Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Les stations thermales secondaire...• Partie 2 - Pour une approche co...Les stations thermales secondaire...

Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles. Une autre histoire du thermalisme ?
• Partie 2 - Pour une approche comparative

Les stations thermales secondaires de Bourgogne-Franche-Comté

The Secondary Spas of Bourgogne-Franche-Comté
Los balnearios secundarios de Bourgogne-Franche-Comté
Fabien Dufoulon

Résumés

La diversité des stations thermales de Bourgogne-Franche-Comté, tant dans les modes de gestion que dans les formes du bâti, en fait un terrain propice à l’étude des sites secondaires. En marge des stations de premier rang, dont la taille reste toutefois relativement modeste à l’échelle française, caractérisées par la présence d’un quartier thermal avec son casino-théâtre, ses hôtels de voyageurs et ses villas, l’exploitation d’eaux minérales ou thermales par des entrepreneurs privés a donné naissance à des stations secondaires ou « micro-stations » à partir du milieu du xixe siècle. Souvent – mais pas systématiquement – situées à l’écart du réseau ferré et surtout démunies financièrement et juridiquement pour faire face à la concurrence locale, elles peinent à se développer et périclitent dans les premières décennies du début du xxe siècle.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 La définition de « station thermale » adoptée ici est celle de l’Inventaire général du patrimoine c (...)
  • 2 La première mention du « Bain des Dames » de Luxeuil se trouve dans un traité entre la Ville, Edmon (...)
  • 3 Les premiers traités consacrés aux sources minérales de Pougues datent de cette époque : Jean Pidou (...)
  • 4 Julien Gonzalez, En Bourgogne, les villes d’eaux oubliées : Pougues-les-Eaux, Fourchambault-Garchiz (...)

1La notion de stations thermales secondaires paraît adéquate pour désigner les villes d’eau de Bourgogne-Franche-Comté – région plus difficilement associable au thermalisme que les Pyrénées, l’Auvergne ou la Savoie, et que l’on pourrait même considérer comme une « région secondaire » du thermalisme français1. Ce territoire a pourtant compté près d’une quinzaine de stations à la fin du xixe siècle, dans lesquelles l’activité a laissé des traces importantes dans l’architecture et l’urbanisme, auxquelles s’ajoutent quelques sites d’exploitation d’eau minérale consommée en boisson sur place ou après mise en bouteille (Fig. 1). La distinction traditionnelle entre ces deux catégories de sites est d’ailleurs relativement peu pertinente dans une aire d’étude aussi vaste abordée de manière diachronique, des premières mentions dans les textes de la Renaissance jusqu’à nos jours2. En effet, si les bains sont pratiqués dès l’Ancien Régime à Luxeuil et à Bourbon-Lancy, où l’eau est naturellement chaude, ils ne se développent véritablement à Pougues-les-Eaux qu’après la construction des premiers réservoirs chauffés dans les années 1830, c’est-à-dire bien après le premier âge d’or de la station qui est déjà très fréquentée par les buveurs à la fin du xvie et au début du xviie siècle3. Par ailleurs, un tourisme thermal est attesté dans certains sites hydrominéraux secondaires comme à Decize, où une société est créée pour exploiter une source d’eau minérale mise en bouteille en 1912, entraînant l’édification d’une buvette (1922) et l’aménagement d’un hôtel (1938)4.

Fig. 1 : Stations thermales et sites d’exploitation d’eau minérale en Bourgogne-Franche-Comté.

Fig. 1 : Stations thermales et sites d’exploitation d’eau minérale en Bourgogne-Franche-Comté.

Cartographie P.-M. Barbe-Richaud.

© Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine

  • 5 Cette étude a été lancée par la Région Bourgogne-Franche-Comté en 2019. Le cadre géographique reten (...)
  • 6 Bernard Desgranges, Histoire des thermes de Luxeuil. De l’Antiquité à la conquête de la Franche-Com (...)
  • 7 Paul Charbon, Histoire du thermalisme à Santenay, Santenay, Paul Charbon, 2000 ; Pascal Collot et Y (...)
  • 8 Julien Gonzalez, En Bourgogne…, op. cit. ; Id., Histoires d'eaux minérales…, op. cit.
  • 9 La définition de « quartier » adoptée ici est celle de l’Inventaire général du patrimoine culturel  (...)

2Le service régional de l’Inventaire du patrimoine culturel de Bourgogne-Franche-Comté conduit actuellement une étude sur l’ensemble du patrimoine de ces stations5. Dans l’aire géographique retenue, plusieurs établissements thermaux ont déjà fait l’objet de monographies. La première, consacrée à Luxeuil, est publiée dès 1981. Écrite précisément à une époque où les établissements thermaux deviennent de véritables objets d’étude en histoire de l’architecture, elle se présente avant tout comme une histoire de l’occupation du site depuis l’Antiquité et de l’évolution du bâti jusqu’au xviie siècle6. Les autres monographies sont beaucoup plus récentes (2000-2018) et accordent une place plus importante à l’histoire économique et sociale du thermalisme7. C’est également l’approche adoptée dans deux ouvrages consacrés aux « villes d’eaux oubliées » de Bourgogne (2005 et 2008). La contribution de leur auteur est décisive puisqu’elle ouvre la perspective d’une première synthèse à l’échelle régionale8. D’un certain point de vue, l’opération d’inventaire menée actuellement marque un retour à une histoire de l’architecture, renouvelée par l’étude systématique des édifices conservés et des sources écrites ou iconographiques qui rend possible une approche comparative. Elle s’inscrit également dans une histoire de l’urbanisme – question jusqu’à présent très marginalement traitée pour les stations bourguignonnes et franc-comtoises – en envisageant chacun des édifices étudiés (établissements et parcs thermaux, lieux de divertissement tels que les casinos et les théâtres, mais aussi hôtels de voyageurs et villas) comme partie constituante d’un quartier thermal distinct des autres secteurs urbanisés des communes concernées9.

3Celles-ci sont dispersées dans six départements, avec toutefois une concentration dans les contreforts du Jura (Besançon, Lons-le-Saunier, Salins-les-Bains), des Vosges (Luxeuil-les-Bains) et du Morvan (Saint-Honoré-les-Bains). À cette diversité de situations géographiques, qui a un impact direct sur les voies d’accès depuis les centres urbains proches d’où la clientèle est souvent originaire, se superposent celles des statuts juridiques des établissements thermaux – et au-delà, des modes d’intervention des pouvoirs publics et des acteurs privés – et des formes du bâti. La prise en compte de ces critères nous permet d’esquisser une classification des stations thermales à l’échelle régionale et ainsi d’isoler un groupe de stations de premier rang (Luxeuil-les-Bains, Bourbon-Lancy, Salins-les-Bains, Lons-le-Saunier, Pougues-les-Eaux et Saint-Honoré-les-Bains). Par opposition, les autres stations peuvent être globalement considérées comme « secondaires » à ce stade, même si elles correspondent à des réalités de terrain encore extrêmement variées que nous aborderons à travers les exemples de Guillon-les-Bains, Maizières et Saint-Christophe-en-Brionnais. Parmi celles-ci, le cas de Santenay-les-Bains mérite une attention particulière tant il illustre les difficultés des stations les plus récentes confrontées à une concurrence exacerbée par la dernière poussée de « fièvre thermale » à la fin du xixe et au début du xxe siècle.

1. Stations de premier rang

1.a. Les établissements soutenus par les pouvoirs publics

  • 10 Arch. dép. Haute-Saône, C 162 ; 311 E dépôt 112-115, 117, 269, 272, 355, 367, 386-387 ; 5 M 145-146 (...)
  • 11 Fréquentation en 2018 : 5400 curistes. Elle est supérieure à celle des quatre autres établissements (...)
  • 12 Arch. dép. Haute-Saône, 5 M 151-152, 170. Fabien Dufoulon, « Demeure dite Maison Desgranges, puis c (...)
  • 13 Lionel Barriquand et Ludovic Guillot, art. cit. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier (...)

4L’établissement thermal de Luxeuil (Haute-Saône) jouit d’un statut particulier : à l’initiative de l’intendant, il est entièrement reconstruit par la Ville en 1761-1768, puis agrandi dès 1784-1786. Faute de moyens suffisants pour permettre son indispensable modernisation, il est cédé à l’État en 1853 ; les bains ferrugineux datent des années suivantes. En 1936, il est enfin rétrocédé à la Ville qui lance la construction de trois nouvelles ailes et d’une piscine extérieure, non sans une importante subvention du ministère de la Santé publique10. De manière significative, cet établissement qui a bénéficié du soutien appuyé des pouvoirs publics attire encore aujourd’hui le plus grand nombre de curistes11. L’abandon de la régie directe avec le transfert de gestion à une société fermière (de 1791 à 1821, et surtout à partir de 1886), également propriétaire à la veille de la Première Guerre mondiale du casino-théâtre et de trois grands hôtels, montre que le rôle des investisseurs privés reste toutefois déterminant pour le développement de la station, même dans ce cas précis12. En raison de son statut et de son histoire, l’établissement thermal de Bourbon-Lancy (Saône-et-Loire) peut être rapproché de celui de Luxeuil : il appartient aux États de Bourgogne sous l’Ancien Régime, avant d’être nationalisé à la Révolution et confié sous le Premier Empire à l’hôpital civil, qui fait construire ses deux principales ailes aux galeries ouvertes sur la cour des anciennes piscines13.

  • 14 Daniel Clot et Frédéric Gachet, op. cit. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA3 (...)
  • 15 Marie-Jeanne Roulière-Lambert et Jean-Luc Mordefroid, Lons, ville d’eaux, Lons-le-Saunier, Billot, (...)

5Les établissements de Salins-les-Bains (Jura) et de Lons-le-Saunier (Jura), de création beaucoup plus récente, relèvent d’un groupe intermédiaire caractérisé par le soutien des élus locaux aux sociétés privées. À Salins-les-Bains, l’initiative revient à Jean-Marie de Grimaldi, un investisseur qui achète les grandes salines de l’est de la France entre 1843 et 185014. Le premier établissement ouvre ses portes en 1854. Sa gestion est assurée par plusieurs compagnies soutenues par la Ville, qui se succèdent jusqu’à sa cession à cette dernière en 1955. À Lons-le-Saunier, c’est à un groupe d’investisseurs proches du conseil municipal que revient la fondation de l’établissement thermal, construit sur la propriété Moreau acquise par la Ville15. Il est achevé en 1893.

1.b. Les établissements gérés par des sociétés privées

  • 16 Arch. dép. Nièvre, 32 J 223, 225-226, 238, 240, 395, 397, 403. Fabien Dufoulon, « Établissement the (...)
  • 17 F. M. de Castanié, Guide pittoresque illustré de Pougues-les-Eaux et de ses environs (Nièvre), Pari (...)

6Le développement de la station de Pougues-les-Eaux (Nièvre), pourtant célèbre dès la Renaissance, est beaucoup plus lent. Le site, d’abord géré par les Hôpitaux de Nevers, est vendu en 1831 à Joseph-Pierre Martin qui lance des travaux dans l’établissement thermal et fait construire un premier casino16. En 1854, François-Jean-Amédée Lutton achète la majorité des actions de la société Martin qu'il dissout pour créer une nouvelle société dont le gérant est Charles-Louis Rodier de Montlouis, son oncle par alliance. Son investissement est très vraisemblablement motivé par les projets de ligne de chemin de fer du Bourbonnais qui doivent relier Paris à Lyon par Nevers. Malgré la reconstruction du casino et la modernisation de l’établissement, la ville est loin d’égaler les grandes stations du Second Empire. Comme l’écrit l’auteur d’un guide de l’époque, « Pougues est fort goûté par les personnes qui aiment une vie douce et calme, exempte du brouhaha et du luxe des grandes villes d'eau comme Vichy17 ».

  • 18 Arch. dép. Nièvre, 32 J 224-226, 395, 397. Fabien Dufoulon, « Splendid-Hôtel », dossier n° IA580013 (...)
  • 19 Julien Gonzalez, En Bourgogne…, op. cit., p. 7-95.

7En 1879, Édouard Jéramec, ancien élève de l’École Polytechnique, crée la Compagnie des Eaux minérales de Pougues, au capital de 1,3 millions de francs. Si la construction du Splendid-Hôtel, nouvelle vitrine de la station, est menée à bien en 1882, celle d’un « institut moderne d’hydrothérapie » projeté par l’architecte Charles Arnaud est abandonnée après l’achèvement du « palais des sources » (actuellement, pavillon des sources Saint-Léon et Saint-Léger) en 1907 (Fig. 2)18. Ce coup d’arrêt dans le développement de la station acte définitivement le décrochage de Pougues ; la fréquentation passe de 1337 curistes en 1889 à 540 en 1937 et tombe à 150 en 1967. L’établissement thermal ferme en 197619.

Fig. 2 : Établissement thermal de Pougues-les-Eaux, pavillon des sources Saint-Léon et Saint-Léger construit par l’architecte Charles Arnaud en 1905-1907.

Fig. 2 : Établissement thermal de Pougues-les-Eaux, pavillon des sources Saint-Léon et Saint-Léger construit par l’architecte Charles Arnaud en 1905-1907.

Cliché P.-M. Barbe-Richaud

© Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine

  • 20 Arch. dép. Nièvre, 5 M 5108, 5110, 5112-5113. Coll. part. Saint-Honoré-les-Bains, archives du châte (...)
  • 21 Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA00001818, Région Bourgogne-Franche-Comté, (...)
  • 22 Fabien Dufoulon, « Hôtel des Bains », dossier n° IA58001258, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019 ; (...)
  • 23 L’histoire de l’établissement thermal dans la première moitié du xxe siècle est très mal documentée (...)

8Par bien des aspects, la trajectoire de la station de Saint-Honoré-les-Bains (Nièvre) rappelle celle de Pougues, même s’il s’agit d’une création beaucoup plus récente20. Le premier établissement thermal est créé en 1810 par Pierre Jean-Jacques Bacon-Tacon, à l’emplacement de thermes antiques21. Il devient la propriété d’une société d’actionnaires de 1826 à 1836, avant d’être acquis par Antoine-Théodore de Viel de Lunas, marquis d’Espeuilles, qui y lance un grand chantier de 1854 à 1857. Sa famille concentre entre ses mains plusieurs hôtels (Hôtel des Bains, Hôtel Le Morvan et Hôtel Le Tournebride) ainsi que la Villa des Pins et le casino-théâtre22. Son fils Marie-Louis-Antonin apporte ces biens au capital (fixé à 1 750 000 francs) de la Société anonyme des Eaux thermales de Saint-Honoré créée en 1900. La société parvient à faire les travaux de modernisation nécessaires, et ouvre un nouveau grand chantier de reconstruction. On peut supposer que le grand pavillon des sources (1906) dont les proportions contrastent encore aujourd’hui avec le reste de l’édifice, n’est que la première tranche d’une reconstruction d’ensemble qui n’a jamais été menée à son terme (Fig. 3)23.

Fig. 3 : Établissement thermal de Saint-Honoré-les-Bains, façade principale après la construction du pavillon des sources par l’architecte Honoré Pons en 1906.

Fig. 3 : Établissement thermal de Saint-Honoré-les-Bains, façade principale après la construction du pavillon des sources par l’architecte Honoré Pons en 1906.

Carte postale, s. l. : A. Menin, [vers 1910].

© Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine

  • 24 Fabien Dufoulon, « Le thermalisme dans la commune de Saint-Honoré-les-Bains », dossier n° IA5800120 (...)

9La concomitance de l’abandon de ce projet à Saint-Honoré et du coup d’arrêt des travaux à Pougues rend bien compte des difficultés de ces stations privées dans les années qui précèdent immédiatement la Première Guerre mondiale. La chute des investissements autour de 1906 qui freine brutalement l’agrandissement et la modernisation des deux établissements a des conséquences directes sur le développement des quartiers thermaux. Les constructions d’hôtels de voyageurs et de villas, dont le rythme est encore soutenu dans les premières années du xxe siècle, ralentissent et s’arrêtent entre 1906 et 1914, et il faut attendre la fin des années 1920 et le début des années 1930 pour assister à l’ouverture de nouveaux chantiers24. Le décrochage des deux stations nivernaises pourrait s’expliquer par la concurrence des grandes villes d’eaux françaises situées en bord de mer ou dans les massifs montagneux et désormais plus accessibles grâce aux chemins de fer, qui devaient répondre davantage à la recherche de dépaysement des curistes-touristes. Contrairement à sa voisine, la station de Saint-Honoré est parvenue à maintenir l’activité thermale jusqu’à nos jours.

1.c. La fréquentation des établissements et son impact sur le quartier thermal

  • 25 La fréquentation de l’établissement de Luxeuil-les-Bains s’élève à 1489 curistes en 1879 (Bernard D (...)

10La fréquentation des établissements thermaux n’est pas toujours bien connue. Lorsqu’elle l’est, elle doit être analysée avec prudence car le nombre de curistes ne rend pas nécessairement compte de celui des accompagnateurs (famille et domesticité) qui résident également dans la station. Elle reste toutefois utile pour comparer les stations entre elles. Si l’on se place à la fin du xixe siècle, le rapprochement des chiffres de trois stations déjà évoquées, Luxeuil, Pougues et Saint-Honoré, tend à relativiser l’impact du mode de gestion pourtant très différent25. Il pose également la question d’un « seuil » qui déclenche l’apparition et le développement d’un quartier thermal : dans le cas précis des stations bourguignonnes et franc-comtoises, ce seuil pourrait se situer autour de 1200 curistes par an.

  • 26 Chiffres : 32 villas à Luxeuil-les-Bains, 36 à Pougues-les-Eaux et 43 à Saint-Honoré-les-Bains. Fab (...)
  • 27 Chiffres : 10 hôtels à Luxeuil-les-Bains, 13 à Pougues-les-Eaux et 11 à Saint-Honoré-les-Bains. Fab (...)
  • 28 L'interdiction de l'exploitation publique des jeux était l'objet d'une exception au bénéfice des «  (...)

11La comparaison entre ces trois stations permet de souligner d’autres points communs. Ils concernent plus spécifiquement les éléments du bâti, qui ont été l’objet d’un repérage systématique dans le cadre de l’opération d’inventaire du patrimoine. Le nombre des demeures identifiées, à l’aide des sources anciennes, comme des villas thermales occupées temporairement par des curistes ou par le personnel des établissements (directeurs ou médecins) est compris entre 32 et 43 dans les trois quartiers thermaux26. On y compte par ailleurs une dizaine d’hôtels de voyageurs27. La présence d’un casino constitue une autre caractéristique de ce groupe de stations de premier rang28. On le retrouve dans huit stations de notre aire d’étude : Besançon, Bourbon-Lancy, Lons-le-Saunier, Luxeuil-les-Bains, Saint-Honoré-les-Bains, Salins-les-Bains, Santenay-les-Bains et Pougues-les-Eaux.

  • 29 Didier Leroy et Paul-Henri Bellot, Les trains des stations thermales : Est et Auvergne, Paris, La V (...)
  • 30 Jacques Guillaume et Mireille-Bénédicte Bouvet, « La gare de Plombières-les-Bains (aujourd’hui casi (...)

12À l’instar du cas de Pougues, la construction d’une gare est souvent décisive pour l’essor des stations thermales29. Elle n’est toutefois pas systématique – ce qui en fait un critère de distinction des stations de premier rang beaucoup moins pertinent – et son importance varie d’une commune à l’autre. Luxeuil dispose ainsi d’une gare d’une taille exceptionnelle, semblable à celle de Plombières-les-Bains, construite par la Compagnie des chemins de fer de l’Est en 187830. Le cas de Besançon-Mouillère (1884) sur la ligne de Morteau et de La Chaux-de-Fonds gérée par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée est comparable. D’autres stations sont dotées de gares plus modestes, mais parfois très tôt comme à Salins (1857) et à Pougues (1861). L’édification de celle de Bourbon-Lancy est en revanche tardive, puisqu’il faut attendre l’extrême fin du xixe siècle pour qu’un raccordement à la ligne PLM soit établi. Quant aux projets de lignes de tramways reliant Saint-Honoré à la gare de Vandenesse de 1886 et de 1904, ils n’ont jamais abouti.

2. Stations secondaires, « petites stations » ou « micro-stations »

  • 31 L’expression « petites stations » est tirée de l’article pionnier d’Olivier Faure sur ce que nous p (...)

13L’absence de ces éléments caractéristiques permet de définir, pour ainsi dire en négatif, des stations thermales que l’on pourrait considérer comme secondaires à l’échelle de la Bourgogne-Franche-Comté31. Elles attirent seulement quelques dizaines ou centaines de curistes chaque année. Il s’agit, dans les trois cas représentatifs suivants, de sites isolés et de créations relativement tardives.

2.a. L’établissement thermal-hôtel-restaurant

  • 32 Pascal Collot et Yves Nachin, op. cit. ; Fabien Dufoulon et Jo-Ann Campion, « Établissement thermal (...)

14Guillon-les-Bains (Doubs), dans la vallée du Cusancin, est un site assez enclavé dont l’accès se fait uniquement par la route depuis Baume-les-Dames32. L’établissement thermal constitue un écart à l’ouest du village. L’exploitation de la source est autorisée en 1824, et l’activité thermale commence, sous la direction de la famille Pouillet, vers 1840. Le bâtiment, construit au milieu d’un parc, rassemble différentes fonctions habituellement éclatées dans un quartier thermal (Fig. 4). Les bains constituent la partie orientale. Un restaurant occupe le soubassement et une salle de jeux le rez-de-chaussée surélevé. Les chambres sont enfin réparties sur les deux étages. Dans le troisième quart du xixe siècle, le site accueille un peu moins d’une centaine de baigneurs par an. L’établissement ferme ses portes dans les années 1930.

Fig. 4 : Établissement thermal de Guillon-les-Bains.

Fig. 4 : Établissement thermal de Guillon-les-Bains.

Cliché F. Dufoulon

© Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine

  • 33 Julien Gonzalez, Maizières…, op. cit. ; Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Établissement ther (...)

15La même imbrication des bâtiments dédiés aux soins, à la restauration et à l’hébergement se retrouve à Maizières, un écart sur la commune rurale de Magnien (Côte-d’Or), au sud-ouest d’Arnay-le-Duc33. Un premier établissement est créé par Émile Truchot à partir de 1901. Il est repris par Pierre Mathiot en 1951, qui rebâtit certains bâtiments (restaurant, chambres, bains) en béton, en sacrifiant quelque peu l’aspect bucolique qu’avait le domaine au début du siècle. Le hameau est même agréé comme station thermale de 1962 à 1981. Autour de 1980, on compte entre 100 et 200 curistes par an, principalement originaires de la Côte-d’Or et de Saône-et-Loire. L’établissement ferme dans les années qui suivent.

2.b. La micro-station isolée

  • 34 Julien Gonzalez, Saint-Christophe-en-Brionnais…, op. cit. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal  (...)

16Saint-Christophe-en-Brionnais (Saône-et-Loire) est également emblématique de ce thermalisme local34. L’établissement thermal est créé par le comte Onffroy de Vérez en 1862. Il comprend un bâtiment avec huit cabinets de bain, démoli dans les années 1950, et un pavillon abritant la source, dont ne subsistent aujourd’hui que des vestiges (Fig. 5). Les cartes postales anciennes montrent le soin particulier qui a été accordé à leur architecture, librement inspirée des édifices de l’Antiquité (portique de colonnes, pilastres, frontons, voûte en cul-de-four et vasque en forme de coquillage, mascaron de lion). Il n’existe en revanche pas d’hôtel permettant de séjourner sur place, contrairement à Guillon-les-Bains et Maizières. Les abords de la source sont aménagés en parc, devenant ainsi un lieu de promenade pour les habitants des environs. L’établissement, qui attire chaque année d’une trentaine à une soixantaine de curistes seulement dans le troisième quart du xixe siècle, survit grâce à la vente d’eau en bouteille. L’activité cesse définitivement en 1914.

Fig. 5 : Établissement thermal de Saint-Christophe-en-Brionnais.

Fig. 5 : Établissement thermal de Saint-Christophe-en-Brionnais.

Cliché P.-M. Barbe-Richaud

© Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine

3. Le cas de Santenay-les-Bains

  • 35 Paul Charbon, op. cit.

17Dans le paysage du thermalisme régional, la ville de Santenay-les-Bains (Côte-d’Or) occupe une place clef, et permet de comprendre pourquoi certaines stations n’ont pas réussi à prendre leur essor, malgré des atouts indéniables35. Par bien des aspects, elle rappelle les stations déjà évoquées : il s’agit d’une création tardive à l’emplacement de thermes antiques (comme à Saint-Honoré) à l’initiative de personnes et de sociétés privées (comme à Pougues) dans lesquelles la Ville s’implique directement dans la seconde partie de son histoire (comme à Salins).

  • 36 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Gare », dossier n° IA21005785, Région Bourgogne-Franche-Co (...)

18L'arrivée du train crée les conditions favorables au développement de la station thermale. La gare est achevée en 1862. Elle se situe sur la voie reliant Chagny à Nevers, construite par la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Lyon36. Grâce à cette nouvelle ligne, Santenay se trouve désormais à six heures de Paris et à trois heures de Lyon. Par ailleurs, l'Académie de Médecine confirme la forte minéralisation de l'eau et délivre un avis favorable pour son exploitation. Par décret du 9 janvier 1864, l’État autorise officiellement celle-ci. La Ville est rebaptisée « Santenay-les-Bains » plutôt que « Santenay-les-Eaux » bien que l’on y fasse alors uniquement des cures de boisson.

3.a. La multiplication des sociétés concurrentes

  • 37 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Casino de la Fontaine Salée », dossier n° IA21005789, Ibid(...)
  • 38 L’État appliquait à lui-même cette protection face à la concurrence : les sources de Luxeuil-les-Ba (...)

19En 1888, Jean Daumas fait construire une buvette et un magasin sur le site de la Fontaine Salée37. L'affaire est rapidement reprise par un banquier parisien, Charles Vandal, dont l'ambition est de créer un véritable établissement thermal ainsi qu’une salle de bal et un casino. Les travaux sont conduits sous la direction d’Edmond Malo, architecte de la ville de Chalon-sur-Saône. Les cartes postales anciennes montrent que ces édifices, dont il ne reste rien aujourd’hui, étaient relativement modestes. La source n’est pas reconnue d’utilité publique au titre de la loi du 14 juillet 1856 et, par conséquent, ne peut pas bénéficier d’un périmètre de protection, ce qui l’expose dangereusement à la concurrence. Or, c’est précisément ce risque qui pousse à la même époque la Compagnie des Eaux minérales de Pougues, menacée par la multiplication des forages de particuliers, à faire pression sur les autorités pour obtenir une telle protection en 1890. Ce premier périmètre est considérablement étendu deux ans plus tard, puisqu’il passe de 23 à 766 hectares38. Faute de dispositions comparables à Santenay, la concurrence entre propriétaires exploitants entraîne un morcellement de l’activité. Le long du chemin reliant les parties basse et haute du village – qui devient bientôt l’avenue des Sources – naissent trois petits établissements, en plus de celui de la Fontaine Salée, en l’espace d’une quinzaine d’années (Fig. 6).

Fig. 6 : Établissements thermaux de la source Carnot (à droite) et de la source Lithium (à gauche) de Santenay-les-Bains.

Fig. 6 : Établissements thermaux de la source Carnot (à droite) et de la source Lithium (à gauche) de Santenay-les-Bains.

Carte postale, Chalon-sur-Saône : B.F., [vers 1904].

© Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine

  • 39 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Établissement thermal de la source Lithium », dossier n° I (...)

20La source Lithium, située à 300 mètres de la Fontaine Salée, est la première des trois sources artésiennes de Santenay à être découverte et exploitée39. L’établissement, visible sur les cartes postales anciennes et aujourd’hui entièrement détruit, appartient à Pierre Jules Gagey, fils d’un négociant, à l’extrême fin du xixe siècle. Il s'agit d'un bâtiment rectangulaire en briques vernissées et pans de bois. Au rez-de-chaussée, les cabinets donnent directement sur la cour. À l'étage, ils s'ouvrent sur une galerie couverte dont la toiture est ornée de lambrequins. La source elle-même est abritée par un édicule qui forme un avant-corps en façade sud.

  • 40 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Établissement thermal de la source Carnot », dossier n° IA (...)
  • 41 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Grand Hôtel des Bains », dossier n° IA21004930, Ibid.

21Moins de dix ans après la découverte de la source Lithium, un forage est entrepris sur le terrain voisin, situé de l'autre côté du chemin, et donne naissance à la source Carnot40. L'initiative revient à Lucien Garreau, pharmacien à Santenay, qui fait construire au-dessus de la source un édifice dominé par une tour, dont il subsiste aujourd’hui des éléments partiels. L'édifice, dont la façade est ornée de céramiques polychromes, est agrandi à l'arrière par la construction d’une usine d'embouteillage. Garreau, qui n'a pas les moyens d'exploiter de façon optimale sa source dont le débit élevé justifierait la création d'un véritable centre de soins, la vend à un groupe de financiers qui créent la Compagnie des eaux lithinées de Santenay en 1902. Le Grand Hôtel des Bains qui s’impose dans le paysage de la station (Fig. 7) ouvre dès 1903 tandis que le bâtiment des bains est inauguré l’année suivante41. Les deux édifices sont reliés par une passerelle couverte et correspondent ainsi au type de l’établissement thermal-hôtel-restaurant déjà rencontré à Guillon.

Fig. 7 : Grand Hôtel des Bains de Santenay-les-Bains, façade sud-est.

Fig. 7 : Grand Hôtel des Bains de Santenay-les-Bains, façade sud-est.

Cliché P.-M. Barbe-Richaud

© Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine

  • 42 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Établissement thermal de la source Élisabeth dite source S (...)
  • 43 Perrusson fils et Desfontaines, Les Grandes Tuileries réunies, Dijon, 1910. Les carreaux correspond (...)

22L'histoire de l’exploitation de la source Santana débute après celle des sources Lithium et Carnot42. En 1906, Henri Perrin, directeur d'une sucrerie à Chalon-sur-Saône, et Marius Desfontaines, associé de la tuilerie Perrusson, mettent au jour, par forage, une nouvelle source située environ 200 mètres plus au sud. Dès 1906, deux pavillons sont construits (Fig. 8). Le premier, côté nord-ouest, est situé au-dessus du forage ; il est destiné à l'accueil des buveurs. Le second, côté sud-est, sert de logement au gardien. Les carreaux de céramique sont ceux du catalogue de l’entreprise Perrusson43. Quant à la référence à l'Orient, avec les arcs outrepassés associant pierre blanche et brique rouge, elle témoigne de l’éclectisme qui touche l'architecture des lieux de villégiature à partir du milieu du xixe siècle. L’engouement pour les pavillons coloniaux des Expositions Universelles de 1889 et 1900 a sans doute été déterminant dans l'adoption du style mauresque. Le choix de ce style dans un bâtiment thermal connaît un précédent en France avec les pavillons des sources du Hammam construits d'après les plans d'Antoine Percilly (1893) à Hauterive (Allier). Le pavillon de Santenay, pourtant sans équivalent en Bourgogne-Franche-Comté, est détruit en 2019 pour faire place à un nouvel établissement thermal.

Fig. 8 : Établissement thermal de la source Santana à Santenay-les-Bains.

Fig. 8 : Établissement thermal de la source Santana à Santenay-les-Bains.

Carte postale, s. l. : Mouron, [vers 1910].

© Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine

3.b. L’engagement de la Ville

23En 1909, une première tentative de rassemblement des sources entre les mains d’un même exploitant est conduite par Arthur Budan, jeune étudiant en médecine parisien qui achète les bâtiments de la Fontaine Salée et de la source Carnot. L'entreprise se révèle être un échec qui précipite le démantèlement du domaine de la source Carnot. Au sortir de la Grande Guerre, la fréquentation est modeste : 119 curistes seulement séjournent à Santenay en 1920. Le Grand Hôtel des Bains est acquis par la commune de Courbevoie (Hauts-de-Seine) qui envisage sa transformation en colonie de vacances, puis devient un centre d’apprentissage de la SNCF en 1947.

  • 44 Comme le nom « casino » était déjà utilisé par les concurrents de la Fontaine Salée, c'est l'appell (...)

24Dès les débuts du thermalisme santenois, la commune a des intérêts à défendre en tant que propriétaire du terrain sur lequel Antoine Deparis fait bâtir le Kursaal à la fin du xixe siècle44. C’est toutefois seulement après la Seconde Guerre mondiale qu’elle intervient directement et devient un acteur de premier plan en rachetant l’ensemble des sources (en 1956) et en inaugurant un nouveau kiosque de dégustation à l'emplacement de l'ancien établissement thermal de la source Lithium (en 1958). Grâce à l’obtention du statut de station hydrothermale et climatique, elle parvient à ouvrir un nouvel établissement actif de 1978 à 1995. L’inauguration d’un nouveau complexe associant un centre thermal et une résidence hôtelière est prévue en 2021.

25Conclusion

26Le cas de Santenay-les-Bains est assez emblématique des difficultés rencontrées par les petites stations thermales de Bourgogne-Franche-Comté. Malgré la présence d’une eau jugée exceptionnelle et d’une desserte ferroviaire qui la relie aux grands centres urbains, la concurrence entre des investisseurs rivaux neutralise les atouts de la station. La fréquentation n’atteint pas le « seuil » qui aurait permis de développer un véritable quartier thermal et ainsi de rejoindre les stations de premier rang. Même pour ces dernières, dans lesquelles la « fièvre thermale » du Second Empire se prolonge jusqu’à la Belle Époque en nourrissant les espoirs d’une prospérité économique et suscitant des projets architecturaux dignes des grandes villes d’eau, le cap des années 1906-1914 est difficile à franchir. L’Entre-deux-guerres rebat les cartes au gré des interventions des pouvoirs publics, et plus particulièrement des communes qui s’impliquent directement dans la gestion de certains établissements. Pour les autres, la relégation au rang des stations thermales secondaires devient inéluctable.

  • 45 Trois établissements bénéficient d’une protection au titre des Monuments historiques. Les thermes d (...)

27Que reste-t-il aujourd’hui de ce patrimoine du thermalisme régional ? Des petits établissements ruraux, il subsiste très peu de choses. Même lorsqu’ils présentaient un intérêt pour l’histoire de l’art, ils ont souvent été très tôt abandonnés puis démolis, voire sacrifiés pour laisser place à des infrastructures modernes. Quant aux stations d’une certaine importance, leur protection juridique – lorsqu’elle existe – porte uniquement sur les établissements et les parcs thermaux45. L’opération d’inventaire actuellement menée par la Région Bourgogne-Franche-Comté, en prenant en compte l’ensemble des édifices des quartiers thermaux (hôtels de voyageurs, villas, casino et autres lieux de sociabilité) et en donnant une vision d’ensemble de ce qui constitue ce patrimoine, devrait contribuer à dégager des pistes de réflexion en vue d’un complément de protection à l’échelle régionale, d’une valorisation par les acteurs locaux et d’une appropriation par les habitants.

Haut de page

Notes

1 La définition de « station thermale » adoptée ici est celle de l’Inventaire général du patrimoine culturel : « agglomération consacrée aux activités curatives liées à la présence d’une eau aux propriétés particulières » d’après : Thésaurus de la désignation des œuvres architecturales et des espaces aménagés, Documents et Méthodes n° 7, Paris, Ministère de la Culture et de la Communication, Inventaire général du patrimoine culturel, 2013, p. 102.

2 La première mention du « Bain des Dames » de Luxeuil se trouve dans un traité entre la Ville, Edmond Pissan et Alexandre Grillon, bourgeois et maçons, daté du 9 février 1492 a. s. [1493] (Arch. dép. Haute-Saône, 311 E dépôt 117). L’établissement thermal réapparaît ensuite dans une délibération de la municipalité du 8 avril 1601 (Arch. dép. Haute-Saône, 311 E dépôt 2) ; il est régulièrement documenté à partir de cette date. Les bains de Bourbon-Lancy sont connus à partir du xvie siècle. Ils sont mentionnés dans la Générale Description du païs et duché de Bourbonnais (1569) de Nicolas de Nicolays (Bibliothèque Mazarine, Ms 3243) mais les premiers traités qui leur sont consacrés datent du début du xviie siècle : Jean Aubery, Les bains de Bourbon Lancy et Larchanbaũ, Paris, Adrian Perier, 1604 ; Jean Banc, Les Admirables Vertus des eaux naturelles de Pougues, Bourbon et autres renommées de France, en faveur des malades qui ont recours en leurs salutaires emplois, depuis peu descouvertes, Paris, L. Giffart, 1618. De la même époque datent également les premières mentions dans les archives des États de Bourgogne (Arch. dép. Côte-d’Or, C 2541, 3801). À Luxeuil comme à Bourbon-Lancy, l’archéologie a révélé la présence de thermes antiques. Toutefois, en l’état actuel des connaissances, il est impossible d’affirmer que la fréquentation des bains a perduré sans interruption jusqu’à la Renaissance.

3 Les premiers traités consacrés aux sources minérales de Pougues datent de cette époque : Jean Pidoux, Des Fontaines de Pouques en Nyvernois, de leur vertu, faculté et manière d'en user, Paris, Nicolas Nivelle, 1584 ; Antoine du Fouilloux, Discours de l'origine des fontaines, ensemble quelques observations de la guarison de plusieurs grandes et difficiles maladies faicte par l'usaige de l'eau médicinale des fontaines de Pougues en Nivernoys, Nevers, Pierre Roussin, 1595 ; Jean Banc, op. cit.

4 Julien Gonzalez, En Bourgogne, les villes d’eaux oubliées : Pougues-les-Eaux, Fourchambault-Garchizy, Saint-Parize-le-Châtel, Decize-Saint-Aré, Maizières, Saint-Christophe-en-Brionnais, Nevers, Éditions Loire et Nièvre, 2005, p. 121-125 ; Id., Histoires d'eaux minérales oubliées en Nivernais : Anthien, Decize-Saint-Aré, Garchizy, Saint-Parize-le-Châtel, Varennes-Vauzelles, Julien Gonzalez, 2008, p. 61-77.

5 Cette étude a été lancée par la Région Bourgogne-Franche-Comté en 2019. Le cadre géographique retenu est par conséquent celui de la région administrative issue de la loi n° 2015-991 du 7 août 2015. Les stations et édifices évoqués dans le présent article sont l’objet de dossiers d’étude comprenant notamment une bibliographie et la liste complète des sources consultées auxquels nous renvoyons le lecteur. L’ensemble de ces dossiers sera mis en ligne à la fin de l’étude (2022) : http://patrimoine.bourgognefranchecomte.fr.

6 Bernard Desgranges, Histoire des thermes de Luxeuil. De l’Antiquité à la conquête de la Franche-Comté, Luxeuil-les-Bains, B. Desgranges, 1981. Un second volume aurait dû être consacré à l’établissement thermal à partir de sa reconstruction au xviiie siècle. Cette histoire a finalement été intégrée dans un autre ouvrage consacré plus largement à la ville : Id., Luxeuil pas à pas, Luxeuil-les-Bains, B. Desgranges, 1993.

7 Paul Charbon, Histoire du thermalisme à Santenay, Santenay, Paul Charbon, 2000 ; Pascal Collot et Yves Nachin, Guillon-les-Bains et son établissement thermal, Besançon, Association Pierre Percée, 2003 ; Daniel Clot et Frédéric Gachet, De Salins du Jura à Salins-les-Bains, Salins-les-Bains, Pays du livre, 2011 ; Julien Gonzalez, Maizières près d’Arnay-le-Duc : histoire d’une station thermale oubliée, s. l., Julien Gonzalez, 2016 ; Id., Saint-Christophe-en-Brionnais, histoire d'une station thermale oubliée, s. l., Julien Gonzalez, 2016 ; Lionel Barriquand et Ludovic Guillot, « Bourbon-Lancy : le complexe thermal et ses évolutions architecturales », La Physiophile, juin 2018, n° 168.

8 Julien Gonzalez, En Bourgogne…, op. cit. ; Id., Histoires d'eaux minérales…, op. cit.

9 La définition de « quartier » adoptée ici est celle de l’Inventaire général du patrimoine culturel : « secteur urbain présentant une certaine unité architecturale, sociale, économique, fonctionnelle, etc. » d’après : Thésaurus…, op. cit., p. 89.

10 Arch. dép. Haute-Saône, C 162 ; 311 E dépôt 112-115, 117, 269, 272, 355, 367, 386-387 ; 5 M 145-146, 151-152, 154, 156-162, 164, 172, 174 ; 3 O 323. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA70001126, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2020. Sur l’histoire de l’édifice au xviiie siècle, voir Fabien Dufoulon et Charlotte Leblanc, « Luxeuil-les-Bains, établissement thermal », dans L’Art de bâtir en Franche-Comté au Siècle des Lumières, Paris, Société française d’archéologie, à paraître.

11 Fréquentation en 2018 : 5400 curistes. Elle est supérieure à celle des quatre autres établissements encore en activité : Bourbon-Lancy (4530 curistes), Salins-les-Bains (2914 curistes), Saint-Honoré-les-Bains (2068 curistes), Lons-le-Saunier (1913 curistes). Source : Conseil national des Établissements thermaux.

12 Arch. dép. Haute-Saône, 5 M 151-152, 170. Fabien Dufoulon, « Demeure dite Maison Desgranges, puis casino et théâtre », dossier n° IA70001131, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2020 ; « Hôtel du Parc », dossier n° IA70001132 ; « Hôtel des Thermes », dossier n° IA70001139 ; « Hôtel Métropole », dossier n° IA70001140. L’Hôtel des Thermes et l’Hôtel du Parc sont construits respectivement en 1880 et 1888. Le casino-théâtre est créé en agrandissant la Maison Desgranges en 1896. La Compagnie générale des Grands Hôtels et des Eaux minérales de Luxeuil fait bâtir l’Hôtel Métropole en 1907.

13 Lionel Barriquand et Ludovic Guillot, art. cit. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA71003730, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2021.

14 Daniel Clot et Frédéric Gachet, op. cit. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA39002039, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2021.

15 Marie-Jeanne Roulière-Lambert et Jean-Luc Mordefroid, Lons, ville d’eaux, Lons-le-Saunier, Billot, 1988. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA00015626, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2021.

16 Arch. dép. Nièvre, 32 J 223, 225-226, 238, 240, 395, 397, 403. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA58000666, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019 ; « Casino-théâtre (ancien casino) », dossier n° IA58001333.

17 F. M. de Castanié, Guide pittoresque illustré de Pougues-les-Eaux et de ses environs (Nièvre), Paris, Arnauld de Vresse, 1868, p. 32.

18 Arch. dép. Nièvre, 32 J 224-226, 395, 397. Fabien Dufoulon, « Splendid-Hôtel », dossier n° IA58001330, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019 ; « Pavillon des sources Saint-Léon et Saint-Léger », dossier n° IA58001344.

19 Julien Gonzalez, En Bourgogne…, op. cit., p. 7-95.

20 Arch. dép. Nièvre, 5 M 5108, 5110, 5112-5113. Coll. part. Saint-Honoré-les-Bains, archives du château de La Montagne. Fabien Dufoulon, « Saint-Honoré-les-Bains, station thermale de montagne ? Thermalisme et villégiature dans le Morvan des années 1850 aux années 1930 », dans Esteban Castaner, Laurent Jalabert et Nicolas Meynen (dir.), Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du xviiie au xxie siècle, Pau, Presses de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour, 2020, p. 39-47.

21 Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA00001818, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019.

22 Fabien Dufoulon, « Hôtel des Bains », dossier n° IA58001258, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019 ; « Hôtel Le Morvan », dossier n° IA58001210 ; « Hôtel Le Tournebrid », dossier n° IA58001211 ; « Demeure 29 avenue Eugène Collin dite Villa des Pins », dossier n° IA58001243 ; « Casino, théâtre et cinéma », dossier n° IA58001221.

23 L’histoire de l’établissement thermal dans la première moitié du xxe siècle est très mal documentée en raison de la rareté des sources écrites. Contrairement à celles de la Compagnie des Eaux minérales de Pougues, les archives de la Société anonyme des Eaux thermales de Saint-Honoré n’ont pas été versées aux Archives départementales de la Nièvre ; elles ne sont actuellement pas localisées.

24 Fabien Dufoulon, « Le thermalisme dans la commune de Saint-Honoré-les-Bains », dossier n° IA58001207, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019 ; « Le thermalisme dans la commune de Pougues-les-Eaux », dossier n° IA58001308.

25 La fréquentation de l’établissement de Luxeuil-les-Bains s’élève à 1489 curistes en 1879 (Bernard Desgranges, Luxeuil…, op. cit., t. 1, p. 178), soit un curiste pour environ 3,3 habitants (recensement de 1876 : 4162 hab.) ; celle de Pougues-les-Eaux à 1337 curistes en 1889 (Julien Gonzalez, En Bourgogne…, op. cit., p. 31), soit un curiste pour environ 1,2 habitant (recensement de 1886 : 1564 hab.) ; celle de Saint-Honoré-les-Bains à 1400 curistes en 1884 (Coll. part. Saint-Honoré-les-Bains, archives du château de La Montagne), soit un curiste pour environ 1,2 habitant (recensement de 1886 : 1716 hab.).

26 Chiffres : 32 villas à Luxeuil-les-Bains, 36 à Pougues-les-Eaux et 43 à Saint-Honoré-les-Bains. Fabien Dufoulon, « Les villas des stations thermales de Bourgogne-Franche-Comté », dossier n° IA00141433, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2021.

27 Chiffres : 10 hôtels à Luxeuil-les-Bains, 13 à Pougues-les-Eaux et 11 à Saint-Honoré-les-Bains. Fabien Dufoulon, « Les hôtels de voyageurs des stations thermales de Bourgogne-Franche-Comté », dossier n° IA00141434, Ibid.

28 L'interdiction de l'exploitation publique des jeux était l'objet d'une exception au bénéfice des « lieux où il existait des eaux minérales » dans le décret impérial du 24 juin 1806. Le Code pénal et la loi du 21 mai 1836 abrogèrent cette disposition particulière. Dans les faits, des cercles de jeux subsistèrent et se multiplièrent jusqu'au début du xxe siècle. La loi du 15 juin 1907 autorisa certains jeux de hasard dans les cercles et casinos des « stations balnéaires, thermales ou climatiques » sans que celles-ci fussent précisément et juridiquement définies.

29 Didier Leroy et Paul-Henri Bellot, Les trains des stations thermales : Est et Auvergne, Paris, La Vie du rail, 2017.

30 Jacques Guillaume et Mireille-Bénédicte Bouvet, « La gare de Plombières-les-Bains (aujourd’hui casino) », dans : Isabelle Chave (dir.), Chantiers privés, chantiers publics. L’expérience architecturale dans les Vosges, 1800-1920, Épinal, Conseil général des Vosges, 2007. Fabien Dufoulon, « Gare », dossier n° IA70001129, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2020.

31 L’expression « petites stations » est tirée de l’article pionnier d’Olivier Faure sur ce que nous proposons d’appeler « stations secondaires » pour souligner leur définition par opposition aux stations de premier rang : Olivier Faure, « Les petites stations thermales en France au xixe siècle : un autre thermalisme ? », dans Dominique Jarrassé (dir.), 2000 ans de thermalisme : économie, patrimoine, rites et pratiques, Clermont-Ferrand, Institut d’Études du Massif Central, 1996, p. 33-47. Plus récemment, le terme de « micro-station » a été utilisé par Viviane Delpech pour qualifier un groupe de stations béarnaises : Viviane Delpech, Stations thermales des Pyrénées béarnaises, Bordeaux, Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel, 2020.

32 Pascal Collot et Yves Nachin, op. cit. ; Fabien Dufoulon et Jo-Ann Campion, « Établissement thermal, hôtel de voyageurs et restaurant », dossier n° IA25002000, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2021.

33 Julien Gonzalez, Maizières…, op. cit. ; Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Établissement thermal, hôtel de voyageurs et restaurant », dossier n° IA21000884, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019.

34 Julien Gonzalez, Saint-Christophe-en-Brionnais…, op. cit. Fabien Dufoulon, « Établissement thermal », dossier n° IA71003732, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2020.

35 Paul Charbon, op. cit.

36 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Gare », dossier n° IA21005785, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019.

37 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Casino de la Fontaine Salée », dossier n° IA21005789, Ibid.

38 L’État appliquait à lui-même cette protection face à la concurrence : les sources de Luxeuil-les-Bains ont ainsi été reconnues d’utilité publique (décret du 26 juillet 1858) et disposaient d’un périmètre de protection (décret du 12 juillet 1872).

39 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Établissement thermal de la source Lithium », dossier n° IA21005783, Région Bourgogne-Franche-Comté, 2019.

40 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Établissement thermal de la source Carnot », dossier n° IA00061485, Ibid.

41 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Grand Hôtel des Bains », dossier n° IA21004930, Ibid.

42 Fabien Dufoulon et Marguerite Cinotti, « Établissement thermal de la source Élisabeth dite source Santana », dossier n° IA21005781, Ibid.

43 Perrusson fils et Desfontaines, Les Grandes Tuileries réunies, Dijon, 1910. Les carreaux correspondent au modèle n° 47 du catalogue. Tout comme la Villa Perrusson d’Écuisses, le pavillon de la source Santana a pu faire figure d’édifice « témoin » pour l’entreprise familiale.

44 Comme le nom « casino » était déjà utilisé par les concurrents de la Fontaine Salée, c'est l'appellation « Kursaal » qui fut retenue. Le mot, qui renvoie au thermalisme allemand, est utilisé à la même époque à Besançon – également ville d’eau – pour désigner une nouvelle salle de spectacle. L’édifice, reconstruit après un incendie en 1908, abrite encore aujourd’hui le casino.

45 Trois établissements bénéficient d’une protection au titre des Monuments historiques. Les thermes de Luxeuil sont inscrits sur une liste dès 1862, ce qui peut s’expliquer par l’acquisition de l’établissement par l’État et l’intérêt porté à la ville par Napoléon III ; la protection est étendue à l’ensemble du site, y compris le parc, en 2011. À Lons, le parc thermal est inscrit en 1993 et l’établissement en 1999. À Pougues, le pavillon des sources Saint-Léon et Saint-Léger est inscrit depuis 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Stations thermales et sites d’exploitation d’eau minérale en Bourgogne-Franche-Comté.
Légende Cartographie P.-M. Barbe-Richaud.
Crédits © Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 2 : Établissement thermal de Pougues-les-Eaux, pavillon des sources Saint-Léon et Saint-Léger construit par l’architecte Charles Arnaud en 1905-1907.
Légende Cliché P.-M. Barbe-Richaud
Crédits © Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig. 3 : Établissement thermal de Saint-Honoré-les-Bains, façade principale après la construction du pavillon des sources par l’architecte Honoré Pons en 1906.
Légende Carte postale, s. l. : A. Menin, [vers 1910].
Crédits © Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11785/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Fig. 4 : Établissement thermal de Guillon-les-Bains.
Légende Cliché F. Dufoulon
Crédits © Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11785/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 5 : Établissement thermal de Saint-Christophe-en-Brionnais.
Légende Cliché P.-M. Barbe-Richaud
Crédits © Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11785/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 6 : Établissements thermaux de la source Carnot (à droite) et de la source Lithium (à gauche) de Santenay-les-Bains.
Légende Carte postale, Chalon-sur-Saône : B.F., [vers 1904].
Crédits © Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11785/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig. 7 : Grand Hôtel des Bains de Santenay-les-Bains, façade sud-est.
Légende Cliché P.-M. Barbe-Richaud
Crédits © Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11785/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 8 : Établissement thermal de la source Santana à Santenay-les-Bains.
Légende Carte postale, s. l. : Mouron, [vers 1910].
Crédits © Région Bourgogne-Franche-Comté, service Inventaire et Patrimoine
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11785/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Dufoulon, « Les stations thermales secondaires de Bourgogne-Franche-Comté »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 25 octobre 2021, consulté le 04 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/framespa/11785 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.11785

Haut de page

Auteur

Fabien Dufoulon

Fabien Dufoulon, attaché territorial de conservation du patrimoine, est chercheur au service Inventaire et Patrimoine de la Région Bourgogne-Franche-Comté et chargé de cours à l’École du Louvre. fabien.dufoulon@bourgognefranchecomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search