Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37BiographieLes Guilhem de Montpellier et leu...

Biographie

Les Guilhem de Montpellier et leur entourage urbain (1090-1204) : les apports de l’approche prosopographique 

The Guilhems of Montpellier and their Urban Entourage (1090-1204): The Contributions of the Prosopographical Approach
Los Guilhem de Montpellier y su entorno urbano (1090-1204) : las aportaciones del enfoque prosopográfico
Alexandre Vergos

Résumés

Les Guilhem, seigneurs montpelliérains, sont l’une des grandes familles féodales du Languedoc au XIIe siècle. S’appuyant sur la richesse de Montpellier, ville nouvelle en plein essor, ils ont imposé leur autorité aux châtelains environnants et déstabilisé le pouvoir du comte de Melgueil, leur suzerain. L’évolution drastique de la composition de l’entourage des Guilhem au fil du siècle reflète la transformation des rapports de force au sein d’une ville marchande florissante. Cet article s’attache à examiner l’importance croissante de bourgeois dans un entourage seigneurial et plus particulièrement la manière dont les Guilhem les ont intégrés dans leurs stratégies pour pérenniser leur seigneurie et renforcer leurs alliances régionales. Cette étude prosopographique s’appuie sur une base de données intégrant la totalité des actes conservés de cette dynastie et répertoriant l’ensemble des participants actifs à cette période.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Claire Lemercier, Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? » dans Laurent Rollet et (...)
  • 2 Pierre-Marie Delpu, « La prosopographie, une ressource pour l’histoire sociale », Hypothèses, vol.  (...)

1La prosopographie connaît un renouveau depuis quelques années, dans le sillage du développement des outils informatiques, en particulier des bases de données. La multiplicité des pratiques, des démarches et des objectifs a entraîné une certaine difficulté à établir une définition précise de ce qu’est la prosopographie. Emmanuelle Picard et Claire Lemercier ont ainsi proposé le terme de « style de recherche »1, et Pierre-Marie Delpu, à leur suite, la définit comme « une étude collective qui cherche à dégager les caractères communs d’un groupe d’acteurs historiques en se fondant sur l’observation systématique de leurs vies et de leurs parcours. »2.

  • 3 Sébastien Didier, « La prosopographie, une méthode historique multiscalaire entre individuel et col (...)
  • 4 On peut citer en particulier l’exemple célèbre de la Prosopographia imperii romani.
  • 5 Jean-Philippe Genet, « Prosopographie et genèse de l’État moderne », dans Françoise Autrand (dir.), (...)
  • 6 Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, (...)
  • 7 Maria Luisa Bonsangue, « La vie des chevaliers romains connus à Narbonne : étude du milieu équestre (...)
  • 8 Jack Roskilly, « Les sceaux des évêques byzantins (xie-xiie siècles). Une source pour l’étude proso (...)
  • 9 https://www.vjf.cnrs.fr/charlesVI/accueil.php (consulté le 12 novembre 2020).
  • 10 https://angevine-europe.huma-num.fr/ea/fr/pr%C3%A9sentation-europange (consulté le 12 novembre 2020 (...)

2L’analyse prosopographique se fait par le rassemblement de données biographiques précises et pertinentes concernant les membres d’un groupe ou d’un milieu. Les liens méthodologiques avec la biographie sont donc étroits, la principale différence se situant au niveau du sujet d’étude : là où la biographie scrute l’individu, la prosopographie explore le collectif3. Elle se prête bien à l’analyse des dynamiques d’un groupe social et évite les questionnements concernant la représentativité du sujet. De plus, comme elle nécessite un volume d’information par individu moins important que la biographie, elle permet l’étude de milieux pauvres en sources qui se prêteraient mal à la restitution de parcours individuels. C’est une des raisons pour lesquelles la prosopographie a été pendant longtemps privilégiée en histoire par les antiquisants4. Son utilisation s’est répandue chez les médiévistes et les modernistes dans les années 1970 et 1980, avec notamment le mouvement impulsé par Jean-Philippe Genet et le volume qu’il a dirigé, « Prosopographie et genèse de l’État moderne »5 ainsi que les travaux de Françoise Autrand sur les gens du Parlement de Paris6. Les prosopographies s’appuient sur des sources et des méthodologies très diverses, de la reconstitution du parcours des chevaliers romains de Narbonne du ier siècle av. J.C. au iie siècle ap. J.C. via la documentation littéraire et épigraphique par Maria Luisa Bonsangue7 jusqu’à l’analyse du groupe social des évêques byzantins aux xie-xiie siècles à travers leurs sceaux épiscopaux par Jack Roskilly8. Cet engouement a également donné naissance à des projets collectifs visant à la constitution de larges corpus comme la base de données de l’opération Charles VI9, vaste étude de la société du royaume de France entre 1380 et 1422, ou encore le programme Europange qui traite des officiers princiers des territoires angevins (xiiie-xve siècles)10.

  • 11 Voir en particulier : Claire Lemercier, Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? », (...)

3La démarche prosopographique, si elle est pensée et intégrée à une réflexion méthodologique rigoureuse, peut permettre de tester des hypothèses et mettre en évidence des normes, des exceptions ou des évolutions au sein de groupes sociaux qui seraient difficilement décelables à la simple lecture des sources11. Nous nous proposons d’illustrer les possibilités qu’offre une telle démarche avec un cas d’étude d’un groupe d’individus en pleine mutation : les bourgeois dans l’entourage des Guilhem, seigneurs de Montpellier, entre 1090 et 1204.

  • 12 Aujourd’hui Mauguio.
  • 13 Sur la fondation de Montpellier, voir Henri Vidal, « Aux origines de Montpellier : la donation de 9 (...)
  • 14 Sur le développement urbain de Montpellier, voir : Ghislaine Fabre, Thierry Lochard, « 4. Montpelli (...)

4Les seigneurs de Montpellier offrent en effet une situation originale parmi la haute aristocratie languedocienne. Située dans une région riche en anciennes cités d’origine romaine (Narbonne, Béziers, Agde, Lodève, Nîmes…), Montpellier est une ville nouvelle. La première mention date de 985, lorsque Bernard II, comte de Melgueil12, donne à un certain Guilhem un manse dans le terminium de Monte pestelario13. Au fil du xie siècle, une agglomération villageoise prend forme à partir de deux pôles d’habitation juchés sur des collines voisines, Montpellier et Montpelliéret, et les Guilhem érigent un premier château, celui de Saint-Nicolas, à côté de Montpellier14.

5Sous la directe des Guilhem, Montpellier connaît une croissance rapide au xiie siècle : l’absence de cité d’importance dans le comté de Melgueil permet à Montpellier de s’imposer comme le plus grand centre urbain du comté et une importante ville commerçante. Au cours de cette période, une classe de riches marchands et négociants émerge et prend de plus en plus d’importance dans la vie politique de la ville. Les équilibres de pouvoir au sein de la seigneurie même des Guilhem sont ainsi profondément modifiés entre la fin du xie et la fin du xiie siècles.

  • 15 Vincent Challet, « Y a-t-il des consuls à Béziers avant 1247 ? Réflexions sur l’histoire du consula (...)
  • 16 LIM 5, p.35-36. Les Aimoin sont la deuxième famille aristocratique montpelliéraine la plus puissant (...)
  • 17 Le mot est d’ailleurs absent de la première coutume de 1204 et ne fut utilisé pour définir officiel (...)

6À Montpellier comme ailleurs, le xiie siècle voit le développement de la bourgeoisie et avec elle des revendications pour des droits communaux et consulaires. Des consulats apparaissent progressivement dans les cités méridionales à partir du second quart du xiie siècle, comme à Arles et Narbonne dans les années 1130 ou Nîmes et Saint-Gilles dans les années 1140. Cette diffusion des consulats ne s’est pas faite sans remous ni conflits, son essor est ainsi assez conflictuel à Toulouse, et le meurtre du vicomte de Béziers par les bourgeois de cette cité en 1166 est lié à ces revendications15. C’est aussi dans un contexte très conflictuel qu’apparaît pour la première fois le consulat à Montpellier. En août 1141, une révolte appuyée par les Aimoin, une puissante famille aristocratique montpelliéraine rivale des Guilhem16, éclate dans la ville, forçant Guilhem VI à se réfugier dans son château de Lattes. Les révoltés nomment des consuls à leur tête et sont soutenus notamment par le comte de Toulouse et l’évêque de Maguelone. Ce n’est qu’après plus d’une année de siège, effectué avec l’aide de seigneurs voisins, du comte de Barcelone et des Génois, que Guilhem VI parvient à reprendre la ville. Le consulat nouvellement créé disparaît avec la défaite des rebelles, et il n’en fut plus question avant la fin de la dynastie des Guilhem en 120417.

Fig. 1 : Seigneurie de Montpellier en 1120

Fig. 1 : Seigneurie de Montpellier en 1120

Droits de reproduction : © Alexandre Vergos

7Plusieurs profils d’individus gravitent dans l’entourage des seigneurs de Montpellier au fil du xiie siècle : milites montpelliérains, bourgeois, aristocrates châtelains, haute aristocratie, parents (laïcs comme clercs), juristes. Dans le cadre de cette étude prosopographique, nous nous efforcerons de mettre en lumière ces différents profils l’un après l’autre, ainsi que leur rôle auprès des Guilhem et l’évolution de leurs présences respectives au fil du siècle.

8Les sources utilisées pour cette étude sont les chartes produites par les seigneurs de Montpellier à cette époque. Ces chartes répondent à des typologies très variées : testaments, mariages, serments de fidélité, accords politiques, donations, ventes et autres transactions diverses. La majorité de ces actes incluent à la fin une liste de témoins, pouvant aller d’une poignée jusqu’à plus d’une centaine de noms pour les actes les plus importants. Ces témoins ne sont pas là par hasard, leur présence est le plus souvent l’indication d’un lien avec un des acteurs (alliance, parenté, vassalité, etc.) ou avec l’objet de l’acte (copropriété d’un bien donné ou vendu). Une présence régulière est donc un signe fort de liens entre le témoin et l’acteur. Ainsi, étudier les individus témoins dans tous les actes des Guilhem de décennie en décennie, en s’attachant en particulier aux plus assidus, permet de donner un aperçu précis de leur entourage.

  • 18 La distinction entre milites et bourgeois peut parfois être fragile durant cette période. Certains (...)
  • 19 Lorsqu’il est connu ou possible de l’établir avec une certitude raisonnable. Il faut évidemment gar (...)

9Pour ce travail, nous allons nous appuyer sur une base de données relationnelle incluant toutes les chartes et leurs participants concernant le comté de Melgueil - qui englobe la seigneurie de Montpellier - et ses alentours, du début du xie siècle jusqu’au début du xiiie siècle. Cette base intègre tous les individus ayant participé à ces chartes et les données biographiques les concernant, quand elles sont connues : leur statut (ecclésiastique, aristocrate laïc, bourgeois, etc.)18, leur famille, leur métier, position hiérarchique (pour un clerc par exemple) et lieu de résidence19, entre autres.

  • 20 Les séries de chartes ayant été produites le même jour avec les mêmes témoins, comme par exemple de (...)
  • 21 Le Liber Instrumentorum Memorialium est le cartulaire de la famille des Guilhem de Montpellier, édi (...)
  • 22 Onze dans le cartulaire de Valmagne, cinq dans le cartulaire de Maguelone, deux dans le cartulaire (...)
  • 23 Dom Claude Devic, Dom Joseph Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1872-1905, 15 t. ( (...)
  • 24 Neuf dans les Archives Départementales de l’Hérault, un dans les Archives Municipales de Montpellie (...)

10À partir de cette base, nous allons utiliser toutes les chartes des seigneurs de Montpellier, de 1090 jusqu’à 1204, soit de la majorité de Guilhem V de Montpellier jusqu’à la fin du règne de Guilhem IX : le corpus comprend en tout 274 actes20. Celles-ci sont principalement issues du cartulaire des seigneurs de Montpellier, le Liber Instrumentorum Memorialium21 (236 sur 274), les autres étant extraites dans d’autres cartulaires22, de recueils de sources édités23 et de centres d’archives français24.

  • 25 L’écrasante majorité de ces individus sont des témoins, mais sont aussi des personnes ayant d’autre (...)

11Nous pouvons ensuite additionner les occurrences de tous les individus souscrivant aux actes des Guilhem, c’est-à-dire les individus qui ne sont ni les acteurs, ni les rédacteurs de l’acte, afin d’avoir une vision d’ensemble des individus et des familles présentes dans leur entourage25. Bien sûr, l’application de cette méthodologie ne doit pas se faire sans précaution. Même si l’utilisation de complément de noms, toponymiques ou non, est beaucoup plus répandue au xiie siècle qu’aux siècles précédents, facilitant la distinction entre les individus, elle est loin d’être complète. Les individus signant juste avec leur nom simple, sans autre complément ("Hugues" ou "Pierre Raimond", par exemple) sont, sans surprise, difficiles à identifier. De même dans le cas où deux individus homonymes sont actifs dans la même zone géographique au même moment, il peut être difficile de déterminer lequel des deux souscrit à un acte donné. Néanmoins, une bonne connaissance des sources et du groupe d’individus étudié permet de déterminer de manière raisonnablement certaine l’identité de la majorité des participants aux actes. En gardant ainsi une prudence nécessaire, appuyée sur une bonne connaissance des sources, nous pouvons procéder à ce type d’étude quantitative au xiie siècle.

12En fractionnant en quatre périodes, 1090-1121 (gouvernement de Guilhem V), 1122-1143 (gouvernement de Guilhem VI jusqu’à la fin de l’épisode de la révolte de Montpellier), 1144-1172 (de la fin de la révolte jusqu’à la mort de Guilhem VII), 1172-1204 (gouvernements de Guilhem VIII et Guilhem IX), nous pouvons observer l’évolution de l’entourage des seigneurs de Montpellier sur plus d’un siècle.

Fig. 2 : Répartition chronologique des actes

Fig. 2 : Répartition chronologique des actes

13De là, il s’agira d’étudier la composition de l’entourage des Guilhem, le rôle de ses membres et d’analyser son évolution à la lumière du développement d’une ville marchande et des équilibres politiques locaux et régionaux.

Fig. 3 : Statistiques des présences aux actes

Fig. 3 : Statistiques des présences aux actes

14Le champ « Milites » inclut les milites urbains de Montpellier ainsi que les milites des castra dont les Guilhem sont propriétaires (nous avons exclu les membres des lignages seigneuriaux vassaux des Guilhem). Le champ « Aristocrates » inclut donc tous les autres seigneurs, châtelains et milites, qu’ils soient vassaux des Guilhem ou pas. Le champ « Bourgeois » inclut tous les individus membres de la bourgeoisie montpelliéraine, en tout cas ceux que nous pouvons raisonnablement considérer comme des habitants de Montpellier. Le champ « Autres » enfin, inclut tous les individus qui ne sont ni des aristocrates, ni des clercs, et qui n’habitent pas Montpellier, ou dont le lieu de résidence n’est pas connu. Il paraît probable, en particulier pour le dernier quart du xiie siècle, que des bourgeois montpelliérains se trouvent parmi cette masse d’individus difficilement cernable.

Fig. 4 : Les 30 individus les plus présents par période

Fig. 4 : Les 30 individus les plus présents par période

15Légende de la fig. 4 :

16* : prévôt de Maguelone (1192-1205)

17** : évêque d’Agde (1192-1212)

18*** : abbé d’Aniane (1162-1187), évêque de Lodève (1187-1201)

Fig. 5 : Les 30 familles les plus présentes par période

Fig. 5 : Les 30 familles les plus présentes par période

19Légende de la fig. 5 :

1. La genèse d’un groupe social

  • 26 Julien Rouquette, Augustin Villemagne, Cartulaire de Maguelone, t. 1 (819-1202) (abrégé Mag pour la (...)

20Avec la croissance de Montpellier se développe une nouvelle élite citadine, les burgenses, perceptible dès la fin du xie siècle, même si celle-ci semble assez peu présente aux chartes seigneuriales. Guilhem V de Montpellier s’entoure en effet en grande majorité de milites et de seigneurs châtelains, qui composent près de 70 % des individus présents à ses actes entre 1090 et 1121. On observe toutefois l’apparition de quelques individus visiblement non-nobles à la fin de la liste des témoins de certains actes, qui semblent bien appartenir à la bourgeoisie de la ville en pleine croissance. Un homme en particulier, Bérenger Lambert, fait partie de cet entourage proche du seigneur et assiste régulièrement à ses actes (à 13 reprises entre 1110 et 1121). Il est le premier représentant connu avec certitude, avec son frère Raimond Lambert, de la famille des Lambert, une des plus riches et importantes familles bourgeoises montpelliéraines, qui fut parmi les plus proches fidèles des Guilhem tout au long du xiie siècle. C’est également sous Guilhem V qu’apparaît la première mention du bayle de Montpellier en 111426, agent seigneurial chargé de la collecte des taxes et redevances et de fonctions de justice, office réservé à la bourgeoisie. Néanmoins, mis à part le cas exceptionnel de Bérenger Lambert, les burgenses n’ont qu’une présence occasionnelle aux actes de Guilhem V.

  • 27 LIM 121, p. 250-252.

21Ce n’est pas pour autant le signe que cette classe sociale ne s’est pas encore développée à Montpellier. En 1113, une charte traitant d’un conflit entre Guilhem V et son viguier Bernard Guilhem27 concernant des droits sur Montpellier inclut un nombre assez exceptionnel de souscripteurs pour le début du xiie siècle, avec 47 témoins. Les premiers rangs des témoins sont six clercs, suivi de sept milites, proches habituels de Guilhem V, puis d’une liste de 34 noms d’habitants non-nobles de Montpellier. Parmi ces témoins apparaissent les premiers membres connus de plusieurs des familles bourgeoises importantes de la ville au xiie siècle : trois Lambert, un Adalguier, un Leteric, un Tolosa, un Ahura, un Arlens, entre autres. Ainsi, malgré une présence relativement ponctuelle dans l’entourage du seigneur, la bourgeoisie montpelliéraine apparaît déjà formée au tout début du xiie siècle.

22Cet acte explique les chiffres assez trompeurs du nombre total de présences de bourgeois dans les actes de Guilhem, qui représentent 18 % de toutes les présences - chiffre loin d’être négligeable - alors même que le nombre médian de témoins bourgeois par acte est de 0 : cet acte exceptionnel de 1113 représente plus de la moitié des présences sur cette période.

  • 28 Bérenger Lambert est un des trois témoins laïcs du serment de fidélité de Guilhem V de Montpellier (...)
  • 29 LIM 100, p. 207-211.
  • 30 Léon Cassan, Edmond Meynial, Cartulaire des abbayes d’Aniane et de Gellone, Cartulaire d’Aniane, Mo (...)

23Si le premier acte qui nous est parvenu mentionnant un bourgeois montpelliérain dans l’entourage du seigneur de Montpellier date de 111028, ce n’est pas la première mention que nous ayons de ces hommes. L’acte de 1103 où Guilhem V cède la viguerie de Montpellier aux Aimoin29 mentionne diverses maisons avec leurs habitants, entre autres celles appartenant à Pierre Adalguier, Bernard d’Arlens et Bernard d’Ahura. Plus tôt encore, en 1097, Arnaud, évêque de Béziers, fait donation à Pierre, abbé d’Aniane, de l’église Saint-Pierre de Gignac avec ses dîmes, droits et dépendances afférentes30. Parmi les témoins de cette charte, à la suite de trois aristocrates biterrois, on retrouve quatre bourgeois montpelliérains : Pierre Samuel, Bérenger Lambert, Raimond Lambert et Bernard d’Ahura. Ces quatre hommes sont tous présents à la charte de 1113 traitant du litige entre Guilhem V et son viguier.

  • 31 Ibid. 264, p. 390-391. Cette donation est faite par les quatre premiers seigneurs répartis sur troi (...)

24Si l’origine de ces individus est plongée dans l’obscurité du xie siècle, on peut toutefois noter que dans un des premiers actes connus avec certitude concernant les Guilhem de Montpellier – une donation de l’église de Saint-Amans de Teulet à l’abbaye d’Aniane faite en 102231 faite par Guilhem (I), son neveu Guilhem Bernard et leur famille –, on trouve parmi les témoins un Landberti et un Adalgerii, qui sont un écho étonnant aux familles bourgeoises des Lambert et Adalguier, dont la plupart des membres portaient ce nom. Rien, mis à part l’homonymie, ne nous permet de relier ces deux hommes à leurs homonymes bourgeois, mais la coïncidence est troublante et pourrait indiquer une proximité de longue date avec les Guilhem.

25Cette situation au début du xiie siècle, où l’entourage seigneurial est composé pour son écrasante majorité d’aristocrates, et où les chevaliers urbains et autres milites de castra des Guilhem ont une place importante, évolue radicalement au fil du siècle.

  • 32 LIM 61, p. 103-108.

26Le règne de Guilhem VI de Montpellier, dans les années 1120-1130, voit un accroissement du nombre de bourgeois présents aux actes du seigneur. En 1125, lors de l’accord de paix clôturant une violente guerre entre Guilhem VI de Montpellier et Bernard IV de Melgueil32, chaque belligérant amène à sa suite une liste de témoins confirmant les termes de l’acte, 11 pour le comte, 19 pour le seigneur de Montpellier. Les 8 premiers témoins de Guilhem VI sont des seigneurs amis et des milites vassaux, mais les 11 suivants sont des bourgeois montpelliérains, avec le fidèle Bérenger Lambert au premier rang. Contrairement à la période précédente, ceux-ci commencent à apparaître régulièrement aux actes des Guilhem : le nombre médian de bourgeois par actes passe ainsi de 0 à 2, et ceux-ci composent désormais 23 % des individus présents, dépassant la chevalerie urbaine.

  • 33 Ghislaine Fabre, Thierry Lochard, « 4. Montpellier », art. cit.
  • 34 Ibid.
  • 35 Se reporter à Alexandre Vergos, « Violence seigneuriale en Languedoc : le cas du comté de Melgueil (...)
  • 36 Les Guilhem tenaient en effet le territoire de Lattes en fief de l’évêque, et il reconnut dans cet (...)

27Cet essor de la bourgeoisie montpelliéraine est directement lié à la croissance exponentielle de Montpellier en tant que ville et centre urbain d’importance. Dans les années 1130-1140, une nouvelle enceinte est construite, englobant le quartier Saint-Firmin et le nouveau quartier Sainte-Croix33. Les Guilhem étaient conscients du potentiel de leur ville et ont pris de nombreuses mesures et réalisé de nombreux aménagements pour favoriser le commerce. La croissance économique et démographique de la ville doit ainsi beaucoup à l’investissement de ses seigneurs. Ce recentrage des intérêts des Guilhem de leurs possessions rurales vers Montpellier est progressif, et voit son aboutissement sous Guilhem VI, que Ghislaine Fabre et Thierry Lochard qualifient de véritable « prince urbain »34. En plus des divers aménagements urbains, celui-ci s’emploie à favoriser le commerce maritime, notamment en essayant de détourner un des bras du Lez vers le lit principal pour faciliter la navigation jusqu’à la ville et en rétablissant l’antique port de Lattes où il fait construire un nouveau castrum. Ces entreprises ne se firent pas sans conflits : le détournement du Lez provoqua une guerre avec le comte de Melgueil35 et la question du château et du port de Lattes - et de leurs droits afférents - fut le sujet de disputes avec l’évêque de Maguelone, qui furent résolues, avec d’autres griefs, par un accord passé en 114036.

28Cet accord nous informe d’ailleurs de l’attractivité de Montpellier pour les populations environnantes, un des sujets de plainte de l’évêque concernant en effet les hommes abandonnant les terres de l’évêque pour aller habiter à Montpellier, provoquant une perte de revenus pour l’évêché.

  • 37 On peut néanmoins constater quand dans le seul acte qui nous soit parvenu de cette période, où Guil (...)

29C’est dans ce contexte d’important essor économique et démographique, où la présence de la bourgeoisie dans l’entourage seigneurial augmente mais reste encore minoritaire par rapport à l’aristocratie, que Montpellier se révolte contre son seigneur en 1141. Par manque de source, l’identité de ces révoltés est difficilement saisissable, au-delà du rôle des Aimoin. Le fait que les révoltés aient nommé des consuls à leur tête est toutefois une indication claire que la bourgeoisie montpelliéraine était une des forces motrices de ce soulèvement, et que celui-ci devait inclure des revendications bourgeoises pour une meilleure intégration dans le gouvernement de la ville. S’il est clair qu’une partie au moins de la bourgeoisie montpelliéraine y a participé, nous ne pouvons affirmer avec certitude que cette révolte incluait l’ensemble des burgenses37.

2. L’alliance des Guilhem avec la bourgeoisie montpelliéraine

30Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la défaite des insurgés ne marque pas pour autant un échec des revendications de la bourgeoisie montpelliéraine. Là où, dans les années 1120-1130, les bourgeois étaient, malgré une croissance non négligeable, toujours minoritaires, ils arrivent en nombre dans l’entourage des Guilhem dès la fin de la révolte et on en retrouve désormais autant que de seigneurs des environs (un tiers des présences chacun). Il paraît par ailleurs probable que ce nombre soit sous-estimé, et qu’une partie de la masse croissante des individus non identifiés (17 %) soit composée de bourgeois montpelliérains apparus trop ponctuellement pour que leur identité soit assurée. Au-delà du total des présences, les bourgeois sont désormais nombreux dans le plus proche entourage du seigneur : six des dix individus les plus présents aux actes du seigneur sont des bourgeois sur cette période.

31Ainsi, malgré sa victoire, il semblerait que le seigneur de Montpellier ait reconnu la nécessité d’intégrer plus avant la bourgeoisie montpelliéraine à sa cour et dans le gouvernement de la ville. On constate en particulier une importante présence de certaines familles patriciennes de la ville qui forment l’entourage le plus proche et le plus régulier du seigneur : les Atbrand, Lambert, Leteric, Adalguier, Guilhem Pierre, entre autres. L’exemple le plus marquant est celui des Atbrand, qui totalisent 64 présences entre 1144 et 1172, faisant d’eux de très loin la famille la plus présente aux actes des seigneurs de Montpellier sur cette période alors même qu’ils étaient très peu présents jusque-là.

32Cette place désormais majoritaire de la bourgeoisie dans l’entourage des Guilhem est un marqueur d’une part du dynamisme de Montpellier et de l’enrichissement de son élite marchande, et d’autre part de l’évolution des rapports de force politique au sein de la ville elle-même entre chevaliers et bourgeois. Guilhem VII forme des relations de plus en plus solides avec ces riches familles et s’appuie sur leurs ressources à des fins politiques.

  • 38 Gaspar Feliu, Josep M. Salrach (dir.), Els pergamins de l'Arxiu comtal de Barcelona de Ramon Borell (...)
  • 39 Ibid., 1076, p. 1723-1726. Un autre acte similaire suivra en février 1161 (Ibid., 1086, p. 738-740)
  • 40 Le Languedoc est déchiré durant tout le xiie siècle par un long conflit entre le comte de Toulouse (...)
  • 41 C’est le début d’une longue politique d’emprunts qui se poursuivra au moins jusqu’à Jacques Ic d’Ar (...)

33Raimond Bérenger IV, comte de Barcelone, reconnaît ainsi dans un acte de 115638 devoir 4700 maravédis à Guilhem Leteric, qu’il s’engage à rembourser avant Pâques, son sénéchal Guilhem Raimond devant se rendre comme otage à Montpellier en cas de non-respect des termes du remboursement. Le comte passe un nouvel acte en septembre 116039, où il reconnaît cette fois 6700 maravédis de dette à Guilhem Leteric, et donne 10 nobles en otage qui ne pourront quitter Montpellier tant que la dette ne sera pas acquittée, Guilhem VII de Montpellier étant un des garants de ce second acte. Les seigneurs de Montpellier étaient à cette époque de proches fidèles des comtes de Barcelone40, et c’est sans doute par l’intercession de Guilhem VII de Montpellier que Raimond Bérenger IV vint remplir ses coffres auprès d’un bourgeois montpelliérain de son entourage proche41.

  • 42 Ana Isabel Sánchez Casabón, Alfonso II Rey de Aragón, Conde de Barcelona y Marqués de Provenza : do (...)
  • 43 Ibid., 157.

34Ce rôle auprès de l’allié barcelonais va continuer dans les années suivantes. Un acte de novembre 1173 nous informe qu’Alphonse 1er d’Aragon, fils de Raimond Bérenger IV, a une dette de 53 000 sous, somme très importante, contractée auprès des bourgeois de Montpellier42. Ce rôle de la bourgeoisie montpelliéraine auprès de la maison de Barcelone est illustré en particulier par une charte datée du 31 octobre 117343. Alphonse Ier d’Aragon inféode en indivis à Guilhem Adalguier de Montpellier, en remerciement des très grands services qu’il lui a rendu en temps opportun ("pro maximo servicio quod tu mihi fecisti in tempore oportuno"), 3 deniers par livre sur la monnaie de Provence ainsi que la maîtrise de ladite monnaie. Lui et ses successeurs le tiendront d’Alphonse et de ses propres successeurs. La charte ne nous informe pas de la teneur de ces services rendus, mais il est fort probable que cela soit lié encore une fois à un emprunt important.

  • 44 Seigneur d’Orange, celui-ci est un des plus grands troubadours du xiie siècle et il entretient une (...)
  • 45 Environ 4800 sous melgoriens.
  • 46 LIM 339, p. 523-525.
  • 47 LIM 343, p. 532-534.
  • 48 LIM 342, p. 530-532.

35En plus de banquiers pour l’allié régional, les bourgeois ont également pris un rôle d’intermédiaire du seigneur de Montpellier pour acquérir des domaines convoités. Entre 1161 et 1171, Raimbaud d’Orange44 et sa sœur Tiburgette, enfants de Guilhem d’Aumelas et donc cousins de Guilhem VII, font une série d’hypothèques sur leur honneur de Mireval, inclus dans la seigneurie d’Aumelas de leur père : en 1161 Raimbaud engage au bourgeois Guilhem Pierre ses possessions à Mireval pour 100 marcs d’argent fin45 avec le conseil de son tuteur Guilhem VII se posant comme garant de son cousin46. Il réitère en 1165 à Guilhem Adalguier pour 9200 sous melgoriens47, et sa sœur fait de même pour 810048 sous melgoriens.

  • 49 LIM 155, p. 287 et 162, p. 297.
  • 50 Guilhem VIII finit par mettre la main sur cette seigneurie en la rachetant à ses héritiers en 1199 (...)

36Guilhem Pierre et Guilhem Adalguier sont deux grands bourgeois montpelliérains et des très proches de Guilhem VII, ayant notamment été bayles de Montpellier respectivement en 1151 et en 117049. Quelques années plus tard, en 1171, Guilhem VII de Montpellier rachète finalement à Guilhem Adalguier la totalité de l’honneur que lui avait engagé Raimbaud d’Orange. C’est un autre exemple du rôle que peuvent avoir ces riches bourgeois de l’entourage du seigneur, qui utilisent leurs ressources financières pour sécuriser l’acquisition des possessions familiales perdues après le partage de 112150.

37Le règne de Guilhem VIII consacre cette alliance entre le seigneur de Montpellier et les familles de la haute bourgeoisie montpelliéraine. Les bourgeois s’imposent comme le premier groupe social de l’entourage des Guilhem, de loin : ils représentent 38 % au moins des présents aux actes des Guilhem, soit le double du nombre de seigneurs des environs (sans compter qu’il doit certainement y avoir une portion de bourgeois montpelliérains parmi les 24 % d’individus non-identifiés). Cela ne veut pas dire pour autant qu’il y a un effondrement du nombre de seigneurs dans l’entourage des Guilhem : leur nombre moyen de présences reste relativement stable malgré une légère baisse avec 4,5 aristocrates par acte plutôt que 5,1. L’explication est à trouver derrière l’augmentation nette du nombre de témoins par acte à la fin du siècle, avec 24 témoins par acte en moyenne et une médiane de 15 témoins, pour 8,6 et 7 respectivement au début du siècle. La croissance démographique exponentielle de Montpellier au xiie siècle entraîne une multiplication des familles bourgeoises, qui assistent de plus en plus nombreuses aux actes des seigneurs. Les familles seigneuriales ne pouvant croître de la même manière, leur proportion dans les actes décroît inéluctablement.

38Toutefois, cette évolution de l’entourage seigneurial ne s’explique pas uniquement par des raisons démographiques. Dans le premier tiers du xiie siècle, la chevalerie urbaine occupait une place de choix dans l’entourage le plus proche du seigneur de Montpellier et on retrouvait une demi-douzaine de ces individus présents régulièrement à ses actes.

39Cette période voit en effet un effacement progressif de ces derniers. Les milites fidèles de Guilhem V, qui composaient la majorité de son entourage le plus proche (des 10 hommes les plus présents à ses actes entre 1090 et 1121, 7 sont des chevaliers urbains ou des milites du domaine des Guilhem), continuent de composer le proche entourage de son fils, mais ils s’éteignent dans les années 1120 et 1130 sans, semble-t-il, être remplacés par des descendants. La proportion de chevaliers urbains passe ainsi de 30 % des présences en 1090-1121 à 17 % des en 1122-1143, puis s’effondre à 6,6 % en 1144-1172 et 3,4 % en 1172-1204.

  • 51 LIM 177, p. 314-315.
  • 52 Maurice Berthe, « Les élites urbaines méridionales au Moyen Âge (xie-xve siècles) », La maison au M (...)

40À la fin du siècle, seul Guilhem de Mèze, miles issu d’une famille châtelaine de l’Agadès mais ayant des possessions et une résidence à Montpellier51, semble avoir gardé cette place auprès du seigneur. La majorité des hommes les plus proches de Guilhem VIII sont désormais des bourgeois montpelliérains issus de riches familles patriciennes : Lambert, Atbrand, Lucian, Conques, Leteric, Austrin, Bertulf, Porta, entre autres. Le nombre moyen de chevaliers urbains présents auprès des Guilhem passe ainsi de 2,5 par acte sous Guilhem V à 0,8 par acte sous Guilhem VIII, et il paraît peu probable que le nombre de milites montpelliérains ait été divisé par trois sur cette période. Cet effacement progressif de la chevalerie urbaine dans l’entourage seigneurial est le signe - et la conséquence probable - d’un glissement de l’équilibre des pouvoirs au sein de la ville en plein développement. Ce recul du pouvoir exercé par la chevalerie urbaine au sein des villes au profit d’une classe marchande en plein essor est visible dans les autres villes méridionales. Il est néanmoins particulièrement précoce et marqué à Montpellier, où dès le début du xiiie siècle la chevalerie urbaine n’a plus de rôle politique important dans la direction de la ville, alors qu’elle conserve un pouvoir notable dans d’autres villes au xiiie siècle comme à Albi ou Rodez, voire même pendant tout le xive siècle comme dans le cas (assez exceptionnel certes) d’Arles52.

  • 53 LIM 99, p. 195-206.

41Dernier exemple de la proximité des Guilhem avec leur bourgeoisie et de la prépondérance qu’elle a acquise au fil du siècle au sein de Montpellier : dans son testament53, Guilhem VIII instaure, pour gouverner la ville durant la minorité de ses enfants, un conseil de régence de quinze probi homines, composé de quatorze bourgeois et d’un seul chevalier (Guilhem de Mèze). Ces hommes sont ceux qui composent son plus proche entourage peu avant sa mort, dont trois Lambert et trois Conques.

3. Un groupe social d’une remarquable stabilité

42Au-delà de sa croissance rapide et ininterrompue tout au long du xiie siècle, cet entourage bourgeois est par ailleurs remarquablement stable dans sa composition : une fois entrées dans l’entourage seigneurial, ces grandes familles bourgeoises y restent sur toute la période, contrairement aux familles châtelaines dont la présence peut varier au fil des décennies. Au sein de la bourgeoisie, les nouveaux arrivants ne remplacent pas les proches des décennies précédentes mais au contraire s’ajoutent à eux.

  • 54 55 H 8, Arch. dép. de l’Hérault, Montpellier, France et LIM 469, p. 649-652.
  • 55 LIM 123, p. 253-256 et Mag 273, p. 487-488.

43L’exemple le plus emblématique de cette constance est la puissante famille des Lambert. Ceux-ci qui étaient, comme nous l’avons vu, déjà dans le premier cercle des proches de Guilhem V de Montpellier dès le début du xiie siècle, occupent toujours à la fin du siècle une place de premier plan auprès de son arrière-petit-fils. On retrouve ainsi trois Lambert dans l’entourage seigneurial sur la période 1090-1121 (dont deux à plus d’une reprise), cinq en 1122-1143 (dont trois à plus d’une reprise, et l’un d’eux est bayle en 1139) et onze sur la période 1144-1172 (dont cinq à plus d’une reprise). Sur la période 1173-1204, ce ne sont pas moins de quatorze membres identifiés de cette famille qui ont assisté à au moins un acte de Guilhem VIII de Montpellier. Sept des quatorze ont été présents à au moins cinq reprises, et deux d’entre eux ont été bayle de Montpellier : un Bernard Lambert, qui apparaît comme bayle dans des actes en 1184-118554, puis son fils homonyme, bayle entre 1197 et 120355.

  • 56 LIM 404, p. 583-584.
  • 57 LIM 338, p. 522-523.
  • 58 LIM 61, p. 103-108.
  • 59 LIM 72, p. 132-135.
  • 60 LIM 104, p. 219-225.
  • 61 Cartulaire de l’abbaye de Valmagne, tome 1, Archives Départementales de l’Hérault, 9 H 37, fol.  14 (...)
  • 62 Mag 202, p. 369-370.
  • 63 Un Étienne Adalguier est témoin à un acte de la léproserie Saint-Lazare de Montpellier en 1186 (Mag (...)
  • 64 LIM 99, p. 195-206.

44Les années 1120-1140 voient apparaître dans l’entourage seigneurial de nouvelles familles bourgeoises : Adalguier en 111456, Leteric et Tolosa en 112257, Girbald en 112558, Bertulf en 113559, Atbrand en 113960. Toutes ces familles restèrent proches des Guilhem tout au long du siècle : deux Adalguier sont bayle en 1146 et 1170, un Atbrand l’est à au moins quatre reprises entre 1178 et 1190, un Bertulf en 1187 et un Leteric en 1193. Une exception peut-être à ce beau tableau : après la mort de Guilhem Adalguier (il apparaît pour la dernière fois en 118361), dont lui et d’autres membres de sa famille étaient très proches des seigneurs de Montpellier depuis des décennies, on ne retrouve plus aucun Adalguier aux actes des Guilhem, alors même que nous savons par ailleurs qu’il avait trois fils adultes62 et que d’autres Adalguier collatéraux étaient vivants à la fin du siècle63. Pas un seul Adalguier n’assiste au testament de Guilhem VIII en 1202, qui comporte pourtant le nombre exceptionnel de 196 souscripteurs64. Les raisons de cette désaffection, qui marque sans doute un froid avec le seigneur, ne sont pas claires, mais indiquent à tout le moins que les liens entre le seigneur et ses bourgeois, bien que très stables, n’étaient pas indestructibles.

45Les années 1170 voient une troisième vague de nouveaux arrivants dans les actes seigneuriaux : les Conques, Lucian, Porta, Austrin, Montaubérou, Azillan, Bocados, Fontanis, entre autres. Ces hommes arrivent en nombre dans l’entourage du seigneur de Montpellier et leur qualité de nouveaux venus n’empêche pas certains d’entre eux d’entrer dans son premier cercle aux côtés de familles fidèles depuis le début du siècle. Ces nombreux nouveaux arrivants n’impactent pas les présences des anciens grâce à la nette augmentation du nombre de témoins par acte que l’on observe chez les seigneurs de Montpellier à la fin du siècle.

46Il paraît ainsi probable que l’explosion du nombre moyen et médian de témoins par acte que l’on observe lors du règne de Guilhem VIII soit lié au nombre toujours plus grand de riches bourgeois gravitant à sa cour que le seigneur fait participer à ses prises de décisions.

  • 65 10 présences entre 1189 et 1203, il fait partie des 15 probi homines choisis par Guilhem VIII pour (...)
  • 66 10 présences entre 1189 et 1199.
  • 67 9 présences entre 1186 et 1203.
  • 68 7 présences entre 1180 et 1203. Il fait partie des neuf fidèles des Guilhem exilés après la révolte (...)

47Cette situation ne concerne d’ailleurs pas que les grandes familles bourgeoises que nous avons pu identifier : les actes des Guilhem incluent également un grand nombre d’autres bourgeois qui n’appartiennent pas aux grandes familles repérées, ou en tout cas dont les attaches familiales ne sont pas claires au xiie siècle. Des hommes comme Jacques Lombard65, Pierre de Cers66, Pierre de Pézenas67, Bernard de Castries68, par exemple, qui ne sont que quelques noms parmi de nombreux autres présents à la cour de Guilhem VIII à la fin du siècle.

48Autre aspect important quant aux familles bourgeoises les plus proches des Guilhem : pour plusieurs de ces grandes familles patriciennes, la proximité avec le seigneur ne concerne pas qu’un seul de leurs membres ou le seul chef de famille, mais l’ensemble du groupe familial, ou à tout le moins une portion non négligeable.

49Nous avons déjà mentionné les Lambert, qui sont l’exemple le plus parlant de cette situation, mais ils sont loin d’être les seuls. Les Atbrand, autre grande famille bourgeoise montpelliéraine, sont ainsi 7 à être présents auprès du seigneur sur la période 1144-1172, et 5 pour la période 1173-1204. À la fin du siècle, sous le règne de Guilhem VIII, on retrouve dans son entourage 11 Conques, 7 Azillan, 5 Bocados, 4 Porta, 3 Austrin, 3 Lucian, entre autres.

50La multiplication de ces riches familles bourgeoises, et les nombreux membres actifs des plus puissantes d’entre elles, sont le reflet le plus éloquent de l’explosion démographique et économique vécue par Montpellier au xiie siècle. Les Guilhem ont formé des liens solides avec les grandes familles bourgeoises de leur ville, que leur richesse soit ancienne ou récente, et ont su concilier les revendications de cette nouvelle classe marchande avec la sauvegarde de leur pouvoir sur la ville.

51Conclusion

  • 69 On peut par ailleurs remarquer la grande continuité dans les lignages de burgenses montpelliérain a (...)

52Cette analyse prosopographique des bourgeois participant aux actes des seigneurs de Montpellier et de la récurrence de leur participation permet ainsi une lecture fine de l’évolution de l’entourage de la famille seigneuriale étudiée. Elle confirme certains faits connus par l’historiographie et par une lecture classique des sources, mais elle permet aussi de découvrir ou d’éclaircir certains fonctionnements et évolutions de cet entourage. Le rythme de l’ascension de la bourgeoisie au sein de l’entourage seigneurial, miroir du développement et de l’enrichissement exponentiel de Montpellier au xiie siècle, est éloquent. Le recul simultané de la présence des chevaliers urbains n’est sans doute pas un hasard, mais révèle l’évolution des rapports de force au sein de la ville. L’épisode traumatisant de la révolte de Montpellier en 1141-1143 en particulier a dû ouvrir les yeux des Guilhem quant à l’importance de l’intégration des bourgeois dans le gouvernement urbain. Après celle-ci, les Guilhem firent entrer les grandes familles de notables montpelliérains dans leur premier cercle de proches et leur proximité avec le seigneur ne fut plus remise en cause. Pour les familles les plus présentes, ce lien ne concerne pas que le chef de famille, mais une bonne partie de la parenté, et la solidité de ces liens est mise en évidence par leur stabilité au fil du siècle et au-delà. Cet accroissement de l’influence de la bourgeoisie montpelliéraine, couplé à son rôle comme banquière du roi d’Aragon, lui permet d’être en position de force lorsque celui-ci devient seigneur de Montpellier en 1204 : le consulat est réinstauré et dirige la ville avec une nette indépendance vis-à-vis du nouveau suzerain. La chevalerie urbaine est notablement absente du consulat, consacrant la domination des burgenses sur la ville69. Pour autant, une telle analyse chiffrée ne peut être effectuée seule et pour elle-même, la réalité des dynamiques et du fonctionnement de l’entourage seigneurial n’étant pas nécessairement représentée par la simple récurrence des présences aux actes. Certains individus peuvent ne pas faire partie des proches les plus présents aux actes tout en ayant une grande importance dans l’entourage du seigneur. Les grands aristocrates alliés sont un bon exemple : s’ils ne font pas le déplacement pour un acte banal, ils sont toutefois présents lorsqu’un conflit émerge ou qu’un acte important est rédigé. Ce type d’analyse prosopographique, s’il est fait avec prudence, peut ainsi apporter un éclairage nouveau sur certains groupes sociaux définis et leur évolution.

Haut de page

Notes

1 Claire Lemercier, Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? » dans Laurent Rollet et Philippe Nabonnaud (dir.), Les uns et les autres. Biographies et prosopographies en histoire des sciences, Presses Universitaires de Nancy, Editions Universitaires de Lorraine, 2012, p. 605-630.

2 Pierre-Marie Delpu, « La prosopographie, une ressource pour l’histoire sociale », Hypothèses, vol. 18, n°1, 2015, p. 263-274.

3 Sébastien Didier, « La prosopographie, une méthode historique multiscalaire entre individuel et collectif. », Cahiers d'histoire, vol 35, n°1, 2017, p. 59-84.

4 On peut citer en particulier l’exemple célèbre de la Prosopographia imperii romani.

5 Jean-Philippe Genet, « Prosopographie et genèse de l’État moderne », dans Françoise Autrand (dir.), Prosopographie et genèse de l’État moderne, Paris, École normale supérieure de jeunes filles, 1986, p. 9-12.

6 Françoise Autrand, Naissance d’un grand corps de l’État. Les gens du Parlement de Paris, 1345-1454, Publications de la Sorbonne, Paris, 1981.

7 Maria Luisa Bonsangue, « La vie des chevaliers romains connus à Narbonne : étude du milieu équestre d’une cité de l’Occident romain », dans Stéphane Benoist et Christine Hoët-van Cauwenberghe (éd.), La vie des autres. Histoire, prosopographie, biographie dans l’Empire romain, Villeneuve d’Ascq, 2013, p. 64-92.

8 Jack Roskilly, « Les sceaux des évêques byzantins (xie-xiie siècles). Une source pour l’étude prosopographique d’un groupe social », Hypothèses, vol. 18, n°1, 2015, p. 299-308.

9 https://www.vjf.cnrs.fr/charlesVI/accueil.php (consulté le 12 novembre 2020).

10 https://angevine-europe.huma-num.fr/ea/fr/pr%C3%A9sentation-europange (consulté le 12 novembre 2020).

11 Voir en particulier : Claire Lemercier, Emmanuelle Picard, « Quelle approche prosopographique ? », dans Laurent Rollet, Philippe Nabonnaud (dirs.), Les uns et les autres. Biographies et prosopographies en histoire des sciences, Nancy, Presses Universitaires de Lorraine, 2012 p. 605-630.

12 Aujourd’hui Mauguio.

13 Sur la fondation de Montpellier, voir Henri Vidal, « Aux origines de Montpellier : la donation de 985 », dans Henri Vidal (dir.), Montpellier et les Guilhems, Montpellier, Faculté de droit et de science politique de Montpellier, 2012, p. 51-110. Sur l’histoire de la ville, voir Christian Amalvi, Rémy Pech (dirs.), Histoire de Montpellier, Toulouse, Privat, 2015, 925 p. La période qui nous concerne est traitée par Vincent Challet dans ce dernier ouvrage, p. 45-61.

14 Sur le développement urbain de Montpellier, voir : Ghislaine Fabre, Thierry Lochard, « 4. Montpellier » dans Bernard Gauthiez, Elisabeth Zadora-Rio, Henri Galinié (dirs.), Village et ville au Moyen Âge : Les dynamiques morphologiques [en ligne]. Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2003, (généré le 27 mars 2021), ou encore Jacqueline Caille, « L'élan urbain en Languedoc du xie au xive siècle. L’exemple de Narbonne et de Montpellier », Archéologie du Midi médiéval, 1995, t. 13, p. 79-90.

15 Vincent Challet, « Y a-t-il des consuls à Béziers avant 1247 ? Réflexions sur l’histoire du consulat biterrois à la veille de la Croisade » dans Monique Bourrin (dir.), En Languedoc au xiiie siècle : Le temps du sac de Béziers, Presses universitaires de Perpignan, Perpignan, 2010, p. 203-226.

16 LIM 5, p.35-36. Les Aimoin sont la deuxième famille aristocratique montpelliéraine la plus puissante après les seigneurs de Montpellier eux-mêmes et ils possèdent de nombreux droits sur la ville, dont la viguerie de Montpellier qu’ils tiennent en fief héréditaire depuis 1103 (LIM 100 et 101, p. 207-127).

17 Le mot est d’ailleurs absent de la première coutume de 1204 et ne fut utilisé pour définir officiellement l’instance dirigeante de la ville qu’à partir de 1205. André Gouron, « Diffusion des consulats méridionaux et expansion du droit romain aux xiie et xiiie siècles », Bibliothèque de l'école des chartes, 1963, t. 121. p. 26-76.

18 La distinction entre milites et bourgeois peut parfois être fragile durant cette période. Certains actes distinguent clairement les milites des non-nobles dans la liste des témoins, mais beaucoup se contentent d’égrener les noms sans spécifier les titulatures. Néanmoins, dans l’écrasante majorité des cas, les aristocrates et milites sont cités en premier, suivi des non-nobles, que les deux groupes soient nommément distingués ou non. Il existe des exceptions à cette règle, mais si un individu est présent à plusieurs actes, on peut le plus souvent déterminer son statut suivant au sein de quel groupe il a l’habitude de souscrire. Des erreurs peuvent éventuellement se glisser concernant des individus n’apparaissant qu’une seule fois, mais l’impact sur notre étude est marginal.

19 Lorsqu’il est connu ou possible de l’établir avec une certitude raisonnable. Il faut évidemment garder une prudence salutaire quant au complément toponymique des noms, qui ne renvoient pas nécessairement au lieu de résidence. Une analyse de type prosopographique est d’une grande aide pour ce genre de questionnement.

20 Les séries de chartes ayant été produites le même jour avec les mêmes témoins, comme par exemple des serments de fidélité des différents coseigneurs du même castrum, sont comptées comme un seul acte dans le cadre de cette étude étant donné qu’elles marquent un même rassemblement.

21 Le Liber Instrumentorum Memorialium est le cartulaire de la famille des Guilhem de Montpellier, édités par A. Germain et C. Chabaneau à la fin du xixe siècle. Pierre Chastang, « La préface du Liber Instrumentorum Memorialis des Guilhem de Montpellier ou les enjeux de la rédaction d’un cartulaire laïque méridional », dans Daniel Le Blévec (dir.), Les cartulaires méridionaux : actes du colloque organisé à Béziers les 20 et 21 septembre 2002, Paris, École des chartes, 2006, p. 91-124. Pour plus de renseignements sur les cartulaires méridionaux, voir Pierre Chastang, Lire, écrire, transcrire : le travail des rédacteurs de cartulaires en Bas-Languedoc (xie-xiiie siècles), Paris, Éditions du CTHS, 2001.

22 Onze dans le cartulaire de Valmagne, cinq dans le cartulaire de Maguelone, deux dans le cartulaire des Trencavel.

23 Dom Claude Devic, Dom Joseph Vaissete, Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1872-1905, 15 t. (2 actes) ; Luc d’Achery, Spicilegium…, vol. 6, Paris, 1671. (2 actes) ; Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa, Paris, 1715-1785 et 1856-1865, 16 vol., t. VI, Instr. (1 acte) ; Gaspar Feliu, Josep M. Salrach (dir.), Els pergamins de l'Arxiu comtal de Barcelona de Ramon Borell a Ramon Berenguer I, Fundacio Noguera, Collectio Diplomataris, Barcelone, 1999. (1 acte) ; Ana Isabel Sánchez Casabón, Alfonso II Rey de Aragón, Conde de Barcelona y Marqués de Provenza : documentos (1162-1196), Institución "Fernando el Católico", Saragosse, 1997. (1 acte). Ainsi que 2 actes dans les Titres de la Maison d’Anjou aux Archives Nationales, édités dans Pierre Joan Bernard, La seigneurie de Montpellier dans les Titres de la Maison d’Anjou aux Archives Nationales. Présentation et édition, mémoire de master, Jean-Loup Abbé et Laurent Macé (dir.), université Toulouse II Jean Jaurès, 2008.

24 Neuf dans les Archives Départementales de l’Hérault, un dans les Archives Municipales de Montpellier, un dans les Archives Départementales du Gard.

25 L’écrasante majorité de ces individus sont des témoins, mais sont aussi des personnes ayant d’autres rôles au sein de certains actes : cojureurs, otages, conseillers, entre autres (sauf s’ils agissent explicitement pour un autre acteur que le seigneur de Montpellier, tel un otage pour la partie adverse dans le cadre d’un accord). Pour la question des souscriptions aux actes, voir : Benoît-Michel Tock, Scribes, souscripteurs et témoins dans les actes privés en France (viie-début du xiie siècle), Turnhout, Brepols Publishers, 2005.

26 Julien Rouquette, Augustin Villemagne, Cartulaire de Maguelone, t. 1 (819-1202) (abrégé Mag pour la suite), Montpellier, 1912, Louis Valat, 34, p. 76-80.

27 LIM 121, p. 250-252.

28 Bérenger Lambert est un des trois témoins laïcs du serment de fidélité de Guilhem V de Montpellier à l’évêque de Maguelone Gautier, LIM 92, p.74-75.

29 LIM 100, p. 207-211.

30 Léon Cassan, Edmond Meynial, Cartulaire des abbayes d’Aniane et de Gellone, Cartulaire d’Aniane, Montpellier, 1900, 278, p. 358. Cette présence de bourgeois montpelliérains à un acte de l’évêque de Béziers est assez étonnante. Elle pourrait être expliqué par des intérêts que ces hommes auraient à Gignac, ou par la rédaction de cette charte à Montpellier même.

31 Ibid. 264, p. 390-391. Cette donation est faite par les quatre premiers seigneurs répartis sur trois générations, Guilhem (I), son neveu Guilhem (II) Bernard, leurs femmes Quimberga et Béliarde et les fils du second, Guilhem (III), Pierre, Bernard Guilhem (IV) et Pons.

32 LIM 61, p. 103-108.

33 Ghislaine Fabre, Thierry Lochard, « 4. Montpellier », art. cit.

34 Ibid.

35 Se reporter à Alexandre Vergos, « Violence seigneuriale en Languedoc : le cas du comté de Melgueil (xie-xiie siècles) », Criminocorpus [En ligne], La violence seigneuriale à l'époque médiévale, Communications, mis en ligne le 15 avril 2021, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/9188

36 Les Guilhem tenaient en effet le territoire de Lattes en fief de l’évêque, et il reconnut dans cet accord qu’il tenait également en fief le castrum de Palude, autre nom de Lattes (LIM 43, p. 75-78).

37 On peut néanmoins constater quand dans le seul acte qui nous soit parvenu de cette période, où Guilhem VI hypothèque au seigneur de Clermont son castrum de Paulhan pour remplir ses coffres et financer la reconquête de la ville, aucun bourgeois n’est témoin de l’acte (LIM 540, p. 722-723).

38 Gaspar Feliu, Josep M. Salrach (dir.), Els pergamins de l'Arxiu comtal de Barcelona de Ramon Borell a Ramon Berenguer I, Fundacio Noguera, Collectio Diplomataris, Barcelone, 1999, vol 4, 997, p. 1607-1608.

39 Ibid., 1076, p. 1723-1726. Un autre acte similaire suivra en février 1161 (Ibid., 1086, p. 738-740).

40 Le Languedoc est déchiré durant tout le xiie siècle par un long conflit entre le comte de Toulouse et le comte de Barcelone pour l’hégémonie sur la région, que les historiens ont nommé « Grande guerre méridionale ». Pour plus de détails, voir Laurent Macé, Les comtes de Toulouse… op. cit., Hélène Débax, La féodalité languedocienne…, op. cit., Hélène Débax. « L’échec de l’Etat occitan. Sur les divergences de l’évolution entre Occitanie et Catalogne (ixe-xiiie siècles) », dans Marina Miquel, Càtars i trobadors. Occitània i Catalunya: renaixença i futur, Museu d’Història de Catalunya, Generalitat de Catalunya, 2003 p. 68-75.

41 C’est le début d’une longue politique d’emprunts qui se poursuivra au moins jusqu’à Jacques Ic d’Aragon au xiiie siècle.

42 Ana Isabel Sánchez Casabón, Alfonso II Rey de Aragón, Conde de Barcelona y Marqués de Provenza : documentos (1162-1196), Institución "Fernando el Católico", Saragosse, 1997.

43 Ibid., 157.

44 Seigneur d’Orange, celui-ci est un des plus grands troubadours du xiie siècle et il entretient une riche cour à son château de Courthézon. Walter T. Pattison, The Life and Works of the Troubadour Raimbaut D’Orange, University of Minnesota Press, 1952.

45 Environ 4800 sous melgoriens.

46 LIM 339, p. 523-525.

47 LIM 343, p. 532-534.

48 LIM 342, p. 530-532.

49 LIM 155, p. 287 et 162, p. 297.

50 Guilhem VIII finit par mettre la main sur cette seigneurie en la rachetant à ses héritiers en 1199 pour la somme importante de 77 400 sous melgoriens. Concernant la seigneurie d’Aumelas aux xie et xiie siècles, voir : Claudie Duhamel-Amado, Genèse des lignages méridionaux. Tome 2, Portraits de familles, Toulouse, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, 2007, p. 219-236.

51 LIM 177, p. 314-315.

52 Maurice Berthe, « Les élites urbaines méridionales au Moyen Âge (xie-xve siècles) », La maison au Moyen Âge dans le midi de la France, 2002 p. 21-40. Sur la chevalerie urbaine de manière générale, voir Martin Aurell, « La chevalerie urbaine en Occitanie (fin xe -début xiiie siècle) », xxxive Congrès de la S.H.M.E.S., 1996, Rome, p. 71-118.

53 LIM 99, p. 195-206.

54 55 H 8, Arch. dép. de l’Hérault, Montpellier, France et LIM 469, p. 649-652.

55 LIM 123, p. 253-256 et Mag 273, p. 487-488.

56 LIM 404, p. 583-584.

57 LIM 338, p. 522-523.

58 LIM 61, p. 103-108.

59 LIM 72, p. 132-135.

60 LIM 104, p. 219-225.

61 Cartulaire de l’abbaye de Valmagne, tome 1, Archives Départementales de l’Hérault, 9 H 37, fol.  149.

62 Mag 202, p. 369-370.

63 Un Étienne Adalguier est témoin à un acte de la léproserie Saint-Lazare de Montpellier en 1186 (Mag 189, p. 346-348).

64 LIM 99, p. 195-206.

65 10 présences entre 1189 et 1203, il fait partie des 15 probi homines choisis par Guilhem VIII pour former le conseil de régence durant la minorité de son fils aîné dans son testament de 1202 (Ibid.)

66 10 présences entre 1189 et 1199.

67 9 présences entre 1186 et 1203.

68 7 présences entre 1180 et 1203. Il fait partie des neuf fidèles des Guilhem exilés après la révolte de Montpellier en 1204 (Henri Vidal, « L’Aragon et la révolution montpelliéraine de 1204 », dans Henri Vidal (dir.), Montpellier et les Guilhems, Montpellier, Faculté de droit et de science politique de Montpellier, 2012, p. 111-130.).

69 On peut par ailleurs remarquer la grande continuité dans les lignages de burgenses montpelliérain avant et après 1204 : les Adalguier, les Atbrand, les Conques sont présents au consulat dès les années 1205-1215. Les Lambert, grands fidèles des Guilhem, subissent une éclipse passagère après 1204 (lorsque Pierre II d’Aragon fait renverser les Guilhem et s’empare de Montpellier, cinq Lambert sont exilés de la ville. Henri Vidal, « L’Aragon et la révolution montpelliéraine de 1204 », art. cit.) mais ils se rétablissent très vite puisqu’ils ont un consul dès 1222 et se maintiennent dans le milieu consulaire jusqu’en 1367. L’édition numérique du Petit Thalamus fournit un index de tous les individus cités dans ces annales, en particulier tous ceux ayant accédé au consulat à partir du xiiie siècle : http://thalamus.huma-num.fr/index-personnes/lettre-A.html.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Seigneurie de Montpellier en 1120
Crédits Droits de reproduction : © Alexandre Vergos
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/10845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 2 : Répartition chronologique des actes
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/10845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 3 : Statistiques des présences aux actes
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/10845/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Fig. 4 : Les 30 individus les plus présents par période
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/10845/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/10845/img-5.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre Fig. 5 : Les 30 familles les plus présentes par période
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/10845/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/10845/img-7.png
Fichier image/png, 4,0k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Vergos, « Les Guilhem de Montpellier et leur entourage urbain (1090-1204) : les apports de l’approche prosopographique  »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/framespa/10845 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.10845

Haut de page

Auteur

Alexandre Vergos

Alexandre Vergos est doctorant en histoire médiévale à l’université Toulouse Jean Jaurès au sein du laboratoire Framespa. Sa thèse, sous la direction d’Hélène Debax et de Vincent Challet, porte sur les pôles de pouvoir et réseaux d’alliance dans le comté de Melgueil à la période féodale (XIe-XIIe siècles). alexandre@vergos.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search