Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37BiographieLe processus de conversion politi...

Biographie

Le processus de conversion politique d’un pasteur chaux-de-fonnier au cours de la Grande guerre : quand Jules Humbert-Droz devint un révolutionnaire suisse (1914-1919)

The Process of Political Conversion of a Chaux-de-fonnier Pastor during the Great War: When Jules Humbert -Droz Became a Swiss Revolutionary (1914-1919).
El proceso de conversión política de un pastor chaux-de-fonnier durante la Gran Guerra: cuando Jules Humbert -Droz se convirtió en un revolucionario suizo (1914-1919).
Clément Fontannaz

Résumés

Cet article présente la manière dont le travail biographique permet de comprendre et non « desceller » les mécanismes plus globaux de la conversion politique d’un individu. Ici, il est question de desceller les raisons qui amenèrent un pasteur socialiste, dont rien ne laissait présager une forme de radicalité politique à l’éclatement de la Première Guerre, à se tourner vers le bolchévisme. Une conversion politique qui entraîna des conséquences à la fois politiques, sociales et amicales. Jules Humbert-Droz, de simple militant socialiste et antimilitariste, devint, aux yeux de l’État, des socialistes modérés et d’une partie de la population, un agent de la subversion bolchévique et un acteur de la diffusion des idées révolutionnaires en Suisse. Un choix politique qui lui permit de gravir rapidement les échelons au sein des organisations communistes internationales, et de devenir un révolutionnaire aux dimensions internationales.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lire à ce sujet la synthèse de Marc Vuilleumier, Histoire et combats : mouvement ouvrier et sociali (...)
  • 2 Michael R. Marrus, Les exclus – Les réfugiés européens au xxe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1986, p. (...)
  • 3 Romand Rolland, Au-dessus de la mêlée, Paris, Payot, Petite bibliothèque Payot/Littérature, 2013.
  • 4 Julien Chuzeville, « Militants contre la guerre 1914-1918 », Spartacus, Paris, p. 37
  • 5 Charles Heimberg, « Le moment Zimmerwald-Kienthal, ses échelles et son histoire », Cahiers d’histoi (...)
  • 6 Ils s’appellent les minoritaires par opposition aux majoritaires qui soutiennent l’Union sacrée et (...)
  • 7 La publication de ses archives privées regroupe sa période communiste de 1919 à 1943.

1L’image d’Épinal d’une Suisse imperméable aux idées révolutionnaires a été, depuis les années 1960, battue en brèche par de nombreux historiens, renouvelant ainsi l’historiographie du mouvement ouvrier helvétique, jusqu’ici pensée comme très conservatrice1. En dépit des contestations civiles et populaires, le mouvement ouvrier suisse a connu une certaine tradition d’accueil des militants révolutionnaires en exil. Nous en voulons pour preuve la présence d’anarchistes, de socialistes et de communards tout au long de la seconde moitié du xixe siècle. La révolutionnaire italienne d’origine russe, Angelica Balabanov, allait même jusqu’à parler de Genève comme de « la capitale du mouvement révolutionnaire russe »2. Une position qui ne se démentit pas aux premiers temps de la Première Guerre mondiale, tant la Suisse resta un lieu d’exil pour les réfugiés pacifistes, socialistes et révolutionnaires internationaux. Alors que des intellectuels, tels que Romain Rolland3, s’élevèrent contre la guerre à l’abri des censures policières, les socialistes internationalistes4 purent, de leur côté, assez librement choisir la Suisse pour organiser les conférences de paix qui se tinrent à Zimmerwald et Kienthal en septembre 1915 et avril 1916. Le moment Zimmerwald-Kienthal5 semblait même être le début d’une période de diffusion des nouvelles idées révolutionnaires nées chez les socialistes minoritaires et internationalistes6, ainsi que dans les cercles bolchéviks en exil. Avec l’éclatement de la deuxième révolution russe, puis l’arrivée des bolchéviks au pouvoir, la diffusion de ces idées s’accéléra et gagna le cœur d’une partie des militants socialistes helvétiques. Parmi eux, un nom attire notre attention, celui de Jules Humbert-Droz. Incarnation du militant révolutionnaire suisse et international, il a laissé derrière lui un riche travail mémoriel et de nombreuses archives personnelles, dont une partie a été publiée sous la direction de Siegfried Bahne et Brigitte Studer7.

  • 8 Terme forgé par l’historien français Maurice Agulhon pour qualifier les révolutionnaires de 1848.
  • 9 Pierre Hirsch, « Quelques militants et les jeunesses socialistes », Collectif, Les socialos – Histo (...)
  • 10 Fondée en 1838 par Johannes Niederer dans le canton de Genève, la société du Grütli relève à ses dé (...)
  • 11 « Échos chaux-de-fonnier – Fritz Humbert-Droz », La Sentinelle, no52, 16e année, 8 juillet 1905, p. (...)
  • 12 « Le vote d’hier », La Sentinelle, no111, 2e année, 19 mai 1891, p. 1, E-Newspaperarchives, [en lig (...)
  • 13 « Élection des conseils de prud’hommes », La Sentinelle, no51, 3e année, 16 juin 1892, p. 3, E-News (...)
  • 14 VCH-BVFSP, JHD 005484, Rapport d’activité de l’Union chrétienne neuchâteloise rédigé par Jules Humb (...)
  • 15 Il s’agit d’une organisation fondée par le pasteur Paul Pettavel et qui se revendique proche du soc (...)
  • 16 VCH-BVLCDF, JHD 001964, PSS – Livret de membre pour Jules Humbert-Droz, p.2.
  • 17 Maurice Carrez, La Fabrique d’un révolutionnaire – Otto Wilhem Kuusinen (1881-1918), Tome 1, Toulou (...)
  • 18 VCH-BVFSP, JHD 04327, Certificat d’exmatriculation, 25 septembre 1913.
  • 19 Société étudiante fondée en 1819 dans la ville de Zofingue par des étudiants zurichois et bernois. (...)
  • 20 Nous pensons, ici, aux parcours de Pierre Rosmer, Boris Souvarine ou Charles Rappoport en France.

2Né à la Chaux-de-Fonds dans une famille d’ouvriers horlogers gagnés aux idées socialistes, le jeune Humbert-Droz grandit dans un milieu assez politisé. Le grand-père paternel, Fritz Humbert-Droz, était un ancien quarante-huitard8, membre de la Première Internationale dès l’implantation de celle-ci en 18659, et membre fondateur de la société ouvrière du Grütli10 dans la région neuchâteloise à sa création en 188511. Quant à son père, Alfred-Jules Humbert-Droz, nous savons qu’il s’est présenté sans être élu en 1891 aux élections communales de La Chaux-de-Fonds sur une liste ouvrière12, et qu’il fut candidat élu aux élections des conseils prud’hommaux l’année suivante pour la liste ouvrière des monteurs de boîtes13. C’est avec ce bagage familial qu’à 19 ans Jules Humbert-Droz s’engagea, en 191014, au sein de l’Union chrétienne de Neuchâtel15, et adhéra deux ans plus tard au parti socialiste neuchâtelois16. Très tôt, donc, Jules Humbert-Droz fut attiré par le goût de l’engagement. Une action qui se définit comme étant « une œuvre commune, à un combat plus au moins au moins symbolique pour une cause commune »17. Il faut donc ici distinguer ce qui relève de la simple adhésion sans action militante de l’engagement qui conduit l’individu à s’impliquer au sein de l’organisation. Pendant quatre ans, il suivit ses études de théologie à la Faculté de théologie protestante de Neuchâtel (1909-1914)18, séjourna à l’étranger pour parfaire son allemand et son anglais, prit part aux réunions de La société suisse du Zofingue19, et surtout milita au sein des organisations chrétiennes socialistes. Son objectif est donc encore loin d’être l’établissement d’une société socialiste, voire communiste, mais plutôt l’avènement du royaume de Dieu sur terre. Un parcours de jeunesse qui, à l’instar d’autres militants issus du syndicalisme révolutionnaire ou de l’aile gauche du socialisme20, ne laisse rien présager de sa future conversion aux idées bolchéviques.

  • 21 Xavier Crettiez, « “High risk activism” : essai sur le processus de radicalisation violente », ARPo (...)
  • 22 Xavier Crettiez, « “High risk activism” : essai sur le processus de radicalisation violente », ARPo (...)
  • 23 Ibid., p. 530-531.

3À travers la trajectoire de Jules Humbert-Droz, c’est un double processus que nous voulons mettre en évidence : celui de la « professionnalisation militante »21 d’un jeune pasteur socialiste chaux-de-fonnier ainsi que les différentes étapes de sa conversion aux idées révolutionnaires et bolchéviques. Le cadre de la Première Guerre mondiale apparaît comme un terrain propice pour la conversion politique d’un individu à un courant bien plus radical que celui auquel il adhérait précédemment, ce que Xavier Crettiez définit comme une « structure favorable d’opportunités »22, celle qui permet à l’individu de passer à l’acte. Pour comprendre ces mécanismes de « l’expérience sociale23 » et politique de l’individu, trois types de sources sont mobilisées : la correspondance régulière échangée avec d’autres militants politiques ou chrétiens et des notes personnelles – conservées à la Bibliothèque municipale de La Chaux-de-Fonds ; des sources publiques, comme la presse locale d’opinion accessible en ligne ; des données plus officielles, mais aussi plus inédites comme les dossiers de la surveillance policière des archives fédérales de Berne. Ces différentes sources seront abordées par le prisme de la biographie politique classique, en faisant intervenir d’une part l’histoire des idées politiques et d’autre part la sociologie politique, pour dégager les mécanismes de pensée et leurs conditions d’élaboration. Cette démarche empirique a pour objectif de révéler les étapes et le processus de « conversion » politique de Jules Humbert-Droz au cours de la Première Guerre mondiale, ainsi que de souligner en quoi son parcours est révélateur d’une génération politique fortement influencée par la Grande guerre. Pour ce faire, nous étudierons le militant chrétien empreint de socialisme, pour ensuite envisager son combat antimilitariste comme un premier pas vers l’engagement plus radical. Enfin, nous aborderons l’accélération de sa conversion politique en militant révolutionnaire, entre les deux dernières années du premier conflit mondial et la première de l’après-guerre.

1. Un militantisme chrétien empreint de socialisme 

  • 24 Jules Humbert-Droz, Le christianisme et le socialisme – Leurs oppositions et leurs rapports, La Cha (...)
  • 25 Jacqueline Lalouette, Histoire de l’anticléricalisme en France, Paris, Presses universitaires de Fr (...)
  • 26 VCH-BVLCDF, Fonds JHD, Hélène Monastier, Pierre Cérésole, Leonhard Ragaz.
  • 27 Recteur de l’Université de Neuchâtel à partir d’octobre 1925.
  • 28 Conseiller d’État neuchâtelois à l’instruction publique et des cultes de 1898 à 1922 et ancien prof (...)
  • 29 Pour les protestants c’est un candidat à la charge de pasteur, il remplace ou supplée un pasteur. I (...)

4À l’entrée de la guerre, la matrice politique de Jules Humbert-Droz mêlait à la fois christianisme et socialisme. Une double appartenance qui constitua le sujet principal de sa thèse de licence en théologie24 intitulée Le christianisme et le socialisme – Leurs oppositions et leurs rapports ; thèse dans laquelle Jules Humbert-Droz essaya de former un pont entre les deux grands courants de pensée. Lors de sa soutenance le 21 septembre 1914, il s’attacha à prouver la possibilité d’évoluer dans ces deux mondes pourtant souvent en concurrence. Malgré l’existence d’organisations socialistes et chrétiennes, telles que l’Union des socialistes chrétiens de langue francophone, les deux courants étaient usuellement opposés : le socialisme serait empreint de laïcité voire d’anticléricalisme, alors que le christianisme serait comme l’antichambre de la réaction25. L’étude de sa correspondance illustre l’équilibre qui demeure au sein de ses réseaux politiques entre 1914 et 1916. Il échangeait autant avec des chrétiens qu’avec des socialistes26. Au sein même du mouvement chrétien, si nous mettons de côté ses anciens professeurs à la faculté de théologie de Neuchâtel, Émile Dumont27 et Édouard Quartier-la-Tente28, Jules Humbert-Droz échangeait majoritairement avec des militants socialistes chrétiens. Parmi ces derniers, il sélectionnait soigneusement ceux avec lesquels il souhaitait entretenir une relation, et n’hésitait pas à aller jusqu’à la controverse, notamment lorsqu’il s’opposa à la résolution du professeur Gaberel sur l’interdiction pour les ministres du culte de siéger dans les commissions éducatives lors du congrès des socialistes neuchâtelois de juin 191429. L’incompréhension à laquelle Jules Humbert-Droz était confrontée au sein du PSN se retrouva, aussi, dans le milieu ecclésiastique. Le sujet de sa thèse ne fut pas apprécié, et le jeune Humbert-Droz comprit rapidement qu’il devait aller dans une autre région, voire un autre pays, pour pouvoir recevoir un ministère. Il décida de s’adresser à la Société évangélique de Paris – qui l’avait déjà envoyé dans des paroisses du Nord de la France au cours de l’été 1912 – pour demander un poste de pasteur. Il reçut une réponse positive pour l’église Huguenote de Bayswater et celle de Munswell Hill de septembre 1914 à décembre 1915. Il devint le suffragant du pasteur Du Pontet.

  • 30 VCH-BVLCDF, JHD 005958, Lettre d’Henri Clairin à Jules Humbert-Droz, 6 juin 1914.
  • 31 VCH-BVLCDF, JHD 005450, Prédication de Jules Humbert-Droz à Londres, 3 novembre 1914, p. 3.
  • 32 VCH-BVLCDF, JHD 005450, Prédication de Jules Humbert-Droz à Londres, 3 novembre 1914, p. 3.
  • 33 VCH-BVLCDF, JHD 005450, Prédication de Jules Humbert-Droz à Londres, 3 novembre 1914, p. 1.
  • 34 VCH-BVLCDF, JHD 005450, Prédication de Jules Humbert-Droz à Londres, 3 novembre 1914, p.1.
  • 35 VCH-BVLCDF, JHD 004967 à 04974, Prédication de Jules Humbert-Droz à l’église huguenot de Londres, 1 (...)
  • 36 VCH-BVLCDF, JHD 005968, Lettre de J.J Ryffel à Jules Humbert-Droz le 14 mai 1915, p. 3.
  • 37 Jules Humbert-Droz, « Tribune libre à propos de la laïcité », in : La Sentinelle, no94, 30e année, (...)
  • 38 Organisme administratif né de la Réforme, il devient au cours du XIXe siècle l’illustration d’une f (...)

5Au cours de sa période londonienne, Jules Humbert-Droz prit position contre la guerre et pour le socialisme en rédigeant des articles pour La Sentinelle et en prêchant tous les dimanches devant ses paroissiens. Ses articles sont tous numérisés et ses prédications se trouvent dans ses notes privées. Ces dernières nous révèlent son opposition à l’orthodoxie protestante et au conservatisme politique30. Lors d’une prédication prononcée à Londres en octobre 1914, Jules Humbert-Droz, qui expliquait que « tous les textes bibliques n’ont pas la même valeur religieuse et chrétienne31 », différencia « un Dieu national et un Dieu universel32 », le premier ayant, à ses yeux, moins de valeur que le second. Il se livra à une interprétation davantage politique que spirituelle des évangiles. Dans la même prédication, il défendit fermement les « quelques groupes religieux [qui] au nom de l’Évangile sont dans les rangs les plus avancés du socialisme33 », et critiqua dans le même temps les chrétiens qui « défendent les représentants des anciens régimes, du conservatisme et de la réaction34 ». Il donnait une vision anticapitaliste du christianisme, en s’attachant à dénoncer les marchands du temple contemporains (les autorités ecclésiastiques, civiles et militaires), tout en exhortant les chrétiens au sacrifice pour la paix et la justice35. La virulence de son discours fit parfois l’objet de vives critiques de la part de sa hiérarchie et de ses paroissiens. Ainsi, le 14 mai 1915, un membre du conseil presbytéral de l’église française de Munswell Hill, J.J. Ryffel, signala à Jules Humbert-Droz (avec copie à la Société évangélique de Paris) que ses prédications étaient trop éloignées des Évangiles, voire offensantes à l’encontre de Jésus Christ. Ce même J.J. Ryffel insista sur le fait que ces sermons « lui paraissent plutôt être basés sur des principes chrétiens et non sur la prédication de l’Évangile de Jésus Christ36 ». À raison, car le jeune pasteur Humbert-Droz souhaitait pousser les chrétiens à devenir, par le biais des Évangiles, des collectivistes opposés aux horreurs de la guerre, plutôt que de fins connaisseurs de l’Évangile. Sa condamnation morale de la guerre se mua progressivement en une condamnation politique, puis économique et enfin en une condamnation globale de la société capitaliste. Jules Humbert-Droz défendait ainsi le rôle social et politique du pasteur dans la transformation de la société37. Une position qui le marginalisa davantage au sein de l’Église nationale neuchâteloise38.

  • 39 Pasteur au Temple nationale à La Chaux-de-Fonds, il a été proche au début de sa carrière du Cercle (...)
  • 40 BVLCDF, JHD 001954, Lettre de Paul Graber à Jules Humbert-Droz, 6 janvier 1916.
  • 41 BVLCDF, JHD 001954, Lettre de Paul Graber à Jules Humbert-Droz, 6 janvier 1916.
  • 42 VCH-BVLCDF, JHD 006049, Lettre de Marie Humbert-Droz à Jules Humbert-Droz, de Boudevilliers, le 20 (...)
  • 43 La deuxième plus grande Église du canton de Neuchâtel, elle est considérée comme Église libre, car (...)
  • 44 VCH-BVLCDF, JHD 006049, Lettre de Marie Humbert-Droz à Jules Humbert-Droz, de Boudevilliers, le 20 (...)

6Aussi ne trouva-t-il pas de poste dans ces paroisses, car ses positions politiques étaient jugées trop radicales par ses anciens professeurs de la Faculté de Théologie de Neuchâtel et certains radicaux hostiles aux idées socialistes tels que Paul Borel39, Émile Dumont et Édouard Quartier-la-Tente. Une forme de Berufsverbot (interdiction professionnelle) s’établit à son encontre et le poussa, en réaction, à s’occuper davantage des affaires du parti socialiste neuchâtelois que de celles de l’Église nationale. Ce nouvel intérêt pour le militantisme au sein du PSN, accompagné par ses nombreuses contributions au journal socialiste chaux-de-fonnier pendant l’année 1915, le conduisirent à être nommé au poste de co-rédacteur de La Sentinelle à la fin de décembre 191540. C’est au début du mois de février 1916, quand la bataille de Verdun débuta, que Jules Humbert-Droz prit ses fonctions en tant qu’éditorialiste et propagandiste du parti41. Un changement brutal de trajectoire professionnelle qui contribua grandement à sa professionnalisation en tant que militant politique, mais créa, dans le même temps, un certain remous dans son cercle familial. Dans une lettre, sa mère le mit d’ailleurs en garde sur le poids d’une telle décision pour sa vie personnelle et professionnelle42, d’autant plus que son futur beau-père, Paul-Léon Perret, était un pasteur de l’Église indépendante43, réputé très conservateur. Elle craignait également que son fils finisse par perdre le goût de la prédication et vienne à quitter le ministère, laissant des années d’étude derrière lui sans aucune perspective dans le métier44. Il n’en fut rien. Le jeune Humbert-Droz continua à prêcher mais en dehors du cadre instauré par l’Église nationale neuchâteloise. Il participa activement, avec les socialistes chrétiens de la Chaux-de-Fonds, à fonder le 21 juin 1916 l’Église du peuple, où les principes chrétiens étaient mis sur le même plan d’égalité que ceux des évangiles. N’étant plus soumis à la censure ou à l’autocensure, Jules Humbert-Droz prôna plus ouvertement le socialisme, la chute du capitalisme et l’antimilitarisme.

2. Son combat antimilitariste : ses premiers pas vers un militantisme en acte

  • 45 AFS, E5330-01#1000-894#4366, Convocation pour la visite sanitaire complémentaire, 20 mars 1916 ; AF (...)
  • 46 Pierre Miquel, Les oubliés de la Somme, Paris, Tallandier, coll. Documents d’histoire, 2001, p. 1.
  • 47 Jenny Humbert-Droz, Une pensée, une conscience, un combat – La carrière politique de Jules Humbert- (...)
  • 48 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#3, Rapport du Major Rufin, 6 juillet 1916.
  • 49 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#2, Lettre du major Huber, 9 juillet 1916.
  • 50 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#1, Rapport du capitaine Dupey, 26 juillet 1916.

7Les événements de l’été 1916 mirent à l’épreuve son antimilitarisme le plus intégral. En mars et juin 1916, deux convocations à une visite sanitaire lui furent adressées pour être incorporé à l’armée suisse45, mais aucune ne suscita de réponse de sa part. Alors qu’au 1er juillet 1916 « un autre champ de mort s’ouvr[ait] »46 dans la Somme, Jules Humbert-Droz prit la décision de ne pas servir sous les drapeaux47. Les conséquences furent immédiates, le 6 juillet 1916, ordre était donné par le Commandant du 8ème arrondissement du canton de Neuchâtel « de l’amener de force »48 au bureau de recrutement, afin qu’il puisse se présenter devant la commission sanitaire. Le pasteur socialiste refusa, une fois arrivé au bureau de recrutement, de se présenter devant la commission. Il fut renvoyé dans ses foyers le jour même, et une enquête fut diligentée par les autorités fédérales des armées à Berne le 9 juillet 191649, puis transmise aux autorités militaires neuchâteloises le 21 juillet 1916. Cinq jours plus tard, le juge d’instruction, le capitaine Dupey, demanda l’arrestation de Jules Humbert-Droz50. C’est ainsi qu’entre le 26 et le 27 juillet eut lieu l’audition de Jules Humbert-Droz devant le juge d’instruction. Le pasteur et rédacteur de La Sentinelle exposa les raisons qui le poussèrent à refuser de servir sous les drapeaux :

  • 51 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#5, Procès-verbal des auditions de Jules Humbert-Droz, 27 juillet 1916 (...)

« [Motif politique] Je suis un partisan de la paix, ennemi de la guerre et je considère que la guerre finira lorsque les hommes en masse refuseront de servir. / [Motif religieux] ma conscience religieuse me refuse de me soumettre à une loi militaire quelconque, soit que cette loi ordonne le service actif, soit qu’elle oblige le citoyen à payer un impôt51 ».

  • 52 Louis Segond [trad.], « L’Évangile selon Jacques, Chapitre 2/ versets 7 à 12 », La Bible, Paris, So (...)
  • 53 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal mil (...)
  • 54 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal mil (...)
  • 55 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal mil (...)
  • 56 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal mil (...)
  • 57 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal mil (...)
  • 58 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal mil (...)
  • 59 AFS, Surveillance policière, JHD, E5330-01#1000-894#4366, Protocole de l’instruction principale du (...)
  • 60 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#3, Rapport du Major Rufin, 6 juillet 1916.
  • 61 Marc Perrenoud, « Charles Naine », Dictionnaire historique de la Suisse, [en ligne], mise en ligne (...)

8Les raisons évoquées par le pasteur socialiste pour se justifier ont deux niveaux de lecture. Tout d’abord, du point de vue religieux, Jules Humbert-Droz reprit, à sa manière, l’injonction de Jacques dans les évangiles52 plaçant les commandements du seigneur au-dessus des lois terrestres. Il fait appel à sa conscience spirituelle pour motiver son insoumission. Du point de vue politique, le rédacteur de La Sentinelle prône une méthode individuelle pour s’opposer à l’incorporation et ainsi arrêter la guerre, ce qui laisserait entendre qu’il s’inscrivait à la suite des méthodes utilisées par les anarchistes à la fin du xixe siècle. Pourtant, dans sa plaidoirie il préféra se prononcer pour que l’insoumission « devienne une action des masses organisées »53, bien qu’il ne crût pas en l’efficacité de la grève générale prônée par les socialistes internationalistes, car « elle cherche à empêcher le conflit quand il s’est déjà déclaré »54. Ses principales critiques allaient à l’encontre des sociétés internationales de la paix et du parlementarisme, accusés d’avoir préparé la guerre en retardant le conflit ou en votant les crédits de guerre55. En somme, ces trois moyens d’action avaient un point commun : ils auraient, selon Jules Humbert-Droz, laissé « subsister le système militariste en temps de paix, sans jamais attaquer directement l’existence de l’armée »56. Il conclut sa plaidoirie en posant la question de « comment détruire le militarisme »57. Son argumentaire, basé moins sur des considérations spirituelles que politiques, était une dénonciation du militarisme et non une ode à l’insoumission chrétienne et individuelle. Les juges ne s’y trompèrent pas et prononcèrent une « condamnation, non pas contre un homme, mais contre les principes antimilitaristes que le réfractaire représente »58. Du fait de ses prises de position, Jules Humbert-Droz se vit infliger une lourde peine de six mois de prison, trois ans de privation des droits politiques et 110 frs de frais59. Une sévérité qui était déjà demandée par le premier rapport envoyé par le major Rufin, lorsque ce dernier exprimait le souhait de « donner à ce rapport la suite qu’il comporte afin que ce rénitent [Jules Humbert-Droz] soit très sévèrement puni »60. L’exemplarité de la peine rappela que la Suisse, aussi neutre qu’elle fût, n’en restait pas moins un pays structuré par le militarisme, et où toute insoumission était fermement condamnée. En son temps, l’avocat socialiste Charles Naine, qui par ailleurs assista Jules Humbert-Droz lors de son procès, avait lui-même été condamné et exclu de l’armée pour refus de servir sous les drapeaux en 190361.

  • 62 Olivier Lahaie, La Guerre secrète en Suisse (1914-1918) – Espionnage, propagande, et influence en p (...)
  • 63 Olivier Lahaie, La Guerre secrète en Suisse (1914-1918) – Espionnage, propagande, et influence en p (...)
  • 64 Olivier Lahaie, La Guerre secrète en Suisse (1914-1918) – Espionnage, propagande, et influence en p (...)
  • 65 Benjamin Baudraz, Un instituteur vaudois objecteur de de conscience en 1915-1916, Revue d’histoire (...)
  • 66 Jenny Humbert-Droz, Une pensée, une conscience, un combat – La carrière politique de Jules Humbert- (...)

9La lourde condamnation de Jules Humbert-Droz fit écho à la fois aux procès des colonels qui s’ouvrirent en février 1916 devant le tribunal de Zurich62, et à la conférence de Kienthal qui se tint sur le sol bernois du 24 au 30 avril de la même année. Si la seconde passa relativement inaperçue à l’échelle nationale, il n’en alla pas de même pour l’affaire des colonels qui secoua la Confédération helvétique et son armée. Les deux colonels Egli et Wattenwyl furent accusés par la France d’avoir fourni à l’Allemagne des documents secrets et jugés devant un tribunal militaire à Zurich. Ce dernier « reconnut finalement que les deux colonels avaient agi "pour le bien du pays" et les déclara donc "non coupables" sur le plan pénal »63. Ils furent condamnés, mais seulement en interne, à une peine disciplinaire légère de vingt jours d’arrêt par le Général Wille64. Bien peu, finalement, par rapport aux six mois de prison ferme et aux trois ans de privation des droits civiques prononcés à l’encontre du pasteur Jules Humbert-Droz. Une peine qui n’est pas sans rappeler celle de l’instituteur vaudois, quaker et tolstoïen, John Baudraz, survenue un an auparavant dans le canton de Vaud, condamné à quatre mois de prison et un an de privation de ses droits civiques65 pour refus de servir. Ses motifs étaient exclusivement d’ordre religieux, ce qui explique, peut-être, que la peine fût plus légère que pour Jules Humbert-Droz. Ces six mois de prison renforcèrent le jeune pasteur dans ses convictions antimilitaristes et le confortèrent dans son action militante auprès des socialistes66.

  • 67 Jenny Humbert-Droz, Une pensée, une conscience, un combat – La carrière politique de Jules Humbert- (...)
  • 68 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal mil (...)
  • 69 Jules Humbert-Droz, « journée d’insurrection », La Sentinelle, no115, 33è année, 21 mai 1917, p. 1- (...)
  • 70 Jules Humbert-Droz, « Notre patriotisme », La Sentinelle, no293, 33è année, 14 déc. 1917, p. 1, E-N (...)
  • 71 AFS, Surveillance policière, JHD E5330/01#1000/894#6286, Dossier d’enquête de Jules Humbert-Droz, 2 (...)
  • 72 Terme vieilli, parfois péjoratif, pour désigner une un journaliste. « Publiciste », Centre national (...)
  • 73 AFS, E5330-01 #1000/894#6286, Rapport du 24.05.1917 du militant Jules Humbert-Droz, le juge d’instr (...)
  • 74 AFS, Surveillance policière, JHD E5330/01#1000/894#6286, Protocole d’instruction principal du procè (...)

10Cependant, son travail à La Sentinelle étant limité, accaparé selon Jenny Humbert-Droz par Charles Naine, il se tourna vers la propagande politique et les Jeunesses socialistes67. Auréolé de sa condamnation, il se trouva dans un entre-deux politique. D’un côté il resta favorable à l’action individuelle – telle que le refus de servir – pour arrêter la guerre, mais de l’autre il se rendit compte que son insoumission ne changeait pas fondamentalement la structure militaire helvétique, ni la physionomie du conflit. Un constat d’échec qui fut renforcé par la réussite de la deuxième révolution russe en février 1917, qui l’amena à envisager la possibilité d’une révolution au-delà de l’empire tsariste. Son discours envers les institutions militaires changea également, et ses critiques se firent plus dures. Son article du 21 mai 1917 ne fut pas empreint du même ton que celui de sa plaidoirie d’août 1916, où il s’excusait de la dureté de ses propos et prenait plutôt pitié de ses juges68. Ici, l’ancien pasteur se fit plus tranchant et sans concession. Les représentants de l’autorité militaire et les soldats dans leur ensemble n’avaient plus à être pardonnés : ils devaient être combattus. Les violences commises par l’armée suisse se retrouvaient mises au même niveau que celles accomplies par l’armée du tsar. En prenant exemple sur les événements russes, Jules Humbert-Droz espérait que les mêmes causes, à savoir la forte répression des manifestations, auraient produit les mêmes conséquences, une révolution en Suisse. Dans son article, il essaya de transplanter le cas russe sur le sol helvétique, en se persuadant qu’une grève générale était en gestation dans le canton neuchâtelois69. L’ancien pasteur ne cherchait plus la repentance chrétienne de l’institution militaire suisse et de ses soldats, mais il voulait voir éclater une révolution qui emporterait toutes les institutions sur son passage. Il souhaitait ardemment que le soldat suisse devint aussi révolutionnaire que le soldat russe70, pour que l’armée bourgeoise ait une chance de disparaître. Ces propos lui valurent d’être de nouveau arrêté le 23 mai 1917 en raison d’une ordonnance demandée par le capitaine et juge Robert Courvoisier pour insulte à l’armée71. Le policier qui rédigea, le 23 mai 1917, le procès-verbal d’audition de Jules Humbert-Droz souligna que ce dernier était devenu un propagandiste socialiste et qu’il travaillait à la diffusion de la pensée socialiste en Suisse72. Ce que l’intéressé confirma, à la fois comme une revendication et une provocation, devant le tribunal lors de son second procès, lorsqu’il se déclara ouvertement non pas comme « rédacteur de La Sentinelle, mais[comme] un propagandiste pour le parti socialiste »73. La sentence fut nette, le tribunal le condamna de nouveau à trois mois de prison, le priva pour deux ans supplémentaires de ses droits politiques et à 249 frs 55 de frais74. Le procès, sa condamnation et le rejet de ses recours le renforcèrent dans l’idée que seule la révolution était salutaire pour le prolétariat suisse.

  • 75 Xavier Crettiez, « “High risk activism” : essai sur le processus de radication violente », ARPoS «  (...)
  • 76 La Sentinelle, mois de novembre-décembre 1917, [en ligne], consulté le 14 mai 2021. URL : https://w (...)
  • 77 Jules Humbert-Droz, « l’An neuf », La Sentinelle, no308, 33ème année, p. 2. URL : https://www.e-new (...)
  • 78 Jules Humbert-Droz, « l’An neuf », La Sentinelle, no308, 33ème année, p. 2. URL : https://www.e-new (...)

11Finalement, l’injustice à laquelle il pensait être confronté, la brutalité des autorités suisses face aux manifestations du premier mai et l’espoir que représentait la nouvelle révolution russe le firent changer progressivement de position politique, et l’amenèrent vers une vision plus collectiviste et moins individualiste de la lutte politique. Son opposition à la grève générale et même à la violence politique collective – telle que l’émeute – ne fut plus aussi tranchée qu’avant ses incarcérations. Un mécanisme que décrit Xavier Crettiez, lorsqu’il souligne que « la radicalisation des individus est souvent la résultante d’une rencontre soudaine avec la violence de l’État sous la forme d’une répression policière ou militaire jugée abusive ou à travers l’expérience de la prison et de ses excès »75. Dans les articles rédigés après sa libération il s’en prit à l’armée, à la justice et au parlementarisme76. Toutes ces composantes furent accusées par Jules Humbert-Droz d’affaiblir la démocratie dans le pays et de contribuer à alimenter le conflit. Pour l’ancien pasteur, la paix et la démocratie ne pouvaient être complètes « que si, à l’intérieur de chaque État la démocratie pacifique triomphe des gouvernements réactionnaires »77. Sa conception démocratique de la politique s’éloigna alors de celle menée par les bolchéviques, qu’il qualifia de « fiévreuse et maladive »78. À l’orée de l’année 1918, notre homme n’était pas encore empreint de bolchévisme, et ce malgré son soutien apporté à la jeune révolution russe. Cette année 1918 fut pourtant celle où se joua le dernier chapitre de sa conversion politique.

3. Les années 1917-1918 : une accélération de sa conversion politique

  • 79 La Sentinelle, année 1917, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https (...)
  • 80 La Sentinelle, année 1918, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https (...)
  • 81 La Sentinelle, année 1916, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 05 janvier 2021. URL : https (...)
  • 82 La Sentinelle, mois de mars 1918, [en ligne], consulté le 14 mai 2021.URL : https://www.e-newspaper (...)
  • 83 VCH-BVLCDF, NDOC 580, Charles Naines, Dictature du prolétariat ou démocratie, Lausanne, Imprimerie (...)
  • 84 Jules Humbert-Droz, « Autour de l’Internationale », La Sentinelle, no191, 34ème année, p. 1. URL : (...)
  • 85 Jules Humbert-Droz, « Les enseignements de Bienne », La Sentinelle, no157, 34ème année, p. 1, [en l (...)

12À partir de l’année 1917, son rôle de « propagandiste » du parti socialiste se matérialisa par un réel accroissement du nombre de ses publications dans la presse socialiste locale, et par une augmentation de ses participations aux réunions publiques. Nous avons recensé quinze réunions publiques animées par Jules Humbert-Droz en 1917 et quatre-vingt-cinq articles rédigés79, alors qu’il purgeait une peine de prison de trois mois. Pour l’année 1918, le rédacteur de La Sentinelle donna vingt réunions publiques et écrivit soixante-dix articles80. À titre comparatif, en 1916, le pasteur socialiste avait participé à huit réunions publiques et rédigé onze articles81. Il faut noter que, tout au long de la période, son action militante est restée très localisée, dans le canton de Neuchâtel et la partie jurassienne du canton bernois. À côté de ce travail de propagandiste, Jules Humbert-Droz prit également part aux débats internes du parti. Ce dernier se polarisait autour de trois points importants : la défense de la révolution bolchévique, l’établissement d’un régime sous l’égide de la dictature du prolétariat et le déclenchement de la grève générale. Les premiers mois de l’année 1918 furent marqués par un soutien majoritaire des socialistes neuchâtelois à la révolution bolchévique face aux menaces qui pesèrent sur elle : l’éclatement de la guerre civile, le traité de Brest-Litovsk, et une éventuelle intervention étrangère pour destituer le gouvernement bolchévique82. Sans être un partisan inconditionnel de la politique de Lénine, Paul-Édouard Graber prit la défense du nouveau pouvoir russe. Une position qui ne convint pas longtemps à l’aile droite du parti, dont Charles Naines qui, depuis la ville de Lausanne, rédigea une brochure intitulée : Dictature du prolétariat ou Démocratie. Dans cette publication, le Conseiller national attaquait frontalement les partisans ou sympathisants de la nouvelle Russie bolchévique, s’opposait à la grève générale et défendait le modèle de la social-démocratie modérée, voire réformiste83. De son côté, Jules Humbert-Droz proposa un tout autre discours. À la mi-août, le rédacteur de La Sentinelle rédigea un article apologétique, où il déclarait que « seuls les bolchéviques ont repris la vraie lutte contre la bourgeoisie, la guerre de classe pour abattre la tyrannie et pour libérer l’humanité de l’injustice et de la violence »84 . Son soutien au gouvernement russe faisait écho à ses critiques sur la politique d’apaisement menée par la direction de son parti lors des grèves zurichoises du printemps 1918, où il accusait les « chefs du Parti [de n’avoir] que le souci de dégager leur responsabilité »85 et non celui de soutenir les manifestants dans leurs revendications. Jules Humbert-Droz voulait se faire, au sein du parti socialiste neuchâtelois, l’écho des manifestants, et s’opposer ainsi aux caciques du Parti jugés trop modérés face à la situation sociale qui existe en Suisse à l’été 1918.

  • 86 Marcel van der Linden, « Das cha nümme so wyter gah. Jetzt muess öppis lauffe – Vorläufiges zum Sch (...)
  • 87 Hans Ulrich Jost, « Questions ouvertes sur la Grève générale de 1918 », Cahiers d’histoire du mouve (...)
  • 88 Né en janvier 1918, ce comité a pour objectif de se prémunir contre la répression menée par les aut (...)
  • 89 Michel Caillat et Jean-François Fayet, « Le mythe de l’ingérence bolchévique dans la Grève générale (...)
  • 90 Il était alors secrétaire du Parti socialiste suisse à l’époque.
  • 91 Jules Humbert-Droz, « Politique de froussard », La Sentinelle, no260, 34ème année, 8 novembre 1918, (...)
  • 92 Hans Ulrich Jost, « Questions ouvertes sur la Grève générale de 1918 », Cahiers d’histoire du mouve (...)
  • 93 Hans Ulrich Jost, « Questions ouvertes sur la Grève générale de 1918 », Cahiers d’histoire du mouve (...)
  • 94 Marc Perrenoud, La Grève générale à La Chaux-de-Fonds, in : Les Cahiers d’histoire du mouvement ouv (...)

13En effet, avec pas moins de 264 grèves86, l’année 1918 fut considérée comme une année socialement agitée, avec comme point culminant, sans nul doute, la Grève générale de novembre 1918. Cette dernière se nourrit du durcissement des conflits sociaux qui opposèrent les employés de banque de Zurich au cours du mois de septembre 191887. Une situation qui inquiétait aussi bien les autorités militaires, le général Ulrich Wille en tête, que les autorités civiles88. Le risque d’une intervention massive de la troupe dans la ville zurichoise se fit de plus en plus en plus présente ; à cela vint s’ajouter la célébration par une large partie des socialistes du premier anniversaire de la révolution bolchévique89. L’État fédéral se montra inflexible par rapport aux grèves dans le pays, et la bourgeoise helvétique fut saisie par la crainte de voir éclater une révolution sur le sol suisse. Pour parachever le tableau, une minorité des socialistes, emmenée par Fritz Platten90, pensait que le temps était venu des grands changements sociaux en Suisse. Cette situation explosive était également nourrie par Humbert-Droz. Dans son éditorial du 9 novembre 1918, soit deux jours avant l’appel à la Grève générale, il déclara que « la situation intérieure s’aggrave […] et [que] l’heure est venue d’opérer de grandes transformations sociales »91. Dépassé par les événements zurichois, le Comité d’Olten92 appela, le 12 novembre, à une grève générale de 24 heures dans les principales villes de Suisse93. Arrêtée le matin du 14 novembre 1918 par le Comité d’Olten, la grève prit officiellement fin dans la ville de La Chaux-de-Fonds seulement en début de soirée quand le cortège des manifestants et grévistes qui occupaient les voies ferroviaires de la Gare de La Chaux-de-Fonds se dispersèrent94.

  • 95 AFS, Surveillance policière, JHD E5330-01#1000-894#9185, Extrait du rapport adressé au chef de la s (...)
  • 96 AFS, Surveillance policière, JHD E5330-01#1000-894#9185, Procès-verbal d’audition d’Emil Leuba, 11 (...)
  • 97 AFS, Surveillance policière, JHD E5330-01#1000-894#9185, Communication de la condamnation de Jules (...)
  • 98 « Prediger des Mords », « Kanton – Neuenburg », in: Bote vom Untersee und Rhein, no94, 23 nov. 1918 (...)
  • 99 « Contre la guerre de classes », in : Le Jura, no4, 69è année, 14 janv. 1919, p. 1, E-Newspaperarch (...)
  • 100 AFS, Surveillance policière, JHD E5330-01#1000-894#9185, Préavis sur la demande de grâce de Jules H (...)
  • 101 VCH-BVLCDF, JHD 000269, Lettre de Jean Roulet à Jules Humbert-Droz avec copie à Charles Naines, 10 (...)
  • 102 VCH-BVLCDF, JHD 000271, Albert Müller, président du Cercle ouvrier de Villeret, 12 février 1919.
  • 103 VCH-BVLCDF, JHD 000272, Télégramme de Rosa Bloch à Jules Humber-Droz, 12 février 1919.
  • 104 Le pendant suisse du CRRI (Le comité pour la reprise des relations internationales) qui regroupe le (...)
  • 105 VCH-BVLCDF, JHD 000276, Lettre de George Himmann, président du C.C du parti socialiste genevois, de (...)
  • 106 VCH-BVLCDF, JHD 000285, Rapport d’activité de la Centrale rédigé par Jules Humbert-Droz, 13 avril 1 (...)

14Si l’on en croit les rapports de police versés aux archives fédérales, Jules Humbert-Droz joua un rôle prépondérant dans ces évènements. Les autorités le soupçonnaient d’avoir appelé à l’envahissement des voies pour empêcher le train d’aller chercher des soldats à Neuchâtel95. Or, un seul témoignage incrimina nommément Jules Humbert-Droz, celui du gendarme Emil Leuba qui se trouvait sur place. Il déclara, notamment, qu’il avait entendu l’ancien rédacteur de La Sentinelle clamer « qu’aucun train ne partira de la Chaux-de-Fonds, nous sommes assez nombreux pour l’empêcher de partir soit par des barrages, soit par autre chose »96. En s’appuyant en grande partie sur ce témoignage, la justice militaire condamna, une troisième fois, l’ancien pasteur à trois mois de prison (déduit des quarante-huit jours de préventive) et à 900 frs aux frais97. L’inflexibilité de la justice neuchâteloise fit écho à la campagne menée par une partie de la presse helvétique, qui vit en Jules Humbert-Droz un militant, un révolutionnaire, bolchévique, voire un anarchiste. Il n’était alors plus question de louer son idéalisme qui prévalait lors de son insoumission en juillet 1916, mais au contraire de construire autour de lui une légende noire. Le Bote vom Untersee und Rhein, journal local de Thurgovie, voyait en lui un « prédicateur du meurtre »98 et Le Jura le présenta comme un membre du « triumvirat Grimm, Platten et Humbert-Droz »99 accusé de propager le bolchévisme en Suisse. La condamnation de l’ancien pasteur fut la peine la plus lourde prononcée par le Tribunal militaire du district II de Neuchâtel100. Peu soutenu par les membres importants du PSN, dont l’avocat Charles Naines, une violente polémique éclata entre les deux hommes au début du mois de février. La Sentinelle devint le théâtre de ce conflit, au point que l’avocat de Jules Humbert-Droz, Jean Roulet, demanda aux deux protagonistes « de suspendre toute espèce de polémique de ce genre jusqu’après le procès » [celui pour la Grève générale de novembre 1918]101. En effet, Jules Humbert-Droz se trouvait être en liberté surveillée après les événements du 14 novembre 1918. Le lendemain, le 11 février 1919, Jules Humbert-Droz donna sa démission à la rédaction de La Sentinelle102. En opposition totale avec les membres les plus réformistes de la social-démocratie neuchâteloise, il se tourna vers l’aile gauche du parti et prit contact dès le 12 février avec Rosa Bloch103. Elle était membre de la Zentrale104, la plate-forme des révolutionnaires, à Zurich. À partir de cette date, Jules Humbert-Droz prit la parole lors des meetings sur le Grève générale, la révolution russe et pour soutenir les soulèvements allemands, autrichiens105, et devint une figure de proue de l’aile gauche du PSN. Sa rupture avec le camp réformiste et modéré du socialisme suisse – qu’il fût social-démocrate ou socialiste chrétien – dura pendant deux ans et suivit les vicissitudes de la non adhésion du PSS à la Troisième Internationale. Il ne milita plus en faveur du socialisme dit démocratique, mais pour la victoire des idées bolchéviques en Suisse106. Un tournant qu’illustra bien sa correspondance à partir du début de l’année 1919.

  • 107 En 1920, le nombre de lettres échangées entre les deux protagonistes est de seulement deux lettres. (...)
  • 108 VCH-BVLCDF, JHD 001980 et 002115 à 002137, Correspondance d’Hélène Monastier avec le couple Humbert (...)
  • 109 VCH-BVLCDF, JHD 000272 ; 000278 ; 000282 ; 000295 ; 000297 ; 000304 ; 000306 ; 000312 ; 000318, Cor (...)
  • 110 Plate-forme de l’aile gauche du PSS.
  • 111 VCH-BVLCDF, JHD 000272, Lettre de Rosa Bloch à Jules Humber-Droz, 12 février 1919.
  • 112 ACV, PSS, PP 893/25, Condition d’entrée des JSS dans la Troisième Internationale, Brochure : Jules (...)
  • 113 « Une revue socialiste », La Sentinelle, no180, 35ème année, p. 1, [en ligne], consulté le 11 mai 2 (...)
  • 114 VCH-BVLCDF, JHD 000285, Rapport concernant la Nouvelle Internationale rédigé par Jules Humbert-Droz (...)
  • 115 « Une revue socialiste », La Sentinelle, no180, 35ème année, p. 1, [en ligne], consulté le 11 mai 2 (...)
  • 116 Militant français d’origine russe qui milite en 1919 au sein de la SFIO pour l’adhésion à la Troisi (...)
  • 117 Membre fondateur l’Association républicaine des anciens combattants et de la revue intellectuelle.
  • 118 Militant bolchévique de nationalité et proche lieutenant de Lénine durant la période d’exil de ce d (...)
  • 119 Commissaire à l’instruction publique en Russie soviétique.
  • 120 Militant bolchévique connu pour avoir rédigé, au cours de l’année 1919, L’ABC du communisme. Un ouv (...)

15En effet, la majorité des lettres destinées à Jules Humbert-Droz, les seules conservées dans nos archives, furent envoyées par des socialistes révolutionnaires et non plus par des sociaux-démocrates ou des socialistes chrétiens. À titre d’exemple, sa correspondance avec la socialiste chrétienne vaudoise et amie, Hélène Monastier, connut une forte diminution entre l’année 1918 et l’année 1919107, passant de seize lettres échangées en 1918 – à raison d’une tous les mois – à six pour l’ensemble de l’année 1919108. Au début du mois de février 1919, l’ancien pasteur commençait à correspondre avec la militante Rosa Bloch109, qui lui procura ses premiers travaux pour la Zentrale110. L’ancien rédacteur de La Sentinelle était chargé de faire « la traduction de l’allemand et de l’anglais vers le français de brochures de penseurs socialistes russes »111. Il traduisit, notamment, le manifeste de la Troisième Internationale en français112. Des travaux qui lui permirent de se faire connaître des autres militants révolutionnaires et de pouvoir s’insérer dans les cercles internationaux des partisans de la révolution bolchévique, puis de la nouvelle Internationale. Un nouveau réseau qui lui ouvrit l’opportunité, dès le mois de mai 1919, de créer une nouvelle revue socialiste de langue française sur le sol suisse. La revue Phare, c’était son nom, fut créée « en remplacement de la revue Demain »113 , anciennement dirigée par le socialiste français Henri Guilbeaux. Elle devait également suppléer La Nouvelle Internationale114, devenue l’organe des jeunesses socialistes romandes. L’article de La Sentinelle précisa que le but de la revue « sera de recueillir les documents sur le mouvement socialiste internationale et de donner chaque mois un aperçu de la situation du mouvement dans les différents pays, en même temps que des études sur les théories et l’histoire socialistes »115. Pour qu’une telle entreprise vit le jour, un réseau de militants et de contributeurs internationaux se constituèrent autour de Jules Humbert-Droz. Devenu rédacteur de la revue, il pouvait correspondre avec des militants expérimentés du mouvement révolutionnaire tels que Boris Souvarine116, Henri Barbusse117, Grigori Zinoviev118, Anatole Lounatcharsky119 ou Nicolas Boukharine120. Tous jouèrent un rôle durant la Première Guerre mondiale dans la diffusion des thèses révolutionnaires en Europe.

  • 121 Peter Stettler, Die Kommunistische Partei der Schweiz (1921-1931), Berne, Francke Verlag, 1980, p. (...)
  • 122 Peter Stettler, Die Kommunistische Partei der Schweiz (1921-1931), Berne, Francke Verlag, 1980, p. (...)
  • 123 Peter Stettler, Die Kommunistische Partei der Schweiz (1921-1931), Berne, Francke Verlag, 1980, p. (...)
  • 124 Hélène Monastier, « Congrès des socialistes-chrétiens », L’essor, no6, 16ème année, 18 juin 1921, p (...)
  • 125 РГАСПИ. Ф. 495. Оп. 1. Д. 40, Réunion constitutive de l’exécutif, le 14 juillet 1921.

16Son nouveau positionnement à gauche du parti socialiste ne l’incita pourtant pas à rejoindre les Altkommunisten de Jakob Herzog fondés en mars 1919 à la suite des désaccords sur les finalités de la Grève générale121. Il resta au sein du PSS et devient la tête de proue des partisans romands pour l’adhésion des socialistes suisses à la Troisième Internationale. À ce titre, il fut envoyé en juillet 1920 à Moscou pour participer au IIe congrès de l’IC122. Neuf mois plus tard, il rompit définitivement avec la social-démocratie en participant activement au Congrès fondateur du parti communiste suisse le 5 et 6 mars à Zurich123. Il coupa ses derniers liens avec les socialistes chrétiens et démissionna de l’organisation au cours du congrès de la FRSC qui se tint le 14 et 15 juin 1921124 à Lausanne. Deux mois plus tard, alors que se tenait le iiie Congrès de l'IC, il intégra le secrétariat du Komintern125. Sa conversion au bolchévisme le conduisit à épouser une nouvelle carrière militante aux dimensions plus internationales, et à intégrer le cercle assez retreint des kominterniens, devenant ainsi un membre de ce qui s’apparentait être une forme d’élite militante au service de la révolution socialiste mondiale.

17Conclusion

  • 126 Lénine, « Pour le pain et pour la paix », Œuvre complète, vol.26, septembre 1917-février 1918, Arch (...)
  • 127 Stefanie Prezioso, « Engagements – la guerre comme expérience idéologique et politique », André Loe (...)

18La période de la Grande guerre apparaît comme une puissante matrice dans la conversion politique de Jules Humbert-Droz, transformant, dans un premier temps, son antimilitarisme en une pensée révolutionnaire, et dans un second temps, sa pensée révolutionnaire en une pensée bolchévique. La faillite d’une partie des socialistes et de la quasi-totalité des institutions chrétiennes laissèrent le champ libre pour adhérer aux idées plus radicales proposées par les bolchéviques. Ces militantes et militants se sentirent trahis par leurs milieux d’origine, et souvent en proie à une forte répression d’État. Face à cette situation, les membres des cercles chrétiens ou des socialistes modérés apportèrent souvent une réponse plus empathique que politique. Ce vide politique constitua un terreau favorable pour adhérer à une organisation qui, à l’instar des bolchéviques et de leur nouvelle Internationale, proposait de répondre à la guerre par des actes politiques forts, voire révolutionnaires. Le slogan « pain et paix »126, dans une Europe minée par le conflit et un mouvement ouvrier en proie à la division, fut particulièrement audible pour un militant antimilitariste opposé au patriotisme et empreint de justice sociale comme l’était Jules Humbert-Droz. Il fit parti de ces militants qui vécurent au cours de la Première Guerre mondiale « une ère de bouleversement radical du monde, où la guerre et la révolution sembl[ai]ent inextricablement mêlées »127, et où le socialisme devint un courant divisé entre deux pôles qui demeuraient irréconciliables : d’un côté la social-démocratie considérée réformiste et de l’autre le communisme porteur de l’espérance révolutionnaire. Une espérance que Jules Humbert-Droz porta pendant près de vingt ans, en menant une vie de militant communiste au service de la révolution et du socialisme. L’ancien pasteur socialiste incarna, pendant toute l’Entre-deux-guerres, la figure de la subversion bolchévique en Suisse. Une stature qui cessa, du moins auprès des militants communistes, après son exclusion du parti communiste suisse, en janvier 1943, et après sa nomination au poste de secrétaire romand du parti socialiste suisse en 1947. Ce retour dans le giron social-démocrate signa pour Jules Humbert-Droz son progressif désengagement en faveur de la révolution socialiste, mais non du socialisme. En effet, l’ancien secrétaire de l’IC resta intimement convaincu, et ce jusqu’à sa mort en 1971, que le changement social ne pouvait advenir qu’à travers la construction d’une société socialiste, mais par des moyens réformistes plutôt que révolutionnaires.

Haut de page

Notes

1 Lire à ce sujet la synthèse de Marc Vuilleumier, Histoire et combats : mouvement ouvrier et socialisme en Suisse 1864-1960, Lausanne, Éditions d’en bas, 2012.

2 Michael R. Marrus, Les exclus – Les réfugiés européens au xxe siècle, Paris, Calmann-Lévy, 1986, p. 32.

3 Romand Rolland, Au-dessus de la mêlée, Paris, Payot, Petite bibliothèque Payot/Littérature, 2013.

4 Julien Chuzeville, « Militants contre la guerre 1914-1918 », Spartacus, Paris, p. 37

5 Charles Heimberg, « Le moment Zimmerwald-Kienthal, ses échelles et son histoire », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, no32, p. 121-131.

6 Ils s’appellent les minoritaires par opposition aux majoritaires qui soutiennent l’Union sacrée et la guerre.

7 La publication de ses archives privées regroupe sa période communiste de 1919 à 1943.

8 Terme forgé par l’historien français Maurice Agulhon pour qualifier les révolutionnaires de 1848.

9 Pierre Hirsch, « Quelques militants et les jeunesses socialistes », Collectif, Les socialos – Histoire et souvenirs du Parti socialiste de La Chaux-de-Fonds de 1865 à nos jours, La Chaux-de-Fonds, Parti socialiste suisse, 1979, p. 16.

10 Fondée en 1838 par Johannes Niederer dans le canton de Genève, la société du Grütli relève à ses débuts davantage de l’association patriotique et de compagnonnage que de l’organisation ouvrière. Après l’apparition de l’Association internationale des travailleurs en 1864, sa doctrine se modifie en se rapprochant des revendications socialistes. Un rapprochement qui s’illustre par l’approbation du programme socialiste de 1878 et la participation active d’une partie de ses membres aux divers organisations ouvriers, socialistes et syndicales de la Suisse. Informations tirées de Félix Müller, « Société du Grütli », Dictionnaire historique de Suisse, [en ligne], mis en ligne le 22 décembre 2010, consulté le 19 avril 2021. URL : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/017397/2010-12-22/

11 « Échos chaux-de-fonnier – Fritz Humbert-Droz », La Sentinelle, no52, 16e année, 8 juillet 1905, p.3, E-Newspaperarchives, [En ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19050708-01&e=-------fr-20--1--img-txIN--------0-----

12 « Le vote d’hier », La Sentinelle, no111, 2e année, 19 mai 1891, p. 1, E-Newspaperarchives, [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE18910519-01&e=-------fr-20--1--img-txIN--------0-----

13 « Élection des conseils de prud’hommes », La Sentinelle, no51, 3e année, 16 juin 1892, p. 3, E-Newspaperarchives, [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE18920616-01&e=-------fr-20--1--img-txIN--------0-----

14 VCH-BVFSP, JHD 005484, Rapport d’activité de l’Union chrétienne neuchâteloise rédigé par Jules Humbert-Droz, 1er avril 1910

15 Il s’agit d’une organisation fondée par le pasteur Paul Pettavel et qui se revendique proche du socialisme chrétien. Elle tisse des liens avec la Fédération romandes des socialistes chrétiens affiliée à l’Union des socialistes chrétiens de langue francophone fondée par le pasteur Paul Passy et le professeur Raoul Biville. Toutes ces organisations promeuvent à la fois l’évangile et le socialisme.

16 VCH-BVLCDF, JHD 001964, PSS – Livret de membre pour Jules Humbert-Droz, p.2.

17 Maurice Carrez, La Fabrique d’un révolutionnaire – Otto Wilhem Kuusinen (1881-1918), Tome 1, Toulouse, CNRS-Université de Toulouse - Le Mirail, coll. Méridiennes, 2008, p. 16.

18 VCH-BVFSP, JHD 04327, Certificat d’exmatriculation, 25 septembre 1913.

19 Société étudiante fondée en 1819 dans la ville de Zofingue par des étudiants zurichois et bernois. Conservatrice au xixe siècle, ses positions évoluent au début du xxe siècle, amenant l’organisation à se polariser en deux ailes : un courant social-pacifique et un courant libéral-conservateur. Paul Ehinger, « Société suisse du Zofingue », Dictionnaire historique de la Suisse, [en ligne] mis en ligne le 30 janvier 2020, consulté le 04 janvier 2021. URL : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/016439/2020-01-30/

20 Nous pensons, ici, aux parcours de Pierre Rosmer, Boris Souvarine ou Charles Rappoport en France.

21 Xavier Crettiez, « “High risk activism” : essai sur le processus de radicalisation violente », ARPoS « Pôle Sud », no35, 2011/2, p. 97.

22 Xavier Crettiez, « “High risk activism” : essai sur le processus de radicalisation violente », ARPoS « Pôle Sud », no35, 2011/2, p. 100.

23 Ibid., p. 530-531.

24 Jules Humbert-Droz, Le christianisme et le socialisme – Leurs oppositions et leurs rapports, La Chaux-de-Fonds, Imprimerie coopérative, 1914, p. 165.

25 Jacqueline Lalouette, Histoire de l’anticléricalisme en France, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? », 2020, pp. 77-84.

26 VCH-BVLCDF, Fonds JHD, Hélène Monastier, Pierre Cérésole, Leonhard Ragaz.

27 Recteur de l’Université de Neuchâtel à partir d’octobre 1925.

28 Conseiller d’État neuchâtelois à l’instruction publique et des cultes de 1898 à 1922 et ancien professeur de théologie à l’académie de Neuchâtel.

29 Pour les protestants c’est un candidat à la charge de pasteur, il remplace ou supplée un pasteur. Informations tirées du Centre national de ressources textuelles et lexicales.

30 VCH-BVLCDF, JHD 005958, Lettre d’Henri Clairin à Jules Humbert-Droz, 6 juin 1914.

31 VCH-BVLCDF, JHD 005450, Prédication de Jules Humbert-Droz à Londres, 3 novembre 1914, p. 3.

32 VCH-BVLCDF, JHD 005450, Prédication de Jules Humbert-Droz à Londres, 3 novembre 1914, p. 3.

33 VCH-BVLCDF, JHD 005450, Prédication de Jules Humbert-Droz à Londres, 3 novembre 1914, p. 1.

34 VCH-BVLCDF, JHD 005450, Prédication de Jules Humbert-Droz à Londres, 3 novembre 1914, p.1.

35 VCH-BVLCDF, JHD 004967 à 04974, Prédication de Jules Humbert-Droz à l’église huguenot de Londres, 1915.

36 VCH-BVLCDF, JHD 005968, Lettre de J.J Ryffel à Jules Humbert-Droz le 14 mai 1915, p. 3.

37 Jules Humbert-Droz, « Tribune libre à propos de la laïcité », in : La Sentinelle, no94, 30e année, 24 avr. 1914, p.1, E-Newspaperarchives, [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19140424-01&e=-------fr-20--1--img-txIN--------0-----

38 Organisme administratif né de la Réforme, il devient au cours du XIXe siècle l’illustration d’une forme de contrôle des radicaux sur les Églises cantonales. Richard Bäumlin appelle cela « des « Églises d’État de la démocratie radicale ». Christoph Winzeler, « Eglises nationales », Dictionnaire historique de la Suisse [en ligne], mis en ligne le 11 novembre 2008, consulté le 04 janvier 2021. URL : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/043204/2008-11-11/

39 Pasteur au Temple nationale à La Chaux-de-Fonds, il a été proche au début de sa carrière du Cercle ouvrier de La Chaux-de-Fonds.

40 BVLCDF, JHD 001954, Lettre de Paul Graber à Jules Humbert-Droz, 6 janvier 1916.

41 BVLCDF, JHD 001954, Lettre de Paul Graber à Jules Humbert-Droz, 6 janvier 1916.

42 VCH-BVLCDF, JHD 006049, Lettre de Marie Humbert-Droz à Jules Humbert-Droz, de Boudevilliers, le 20 janvier 1916, p. 1.

43 La deuxième plus grande Église du canton de Neuchâtel, elle est considérée comme Église libre, car elle se rapproche de l’orthodoxie des Églises nationales, la différenciant, ainsi, d’une secte. Cependant, elle est plus rigoriste dans les dogmes, la liturgie et même la théologie.

44 VCH-BVLCDF, JHD 006049, Lettre de Marie Humbert-Droz à Jules Humbert-Droz, de Boudevilliers, le 20 janvier 1916, p. 2.

45 AFS, E5330-01#1000-894#4366, Convocation pour la visite sanitaire complémentaire, 20 mars 1916 ; AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#3, Rapport du Major Rufin, 6 juillet 1916.

46 Pierre Miquel, Les oubliés de la Somme, Paris, Tallandier, coll. Documents d’histoire, 2001, p. 1.

47 Jenny Humbert-Droz, Une pensée, une conscience, un combat – La carrière politique de Jules Humbert-Droz retracée par sa femme, Neuchâtel, La Baconnière, 1976, p.41.

48 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#3, Rapport du Major Rufin, 6 juillet 1916.

49 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#2, Lettre du major Huber, 9 juillet 1916.

50 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#1, Rapport du capitaine Dupey, 26 juillet 1916.

51 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#5, Procès-verbal des auditions de Jules Humbert-Droz, 27 juillet 1916.

52 Louis Segond [trad.], « L’Évangile selon Jacques, Chapitre 2/ versets 7 à 12 », La Bible, Paris, Société biblique française, 1970, p. 288.

53 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal militaire à Neuchâtel le 26 août, La Chaux-de-Fonds, Éditions des Jeunesses socialistes romandes, coll. Bibliothèque des jeunesses socialistes, 1916, p. 42, PANDOR [en ligne], consulté le 14 mai 2021.

54 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal militaire à Neuchâtel le 26 août, La Chaux-de-Fonds, Éditions des Jeunesses socialistes romandes, coll. Bibliothèque des jeunesses socialistes, 1916, p. 42., PANDOR [en ligne], consulté le 14 mai 2021.

55 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal militaire à Neuchâtel le 26 août, La Chaux-de-Fonds, Éditions des Jeunesses socialistes romandes, coll. Bibliothèque des jeunesses socialistes, 1916, pp. 41-42, PANDOR [en ligne], consulté le 14 mai 2021.

56 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal militaire à Neuchâtel le 26 août, La Chaux-de-Fonds, Éditions des Jeunesses socialistes romandes, coll. Bibliothèque des jeunesses socialistes, 1916, p. 42., PANDOR [en ligne], consulté le 14 mai 2021.

57 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal militaire à Neuchâtel le 26 août, La Chaux-de-Fonds, Éditions des Jeunesses socialistes romandes, coll. Bibliothèque des jeunesses socialistes, 1916, p. 44, PANDOR [en ligne], consulté le 14 mai 2021.

58 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal militaire à Neuchâtel le 26 août, La Chaux-de-Fonds, Éditions des Jeunesses socialistes romandes, coll. Bibliothèque des jeunesses socialistes, 1916, p. 1, PANDOR [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://pandor.u-bourgogne.fr/pages/paprika2f/publications.html

59 AFS, Surveillance policière, JHD, E5330-01#1000-894#4366, Protocole de l’instruction principale du procès de Jules Humbert-Droz du 26 août 1916.

60 AFS, E5330-01#1000-894#4366#7#3, Rapport du Major Rufin, 6 juillet 1916.

61 Marc Perrenoud, « Charles Naine », Dictionnaire historique de la Suisse, [en ligne], mise en ligne le 02 novembre 2010, consulté, le 21 avril 2021. URL : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/004629/2010-11-02/

62 Olivier Lahaie, La Guerre secrète en Suisse (1914-1918) – Espionnage, propagande, et influence en pays neutre pendant la Grande Guerre, Tome 2 : 1916-1917, Saint-Denis, Connaissances et Savoirs, coll. Arcana Imperii, 2017, p. 66.

63 Olivier Lahaie, La Guerre secrète en Suisse (1914-1918) – Espionnage, propagande, et influence en pays neutre pendant la Grande Guerre, Tome 2 : 1916-1917, Saint-Denis, Connaissances et Savoirs, coll. Arcana Imperii, 2017, p. 67.

64 Olivier Lahaie, La Guerre secrète en Suisse (1914-1918) – Espionnage, propagande, et influence en pays neutre pendant la Grande Guerre, Tome 2 : 1916-1917, Saint-Denis, Connaissances et Savoirs, coll. Arcana Imperii, 2017, p. 67.

65 Benjamin Baudraz, Un instituteur vaudois objecteur de de conscience en 1915-1916, Revue d’histoire vaudoise, vol. 108, 2000, p. 75.

66 Jenny Humbert-Droz, Une pensée, une conscience, un combat – La carrière politique de Jules Humbert-Droz retracée par sa femme, La Braconnière, Neuchâtel, 1976, p. 45.

67 Jenny Humbert-Droz, Une pensée, une conscience, un combat – La carrière politique de Jules Humbert-Droz retracée par sa femme, La Braconnière, Neuchâtel, 1976, p. 45.

68 Jules Humbert-Droz, Guerre à la Guerre – À bas l’armée : Plaidoirie complète devant le tribunal militaire à Neuchâtel le 26 août, La Chaux-de-Fonds, Éditions des Jeunesses socialistes romandes, coll. Bibliothèque des jeunesses socialistes, 1916, p. 46, PANDOR [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://pandor.u-bourgogne.fr/ead.html?id=FRMSH021_00009#!]

69 Jules Humbert-Droz, « journée d’insurrection », La Sentinelle, no115, 33è année, 21 mai 1917, p. 1-2. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19170521-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0----

70 Jules Humbert-Droz, « Notre patriotisme », La Sentinelle, no293, 33è année, 14 déc. 1917, p. 1, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 05 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19171214-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0-----

71 AFS, Surveillance policière, JHD E5330/01#1000/894#6286, Dossier d’enquête de Jules Humbert-Droz, 23 mai 1917.

72 Terme vieilli, parfois péjoratif, pour désigner une un journaliste. « Publiciste », Centre national de ressources textuelles et lexicales [en ligne], URL : https://www.cnrtl.fr/definition/publiciste

73 AFS, E5330-01 #1000/894#6286, Rapport du 24.05.1917 du militant Jules Humbert-Droz, le juge d’instruction Capitaine Haldimann, p. 1.

74 AFS, Surveillance policière, JHD E5330/01#1000/894#6286, Protocole d’instruction principal du procès de Jules Humbert-Droz, du 16 août 1917.

75 Xavier Crettiez, « “High risk activism” : essai sur le processus de radication violente », ARPoS « Pôle Sud », no35, 2011/2, p. 102.

76 La Sentinelle, mois de novembre-décembre 1917, [en ligne], consulté le 14 mai 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=cl&cl=CL2.1917.11&sp=LSE&e=-------de-20--1--img-txIN--------0]

77 Jules Humbert-Droz, « l’An neuf », La Sentinelle, no308, 33ème année, p. 2. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19171231-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0---]

78 Jules Humbert-Droz, « l’An neuf », La Sentinelle, no308, 33ème année, p. 2. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19171231-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0---]

79 La Sentinelle, année 1917, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch

80 La Sentinelle, année 1918, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch

81 La Sentinelle, année 1916, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 05 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=cl&cl=CL1&e=-------de-20--1--img-txIN--------0-----&sp=LSE

82 La Sentinelle, mois de mars 1918, [en ligne], consulté le 14 mai 2021.URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=cl&cl=CL2.1918.03&sp=LSE&e=-------de-20--1--img-txIN--------0]

83 VCH-BVLCDF, NDOC 580, Charles Naines, Dictature du prolétariat ou démocratie, Lausanne, Imprimerie populaire, Juillet 1918.

84 Jules Humbert-Droz, « Autour de l’Internationale », La Sentinelle, no191, 34ème année, p. 1. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19180819-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0]

85 Jules Humbert-Droz, « Les enseignements de Bienne », La Sentinelle, no157, 34ème année, p. 1, [en ligne], consulté le 14 mai 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19180711-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0]

86 Marcel van der Linden, « Das cha nümme so wyter gah. Jetzt muess öppis lauffe – Vorläufiges zum Schweizer Landesstreik in vergleichender Perspektive », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, hors-série, 2018, p. 113.

87 Hans Ulrich Jost, « Questions ouvertes sur la Grève générale de 1918 », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, Hors-série, 2018, p. 80.

88 Né en janvier 1918, ce comité a pour objectif de se prémunir contre la répression menée par les autorités contre les manifestations ouvrières. Il est constitué « de représentants des directions syndicales et politiques du mouvement ouvrier », informations tirées de : Hans Ulrich Jost, « Questions ouvertes sur la Grève générale de 1918 », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, Hors-série, 2018, p. 80.

89 Michel Caillat et Jean-François Fayet, « Le mythe de l’ingérence bolchévique dans la Grève générale de novembre 1918. Histoire d’une construction franco-suisse, Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, Hors-série, 2018, p. 221.

90 Il était alors secrétaire du Parti socialiste suisse à l’époque.

91 Jules Humbert-Droz, « Politique de froussard », La Sentinelle, no260, 34ème année, 8 novembre 1918, p.1, [en ligne], consulté le 15 mai 1921. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19181108-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0----

92 Hans Ulrich Jost, « Questions ouvertes sur la Grève générale de 1918 », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, Hors-série, 2018, p. 84.

93 Hans Ulrich Jost, « Questions ouvertes sur la Grève générale de 1918 », Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, Hors-série, 2018, p. 85.

94 Marc Perrenoud, La Grève générale à La Chaux-de-Fonds, in : Les Cahiers d’histoire du mouvement ouvrier, Hors-série, 2018, p. 234-235.

95 AFS, Surveillance policière, JHD E5330-01#1000-894#9185, Extrait du rapport adressé au chef de la sûreté, 24 novembre 1918.

96 AFS, Surveillance policière, JHD E5330-01#1000-894#9185, Procès-verbal d’audition d’Emil Leuba, 11 décembre 1918.

97 AFS, Surveillance policière, JHD E5330-01#1000-894#9185, Communication de la condamnation de Jules Humbert-Droz, 16 avril 1919.

98 « Prediger des Mords », « Kanton – Neuenburg », in: Bote vom Untersee und Rhein, no94, 23 nov. 1918, p. 3, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=BUR19181123-01&e=-------fr-20--1--img-txIN--------0-----

99 « Contre la guerre de classes », in : Le Jura, no4, 69è année, 14 janv. 1919, p. 1, E-Newspaperarchives [en ligne], consulté le 04 janvier 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LEJ19190114-01&e=-------fr-20--1--img-txIN--------0-----

100 AFS, Surveillance policière, JHD E5330-01#1000-894#9185, Préavis sur la demande de grâce de Jules Humbert-Droz, 19 juin 1919.

101 VCH-BVLCDF, JHD 000269, Lettre de Jean Roulet à Jules Humbert-Droz avec copie à Charles Naines, 10 février 1919.

102 VCH-BVLCDF, JHD 000271, Albert Müller, président du Cercle ouvrier de Villeret, 12 février 1919.

103 VCH-BVLCDF, JHD 000272, Télégramme de Rosa Bloch à Jules Humber-Droz, 12 février 1919.

104 Le pendant suisse du CRRI (Le comité pour la reprise des relations internationales) qui regroupe les socialistes minoritaires et les militants du syndicalisme révolutionnaire opposés à la guerre.

105 VCH-BVLCDF, JHD 000276, Lettre de George Himmann, président du C.C du parti socialiste genevois, demandant la participation de Jules Humbert-Droz, en tant qu’orateur, à la manifestation du 18 mars à Plainpalais, 16 février 1919.

106 VCH-BVLCDF, JHD 000285, Rapport d’activité de la Centrale rédigé par Jules Humbert-Droz, 13 avril 1919.

107 En 1920, le nombre de lettres échangées entre les deux protagonistes est de seulement deux lettres. La correspondance s’arrête vraisemblablement en novembre 1920. Informations tirées de VCH-BVLCDF, JHD 001980 et 002115, Correspondance entre Hélène Monastier et Jules Humbert-Droz, 1920.

108 VCH-BVLCDF, JHD 001980 et 002115 à 002137, Correspondance d’Hélène Monastier avec le couple Humbert-Droz, 1918-1919.

109 VCH-BVLCDF, JHD 000272 ; 000278 ; 000282 ; 000295 ; 000297 ; 000304 ; 000306 ; 000312 ; 000318, Correspondance de Rosa Bloch avec Jules Humbert-Droz du 12 fév. 1919 au 17 juil. 1919.

110 Plate-forme de l’aile gauche du PSS.

111 VCH-BVLCDF, JHD 000272, Lettre de Rosa Bloch à Jules Humber-Droz, 12 février 1919.

112 ACV, PSS, PP 893/25, Condition d’entrée des JSS dans la Troisième Internationale, Brochure : Jules Humbert-Droz (trd.), 3ème Internationale – Ses principes, son premier congrès, Lausanne, Édition des Jeunesses socialistes romands, avril 1919.

113 « Une revue socialiste », La Sentinelle, no180, 35ème année, p. 1, [en ligne], consulté le 11 mai 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19190808-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0----

114 VCH-BVLCDF, JHD 000285, Rapport concernant la Nouvelle Internationale rédigé par Jules Humbert-Droz, 1er mai 1919.

115 « Une revue socialiste », La Sentinelle, no180, 35ème année, p. 1, [en ligne], consulté le 11 mai 2021. URL : https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LSE19190808-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0----

116 Militant français d’origine russe qui milite en 1919 au sein de la SFIO pour l’adhésion à la Troisième Internationale.

117 Membre fondateur l’Association républicaine des anciens combattants et de la revue intellectuelle.

118 Militant bolchévique de nationalité et proche lieutenant de Lénine durant la période d’exil de ce dernier.

119 Commissaire à l’instruction publique en Russie soviétique.

120 Militant bolchévique connu pour avoir rédigé, au cours de l’année 1919, L’ABC du communisme. Un ouvrage qui fait date dans la construction théorique du bolchévisme d’État.

121 Peter Stettler, Die Kommunistische Partei der Schweiz (1921-1931), Berne, Francke Verlag, 1980, p. 18.

122 Peter Stettler, Die Kommunistische Partei der Schweiz (1921-1931), Berne, Francke Verlag, 1980, p. 28.

123 Peter Stettler, Die Kommunistische Partei der Schweiz (1921-1931), Berne, Francke Verlag, 1980, p. 34.

124 Hélène Monastier, « Congrès des socialistes-chrétiens », L’essor, no6, 16ème année, 18 juin 1921, p. 3, [en ligne], consulté le 10 mai 2021. URL: https://www.e-newspaperarchives.ch/?a=d&d=LES19210618-01&e=-------de-20--1--img-txIN--------0

125 РГАСПИ. Ф. 495. Оп. 1. Д. 40, Réunion constitutive de l’exécutif, le 14 juillet 1921.

126 Lénine, « Pour le pain et pour la paix », Œuvre complète, vol.26, septembre 1917-février 1918, Archives marxistes, [en ligne], consulté le 14 mai 2021. URL: https://www.marxists.org/francais/lenin/oeuvres/vol_26.htm

127 Stefanie Prezioso, « Engagements – la guerre comme expérience idéologique et politique », André Loez (dir.), Mondes en guerre – Guerres mondiales et impérialismes 1870-1945, Tome. 3, Paris, Passés/Composés, 2020, p.243.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Fontannaz, « Le processus de conversion politique d’un pasteur chaux-de-fonnier au cours de la Grande guerre : quand Jules Humbert-Droz devint un révolutionnaire suisse (1914-1919)  »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 18 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/framespa/11174 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.11174

Haut de page

Auteur

Clément Fontannaz

Clément Fontannaz est doctorant en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg (Laboratoire DynamE, UMR 7367 et à l’Université de Lausanne – Faculté des Sciences sociales et politiques (Centre d’histoire internationale et d’études politiques de la mondialisation), sous la direction de Maurice Carrez et Stefanie Prezioso. Son travail de recherche porte sur « Une biographie de Jules Humbert-Droz : parcours et univers d’un révolutionnaire suisse au XXe siècle (1891-1971) ». klementz.fontannaz@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search