Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37RecensionsHervé Mazurel, Kaspar l’obscur ou...

Recensions

Hervé Mazurel, Kaspar l’obscur ou l’enfant de la nuit, Paris, La Découverte, 2020, 347 p.

Sébastien Rozeaux

Texte intégral

1Comment écrire à nouveaux frais une biographie sur un cas aussi connu que celui de Kaspar Hauser, à propos duquel des dizaines d’ouvrages ont été publiés depuis son « apparition », dans la ville de Nuremberg, un après-midi de l’année 1828 ? Le défi est d’autant plus délicat à relever, a priori, que bien des sources de première main ont disparu pendant les bombardements de la Seconde guerre mondiale. Pourtant, Hervé Mazurel, historien des sensibilités et fin connaisseur du romantisme allemand, réussit à offrir là un ouvrage passionnant en revenant « aux sources » de cette affaire – en cohérence avec la nouvelle collection dans laquelle paraît l’ouvrage à La Découverte –, sans rien ignorer de l’immense bibliographie existante, que l’auteur traite avec un regard toujours aiguisé. En effet, de grands historiens, médecins, écrivains, psychanalystes ou cinéastes se sont intéressés avant lui à Kaspar Hauser, composant cet océan de papiers dans lequel l’historien trace une route originale, dans cet essai qui ne relève pas du genre biographique stricto sensu.

2Kaspar Hauser est l’un de ces fameux « enfants sauvages » du xixe siècle, et certainement le cas le plus extraordinaire qu’il soit. En 1828, Kaspar Hauser, puisque c’est le nom que lui attribue « l’Homme », son geôlier, est abandonné aux portes de Nuremberg, balbutiant quelques mots et chancelant sur ses pieds mal assurés, lui qui a vécu toute son enfance et adolescence assis dans un réduit obscur et bas, hors du monde, coupé de la nature et de la société. Pris en charge par les autorités, il suscite une curiosité et un intérêt grandissants à Nuremberg, dans toute l’Allemagne et bientôt dans l’Europe entière, tant le mystère autour des origines et du passé de ce jeune homme âgé de 16 ou 17 ans reste épais.

3Si l’historien revient dans les premiers chapitres sur les principales théories qui ont noirci tant de pages des gazettes européennes dans les années 1820 et 1830, et de tant de livres depuis, là n’est pas l’objet principal de son récit, car c’est d’autres « abysses » que l’historien veut explorer, afin de « retrouver et de comprendre quelque chose de l’épaisseur de cette expérience même, de ce paroxysme d’existence » (p. 16). La démarche est audacieuse, à la frontière de l’histoire culturelle, de l’anthropologie sensible et de la psychanalyse ; et l’on suit pas à pas l’auteur dans son entreprise de reconstitution de ce que fut l’existence de cet « enfant de la nuit ». Ainsi, au-delà de la biographie d’un cas exceptionnel, cet « estrangement fait homme » (p. 23), l’une des forces de ce livre tient au projet de révéler par ce biais le « sens commun d’une époque » et, surtout, de penser « nos façons d’arraisonner le monde » (p. 20) : puisque Kaspar est un cas unique de vie menée dans une absolue solitude, il permet en miroir de comprendre à quel point la culture, plutôt que la nature humaine, est constitutive de toute ontologie.

  • 1 Le public outre-Atlantique s’est aussi intéressé à cette histoire et ses rebondissements. En 1844, (...)

4Les deux premiers chapitres tentent de démêler la trajectoire de Kaspar Hauser dans cet amas immense de sources dont la fiabilité est souvent douteuse, composant une histoire qui, malgré l’abondance, est riche en incertitudes. Cela s’explique par un goût grandissant des élites en Europe pour les « sauvages intérieurs » (p. 42), à l’heure où le processus de civilisation, si bien décrit par Norbert Elias, veut effacer les traces de l’animalité dans nos sociétés. Une autre explication à cet écho international du cas Kaspar tient aux hypothèses tôt formulées quant à ses origines princières. De telles théories sont d’ailleurs réactivées pour expliquer la première tentative d’assassinat dont est victime Kaspar en 1829, puis son meurtre en 1833 ; sans que l’on ne sache jamais qui l’a tué et pour quels motifs1.

5Dans les chapitres suivants, le propos de l’auteur gagne en ampleur, lorsqu’il se confronte, fort de cet ancrage pluridisciplinaire, à l’absolue étrangeté du cas Hauser. Celle-ci se mesure d’abord à l’aune de son corps et de sa tenue, ou, plutôt, de son absence de tenue. Corps désarticulé dans un monde où celui-ci tend à se redresser, Kaspar a une démarche à nul autre pareil, qui témoigne en creux de cette « intrication constante du physiologique et du social » dont l’histoire des corps offre le tableau. Son rapport au monde, son être sensible détonnent également dans la société bourgeoise de son temps, du fait de cet étonnant paradoxe déjà pointé par Françoise Dolto : loin d’avoir atrophié ses sens, la réclusion de Kaspar les a aiguisés. En témoignent, notamment, sa nyctalopie, son hyperacousie ou ses réactions au magnétisme, alors à la mode chez les médecins mesméristes. Ainsi, Kaspar Hauser dut tout apprendre : le jour et la nuit, la saisonnalité, savoir regarder ces paysages dans lesquels il ne vit longtemps qu’un amas informe de couleurs criardes et désagréables à sa vue, faute de posséder ces « codes esthétiques » indispensables pour en apprécier la valeur, comme l’a établi l’anthropologie sensorielle. Si les sens sont à vif, les émotions de Kaspar ne le sont pas moins : le traumatisme de la sortie de la caverne est source d’angoisses terribles et de larmes intarissables, et ces émotions s’exprimaient une fois encore de façon étrange, car Kaspar n’avait pas appris à manier la palette des émotions propre à ses contemporains, fruit d’une lente construction sociale.

6Kaspar Hauser était, de même, un être aux désirs singuliers, longtemps focalisés sur les seuls objets à sa disposition pendant sa réclusion, des chevaux et un chien de bois, ainsi que des rubans de couleur ; ces « objets transitionnels » qui lui auront permis d’échapper à l’angoisse de la solitude. Il y a quelque chose de fascinant à lire ces pages sur le rapport que Kaspar entretenait avec les objets, à la sortie de sa réclusion. Il y voyait des êtres vivants, doués de sensibilité, et il en allait de même pour les plantes et les animaux, qu’il chérissait et voulait protéger, faute d’avoir encore acquis cette « tranquille certitude de la domination des hommes », caractéristique de son temps. Passées les premières semaines de sidération, Kaspar Hauser fit preuve d’une « inextinguible soif de savoir ». Les apprentissages qu’il reçut reflètent les conflits alors récurrents entre deux systèmes d’éducation, l’un plus utilitaire et autoritaire, l’autre plus humaniste et désintéressé – Kaspar préférant de très loin le second au premier. À une première phase d’intense d’apprentissage succéda bientôt une seconde, faite de désillusions et d’amertumes, qu’Hervé Mazurel attribue, pour partie, à des facteurs liés à la longue mise en veille de ses capacités cérébrales.

  • 2 Ces réflexions trouveront de plus amples développements dans un autre ouvrage de l’auteur, à paraît (...)

7Les derniers chapitres, sans doute les plus passionnants, permettent au lecteur de plonger dans les abysses de la psyché de ce personnage au destin tragique, lorsque l’historien manie, avec circonspection, les outils de la psychanalyse. Ainsi peut-on mieux comprendre, par exemple, l’empathie jamais démentie de Kaspar pour son geôlier, ou la « fulgurance » que fut le moment de sa libération en 1828, lorsqu’il fut confronté malgré lui à la « démesure » d’un monde dans lequel il allait perdu, faute d’en posséder les codes ; ces symboles, cet habitus qui permettent à tout un chacun de prendre position dans une société donnée – si bien qu’il n’eut longtemps qu’une hâte, revenir à sa caverne. Ce détour psychanalytique permet également de mieux cerner le traumatisme initial, celui de l’abandon et de la claustration dans la petite enfance, à partir, notamment, des récits de quelques rêves de Kaspar, dont la valeur heuristique est précisément circonscrite. Et, à une analyse inspirée du complexe d’Œdipe, Hervé Mazurel préfère une approche historicisée de la psychologie de Kaspar, afin d’appréhender ses « désordres du caractère », cette « instabilité psychique » qui amène à faire un dernier détour par l’inconscient pour mieux en comprendre les infimes ressorts2.

8L’hypothèse initiale – plonger dans l’Inconnu des sources et d’un cas exceptionnel pour y « trouver du nouveau » – trouve sa pleine validité au terme de cette lecture, tant le cas Hauser aura permis de réfléchir, au-delà du cas singulier, à ce qu’étaient alors la culture et la psyché de ses contemporains. D’où la proposition finale d’un nouveau paradigme scientifique, « par-delà nature et culture », à partir de ce cas qui dévoile, « par son aberration même, par contraste donc, jusqu’à quelles obscures et secrètes profondeurs descend en nous-mêmes l’influence de l’histoire ». S’il fallait donc une preuve de la capacité du genre biographique à se renouveler et à tracer de nouveaux chemins, même sur les cas en apparence les mieux renseignés ou les plus singuliers, l’essai d’Hervé Mazurel en offre une très belle démonstration.

Haut de page

Notes

1 Le public outre-Atlantique s’est aussi intéressé à cette histoire et ses rebondissements. En 1844, soit plus d’une décennie après la mort de Kaspar Hauser, un drame éponyme en quatre actes est joué sur plusieurs scènes de Rio de Janeiro, à l’initiative du célèbre acteur, imprésario et metteur en scène João Caetano dos Santos, qui reprend en l’espèce ce qui fut un grand succès sur les scènes européennes. En 1847, un autre drame est présenté au public carioca à l’initiative du même metteur en scène, « Le pauvre idiot », pièce à succès créée au théâtre de la Gaieté, à Paris, en 1838.

2 Ces réflexions trouveront de plus amples développements dans un autre ouvrage de l’auteur, à paraître aux éditions La Découverte : L’inconscient ou l’Oubli de l’histoire. Profondeurs et métamorphoses de la vie affective.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « Hervé Mazurel, Kaspar l’obscur ou l’enfant de la nuit, Paris, La Découverte, 2020, 347 p. »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 26 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/framespa/11334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.11334

Haut de page

Auteur

Sébastien Rozeaux

Sébastien Rozeaux est maître de conférences en histoire moderne et contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès, et membre de l’UMR 5136 FRAMESPA. Il est l’auteur de Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au xixe siècle (Le poisson volant, 2019). sebastien.rozeaux@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search