Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37BiographieLa notion de persona et la questi...

Biographie

La notion de persona et la question des affects en histoire des sciences et des savoirs. Le cas des savoirs européens sur l’anthropophagie (1770-1800)

The Notion of Persona and the Issue of Affects in the History of Science and Knowledge. The case of European Knowledge on Anthropophagy (1770-1800)
La noción de persona y la cuestión de los afectos en la historia de la ciencia y del conocimiento. El caso de los conocimientos europeos sobre antropofagia (1770-1800)
Nicolas Cambon

Résumés

Cet article présente le concept de persona, utilisé afin d’étudier des acteurs d’un savoir dans une démarche située entre la biographie et l’institution sociale. Ces derniers sont ainsi replacés dans un cadre de références plus large, partagé par leurs semblables, formant un collectif avec une image publique reconnaissable. Ce faisant, l’objectif de cet article est de montrer que la persona constitue un outil efficace afin d’interroger l’univers affectif des acteurs du savoir d’autrefois, approche encore peu explorée dans ce champ historiographique. Cette étude s’appuiera sur un terrain de recherche précis : l’édification des connaissances européennes sur l’anthropophagie dans le dernier quart du xviiie siècle. Trois personae contribuent activement à cette recherche : l’officier de la marine, le philosophe et le savant embarqué. Il s’agit de montrer que ces trois figures disposent d’un univers affectif spécifique, influençant leurs perceptions et représentations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marc-Antoine Kaeser, « La science vécue. Les potentialités de la biographie en histoire des science (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1986, t. (...)
  • 3 Jean-Baptiste Shank, « Les figures du savant, de la Renaissance au siècle des Lumières » dans Stéph (...)

1L’histoire des sciences et des savoirs se prête particulièrement bien à l’exercice de la biographie. Retracer la vie d’un Isaac Newton, d’une Émilie du Châtelet ou d’un Charles Darwin, traquer dans leurs parcours les éléments qui les conduisirent à leurs méthodes et théories, développer un aspect peu connu de leur vie, constituent des exercices privilégiés dans cette historiographie. Cette dernière continue encore aujourd’hui à s’édifier à grand renfort de biographies et, de ce fait, se révèle prolifique sur le plan de la réflexion méthodologique1. Pourtant, si les écueils ne sont pas inévitables ils n’en sont pas moins grands. La démarche court le risque de surestimer l’importance de l’individu et de son « destin » au détriment des contextes sociaux et culturels, favorisant la téléologie – la fameuse « illusion biographique » contre laquelle mettait en son temps en garde Pierre Bourdieu2 – en proposant un parcours individuel dont le caractère logique n’apparaît nettement qu’avec le recul. En somme, le risque principal, aujourd’hui bien connu, est de retracer le destin « des titans, des figures quasi mythiques3 », non d’individus représentatifs de leur époque.

2Cet article présente le concept de persona, qui surmonte cette difficulté en analysant l’individu sous le double prisme de la biographie et de l’histoire sociale. Le savant est ainsi replacé dans un cadre de références plus large, qu’il partage avec certains de ses semblables, formant un collectif identifiable avec une image publique reconnaissable. L’objectif de cet article est, de surcroît, de montrer que la persona peut constituer un outil efficace afin d’interroger l’univers affectif des acteurs du savoir d’autrefois, approche peu explorée dans ce champ historiographique. Pour cela, cette étude s’appuiera sur un terrain de recherche précis : l’édification des connaissances européennes sur l’anthropophagie dans le dernier quart du xviiie siècle.

1. Entre biographie et histoire sociale, la persona : un outil de l’histoire des sciences et des savoirs

  • 4 Marcel Mauss, « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne celle de ‘moi’ », Journal (...)
  • 5 Lorraine Daston & Otto Sibum, « Introduction : Scientific Personae and Their Histories », Science i (...)
  • 6 Ibid., p. 3.
  • 7 Steven Shapin, The Scientific Revolution, seconde édition, Chicago et London, The University of Chi (...)

3L’on doit ce concept à la relecture de la notion de « personne » (ou persona), développée jadis par Marcel Mauss4, que proposèrent en 2003 les historiens Lorraine Daston et Otto Sibum dans un article programmatique, intitulé « Introduction : Scientific Personae and Their Histories » et paru dans la revue américaine Science in Context. Situé « entre la biographie individuelle et l’institution sociale5 », cet outil permet de repérer des profils d’acteurs de la science ou d’un savoir, dans une société et une époque données. La catégorie est envisagée comme « une identité culturelle qui façonne simultanément l’individu dans son corps et son esprit et crée un collectif avec une physionomie partagée et reconnaissable » par ses contemporains. De telles identités de savants naissent d’« un rôle social (par exemple la mère), une profession (le médecin), une anti-profession (le flâneur), une vocation (le prêtre) ». Dans la mesure où elles sont « des créatures de circonstances historiques ; elles émergent et disparaissent dans des contextes spécifiques6 » qu’il revient donc à l’historien de saisir et de restituer. Comme le remarque Steven Shapin, « [a]insi, le genre traditionnel de la biographie a été assimilé à un type d’histoire sociale : l’individu unique est constitué – assemblé – d’après les ressources existantes dans la culture.7 »

  • 8 La revue Persona Studies fut fondée en 2015 par des universitaires australiens et est consacrée à l (...)
  • 9 Kim Barbour et David Marshall, « Making intellectual room for persona studies : a new consciousness (...)

4Force est de reconnaître l’intérêt qu’a connu depuis lors cette notion, excédant largement le champ de l’histoire des sciences et des savoirs : une revue consacrée aux personae a même vu le jour en 20158. Cet engouement ne provient pas seulement de l’article de Daston et Sibum, ni du champ de l’histoire des sciences et des savoirs, mais se nourrit également des travaux de Marcel Mauss, Erving Goffman ou encore Carl Gustav Jung pour envisager la persona comme une somme de performances réalisées par un individu afin d’adopter un rôle public9. Dans l’historiographie qui nous intéresse, la prudence est également de mise : cette notion s’est vue progressivement chargée de sens nouveaux, parfois difficilement compatibles avec celui que lui prêtaient en 2003 Daston et Sibum.

  • 10 Mineke Bosch, « Scholarly Personae and Twentieth-Century Historians : Explorations of a Concept », (...)
  • 11 Christiaan Engberts et Herman Paul (éd.), Scholarly Personae in the History of Orientalism, 1870-19 (...)
  • 12 Gadi Algazi, « Exemplum and Wundertier : Three Concepts of the Scholarly Persona », BMGN – Low Coun (...)

5Tel est le cas de l’approche proposée en 2016 par Mineke Bosch ; dans un stimulant article, l’historienne néerlandaise invite à voir dans une persona « une représentation (véritablement) incarnée [...] qui utilise les répertoires de conduite culturels et scientifiques afin de convaincre ses pairs, ainsi que le grand public, de la fiabilité et de la crédibilité du chercheur ou du scientifique10 ». Ce faisant, si elle reconnaît qu’une persona correspond à une identité culturelle collective, Mineke Bosch s’intéresse surtout aux pratiques et représentations d’individus pris isolément, dans lesquels elle voit des personae spécifiques – la persona de l’historien néerlandais Robert Fruin par exemple. Il s’agit de montrer comment des individus se construisent une image, un rôle social afin de convaincre et de se légitimer. Cet usage, bien plus proche de la démarche biographique, n’est pas nécessairement compatible avec celui proposé par Daston et Sibum. L’historien Paul Herman, en 2019, explique que, « [a]lors que le premier [usage] se concentre sur l’auto-formation et l’auto-présentation, le second se concentre sur des images largement partagées de ce qu’il faut pour être un scientifique ou un individu savant.11 » En 2016, l’historien israélien Gadi Algazi a proposé une voie intermédiaire. Pour lui, le concept permet d’« attirer l’attention sur un aspect de la constitution de ces individus, à savoir les modèles codifiés et reconnus à travers lesquels ils peuvent être perçus12 ».

  • 13 Isabelle Lémonon, La Savante des Lumières françaises, histoire d’une persona : pratiques, représent (...)

6Pour notre part, nous utiliserons le concept de persona tel qu’il fut proposé par Lorraine Daston et Otto Sibum. Comme le signale Isabelle Lémonon dans sa récente thèse, le repérage d’une identité collective ne doit pas, cependant, s’affranchir de la perspective biographique : « les itinéraires individuels façonnent tout autant les figures sociales (ou personae)13 ». Toutefois, ces « itinéraires individuels » ne sont importants que dans la mesure où ils révèlent des pratiques, pensées et sentiments largement partagés, permettant l’identification d’une persona.

2. Les affects en histoire des sciences et des savoirs : un angle aveugle ?

  • 14 Paul White, « Focus : The Emotional Economy of Science », Isis, 2009, vol. 100, t. 4, p. 792.
  • 15 Françoise Waquet, Une histoire émotionnelle du savoir. xviie-xxie siècle, Paris, CNRS Éditions, 201 (...)

7Il semble que la dimension affective des personae ait peu été investiguée. Il peut paraître, en effet, d’un point de vue historiographique, contre-intuitif d’associer l’univers scientifique à celui du sensible : l’historien Paul White remarquait d’ailleurs, en 2009, que « l’intérêt pour le domaine a évolué dans le sens inverse, pour ainsi dire, vers une histoire de l’objectivité.14 » La publication en 2019 d’Une histoire émotionnelle des sciences de Françoise Waquet marque donc un net infléchissement15. L’auteure y retrace les affects des savants du xviie au xxe siècle – mais surtout de ce dernier siècle –, à l’appui d’ego documents ou d’entretiens minutieux. Recourant à la notion « d’écologie intellectuelle », l’historienne porte son attention sur l’univers qui enveloppe les corps des acteurs de la science – les moments vécus, les lieux fréquentés, les objets vus et manipulés ; cela afin de décrire leurs appréciations sensibles et les incidences cognitives que cela peut avoir sur la production de savoirs.

8Dans une perspective semblable, cet article essaie de répondre à la question suivante : existe-t-il chez une persona donnée un champ des possibles émotionnel qui lui soit propre, une gamme d’affects exprimés et/ou éprouvés, valorisés ou dévalorisés, pourvus de fonctions précises ? En somme, différentes personae peuvent-elles être associées à ce que Barbara Rosenwein nomme des « communautés émotionnelles » ? Dans un article pionnier en histoire des émotions, la médiéviste définit les « communautés émotionnelles » comme des « communautés sociales » disposant de « systèmes de ressentis » propres. Elle préconise, afin de procéder à leur repérage, de concentrer l’attention sur :

  • 16 Barbara Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », The American Historical Review, vol. 107 (...)

ce que ces communautés (et les individus qui les composent) définissent et évaluent comme précieux ou nuisible pour elles ; les évaluations qu’elles font des émotions des autres ; la nature des liens affectifs entre les personnes qu’elles reconnaissent ; et les modes d’expression émotionnelle qu’elles attendent, encouragent, tolèrent et déplorent16.

  • 17 Nous utiliserons pour cet article les termes « anthropophagie » et « cannibalisme » comme synonymes (...)
  • 18 « Anthropophagie », L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et métiers, t. 1 (...)
  • 19 Sur ces explorations européennes voir David Mackay, In the Wake of Cook : Exploration, Science and (...)
  • 20 Sur les rencontres entre Européens et Océaniens voir Alex Calder, Jonathan Lamb and Bridget Orr (ed (...)

9Pour explorer cette question, nous étudierons les « systèmes de ressentis » des personae qui contribuèrent à façonner, des années 1770 aux années 1800, des savoirs sur l’anthropophagie17. La connaissance de cette pratique, identifiée en ce temps comme « l’acte ou l’habitude de manger de la chair humaine18 », est portée par les récits des circumnavigations et expéditions dans le Pacifique19. L’intérêt qu’elle suscite monte à compter du premier voyage de James Cook (1768-1771) et la rencontre avec des tribus maories20.

  • 21 Lucien Febvre, « La sensibilité et l’histoire : Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? (...)

10Nous considèrerons trois personae contribuant à la connaissance européenne de l’anthropophagie : les officiers commandant des expéditions d’exploration, les philosophes ne prenant pas part à ces voyages mais écrivant sur la pratique et, enfin, les savants embarqués. En décrivant ces trois figures, nous souhaitons montrer que leur rapport à cette pratique est adossé, pour partie, à des dispositifs affectifs propres, contraignant leurs réflexions respectives sur le thème du cannibalisme. Par « affects » nous désignons l’ensemble du spectre psychosomatique parcourant les humains, des sensations aux sentiments, en passant par les émotions ; nous nous plaçons ainsi dans le champ de l’histoire des sensibilités21. Bien sûr, cet article ne prétend pas qu’un tel prisme suffirait pour comprendre les discours et comportements de ces trois catégories à l’égard de la question de l’anthropophagie. Il propose seulement quelques pistes afin d’intégrer l’univers affectif des acteurs historiques dans les analyses de l’historien des savoirs.

3. Les personae dans le champ des savoirs sur l’anthropophagie (1770-1800)

3a. La persona de l’officier de bord

  • 22 Voir pour le cas de James Cook : John Beaglehole, The Life of Captain James Cook, Stanford, Stanfor (...)
  • 23 Anne Salmond, Between Worlds..., op. cit., p. 96.

11Une première persona intervenant dans la construction de ces savoirs est celle de l’officier de bord, engagé dans le commandement d’une expédition scientifique et disposé à croire en l’existence du cannibalisme. Généralement formés au corps et à l’esprit dans les rangs de la marine ou de l’armée, la plupart d’entre eux ont participé à la Guerre de sept ans (1756-1763) avant de prendre le commandement d’expéditions scientifiques, à l’instar de James Cook, Jean-François de La Pérouse ou encore Antoine d’Entrecasteaux. Ces derniers se sont donc confrontés à des actes violents, ainsi qu’à la vue de corps meurtris22. Aussi leurs seuils de tolérance et de crédulité à l’égard de la brutalité humaine sont-ils élevés. Pour Anne Salmond, c’est « ce qui explique probablement la réponse flegmatique de Cook à toutes formes de violence (tant polynésienne qu’européenne)23 » au cours de ses voyages.

  • 24 Captain Cook’s Journal during his First Voyage round the World made in H. M. Bark ‘Endeavour’ 1768- (...)
  • 25 Jean-François de Galaup de la Pérouse, Voyage de La Pérouse autour du monde, t. 2 Paris, Imprimerie (...)
  • 26 Jean-François de Galaup de la Pérouse, Voyage..., t. 3, op. cit., p. 199.

12C’est pourquoi ces commandants d’expédition admettent l’existence du cannibalisme, même s’ils ne disposent pas de preuves oculaires. Tel est le cas, en Nouvelle-Zélande, de James Cook lors de son premier voyage24. Jean-François de La Pérouse (1741-1788) n’est pas plus témoin d’actes cannibales au cours de son expédition, il n’hésite pourtant pas à formuler l’hypothèse de l’anthropophagie d’une société amérindienne en 178625 et des Samoa en 178726.

  • 27 Élisabeth-Paul-Édouard de Rossel, Voyage de D’Entrecasteaux..., t. 1, op. cit., p. 333.
  • 28 Françoise Waquet, op. cit., p. 71-111.
  • 29 « Journal de ‘Le Mascarin’ Journal du Voyage fait sur le Vaisseau du Roi ‘Le Mascarin’, commandé pa (...)
  • 30 John Meares, Voyages de la Chine à la côte nord-ouest d’Amérique, faits dans les années 1788 et 178 (...)

13Responsables du bon déroulement de l’expédition, les officiers scrutent les comportements indigènes dont ils ne comprennent pas les codes. Le soupçon de l’anthropophagie est stimulé par leur crainte de subir une attaque. En effet, comme l’écrit Antoine d’Entrecasteaux à propos des Kanak, « cet acte de férocité [...], étant des plus atroces, peut faire supposer qu’ils sont capables de tous les autres.27 » Les vaisseaux constituent des « lieux émotionnés28 » tant la rumeur entretient et avive cette anxiété. Jean Roux, lieutenant de l’expédition française dirigée par Marc Joseph Marion Dufresne, confie à propos des Maoris : « Plusieurs démonstrations qu’ils m’ont faites, m’ont donné tout lieu de croire qu’ils étaient antropophages, et qu’ils mangeaient leurs ennemis ; plusieurs d’entre nous sont de mon sentiment29 ». En 1788, mouillant dans la baie de Nootka (actuelle île de Vancouver), John Meares fait face à la mutinerie d’une partie de ses marins car « [i]ls ne songeoient pas, sans frémir, que des cannibales habitoient ces parages » et « cette crainte d’être mangés par les Américains occupoit sans cesse leur imagination, et les tenoit, pour la plupart, dans un état de frayeur perpétuelle.30 »

  • 31 Gananath Obeyesekere, Cannibal Talk. The Man-Eating Myth and Human Sacrifice in the South Seas, Ber (...)
  • 32 Edward Duyker, Marion Dufresne. Un marin malouin à la découverte des mers australes, Rennes, Les Po (...)
  • 33 Christopher Lloyd (éd.), James Cook. Relations de voyages autour du monde, Paris, La Découverte, 19 (...)
  • 34 John Beaglehole, The Journals of James Cook. The Voyage of the Resolution and Discovery, 1776-1780, (...)
  • 35 Louis Constant (éd.), Louis-Antoine de Bougainville. Voyage autour du monde par la frégate La Boude (...)
  • 36 Captain Cook’s Journal…, op. cit., p. 305.
  • 37 Jacques-Julien Houtou de La Billardière, Relation du voyage à la recherche de La Pérouse, fait par (...)

14 La connaissance progressive d’équipages massacrés et, dit-on alors, dévorés par des natifs de Nouvelle-Zélande contribue également à renforcer les certitudes des officiers, les conduisant à surestimer les « preuves » du cannibalisme des Maoris31, plus largement des insulaires du Pacifique. En 1772, le Français Marion Dufresne et une douzaine de ses hommes sont tués dans la baie des îles32 ; en 1773 une partie de l’équipage du capitaine anglais Tobias Furneaux est massacrée à l’anse de l’herbe33. En 1777, de retour sur l’archipel, Cook fait armer davantage qu’auparavant les canots se rendant sur la côte34. La hantise de la dévoration est confortée par la topographie européenne du Pacifique : Bougainville fait mention dans son journal de bord d’une « île des Antropophages »35, tandis que, sur les cartes européennes, la Nouvelle-Zélande arbore une « baie des meurtriers » ainsi qu’une « hanse des cannibales »36. Cartographie affective et souvenirs funestes conditionnent donc les comportements de ces explorateurs. Le naturaliste La Billardière regrette que, lors de l’arrivée de l’Espérance et de la Recherche au large de la Baie des îles, « les tristes événemens arrivés au capitaine Marion, et ensuite à Furneaux » poussent le contre-amiral d’Entrecasteaux à ne pas mouiller en ces lieux37.

  • 38 Voir Bronwen Douglas, « Art as Ethno-historical Text : Science, Representation and Indigenous Prese (...)

15 Cette angoisse agit, par ailleurs, telle une prophétie autoréalisatrice. Plusieurs insulaires, soucieux de tenir les nouveaux-venus à distance de leur territoire, exploitent ces craintes européennes. En Nouvelle-Zélande, en Nouvelle-Calédonie ou à Hawaii, les expéditions de James Cook et d’Entrecasteaux se voient présenter des ossements ou morceaux de viandes, explicitement décrits par des guerriers indigènes comme des restes humains ayant appartenu à des ennemis. D’après les anthropologues Bronwen Douglas et Gananath Obeyesekere, ces stratégies océaniennes visent avant tout à intimider officiers et marins38.

  • 39 Christopher Lloyd (éd.), James Cook..., op. cit., p. 218.
  • 40 Alexis-Marie Rochon, Nouveau voyage à la mer du sud, Paris, Barrois, 1783, p. 128.
  • 41 Jean-François de Galaup de la Pérouse, Voyage de La Pérouse..., t. 2, op. cit., p. 193.

16La persona de l’officier de bord construit un savoir sur le cannibalisme opposé à celui produit par les philosophes demeurés sur le Vieux continent. Ces derniers sont en effet portés à la prudence concernant l’existence du cannibalisme dans la « Mer du sud », relativisant l’importance de la pratique et nuançant les témoignages en faisant état. La critique des philosophes et érudits s’impose donc, en ce temps, comme un topos des journaux de bord d’officiers. Abordant le thème du cannibalisme, James Cook anticipe l’incrédulité du lecteur sédentaire : « [i]l y en a peu qui se représente ce qu’est un sauvage à l’état naturel, et même après qu’il a acquis un certain degré de civilisation.39 » Après avoir rapporté le massacre de Marion Dufresne, Julien Crozet s’agace : « [v]oilà cependant ces hommes naturels si vantés par ceux qui ne les connoissent pas, & leur supposent gratuitement plus de vertus & moins de vices » ; « [j]e parle d’après ce que j’ai vu40 » ajoute-t-il. À son tour, en 1786, Jean-François de La Pérouse s’en prend aux philosophes qui « font leurs livres au coin de leur feu41 ».

17Baignant dans un univers affectif dominé par la prudence, l’anticipation du pire et la crainte, les derniers ne peuvent comprendre les interprétations des philosophes qu’ils jugent iréniques et infondées.

3b. La persona du philosophe

  • 42 Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (1971), (...)
  • 43 Stéphane van Damme, À toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps d (...)
  • 44 « Philosophe », L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. (...)

18Précisons d’emblée l’usage que nous faisons du terme « philosophe ». En ce temps, « le discours ethnologique et le discours anthropologique n’existent qu’à l’intérieur du discours philosophique en général42 ». Ainsi, quand un savant ou un écrivain participe aux discussions sur le cannibalisme c’est bien la persona du philosophe qu’il embrasse ; cela d’autant plus que Stéphane van Damme a montré que les « savoirs philosophiques ne doivent pas être considérés comme un bloc disciplinaire, mais plutôt comme un système de circulation des énoncés et des pratiques intellectuelles d’un savoir à un autre43 ». Le philosophe « démêle les causes [...] & se livre à elles avec connaissances44 » ; là où la plupart des officiers s’adonnent d’abord à la description.

  • 45 Jean-Luc Chappey, « De la science de l'homme aux sciences humaines : enjeux politiques d'une config (...)
  • 46 Ibid.
  • 47 Ibid.
  • 48 William Reddy, La traversée des sentiments. Un cadre pour l’histoire des émotions (1700-1850), Dijo (...)

19Dans les académies, cabinets de lecture et journaux savants, le thème de l’anthropophagie stimule les réflexions sur la nature humaine. L’intérêt de cette persona pour cette pratique est porté par le désir d’ériger des savoirs sur l’humain sur le plan moral et physique : « la notion de ‘science de l’homme’ tend à se diffuser à partir de 177045 ». Cette volonté est guidée par un idéal de réforme de la société, particulièrement en France46, et appuyée sur la croyance en la perfectibilité de l’humain. En somme, une meilleure connaissance de celui-ci, notamment l’identification de ses maux, concourrait « à la construction du ‘bonheur’47 ». Beaucoup, à l’instar de Voltaire ou Rousseau, pensent alors que les sentiments moraux – la compassion, la tendresse, l’amour – sont naturels et susceptibles d’êtres éprouvés par tous ; de là l’imaginaire du « bon sauvage », partagé avec plus ou moins de radicalité par plusieurs philosophes de ce temps48.

  • 49 « Pitié », L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 12, 1 (...)
  • 50 Anne Vincent-Buffaut, Histoire des larmes, Paris, Payot, 2001, p. 40.
  • 51 William Reddy, « L’âge d’or du sentimentalisme (1700-1789) », La traversée des sentiments..., op. c (...)

20C’est dans cette mesure que leurs réflexions, idées et attitudes sont dominées par la pitié, ce « sentiment naturel de l’âme, qu’on éprouve à la vue des personnes qui souffrent ou qui sont dans la misère » : « [t]out ce que l’éloquence a de plus tendre et de plus touchant, doit être employé pour l’émouvoir49 ». Anne Vincent-Buffaut a bien montré « [c]ette propension à s’émouvoir de la douleur d’autrui50 » chez le public cultivé de la seconde moitié du xviiie siècle. Cet imaginaire sensible est connu sous le nom de sentimentalisme51.

  • 52 Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour serv (...)
  • 53 Jean Henri Samuel Formey, « Les physionomies appréciées » dans Mémoires de l’Académie royale des sc (...)

21C’est en toute logique que les philosophes sont guidés par cette optique compassionnelle ; à l’inverse, ils se méfient des descriptions de voyageurs suscitant de l’épouvante. Lorsque Charles Duclos lut en 1746 son Mémoire sur les Druides devant l’Académie des Inscriptions et Belles-lettres, « plusieurs membres de cette compagnie [...] dirent qu’il n’étoit pas vrai que les Gaulois eussent jamais sacrifié des hommes52 ». En 1777, Jean Henri Samuel Formey, au cours d’une séance de l’Académie royale des sciences et belles lettres de Berlin, interroge à son tour la « prétendue anthropophagie53 » des sociétés insulaires des « Mers du sud ». À propos des sources hispaniques du xvie siècle faisant état de l’anthropophagie amérindienne, Voltaire écrit : « refusons notre créance à tout historien ancien et moderne, qui nous rapporte des choses contraires à la nature, et à la trempe du cœur humain », ajoutant que :

  • 54 Hubert-François Gravelot, Collection complète des œuvres de M. Voltaire : Histoire de Charles xii, (...)

[t]outes les premières relations de l’Amérique ne parlaient que d’anthropophages ; il semblait à les entendre, que les Américains mangeassent des hommes aussi communément que nous mangeons des moutons. Le fait mieux éclairci se réduit à un petit nombre de prisonniers, qui ont été mangés par leurs vainqueurs54.

  • 55 « Philosophe », L’Encyclopédie... op. cit., p. 509.
  • 56 Joseph-Marie de Gérando, Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l'observation des p (...)
  • 57 Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques..., op. cit., p. 207-238 ; Louis Charles Henri Macquar (...)
  • 58 Frank Lestringant, Le cannibale. Grandeur et décadence, Genève, Droz, 2016 (1994), p. 229-267.

22Selon l’Encyclopédie, le philosophe est celui qui « évite les objets qui peuvent lui causer des sentiments qui ne conviennent ni au bien-être, ni à l’être raisonnable, & cherche ceux qui peuvent exciter en lui des affections convenables à l’état où il se trouve55 ». C’est pourquoi il nourrit tant le besoin de quêter les causes de cette pratique : il s’agit « sinon de justifier, au moins d’excuser les erreurs de l’espèce humaine56 », écrit en 1800 le baron de Gérando. Ce faisant, l’aversion conditionne le rejet de certaines hypothèses ; l’explication d’un cannibalisme de simple gourmandise est régulièrement rejetée : une telle hypothèse interdit la pitié à l’égard des « sauvages »57. Au contraire, les scénarios jugés probables atténuent la responsabilité des populations dites anthropophages ; ils renforcent l’imaginaire sentimentaliste en confortant la tendresse à l’égard de « l’homme près de la nature ». Aussi la faim provoquée par la disette et la rage aveugle et temporaire engendrées constituent-elles les deux explications privilégiées58.

  • 59 Jean-Stéphane Massiani, Les journaux de voyage de James Cook dans le Pacifique. Du parcours au disc (...)

23Légitimés par les institutions qu’ils peuplent – académies, lieux d’éditions –, certains philosophes occupent une position de domination dans ce champ des savoirs. Cela d’autant plus qu’ils peuvent prendre en charge l’édition des journaux de bord et récits de voyages des officiers. Ainsi, en Angleterre, c’est à John Hawkesworth, un écrivain « jouissant d’une certaine réputation dans les milieux culturels et littéraires londoniens59 », que revient l’édition du premier voyage de Cook. Le récit, largement réécrit, est fondu avec ceux des voyages de John Byron (1764-1766), Samuel Wallis et Philip Carteret (1766-1768).

  • 60 Christopher Lloyd (éd.), James Cook..., op. cit., p. 88.
  • 61 John Hawkesworth, Relation des voyages entrepris par ordre de sa majesté britannique, actuellement (...)
  • 62 Il faut attendre l’édition du journal de bord de Cook réalisée en 1893 pour que le public britanniq (...)

24Tandis que James Cook questionne peu l’origine de la pratique maorie, se bornant à noter qu’« il est malaisé d’expliquer leur coutume60 », John Hawkesworth y consacre un long raisonnement. Selon lui, « le besoin de celui de la faim pousse au combat, absorbe toute humanité & étouffe tous les sentimens qui empêcheroient [les Néo-Zélandois] de se soulager en dévorant le corps de son adversaire61 ». Sa quête d’explication lui permet donc de présenter le cannibalisme des Maoris comme le résultat d’un malheur (la faim) et autorise, dès lors, le sentiment de compassion à leur égard. L’essentiel, pour Hawkesworth, est de montrer que cette pratique n’invalide pas l’existence des sentiments naturels : elle implique seulement qu’ils aient été « étouffés ». Le traitement qu’il fait du cannibalisme obéit donc bien aux codes sentimentalistes que nous venons de décrire. Jusqu’à la fin du xixe siècle, les lecteurs européens attribuent ces considérations à James Cook lui-même62.

  • 63 Alexis-Marie Rochon (éd.), Nouveau voyage à la mer du sud, Paris, Barrois, 1783, p. 142-145.
  • 64 Ibid., p. 145-146.
  • 65 « Nouveau voyage à la Mer du sud », L’esprit des journaux français et étrangers, t. 10, douzième an (...)
  • 66 Œuvres complètes de Voltaire, t. 18, Kehl, Société littéraire-typographique, 1784, p. 370-371.
  • 67 Ibid., p. 371.

25L’académicien français Marie-Alexis Rochon prend quant à lui en charge le récit de Julien Crozet, publié en 1783. Le massacre du capitaine Marion Dufresne, que Crozet remplaça au cours du voyage (1771-1773), occupe une place importante dans son journal de bord, galvanisant son indignation à l’égard de ceux qu’il nomme les « sauvages ». L’abbé Rochon ne modifie pas le corps du texte, mais fait ajouter une longue note de bas de pages afin de tempérer l’indignation de l’officier et appeler la pitié du lecteur à l’égard des habitants des « Mers du sud ». Pour ce faire, il renverse les responsabilités : les Maoris auraient selon lui agi en représailles aux violences commises par une précédente expédition française63. Toujours selon lui, « [l]es Européens sont trop puissans & les sauvages trop foibles, pour que jamais ceux-ci puissent être regardés comme les agresseurs.64 » Le public cultivé partage l’analyse de l’académicien : pour L’esprit des journaux français et étrangers, la responsabilité du drame revient bien à « ce capitaine trop confiant65 ». Voltaire précise de son côté que ces Maoris « n’ont cependant commis de violence envers les Européens, ni tramé de trahison contre eux, qu’après en avoir été eux-mêmes maltraités ou trahis66 », rappelant que « partout on a trouvé l’homme sauvage bon, mais implacable dans sa vengeance.67 ». En somme, ces deux personae, le philosophe et l’officier de bord, disposent bien de deux systèmes affectifs distincts, expliquant en partie les controverses autour du cannibalisme dans le dernier quart du xviiie siècle.

La persona du savant embarqué

  • 68 « Appendix V – Journal of William Wales », John Beaglehole (éd.), The Journals of Captain James Coo (...)

26Les savants embarqués n’en sont que plus intéressants : ils constituent une figure intermédiaire entre ces deux personae. Le transport à bord d’astronomes et de botanistes est l’une des caractéristiques des circumnavigations de ce dernier tiers de siècle. Lors du second voyage de Cook, deux astronomes de la Royal Society, William Wales et William Bayly, accompagnent respectivement la Resolution et l’Adventure. Tous deux sont réticents à croire en l’existence de l’anthropophagie en Nouvelle-Zélande : les témoignages indigènes et les restes humains observés (notamment une tête maorie) ne sauraient être à leurs yeux des preuves concluantes68. Tous deux finissent pourtant par se convaincre de l’existence de l’anthropophagie : sur le vaisseau, William Wales assiste à la consommation par des Maoris de morceaux de chair humaine fournis par les Anglais, tandis que William Bayly apprend le massacre par des natifs de plusieurs marins, après qu’ils sont descendus sur le rivage.

  • 69 The Endeavour’s journal of Sir Joseph Banks from 25 August 1768 – 12 July 1771, édité par John Beag (...)
  • 70 Michael Hoare, The Resolution Journal of Johann Reinhold Forster. 1772-1775, t. 3, London, Hakluyt (...)
  • 71 Jacques Julien Houtou de La Billardière, Relation du voyage à la recherche de La Pérouse, fait par (...)
  • 72 George von Langsdorff, Voyages and travels in various parts of the world, during the years 1803, 18 (...)

27De manière générale, les savants de bord voyageant dans la « Mer du sud » quittent les archipels néo-zélandais, néo-calédonien ou marquisien en étant convaincus de l’existence de cette pratique. Les raisons de leurs certitudes ont diverses origines. Le botaniste Joseph Banks accompagnant Cook lors de son premier voyage fait l’acquisition d’une tête maorie et amasse nombre de témoignages avec l’aide de Tupaïa, un Tahitien lui servant d’interprète69. Les naturalistes John Reinhold Forster et George Forster, ainsi que l’astronome William Wales, assistent à une reconstitution d’une scène d’anthropophagie ordonnée par Cook, lors de son deuxième voyage en Nouvelle-Zélande, afin de mettre fin aux doutes que suscitait son premier témoignage70. Le botaniste Houtou de La Billardière pousse un Kanak à consommer un reste humain afin de démontrer à l’ensemble de l’équipage de l’expédition d’Entrecasteaux (1791-1794) que les habitants de la Nouvelle-Calédonie apprécient la chair humaine71. Le naturaliste George von Langsdorff s’enquit du cannibalisme auprès de Joseph Kabris, un Français résidant sur l’île Nuka Hiva, lors de l’expédition russe de von Krusenstern (1803-1806)72. À la différence des officiers de bord, peu surpris d’apprendre l’existence du cannibalisme, les savants apparaissent bouleversés par sa découverte. Celle-ci bouscule en effet leurs représentations de la nature humaine, qui ne sont pas empreintes, comme pour les officiers, de l’imaginaire de la guerre et de la violence. Elle met à mal leur vision de l’humain, influencée par le sentimentalisme. L’existence d’une telle pratique, pour eux, ne va pas de soi.

  • 73 The Endeavour journal of Sir Joseph Banks, op. cit., 1770 March 31.
  • 74 Ibid., 1770 January 16.

28Cet ébranlement est particulièrement identifiable chez le botaniste Joseph Banks. Ce dernier fait part dans son journal de bord de son tiraillement entre, d’une part, les faits qui s’accumulent en faveur de l’existence d’une telle pratique chez les Maoris et, d’autre part, son incapacité à rationaliser ce phénomène. S’il se risque à formuler l’hypothèse de la « soif de vengeance », il consacre en revanche un paragraphe à démontrer que l’anthropophagie est une pratique contraire à la nature humaine, donc théoriquement impossible73. C’est pourquoi il profite de son séjour en Nouvelle-Zélande pour récolter frénétiquement des témoignages et quêter des preuves. Il finit par observer des ossements humains dans des paniers maoris et décrit alors comme il fut « heureux d’avoir une preuve si forte d’une coutume que la nature humaine a en trop grande abomination pour qu’on puisse lui prêter facilement crédit74. » De même, le naturaliste John Reinhold Forster, après avoir observé un acte anthropophage chez des Maoris, ne parvient pas à réfléchir sereinement sur le thème :

  • 75 Michael Hoare, The Resolution Journal of Johann Reinhold Forster. 1772-1775, vol. 3, London, Hakluy (...)

Je suis plutôt las de m’attarder sur ce sujet, qui remplit mon âme de sentiments de compassion et d’horreur, et je vais abandonner ici le Thème ; peut-être serai-je de meilleure humeur pour reprendre la Réflexion une autre fois.75

  • 76 Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques..., op. cit.
  • 77 John Reinhold Forster, Observations made during a Voyage round the World, t. 1, London, G. Robinson (...)

29Il faut qu’il revienne en Angleterre et reprenne à tête reposée les notes de son journal, pour poursuivre ses réflexions sur le cannibalisme. À l’appui de la lecture des écrits de ses contemporains, dont Cornélius de Pauw76, il voit cette pratique comme une coutume chez les habitants de la « Mer du sud » ; selon lui, « leur éducation est la cause principale de toutes ces énormités.77 »

  • 78 « Journal of William Wales », op. cit., p. 818.
  • 79 « Anderson’s Journal », op. cit., p. 8214-815.

30Plusieurs naturalistes de bord, à l’instar de Banks et Forster, se réfugient derrière leur méthodologie savante afin de tenter de conjurer l’horreur, formulant plusieurs hypothèses quant aux causes du cannibalisme, puis les confrontant à leurs observations. Ce désir d’objectivation est pourtant conditionné par les affects. Ainsi, l’académicien William Wales en vient à conclure que les Maoris se repaîtraient de leurs semblables par pure gourmandise bestiale. Il a en effet été très marqué par le fait que l’un d’eux, qu’il observa consommer de la viande humaine, « se léch[a] les lèvres et les doigts après comme s’il avait peur de perdre la moindre partie, graisse ou sauce, d’un morceau si délicieux.78 » Le chirurgien et botaniste William Anderson procède de même en 1777 à propos du cannibalisme maori, lors du troisième voyage de Cook79.

  • 80 Pour le cas britannique voir l’introduction de David Mackay, In the Wake of Cook..., op. cit., pp. (...)
  • 81 Joseph Banks, « Draught of Instructions for Mr. Menzies », Robert Mc Nab, Historical Records..., t. (...)
  • 82 Joseph-Marie de Gérando, Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l'observation des p (...)

31Dans la dernière décennie, le thème de l’anthropophagie fait son apparition dans les consignes aux voyageurs dont, en ce dernier quart de siècle, la montée en exigence participe de la scientifisation progressive des relations de voyage80. Les savants demeurant en Europe appellent dorénavant leurs confrères embarqués à plus de rigueur dans leur quête des causes du cannibalisme. Tel est le conseil adressé au botaniste de l’expédition de George Vancouver (1791-1795) par Banks81 (devenu président de la Royal Society), puis aux savants de celle de Nicolas Baudin (1800-1804) par de Gérando82. Dans les causes possibles qu’évoque ce dernier se trouvent bien la faim et la vengeance ; il ne prend pas la peine, en revanche, de mentionner la gourmandise qu’il juge certainement improbable.

32Si l’expérience du voyage amène les savants de bord à croire en l’existence de l’anthropophagie sans réserve, ils n’en sont, à la différence des officiers, pas moins bouleversés affectivement et, par conséquent, fort soucieux de trouver une explication. En ce sens, ils représentent une figure intermédiaire, embrassant en partie les codes sensibles des personae de l’officier de bord et du philosophe.

33Conclusion

34En somme, dans le dernier quart du xviiie siècle, gravitent autour de la connaissance européenne de l’anthropophagie différentes personae, disposant chacune d’un univers affectif propre. Celui-ci, loin d’être anecdotique, conditionne les perceptions et les interprétations des êtres humains le partageant. L’affect est une clé de compréhension pour saisir les variétés de méthodes et d’interprétations, ainsi que les controverses savantes à propos d’un même objet d’étude. Ces dernières pouvant résulter, nous l’avons vu, de la confrontation de deux « communautés émotionnelles » incompatibles.

  • 83 Cela fait l’objet d’un sujet de thèse que l’auteur de cet article poursuit depuis 2018 sous la dire (...)

35L’affect a toute sa place dans la démarche biographique comme prosopographique : si une émotion ou un sentiment s’éprouve toujours depuis un corps individuel, il n’en est pas moins appris et entretenu par un groupe d’individus. C’est pourquoi le concept de persona, situé entre la biographie et l’histoire sociale, peut se révéler un outil privilégié pour étudier la vie affective des savants. Par l’intensité des réactions qu’elle provoque, l’anthropophagie en tant qu’objet de savoirs fait office, pour l’historien des sensibilités, de lunette grossissante, donnant à lire plus clairement l’univers affectif des acteurs du savoir d’autrefois. Les analyses présentées ne constituent que des pistes à poursuivre, critiquer et enrichir83. D’autres restent encore à mener dans bien des terrains de recherches de l’histoire des sciences et des savoirs, à la suite du travail initié par Françoise Waquet et dans le sillage duquel se situe cet article.

Haut de page

Notes

1 Marc-Antoine Kaeser, « La science vécue. Les potentialités de la biographie en histoire des sciences », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, 2003, t. 8, p. 139-160 ; Laurent Rollet et Philippe Nabonnand (dir.), Les uns et les autres. Biographies et prosopographies en histoire des sciences, Nancy, Presses universitaires de Lorraine, 2012, 636 p.

2 Pierre Bourdieu, « L’illusion biographique », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 1986, t. 62-63, p. 69-72.

3 Jean-Baptiste Shank, « Les figures du savant, de la Renaissance au siècle des Lumières » dans Stéphane van Damme, Histoire des sciences et des savoirs. Tome 1. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 2015, p. 45.

4 Marcel Mauss, « Une catégorie de l’esprit humain : la notion de personne celle de ‘moi’ », Journal of the Royal Anthropological Institute, 1938, vol. 68.

5 Lorraine Daston & Otto Sibum, « Introduction : Scientific Personae and Their Histories », Science in Context, 2003, t. 16, p. 2.

6 Ibid., p. 3.

7 Steven Shapin, The Scientific Revolution, seconde édition, Chicago et London, The University of Chicago Press, 2018 (1996), p. 227.

8 La revue Persona Studies fut fondée en 2015 par des universitaires australiens et est consacrée à l’étude des personae.

9 Kim Barbour et David Marshall, « Making intellectual room for persona studies : a new consciousness and a shifted perspective », Persona Studies, 2015, vol. 1, t. 1, p. 1-12.

10 Mineke Bosch, « Scholarly Personae and Twentieth-Century Historians : Explorations of a Concept », BMGN. Low Countries Historical Review, 2016, vol. 131, t. 4, p. 35.

11 Christiaan Engberts et Herman Paul (éd.), Scholarly Personae in the History of Orientalism, 1870-1930, Leiden et Boston, Brill, 2019, p. 6.

12 Gadi Algazi, « Exemplum and Wundertier : Three Concepts of the Scholarly Persona », BMGN – Low Countries Historical Review, 2016, vol. 131, t. 4, p. 17.

13 Isabelle Lémonon, La Savante des Lumières françaises, histoire d’une persona : pratiques, représentations, espaces et réseaux, thèse d’histoire soutenue le 8 juillet 2019, p. 38.

14 Paul White, « Focus : The Emotional Economy of Science », Isis, 2009, vol. 100, t. 4, p. 792.

15 Françoise Waquet, Une histoire émotionnelle du savoir. xviie-xxie siècle, Paris, CNRS Éditions, 2019, 348 p.

16 Barbara Rosenwein, « Worrying about Emotions in History », The American Historical Review, vol. 107, n° 3, 2002, p. 842.

17 Nous utiliserons pour cet article les termes « anthropophagie » et « cannibalisme » comme synonymes, bien que le dernier mot soit très peu utilisé au xviiie siècle.

18 « Anthropophagie », L’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et métiers, t. 1, 1751, p. 498.

19 Sur ces explorations européennes voir David Mackay, In the Wake of Cook : Exploration, Science and Empire (1780-1801), London, Routledge, 1985, 216 p. ; Nicholas Thomas, The Extraordinary Voyages of Captain James Cook, New York, Walker Compagny, 2003 ; Harry Liebersohn, The Travelers’ World : Europe to the Pacific, Cambridge, Harvard University Press, 2008 ; Pierre-Yves Beaurepaire, Les Lumières et le monde. Voyager, explorer, collectionner, Paris, Belin, 2019.

20 Sur les rencontres entre Européens et Océaniens voir Alex Calder, Jonathan Lamb and Bridget Orr (ed.), Voyages and Beaches : Pacific Encounters, 1769-1840, Honolulu, University of Hawai’i Press, 1996 ; Barbara Creed and Jeanette Hoorn (éd.), Body Trade : Captivity, Cannibalism and Colonialism in the Pacific, London, Routledge, 2001 ; Margaret Jolly, Serge Tcherkézoff and Darrell Tryon (ed.), Oceanic Encounters : Exchange, desire, violence, Camberra, Anu E Press, 2009 ; John Gascoigne, Encountering the Pacific in the Age of the Enlightenment, Cambridge, Cambridge University Press, 2014 ; Nicholas Thomas, Océaniens. Histoire du pacifique à l’âge des Empires, traduit de l’anglais apr Paulin Dardel, Toulouse, Anacharsis, 2020 (2010) ; sur les rencontres entre Européens et Maori voir les deux ouvrages de l’historienne néo-zélandaise Anne Salmond : Two Worlds : First Meetings Between Maori and Europeans 1642-1772, Auckland, Viking, 1991 ; Between Worlds : Early Exchanges Between Maori and Europeans 1773-1815, Auckland, Viking, 1997.

21 Lucien Febvre, « La sensibilité et l’histoire : Comment reconstituer la vie affective d’autrefois ? », Annales d’histoire sociale, 1941/1-2, p. 5-20 ; Alain Corbin, « Histoire et anthropologie sensorielle », Le Temps, le désir et l’horreur. Essais sur le xixe siècle, Paris, Flammarion, 2014 (1991), p. 227-241 ; Rob Boddice and Mark Smith, Emotion, Sense, Expérience, Cambridge, Cambridge University Press, 2020.

22 Voir pour le cas de James Cook : John Beaglehole, The Life of Captain James Cook, Stanford, Stanford University Press, 1974, p. 15-59.

23 Anne Salmond, Between Worlds..., op. cit., p. 96.

24 Captain Cook’s Journal during his First Voyage round the World made in H. M. Bark ‘Endeavour’ 1768-1771, édité par William James Lloyd Wharton, London, Elliott Stock, 1893 et numérisé par le Project Gutenberg of Australia eBook : http://www.gutenberg.org/files/8106/8106-h/8106-h.htm

25 Jean-François de Galaup de la Pérouse, Voyage de La Pérouse autour du monde, t. 2 Paris, Imprimerie de la République, 1797, p. 213.

26 Jean-François de Galaup de la Pérouse, Voyage..., t. 3, op. cit., p. 199.

27 Élisabeth-Paul-Édouard de Rossel, Voyage de D’Entrecasteaux..., t. 1, op. cit., p. 333.

28 Françoise Waquet, op. cit., p. 71-111.

29 « Journal de ‘Le Mascarin’ Journal du Voyage fait sur le Vaisseau du Roi ‘Le Mascarin’, commandé par M. Marion... », Robert Mc Nab, Historical Records of New-Zealand, Wellington, John Mackay, 1914, p. 401.

30 John Meares, Voyages de la Chine à la côte nord-ouest d’Amérique, faits dans les années 1788 et 1789, t. 2, Paris, Buisson, 1795, p. 222.

31 Gananath Obeyesekere, Cannibal Talk. The Man-Eating Myth and Human Sacrifice in the South Seas, Berkeley, Los Angeles and London, University of California Press, 2005.

32 Edward Duyker, Marion Dufresne. Un marin malouin à la découverte des mers australes, Rennes, Les Portes du large, 2010, p. 287-303.

33 Christopher Lloyd (éd.), James Cook. Relations de voyages autour du monde, Paris, La Découverte, 1998, p. 292-298.

34 John Beaglehole, The Journals of James Cook. The Voyage of the Resolution and Discovery, 1776-1780, vol. 1, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, p. 60.

35 Louis Constant (éd.), Louis-Antoine de Bougainville. Voyage autour du monde par la frégate La Boudeuse et la flûte l’Etoile, Paris, La Découverte, 1997, p. 282.

36 Captain Cook’s Journal…, op. cit., p. 305.

37 Jacques-Julien Houtou de La Billardière, Relation du voyage à la recherche de La Pérouse, fait par ordre de l'Assemblée constituante, pendant les années 1791, 1792 et pendant la 1ère et la 2e année de la République françoise, vol. 2, Paris, Jansen, 1799, p. 87.

38 Voir Bronwen Douglas, « Art as Ethno-historical Text : Science, Representation and Indigenous Presence in Eighteenth and Nineteenth Century Oceanic Voyage Literature », Nicholas Thomas and Diane Losche (ed.), Double Vision : Art Histories and Colonial Histories in the Pacific, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 80 ; Gananath Obeyesekere, op. cit.

39 Christopher Lloyd (éd.), James Cook..., op. cit., p. 218.

40 Alexis-Marie Rochon, Nouveau voyage à la mer du sud, Paris, Barrois, 1783, p. 128.

41 Jean-François de Galaup de la Pérouse, Voyage de La Pérouse..., t. 2, op. cit., p. 193.

42 Michèle Duchet, Anthropologie et histoire au siècle des Lumières, Paris, Albin Michel, 1995 (1971), p. 12.

43 Stéphane van Damme, À toutes voiles vers la vérité. Une autre histoire de la philosophie au temps des Lumières, Paris, Éditions du Seuil, 2014, p. 22.

44 « Philosophe », L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 12, 1765, p. 509.

45 Jean-Luc Chappey, « De la science de l'homme aux sciences humaines : enjeux politiques d'une configuration de savoir (1770-1808) », Revue d’Histoire des Sciences Humaines, vol. 15, n° 2, 2006, p. 45.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 William Reddy, La traversée des sentiments. Un cadre pour l’histoire des émotions (1700-1850), Dijon, Les Presses du réel, 2019 (2001), p. 190.

49 « Pitié », L’Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, t. 12, 1765, pp. 662-663.

50 Anne Vincent-Buffaut, Histoire des larmes, Paris, Payot, 2001, p. 40.

51 William Reddy, « L’âge d’or du sentimentalisme (1700-1789) », La traversée des sentiments..., op. cit., p. 185-222 ; voir aussi David Denby, Sentimental Narrative and the Social Order in France, 1760-1820, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 ; Laetitia Simonetta, La connaissance par sentiment au xviiie siècle, Paris, Honoré Champion, 2018.

52 Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour servir à l’Histoire de l’Espèce humaine, t. 1, Berlin, George Jacques Decker, 1768, p. 207.

53 Jean Henri Samuel Formey, « Les physionomies appréciées » dans Mémoires de l’Académie royale des sciences et belles-lettres de Berlin, Berlin, Frédéric Voss, 1777, p. 392.

54 Hubert-François Gravelot, Collection complète des œuvres de M. Voltaire : Histoire de Charles xii, Genève, éditeur inconnu, 1768, p. 40.

55 « Philosophe », L’Encyclopédie... op. cit., p. 509.

56 Joseph-Marie de Gérando, Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l'observation des peuples sauvages, Paris, 1800, p. 25.

57 Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques..., op. cit., p. 207-238 ; Louis Charles Henri Macquart, « Anthropophage » dans Charles-Joseph Panckouke (éd.), Encyclopédie méthodique. Vol. 9. Médecine, Paris, Chez Panckouke, 1790, p. 66.

58 Frank Lestringant, Le cannibale. Grandeur et décadence, Genève, Droz, 2016 (1994), p. 229-267.

59 Jean-Stéphane Massiani, Les journaux de voyage de James Cook dans le Pacifique. Du parcours au discours, Aix-Marseille, Presses universitaires de Provence, 2015, p. 232 ; par la suite l’auteur montre avec beaucoup de précisions le rôle joué par Hawkesworth dans la transformation du journal de Cook.

60 Christopher Lloyd (éd.), James Cook..., op. cit., p. 88.

61 John Hawkesworth, Relation des voyages entrepris par ordre de sa majesté britannique, actuellement régnante ; pour faire des découvertes dans l’hémisphère méridional, et successivement exécutés par le commodore Byrons, le capitaine Carteret, le capitaine Wallis & le capitaine Cook, t. 6, trad. Française, Paris, Panckoucke, Saillant et Nyon, 1774 [1773], p. 86.

62 Il faut attendre l’édition du journal de bord de Cook réalisée en 1893 pour que le public britannique accède à une autre version que celle proposée par Hawkesworth. Voir William James Lloyd Wharton (éd.), Captain Cook’s Journal…, op. cit.

63 Alexis-Marie Rochon (éd.), Nouveau voyage à la mer du sud, Paris, Barrois, 1783, p. 142-145.

64 Ibid., p. 145-146.

65 « Nouveau voyage à la Mer du sud », L’esprit des journaux français et étrangers, t. 10, douzième année, 1783, p. 172.

66 Œuvres complètes de Voltaire, t. 18, Kehl, Société littéraire-typographique, 1784, p. 370-371.

67 Ibid., p. 371.

68 « Appendix V – Journal of William Wales », John Beaglehole (éd.), The Journals of Captain James Cook on his Voyages of Discovery vol. 2 : The Voyage of the Resolution and Adventure, 1772-1775, Cambridge, Cambridge University Press, p. 791-793 ; « Bayly’s Journal », Robert McNab, Historical Records of New-Zealand, vol. 2, Wellington, John Mackay, 1914, p. 204.

69 The Endeavour’s journal of Sir Joseph Banks from 25 August 1768 – 12 July 1771, édité par John Beaglehole, Sydney, Trustees of the Public Library of New South Wales in association with Angus and Robertson, 1962 et numérisé par le Project Gutenberg of Australia eBook : http://gutenberg.net.au/ebooks05/0501141h.html.

70 Michael Hoare, The Resolution Journal of Johann Reinhold Forster. 1772-1775, t. 3, London, Hakluyt Society, 1982, p. 426-427 ; George Forster, A Voyage Round the World, vol. I, London, B. White, 1777, p. 511-519 ; « Appendix V – Journal of William Wales », John Beaglehole (éd.), The Journals of Captain James Cook…, op. cit., p. 818-819.

71 Jacques Julien Houtou de La Billardière, Relation du voyage à la recherche de La Pérouse, fait par ordre de l’Assemblée constituante, pendant les années 1791, 1792 et pendant la 1ère et la 2ème année de la République françoise, t. 2, Paris, Jansen, 1799, p. 193.

72 George von Langsdorff, Voyages and travels in various parts of the world, during the years 1803, 1804, 1805, 1806, and 1807, London, Colburn, 1813, p. 135-136 ; voir aussi la biographie de Christophe Granger, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie (1780-1822), Anamosa, 2020.

73 The Endeavour journal of Sir Joseph Banks, op. cit., 1770 March 31.

74 Ibid., 1770 January 16.

75 Michael Hoare, The Resolution Journal of Johann Reinhold Forster. 1772-1775, vol. 3, London, Hakluyt Society, 1982, p. 427.

76 Cornélius de Pauw, Recherches philosophiques..., op. cit.

77 John Reinhold Forster, Observations made during a Voyage round the World, t. 1, London, G. Robinson, 1778, p. 328.

78 « Journal of William Wales », op. cit., p. 818.

79 « Anderson’s Journal », op. cit., p. 8214-815.

80 Pour le cas britannique voir l’introduction de David Mackay, In the Wake of Cook..., op. cit., pp. 3-28 ; pour le cas français voir notamment Jean-Luc Chappey, « François Péron et la question de la civilisation aux antipodes », Annales historiques de la Révolution française, n° 375, 2014, pp. 139-159.

81 Joseph Banks, « Draught of Instructions for Mr. Menzies », Robert Mc Nab, Historical Records..., t. 1, op. cit., p. 117.

82 Joseph-Marie de Gérando, Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l'observation des peuples sauvages, Paris, 1800, p. 25.

83 Cela fait l’objet d’un sujet de thèse que l’auteur de cet article poursuit depuis 2018 sous la direction de Sophie Dulucq au sein du laboratoire Framespa à l’Université Toulouse II Jean Jaurès.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Cambon, « La notion de persona et la question des affects en histoire des sciences et des savoirs. Le cas des savoirs européens sur l’anthropophagie (1770-1800) »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/framespa/10984 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.10984

Haut de page

Auteur

Nicolas Cambon

Nicolas Cambon est doctorant en histoire contemporaine à l’Université Toulouse II Jean Jaurès au sein du laboratoire Framespa. Il réalise une thèse, sous la direction de Sophie Dulucq, sur l’élaboration des savoirs franco-britanniques sur l’anthropophagie aux xviiie et xixe siècles. cambonnicolas7@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search