Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Les stations thermales secondaire...• Partie 3 - Regards croisés sur ...Lectures patrimoniales du thermal...

Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles. Une autre histoire du thermalisme ?
• Partie 3 - Regards croisés sur le patrimoine thermal

Lectures patrimoniales du thermalisme : quand le patrimoine culturel immatériel et le patrimoine architectural et paysager se nourrissent réciproquement

Viewing Thermalism as Heritage : When Intangible Cultural Heritage and Architectural and Landscape Heritage Enrich Each Other
Lecturas patrimoniales del termalismo : cuando el patrimonio cultural inmaterial y el patrimonio arquitectónico y paisajístico se enriquecen recíprocamente
Mathilde Lamothe

Résumés

Jusqu’alors, les inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France et ceux de l’Inventaire général du patrimoine culturel se côtoyaient sans jamais réellement se rencontrer, à l’image des curistes vis-à-vis de la population pyrénéenne au xixe siècle. Le programme de recherche européen TCV-PYR, portant sur un inventaire du patrimoine thermal et de villégiature dans les Pyrénées, a fait collaborer des chercheurs issus de multiples disciplines scientifiques (histoire, histoire de l’art, géographie et anthropologie) et aux méthodologies différentes afin de mener ces inventaires patrimoniaux. Cet article restitue les propos tenus lors d’une table-ronde avec ces chercheurs ainsi que leurs questionnements réciproques malgré des sensibilités patrimoniales différentes. L’enjeu consiste à faire dialoguer ces formes patrimoniales d’un point de vue scientifique mais aussi numérique, en s’appuyant sur les bases de données développées par les services de l’Inventaire et du patrimoine culturel immatériel.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’élargissement de la notion de patrimoine s’illustre à travers la loi relative à la liberté de cré (...)
  • 2 L’inventaire du PCI lié aux pratiques d’élevage et des jeux taurins a également mis en exergue cert (...)
  • 3 Communication de Marie Ferey et Mathilde Lamothe, « Co-construction, conduite collaborative et rest (...)

1La double lecture du patrimoine culturel matériel et du patrimoine culturel immatériel (PCI) est plus souvent un vœu pieux épistémologique qu’une véritable analyse conjointe menée de façon complémentaire dans des programmes de recherche scientifique. Certes, de multiples expérimentations ont commencé à croiser ces regards pluridisciplinaires au xxie siècle, en dépit d’une intégration tardive du patrimoine culturel immatériel dans le Code du patrimoine1. Dans la région Occitanie, par exemple, cette vision globale s’est traduite par l’étude des différentes facettes du patrimoine taurin (patrimoine bâti et PCI) avec une intégration des résultats dans un inventaire conduit depuis 2007 par le PETR Vidourle Camargue et dans un programme européen LEADER2. En 2015-2016, lors d’une opération expérimentale menée sur la commune de Saint-Sever (Landes), un inventaire du patrimoine architectural et paysager mené par le Service régional du patrimoine et de l’Inventaire (SRPI) Nouvelle-Aquitaine, a également cherché à effectuer un rapprochement méthodologique et à mettre en place une interconnexion des bases de données avec un inventaire du patrimoine culturel immatériel3. Cependant, force est de reconnaître que ces opérations demeurent bien souvent cantonnées à un recensement croisé a posteriori afin d’obtenir une vision d’ensemble ; il ne s’agit en aucun cas d’études menées de front et en corrélation, se répondant l’une et l’autre à travers les bases de données du patrimoine, telles GERTRUDE, RENABL ou PCI-Lab mises en ligne par le Ministère de la Culture.

  • 4 Dans le cadre du Programme d’Orientation Interrégionale Massif Pyrénées 2014-2020, le programme eur (...)

2L’intégration d’une double analyse patrimoniale, matérielle et immatérielle, s’est concrètement posée dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV-PYR (2017-2021), portant sur l’étude et l’inventaire du patrimoine lié au thermalisme et à la villégiature dans le massif français des Pyrénées4. Si l’étude des stations thermales est souvent abordée selon un angle patrimonial architectural et paysager, quelle place accorder aux pratiques culturelles vivantes liées au thermalisme, dans cette expérience pluridisciplinaire d’inventaire scientifique ? De quelles communautés parle-t-on lorsque l’on s’intéresse aux pratiques des différents groupes sociaux qui coexistent dans cet environnement thermal ? Les outils méthodologiques diffèrent entre l’Inventaire général du patrimoine culturel et l’Inventaire du patrimoine culturel immatériel, mais la plus grande difficulté ne réside-t-elle pas dans les différentes perceptions patrimoniales censées s’accorder entre elles, chacune s’appuyant sur une construction historique du champ patrimonial relevant respectivement du domaine des beaux-arts et de l’ethnologie ?

  • 5 Cette table-ronde se composait de Géraldine Baglin (docteure en histoire de l’art et chargée d’inve (...)

3Lors du colloque sur les stations thermales secondaires tenu le 18 septembre 2020 à Toulouse, une table-ronde a réuni des chercheurs provenant de diverses disciplines (histoire, histoire de l’art, anthropologie et géographie) afin de questionner ces lectures plurivoques du patrimoine thermal et de villégiature5. Cet article s’appuie sur ces échanges épistémologiques et méthodologiques, qui interrogent la thématique thermale, pour traduire les différences de regards patrimoniaux et espérer dépasser les barrières disciplinaires ou conceptuelles couramment rencontrées dans ces types d’inventaire.

1. L’arrivée du PCI dans le champ patrimonial

1.a. Définir le patrimoine culturel immatériel

4Auparavant connu sous les noms de « patrimoine ethnologique » ou de « cultures traditionnelles et populaires » (sans en couvrir exactement le même sens), le patrimoine culturel immatériel est normé et institutionnalisé à travers la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel que propose l’UNESCO en 2003 :

  • 6 Extrait de l’article 2 de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’U (...)

On entend par « patrimoine culturel immatériel » les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire ‒ ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés ‒ que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine6.

5Ainsi, le patrimoine culturel immatériel se manifeste dans les domaines suivants : les traditions et expressions orales ; les arts du spectacle ; les pratiques sociales, les rituels et les événements festifs ; les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ; et les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel7. C’est sur cette définition que s’établit l’inventaire du PCI de la France et, par conséquent, l’inventaire du PCI en lien avec le thermalisme et la villégiature dans les Pyrénées (programme TCV-PYR). Sont ainsi retenues les pratiques culturelles des communautés pyrénéennes, sur l’ensemble du massif montagneux français, qui se sont transmises de génération en génération ; elles sont attestées dès le xixe siècle par des sources provenant de curistes, de scientifiques ou de voyageurs qui découvraient les Pyrénées, et elles existent encore à l’heure actuelle. C’est d’ailleurs parfois ce regard extérieur porté sur ces activités qui a pu faire vivre ces dernières au sein des communautés locales, en favorisant la construction d’un sentiment d’identité ou d’un discours sur elles-mêmes. Aussi, des thématiques telles que les itinéraires des chemins de Compostelle (relevant du domaine mémoriel ou spirituel) ou bien les courses hippiques (considérées comme une distraction de classes aisées en villégiature dans les stations thermales au xixe siècle) ne sont pas retenues dans cet inventaire du PCI qui s’attache à étudier les pratiques rituelles, festives ou les savoir-faire issus des populations pyrénéennes, autrement dit dans des milieux non exogènes.

1.b. Définir le patrimoine thermal : quelle sélection patrimoniale ?

  • 8 David Lowenthal, The heritage crusade and the spoils of History, Cambridge, Cambridge Press Univers (...)
  • 9 Ahmed Skounti, « La représentativité dans le champ du patrimoine culturel immatériel. Notes prélimi (...)

6En partant du postulat que le patrimoine n’est pas un objet neutre ou empreint d’une ontologie essentialiste8, la sélection patrimoniale – inhérente au processus d’inventorisation – est un phénomène complexe qui n’est pas régi par des règles unanimement admises. « Le patrimoine étant une création due à des individus, des groupes ou des communautés, il intervient de diverses manières en tant que statut attribué à des objets, des sites ou des éléments de la nature ou de la culture à un moment donné de son histoire9 ». Ainsi, les critères de patrimonialisation font inévitablement l’objet de diverses appréciations lorsqu’il s’agit d’objets ou de sites matériels, mais ceux-ci se révèlent particulièrement complexes dans le cadre du PCI parce qu’ils supposent en outre la participation des communautés à son processus de définition et de patrimonialisation.

7En matière d’architecture, le regard se pose d’abord sur la forme bâtie – l’édifice pouvant conserver son usage ou non – documentée à partir de diverses sources d’archives, telles des plans ou des documents iconographiques indiquant par exemple la présence de bains ou de cabines de douches, donnant un relief de vie au lieu par la présence d’individus (cartes postales anciennes, affiches, photos). Nicolas Meynen s’appuie sur ces sources pour comprendre l’édifice actuel ou passé mais questionne également la dimension humaine du bâti : « Le lieu contribue à faire de la pratique un patrimoine ; or, comment restituer à la fois ce qui a été mais aussi la vie qui s’y passait ? ». Lorsque cette dimension est envisagée par le PCI, elle adopte alors une posture inverse. Yann Leborgne s’appuie sur l’exemple du Mont-Saint-Michel pour souligner que « la pratique contribue à faire du lieu un patrimoine ». Il démontre que c’est la pratique de pèlerinage qui a développé ces sites culturels et cultuels (un sanctuaire, une abbaye, un village ou encore des voies de pèlerinages), avant qu’ils soient consacrés comme haut-lieu du patrimoine architectural. Finalement, matérialité et immatérialité interagissent en permanence dans ces constructions patrimoniales, voire se construisent mutuellement.

2. Les temporalités du patrimoine

2.a. Patrimoine mémoriel, patrimoine vivant et résurgences culturelles

8Le mécanisme de sélection patrimoniale questionne également les choix retenus et valorisés, qui procèdent d’un processus de patrimonialisation10 ou de « fabrication en patrimoine ». Géraldine Baglin reconnaît que la qualité architecturale exceptionnelle (l’un des critères de protection au titre des monuments historiques), comme les critères d’unicité ou de typicité d’un élément, ne sont pas les seuls facteurs suscitant l’intérêt et la rédaction de notices dans les bases de données de l’Inventaire. En raison de la multiplicité des valeurs11, les historiens de l’art du programme TCV-PYR portent surtout leur attention sur l’usage des bâtiments et retiennent ceux qui ont un lien (passé ou présent) avec la pratique thermale. Toutefois, cette méthodologie ne peut s’appliquer stricto sensu au domaine du PCI, qui renvoie à une activité contemporaine portée par des communautés actuelles : aussi, si les pratiques culturelles liées au thermalisme sont devenues obsolètes ou relèvent du domaine mémoriel (telles des fêtes ou des foires anciennes), celles-ci ne peuvent pas être retenues par les ethnologues. Le point 7 des Critères pour l’inclusion à l’inventaire du PCI en France spécifie en effet que la mémoire d’un évènement ou d’une période historique ne relève pas du PCI12. Cette question a été notamment soulevée lors de l’étude de la fabrication du peigne en corne dans le Pays d’Olmes (Ariège)13 : ce savoir-faire très menacé, avec la présence d’un seul artisan en Ariège à l’heure actuelle, est-il un patrimoine vivant ou bien la mémoire d’une industrie autrefois florissante ? Dans le cas présent, la part mémorielle de cette pratique repose au sein du Musée du textile et du peigne en corne situé à Lavelanet, qui a collecté d’anciennes machines et outillages des xixe et xxe siècles, retraçant la grande épopée de cette industrie qui employait 1 500 ouvriers et produisait 30 millions de peignes à son apogée dans les années 193014. Ces grands industriels étaient également d’importants investisseurs dans les établissements thermaux locaux. Si cet unique artisan disparaît, alors le savoir-faire risque de basculer dans le domaine du mémoriel en tant qu’héritage industriel lié à une activité historique ; toutefois, si une reprise de l’activité par des successeurs s’opère, elle possède à nouveau une valeur de contemporanéité qui est l’un des critères du PCI.

  • 15 Conférence de Nara sur l’authenticité dans le cadre de la Convention du Patrimoine mondial, 1er au (...)

9Ce point de basculement vers le patrimoine mémoriel questionne Nicolas Meynen sur le plan de la temporalité, soulignant les possibles résurgences des pratiques dont certaines évoluent tandis que d’autres s’arrêtent, définitivement ou non. Existe-t-il un délai nécessaire pour concéder qu’il y ait rupture ou continuité, autrement dit pour que s’observe une transition entre patrimoine vivant et patrimoine mémoriel ? Patricia Heiniger-Castéret prend l’exemple des carnavals dans les Pyrénées gasconnes pour démontrer que les notions de continuité et de rupture sont complexes à statuer car, en définitive, les résurgences qui s’observent ne sont jamais exactement les mêmes en fonction des contextes de l’époque. Au contraire, elles s’adaptent afin de répondre aux besoins de la société qui les porte : « On ne traîne pas l’héritage des pères s’il n’y a pas une efficacité directe et immédiate », explique-t-elle. Ainsi, après une perte de la pratique du carnaval dans les années 1960, alors devenu démodé, la reprise qui s’effectue dans les années 1980 – sous l’impulsion du revivalisme des langues et des cultures régionales – n’est pas une réplique exacte des précédents carnavals. Des circuits de déambulation peuvent changer ou bien des groupes sociaux de la jeunesse deviennent mixtes avec l’intégration des femmes même si, d’un point de vue anthropologique, les fonctions du carnaval demeurent (dans les domaines du burlesque, de la contestation, de la parodie, de la lubricité ou encore de l’alimentaire). C’est pourquoi le concept d’authenticité, prévalant comme « facteur qualificatif essentiel » dans le Document de Nara sur l’authenticité (1994), porté par l’ICOMOS (conseil international des monuments et des sites)15, est remis en cause dans le PCI qui repose, jusque dans sa définition par l’Unesco (2003), sur des principes de recréation permanente par les groupes ou les communautés qui les portent. Cette évolutivité du patrimoine suppose toutefois un point commun : que ce soit en matière d’inventaire du patrimoine bâti ou du PCI, les fiches d’inventaire demandent à être régulièrement actualisées afin de suivre les transformations ou les dégradations du bâti, ou bien l’évolution ou l’arrêt des pratiques culturelles vivantes. Toutefois cette réactualisation, souhaitée par tous types d’inventaire, se traduit rarement en actes puisque l’on observe généralement peu de retours sur le terrain, hormis ceux réalisés pour procéder à des compléments d’informations, des approches thématiques ou encore des expertises particulières.

2.b. Évolutions patrimoniales

10La résilience des pratiques s’incarne également à travers leur permanence dans le temps, malgré d’éventuelles transformations du site qui les accueille. Pour Yann Leborgne, la prise en compte des interactions entre objets/sites et pratiques culturelles devrait toujours se penser en termes évolutif et systémique (lieux et pratiques formant un système, parfois multi-échelles) ; autrement, ce patrimoine risque d’être appréhendé sous des formes figées et d’apparaître naturalisé. Il s’agit par exemple d’anciens lieux de cultes païens, difficilement datables autrement que par l’archéologie, qui se sont christianisés. Au sein du prieuré Saint-Ortaire (Orne)16, le « chemin-de-Marie » fut récemment aménagé par des prêtres qui y disposèrent des cromlechs, en référence aux temps préchrétiens antérieurs puisque le site semble avoir été occupé dès cette époque. La chapelle dédiée à saint Ortaire et à sainte Radegonde, installée dans une ancienne grange, est également associée à la pratique d’un rituel de guérison des maux articulaires. Une autre chapelle, dédiée à saint Ortaire, accueille notamment les curistes venus de la station thermale voisine de Bagnoles-de-l’Orne pour assister aux offices. Toutefois, des dépôts de cailloux sur le flanc de l’édifice, de même que la coexistence d’une croix chrétienne et d’une faucille druidique sur le faîte de la chapelle, rappellent la présence d’anciennes croyances et de rituels éloignés du catholicisme romain. Il s’avère ainsi nécessaire d’envisager ce site à la fois dans sa durée et dans sa complexité culturelle qui superpose une diversité de pratiques et de croyances à des éléments bâtis sans cesse réaménagés.

  • 17 Géraldine Baglin, « Établissement thermal d’Encausse-les-Thermes », dossier n° IA31005891, Ressourc (...)

11Évolution et résilience ne se perçoivent pas de la même façon sur le plan architectural. Le patrimoine thermal qui s’observe aujourd’hui dans les Pyrénées fait écho à un passé prestigieux, principalement daté du Second Empire, qui essaya de perdurer un temps mais se détériora progressivement en raison du déclin de la vogue thermale et de la baisse de l’attrait des stations. Cette évolution s’observe aujourd’hui à partir de détails urbains, tels une dent creuse dans la rue principale des Eaux-Bonnes, qui n’est autre que l’emplacement d’un ancien hôtel détruit en raison d’un arrêté de péril imminent. Sans entretien, sans pratique thermale, certaines villes d’eaux se transforment en villes sinistrées et deviennent des « poids patrimoniaux », comme le souligne Géraldine Baglin. En effet, la perte de l’activité thermale se lit dans le bâti à travers des dégradations importantes voire des destructions irrémédiables. Nicolas Meynen résume cette perte patrimoniale : « Il restera ici et là ce que l’on aura pu préserver parce que le hasard, un particulier, une collectivité, à un moment donné, aura réussi une initiative ». Ce rapport à la perte s’accompagne pourtant de cas de reconversion patrimoniale. L’établissement thermal d’Encausse-les-Thermes, par exemple, dont les dispositions architecturales extérieures ont été conservées et restaurées, a été transformé en centre national des arts de la rue et espace public17.

  • 18 Géraldine Baglin, « Établissement thermal : bains Fisse », dossier n° IA65000361, Ibid.
  • 19 Géraldine Baglin, « Buvette ; source Saint Guilhem », n° IA31005900, Ibid.
  • 20 Les exemples de Rennes-les-Bains et de Thuès-les-Bains ont été avancées par Laetitia Deloustal, doc (...)

12Par ailleurs, ces villes thermales « sinistrées » sur le plan architectural ne sont pourtant pas exemptes de richesses culturelles puisque des pratiques de guérison officieuses persistent après l’abandon du site : l’hôtelier de Cadéac-les-Bains (Hautes-Pyrénées) accueille toujours des personnes désireuses de récupérer l’eau minérale à la source pour profiter de ses vertus dermatologiques18, tandis que la buvette de Couret-Ganties-les-Bains (Haute-Garonne) – qui est une fontaine – fait affluer de nombreuses personnes munies de bouteilles qu’elles remplissent afin de consommer l’eau minérale à leur domicile19. De même, la population continue de venir se baigner dans trois anciens bassins aménagés à Rennes-les-Bains (Aude) alors que le site thermal n’est plus utilisé. Quant à Thuès-les-Bains (Pyrénées-Orientales), les trois bassins naturels disposés en dénivelé au-dessus des anciens thermes sont toujours utilisés de façon « sauvage », même s’ils sont situés sur une propriété privée dont le grillage est arraché (Fig. 1)20 .

Fig. 1 : Bassins naturels situés sur une propriété privée à Thuès-les-Bains

Fig. 1 : Bassins naturels situés sur une propriété privée à Thuès-les-Bains

© Laetitia Deloustal, 2020

13La dimension historique offre également l’opportunité de lire les processus d’évolution à l’œuvre sur le plan social, qui peuvent modifier la nature patrimoniale des expressions culturelles. Au xixe siècle, certaines stations climatiques et stations thermales en France ont adopté des mécanismes de valorisation similaires dans le but d’attirer et de fixer une clientèle aristocratique et bourgeoise qui fera leur renommée. Chloé Rosati-Marzetti relève ce processus dans les régions de Cannes, de Nice et de Grasse, où se met en place un système de divertissements à l’origine de nouveaux espaces d’« inventions de distinction21 », tels les fêtes des fleurs créées à la fin du xixe siècle afin de distraire les hivernants en villégiature. Mathilde Lamothe souligne la correspondance avec les stations thermales pyrénéennes où les premières cavalcades des fêtes des fleurs mettent en scène les familles aisées, qui conduisent des véhicules hippomobiles ou les premières automobiles privées richement fleuries dans les allées de Bagnères-de-Luchon ou des Eaux-Bonnes. Cependant, une évolution sociétale intervient au xxe siècle et fait basculer un divertissement – et une démonstration sociale – initialement destiné à un public exogène en une pratique communautaire et identitaire relevant du PCI22. En effet, ce n’est plus l’élite mondaine qui défile mais des habitants des quartiers de la ville, puis aujourd’hui des associations locales, qui participent à la cavalcade et à sa bataille de fleurs. Le collectif social, soutenu par les municipalités, se réapproprie ainsi cette fête devenue un moment d’entre-soi pour les locaux participant à la fabrication des chars et au défilé, tout en étant admirés par les regards extérieurs venus applaudir le corso fleuri (Fig. 2).

Fig. 2 : Les chars de la Fête des Fleurs défilent devant l’établissement thermal de Bagnères-de-Luchon

Fig. 2 : Les chars de la Fête des Fleurs défilent devant l’établissement thermal de Bagnères-de-Luchon

© Mathilde Lamothe, 2019

3. Croisement des bases de données

14La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 indique que les objets, les outils ou les instruments techniques sont étroitement associés aux expressions culturelles vivantes. Le Ministère de la Culture précise que ces éléments matériels sont les corrélats d’une action individuelle et collective, replaçant dans un contexte particulier le geste qui anime l’objet et la chaîne opératoire qui lui donne son sens23. Rompant également avec cette vision antinomique du patrimoine, la Déclaration de Yamato, adoptée le 22 octobre 2004, souligne la nécessité de développer des approches intégrées et cohérentes de sauvegarde du patrimoine culturel matériel et immatériel, en tenant compte de leur interdépendance et de leurs différences24. Toutefois, Mariannick Jadé met en garde contre le rapprochement trop facile qui pourrait s’opérer entre la dimension « immatérielle » du patrimoine matériel et la nécessaire matérialisation de l’immatériel. En effet, la notion de « valeur immatérielle » d’un monument ou d’un site, d’abord évoquée dans la Charte de Burra (1979, modifiée en 1999) puis lors des échanges de l’ICOMOS en 2000 et 2003, s’est trouvée par la suite contestée puisqu’elle renvoie à des concepts de valeurs occidentales (spirituelles, religieuses, historiques ou encore esthétiques), tels des lieux de mémoire comme le camp d’Auschwitz, et non à des pratiques culturelles vivantes25. C’est pour cela que la Déclaration de Yamato met l’accent sur la dimension temporelle contemporaine en précisant que « les valeurs associées aux monuments et sites ne sont pas considérées comme un patrimoine culturel immatériel quand ceux-ci appartiennent au passé, et non au patrimoine vivant des communautés actuelles26 ».

  • 27 Jean-Jacques Castéret et Mélanie Larché, « Le projet PCI Lab pour la valorisation numérique de l’In (...)

15Cette vision globale et cohérente du patrimoine, joignant les dimensions matérielles et immatérielles, s’inscrit également dans le programme TCV-PYR et son inventaire du patrimoine thermal pyrénéen. En effet, l’un des objectifs du projet consiste à opérer un croisement des inventaires du patrimoine bâti et paysager (les bases de données GERTRUDE et RENABL) et du PCI (la base de données PCI-Lab, qui exploite déjà le web sémantique et le liage de données27) à partir d’une unité de lieu, à savoir les communes étudiées. Certes la gestion des systèmes d’inventaires nationaux diffère puisque la mise en ligne de PCI-Lab est relativement récente (2016), comparée à la cinquantaine d’années d’utilisation de la base de données de l’Inventaire général. Néanmoins, pour Roland Chabbert, l’enjeu consiste à « essayer d’apporter notre pièce à l’édifice de la construction d’un système normatif qui permette l’interopérabilité des bases de données » grâce à cette porosité des domaines de classification. Ainsi, le feu de la Saint-Jean (appelé « brandon ») à Bagnères-de-Luchon, en Haute-Garonne, illustre les liens qui régissent une pratique culturelle vivante et un lieu prestigieux, en l’occurrence une fête calendaire réunissant la population devant les thermes de la ville. La fiche PCI du brandon renvoie donc aux notices d’Inventaire établies sur l’établissement thermal, dit du Prince impérial, et sur le jardin public dit Parc des Quinconces. De même, Notre-Dame de Héas (Hautes-Pyrénées), située à 1 500 mètres d’altitude, démontre les liens consubstantiels qui existent entre patrimoine bâti et pratique rituelle puisque le site comprend à la fois un lieu de pèlerinage, un site architectural et des objets mobiliers depuis au moins le xive siècle. Au cours du temps, le site évolue en passant de la fonction d’« hospital » à un lieu de culte marial, même si la chapelle est reconstruite à plusieurs reprises en raison d’incidents naturels (incendie en 1580, avalanches en 1600 et en 1915, ou encore inondation en 1788). Ainsi, la pratique de pèlerinage perdure malgré les remodelages architecturaux ; pour autant, elle ne peut subsister sans le bâti qui abrite les offices et accueille les pèlerins (Fig. 3). Un croisement de la fiche PCI sur le pèlerinage à Notre-Dame de Héas et du dossier sur la commune de Gavarnie-Gerde de l’Inventaire (à défaut d’avoir une protection ou même une notice pour la chapelle) offre l’opportunité de faire jouer l’interopérabilité des bases de données RENABL et PCI-Lab. Les catégories patrimoniales s’estompent alors et donnent à voir, pour l’internaute qui consulte ces sites internet, l’imbrication des formes culturelles matérielles et immatérielles comme leur complexité dans une vision systémique du patrimoine.

Fig. 3 : « Le pic de la Munia (3150 m) [3133 m], vu de Héas », 16 août 1895, fonds Lucien Briet

Fig. 3 : « Le pic de la Munia (3150 m) [3133 m], vu de Héas », 16 août 1895, fonds Lucien Briet

© Château fort-Musée pyrénéen de Lourdes

16Conclusion

17Dans cette nouvelle donne patrimoniale, caractérisée par l’extension de sa définition et des champs qu’elle recouvre, le produit fini (lié au patrimoine architectural) possède autant de valeur que son processus de création, à travers les gestes d’exécution, le savoir-faire élaboré, l’environnement technique et social ou encore les formes d’évolution (liés au PCI). Cette démarche de croisement des inventaires a ouvert la voie à de nouveaux outils de description du patrimoine, au-delà des champs strictement dévolus – et cloisonnés – au patrimoine mobilier, immobilier et au patrimoine culturel immatériel. Le programme de recherche européen FEDER TCV-PYR a réuni pendant plus de trois ans des chercheurs de disciplines scientifiques diverses, allant de l’histoire de l’art à l’anthropologie, sans oublier les chercheurs de l’Inventaire général, autour de démarches d’inventaire différentes. Cette vision partagée du patrimoine n’a pu réussir à s’exprimer que dans la durée du projet puisqu’elle demande des temps d’échange, de concertation voire de négociation (en dépit du déséquilibre des recrutements sur le terrain, à savoir trois chercheurs Inventaire, un chercheur PCI et un chercheur en informatique). Les divergences méthodologiques étaient considérables : le nombre de fiches PCI (7) ou bien de notices d’inventaire « Architecture » dans la base Mérimée (1002) et « Mobilier » dans la base Palissy (54), les thèmes abordés, comme le signifiant et le signifié de concepts appréhendés par plusieurs disciplines scientifiques (tels le « patrimoine culturel » qui n’est pas qu’architectural ou bien l’« immatérialité » des pratiques relevant du PCI qui ne correspond pas à l’immatérialité de valeurs) ont été discutés ou justifiés auprès de la trentaine de collègues chercheurs impliqués dans le projet. Les chercheurs ont réussi à concevoir sans doute les premiers ponts scientifiques et numériques nécessaires pour s’écouter sur une représentation du patrimoine, qui n’était ni partagée ni unanime au commencement du projet. Cette vision patrimoniale élargie, qui revêt presque des allures de truisme sur le plan scientifique, s’avère pourtant novatrice sur le plan numérique puisque les supports de correspondance – par métadonnées et hyperliens – entre les divers inventaires patrimoniaux nationaux n’avaient pas encore été réalisés jusqu’à présent. Ce programme de recherche lié au thermalisme et à la villégiature dans les Pyrénées est ainsi le reflet d’une évolution et d’une lente maturation qui permettent d’aboutir au rapprochement pertinent et innovant du patrimoine matériel et immatériel. Cette transversalité numérique, qui offre l’opportunité d’incarner ces interactions permanentes entre ces deux dimensions patrimoniales, n’aurait jamais pu aboutir dans le cadre d’appels à projet aux temporalités courtes, qui oublient ce temps pourtant nécessaire de tâtonnements scientifiques.

Haut de page

Notes

1 L’élargissement de la notion de patrimoine s’illustre à travers la loi relative à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine, promulguée le 7 juillet 2016, qui modifie le Code du patrimoine : le patrimoine se définit désormais comme « l'ensemble des biens, immobiliers ou mobiliers, relevant de la propriété publique ou privée, qui présentent un intérêt historique, artistique, archéologique, esthétique, scientifique ou technique. Il s'entend également des éléments du patrimoine culturel immatériel, au sens de l'article 2 de la convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, adoptée à Paris le 17 octobre 2003 » (article L.1 du Code du patrimoine).

2 L’inventaire du PCI lié aux pratiques d’élevage et des jeux taurins a également mis en exergue certaines menaces urbaines, pesant sur les parcours traditionnels de lâchers dans les centres anciens, en raison de l’installation de dispositifs de ralentissement ou de signalétiques dangereux pour les hommes et les animaux. Voir Patricia Carlier, « L’utilisation des labels sur un territoire de projets en Occitanie, approche stratégique et technique », Patrimoines du Sud [En ligne], 2019, n° 9. URL : http://journals.openedition.org/pds/801 

3 Communication de Marie Ferey et Mathilde Lamothe, « Co-construction, conduite collaborative et restitutions des données : le cas de Saint-Sever », Département de la Formation scientifique et technique / Direction générale des patrimoines, Caen, 5 octobre 2018.

4 Dans le cadre du Programme d’Orientation Interrégionale Massif Pyrénées 2014-2020, le programme européen TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées) est porté par l’Université Toulouse-Jean Jaurès en partenariat avec les universités de Pau et des Pays de l’Adour et Perpignan-Via Domitia, ainsi que les services régionaux d’Inventaire des régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine. Voir le site internet du programme de recherche : http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr/

5 Cette table-ronde se composait de Géraldine Baglin (docteure en histoire de l’art et chargée d’inventaire dans le programme TCV-PYR), Roland Chabbert (chef du service Connaissance et Inventaire des patrimoines, Région Occitanie), Patricia Heiniger-Castéret (maître de conférences en anthropologie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour), Yann Leborgne (directeur scientifique de l’OPCI-Ethnodoc en Vendée), Mathilde Lamothe (docteure en ethnologie et chargée d’inventaire PCI dans le programme TCV-PYR), Nicolas Meynen (maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’Université Toulouse-Jean Jaurès et chef de file du programme TCV-PYR) et Chloé Rosati-Marzetti (docteure en ethnologie et ATER à l’Université Côte d’Azur).

6 Extrait de l’article 2 de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco (2003).

7 Voir le site de l'Unesco.

8 David Lowenthal, The heritage crusade and the spoils of History, Cambridge, Cambridge Press University, 1998.

9 Ahmed Skounti, « La représentativité dans le champ du patrimoine culturel immatériel. Notes préliminaires », IRCI Meeting on ICH, s. l., 2013, p. 110-113.

10 André Gob, « Patrimoine, patrimonialisation et PCI », dans Françoise Lempereur (dir.), Patrimoine culturel immatériel, Liège, Presses Universitaires de Liège, 2017, p. 13-22.

11 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine, « de la cathédrale à la petite cuillère », Paris, Maison des sciences de l’homme, 2009.

12 Voir le site internet du Ministère de la Culture

13 Voir la fiche PCI « La fabrication de peignes de toilette en corne naturelle en Pays d’Olmes (Ariège) », par Mathilde Lamothe.

14 Bruno Evans, « Du jais au peigne : culture technique, esprit d’entreprise et industrie en Pays d’Olmes », Archives ariégeoises, 2009, n° 1, p. 159-186.

15 Conférence de Nara sur l’authenticité dans le cadre de la Convention du Patrimoine mondial, 1er au 6 novembre 1994, Japon, UNESCO-ICCROM-ICOMOS France.

16 Voir la fiche PCI « Le végétal en Normandie : le prieuré Saint-Ortaire », par Yann Leborgne.

17 Géraldine Baglin, « Établissement thermal d’Encausse-les-Thermes », dossier n° IA31005891, Ressources Patrimoines (Région Occitanie), 2019.

18 Géraldine Baglin, « Établissement thermal : bains Fisse », dossier n° IA65000361, Ibid.

19 Géraldine Baglin, « Buvette ; source Saint Guilhem », n° IA31005900, Ibid.

20 Les exemples de Rennes-les-Bains et de Thuès-les-Bains ont été avancées par Laetitia Deloustal, docteure en histoire et en histoire de l’art et chargée d’inventaire dans le programme TCV-PYR, lors des discussions avec la salle.

21 Marc Boyer, L'invention du tourisme, Paris, Gallimard, 1996.

22 Voir la fiche PCI « Les fêtes des fleurs dans les stations thermales des Pyrénées », par Mathilde Lamothe.

23 Définitions du PCI pour les musées, sur le site internet du Ministère de la Culture.

24 Déclaration de Yamato, en ligne sur le site de l’Unesco.

25 Mariannick Jadé, Patrimoine immatériel, Perspectives d’interprétation du concept de patrimoine, Paris, L’Harmattan, 2006.

26 Déclaration de Yamato, op. cit.

27 Jean-Jacques Castéret et Mélanie Larché, « Le projet PCI Lab pour la valorisation numérique de l’Inventaire français du PCI », dans Marta Severo et Séverine Cachat (dirs.), Patrimoine culturel immatériel et numérique, Paris L’Harmattan, 2016, p. 147-161.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Bassins naturels situés sur une propriété privée à Thuès-les-Bains
Crédits © Laetitia Deloustal, 2020
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11943/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Fig. 2 : Les chars de la Fête des Fleurs défilent devant l’établissement thermal de Bagnères-de-Luchon
Crédits © Mathilde Lamothe, 2019
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11943/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Fig. 3 : « Le pic de la Munia (3150 m) [3133 m], vu de Héas », 16 août 1895, fonds Lucien Briet
Crédits © Château fort-Musée pyrénéen de Lourdes
URL http://journals.openedition.org/framespa/docannexe/image/11943/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Lamothe, « Lectures patrimoniales du thermalisme : quand le patrimoine culturel immatériel et le patrimoine architectural et paysager se nourrissent réciproquement »Les Cahiers de Framespa [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 25 octobre 2021, consulté le 23 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/framespa/11943 ; DOI : https://doi.org/10.4000/framespa.11943

Haut de page

Auteur

Mathilde Lamothe

Mathilde Lamothe est docteure en ethnologie et chercheuse postdoctorale, chargée de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV-PYR. Elle est rattachée au laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. mathilde.lamothe@univ-pau.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Cahiers de Framespa sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Les Cahiers de Framespa
  • Logo France, Amériques, Espagne – Sociétés, pouvoirs, acteurs
  • Logo Université Toulouse – Jean Jaurès
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search