Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37RecensionsRomain Bertrand, Qui a fait le to...

Recensions

Romain Bertrand, Qui a fait le tour de quoi ? L’affaire Magellan, Lagrasse, Verdier, 2020, 144 p.

Sébastien Rozeaux

Texte intégral

  • 1 Romain Bertrand (dir.), L’Exploration du monde, Paris, Seuil, 2019.

1Comme son titre digne d’un polar le suggère d’emblée, le dernier livre de Romain Bertrand n’est pas tout à fait une biographie. Il faut dire que le personnage, héroïsé par l’historiographie colonialiste, est connu, et sa mémoire associée à la première circumnavigation, point d’orgue du cycle si fameux des « grandes découvertes ». Si affaire il y a, en l’occurrence, elle se trame dans les soutes des nefs et les oubliettes de l’histoire, quand le postulat biographique est le prétexte à faire un portrait croisé, coloré et contrasté de ces acteurs qui ont rendu possible la réalisation de cette expédition, sans accéder pourtant à la légende. Par ce nouvel opus, l’auteur trace une route singulière qui poursuit le chemin déjà esquissé lors de cette vaste entreprise de révision des « grandes découvertes », dont L’exploration du monde, paru au Seuil en 2019 est le fruit – livre collectif dans lequel Romain Bertrand signait déjà une brève notice consacrée à la mort du marin portugais, le 27 avril 1521, sous les flèches des guerriers de Lapu-Lapu1.

2Romain Bertrand s’attache plus longuement à Magellan pour mieux en rabattre sur cette grande histoire des héros de la conquête. Il faut d’ailleurs souligner la concomitance entre cet aggiornamento historiographique, qui n’est pas circonscrit à la France, et les polémiques qui accompagnent les actions de déboulonnage des statues des conquistadors comme Christophe Colomb, en Europe ou en Amérique. Le débat agite aussi la communauté historienne et interroge plus largement la place de cette mémoire dans l’espace public, héritage de ce colonialisme qui, aux xixe et xxe siècles, a accompagné l’érection de la plupart de ces statues.

3Le bref ouvrage écrit par Romain Bertrand est tiré d’une série de conférences que l’auteur a données dans le cadre du festival Le Banquet du livre en 2019, à Lagrasse, dans les Corbières. Voilà pourquoi il est écrit dans une langue alerte et accessible à un large public qui trouvera en annexes des cartes ainsi que les références précises aux ouvrages et archives qui ont été consultés par l’auteur. Un tel contexte d’énonciation justifie aussi le choix d’une narration structurée en cinq épisodes comme autant d’étapes dans l’enquête et la collecte des indices, afin de replacer Magellan à sa juste place dans cette aventure autour du monde, sans pour autant perdre le fil initial de la biographie.

4Suivre depuis ses débuts la trajectoire du célèbre marin n’est pas chose aisée, tant les informations sont rares ou peu fiables dans les récits laissés par les chroniqueurs espagnols et portugais. Dès les premières pages, le portrait dressé de ce « petit homme taciturne » tranche avec la légende dorée à laquelle le lecteur pourrait s’attendre. Fils cadet d’une famille de petite noblesse, Magellan fait partie de cette génération qui espère se tailler un destin dans les colonies. Ce sera donc aux Indes, là où le Portugal érige un « Empire » pourtant bien fragile, que Magellan se fait un nom, notamment lors de la prise de Malacca en 1511. Dans les ruines de la ville mise à sac, Magellan rencontre l’autre personnage central dans cette enquête, un adolescent malais qu’il prend pour esclave et baptise Enrique, avant de regagner Lisbonne. À l’été 1513, il participe à la prise de la ville marocaine d’Azemmour, dont il rentre blessé à la jambe droite. Malgré des demandes répétées, le roi lui refuse toute récompense et Magellan opte de façon pragmatique pour le camp de la trahison.

5C’est à Séville que le projet de circumnavigation prendra donc forme quelques années plus tard, là où les transfuges portugais sont si nombreux qu’un quartier de la ville est rebaptisé Portugalete, le petit Portugal. Magellan aime à croire que les îles Moluques, ces îles à épices tant convoitées, reviennent à l’Espagne, selon les termes du traité de Tordesillas ratifié en 1494 par les deux couronnes ibériques. Son pari a l’audace de celui de Colomb quelques décennies plus tôt : il est possible de rejoindre les Indes par l’ouest, par la « mer du Sud », et contourner ainsi la route tracée par les Portugais le long des côtes africaines. Doté de solides appuis, Magellan réussit à approcher le roi, avec lequel il signe des capitulations en mars 1518. Il n’était alors pas question de faire le tour du monde en bateau, mais bien un aller-retour, donc. S’en suivent de longs mois d’attente et de préparation pour recruter les marins et charger dans les cales des cinq nefs les vivres, les armes et les pacotilles nécessaires. Parmi les 237 hommes d’équipage figurent des dizaines d’étrangers dont un Malais, Enrique.

  • 2 Le voyage de Magellan (1519-1522). La relation d’Antonio Pigafetta & autres témoignages, Paris, Cha (...)

6Le récit de l’expédition se nourrit de la lecture des écrits du Vénitien Antonio Pigafetta, disponible en français dans la très belle traduction publiée aux éditions Chandeigne2. Romain Bertrand ne s’attarde guère en chemin : la première année de l’expédition est résumée en quelques paragraphes, les aléas et les embarras sont évoqués de façon elliptique afin d’en venir au franchissement du détroit, « le point d’orgue du voyage de Magellan, l’hapax de son exploit. » (p. 48) Laissant derrière eux la Patagonie et ses « géants » qui la peuplent, l’expédition s’aventure dans le Pacifique, sans savoir encore qu’il leur faudra naviguer près de quatre mois avant de pouvoir poser pied à terre.

7L’arrivée aux Philippines en avril 1521 ne rejoue pas en miroir celle de 1492 sur l’île d’Hispaniola : les Espagnols ne tracent pas ici leurs mots sur une page blanche, ces îles sont connues des Arabes et des Européens, et le commerce international y prospère depuis longtemps déjà. En somme, les Espagnols sont « des tard venus dans l’histoire au long cours de l’Asie marchande » (p. 56). Et Magellan avance prudemment en ces confins : la rencontre avec le rajah Humabon est d’abord pacifique, ce dernier acceptant d’embrasser la religion catholique et de signer un traité de paix. Mais le seigneur voisin de Lapu-Lapu ne l’entend pas ainsi : Magellan, sûr de l’emporter rapidement, débarque avec ses hommes mais l’attaque est un désastre et Magellan meurt le 27 avril 1521 d’avoir sous-estimé la qualité et le nombre de guerriers de la partie adverse. La mort impromptue du conquérant ne signe pas la fin de l’histoire, bien au contraire : elle libère le biographe qui peut ainsi explorer d’autres pistes dans cette histoire trop souvent réduite à quelques figures héroïques de l’Occident.

8Magellan n’a donc pas fait le tour du monde. Le premier à pouvoir s’en prévaloir n’est autre que son esclave qui, une fois affranchi, regagne la Malaisie, cependant que les chroniqueurs espagnols attribuent cet honneur au nouveau commandant de la flotte, Juan Sebastián Elcano, un Basque. Romain Bertrand profite de ces mois d’errance de l’expédition dans les mers d’Indonésie pour s’intéresser à ces « oubliés de la légende occidentale du Progrès », ces peuples des îles qui, bien qu’acteurs indispensables de la première mondialisation, n’ont guère laissé de trace dans les mémoires, à l’instar des Punan, ces chasseurs-cueilleurs nomades qui allaient récupérer le camphre de si grande valeur au fin fond des forêts tropicales.

9Non sans peine, l’expédition atteint les îles Moluques en novembre 1521 : les cales chargées d’épices, Elcano repart aussitôt en direction de Séville, via l’océan Indien et les côtes africaines – contrairement aux prévisions. Son arrivée est saluée comme un exploit, et peu importe si ce qui devait être un aller-retour par l’ouest est devenu une circumnavigation achevée dans la peur, la faim et la précipitation : sur les 242 hommes embarqués trois ans plus tôt, seuls 35 peuvent se prévaloir d’avoir fait « le tour du monde ». Pire : en 1529 Charles Quint renonce à toute prétention sur les îles Moluques au profit des Portugais, mettant ainsi fin aux ambitions qui avaient permis à Magellan d’armer son expédition.

10À la suite de la figure méconnue et silencieuse d’Enrique, l’ancien esclave malais, ce sont d’autres vies minuscules que l’auteur convoque pour clore ce récit de la première circumnavigation, ces acteurs anonymes sans lesquels la grande histoire de Magellan n’aurait pu s’écrire. L’affaire trouve ainsi sa résolution, sans pour autant que le chemin tracé ne débouche sur un horizon dégagé : « tout cela n’a pas vraiment de fin » (p. 93), confesse l’auteur, tant l’histoire aurait encore à gagner dans l’exploration de ces chemins de traverse, armée de l’exigence de vérité, du croisement des points de vue et d’une virtuosité de l’écriture, qualités premières de L’affaire Magellan.

Haut de page

Notes

1 Romain Bertrand (dir.), L’Exploration du monde, Paris, Seuil, 2019.

2 Le voyage de Magellan (1519-1522). La relation d’Antonio Pigafetta & autres témoignages, Paris, Chandeigne, coll. Magellane, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Rozeaux, « Romain Bertrand, Qui a fait le tour de quoi ? L’affaire Magellan, Lagrasse, Verdier, 2020, 144 p. »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/framespa/11335 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.11335

Haut de page

Auteur

Sébastien Rozeaux

Sébastien Rozeaux est maître de conférences en histoire moderne et contemporaine à l’Université Toulouse Jean Jaurès, et membre de l’UMR 5136 FRAMESPA. Il est l’auteur de Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au xixe siècle (Le poisson volant, 2019). sebastien.rozeaux@univ-tlse2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search