Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37RecensionsL’enseignement de l’architecture ...

Recensions

L’enseignement de l’architecture à Toulouse. Prémices d’une histoire, sous la direction de Enrico Chapel et Constance Ringon, Paris, Archibooks, 2019, 261 pages.

Véronique Castagnet-Lars

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif est à la fois un aboutissement et une invitation à prolonger les réflexions autour de l’histoire de l’enseignement de l’architecture à Toulouse du xviiie au xxie siècle, comme le montre la structure retenue pour la publication.

2En effet, la première partie (p. 28 à p. 143) offre au lecteur un panorama de la connaissance actuelle sur les jalons de cet enseignement dans la métropole toulousaine au sein de laquelle on suit les différentes implantations des institutions en charge de la formation en architecture, du centre-ville jusqu’au quartier du Mirail. Les sept contributions favorisent l’approche historique : avec les travaux de Majorie Guillin sur l’école de dessin du xviiie siècle ; de François Bagnéris sur la place de ce dernier dans les méthodes et les pratiques entre le xviie et le xxe siècle ; de Laura Girard et Constance Ringon sur la place des femmes dans ce temps long ; sans oublier la biographie de Jean-Louis Gilet par Laura Girard et l’évolution architecturale des locaux dédiés à cet enseignement par Enrico Chapel ; l’étude de l’École régionale d’architecture de Toulouse entre 1903 et 1942, par Jean-Henri Fabre.

3Ainsi l’enseignement de l’architecture est prodigué dans plusieurs structures dès le Siècle des Lumières. Il est tout d’abord porté par l’École de dessin gratuite ouverte en 1726 par Antoine Rivalz (1667-1735), peintre attitré de l’hôtel de ville, avant qu’elle ne soit transformée par un de ses élèves et successeurs, le peintre et architecte Guillaume Cammas (1698-1777), dès 1746, en Société des Beaux-Arts, bénéficiant ainsi du soutien de l’autorité municipale des Capitouls. Forte de son succès, la Société devient l’Académie royale de peinture, sculpture et architecture de Toulouse en 1750. Un renouvellement des enseignements se produit, en 1782, avec la création d’une école du génie – on pense souvent à celle de Mézières créée quatre décennies auparavant – qui concrétise l’introduction de nouveaux cours, en plus du dessin, pour les élèves en architecture : mathématiques, architecture civile, ponts et chaussées, cartographie. Approches théoriques et pratiques se conjuguent explicitement désormais.

4Une autre métamorphose apparaît en 1833, date à partir de laquelle l’École spéciale des arts de Toulouse (créée après la période révolutionnaire en 1804) est associée avec les cours du soir de sciences industrielles, pour former, au milieu du xixe siècle, l’École des Beaux-Arts et Sciences industrielles (EBASI). Avec la création des Écoles régionales d’architecture, dont celle de Toulouse, en 1903, dans la foulée de l’exposition universelle de 1900, se lit une rupture par rapport aux anciennes formations, dans la mesure où l’influence parisienne se distingue fortement, l’idée étant de donner aux provinciaux la même formation que l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts (ENSBA) : le centralisme républicain entend diffuser en province le style de la jeune iiie République. En réalité, ce moment est aussi l’occasion de débattre sur le diplôme d’architecte, mis en place par l’ENSBA en 1867, confirmé par l’autorité ministérielle en 1874, officialisé en 1914… et rendu obligatoire pour exercer le métier d’architecte à partir de 1940 et la création de l’Ordre. Dans ce contexte de tensions entre l’EBASI et l’ENSBA, la fondation toulousaine parvient tout de même à définir une spécificité pédagogique en réunissant l’art et la technique, en faisant cohabiter des artistes et des techniciens, en demandant aux artistes de se former en technique et aux techniciens de se former à l’art, dans une conception polytechnique de l’enseignement de l’architecture.

5Enfin, en 1969 ouvre l’École nationale supérieure d’architecture (ENSA), aujourd’hui intégrée à l’Université Fédérale de Toulouse. Sa spécificité est de porter une attention particulière aux questions environnementales en architecture.

6La deuxième partie (p. 144-187) est exclusivement constituée de témoignages portant sur la place de la recherche à l’École d’architecture, aux xxe et xxie siècles. Ils insistent sur l’accent porté dès la fin des années 70 sur cette question et le fait que, dès le départ, il s’agit de s’opposer à l’hégémonie des beaux-arts dans l’institution. L’assemblée de tous les élèves de l’école d’architecture de Toulouse de 1968 évoque la création d’une unité pédagogique pour l’enseignement de l’architecture dont les axes doivent s’apparenter à ceux d’un véritable laboratoire de recherche. Et effectivement dans les années suivantes, l’intégration de la recherche dans le parcours de formation des étudiants se concrétise. Elle est portée par des Groupes d’enseignement et de recherche (GER) qui associent chercheurs, enseignants, étudiants.

7Le fonctionnement prolixe de cette structure aboutit à l’apparition en 2008 du Laboratoire de recherche en architecture (LRA), la pratique et la réflexion scientifique ayant fait apparaître de nouveaux champs de recherches à Toulouse. Car dès les années 80, trois laboratoires avaient été habilités autour de thématiques sur la ville, le patrimoine, l’archéologie et les pratiques professionnelles : le Laboratoire d’informatique appliquée à l’architecture (Li2a), le Laboratoire d’Architecture Bioclimatique (LAB) et le laboratoire de Modélisation de l’Architecture et du Paysage (MAP). L’histoire de ces différentes structures de recherches et leurs originalités sont ainsi mises en valeur, comme l’intérêt précoce, dans les années 80, pour la dimension patrimoniale, à la faveur de projets urbains à Toulouse et à Bordeaux, l’histoire des formes urbaines, la définition d’outils pour la sauvegarde et la mise en valeur du « patrimoine archéologique ». En parallèle, avec la démocratisation de l’accès aux études architecturales, des chercheurs se sont également intéressés à l’insertion des nouveaux diplômés dans le monde du travail, grâce à la diversification de leur spécialisation, en plus de la dimension patrimoniale : le conseil, la programmation, l’assistance à la maîtrise d’ouvrage, l’aménagement urbain.

8La troisième partie (p. 188-235) propose au lecteur une présentation très riche des archives disponibles pour les chercheurs afin d’approfondir la connaissance de l’histoire de cette institution, de ses acteurs et des modalités de la formation dispensée à Toulouse en architecture. Elles doivent être collectées dans nombre d’institutions : archives départementales, archives municipales, bibliothèques et archives de l’Institut supérieur des Arts de Toulouse (IsdaT), musée Paul-Dupuy, Bibliothèque et archives de l’ENSA, Archives de l’Ordre des Architectes notamment. Elles se composent de sources écrites et imprimées (dessins, notes de cours, exercices divers, archives administratives, photographies), sans oublier les sources orales (avec la collecte de témoignages de professeurs et d’anciens élèves).

9L’ouvrage se termine par des annexes (p. 236-251) bienvenues qui soulignent l’abondante bibliographie déjà réunie et les principales localisations des sources évoquées dans l’ensemble du volume. Cet apport est agréablement complété par des cahiers documentaires, insérés à la fin de la première et de la troisième partie, pour permettre au lecteur de se plonger plus précisément sur des documents iconographiques retraçant l’évolution architecturale des lieux de l’enseignement de l’architecture.

10Au final, l’ouvrage collectif – qui s’inscrit dans le cadre des activités du programme national HEnA20 (« Histoire de l’enseignement de l’architecture au 20e siècle ») initié par un colloque en 2016 – est une première pierre nécessaire à l’édifice que souhaitent ériger les auteurs, à savoir une histoire de l’enseignement de l’architecture à Toulouse, à partir de sources anciennes et de témoignages contemporains. La lecture intéressera non seulement les enseignants, les chercheurs et les élèves en architecture, mais encore les historiens, au premier rang desquels les historiens de l’art, les historiens de l’éducation, les historiens des techniques, voire les géographes sensibles à l’aménagement urbain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Véronique Castagnet-Lars, « L’enseignement de l’architecture à Toulouse. Prémices d’une histoire, sous la direction de Enrico Chapel et Constance Ringon, Paris, Archibooks, 2019, 261 pages. »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 23 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/framespa/11323 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.11323

Haut de page

Auteur

Véronique Castagnet-Lars

Véronique Castagnet-Lars, maître de conférences d’histoire moderne à l’Université de Toulouse (Espé Toulouse-Midi-Pyrénées), membre du laboratoire FRAMESPA (équipe Studium). veronique.castagnet@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search