Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37RecensionsChristopher J. Leahy, President w...

Recensions

Christopher J. Leahy, President without a party. The life of John Tyler, Louisiana State University Press, Baton Rouge, 2020, 491 p.

Romain Von Deyen

Texte intégral

1Les quarante-six présidents américains furent tous membres d’un parti durant leur(s) mandat(s), à l’exception de deux d’entre eux. L’historien américain Christopher J. Leahy, actuellement professeur au Keuka College dans l’État de New York, a choisi d’utiliser ce biais pour présenter John Tyler (1790-1862), le 10e président des États-Unis, avec une biographie intitulée President without a party. The life of John Tyler. L’auteur relève ici le challenge de produire une biographie, neutre et nuancée, d’un des présidents américains les plus controversés. Cet homme politique, sudiste et défenseur du droit des États (states’ rights) face à l’hégémonie grandissante de Washington, jeta en partie les bases de la future Guerre de Sécession. D’un grand intérêt historique, le travail de Christopher J. Leahy est abondamment sourcé pour restituer et contextualiser ses décisions dont certaines, déjà contestées et combattues par ses contemporains, sont maintenant jugées néfastes au regard de leurs conséquences sur l’histoire américaine. Sa tolérance à l’égard de l’esclavage, sa volonté de l’autoriser dans les territoires candidats à une adhésion à l’Union et son soutien à l’autonomie des États, par exemple, contribuèrent à accentuer les dissensions entre le Nord abolitionniste et le Sud esclavagiste qui menèrent à la sécession des États du Sud. Les sources principales de cette étude sont les papiers personnels de John Tyler, en particulier sa correspondance privée, conservées au sein de la Bibliothèque du Congrès à Washington, du College of William & Mary (Earl Gregg Swem Library) à Williamsburg et de la Historical Society of Richmond.

2L’ouvrage, d’un demi-millier de pages, est structuré en quatre parties inégales : la famille et l’éducation de John Tyler (20 p.) ; sa carrière politique locale et nationale (94 p.) ; sa présidence (216 p.), qui constitue le cœur de l’ouvrage ; enfin, la période post-présidentielle (69 p.), axée sur l’évocation de sa vie familiale et sur son ultime mais bref retour sur la scène politique dans les rangs de la Confédération. La première partie détaille donc son milieu d’origine et ses années de formation. John Tyler est issu, selon les termes de l’auteur, de l’« aristocratie » de l’État de Virginie, les First Families of Virginia (FFV). La famille Tyler, établie dans l’État depuis le xviie siècle, tirait principalement son revenu des plantations de tabac, et entretenait des liens avec l’élite politique et économique de Williamsburg, capitale coloniale de la Virginie. Le père du futur président exerça par exemple les fonctions de juge, puis devint un temps gouverneur de Virginie. John Tyler, épaulé par son père qui étonnement craignait un déclassement social, suivit pas à pas le parcours habituel d’un « aristocrate » américain. Il fit d’abord des études générales au College of William & Mary, puis se spécialisa en droit en entrant en apprentissage (reading law) sous la supervision de son père et de son cousin, John et Samuel Tyler, afin de devenir avocat.

3L’ascension politique de John Tyler débuta par son élection à la Chambre des délégués de Virginie en 1811, puis comme représentant au Congrès à Washington en 1816. Christopher J. Leahy décrit les événements importants de la vie politique américaine pendant les différentes mandatures de John Tyler, en particulier les débats concernant le maintien de l’esclavage dans les nouveaux territoires devant rejoindre les États-Unis. Durant ce premier séjour à Washington, John Tyler nourrit des liens avec ceux qui allaient plus tard créer le parti Whig et le porter au pouvoir, comme Henry Clay. Entre 1821 et 1824, John Tyler connut une traversée du désert et profita de son temps libre pour se rapprocher de sa famille délaissée depuis son arrivée à Washington. Dès 1824, il revint pourtant définitivement en politique en récupérant son ancien siège à la Chambre des délégués de Virginie, puis se fit élire comme gouverneur de Virginie (1825-1827), et enfin comme sénateur du même État au Congrès (1827-1836). Du 3 mars 1835 au 6 décembre 1835, John Tyler devint président pro tempore du Sénat, et il reste encore aujourd’hui le seul président des États-Unis à avoir occupé précédemment ce poste.

4En 1834, John Tyler quitta le parti démocrate afin de rejoindre le nouveau parti Whig, constitué contre le 7e président des USA, Andrew Jackson, jugé trop autoritaire et ne respectant pas suffisamment les contre-pouvoirs locaux (le droit des États) et nationaux (le Congrès). Deux ans plus tard, le parti Whig proposa quatre candidats à l’élection présidentielle ; John Tyler figurait sur le ticket de deux d’entre eux comme vice-président. Tous perdirent face à Martin Van Buren, le successeur désigné d’Andrew Jackson. Au cours de ces années, John Tyler subit une forme de mépris de la part de l’appareil du parti Whig. Lors de la Convention nationale Whig de 1839, John Tyler, conscient que ses chances d’être désigné comme candidat aux prochaines élections présidentielles par son parti étaient minces, se proposa à nouveau comme potentiel futur vice-président, une fonction alors délaissée pour sa marge d’action jugée minime. Au final, John Tyler fut effectivement désigné comme co-listier de William Henry Harrison (1773-1841) – un général à la retraite choisi pour sa popularité auprès de l’opinion publique américaine depuis sa victoire lors de la bataille de Tippecanoe en 1811 sur le ticket sensé emmener le parti Whig à la Maison Blanche. L’élection de 1840, avec un slogan étonnant, Tippecanoe and Tyler Too !, ainsi qu’une chanson entraînante au titre éponyme, fut remportée par les candidats Whig.

5Le vieux général Harrison, considéré comme un héros de guerre dans l’imaginaire collectif, entra donc à la Maison Blanche le 4 mars 1841, aux côtés de son désormais vice-président Tyler. Il inaugura son mandat par un long discours prononcé dans le froid et sous la pluie, et contracta une pneumonie qui l’emporta seulement un mois plus tard. Ce décès fut le premier d’un président des États-Unis en exercice, et laissa les juristes dans un flou constitutionnel. Le vice-président Tyler vit l’opportunité de réaliser son ambition suprême, celle de devenir président, et se saisit du titre et de toutes les prérogatives présidentielles. Son interprétation de la Constitution, cette dernière étant peu claire sur ce point, fait depuis jurisprudence. Tout au long de son unique mandat, John Tyler réussit à forcer l’interprétation de la loi (et l’opinion de ses propres opposants) en sa faveur, et à se faire reconnaître pleinement comme président des États-Unis, et non comme président par intérim (acting president). Les pontes du parti Whig, qui avaient délaissé le poste de vice-président au bénéfice d’une candidature à des élections présidentielles futures, n’avaient aucunement envisagé une telle situation. Aussi, les relations entre John Tyler, désormais président de facto, et ses anciens collègues, empira dès l’été qui suivit l’élection. John Tyler, qui se voulait le gardien du droit des États contre l’État fédéral, s’opposa avec succès au projet Whig d’établissement d’une nouvelle banque nationale. Il fut alors exclu du parti, ce qui eut pour conséquence la démission de tous les membres de son cabinet (excepté un) et son isolement à Washington. John Tyler, présenté par l’auteur comme une forte tête et mut par le code d’honneur des hommes du Sud, réussit là aussi à conserver son poste et à se maintenir au pouvoir. Il se retrouva donc sans parti dès le 11 septembre 1841. Autre fait notable à son actif : il est le premier président à avoir été visé par une mesure d’impeachment prise par le Congrès, sans qu’elle ne puisse cependant aboutir. Cette lutte entre John Tyler et les élus de son ancien parti est extensivement traitée par Christopher J. Leahy.

6L’auteur avait pour ambition de démontrer la richesse et la complexité de l’unique mandat de John Tyler. Cette durée correspond à moins de quatre années dans sa vie, mais elle compose près de la moitié du livre. Son influence décisive sur la vie politique américaine au cours de son mandat touche plusieurs aspects, notamment institutionnel et diplomatique. D’un point de vu institutionnel, il renforça le rôle du président, et par conséquent le pouvoir exécutif face au Congrès (ou pouvoir législatif), par sa pugnacité à se maintenir en poste face à son impeachment ; mais il imposa surtout son interprétation de la Constitution concernant la succession au poste de président par le vice-président. Au niveau diplomatique, il apaisa en partie les relations entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, tendues depuis la Révolution américaine, en particulier grâce à un compromis concernant le tracé définitif de la frontière avec le Canada, Province dépendant de la Couronne britannique ; et il ouvrit les États-Unis sur la Chine et le Japon, pour des raisons économique et commerciale principalement. En accord avec la Destinée manifeste, c’est-à-dire l’idée que les États-Unis détiennent la mission sacrée de s’étendre jusqu’au Pacifique afin d’y établir leur civilisation et d’y instaurer la démocratie, John Tyler poursuivit la logique d’annexion des territoires situés à l’ouest de l’Union, en devenant le principal architecte de l’adhésion du Texas comme vingt-huitième État, même si elle ne fut effective que sous le mandat de son successeur James K. Polk. Dans la même logique, il admit comme État au sein de l’Union un second territoire esclavagiste, la Floride. L’adhésion de ces deux grands États donna la majorité des sièges au Sénat aux États esclavagistes, ce qui accentua la désunion du Sud d’avec le Nord, qui craignait pour sa part de voir son influence politique diminuer. Le président Tyler étendit également la sphère d’influence américaine jusqu’à Hawaï, en initiant une conquête progressive et à long terme de ces îles qui déboucha sur leur annexion quelques décennies plus tard (cf. doctrine Tyler). En politique intérieure, le président sans parti résista aux attaques de ses opposants et réussit à imposer ses vues. Son exclusion d’un grand parti contribua pourtant à le faire échouer lors de sa tentative de réélection en 1844, où il ne se présenta qu’avec peu de soutien et, ironiquement pour un président en exercice, comme un « petit candidat » (third-party candidate). Après la présidence, il retourna sur ses terres de Virginie, où il conserva la mauvaise réputation acquise auprès du parti Whig, et continua malgré les quolibets de son voisinage à s’impliquer dans la vie de la communauté.

7Une quinzaine d’années plus tard, à l’approche de la guerre civile américaine, John Tyler vit dans la Sécession du Sud une opportunité de revenir enfin en politique au sein de la nouvelle Confédération. Il réussit, à soixante-dix ans, à se faire élire au niveau local à la Convention Sécessionniste de Virginie puis, à l’image de sa précédente carrière au sein de l’Union, à rejoindre le nouveau parlement sensé être la branche législative de la Confédération. Il décéda peu de temps avant de pouvoir y siéger, laissant dans l’historiographie américaine l’image d’un traître. En effet, la sécession des États du Sud des États-Unis allait mener à une guerre fratricide destructrice entre le Sud (Confédération) esclavagiste et sécessionniste, et le Nord (l’Union) abolitionniste et loyaliste. John Tyler fut l’unique ancien président, et par conséquent le plus haut dignitaire américain, à avoir pris parti pour la Confédération. L’Union étant sortie victorieuse de cette lutte, et le Sud annexé à nouveau au Nord, l’historiographie et la mémoire collective américaine ultérieure ne pardonnèrent pas à John Tyler sa défection de l’Union, dont il fut président pendant près de quatre ans, pour la Confédération. Le chapitre final de President without a party est consacré à ce changement de camp, funeste pour sa réputation.

8Cette biographie de John Tyler, saluée par Richard Norton Smith, journaliste au Wall Street Journal, comme la « biographie la plus complète de Tyler depuis 80 ans, la plus documentée et élégamment écrite », est devenue un ouvrage de référence sur l’homme mais aussi sur la vie politique américaine de cette époque. L’auteur a retracé un parcours dense, celui d’un « aristocrate » sudiste devenu président, et qui laisse à voir une société en pleine crise morale, divisée par les débats entre esclavagistes et abolitionnistes, et marquée l’expansion territoriale de la Fédération. Christopher J. Leahy décrit, par ailleurs, son mode de vie de planteur sudiste, des traits spécifiques de sa personnalité, comme son rapport à l’argent, et surtout sa vie familiale avec sa première (Letitia Christian) puis sa seconde épouse (Julia Gardiner) et leurs nombreux enfants. Au-delà de sa carrière politique, magistralement dessinée, d’autres aspects plus personnels et formateurs pourraient être étudiés plus en profondeur, notamment ses années de formation au College of William & Mary auprès de l’évêque épiscopalien James Madison, qui ont été pour lui importantes puisqu’il resta durant toute sa vie d’adulte impliqué dans son administration et sa gestion. De la même manière, ses études de droit, fondamentales dans sa maturation intellectuelle, restent indispensables à la compréhension de la politique, et parfois de l’entêtement, du futur président.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Von Deyen, « Christopher J. Leahy, President without a party. The life of John Tyler, Louisiana State University Press, Baton Rouge, 2020, 491 p. »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 37 | 2021, mis en ligne le 30 juin 2021, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/framespa/11340 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.11340

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search