considérée, lorsque c’est possible (les docteurs, avocats et professeurs sont nécessairement bacheliers), du niveau de responsabilité, du niveau de revenu qu’on peut déduire (les « employés » et « comptables » ayant un travail permanent constituent le contingents les plus importants des « classes intermédiaires », tandis que les « experts-comptables » sont rangés dans les classes supérieures).

44La concurrence entre secondaire public et privé est bien réelle et la qualification des professeures du lycée et la perspective d’un diplôme reconnu par l’État emportent l’adhésion des parents d’élèves, soucieux de faire donner à leurs filles une instruction de bon niveau, notamment les fonctionnaires, qui représentent plus d’un parent d’élève sur cinq dans les deux cohortes. Les mobilités observées dans le bassin de recrutement du lycée Molière sont une illustration locale des effets de l’intervention croissante de l’État dans l’éducation des jeunes filles.

2.2 Le lycée Voltaire, un établissement des plus démocratiques (1938) ?

  • 13 Ancêtre de l’enseignement secondaire moderne, c’est-à-dire sans latin et grec.
  • 14 AN, AJ16 2675. Procès-verbaux du conseil académique de Paris (1895-1898). Séance du 27 juin 1895.

45Ouvert à la rentrée 1890, le lycée Voltaire dessert la population de l’Est parisien, pour laquelle le seul lycée Charlemagne était devenu insuffisant. Initialement dédié à l’enseignement spécial13, il est doté, dès la rentrée 1895, d’une section classique14. Les bulletins scolaires de 2nde et 1re n’ont pas été versés et les statistiques qu’on peut établir à partir des archives sont grevées d’un irrémédiable manque pour l’année 1938.

  • 15 AD75, 2989W 1 à 6. Bulletins trimestriels des élèves du lycée Voltaire (1938-1939).

46Toutefois, cela n’empêche pas de constater que les mobilités scolaires qui alimentent Voltaire sont différentes de celles qu’on observe dans l’Ouest parisien : 56 % des voltairiens proviennent du primaire, 16 % du privé et 11 % du secondaire15. Cette répartition reflète la population de l’Est parisien, plus populaire que celle de l’Ouest. On y fréquente plus volontiers les écoles primaires élémentaires, gratuites, que des établissements privés, souvent payants.

Figure 2. Origine scolaire et domicile des parents des élèves du lycée Voltaire (1938-1939, hors élèves de 2nde et 1re)

Figure 2. Origine scolaire et domicile des parents des élèves du lycée Voltaire (1938-1939, hors élèves de 2nde et 1re)

Exemple de lecture : sur les 1706 élèves que compte le lycée Voltaire en 1938-1939 (hors 1re et 2nde), 56 % étaient dans l’enseignement primaire public avant de rejoindre l’établissement. Parmi les 1364 qui résident à Paris, ce taux s’élève à 52 %.

Source : AD75, 2989W 1 à 6. Bulletins trimestriels des élèves du lycée Voltaire (1938-1939).

(*) La catégorie « Autre » représente moins de 1 % et n’apparaît pas dans le graphique.

47Le croisement des origines scolaires des voltairiens avec leur lieu de résidence révèle que les élèves résident quasiment tous en Seine et en Seine-et-Oise et quelle que soit l’origine géographique, les élèves des écoles primaires élémentaire sont nettement majoritaires. Les élèves résidant en banlieue sont plus nombreux à avoir fréquenté la communale – + 19 pts par rapport aux parisiens –, ce qui n’est pas étonnant au regard de l’absence de lycée dans la banlieue Nord-Est de Paris.

48À Paris, le recrutement est tourné vers le Nord-Est : les 10e, 11e, 12e, 19e et 20e arrondissements fournissent 72 % des élèves, dont 32 % pour le seul 11e et 22 % pour le seul 20e. 19 % des élèves résident en banlieue, notamment et par ordre d’importance, à Vincennes, Montreuil, Saint-Mandé, aux Lilas, à Noisy-le-Sec, Bagnolet, Fontenay-sous-Bois et au Pré Saint-Gervais. L’existence d’au moins trois prolongements du métropolitain hors de Paris n’est pas étranger à cette situation, ce qui témoigne du rôle des transports en commun dans la démocratisation des études secondaires.

Figure 3. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Voltaire (1938-1939, hors élèves de 2nde et de 1re)

Figure 3. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Voltaire (1938-1939, hors élèves de 2nde et de 1re)

Exemple de lecture : sur les 1706 élèves que compte le lycée Voltaire en 1938-1939 (hors 2nde et 1re), 11 % appartiennent aux classes modestes. Parmi les 1364 qui résident en Seine et Seine-et-Oise (hors Paris), ce taux s’élève à 13 %.

Source : AD75, 2989W 1 à 6. Bulletins trimestriels des élèves du lycée Voltaire (1938-1939).

49En 1938, l’origine sociale des voltairiens est emblématique du début de démocratisation permis par la gratuité des études secondaires, dont les classes intermédiaires sont, ici comme en province, les principales bénéficiaires. Le poids significativement supérieur que la bourgeoisie a, dans les lycées en général et dans les lycées parisiens en particulier, témoigne du positionnement social singulier de ces établissements par rapport aux lycées et collèges de province et aux écoles primaires élémentaires et supérieures (Prost, 2016 ; Porcher, 2020).

50Le recrutement du lycée Voltaire est toutefois plus démocratique que d’autres établissements parisiens : les enfants des classes modestes y représentent 11 % des effectifs, ceux des classes intermédiaires 56 % et ceux des classes supérieures 29 % (figure 3). Son recrutement est comparable à celui du lycée Marceau (Chartres), où les parts respectives sont de 12 %, 55 % et 24 % (figure 5). Au lycée Michelet (figure 4), plus huppé, les élèves des classes supérieures représentent 39 % des effectifs et ceux des classes intermédiaires et modestes, respectivement 46 et 8 % seulement. L’enseignement secondaire parisien n’est donc pas uniformément bourgeois et sa clientèle n’est pas modifiée de la même manière par les prémisses de démocratisation des années 1930 (Porcher, 2020).

51Le recrutement de Voltaire s’opère dans un bassin peu étendu ; seuls 13 élèves ne résident pas en Seine et Seine-et-Oise, contrairement à ce que l’on observe aux lycées Michelet et Marceau qui accueillent une population d’origines géographiques plus variées, notamment grâce à leurs internats. À Michelet, les élèves extérieurs à la Seine et à la Seine-et-Oise représentent 8 % des effectifs, dont la moitié vient de France métropolitaine, plus d’un quart de pays étrangers et le reste des colonies. À Marceau, les élèves extérieurs à Chartres représentent 14 % des effectifs, dont l’essentiel est issu des autres communes d’Eure-et-Loir, de Seine et Seine-et-Oise.

52À Marceau comme à Michelet, la mobilité interdépartementale et internationale semble plus volontiers le fait des classes intermédiaires et supérieures. Les enfants des classes modestes sont mobiles, mais à l’échelle d’une agglomération seulement, en raison des moyens financiers plus restreints de leurs parents, qui ne peuvent acquitter la pension complète sans assistance.

Figure 4. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Michelet (garçons, 1938-1939)

Figure 4. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Michelet (garçons, 1938-1939)

Exemple de lecture : sur les 1 696 élèves que compte le lycée Michelet en 1938-1939, 39 % appartiennent aux classes supérieures. Parmi les 994 élèves résidant dans la Seine (hors Paris) et en Seine-et-Oise, ce taux s’élève à 43 %.

Source : AD92, 2039W 153 à 171. Fichier des élèves du lycée Michelet (1930-1964).

Figure 5. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Marceau (garçons, Chartres, 1938-1939)

Figure 5. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Marceau (garçons, Chartres, 1938-1939)

Exemple de lecture : sur les 503 élèves que compte le lycée Marceau en 1938-1939, 55 % appartiennent aux classes intermédiaires. Parmi les 291 qui résident à Chartres, ce taux s’élève à 56 %.

Source : AD28, 1476W 11. Bulletins trimestriels des élèves du lycée Marceau (Chartres, 1938-1939).

2.3 La primauté du secondaire masculin sur le secondaire féminin

53Créé par les républicains en 1880, dans un esprit moderne et conservateur (Mayeur, 1977) affranchi de l’influence religieuse et dispensant un enseignement élargi, mais toujours porteur d’assignations sociales genrées, le secondaire féminin a été conçu pour préserver les familles françaises du divorce moral qui aurait pu résulter du maintien des femmes dans l’influence de l’Église catholique et protéger le régime du germe de restauration monarchique (Ferry, 1870). Si cette distinction s’estompe très progressivement à partir de la Belle Époque, avec l’organisation de préparations au baccalauréat dans les lycées de jeunes filles, le diplôme de fin d’études secondaires (DFES) demeure, jusqu’en 1924, la sanction officielle du secondaire féminin.

54Avant cette date, on compte quelques bachelières, à l’image de Julie-Victoire Daubié ; à la Belle Époque, la demande croissante des familles provoque l’organisation d’une préparation au baccalauréat au collège Sévigné, bientôt suivi par les lycées de jeunes filles de la capitale, où l’enseignement est partiellement dispensé par les professeurs des lycées de garçons (Mayeur, op. cit.).

  • 16 AN, AJ16 8679. Le ministre de l’Instruction publique à M. le recteur de l’académie de Paris. Paris, (...)

55Certains lycées de jeunes filles préparent le concours d’entrée à l’École normale supérieure secondaire de jeunes filles de Sèvres, dès les années 1880, mais il faut attendre 1917 pour que la première classe préparatoire scientifique féminine soit créée (Marry, 2004). Après avoir formé quelques ingénieurs-femmes qui font des carrières souvent modestes pendant l’Entre-deux-guerres (Chantereau, 2011), ces préparations sont supprimées à la rentrée 1923 et les candidates invitées à se faire inscrire dans les lycées de garçons, qui conservent donc le monopole des classes préparatoires scientifiques16. Le déploiement de l’offre de formation supérieure génère des mobilités qui traduisent la primauté du secondaire masculin sur le secondaire féminin.

  • 17 AD75, 39W 6. Registre d’entrée des élèves au lycée Molière (1935-1938).

56Notons que des établissements sont mixtes et pratiquent parfois le co-enseignement après 1916. En 1932, une enquête ministérielle révèle que 106 des 124 lycées de garçons accueillent des jeunes filles, dont 71 uniquement dans les classes secondaires, 24 dans les classes préparatoires et 11 dans les deux (Pezeu, 2018). À cela, il faut rajouter l’accueil dans les petits lycées d’élèves des deux sexes, même s’il semble plus fréquent de mettre un jeune garçon dans les classes enfantines d’un lycée de jeunes filles que l’inverse. La surcharge des lycées de garçons peut entraîner un important retour des lycéennes vers les lycées de jeunes filles. Ce constat est vrai dans l’Ouest parisien, où 56 sur 96 des élèves arrivant au lycée Molière à la rentrée 1937, en provenance d’établissements secondaires parisiens, fréquentaient des lycées de garçons, pour l’essentiel Janson-de-Sailly17.

57Les lycées de garçons accueillent des jeunes filles dans leurs divisions secondaires, à raison de deux à trois par classe. Le nombre total des jeunes filles inscrites dans des lycées de garçons est assez important pour alarmer les directrices de la fuite des candidates au baccalauréat vers les lycées de garçons, dont les familles jugent le niveau supérieur et l’image plus prestigieuse (Pezeu, Ibid.). Ces mobilités sont liées à des stratégies familiales ayant pour objet le baccalauréat ; il est probable qu’elles soient moins importantes à Paris, où la préparation à l’examen est solidement assurée par les lycées de jeunes filles depuis la Belle Époque (Mayeur, op. cit.).

  • 18 Observations faites à partir du dépouillement (en cours) de AD75, 4016W 9 à 30. Fichier des élèves (...)

58Les mobilités entre les lycées de jeunes filles signalent qu’il existe aussi une hiérarchie interne au secondaire féminin. Régulièrement, des lycéennes de première, de mathématiques élémentaires et de philosophie de Lamartine, de Racine rejoignent Jules Ferry18, réputé pour la robustesse de sa préparation à l’examen (Porcher, 2013). À Sèvres, la convergence de candidates de tous horizons vers le lycée Fénelon en est une autre illustration (Mayeur, op. cit.).

3 Les mobilités lycéennes, un révélateur de hiérarchie au sein du secondaire

59L’enseignement secondaire n’est pas un bloc homogène ; on peut étudier les hiérarchies qui le parcourent en s’intéressant à deux types de mobilité : les transferts de boursiers et les changements d’établissement pour motif disciplinaire. Ces flux illustrent la domination des lycées de Paris sur les départements périphériques de l’académie et peuvent être interprétés comme autant de signaux faibles de la hiérarchie entre les grands établissements parisiens.

3.1 La mobilité des boursiers et boursières, témoin de parcours d’ascension scolaire

  • 19 Avis sur les bourses de mérite au collège Rollin, Bulletin administratif du ministère de l'Instruct (...)

60En 1876, au collège Rollin, on expérimente des « bourses de mérite » afin de « donner à des jeunes gens distingués et peu fortunés, le moyen de terminer leurs études à Paris et de se préparer aux grandes écoles du gouvernement »19. Ce dispositif est généralisé par la dépêche ministérielle du 2 mai 1888 et conforté par la circulaire du 25 juin 1908 : appelées à partir de 1896 « bourses d’honneur », elles donnent à certains grands établissements les moyens de recruter les meilleurs élèves.

61Le récit fictif d’Hetzel autour de la jeunesse d’un général évoque ce dispositif, qui permettait aux proviseurs parisiens de faire venir à eux les élèves ayant des chances sérieuses de succès aux examens et concours, mais pas les moyens de rejoindre les meilleurs établissements, contrairement au jeune Maxime Saccard, décrit par Zola comme un élève médiocre dont la fortune paternelle lui ouvre cependant les portes d’un grand lycée parisien.

  • 20 Que Jean Le Bihan (Université Rennes II) soit remercié pour avoir partagé les éléments relatifs aux (...)

62Selon Jean Le Bihan20, les bourses d’honneur illustrent l’enracinement d’une culture de l’excellence dans le secondaire. Les lycées parisiens sont confortés, avec d’autres grands établissements de province, dans leur rôle d’antichambre des grandes écoles et de pôles d’excellence nationaux, comme on ne les appelle alors pas.

63Les transferts de boursiers sont prononcés par le ministère de l’Instruction publique, sur la demande des familles et après avis du chef de l’établissement où l’élève est scolarisé. Les motifs de départ sont de deux ordres : lorsqu’une vacance de place permet un rapprochement avec la résidence de la famille, ou lorsqu’une formation n’existe pas dans leur établissement. Ces mouvements ont des causes conjoncturelles, liées à la vie des familles, et des causes structurelles, corrélées avec le déploiement des établissements secondaires.

  • 21 AD18, 16T 87. Livre-journal des entrées et des sorties des élèves du lycée de garçons de Bourges (1 (...)

64À la date de 1884, 63 des 120 boursiers nommés au lycée de garçons de Bourges entre 1871 et 1884 ont quitté l’établissement. 38 départs sont motivés par des mobilités : 14 élèves, notamment des bacheliers de mathématiques élémentaires, rejoignent Henri-IV et Saint-Louis, à Paris, probablement en classe préparatoire ; 24 autres suivent leurs familles dans des villes pour la plupart comprises entre Autun, Lyon, Moulins et Tours21. Les autres destinations ne sont pas connues. Le lycée de Bourges est dans les sphères d’influence de villes proches plus importantes et se trouve dans l’ombre de Paris, où l’offre de formation secondaire est plus complète et les professeurs jugés meilleurs.

  • 22 AD18, 16T 25. Registre de la correspondance arrivée et départ de l’économat du lycée de garçons de (...)

65Entre 1906 et 1913, l’administration transfère trois boursiers du lycée de Bordeaux et du collège d’Issoudun vers Bourges. Sur la même période, elle en transfère 16 de Bourges à des établissements plus importants, comme les lycées Henri IV, Condorcet, Charlemagne, Voltaire, Carnot, Saint-Louis, mais aussi aux collèges de Sancerre et de Fontainebleau, aux lycées de garçons d’Orléans, de Douai et de Nevers22. Ce déficit de 13 élèves, à tempérer du nombre inconnu de boursiers primo-nommés à Bourges sur la même période, révèle que ce lycée est une porte d’entrée dans les études secondaires pour les boursiers. C’est aussi un lieu d’attente et de passage pour ceux qui ont l’espoir de rejoindre un des lycées parisiens.

  • 23 AD18, 16T 7. Le proviseur du lycée de garçons de Bourges à M. le vice-recteur de l’académie de Pari (...)

66Le comportement de certains parents illustre l’attraction de la capitale, susceptible de justifier une mobilité, même si la formation souhaitée est proposée à proximité du domicile familial. En 1898, le proviseur du lycée de Bourges s’en plaint d’ailleurs en rendant un avis défavorable à une demande de transfert, invoquant la concurrence des institutions catholiques et la nécessité de réussites brillantes pour conforter la renommée de l’établissement23. L’intérêt individuel de l’élève entre en concurrence avec l’intérêt de l’établissement.

  • 24 AD18, 5T 33. Le vice-recteur de l’académie de Paris à M. l’inspecteur d’académie du Cher. Paris, le (...)
  • 25 AD18, 16T 98 et 99. Livres de classe du lycée de garçons de Bourges (1901-1902 et 1902-1903).

67Contrairement à ce que l’on observe à Paris, où l’offre de formation secondaire est inférieure au potentiel du bassin de population, la situation semble inverse à Bourges, où le recrutement se fait péniblement et où la prospérité du lycée semble un combat de chaque rentrée. Le Cher ne fournit que 300 lycéens, alors que 97 000 des 347 000 habitants du département recensés en 1897 sont des urbains. Dans les années 1880, le proviseur, appuyé par le maire et l’inspecteur d’académie, se bat pour conserver la division de mathématiques spéciales qui prépare à l’École spéciale militaire de Saint-Cyr24. Cette formation est un avantage sérieux face aux institutions privées, surtout pour attirer les fils des militaires en garnison dans la ville, siège d’une région militaire. À la rentrée 1903, en dépit d’intégrations régulières, mais peu nombreuses, la division est supprimée et le lycée perd sa formation la plus prestigieuse25, au profit des lycées d’Orléans et de Paris. Tout recherchés qu’ils soient, les établissements parisiens n’ont toutefois pas tous le même rôle, ni le même prestige.

Figure 6. Transferts des boursières nommées au lycée Molière entre 1922 et 1941

Figure 6. Transferts des boursières nommées au lycée Molière entre 1922 et 1941

Exemple de lecture : entre 1922 et 1941, 56 boursières ont été transférées au lycée Molière depuis un autre lycée de la région parisienne ; sur la même période, 19 ont connu un transfert-départ vers un autre lycée situé dans la même région.

Source : AD75, 39W 89, 95 et 90. Registres du courrier arrivée du lycée Molière (1922-1932, 1932-1938, 1933-1941).

Figure 7. Transferts des boursiers nommés au lycée Voltaire entre 1927 et 1939

Figure 7. Transferts des boursiers nommés au lycée Voltaire entre 1927 et 1939

Exemple de lecture : entre 1927 et 1939, 178 boursiers ont été transférés au lycée Voltaire depuis un autre lycée de la région parisienne ; sur la même période, 65 ont connu un transfert-départ vers un lycée de la même région.

Source : AD75, 1563W 718 et 719. Registres du courrier arrivée du lycée Voltaire (1926-1932, 1932-1941).

68Pendant l’Entre-deux-guerres, la répartition, l’origine et la destination des transferts de boursiers à Molière et Voltaire révèlent que les lycées sont privilégiés par l’administration face au primaire : le solde est excédentaire vis-à-vis des écoles primaires supérieures et des cours complémentaires. Les transferts entre primaire et secondaire sont toutefois anecdotiques par rapport aux flux internes au secondaire. Primaire et secondaire restent donc relativement imperméables, demeurant deux filières parallèles, en dépit des voix de plus en plus fortes qui se font entendre en faveur d’une école unique.

69Au sein du secondaire, Molière comme Voltaire sont dans l’ombre des autres lycées de la capitale, vers lesquels ils envoient de nombreux boursiers ; ces transferts-départs concernent essentiellement des néo-bacheliers, envoyés dans les établissements disposant de classes préparatoires aux grandes écoles (Fénelon, lycée de jeunes filles de Versailles, Louis-le-Grand et Janson-de-Sailly pour Molière ; Saint-Louis, Henri IV, Charlemagne, Louis-le-Grand et Condorcet pour Voltaire). On remarque des échanges non négligeables entre les lycées et collèges de Paris et ceux de province, dont le solde est favorable à ces derniers.

70En l’absence des motifs, il n’est pas possible de différencier les mobilités ayant pour cause des raisons de famille, les conversions de bourses d’externat à Paris en bourses d’internat en province, ou les relégations par suite d’une insuffisance de niveau ou d’une peine disciplinaire.

3.2 La mobilité subie des élèves exclus

71Les mobilités subies par les élèves exclus ou jugés trop faibles renseignent sur le positionnement des lycées les uns par rapport aux autres. Le croisement de données de plusieurs établissements permettrait d’esquisser une hiérarchie, car ces mobilités témoignent des niveaux auxquels les lycées placent leur barrière d’entrée et donc leur capacité effective à sélectionner. Il est vraisemblable que le seuil de tolérance au manque de travail et à l’indiscipline soit en partie variable selon les traditions d’établissement et les fonctionnaires.

72Lorsque Zola qualifie les « collèges de province » de « repaires de petits bandits », il force le trait en procédant à une généralisation contestable, mais il souligne un phénomène dépeint par Alphonse Daudet dans Le Petit Chose (1868) ou Marcel Pagnol, dans Topaze (1928) : dans les établissements dont les effectifs sont les plus faibles et les plus excentrés – en général les collèges municipaux – la marge de négociation de la discipline peut être plus importante : une rigueur trop sévère risquerait de dépeupler l’établissement ; or, aux yeux de l’administration supérieure, l’évolution de la statistique des élèves est un élément central de l’évaluation du chef d’établissement (Briand, Chapoulie et Péretz, 1979) et de l’allocation des moyens.

73Par ailleurs, le contexte historique et démographique est tout aussi déterminant que les causes conjoncturelles ou locales : ainsi, pendant les classes creuses, après la Première Guerre mondiale, une plus grande indulgence quant au niveau a régné dans les établissements afin de maintenir les emplois qu’une baisse des effectifs aurait menacés (Prost, 2016).

  • 26 Arrêté du 5 juillet 1890, Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 1890/2, p. (...)
  • 27 Arrêté du 3 juillet 1907, Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 1907/2, p. (...)
  • 28 AD18, 16T 7. L’inspecteur d’académie du Cher à M. le proviseur du lycée de garçons de Bourges. Bour (...)

74À partir de 1890, un conseil de discipline assiste les proviseurs dans le maintien de l’ordre intérieur26 ; les lycées de jeunes filles en sont dotés en 190727. Cette instance se réunit en formation ordinaire chaque trimestre pour décerner les récompenses et les sanctions. Elle se réunit en formation extraordinaire pour examiner les cas les plus graves. Le changement d’environnement est souvent utilisé et présenté comme une occasion de rachat ou comme une mobilité punitive en soi. En témoigne le sort du jeune Fleurichand, boursier d’internat au lycée de garçons de Chartres, exclu en 1897 et envoyé à Bourges à la demande de sa tante, qui réside à Paris28. Le nombre limité de places dans un des lycées d’internes de la capitale ne donnait aucune priorité à un élève puni.

75Les certificats de sortie délivrés par les établissements, dont le modèle se formalise à la fin du XIXe siècle et se standardise pendant l’Entre-deux-guerres, sont porteurs d’une gamme de mentions qui forme un instrument formel d’appréciation informelle de la valeur des élèves. En plus de l’exeat, il n’est pas rare que les chefs d’établissement écrivent à leurs collègues pour s’informer sur un élève dont le certificat leur semble médiocre, ambivalent ou incomplet ; sur cette base, ils décident l’admission définitive ou conditionnelle de l’élève. Dans ce second cas, les parents sont parfois invités à signer un engagement à retirer leur enfant s’il ne donne pas satisfaction ou qu’il est indiscipliné. Cet usage non réglementé, mais non généralisé, imposé par certains chefs d’établissement à certains élèves comme une condition préalable à leur admission, rappelle le caractère sélectif du secondaire ; il permet au proviseur d’imposer ses vues en cas de conflit avec des parents, et de se séparer des élèves, y compris au cours de la scolarité obligatoire, puisqu’ils peuvent s’inscrire dans une école primaire. Le soin apporté au certificat et au choix des élèves rappelle que la régulation des flux d’élèves sélectionnés est un enjeu essentiel pour l’accès à la scolarisation secondaire, sur laquelle les chefs d’établissement ont une influence locale, mais directe (Briand, Chapoulie et Péretz, op. cit.).

  • 29 AD75, 1563W 711. Le proviseur du lycée Voltaire à M. le recteur de l’académie de Paris. Paris, le 2 (...)
  • 30 AD75 1563W 668. Procès-verbaux du conseil de discipline du lycée Voltaire, séance ordinaire du 10 a (...)

76En 1933, l’élève Bessière est exclu du lycée Voltaire pour des motifs aussi nombreux que divers ; deux jours plus tard, le proviseur du lycée Charlemagne s’enquiert de son comportement, puisque le certificat de sortie ne fournit aucune indication à ce sujet. La deuxième partie de la mention « le travail avait été satisfaisant et la conduite à peine passable » en avait été effacée29. En dehors des faits exceptionnellement graves, l’appréciation repose sur l’euphémisation et l’implicite : l’administration s’adresse avant tout à elle-même. Ainsi, une conduite « satisfaisante » qualifie un élève dont le comportement est convenable ; la mention d’une conduite « passable » ou « à peine passable » signale discrètement l’existence d’incidents disciplinaires. Le certificat est un véritable visa de mobilité scolaire. Dans l’Est parisien, si les bons élèves vont plus souvent de Voltaire à Charlemagne que le contraire, les élèves punis font plutôt le chemin inverse30. Comme à Bourges, des parents de boursiers demandent le transfert de leur enfant sans passer par le chef d’établissement. Ces signaux faibles de la hiérarchie informelle entre les lycées traduisent peut-être une réputation : les parents semblent mieux considérer Charlemagne que Voltaire.

  • 31 Archives du lycée Carnot (Paris). Procès-verbaux du conseil de discipline du lycée Carnot (1895-192 (...)
  • 32 UPALYCA. Documents de synthèse de l’exercice 1908. Rapport du proviseur sur le compte d’administrat (...)

77Dans la plupart des cas graves, les établissements délivrent des certificats mauvais et explicitement sincères. Des établissements acceptent parfois les élèves frappés du sceau de l’indiscipline. En témoigne le sort des élèves Compère (1re D) et Buy (3e A), admis au lycée Carnot avec un mauvais certificat du lycée Condorcet. Immédiatement remarqués pour leur mauvaise conduite, menacés de brimades par des camarades par suite de vols importants, ils sont exclus en 190631. Ces mobilités disciplinaires à répétition, qui concernent un faible nombre d’élèves, sont les signaux faibles d’une hiérarchie informelle entre Condorcet et Carnot ; le premier bénéficiant d’une renommée installée, pouvant se permettre de choisir ses élèves, davantage en tous cas que Carnot, né en 1895 du rachat par l’État de l’école Monge, et confronté aux écoles privées florissantes du 17e arrondissement32.

  • 33 UPALYCA. Procès-verbaux du conseil de discipline du lycée Carnot (1895-1920).

78Le lycée de Bourges reçoit des élèves de Chartres, probablement écartés de Paris. Carnot reçoit les punis de ses voisins (Condorcet, Janson-de-Sailly), mais aussi d’établissements situés dans des bassins de recrutement relativement éloignés (Michelet, Henri-IV)33. Voltaire reçoit les punis de Charlemagne, auquel il envoie des bons élèves. Ces trois lycées semblent en bout de chaînes de relégation disciplinaire, dont témoigne la mobilité des punis.

Conclusion

79Les mobilités lycéennes que nous pouvons reconstituer grâce aux archives illustrent la hiérarchie entre le secondaire et le primaire et confirment qu’il en existe une, plus informelle, au sein même du secondaire.

  • 34 Générations dont les effectifs sont moins nombreux que ceux des classes d’âge précédentes et suivan (...)

80La situation des lycées dans le centre ou en périphérie de l’académie n’est pas la même et, jusqu’à la fin des classes creuses34, les établissements semblent bien moins à la peine à Paris qu’en province, où la concurrence est plus rude.

81Le nombre limité d’élèves qui passent du primaire supérieur au secondaire, même après la gratuité des études secondaires, malgré la politique des bourses, témoigne de l’institutionnalisation de la reproduction sociale, notamment au profit des classes intermédiaires et supérieures de la société.

82Les mobilités entre secondaire public et privé attestent d’une complémentarité intéressante qui montre les limites de la guerre scolaire mise en scène dans les débats politiques relatifs à la laïcisation du primaire public, face à la demande de grades reconnus par l’État.

83Sur le marché scolaire secondaire, la polyvalence des lycées fait leur force, mais masque une partie du succès remporté par les écoles primaires supérieures – dont certaines leur sont annexées (Briand et Chapoulie, 2012) – et du terrain gagné peu à peu par les sections modernes. Vus de l’extérieur, les lycées parisiens constituent un ensemble d’établissements particuliers qui cumulent les avantages : un corps enseignant sélectionné, des effectifs importants en section classique et une concentration de classes préparatoires. Le déploiement de l’offre d’enseignement dans un territoire relativement ramassé conditionne la hiérarchie au sommet de laquelle ils se trouvent et dont les mobilités révèlent l’ampleur.

84Les éléments apportés par cet article ne peuvent être généralisés à l’ensemble de l’enseignement public, ni même à l’ensemble de l’académie de Paris. Toutefois, ils offrent un aperçu des hiérarchies en place au sein de l’enseignement, qui nous semblent avoir plusieurs causes : d’abord, les inégalités socio-spatiales qui préexistent à l’institution scolaire, mais que le déploiement des établissements et de l’offre de formation contribue à façonner. Ensuite, le déploiement ciblé de l’offre de formation secondaire, mis à disposition d’une clientèle qui doit, jusque dans les années 1930, disposer d’un capital économique suffisant pour s’acquitter des frais de scolarité, ce qui contribue à ancrer la reproduction sociale dans des territoires favorisés. Enfin, les souhaits des familles, qui restent difficilement saisissables. Comme cela a été tenté pour les classes populaires et moyennes (Chapoulie, 2015), s’intéresser aux aspirations des familles et des élèves de la Troisième République permettrait de comprendre leur relation à la scolarité secondaire. Évaluer les poids respectifs de la proximité géographique entre domicile et lieu de formation, du coût économique et social de la mobilité, permettrait peut-être de discerner les choix par défaut, les effets d’opportunité, des espoirs et des stratégies dont l’institution scolaire est l’objet. Un éclairage historique nouveau serait ainsi apporté pour mieux comprendre l’autonomie des acteurs, en particulier face aux conséquences géographiques et sociales des hiérarchies scolaires institutionnalisées.

Haut de page

Bibliographie

Briand J.-P., Chapoulie J.-M. et Péretz H. (1979), « Les conditions institutionnelles de la scolarisation des garçons entre 1920 et 1940 », Revue d’histoire moderne et contemporaine », n° 26, pp. 91-421.

Briand J.-P. et Chapoulie J.-M. (2012), Les collèges du peuple. L’enseignement primaire supérieur et le développement de la scolarisation prolongée sous la Troisième République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 544 p.

Chantereau G. (2011), « Les femmes ingénieurs issues de l’École centrale des arts et manufactures pendant l’Entre-deux-guerres », dans Bordes J.-L., Champion A. et Desabres P. (dir.), L’ingénieur entrepreneur. Les centraliens et l’industrie, Paris, Presses universitaires de Paris-Sorbonne, pp. 399-406.

Chapoulie J.-M. (2015), « Sur les rapports des classes populaires et moyennes à l’école (France, 1910-1950) : quelle ‘demande sociale’ d’instruction prolongée ? », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2018, pp. 59-93.

Condette J.-F. (2005), « La crise des lycées de garçons à la fin du XIXe siècle. Le point de vue et les propositions des recteurs d’académie », dans Caspard P., Luc J.-N. et Savoie Ph., Lycées, lycéens, lycéennes. Deux siècles d’histoire, Paris, Institut national de la recherche pédagogique, pp. 430-431.

Diebolt C., Jaoul M. et San Martino G. (2005), « Le mythe de Ferry. Une analyse cliométrique », Revue d’économie politique, n° 115, pp. 471-497.

Ferry J. (1870), De l’égalité d’éducation. Conférence populaire faite à la salle Molière le 10 avril 1870, Paris, Société pour l’instruction élémentaire, 29 p.

Febvre L. (1939), « Vue d’ensemble. Cinquante ans d’enseignement français », dans Bouglé C. (dir.), Éducation et instruction, tome XV de l’Encyclopédie française, Paris, Société de gestion de l’Encyclopédie française.

Garnier B. (2015), « Qu’est-ce qu’une école démocratique ? Perspectives historiques en France du XXe au XXIe siècle (1900-2014) », dans Simó N., Feu J. (dir.), Democràcia i educació al segle XXEducació i HistòriaRevista d’Història de l’Educació, n° 25, 2015, pp. 43-67.

Gréard O. (vice-recteur), Éducation et instruction, 2. Enseignement secondaire, Paris, Hachette, pp. 2-5.

Huitric S. (2016), Transformer les collèges communaux en lycées. La coproduction d’une action publique (1830-1880), thèse de doctorat en histoire, sous la direction de Philippe Savoie, Université de Lyon, 611 p.

Lanson G. (1905), « La gratuité dans l’enseignement secondaire », La revue politique et littéraire, Revue Bleue, n° 5, 29 juillet, Paris, Germer Baillière, p. 133.

Marry C. (2004), Les femmes ingénieurs, une révolution respectueuse, Paris, Belin, 290 p.

Mayeur F. (1977), L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 494 p.

Obin J.-P. et Van Zanten A. (2010), La carte scolaire, Paris, Presses universitaires de France, 128 p.

Pezeu G. (2018), Coéducation, coenseignement, mixité. Filles et garçons dans l’enseignement secondaire en France (1916-1976), thèse de doctorat en sciences de l’éducation, sous la direction de Rebecca Rogers, Université Paris-Descartes, 2 tomes, 607 et 57 p.

Picard E. (2020), « L’histoire de la profession universitaire en France ». Chapitre 1 du mémoire d’HDR La profession introuvable ? Les universitaires français, de l’Université impériale aux universités contemporaines, soutenu à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. En ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-02498327

Porcher P. (2013), Histoire du lycée Jules-Ferry, des arts domestiques à l’informatique (1913-2013), Paris, Association historique du lycée Jules-Ferry, 156 p.

Porcher P. (2017), « Des "cimetières de chiffres austères et délaissés" ? Les archives produites par les lycées sous la Troisième République, des sources indispensables pour une histoire totale de l’enseignement public », Communication au colloque de la section Aurore de l’Association des archivistes français, Lyon II, le 10 novembre 2019.

Porcher P. (2020), « De l’élitisme républicain à la méritocratie démocratique ? Origines sociales et géographiques des élèves des lycées Michelet et Voltaire à l’heure de la gratuité des études secondaires (1929-1938) », dans Condette J.-F. et Castagnet V. (dir.), Histoire des élèves, tome 1, Parcours scolaires, genre et inégalités (XVIIe-XXe siècles), Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, pp. 269-326.

Prost A. (1968), Histoire de l’enseignement (1800-1967), Paris, Armand Colin, 524 p.

Prost A. (2016), « Morphologie et sociologie des lycées et collèges (1930-1938) », Histoire de l’éducation, n° 146, pp. 53-110.

Rogers R. (2007), Les bourgeoises au pensionnat. L’éducation féminine au XIXe siècle, Presses universitaires de Rennes, Rennes, 390 p.

Savoie P. (2000), 1802-1914, tome 1, Les enseignants du secondaire (XIXe-XXe siècles). Le corps, le métier, les carrières, Paris, Institut national de la recherche pédagogique et Economica, 752 p.

Savoie P. (2013), La construction de l’enseignement secondaire (1802-1914). Aux origines d’un service public, Lyon, ENS éditions, 502 p.

Stahl P.-J. (1884), Les quatre peurs de notre général. Souvenirs d’enfance et de jeunesse, Paris, Jules Hetzel et Cie, « Bibliothèque d’éducation et de récréation », p. 87.

Haut de page

Notes

1 Cher, Eure-et-Loir, Loiret, Loir-et-Cher, Marne, Oise, Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne.

2 L’exeat ou certificat de radiation est un document administratif indispensable pour pouvoir s’inscrire dans un autre établissement scolaire.

3 Nom du lycée Condorcet (Paris 9e) entre 1848 et 1870.

4 Émile Zola, La curée, Paris, G. Charpentier, 1879, pp. 112-114.

5 BnF, IFN-10501804. Recueil de coupures de presse relatives au lycée Papillon, pièce en trois actes de Jean Guitton.

6 Georgius, Le lycée papillon, illustrations d’André Didier, Paris, s.e., 1945, 168 p.

7 Décret du 25 septembre 1872 relatif aux traitements des fonctionnaires des lycées, n° 290, Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 1872, p. 3-5.

8 Voir, par exemple, l’arrêté du 31 juillet 1915 établissant la liste d’aptitude aux fonctions de professeur dans les lycées de la Seine et de la Seine-et-Oise pour l’année 1915-1916, Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 1915, p. 265.

9 AN, F17 7538. Prospectus des lycées (1861-1891).

10 Lycées Charlemagne, Louis-le-Grand, Henri IV, Saint-Louis, Condorcet et Janson-de-Sailly. AN, AJ16 2692. Conseil académique de Paris, statistique de l’enseignement secondaire des garçons, 1908.

11 Les lycées Fénelon, Molière et Jules Ferry ont leur internat privé annexé ; les lycées de jeunes filles de Reims et de Versailles sont appariés avec des pensions privées.

12 AN, AJ16 2678. Pièces annexes aux procès-verbaux du Conseil académique de Paris (1897).

13 Ancêtre de l’enseignement secondaire moderne, c’est-à-dire sans latin et grec.

14 AN, AJ16 2675. Procès-verbaux du conseil académique de Paris (1895-1898). Séance du 27 juin 1895.

15 AD75, 2989W 1 à 6. Bulletins trimestriels des élèves du lycée Voltaire (1938-1939).

16 AN, AJ16 8679. Le ministre de l’Instruction publique à M. le recteur de l’académie de Paris. Paris, le 28 juin 1923.

17 AD75, 39W 6. Registre d’entrée des élèves au lycée Molière (1935-1938).

18 Observations faites à partir du dépouillement (en cours) de AD75, 4016W 9 à 30. Fichier des élèves du lycée Jules-Ferry (entrées entre 1913 et 1960).

19 Avis sur les bourses de mérite au collège Rollin, Bulletin administratif du ministère de l'Instruction publique, 1876, pp. 557-558.

20 Que Jean Le Bihan (Université Rennes II) soit remercié pour avoir partagé les éléments relatifs aux bourses d’honneur, tirés de ses travaux en cours sur les boursiers du secondaire au XIXe siècle.

21 AD18, 16T 87. Livre-journal des entrées et des sorties des élèves du lycée de garçons de Bourges (1877-1880).

22 AD18, 16T 25. Registre de la correspondance arrivée et départ de l’économat du lycée de garçons de Bourges (1903-1918).

23 AD18, 16T 7. Le proviseur du lycée de garçons de Bourges à M. le vice-recteur de l’académie de Paris. Bourges, le 16 septembre 1898.

24 AD18, 5T 33. Le vice-recteur de l’académie de Paris à M. l’inspecteur d’académie du Cher. Paris, le 7 juin 1883.

25 AD18, 16T 98 et 99. Livres de classe du lycée de garçons de Bourges (1901-1902 et 1902-1903).

26 Arrêté du 5 juillet 1890, Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 1890/2, p. 415.

27 Arrêté du 3 juillet 1907, Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 1907/2, p. 4.

28 AD18, 16T 7. L’inspecteur d’académie du Cher à M. le proviseur du lycée de garçons de Bourges. Bourges, le 5 mars 1892.

29 AD75, 1563W 711. Le proviseur du lycée Voltaire à M. le recteur de l’académie de Paris. Paris, le 26 décembre 1933.

30 AD75 1563W 668. Procès-verbaux du conseil de discipline du lycée Voltaire, séance ordinaire du 10 avril 1935. 1563W 711. Le recteur de l’académie de Paris à M. le proviseur du lycée Voltaire. Paris, le 25 septembre 1935. 1563W 15. Dossier André Maillard. Le recteur de l’académie de Paris à M. le proviseur du lycée Charlemagne. Paris, le 21 avril 1937.

31 Archives du lycée Carnot (Paris). Procès-verbaux du conseil de discipline du lycée Carnot (1895-1920). Séances ordinaires du 23 mars 1906 et du 9 juillet 1906.

32 UPALYCA. Documents de synthèse de l’exercice 1908. Rapport du proviseur sur le compte d’administration 1908 (externat). Paris, le 15 mai 1909.

33 UPALYCA. Procès-verbaux du conseil de discipline du lycée Carnot (1895-1920).

34 Générations dont les effectifs sont moins nombreux que ceux des classes d’âge précédentes et suivantes. Cela peut être dû à des guerres et/ou à une baisse de la fécondité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Origine scolaire des nouvelles élèves inscrites au lycée Molière en 1888 et 1889
Légende Exemple de lecture : 62 % des élèves de la cohorte 1889, qui compte 93 élèves, étaient scolarisés dans un établissement privé avant de rejoindre le lycée Molière.
Crédits Source : AD75, 39W 1. Registre d’entrée des élèves du lycée Molière (1888-1912).
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/9604/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 2. Origine scolaire et domicile des parents des élèves du lycée Voltaire (1938-1939, hors élèves de 2nde et 1re)
Légende Exemple de lecture : sur les 1706 élèves que compte le lycée Voltaire en 1938-1939 (hors 1re et 2nde), 56 % étaient dans l’enseignement primaire public avant de rejoindre l’établissement. Parmi les 1364 qui résident à Paris, ce taux s’élève à 52 %.
Crédits Source : AD75, 2989W 1 à 6. Bulletins trimestriels des élèves du lycée Voltaire (1938-1939).
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/9604/img-2.png
Fichier image/png, 21k
Titre Figure 3. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Voltaire (1938-1939, hors élèves de 2nde et de 1re)
Légende Exemple de lecture : sur les 1706 élèves que compte le lycée Voltaire en 1938-1939 (hors 2nde et 1re), 11 % appartiennent aux classes modestes. Parmi les 1364 qui résident en Seine et Seine-et-Oise (hors Paris), ce taux s’élève à 13 %.
Crédits Source : AD75, 2989W 1 à 6. Bulletins trimestriels des élèves du lycée Voltaire (1938-1939).
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/9604/img-3.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 4. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Michelet (garçons, 1938-1939)
Légende Exemple de lecture : sur les 1 696 élèves que compte le lycée Michelet en 1938-1939, 39 % appartiennent aux classes supérieures. Parmi les 994 élèves résidant dans la Seine (hors Paris) et en Seine-et-Oise, ce taux s’élève à 43 %.
Crédits Source : AD92, 2039W 153 à 171. Fichier des élèves du lycée Michelet (1930-1964).
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/9604/img-4.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 5. Origine sociale et domicile des parents des élèves du lycée Marceau (garçons, Chartres, 1938-1939)
Légende Exemple de lecture : sur les 503 élèves que compte le lycée Marceau en 1938-1939, 55 % appartiennent aux classes intermédiaires. Parmi les 291 qui résident à Chartres, ce taux s’élève à 56 %.
Crédits Source : AD28, 1476W 11. Bulletins trimestriels des élèves du lycée Marceau (Chartres, 1938-1939).
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/9604/img-5.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 6. Transferts des boursières nommées au lycée Molière entre 1922 et 1941
Légende Exemple de lecture : entre 1922 et 1941, 56 boursières ont été transférées au lycée Molière depuis un autre lycée de la région parisienne ; sur la même période, 19 ont connu un transfert-départ vers un autre lycée situé dans la même région.
Crédits Source : AD75, 39W 89, 95 et 90. Registres du courrier arrivée du lycée Molière (1922-1932, 1932-1938, 1933-1941).
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/9604/img-6.png
Fichier image/png, 9,4k
Titre Figure 7. Transferts des boursiers nommés au lycée Voltaire entre 1927 et 1939
Légende Exemple de lecture : entre 1927 et 1939, 178 boursiers ont été transférés au lycée Voltaire depuis un autre lycée de la région parisienne ; sur la même période, 65 ont connu un transfert-départ vers un lycée de la même région.
Crédits Source : AD75, 1563W 718 et 719. Registres du courrier arrivée du lycée Voltaire (1926-1932, 1932-1941).
URL http://journals.openedition.org/formationemploi/docannexe/image/9604/img-7.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Porcher-Ancelle , « Mobilité des élèves et hiérarchie des établissements scolaires. L’académie de Paris sous la IIIe République »Formation emploi, 155 | 2021, 25-52.

Référence électronique

Pierre Porcher-Ancelle , « Mobilité des élèves et hiérarchie des établissements scolaires. L’académie de Paris sous la IIIe République »Formation emploi [En ligne], 155 | Juillet-Septembre, mis en ligne le 04 janvier 2023, consulté le 29 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/formationemploi/9604 ; DOI : https://doi.org/10.4000/formationemploi.9604

Haut de page

Auteur

Pierre Porcher-Ancelle 

Professeur agrégé, doctorant en histoire contemporaine, Centre d’histoire du XIXe siècle (UR 3550), Sorbonne Université

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search