Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37BiographieEntre prosopographie et micro-his...

Biographie

Entre prosopographie et micro-histoire : l’apport de l’approche biographique à l’histoire des ingénieurs des États de Languedoc au xviiie siècle

Between Prosopography and Micro-history: How the History of Engineers of États de Languedoc Benefits from a Biographical Approach (France, 18th century)
Entre prosopografía y microhistoria : la aportación del enfoque biográfico a la historia de los ingenieros de los Estados de Languedoc (siglo XVIII)
Catherine Isaac

Résumés

Cet article expose la méthodologie mise en œuvre pour l’étude des ingénieurs recrutés par les États de Languedoc au xviiie siècle pour leurs nombreux chantiers de travaux publics, entre prosopographie et micro-histoire. Après une phase de recensement des individus concernés, il est apparu qu’aucune source ne permettait d’appréhender cette population dans sa globalité. Une approche inductive, fondée sur la collecte de données biographiques, a alors été adoptée, conduisant à la présentation des sources, outils et résultats. Focalisée sur les connaissances scientifiques et techniques des ingénieurs, cet essai permet de cerner leur éducation, leurs savoirs, leurs missions et réalisations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sébastien Didier, « La prosopographie, une méthode historique multiscalaire entre individuel et col (...)
  • 2 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, « La micro-histoire », Le Débat 1981/10 (n° 17), p. 133–136. DOI 10.391 (...)
  • 3 Laurent Rollet, Philippe Narbonnand (dir.), Les Uns et les autres … Biographies et prosopographies (...)
  • 4 Construire en province au xviiie siècle : les ingénieurs des États de Languedoc, thèse de doctorat (...)

1En 2017 dans un article des Cahiers d’histoire, Sébastien Didier précisait que « la prosopographie compile de nombreux profils individuels les uns avec les autres afin d’incarner les groupes étudiés et d’appréhender leur diversité interne »1. Dans une étude publiée en 1981, Carlo Guinzburg et Carlo Poni, se référant à Lawrence Stone, avaient mis en évidence deux courants de recherches prosopographiques, « l’un qualitatif, attentif aux élites […] l’autre quantitatif, préoccupé d’analyser des agrégats sociaux plus massifs ». Ils proposaient ainsi de fusionner ces deux approches afin « de combiner la perspective non élitaire du second avec le souci d’individualisation qui est au cœur du premier », posant ainsi les principes du concept de micro-histoire2. Par ailleurs, Laurent Rollet et Philippe Narbonnand caractérisaient ainsi « la démarche biographique et/ou prosopographique : reconstruire le contexte dans lequel évaluent les acteurs étudiés, penser la manière dont ils font groupe et analyser les modalités selon lesquelles ils se singularisent »3. Ces principes ont guidé la recherche sur le corps des ingénieurs des États de Languedoc au xviiie siècle, fondement de notre thèse soutenue en décembre 20184. Se fondant sur ces différentes réflexions, le présent article vise à présenter la méthodologie adoptée pour ce cas d’étude, et notamment à illustrer tant les emprunts que les divergences avec les approches prosopographique et micro-historique.

2Au xviiie siècle, le Languedoc, pays d’États, bénéficie d’une certaine autonomie fiscale. Les États généraux qui administrent la province engagent de nombreux travaux d’aménagement de leur territoire : routes, ponts, canaux, entretien des ports, assèchements de marais. Pour la conception de ces ouvrages et le suivi des chantiers, les États embauchent leur propre personnel, hors du corps des Ponts et Chaussées.

3Cette recherche sur les ingénieurs de la province s’est rapidement heurtée à l’absence de source permettant d’appréhender cette population tant dans sa globalité que par le biais de parcours personnels. Pour combler cette lacune, nous avons été amené à collecter des données biographiques, sur le plus grand nombre possible de personnes, en nous focalisant particulièrement sur la question des savoirs, du recrutement, de la formation de l’apprentissage et de la transmission. L’objectif était d’ouvrir ainsi la voie à une potentielle approche inductive afin de caractériser ce groupe, d’en dégager des traits généraux par la compilation et le recoupement de faits individuels.

4Dans une première partie, nous exposons le contexte et les justifications de cette démarche ; dans une seconde partie, nous décrivons la méthodologie de recueil des informations et les sources utilisées. Enfin, nous montrons les résultats obtenus et leur positionnement entre prosopographie et micro-histoire, mettant ainsi en lumière les emprunts et les divergences avec ces deux approches, et leurs apports respectifs.

1. Contexte et raisons d’une démarche biographique

5Le Languedoc, domaine géographique de notre étude, présente au xviiie siècle plusieurs attributs singuliers. Province la plus étendue du royaume de France, c’est avec la Bourgogne, la Bretagne et la Provence, l’un des quatre grands pays d’États, où siègent en assemblée des représentants des trois ordres, les États provinciaux, qui statuent notamment sur la collecte de l’impôt et sur sa répartition. Leurs prérogatives incluent également les décisions et le financement des travaux publics relatifs à l’aménagement du territoire. À ce titre, ils disposent d’un personnel propre. Si la Bourgogne, la Bretagne et la Provence s’appuient pour ce faire sur les ingénieurs du roi ou ceux des Ponts et Chaussées, le Languedoc se démarque en recrutant ses propres ingénieurs à partir du début du xviiie siècle.

  • 5 Anne Blanchard, Les Ingénieurs du "Roy" de Louis XIV à Louis XVI, Étude du corps des fortifications (...)
  • 6 Antoine Picon, Architectes et Ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Éditions Parenthèses, 1 (...)
  • 7 Hélène Vérin, La Gloire des ingénieurs, l’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, A (...)

6Les travaux sur l’histoire des ingénieurs en France se sont considérablement développés à partir des années 1980, dans le sillage des publications d’Anne Blanchard5 sur les ingénieurs du roi, de ceux d’Antoine Picon6 sur les Ponts et Chaussées et de Hélène Vérin7 sur la marine. Ces recherches ont essentiellement été consacrées aux corps militaires et civils qui exercent dans les pays d’élection. Ainsi le corps des ingénieurs civils du Languedoc pris dans son ensemble n’avait-il jamais été étudié, ce qui a suscité notre intérêt.

  • 8 Fernand de Dartein, Études sur les ponts remarquables, Volume III, Ponts français du xviiie siècle, (...)
  • 9 Jérôme Slonina, « Des chemins superbes jusqu’à la folie », la politique routière des états de Langu (...)
  • 10 François de Dainville, « Cartes anciennes du Languedoc, xvie-xviiie siècle », Bulletin de la sociét (...)
  • 11 Fernand de Dartein, op. cit.
  • 12 Les publications sur Toulouse sont très nombreuses, citons par exemple : Fabienne Boussat, Projets (...)
  • 13 Line Teisseyre-Sallmann, « Urbanisme et société : l'exemple de Nîmes aux xviie et xviiie siècles », (...)
  • 14 Parmi les innombrables publications sur le Canal : Antoine-François Andreossy, Histoire du Canal du (...)

7En ce qui concerne le Languedoc, l’organisation de l’administration des travaux publics a été documentée dès le début du xxe siècle par Fernand de Dartein8, particulièrement dans ses aspects techniques, puis plus récemment par Jérôme Slonina9 dans une perspective d’histoire du droit. De même, les nombreux domaines dans lesquels ces ingénieurs ont exercé leurs activités ont déjà fait l’objet de différentes études et publications : la cartographie par François de Dainville10, les ponts par Fernand de Dartein11, les aménagements urbains avec divers articles ou mémoires sur Toulouse12, Nîmes13, ou encore le canal des Deux-Mers14. Cependant, l’histoire de ces hommes dans leur ensemble, de leur formation et de leur parcours professionnel manquait ou restait pour le moins fragmentaire.

  • 15 Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, Winter, 1971, Vol. 100, No. 1, Historical Studies Toda (...)
  • 16 Sébastien Didier, op. cit., p. 84.
  • 17 Ibid., p. 71.

8Dans un article de référence Lawrence Stone donnait cette définition: « Prosopography is the investigation of common background characteristics of a group of actors in history by means of a collective study of their lives15. » Notre recherche visant à combler les lacunes dans l’histoire des ingénieurs du Languedoc s’apparente à la prosopographie selon cette acception ou celle donnée par Sébastien Didier déjà citée, tout en s’en distinguant par plusieurs aspects. En premier lieu, si la prosopographie est souvent considérée comme une approche quantitative ou statistique16, nous ne nous sommes pas placé dans cette perspective. Hormis le dénombrement des personnes impliquées, notre intérêt ne s’est pas focalisé sur des données chiffrées, il ne s’agissait pas ainsi de calculer la durée des carrières professionnelles, d’évaluer le nombre de chantiers ou d’estimer le nombre de kilomètres (ou de lieues) de routes construites. Cela aurait été d’autant moins fondé qu’une recherche prosopographique suppose que le groupe étudié soit préalablement défini17. Or, celui-ci était au départ non délimité, ce travail visant entre autres à en discerner précisément les contours.

9En effet, la gestion de ce personnel des États de Languedoc n’ayant pas été centralisée, pratiquement aucune liste ou aucun document comptable, qui auraient facilité une démarche globale, ne nous sont parvenus. En particulier, le dénombrement et l’identification des individus concernés ont dû être approchés par d’autres moyens. De fait, ces ingénieurs n’étaient ni connus ni distingués en tant que tels à l’exception de quelques personnalités.

  • 18 Henri Louyat, Jean Coppolani, Pierre Baudis, Roger Bouigue, Séance académique du 4 juin 1982 Bicent (...)
  • 19 Pierre Humbert, « L’œuvre mathématique d’Henri Pitot », Revue d’histoire des sciences et de leurs a (...)
  • 20 Paul Mesplé, « Joseph-Marie de Saget, ingénieur des travaux publics de la province de Languedoc », (...)
  • 21 René-Nicolas Dufriche baron Desgenettes, Éloges des académiciens de Montpellier. Pour servir à l’hi (...)

10En réalité, quelques rares figures seulement avaient fait l’objet d’une monographie. François Garipuy (1711–1782) a été célébré à Toulouse à l’occasion du bicentenaire de son décès, tant pour ses activités d’académicien, de capitoul et d’astronome que pour celles d’ingénieur, comme acteur clé du programme d’embellissement conçu par Louis de Mondran18. Henri Pitot (1695–1771), hydraulicien, est plus célèbre pour l’invention de l’instrument de mesure de la vitesse d’écoulement des fluides qui porte son nom que pour son travail au service de la province, évoquée toutefois dans une biographie récente19. Joseph-Marie de Saget (1725–1782) n’était documenté jusqu’ici que grâce à l’article, maintenant un peu ancien, que lui avait consacré Paul Mesplé20. Ces personnalités ont éveillé l’attention des biographes car leur nom est attaché à la construction de grands ouvrages du patrimoine de la province, par exemple l’aqueduc Saint-Clément à Montpellier (Pitot) ou des ponts remarquables comme le pont Saint-Roch à Lavaur ou celui de Carbonne (Saget). Pour quelques autres, assez rares comme Jean de Clapiès (1670–1740), seul leur éloge funèbre par leurs pairs académiciens peut nous éclairer sur leur parcours21.

  • 22 Sur l’organisation, les rôles respectifs des différents acteurs et le parallèle avec les Ponts et C (...)

11Ces informations, lacunaires, ne renseignent que sur les personnes les plus en vue, les autres étant restées dans l’ombre bien qu’au cours de siècle leur nombre n’ait fait que croître. En effet, l’organisation des travaux publics en Languedoc s’est progressivement constituée selon un schéma pyramidal. Alors qu’initialement un unique ingénieur conduisait les chantiers dans toute la province, après son décès, chacune des trois sénéchaussées (Toulouse, Carcassonne, Beaucaire-Nîmes) se voit attribuer un directeur pour lui succéder. Enfin, les diocèses civils eux-mêmes se dotent d’inspecteurs. Si le terme « ingénieur » est rarement utilisé dans les délibérations des assemblées provinciales, les fonctions relèvent bien de cette dénomination. Les responsabilités d’un directeur des travaux publics en Languedoc, chargé de la conception des ouvrages et de l’établissement des devis, sont peu ou prou équivalentes à celles d’un ingénieur en chef des Ponts et Chaussées. Les inspecteurs, assimilables aux ingénieurs ordinaires, assurent le suivi des chantiers22.

12Ainsi, l’augmentation des effectifs découle de la croissance continue du nombre de constructions lancées. Sur la période étudiée, onze personnes ont occupé des postes de directeurs, et plus d’une centaine des emplois d’inspecteurs dans les sénéchaussées et les diocèses. Le nombre total des individus recensés est d’environ 150. Cet effectif relativement faible conforte la faisabilité et la pertinence d’une collecte d’informations individuelles comme base d’une approche inductive. Si quelques noms étaient identifiés comme tels, notamment lorsqu’ils étaient cités dans les procès-verbaux des délibérations des États, ils demeuraient toutefois rares, en outre leur parcours restait à reconstituer. L’objectif de cette recherche n’était donc pas à proprement parler prosopographique, au sens des caractéristiques socio-économiques, mais plus centré sur l’acquisition, la transmission et la mise en œuvre des savoirs et des savoir-faire. Il était donc crucial de comprendre comment ces hommes qui n’avaient a priori qu’une expérience très limitée de la construction se sont mués en ingénieurs. Le recueil des informations nécessaires s’est effectué en deux étapes.

2. Méthodologie de collecte des informations

  • 23 Les ingénieurs du roi n’ont pas été inclus, dépendant de l’intendant et donc du pouvoir royal et no (...)

13Une telle recherche se heurte d’emblée à la question des sources. En effet, au contraire des Ponts et Chaussées par exemple, pour lequel les historiens comme Antoine Picon ont pu exploiter les archives qui remontent à la création du corps, il n’existe aucun fonds spécifique pour les ingénieurs du Languedoc. Avant de pouvoir rechercher des données biographiques permettant de reconstituer leur parcours, il fallait tout d’abord les identifier et autant que possible, les recenser, en ayant au préalable circonscrit le groupe de personnes à étudier. À cet égard, le critère retenu est le lien de subordination à l’une des entités administratives suivantes, la province en corps, une sénéchaussée ou un diocèse, lien matérialisé par la perception d’une rémunération, régulière ou ponctuelle23.

  • 24 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, op. cit., p. 2.

14La province, à quelque niveau que ce soit, n’a jamais dressé de liste de son personnel. Seuls quelques rares états ont été établis autour de l’année 1782, période charnière où les décès successifs de plusieurs directeurs ont entraîné des réorganisations. La recherche des membres du groupe s’est donc fondée sur le principe posé par Carlo Ginzburg et Carlo Poni pour la micro-histoire : « Le fil d’Ariane qui guide le chercheur dans le labyrinthe des archives est celui qui distingue un individu d’un autre dans toutes les sociétés connues : c’est le nom24. » Il fallait donc explorer les sources et documents dans lesquels les noms des ingénieurs étaient susceptibles d’apparaître.

  • 25 Jean Albisson, Loix municipales et économiques du Languedoc ou recueil des ordonnances, édits, lett (...)
  • 26 Série C des différentes Archives départementales.

15Les procès-verbaux des délibérations annuelles des États constituent la source d’un premier recensement. Toutefois, ces documents n’en rendent qu’une vision partielle, car dans ces sessions, seuls les noms des directeurs des travaux publics et ceux des inspecteurs affectés aux chantiers les plus importants sont cités. Beaucoup d’entre eux relevant des diocèses civils et, à ce titre, s’occupant de travaux plus modestes, ne sont jamais mentionnés. Il a donc fallu les identifier par une autre méthode. En théorie, leur nomination étant entérinée lors des assiettes, les assemblées annuelles des diocèses, le dépouillement intégral de ces procès-verbaux aurait dû permettre de collecter tous les noms. Cependant, pour la période considérée en priorité, 1740–1790, pour les vingt-quatre diocèses du Languedoc, cette analyse aurait représenté plus d’un millier de dossiers répartis dans neuf services d’Archives départementales. C’est pourquoi une approche alternative, dite indirecte, a été privilégiée. L’enquête a été centrée sur le cinquième tome du recueil de Jean Albisson25, archiviste de la province, consacré aux diocèses, qui a fourni une première base, complétée par des documents plus ponctuels, tels par exemple les comptes rendus d’inspection de chantier26. La poursuite des recherches post-thèse, et notamment le dépouillement d’un certain nombre de procès-verbaux d’assiettes, si elle a permis de préciser quelques points de détail (prénoms, dates), n’a finalement pas fait apparaître de nouveaux noms, confortant ainsi la validité du travail précédemment accompli.

16Le recueil d’informations basées sur le nom n’est pas exempt de difficultés et de chausses-trappes. Ainsi, le groupe comprend souvent plusieurs acteurs appartenant à la même famille, donc avec un patronyme identique. L’usage du prénom est très rare dans les documents à cette époque, seules quelques mentions du type « père », « fils », « oncle », « aîné », etc. figurent parfois pour distinguer deux parents proches. Une attention rigoureuse à la chronologie est donc nécessaire pour les différencier. Après cette phase d’identification, une seconde étape a consisté à reconstituer leur parcours individuel.

17En premier lieu, les données d’état civil ont ainsi été collectées, autant que possible, afin d’asseoir la datation et de connaître les origines géographiques et familiales (date et lieu de naissance, nom des parents, métier du père s’il est précisé, mariage, etc.). Ce (long) travail a été rendu possible grâce à la numérisation des registres paroissiaux par quasiment toutes les Archives départementales, à l’exception notable du Gard. En second lieu, la reconstitution des parcours individuels s’est appuyée sur différents types de sources, complétées d’informations éparses issues de publications antérieures d’autres chercheurs. Les procès-verbaux des États, des sénéchaussées et éventuellement des assiettes des diocèses, permettent une analyse diachronique du déroulement des carrières, au moins pour les personnes qui y sont mentionnées.

18Soulignons également que cette recherche a permis de révéler une autre source précieuse. En effet, lors de la fusion du corps des ingénieurs languedociens avec celui des Ponts et Chaussées en 1791, la plupart des hommes en poste à cette date y ont été intégrés. À ce titre, ils ont dû produire un résumé de leurs états de service, aujourd’hui conservé aux Archives nationales dans la série F14. Ces dossiers recèlent donc des données de première main sur leur formation, leur entrée dans la carrière des travaux publics et leurs activités. En outre, pour ceux, nombreux, qui ont débuté sous la houlette d’un parent, père, beau-père, oncle, parrain, on peut même par ce biais avoir un aperçu du parcours des ingénieurs des générations précédentes.

  • 27 Dom Claude de Vic, Dom Joseph Vaissette, Histoire générale de Languedoc, Paris, Jacques Vincent Imp (...)
  • 28 Notamment René-Nicolas Dufriche baron Desgenettes, Éloges des académiciens de Montpellier. Pour ser (...)
  • 29 Fernand de Dartein, Études sur les ponts de pierre remarquables par leur décoration, antérieurs au (...)
  • 30 Michel Taillefer, Une Académie interprète des Lumières L'Académie des Sciences, Inscriptions et Bel (...)
  • 31 Marjorie Guillin, « L’anéantissement des arts en province ? » L’Académie royale de peinture, sculpt (...)
  • 32 Jérôme Slonina, « Des chemins superbes jusqu’à la folie », la politique routière des états de Langu (...)

19Enfin, diverses sources imprimées, comme le recueil d’Albisson déjà cité, ou l’Histoire générale du Languedoc de Vic et Vaissette27 ou des éloges d’académiciens28, et des travaux plus ou moins récents, de Fernand de Dartein29, Michel Taillefer30, Marjorie Guillin31 ou encore Jérôme Slonina32, ont permis de collecter et rassembler des informations éparses pour compléter le tableau.

20Pour présenter d’une manière synthétique les résultats de ce travail, il a été choisi de les regrouper en un dictionnaire biographique, comportant plus de cent cinquante entrées. Chacune, de longueur variable suivant la richesse des renseignements obtenus, figure sous la forme d’une fiche chronologique. À ce stade de la recherche, la qualité et la précision des informations recueillies pour chaque ingénieur diffèrent considérablement d’un individu à l’autre. Si certains n’apparaissent qu’au travers d’une unique mention dans une source, pour d’autres une biographie complète a pu être reconstituée. À la fois bilan et outil, ce dictionnaire a pour vocation d’être utilisé et enrichi lors de recherches ultérieures. S’il a été exploité pour produire la première partie de notre thèse, il ne constitue cependant pas le seul apport de ce travail.

3. Apports de la démarche

21Ce travail a produit plusieurs résultats. D’une part, la première partie de cette recherche, à savoir le recensement des ingénieurs, a conduit à la découverte d’un ensemble bien plus nombreux que nous ne le pensions au départ. Compilation d’une liste d’individus pour circonscrire et définir le groupe étudié, cette phase peut être considérée comme s’apparentant à la prosopographie, au sens donné en introduction. Mais les fruits de ce travail sont loin de se limiter à cet aspect.

  • 33 Voir entre autres Arthur Young, Voyages en France, Paris, Tallandier, collection Texto, 2009, p. 12 (...)

22Il a notamment permis, d’autre part, de faire sortir de l’anonymat tous ceux qui ont contribué à la politique d’aménagement, en particulier routier, des États, dont plusieurs témoins ont loué les résultats33. Outre les quelques rares figures qui étaient passées à la postérité, c’est tout un réseau d’inspecteurs qui a œuvré à ces multiples chantiers dans tout le territoire de la province.

  • 34 À l’exception de Jean-Antoine Ducros (1748–1814), né à Moissac, mais apparenté à François Garipuy e (...)

23Par ailleurs, l’analyse et la comparaison de ces trajectoires individuelles ont mis en lumière des traits spécifiques à ce corps. Au premier chef, le caractère quasi exclusivement local du recrutement. En effet, moins de 7 % d’entre eux sont originaires ou ont été formés en dehors de la province. Parmi ceux-ci, pratiquement tous ont exercé dans la sénéchaussée de Beaucaire et Nîmes, dans la partie orientale, longeant la vallée du Rhône. Cette particularité dérive sans doute de la géographie de ces territoires, mieux reliés aux régions limitrophes qu’aux métropoles que sont Toulouse et Montpellier. À l’inverse, dans les deux sénéchaussées de Toulouse et Carcassonne, aucun ingénieur ne vient de l’extérieur34, l’apprentissage et l’entrée dans la carrière des travaux publics se font au sein d’un réseau relationnel dense. Ainsi cette exploitation des sources, centrée sur un petit nombre d’individus et guidée par les noms, a-t-elle permis de restituer dans de multiples cas le vécu tant professionnel que personnel, « individualisation » qui relève bien d’une approche micro-historique.

  • 35 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, op. cit., p. 3.

24L’autre apport en est la mise au jour des « trajets qui convergent vers le nom ou qui partent du nom [qui] composent une toile d’araignée aux mailles étroites proposant à l’observateur la représentation graphique du réseau des rapports sociaux dans lequel l’individu est pris35. » De fait, la deuxième spécificité de ce corps tient à l’importance des liens familiaux ou au sein des sociétés savantes, les deux pouvant coïncider. Ces dernières jouent un rôle de premier plan dès l’origine, puisque c’est parmi leurs membres que les États sélectionnent leurs premiers ingénieurs, à l’instar de Jean de Clapiès (1670–1740), l’un des fondateurs de la Société royale des sciences de Montpellier et premier directeur des travaux publics. De même, ses successeurs, tels François Garipuy (Fig. 1) ou Henri Pitot, seront choisis parmi les académiciens des sciences de Toulouse et de Montpellier notamment, cette qualité constituant sans doute une garantie de compétence aux yeux des États provinciaux.

Fig 1 : Madeleine Cartailhac Portrait de l’ingénieur astronome Garipuy, peinture à l’huile, XVIIIe siècle

Fig 1 : Madeleine Cartailhac Portrait de l’ingénieur astronome Garipuy, peinture à l’huile, XVIIIe siècle

Toulouse, Musée des Augustins

Droits de reproduction : Mairie de Toulouse – Musée des Augustins inventaire no 49 21 1. Cliché Bernard Delorme.

  • 36 Notamment, pour ceux qui ont poursuivi leur carrière aux Ponts et Chaussées, leur parcours apparaît (...)

25En parallèle, et particulièrement pour les inspecteurs, en l’absence jusqu’aux années 1780 d’institution d’enseignement spécifique aux travaux publics, la formation des nouveaux ingénieurs et la possibilité d’accéder à cette carrière reposent sur les relations interpersonnelles, familiales avant tout. Parmi ceux dont on a pu reconstituer le parcours de formation36, un grand nombre a acquis une culture mathématique de base dans les collèges, dont plusieurs étaient d’un bon niveau. Ensuite, les jeunes gens originaires de Toulouse ou de Montpellier ont pu compléter leur cursus par les classes des Académies des arts de ces deux villes, en particulier pour le dessin et l’architecture. La formation pratique s’obtenait et s’approfondissait auprès d’un parent, père, oncle, parrain, lui-même déjà en fonction. Cette prépondérance des réseaux familiaux a fait émerger des familles voire des dynasties d’ingénieurs, tant au niveau des directeurs qu’à celui des inspecteurs : famille de Saget (deux frères successivement directeurs), famille Garipuy-Ducros (père, fils et neveu directeurs), famille Grangent (père et fils directeurs, deux autres fils inspecteurs) alliée aux frères O’Farrell (un directeur, un inspecteur), famille Gleizes-Laupiès (5 inspecteurs sur deux générations) alliée à la famille Adhémar (deux frères inspecteurs).

  • 37 Ibid.

26Enfin, un autre résultat, inattendu, a surgi de l’analyse suivant les termes de Carlo Ginzburg qui soulignait que l’« une des premières expériences de celui qui se risque à l’approche micro-historique est précisément de découvrir la pertinence faible, et parfois nulle, des scansions construites à l’échelle macro-historique (et d’abord des découpages chronologiques)37 ». Dans le cas présent, nous avons pu montrer que les ruptures organisationnelles provoquées au niveau national par la Révolution française ne se retrouvent pas au plan individuel. Les administrations provinciales ont été supprimées et les ingénieurs des États de Languedoc intégrés dans le corps des Ponts et Chaussées en 1791. Ces changements structurels sont donc également intervenus dans les nouvelles entités administratives correspondant au territoire du Languedoc, permettant notamment à un plus grand nombre d’ingénieurs d’accéder à des postes à responsabilité. Néanmoins, sur place, lorsque les conseils de départements récemment créés ont été sollicités pour désigner les ingénieurs de leur secteur, ils ont systématiquement privilégié le personnel déjà en fonction, qu’ils connaissaient et qui avait l’expérience du terrain. Ainsi, le cas languedocien s’illustre par une remarquable continuité à l’échelle régionale. Ce résultat, exemple où le découpage chronologique national ne se retrouve pas au niveau local, a pu être mis en évidence grâce à l’approche micro-historique utilisée pour cette recherche.

27Conclusion

28L’étude des ingénieurs au service de la province de Languedoc au xviiie siècle, a été rendue difficile par l’absence de dossier documentaire et le caractère fragmentaire des travaux antérieurs. La dispersion des données en a rendu l’étude encore plus nécessaire. Les informations ont été collectées en recourant à des documents inédits ou qui n’avaient jusqu’alors jamais été exploités dans cette perspective. Ces recherches ont produit leurs fruits en deux phases distinctes. Dans une première étape, les données brutes ont permis un recensement quasi exhaustif des ingénieurs, et la reconstitution du parcours du plus grand nombre d’entre eux. Dans une seconde étape, l’analyse a mis en évidence des traits singuliers, qui caractérisent ces ingénieurs et les démarquent des groupes contemporains similaires, tels le corps des Ponts et Chaussées et les ingénieurs des autres pays d’États.

29Cette recherche emprunte à la prosopographie en ce qu’elle s’est efforcée de décrire un groupe à partir de la collecte de données individuelles. Toutefois, dépourvue de visées quantitatives ou statistiques, elle s’est focalisée sur les aspects qualitatifs. Bien que le corps d’ingénieurs étudié soit relativement peu nombreux, il est difficile de parler d’une prosopographie d’élite. De fait, la plupart sont des inconnus, même si certains sont des notables locaux. Ils n’appartiennent pas aux couches supérieures de la société.

  • 38 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, op. cit., p. 4.

30Par ailleurs, les emprunts à la micro-histoire ont permis d’aboutir à des résultats nouveaux. La recherche orientée par les noms a conduit à une liste fiable des membres du groupe étudié, et à la mise au jour des « structures invisibles38 » des réseaux qui jouent un rôle clé, même s’il est implicite, dans l’organisation de ce corps. C’est sans doute cette approche micro-historique qui constitue l’apport le plus précieux à la connaissance des ingénieurs des États du Languedoc.

Haut de page

Notes

1 Sébastien Didier, « La prosopographie, une méthode historique multiscalaire entre individuel et collectif », Cahiers d'histoire, volume 35, numéro 1, automne 2017, p. 59–84. https://doi.org/10.7202/1041619ar, p. 69.

2 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, « La micro-histoire », Le Débat 1981/10 (n° 17), p. 133–136. DOI 10.3917/deba.017.0133, https://www.cairn.info/revue-le-debat-1981-10-page-133.htm

3 Laurent Rollet, Philippe Narbonnand (dir.), Les Uns et les autres … Biographies et prosopographies en histoire des sciences, Nancy, Presses universitaires de Nancy–Éditions universitaires de Lorraine, 2012, p.18–19.

4 Construire en province au xviiie siècle : les ingénieurs des États de Languedoc, thèse de doctorat codirigée par M. Pascal Julien et Mme Émilie d’Orgeix, Université Toulouse II-Jean Jaurès, 2018.

5 Anne Blanchard, Les Ingénieurs du "Roy" de Louis XIV à Louis XVI, Étude du corps des fortifications, Montpellier, Centre d'histoire militaire et d'études de défense nationale de Montpellier, 1979, et Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691–1791, Montpellier, 1981 (autoédité).

6 Antoine Picon, Architectes et Ingénieurs au siècle des Lumières, Marseille, Éditions Parenthèses, 1988 ; L’Invention de l’ingénieur moderne : l’École des Ponts et Chaussées 1747–1851, Paris, Presses de l’école Nationale des Ponts et Chaussées, 1992 ; avec Michel Yvon, L’Ingénieur artiste : dessins anciens de l’École des Ponts et Chaussées, Paris, Presses de l’École Nationale des Ponts et Chaussées, 1989.

7 Hélène Vérin, La Gloire des ingénieurs, l’intelligence technique du xvie au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1993.

8 Fernand de Dartein, Études sur les ponts remarquables, Volume III, Ponts français du xviiie siècle, Paris, C. Béranger, 1908, p. 1–21.

9 Jérôme Slonina, « Des chemins superbes jusqu’à la folie », la politique routière des états de Languedoc de 1753 à 1789, Thèse de doctorat en droit sous la direction de Jacques Poumarède, Université Toulouse-I, 1999.

10 François de Dainville, « Cartes anciennes du Languedoc, xvie-xviiie siècle », Bulletin de la société languedocienne de géographie, tome XXXI juillet-décembre 1960, p. 87–307 et « La levée d'une carte en Languedoc à l'entour de 1730 », Annuaire International de Cartographie, Volume VI, 1966 p. 33–39.

11 Fernand de Dartein, op. cit.

12 Les publications sur Toulouse sont très nombreuses, citons par exemple : Fabienne Boussat, Projets d’embellissement pour le faubourg Saint-Cyprien à Toulouse à la fin du xviiie siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de Bruno Tollon, Université Toulouse II Le Mirail, 1996 ; Georges Costa, Les Plans d’urbanisme pour Toulouse au milieu du xviiie siècle, Toulouse, 1953 et « Un projet d’urbanisme toulousain du second quart du xviiie siècle », Bulletin de la section de géographie du Comité des travaux historiques, Paris, Imprimerie nationale, 1953 ; Jérôme Slonina, Une opération d’urbanisme à Toulouse au xviiie siècle. La construction des quais, ports et façades de la rive droite de la Garonne, mémoire de DEA d’histoire du droit et des institutions, Université Toulouse-I, 1994 ; Linnéa Tilly Rollenhagen, Les Quais de Saget, mémoire de maîtrise sous la direction de Bruno Tollon, Université Toulouse II, 1996.

13 Line Teisseyre-Sallmann, « Urbanisme et société : l'exemple de Nîmes aux xviie et xviiie siècles », Annales, année 1980 volume 35 n°5 p. 965–986.

14 Parmi les innombrables publications sur le Canal : Antoine-François Andreossy, Histoire du Canal du Midi ou Canal de Languedoc, Paris Imprimerie Crapelet, 1804 (première édition 1800) ; Jean-Denis Bergasse (dir.), Le Canal du Midi, trois siècles de batellerie et de voyages, Cessenon, Jean-Denis Bergasse, 1983 et Le Canal du Midi, des siècles d’aventure humaine, Cessenon, Jean-Denis Bergasse, 1984 ; Le canal du Midi et les voies navigables dans le Midi de la France, Actes du congrès des fédérations historiques languedociennes, 27–28–29 juin 1997, Société d’études scientifiques de l’Aude, Carcassonne, 1998 ; Laure Buscail, Un ingénieur au service du canal Royal de Languedoc dans la seconde moitié du xviiie siècle, mémoire de maîtrise sous la direction de Bruno Tollon, Université Toulouse II-Le Mirail, 1996 ; Marianne Devaux, L’Entretien du Canal des deux-mers au xviiie siècle (1752–1788), mémoire de maîtrise sous la direction de Michel Taillefer, Université Toulouse II-Le Mirail, 2001 ; Chandra Mukerji, Impossible Engineering. Technology and Territoriality on the Canal du Midi, Princeton, Princeton University Press, 2009.

15 Lawrence Stone, « Prosopography », Daedalus, Winter, 1971, Vol. 100, No. 1, Historical Studies Today (Winter, 1971), pp. 46–79, http://www.jstor.com/stable/20023990, p. 46. « La prosopographie est la recherche des caractéristiques communes du milieu social d’un groupe d’acteurs de l’histoire, au moyen de l’étude collective de leurs vies ». (C’est nous qui traduisons).

16 Sébastien Didier, op. cit., p. 84.

17 Ibid., p. 71.

18 Henri Louyat, Jean Coppolani, Pierre Baudis, Roger Bouigue, Séance académique du 4 juin 1982 Bicentenaire de la mort du savant toulousain François de Garipuy (1711–1782), Toulouse, Mémoires de l'Académie des Sciences Inscriptions et Belles Lettres, Volume 144, 16e série, tome III, 1982 ; Anne Duffau (dir.), Un savant toulousain du 18e siècle : Garipuy 1711–1782, Catalogue réalisé à l'occasion de l'exposition présentée à la Bibliothèque Municipale de Toulouse du 10 juin au 20 septembre 1982, Toulouse, Bibliothèque municipale, 1982.

Louis de Mondran (1699–1792), urbaniste, membre fondateur de l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse, est également à l’initiative dès 1782 de la création à Toulouse d’une école du génie, qui deviendra l’une des deux écoles des ponts et chaussées de la province. Voir la thèse récente de Pierre Marty, Louis de Mondran (1699–1792) et les arts, parcours d’un homme influent entre Toulouse et Paris, thèse de doctorat sous la direction de Guy-Michel Leproux, École pratique des hautes études, 2019 (non consultée).

19 Pierre Humbert, « L’œuvre mathématique d’Henri Pitot », Revue d’histoire des sciences et de leurs applications, Année 1953, volume 6, numéro 4, p. 322–328 ; Louis Gabard, Henri Pitot. Un académicien et constructeur languedocien au cœur du Siècle des Lumières, Saint-Laurent-le-Minier, Éditions Decoopman, 2015.

20 Paul Mesplé, « Joseph-Marie de Saget, ingénieur des travaux publics de la province de Languedoc », L’Auta, no 166 mars 1946 p. 36–41, no 167, avril 1946, p. 51–59, no 168, mai 1946, p. 70–74.

21 René-Nicolas Dufriche baron Desgenettes, Éloges des académiciens de Montpellier. Pour servir à l’histoire des sciences dans le xviiie siècle, Paris, Bossange et Masson, 1811.

22 Sur l’organisation, les rôles respectifs des différents acteurs et le parallèle avec les Ponts et Chaussées, voir Jean-Antoine Ducros, Mémoire sur les travaux publics du Languedoc, Carcassonne, Imprimerie R. Heirisson, 1790.

23 Les ingénieurs du roi n’ont pas été inclus, dépendant de l’intendant et donc du pouvoir royal et non pas de la province, déjà étudiés en outre par Anne Blanchard. Les rares ingénieurs des Ponts et Chaussées ayant œuvré dans le territoire du Languedoc aux routes royales n’ont été inclus que s’ils sont ensuite passés au service des États.

24 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, op. cit., p. 2.

25 Jean Albisson, Loix municipales et économiques du Languedoc ou recueil des ordonnances, édits, lettres patentes, arrêtes du conseil du Parlement de Toulouse et de la cour des aides de Montpellier, Montpellier, Rigaud et Pons, 1780–1787. Jean Albisson (1732–1810) avocat montpelliérain est nommé archiviste de la province par les États de Languedoc le 28 décembre 1774, Procès-verbal de l’assemblée des États de Languedoc, délibération du 28 décembre 1774, Archives départementales de la Haute-Garonne, 1C2417, folio 198 recto.

26 Série C des différentes Archives départementales.

27 Dom Claude de Vic, Dom Joseph Vaissette, Histoire générale de Languedoc, Paris, Jacques Vincent Imprimeur, 1730–1745 (5 tomes). Édition Privat, augmentée, Toulouse, 1872 (16 volumes).

28 Notamment René-Nicolas Dufriche baron Desgenettes, Éloges des académiciens de Montpellier. Pour servir à l’histoire des sciences dans le xviiie siècle, Paris, Bossange et Masson, 1811.

29 Fernand de Dartein, Études sur les ponts de pierre remarquables par leur décoration, antérieurs au xixe siècle, op. cit.

30 Michel Taillefer, Une Académie interprète des Lumières L'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse au XVIIIe siècle, Paris, Éditions du CNRS, 1984.

31 Marjorie Guillin, « L’anéantissement des arts en province ? » L’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse au xviiie siècle (1751–1793), Thèse dactylographiée de doctorat sous la direction de Pascal Julien et Fabienne Sartre, Université de Toulouse, 2013.

32 Jérôme Slonina, « Des chemins superbes jusqu’à la folie », la politique routière des états de Languedoc de 1753 à 1789, op. cit.

33 Voir entre autres Arthur Young, Voyages en France, Paris, Tallandier, collection Texto, 2009, p. 125.

34 À l’exception de Jean-Antoine Ducros (1748–1814), né à Moissac, mais apparenté à François Garipuy et à Louis de Mondran.

35 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, op. cit., p. 3.

36 Notamment, pour ceux qui ont poursuivi leur carrière aux Ponts et Chaussées, leur parcours apparaît dans leur dossier personnel conservé aux Archives nationales série F14.

37 Ibid.

38 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, op. cit., p. 4.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig 1 : Madeleine Cartailhac Portrait de l’ingénieur astronome Garipuy, peinture à l’huile, XVIIIe siècle
Légende Toulouse, Musée des Augustins
Crédits Droits de reproduction : Mairie de Toulouse – Musée des Augustins inventaire no 49 21 1. Cliché Bernard Delorme.
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/10933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Isaac, « Entre prosopographie et micro-histoire : l’apport de l’approche biographique à l’histoire des ingénieurs des États de Languedoc au xviiie siècle »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/framespa/10933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.10933

Haut de page

Auteur

Catherine Isaac

Catherine Isaac, ingénieur de l’École Centrale de Lille, est docteur en histoire de l’art. Sa thèse soutenue en 2018 sous la direction de Pascal Julien et Émilie d’Orgeix portait sur les ingénieurs des États de Languedoc au xviiie siècle. Elle est actuellement post-doctorante à l’École pratique des hautes études sous la direction d’Émilie d’Orgeix. Ses recherches portent sur les outils et machines de chantiers de travaux publics à l’époque moderne. cisaac@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search